Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Claude Allègre : L’imposture climatique ou la fausse écologie

2012, Plon : Pocket, 351 pages
Caroline Norrant-Romand
Référence(s) :

Claude allègre, L’imposture climatique ou la fausse écologie, 2012, Plon : Pocket, 351 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage revient sur la question du changement climatique, non en tant que menace réelle et proche pour nos sociétés, mais en tant que mythe issu d’une conspiration entre science et politique. En effet, l’auteur, Claude Allègre, scientifique reconnu en géochimie, s’attaque à la question climatique avec l’aide de Dominique de Montvalon, journaliste, qui joue le rôle de son interlocuteur dans cet ouvrage. Par un habile jeu de questions/réponses, le duo nous dévoile la machination qui a été élaborée autour d’un mythe créé de toutes pièces – celui du changement climatique en l’occurrence – afin de fournir à certains des financements dans le but de poursuivre leurs recherches.

2L’ouvrage, entièrement construit autour des réponses de Claude Allègre aux questions de Dominique de Montvalon, se décompose en sept chapitres, précédés d’un prologue à la première édition rédigé par les deux auteurs, dénonçant et mettant en garde contre le complot qui a été monté de toutes pièces par certains scientifiques peu scrupuleux, et exprimant leurs espoirs que cette situation ne se reproduise pas à l’avenir. Les chapitres suivants démontent les mécanismes de la conspiration. En effet, le premier chapitre présente la « triple imposture » (en rapport avec le changement climatique, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat –GIEC– et le rôle des émissions anthropiques de gaz à effet de serre), tandis que les deux suivants traitent des observations climatiques, puis des modèles de prévision climatique ; l’auteur montre dans ces deux chapitres que les observations climatiques ne montrent pas de façon explicite un changement climatique, que certaines reconstructions climatiques ont été biaisées afin de faire croire à un réchauffement là où il n’y en a pas, et que les modèles de prédiction climatique n’ont rien de fiable. Le chapitre 4 revient sur les « résistants » à la théorie du changement climatique sensible, mais seulement de la variabilité interannuelle, tandis que le chapitre 5 explique en détail comment a été construit le « mythe » du changement climatique, mené par deux scientifiques de la NASA qui, de peur de perdre leurs financements, ont inventé de toutes pièces une menace mondiale que les politiques ne pouvaient négliger sous peine d’entacher leur popularité (car personne ne peut refuser de « sauver le monde » en luttant contre le réchauffement global). Le sixième chapitre, quant à lui, analyse comment « une telle imposture » a été possible au 21ème siècle, tant du côté scientifique que politique. Enfin, le dernier chapitre expose la vision de l’auteur sur ce qu’il appelle « une vraie écologie », ou quelles solutions il propose pour une société moins polluée, moins polluante et plus équitable d’un point de vue environnemental.

3Le style dans lequel est rédigé cet ouvrage rend sa lecture très fluide et très agréable. Cependant, l'auteur tient des propos sur l'existence du changement climatique ou encore sur d'autres scientifiques qui sont extrêmement violents ; ces opinions, proférées sans ambages et sur un ton très catégorique, font plus penser à des règlements de compte qu'à une « révélation » sur la réalité du climat, comme le prétend l'auteur. Après, peut-être la violence de ces propos a-t-elle pour objectif de faire réagir le lecteur ? Quoi qu'il en soit, ces pavés dans la mare sèment plus la suspicion envers l'auteur que le doute dans l'esprit du lecteur. Toutefois, les solutions proposées par l'auteur pour diminuer les émissions de CO2 (non, d'après l'auteur, pour lutter contre le changement climatique, mais pour éviter une acidification des océans qui serait véritablement néfaste pour la planète) sont plus qu'intéressantes, allant à l'encontre d'une politique de restriction et de privation, qui n'est pas viable à long terme. Enfin, concernant le GIEC, l'auteur nous le décrit comme à l'origine d'un gigantesque complot, visant à mettre au premier plan (scientifique, politique et économique) la fraude que serait le changement climatique. Cette théorie du complot peut prêter à sourire (à pleurer ?) de prime abord, mais l'auteur apporte de nombreux arguments en ce sens et en fait une démonstration sinon convaincante, en tout cas rigoureuse ; reste ensuite à vérifier un par un tous les arguments avancés pour juger de la véracité de l'histoire, qui, si elle s'avère réelle, est terrifiante tant pour le monde de la science que celui de la politique.

4Cet ouvrage est donc très intéressant à lire, et même s'il doit être pris avec précaution sur certaines affirmations mal étayées, d'autres points qu'il présente, notamment sur le GIEC, incitent le lecteur à réfléchir et à se poser des questions sur le monde qui l'entoure et ce que les médias et le monde politique lui imposent comme une « vérité vraie ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Norrant-Romand, « Claude Allègre : L’imposture climatique ou la fausse écologie », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 22 | 2014, mis en ligne le 05 mai 2017, consulté le 23 juin 2017. URL : http://tem.revues.org/2486

Haut de page

Auteur

Caroline Norrant-Romand

Université Lille 1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page