Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Joël Boulier, Laurent Simon : Atlas des forêts dans le monde. Protéger, développer, gérer une ressource vitale

Paris, Editions Autrement, 2009, 80 pages
Christelle Hinnewinkel
Référence(s) :

Joël Boulier, Laurent Simon. : Atlas des forêts dans le monde. Protéger, développer, gérer une ressource vitale, Paris : Editions Autrement, 2009, 80 pages

Texte intégral

1Cet atlas propose une synthèse claire et très bien documentée de l’espace forestier dans le monde. La qualité des cartes présentées et la richesse de l’information réunie en font certainement déjà un ouvrage de référence.

2Organisé en 6 chapitres, cet ouvrage fait le point sur les principaux enjeux actuels du domaine forestier. Le premier chapitre insiste sur la difficulté de définir ce qui est forêt. Selon les pays et les institutions dont la FAO, il existe divers seuils du nombre d’arbres par hectare ou bien du taux de recouvrement. Cela montre combien il est difficile de définir par le chiffre le monde complexe qu’est celui des forêts. Après avoir souligné les écueils d’une définition unique et essentiellement quantitative, les auteurs proposent de nombreuses cartes de la répartition de la forêt et de son évolution.

3Mais cet atlas ne se limite pas à une synthèse sur la question de la répartition de la forêt. Les auteurs analysent également des principaux enjeux de la gestion des espaces forestiers en traitant, dans les chapitres 2 et 3, les questions des usages et fonctions de la forêt, puis des menaces qui pèsent sur elle. Les chapitres 4 et 5 offrent une synthèse à propos des acteurs de la forêt et des conflits associés aux milieux forestiers. Il s’agit autant de conflits d’usage que de la forêt comme espace stratégique dans divers conflits.

4Les 4 études de cas présentées dans le dernier chapitre présentent des portraits de forêt variés : forêt domestique, disputée, industrielle, marginalisée ou encore récréative. Ainsi, la première étude de cas discute du mythe de la forêt « vierge » à partir de l’exemple de l’Amazonie. Même si les auteurs évoquent à peine dans l’introduction les habitants de cette forêt et ne parlent pas des pratiques de cueillette ou d’extractivisme qui remettent en question le mythe de la forêt vierge, cette étude de cas amène à se demander si la forêt amazonienne n’est pas en partie une forêt domestiquée. La seconde étude de cas fournit un exemple concret de conflits générés par la création des aires protégées. Dans la troisième étude de cas, la forêt a deux visages : elle est à la fois plantations d’eucalyptus destinés à l’industrie de la cellulose et forêt marginale mais néanmoins essentielle pour les éleveurs uruguayens. L’aspect multifonctionnel des forêts est abordé par l’exemple de la forêt de la Grande Chartreuse aux portes de Grenoble et Chambéry dans une dernière étude de cas.

  • 1 Il s’agit des populations vivant selon une économie de subsistance, peu ou pas monétaire, grâce à l (...)

5On pourrait peut-être regretter le peu de place accordée aux forêts paysannes dans cet atlas. On y trouve pourtant bien une définition de la forêt moins quantitative qui propose une synthèse sur les formes, fonctions et usages de la forêt (Boulier, Simon, 2010, p. 7). Mais dans cette définition, il n’est pas question des habitants des forêts. Les écologues, les forestiers, les industriels, les poètes sont cités mais ses habitants n’y figurent pas et en particulier les 12 millions d’habitants1 des forêts denses humides (Bahuchet, 1993). Ainsi, il n’est pas fait référence aux modes d’utilisation de la ressource forestière par les personnes qui y vivent, ni à leurs modes de vie et à leurs savoirs. Cette définition parle d’ailleurs des plantations créées par les forestiers mais oublie les agroforêts paysannes.

  • 2 Dans cet atlas, la place consacrée aux habitants de la forêt se résume à une dizaine d’évocations : (...)

6Bien que reconnaissant, lors de la synthèse sur les enjeux d’une définition, que l’exclusion des pratiques agricoles « revient à rejeter hors de la forêt les espaces agroforestiers largement répandus en milieu tropical » (Boulier, Simon, 2010, p. 6), cet ouvrage ne donne aux agroforêts et autres forêts paysannes qu’une place très éparpillée2 et parfois un peu surprenante. Ainsi le schéma de Geneviève Michon initialement intitulé, dans une de ces publications, « Représentation schématique de l’établissement d’une agroforêt à Damar (région de Pesisir), Lampung » (Michon et Bompard, 1987, p. 31) est rebaptisé « Une déforestation moins « radicale » : les agroforêts à Dammar » (Boulier, Simon, 2010, p. 39). Alors que Geneviève Michon développe un argumentaire sur la dimension domestique de ces forêts, Joël Boulier et Laurent Simon y voient surtout un exemple de déforestation, certes « moins radicale » mais quand même déforestation. Ce sentiment est en partie renforcé par le fait que cet exemple d’agroforêt est présenté dans le chapitre qui traite des menaces et des enjeux. Il est possible de présenter une autre lecture des travaux de Geneviève Michon en Indonésie. Les savoirs locaux auraient pu être mis en évidence soit dans le chapitre II sur les usages et les fonctions de la forêt, soit dans le chapitre IV sur les acteurs. Cette sous-partie qui aurait pu s’intituler « Les forêts, espaces de vie » aurait pu s’appuyer non seulement sur les travaux de Geneviève Michon mais peut-être aussi sur l’ouvrage dirigé par Gérard Balent qui propose une synthèse sur les forêts paysannes en France et évidement sur les travaux de Philippe Descola en Amazonie et ceux de Serge Bahuchet en Afrique centrale et en Guyane. Certes la forêt est une ressource vitale pour la planète, comme le démontre bien cet atlas, mais elle est également une ressource vitale pour ses habitants qui ont su la conserver tout en y vivant. Une dimension des forêts qui est utile à mettre en évidence à une époque où l’on parle beaucoup de développement durable.

7Il n’en reste pas moins que cet atlas rempli parfaitement son rôle. À partir d’exemples concrets à différentes échelles spatiales et temporelles, il donne une vision synthétique et claire des espaces forestiers dans le monde. Il propose un bilan sur les définitions et sur la répartition de la forêt. Il insiste sur ses fonctions économiques et écologiques puis met en évidence les conflits liés aux milieux forestiers. Cet ouvrage est une contribution très utile à la diffusion des connaissances sur le monde des forêts.

Haut de page

Bibliographie

BALENT, G., (Ed.), 1996, La forêt paysanne dans l’espace rural : biodiversité, paysages, produits, INRA, Etudes & Recherches, n° 29, 458 p.

BAHUCHET, S., (Ed.), 1993, Situation des populations indigènes des forêts denses humides, Bruxelles, UE-CEE - ULB-LACITO, Document DG XI. Disponible en ligne : http://lucy.ukc.ac.uk/sonja/rf/frpr/prfr_t.htm

BAHUCHET S., DE MARET P., GRENAND F., GRENAND P., 2001, Des Forêts et des Hommes : un regard sur les peuples des forêts tropicales, Bruxelles : Ed. de l’Université de Bruxelles, APFT-ULB. 192 p.

DESCOLA, Ph., 1986, La Nature domestique : symbolisme et praxis dans l'écologie des Achuar, Paris : Fondation Singer-Polignac, Maison des sciences de l'homme, 453 p.

MICHON, G., BOMPARD J.-M., 1987, Agroforestries indonésiennes : contributions paysannes à la conservation des forêts naturelles et de leurs ressources, Revue Ecologie (Terre Vie) vol 42, pp. 1-37.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit des populations vivant selon une économie de subsistance, peu ou pas monétaire, grâce à l'écosystème forestier depuis de nombreuses générations et ayant mis au point des techniques d'exploitation permettant le maintien d'un couvert boisé.

2 Dans cet atlas, la place consacrée aux habitants de la forêt se résume à une dizaine d’évocations : 1/l’introduction fait référence au « droit des peuples », à « la dimension sociale », aux «sociétés qui vivent de la forêt, dans la forêt » (p. 5) ; 2/la partie sur les définitions fait référence aux « pratiques agricoles » (p. 6), aux « services écosociaux », à la « forêt naturelle modifiée » (p. 7) ; 3/l’exemple européen parle du « contexte de forte et ancienne anthropisation » de la forêt méditerranéenne (p. 14) ; 4/la partie sur les services écosystémiques évoque à peine les « community forests » (p. 25) ; 5/les parties sur les ressources en bois et l’économie du bois abordent la question du bois de feu (p. 27 et 30-31) ; 6/la partie sur les fonctions culturelles aborde essentielle la dimension récréative de la forêt avec l’écotourisme et parfois l’absence de redistribution aux communautés locales et la dimension (p. 33) ; 7/la déforestation moins « radicale » (p. 39) ; 8/la partie sur la biodiversité indique que « une anthropisation ancienne qui a permis d’entretenir et parfois même d’accroître la diversité paysagère » (p.42) et que « les sociétés ont aussi su maintenir et renforcer la biodiversité » (p.44) ; 8/ la partie sur les conflits de la protection rappelle que « la forêt guyanaise est le territoire des peuples amérindiens et des Noirs marrons qui vivent traditionnellement d’agriculture, de chasse et de pêche » (p. 62) ; 9/ la partie sur l’Amazonie décrit cette forêt comme « un espace anciennement et profondément anthropisé » (p. 68) ; 10/ la partie sur l’Uruguay rappelle que les forêts sont des « espaces profondément intégrés aux territoires uruguayens et remplissant des fonctions essentielles » (p. 72)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christelle Hinnewinkel, « Joël Boulier, Laurent Simon : Atlas des forêts dans le monde. Protéger, développer, gérer une ressource vitale », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 11 | 2011, mis en ligne le 21 mars 2017, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://tem.revues.org/1321

Haut de page

Auteur

Christelle Hinnewinkel

Université de Lille 1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page