Navigation – Plan du site
Articles

Discontinuités et mutations spatiales

Discontinuities and Spatial Changes
Patrick Picouet et Jean-Pierre Renard
p. 68-77

Résumés

Les auteurs abordent la frontière comme une construction socio-culturelle qui s’inscrit dans le champ des discontinuités et des mutations spatiales. Ils s’interrogent sur le renouveau scientifique de leur étude puis les positionnent par rapport aux nouveaux paradigmes de la géographie.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dès l’origine, la revue de géographie « Hommes et Terres du Nord »rappelle l’appartenance de la région à un ensemble géographique transfrontalier, qui est celui de l’Europe du Nord-Ouest. Région de France et région des Pays de la Mer du Nord, le Nord-Pas-de-Calais doit être présenté avec cette double appartenance (P. Pinchemel, 1963/1, p. 5) C’est le plus souvent à travers le prisme de la géographie régionale que la frontière est évoquée (voir la thèse de R. Blanchard sur la Flandre dès 1906) ; ultérieurement, F. Lentacker et R. Sevrin, parmi les premiers géographes attirés par son étude, tiennent des chroniques dans la revue, sur les États voisins et publient quelques articles tels que L’Entre-Sambre et Meuse, région frontalière à vocations multiples (R. Sevrin, 1983/4). Le compte rendu de la thèse de F. Lentacker (1973/, 120) est un événement puisque, pour la première fois, la frontière franco-belge est un objet d’étude à part entière.

2Toutefois, les articles sont peu nombreux jusque dans les années 1990, ce qui est conforme à la place de cet objet d’étude dans l’ensemble de la géographie française (J-P. Renard, 1997).

3Après un article au titre déjà évocateur du renouvellement de la géographie, L’Avesnois-Thiérache : un système régional frontalier ? (J-P. Renard, 1983/4, 43), la revue publie des numéros thématiques qui signalent de nouvelles approches conceptuelles et spatiales, Frontières et recomposition territoriale (1994/2-3), Les espaces transfrontaliers (1998/1), L’Eurorégion (1998/3), Détroits (2002/2). Les géographes s’intéressent aux dernières frontières, celles qui partagent les océans et les mers ou celles qui naissent dans les villes. Ils sont amenés à reconsidérer l’aménagement du territoire national en fonction de l’évolution des frontières, des institutions européennes qui les réorganisent ou tentent de les effacer (Eurorégions) et des programmes de coopération transfrontalière (Interreg). Jadis inquiétante, la frontière devient attractive et source de dépaysement (Tourisme, frontières, espaces frontaliers, 2001/2), les activités touristiques et commerciales jouent de son existence.

4La revue « Hommes et Terres du Nord » a donc accompagné depuis 43 ans la naissance puis le développement du champ de la géographie des frontières.

5Nous proposons de poursuivre ce cheminement en reconnaissant l’objet frontière comme un construit socio-culturel qui peut s’inscrire dans le champ épistémologique des discontinuités et des mutations spatiales. Ces deux termes évoquent l’hétérogénéité des espaces à toutes les échelles, la diversité des temporalités et des aires culturelles. Le processus accéléré de mondialisation et de métropolisation renforce l’intérêt scientifique que les géographes doivent accorder aux discontinuités et tout particulièrement aux frontières. Les médias participent aussi à ce renouveau scientifique, comme en témoignent les dossiers quotidiens de Libération pendant l’été 2006 ou encore l’article de L. d’Ersu dans le journal La Croix (2 octobre 2006), intitulé Les frontières modèlent la géographie.

1. Le renouveau scientifique des discontinuités, un effet de contexte ?

1.1. Mondialisation et discontinuités

1.1.1. Toujours plus de fragmentation territoriale

6Alors qu’au début du XXe siècle, une quarantaine d’États se partageait le monde, le puzzle mondial en compte actuellement plus de 180. La multiplication des territoires a été particulièrement rapide lors de la décolonisation et la période actuelle connaît à nouveau une intense remise en cause de territoires existants, soit par intégration dans de nouvelles constructions (Union Européenne) soit au contraire éclosion de multiples petits territoires nouveaux (éclatement de l’ex-Yougoslavie dont la fragmentation se poursuit avec la naissance récente du Monténégro et bientôt, sans doute, celle du Kosovo, démantèlement de l’ex-URSS, divorce en 1993 entre Tchèques et Slovaques...). La géographie des territoires est donc bouleversée en ce début du XXIe siècle, tiraillée entre l’intégration territoriale macro-régionale et le repli identitaire qui s’exprime aussi sur le plan micro-régional.

7Paradoxalement, la mondialisation est perçue comme un rouleau compresseur engendrant de l’uniformité culturelle, économique, financière, politique, dont le modèle à universaliser serait celui des États-Unis d’Amérique. Dans ce cas quel avenir attribuer à de nombreuses discontinuités ? Allons-nous vers la formation d’une «  boule de billard », vers un espace mondial plus homogène, plus isotrope ? Comme il a déjà été annoncé, est-ce la fin des territoires et donc de leurs frontières ? Et pourtant, une « mondialisation heureuse », car réussie, ne serait-elle pas au contraire celle qui aurait provoqué, ici et là, de multiples mobilisations d’acteurs locaux et régionaux, autour de leurs spécificités territoriales valorisées en un projet de développement  ? La mondialisation ainsi vécue devrait plus encore différencier le local, multiplier les discontinuités et accroître l’hétérogénéité spatiale.

1.1.2. L’hétérogénéité spatiale à toutes les échelles

8À toutes les échelles, de l’espace domestique à la petite échelle continentale, des discontinuités spatiales sont créées et revendiquées pour exprimer l’hétérogénéité de l’espace, par exemple, entre les pièces de la maison que l’on occupe différemment en fonction de l’heure, de la personne ou encore de l’activité en cours... Entre le privé et le public, la porte de la maison marque une limite au rôle symbolique, comme à d’autres échelles la zone de démarcation entre les deux Corées, les ruptures dans l’espace urbain de l’apartheid, ou encore les clôtures et milices qui isolent les quartiers communautaires fermés de grandes métropoles. Ce sont quelques exemples à différentes échelles qui expriment l’hétérogénéité fondamentale des territoires, une hétérogénéité voulue, construite par les individus (et pas toujours avec raison !), par les sociétés pour exprimer leur identité, leur appropriation, leur différence. Les discontinuités territoriales sont incontournables et indispensables. Leur existence est donc étroitement liée à celle des territoires. On ne peut pas concevoir de territoires sans discontinuités ; toutefois ces dernières ne sont pas nécessairement synonymes d’enfermement et d’isolement. Des réseaux de lieux et d’acteurs, transcendant les discontinuités, peuvent coordonner les actions et les destins des territoires.

1.1.3. Identités territoriales et territoires du malentendu

9Abandonnons la posture moderniste qui consiste à analyser les identités territoriales en termes d’antagonisme. De part et d’autre de la discontinuité (une frontière politique par exemple), des identités nationales et collectives se construiraient sur le temps long (des sociétés) en valorisant (ou plutôt en manipulant, en exacerbant) les tensions, les rejets, les exclusions. Ne peut-on pas envisager l’existence, de part et d’autre de limites territoriales, de relations complémentaires, de co-existence ?

10N’est-ce pas l’objectif de l’initiative communautaire Interreg depuis le début des années 1990 ? Il s’agit de recoudre des territoires à l’échelle européenne, lesquels étaient séparés par des logiques nationales (actions des institutions), parfois aussi par des pratiques transfrontalières affaiblies (moins de travail transfrontalier, moins de mariages mixtes...), enfin par des différences culturelles et (ou) linguistiques accentuées (la frontière politique devient la frontière linguistique ; la langue du voisin, considérée comme régionale, se mue en langue étrangère).

11Pour Franco La Cecla (2002, 14), il devrait être implicitement admis qu’il existe une diversité intraduisible d’une culture à l’autre, de même qu’il subsiste toujours quelque chose d’intraduisible d’une langue à l’autre. On peut rapprocher les deux pôles, on ne les fera pas coïncider. D’où la permanence des malentendus. (...) Ceux-ci offrent aussi un espace d’explication : c’est parce qu’on ne s’est pas compris, qu’il faut continuer à s’expliquer. Le malentendu devient alors occasion de traduction, zone où l’incommunicabilité entre gens et entre cultures en arrive à devoir transiger.

12La frontière peut devenir aussi un lieu de transformation de l’identité, une identité de passage. C. Buxeda, dans sa thèse soutenue en novembre 2006, analyse la question de l’apprentissage de l’allemand dans les établissements scolaires du grand Est de la France, dans la perspective de l’intégration territoriale transfrontalière, par la culture et la langue, et de l’émergence ou de l’affirmation d’identité de l’entre deux. Pour le dire comme E. Glissant (2006, 16), nous fréquentons les frontières, non pas comme signes et facteurs de l’impossible, mais comme lieux du passage et de la transformation. Dans la relation, l’influence mutuelle des identités, individuelles et collectives, requiert une autonomie réelle de chacune de ces identités. La Relation n’est pas confusion ou dilution. Je peux changer en échangeant avec l’autre, sans me perdre pourtant ni me dénaturer. De ce point de vue, ce sont sans doute les migrants qui sont les plus à même d’expliquer et de réduire les malentendus territoriaux et identitaires (c’est peut-être aussi pour cela que leur présence sur un territoire donné qui doute de lui-même, n’est pas toujours favorablement accueillie !).

13Dans ces perspectives, les discontinuités deviendraient beaucoup plus floues, sans que cela ne remette en question l’existence des territoires. Ces derniers, comme c’est le cas en Afrique, pourraient être construits sur la base de réseaux sociaux et culturels aux contours flous (D. Nassa, 2005), par exemple à la frontière nord de la Côte d’Ivoire.

1.2. La gestion de la complexité territoriale

14Selon B. Debarbieux et M. Vanier (2002), l’idée d’une complexité territoriale nouvelle désigne l’ensemble des processus qui, dans les domaines politiques, économiques et sociaux, conduisent, d’une part, à une démultiplication et une imbrication des espaces de référence, d’autre part, à une différenciation des temporalités et des territorialités en fonction desquelles les pratiques sociales et spatiales sont vécues et structurées... En d’autres termes, l’hypothèse de la complexité territoriale suggère que le territoire et la territorialité, loin d’être des conceptions anachroniques du rapport à l’espace..., restent des outils opératoires de ce rapport, à condition de renoncer au caractère uniscalaire et totalisant que la signification de chacun de ces termes avait pu prendre.

15La complexité peut donc être conçue comme la résultante d’interactions entre la pluralité des acteurs de la frontière, des échelles emboîtées et articulées entre elles, des temporalités de l’objet et de ses acteurs, enfin des recoupements de gestions territoriales. Sur cette base, quelles incidences peut-on envisager sur les discontinuités et les frontières territoriales ?

1.2.1. La diversité des temporalités

16La diversité des temporalités est en relation avec la pluralité des acteurs et facteurs d’organisation territoriale, et aussi avec les discontinuités : une discontinuité territoriale peut engendrer deux temporalités différentes –la frontière franco-britannique provoque des modifications horaires entre Londres et Lille- ou encore des différences calendaires entre plusieurs pays, des heures d’ouverture de magasins diverses en France et en Belgique... Plusieurs temporalités d’acteurs peuvent créer au sein de la ville, des discontinuités territoriales micro-locales prégnantes, entre les quartiers d’affaires, de résidence et de loisirs. Ces quartiers vivent à des rythmes et des heures variables. L.Gwiazdzinski (2005, 132) présente la nuit comme la dernière frontière de la ville, les pressions s’accentuent sur la nuit qui cristallise des enjeux économiques, politiques et sociaux fondamentaux. Entre le temps international des marchands et le temps local des résidents, entre la ville en continu de l’économie et la ville circadienne du social, entre les lieux des flux et les lieux des stocks, des tensions existent, des conflits éclatent, des frontières s’érigent...

17F. Godard (2001) fait aussi référence aux rythmes de la ville, différents selon les quartiers, les communautés, selon les fonctions de la ville, multipliant ainsi les discontinuités territoriales. La cloche de l’église ou la sirène de l’usine ont longtemps scandé les moments de la journée. Les temps des villes sont maintenant polyphoniques et les rythmes collectifs s’organisent autour d’autres événements. Toutes les villes ne connaissent pas les mêmes rythmes. Les grandes villes de certains pays, où les commerces sont ouverts en continu, vivent déjà 24 heures sur 24. Mais entre Francfort, ville tertiaire internationale au contact du monde jour et nuit (selon le principe des places financières) et Essen, vieille ville industrielle cadencée par des horaires réguliers d’ouverture et de fermeture des entreprises, la différence est encore très grande...

18On trouvera aussi des références dans l’ouvrage publié sous la direction de J-P. Bondue (2004). Ce qui est novateur dans cette géographie sociale, c’est qu’elle reconnaît (enfin) les temporalités des individus, des groupes de personnes, des communautés, et plus seulement celles des nations, des États... C’est ainsi que l’on perçoit les apports scientifiques et thématiques de la géographie dite post-moderne.

1.2.2 Du zonage territorial à la gestion intégrée  : déplacement ou effacement de discontinuités ?

19Au cours des Trente Glorieuses, les espaces ont été gérés sur le principe de la performance économique sectorielle et du zonage (nous pouvons faire le même constat avec les héritages et applications de la Charte d’Athènes dans l’urbanisme). Il n’est que d’observer l’estuaire, le littoral avec leurs industries de biens intermédiaires (les ZIP, les « cathédrales dans le désert  » du Mezzogiorno...), l’espace rural à l’agriculture spécialisée productiviste intégrée dans des filières agro-industrielles, le péri-urbain voué à la fonction résidentielle et aux grandes zones d’activités. Désormais, les réflexions réintroduisent les idées de la diversité fonctionnelle et de la mixité des espaces, de la complexité de leur gestion globale, intégrée, de la conciliation nécessaire entre l’économie, la société et l’environnement (démarche du développement durable). La gestion de la complexité territoriale qui prend en considération la pluralité des acteurs, des temporalités, des échelles spatiales, exige donc le dépassement des discontinuités de toute nature héritées d’une pratique du zonage et de la sectorisation. Ce que d’aucuns appellent la transition agricole, traduit bien cette transformation entre économie et territoire c’est-à-dire la passage d’une intégration verticale à une reterritorialisation horizontale.

1.2.3 Réseaux d’acteurs et discontinuités

20Dans l’aménagement des territoires, le temps n’est plus à la prise de décision unique et centralisée ; le partenariat d’acteurs situés à des échelles de pouvoirs différents peut transformer les discontinuités, en créer de nouvelles, déplacer les lignes de fractures selon les projets et enjeux. Depuis les lois sur la décentralisation et la régionalisation en France, la politique contractuelle lancée en 1984 avec les CPER, l’émergence d’une politique européenne au bénéfice des territoires locaux et régionaux, le PIC Interreg..., les dossiers d’Aménagement et de Développement des Territoires sont désormais l’objet de montage, de financement et de réflexion croisés. Les systèmes d’acteurs qui se composent autour d’un objet et d’un projet, peuvent se défaire et de reformer différemment selon les circonstances. (les moments de décision relatives à l’équipement d’une ZAC, à la création d’une autoroute constituent d’excellents révélateurs de ces rapports de forces et d’alliances dynamiques, qui évoluent dans le temps).

21Dans un autre domaine, les flux de scolarité transfrontalière (ainsi de jeunes élèves Français fréquentant des établissements scolaires belges, en grand nombre) expriment aussi avec force la complexité et la dynamique des réseaux d’acteurs (familles, chefs d’établissements, rectorat, élus, Région de Wallonie, Bruxelles-Europe), leurs convergences et conflits, créant dans le cas présent, de nouvelles discontinuités autour d’une frontière politique que l’on veut défonctionnaliser.

22La recherche de gouvernance, les démarches de développement durable à grande et moyenne échelles interrogent les mutations et effets des discontinuités. Le besoin de Nature en ville peut ainsi susciter une nouvelle réflexion sur les discontinuités territoriales à grande échelle... L’exemple de la ville de Curitiba au Brésil est souvent cité comme une réussite de politique de développement durable à grande échelle et de volonté d’atténuer les discontinuités socio-territoriales au sein de l’espace urbanisé. Le maire architecte, Jennie Lerner, a su impliquer les habitants des bidonvilles dans leur propre réintégration urbaine. Les bidonvilles étaient pour la plupart confinés aux berges des rivières de la ville et manquaient de vraies routes. Les ordures n’étaient donc pas ramassées et formaient d’énormes monticules à l’odeur fétide sur les berges des rivières qui étaient dépourvues de toute végétation et contaminées par l’écoulement des égouts sauvages... Lerner lança une politique de mobilisation de tous les acteurs pour intégrer les bidonvilles, améliorer les voies de communication et développer les espaces verts à leur proximité, (échanges de sacs d’ordures ménagères contre bons de transport, livres scolaires, nourriture).

1.3. Une carte mondiale de plus en plus complexe : plus d’États et moins d’État

23En fait, nous vivons simultanément un processus de globalisation (rapprochement par la petite échelle entre les sociétés et les territoires métropolitains par exemple, contraction de leur espace-temps, évolution vers plus d’instantanéité...) et une crise d’indifférenciation engendrant des réactions vives de repli identitaire local, régional (éloignement de ce qui était proche). Un processus inquiétant de fragmentation territoriale à toute échelle se diffuse, de la ville (ségrégation, fragmentation en ghettos ou en gated communities) au monde, et l’on peut se demander quelles en sont les significations ? Faut-il voir notamment, dans ce double processus de fissuration, la fin annoncée des territoires hérités de l’époque moderne et contemporaine ? Le passage d’un puzzle d’États à un chevelu de réseaux, un enchevêtrement de territoires articulés et emboîtés, connectés, enclavés, d’associations d’États ?

24Là où les États s’affaiblisssent ou peinent à affirmer leur primauté et exemplarité (en Afrique, trop souvent, en Amérique andine aussi), d’autres territoires identitaires de proximité s’imposent et parfois dans l’exclusion des autres et la manipulation des consciences (Brazzaville au cours des années 90, ou encore les contre-territoires de la haute vallée du Huallaga au Pérou, dans les années 80).

25Le renouveau scientifique des études portant sur les discontinuités territoriales s’impose parce que les processus en cours redessinent de nouvelles cartes géopolitiques, économiques et culturelles et que toute période de transition suscite des craintes...

2. Les discontinuités territoriales et les nouveaux paradigmes de la géographie

2.1. Les nouveaux rapports entre Nature et Culture, entre Nature et Société

2.1.1. Plus d’hybridité entre Nature et Culture

26Comme le soulignent C. Larrère et R. Larrère (1997, 154), une des caractéristiques du cadre conceptuel de la modernité fut de poser l’extériorité de l’homme à la nature. L’homme vit dans un environnement naturel mais lui est aussi étranger. Pour s’affirmer et progresser, il doit, avec sa raison, son savoir scientifique et technologique, s’affranchir de cet environnement et le dominer. Tel fut pendant plusieurs siècles, depuis Descartes, notre rapport à la Nature, c’est-à-dire, fondamentalement antagoniste. Mais à d’autres moments, les nuisances et le mode de développement des villes à l’époque contemporaine, ont provoqué un regain d’intérêt et un certain retour amoureux vers la nature, en fait la campagne. Mais dans un cas comme dans l’autre, les rapports entre les sociétés en voie d’urbanisation et la nature ont été conflictuels, reposant sur des relations antagonistes, refusant la complémentarité et l’hybridité des composantes territoriales.

27Actuellement, cette conception n’est plus acceptable. Les hommes et leurs aptitudes, les sociétés et leurs activités, l’humanité elle-même sont en continuité avec la nature (C. Larrère et R. Larrère, 1997,162). Cette relation agoniste est affirmée dans d’autres civilisations que la nôtre  ; dans bien des régions africaines, les citadins entretiennent des relations étroites avec leurs campagnes d’origine ; en ville, comme par exemple à Ouagadougou, il n’est pas rare de rencontrer des parcelles mises en cultures, de rencontrer aussi des chèvres autour des habitations... Au Japon, le citadin ne se sent pas déconnecté de la nature, même là où les densités de bâti sont très élevées (le jardin japonais témoigne de cet attachement culturel à la Nature). De même, dans les villes scandinaves, la Nature représentée par la forêt, les plans d’eau, les rochers, est constamment présente et rappelle aux citadins, l’hybridité de la ville (la naturalité de et dans la ville).

28De ce fait, les discontinuités (notamment entre société et nature, entre ville et nature) sont toujours dynamiques et diversifiées dès lors que nous les considérons comme des construits sociaux et culturels (les éléments naturels de l’hydrosphère, de l’atmosphère, de la lithosphère...peuvent participer à la construction de discontinuités spatiales fortes, et possèdent aussi leur dynamique). Peut-on considérer l’existence de discontinuités naturelles « indépendantes » de la présence des Hommes ? La discontinuité n’existe-t-elle pas uniquement à partir du moment où la société la perçoit réellement comme discontinuité et la vit comme une rupture, une contrainte, une barrière engendrant à son tour des effets spatiaux divers ? Dans ce cas, cela signifie que la Nature est aussi une construction sociale et culturelle. Cela permet de poser en des termes très différents, la question des rapports entre la ville (symbole d’artificialité maximale) et la Nature (en fait idéalisée, modifiée en fonction de la culture sociale dominante). La ville possède de la naturalité et la nature est transformée en milieu urbain. La discontinuité entre Ville et Nature relève ainsi beaucoup plus du gradient que du seuil. Il s’agit d’une rupture forte avec la pensée cartésienne et moderniste des Lumières.

2.1.2 Rencontres conflictuelles entre nature et société, l’effet de représentations dynamiques

29Quand à un certain moment, se rencontrent des mouvements contraires sur un même lieu, les discontinuités peuvent alors s’exprimer au grand jour et engendrer de multiples conséquences territoriales : exemple de la régression du trait de côte confrontée à l’implantation socio-économique massive sur ce même trait de côte.

30Depuis le XIXe siècle, sur le littoral de la plaine maritime picarde, les massifs dunaires et les rivages sont de plus en plus territorialisés (P. Picouet, 1998), un mouvement qui traduit une évolution forte des représentations sociales à l’égard de l’espace littoral, en général. Des mutations culturelles comparables ont aussi touché les espaces montagnards à partir du XVIIIè siècle, ceci confortant l’idée de l’existence pleine des objets (littoral, montagne...), par la signification attribuée, par la reconnaissance de leur forme, de leurs fonctions, issues des représentations socio-culturelles.

31La conquête touristique gagne le littoral alors que celui-ci souffre d’un manque relatif de sédiments transportés et accumulés et que des tempêtes semblent de plus en plus fréquentes dans une conjoncture d’élévation du niveau de la mer. La dynamique marine érosive sur les rivages interestuariens (dans le Marquenterre par exemple) s’oppose à la dynamique du développement touristique, celle-ci contribuant aussi à accentuer le recul du trait de côte. Les processus sont bien connus. Le massif dunaire est traversé par une route unissant un village ancien, à l’arrière du massif, et une station balnéaire située sur le rivage. La route devient la rue principale de la station, au bout de laquelle se construit un premier front de mer. Des villas puis des immeubles s’alignent le long de la promenade du bord de mer, protégée par un perré.

32L’habitat gagne les dunes à l’arrière du front de mer et se prolonge le long de la route qui tend à devenir la rue principale d’une station à deux centres. Le front de mer se dilate ; des immeubles sont construits dans les dunes bordières afin de bénéficier de la vue sur la mer ; des centres nautiques avec aire de stationnement automobile et plan incliné pour l’accès des bateaux sont installés.

33Le développement d’une station balnéaire sur un rivage sableux peut perturber sérieusement son fonctionnement. Les promeneurs piétinent les dunes bordières et les constructions intradunaires les détruisent souvent. Les installations sur l’estran contribuent d’une part, au démaigrissement des plages par l’effet réfléchissant du perré de front de mer sur la houle et, d’autre part, au recul des dunes par le report de l’énergie marine de part et d’autre des points durs que constituent le perré et le plan incliné. Lorsque les processus naturels sont très perturbés, les ouvrages en appellent d’autres. Un démaigrissement trop important de la plage conduit à construire des épis (exemple de Merlimont) afin de freiner la dérive littorale et le transit latéral des sables. La discontinuité se fixe et se durcit (volonté de l’Homme à défendre et à protéger son patrimoine bâti) alors que la ligne de rivage est naturellement souple et mobile. Diverses stratégies, de maintien, de retrait ou de protection graduée sont envisagées à travers des politiques de prévention et de protection, exprimant une nouvelle culture de l’environnement littoral et des risques.

2.2. Les discontinuités au regard du paradigme existentiel des Sciences Humaines et Sociales

2.2.1. Diversité des aires culturelles, diversité des représentations

34Des groupes construisent progressivement leurs cultures, leurs institutions afin de se préserver et se distinguer des autres, tout en définissant leur territoire et leur territorialité, c’est-à-dire leur relation à ce territoire. R. Girard (2004) explique comment le processus mimétique est à la base de toute transmission et construction culturelles. Ainsi, à chaque groupe, à sa culture et à son territoire, ont pu se rattacher des symboles, toute une iconographie (Gottmann, 1952).

35Selon cet auteur, l’iconographie est la somme des croyances, des symboles, des images, des idées, etc. dont une communauté a hérité et auxquels ses membres sont attachés. L’iconographie tend à écarter de la nation dont elle fait l’unité et l’originalité les étrangers et même les influences étrangères (Gottmann, 1952, p. 252). Elle représente l’ensemble des éléments qui assurent l’ancrage, l’attachement identitaire des individus et des collectivités à un territoire donné, par opposition au mouvement, à l’évolution qui transforme les territorialités.

36Par conséquent, il faut admettre la pluralité des représentations des discontinuités territoriales. Limites précises ou floues ? Limites contraignantes ou enrichissantes ? Territoires clos ou réseaux sociaux ouverts ? S. Lima (2003), dans sa thèse consacrée à l’étude des limites territoriales au Mali et au processus de communalisation du pays, démontre avec clarté que les représentations culturelles des sociétés rurales de la région de Kayes, notamment, diffèrent sensiblement des nôtres. Pour les uns, les territoires se bâtissent sur la base de relations sociales, familiales et de réseaux d’alliances, pour d’autres, les territoires sont des surfaces plus ou moins continues ou « archipellisées », bornées par des limites de pouvoirs et d’appropriation. Appauvrissantes, contraignantes, donc pas très utiles pour les premiers, les limites territoriales sont indispensables à l’affirmation identitaire des seconds.

37C’est aussi en des termes culturels et civilisationnels différents que nous pouvons interpréter le sens de l’antique muraille de Chine qui n’est pas uniquement une barrière de protection des cultivateurs sédentaires face aux nomades. C’est aussi l’expression d’un rapport particulier à la limite tangible et au territoire. Pour les nomades, les territoires aux limites floues se forgeaient à partir d’alliances et de réseaux de familles, de clans. Le pouvoir et la puissance s’évaluaient à la lumière de la richesse des réseaux d’alliances établis. Pour les sédentaires, il fallait délimiter le territoire pour en affirmer l’existence et la reconnaissance.

2.2.2. L’objet et le sujet

38M. Foucher (1994) a souligné la triple appartenance des frontières : leur connaissance (et leur reconnaissance) relève à la fois du réel, mais aussi de l’imaginaire et du symbolique. L’affaiblissement de la réalité concrète (objectivable  ?) de la frontière (moins de contrôles, plus de mobilité et d’échanges) peut engendrer en contrepartie un renforcement des sphères symboliques et imaginaires, comme si l’ouverture provoquée rendait nécessaire la recherche de fermeture et de protection. Comme l’a déjà souligné R. Brunet (1997), l’intégration économique des territoires engendre parfois plus de séparation culturelle et identitaire, idée à laquelle se rattache la démonstration de C. Buxeda (2006) dans sa thèse consacrée à l’apprentissage de l’allemand dans le grand Est de la France, notamment en Alsace et dans le Nord-Est de la Moselle. Tout se passe comme si l’intégration spontanée par les échanges, l’économie, la mobilité spatiale (facteur essentiel de l’intégration territoriale selon C. Grasland, 1994), engendrait un courant de crainte, d’instabilité, de panique face à l’effacement ou à la défonctionnalisation des frontières. La remise en cause de certains équilibres territoriaux nourrissant l’identité des sociétés, provoque souvent des réactions de repli derrière des frontières cristallisées par les représentations culturelles alors que fonctionnellement, elles se dilatent et s’atténuent. Ce hiatus est très important, c’est dire combien le regard du sujet, avec toute sa culture, son histoire, demeure beaucoup plus important en matière de territorialité que des processus économiques, voire institutionnels dans certains cas (la coopération transfrontalière institutionnelle se développe depuis le début des années 90 au sein de l’Europe communautaire mais ne semble pas suffire pour transformer en profondeur les identités territoriales, comme peuvent en témoigner les résultats des élections au référendum sur le traité constitutionnel européen de Mai 2005, y compris en zone frontalière tirant partie de cette coopération depuis plus de dix ans).

39Les nouveaux rapports entre le sujet et l’objet (la trajection, la médiance selon A. Berque, 1990) soulignent l’importance fondamentale et incontournable de la culture et des représentations. L’objet d’étude, à savoir ici la discontinuité ou la frontière, prend toute sa signification selon le sujet qui l’analyse et le vit. De même, ce dernier s’identifie par rapport à l’objet qu’il se représente. La reconnaissance est donc mutuelle et réciproque, comme si la frontière forge l’identité du groupe qui, en retour, projette ses valeurs sur la limite. Cet objet peut donc être interprété à la fois comme un miroir et une fenêtre souvent quelque peu déformante. La frontière est donc bien un objet dynamique, vivant, dont le sens, la morphologie, la fonctionnalité, se modifient en lien avec nos représentations de l’Autre et du Moi, de l’Ailleurs et d’Ici, d’Hier et de Demain.

2.3. La question des dynamiques territoriales

2.3.1. Les discontinuités et frontières donnent sens aux territoires et révèlent notre territorialité

40Les discontinuités par leur dynamique (d’effacement, de révélation, de cristallisation, de dispersion) engendrent ou révèlent des mutations territoriales importantes. Prenons l’exemple des Bouches de Bonifacio. La transformation du sens et de la fonctionnalité de la discontinuité maritime y engendre-t-elle des recompositions territoriales importantes ?

41Plusieurs périodes historiques sont remarquables dans l’évolution du détroit entre la Corse et la Sardaigne (P. Picouet, 2004) :

42Dans un premier temps, s’organise entre le XIVe siècle et le XVIIIe siècle, une construction sociale qui se traduit par son aménagement, son organisation avec un pôle, Bonifacio, un espace dépendant, la Gallura et l’archipel de La Maddalena, reliés par des flux de marchandises et de personnes qui circulent dans les Bouches perçues comme une voie de circulation, un espace de transit, et non comme une discontinuité maritime. Les populations qui y vivent, appartiennent aux mêmes familles et ont sans aucun doute un sentiment de solidarité. Ce que les linguistes appellent la Troisième Île, constitue un espace corso-sarde marqué par les migrations nord-sud des Corses, leur enracinement dans les îles intermédiaires et en Gallura, et le développement d’une culture spécifique. Le détroit devient un territoire terrestre et maritime constitué à la marge d’entités politiques plus ou moins lointaines, peu préoccupées par les îles.

43La discontinuité est donc effacée pendant plus de quatre siècles mais réapparaît lorsque les royaumes de France et de Piémont-Sardaigne font des îles, des marches, c’est-à-dire des périphéries tampons, des espaces de protection qui doivent être soumis à l’autorité des pouvoirs centraux ; les armées respectives s’y installent, des garde-côtes surveillent le trafic dans le détroit, saisissant les cargaisons si les droits de douane ne sont pas payés.

44Les privilèges de Bonifacio sont remis en cause, ses relations avec Gênes s’effondrent. La frontière se ferme. Vu des cours de Versailles et Turin, le détroit représente sans doute une «  frontière intangible car donnée par la Nature » afin de conforter leur autorité sur chacune des deux îles.

45Aux XIXe et XXe siècles, le système bonifacien ne fonctionne plus mais des éléments de la construction territoriale précédente subsistent. Grâce à une active politique de colonisation des autorités piémontaises, l’Archipel de La Maddalena devient un centre dynamique qui attire des Corses du Sud et des Gallurais ce qui renforce les liens familiaux. Alors que la frontière s’est fermée, la contrebande, nouvelle version des échanges, apparaît. La Gallura sert de refuge pour les bandits corses. Les problèmes liés au banditisme altèrent les relations franco-piémontaises mais la frontière maritime renouvelle les relations dans le détroit.

46Actuellement, les Bouches de Bonifacio sont l’objet d’une transformation importante dans les relations franco-italiennes. D’une part, face au danger que représente le transit maritime de produits dangereux dans le détroit où la navigation est difficile, les deux États ont institué une réglementation organisant une route maritime à double sens et interdisant le passage des supertankers. D’autre part, grâce au programme Interreg, un Parc Marin International est en cours de réalisation dans le détroit afin de protéger les eaux marines. Ainsi, la « frontière naturelle » qui avait séparé les deux États il y a deux siècles, est actuellement productrice de nouvelles relations transfrontalières, peut-être à l’origine d’un futur territoire terraqué.

2.3.2. L’apport des politiques institutionnelles : l’essai de couture territoriale au sein de l’Union Européenne

47Depuis 1989, à l’initiative de la Commission de la Communauté européenne, sont nés puis se sont développés les Programmes d’Initiative Communautaire Interreg. Dans le contexte de l’Union Européenne, le principe est que les frontières ne soient pas un obstacle au développement équilibré et à l’intégration du territoire européen.

48Actuellement s’achève le programme Interreg III (2000-2006) dont le volet A est consacré à la coopération transfrontalière. Ses priorités sont les suivantes :

- se déplacer et se rapprocher, en favorisant l’accessibilité et le désenclavement de la zone transfrontalière (amélioration des services et réseaux de communication)

- développer des pôles économiques et sociaux transfrontaliers, par la mise en œuvre d’une stratégie d’aménagement et de développement territorial durable.

- échanger, par l’établissement d’une coopération dynamique dans les zones transfrontalières, en matière de recherche, de culture et de formation mais aussi dans les domaines juridiques, administratifs et techniques.

49Par cette politique volontariste, s’opère un processus de recomposition territoriale qui pourrait aboutir à la création de nouvelles régions (des bassins de vie transfrontaliers à défaut d’authentiques territoires) constituées de deux parties d’espaces nationaux différents. L’espace et a fortiori le territoire apparaissent bien comme des constructions sociales, culturelles et politiques dont les acteurs et facteurs essentiels sont les institutions, les pratiques et les représentations culturelles. Ces constructions sont sans cesse « remises sur le métier », (dé) puis (re)composées, en perpétuelles mutations incorporant parfois des facteurs opposés, conflictuels et sous tension (innovation/inertie ; ancrage/mobilité...). La discontinuité politique qu’est la frontière enregistre donc des transformations morphologiques, fonctionnelles et identitaires complexes, parfois contradictoires mettant en exergue des hiatus (intégration/séparation ou repli ; cristallisation/dilatation ; linéarisation/dispersion...).

Conclusion

50La frontière, dans le champ épistémologique des discontinuités et mutations spatiales, est un construit socio-culturel transversal à la géographie. Dans l’étude de l’évolution urbaine, dans le champ des risques comme dans celui de la géographie politique, il participe à la compréhension de la complexité territoriale.

51Résultante d’interactions entre les acteurs, les échelles différentes, les temporalités de l’objet et de ses acteurs, et les recoupements de gestions territoriales, les discontinuités connaissent des hiatus dans leurs mutations. Les nombreux acteurs avec leurs représentations s’inscrivent dans des temporalités multiples qui peuvent se croiser, se heurter et induire des conflits ou des tensions. Les difficultés rencontrées ces dernières années dans la construction de l’Union Européenne peuvent sans doute pour une part s’expliquer par le chevauchement de temporalités croisées..

Haut de page

Bibliographie

BERQUE A., 1990, Médiance, de milieux en paysages, GIP Reclus, collection Géographiques, 163 p.

BLANCHARD R., 1906, La Flandre, étude géographique de la plaine flamande en France, Belgique et Hollande, Société dunkerquoise pour l’avancement des Lettres, des Sciences et des Arts, 530 p.

BONDUE J-P., 2004, Temps des courses, course des Temps, Publication de l’USTL, 340 p.

BRUNET R., FRANÇOIS JC., GRASLAND C., 1997 : la discontinuité en géographie : origines et problèmes de recherche, entretien de C.Grasland et JC. François avec R. Brunet. L’Espace géographique, n° 4, pp 297-308.

BUXEDA C., 2006, Intégration territoriale transfrontalière et apprentissage de l’allemand dans le grand Est français. Thèse géographie Paris I Sorbonne, novembre. Tome 1 : 498 pages, Tome 2 annexes dont cartes 39 p.

DEBARBIEUX B, VANIER M., 2002, Ces territorialités qui se dessinent, Éditions de l’Aube Datar, Bibliothèques des territoires, 267 p.

FOUCHER M., 1994, Fronts et frontières, un tour du monde géopolitique, Fayard. 691 p.

GAMBLIN A. (coordinateur), 2002, Limites et discontinuités en géographie, Paris, SEDES, collection DIEM, 159 p.

GAY J-C., 1995, Les discontinuités spatiales, Paris, Economica, 112 p.

GIRARD R., 2004, Les origines de la culture, Paris, Desclée De Brouwer, 280 p.

GLISSANT E., 2006, Il n’est frontière qu’on n’outrepasse, Le Monde Diplomatique, n° 631, p. 16-17.

GODARD F., 2001, La ville en mouvement, Paris, Gallimard, 128 p.

GOTTMANN J. 1952, La politique des États et leur géographie, Paris, Colin, 228 p.

GRASLAND C., 1994, Limites politiques et barrières migratoires : l’exemple de l’ex-Tchécoslovaquie (1965-1989) in Galluser W.A ; (ed). Political Boundaries and Coexistence, Berne, Peter Lang pp 425-440.

LA CECLA F., 2002, Le malentendu, Paris, Balland, Collection Voix et regards, 162 p.

LARRERE C., LARRERE R., 1997, Du bon usage de la nature. Pour une philosophie de l’environnement, Paris, Aubier, coll. Alto, 355 p.

LIMA S., 2003, Découpage entre espace et territoire : la fin des limites ? La fin des territoires communaux dans la région de Kayes, Mali, thèse, Université de Poitiers, 532 p. + un volume d’annexes.

NASSA D., 2005, Commerce transfrontalier et structuration de l’espace au Nord de la Côte d’Ivoire, thèse de géographie soutenue à Bordeaux 3, décembre 2005, 336 p.

PICOUET P., 1998, La plaine maritime picarde et son littoral. Apports de la télédétection à l’étude des interactions entre la société et la nature, thèse, Université des Sciences et Technologies de Lille, 371 p.

PICOUET P., 2004, La mer et le territoire des Bouches de Bonifacio, Actes du IVe Congrès international, Environnement et Identité en Méditerranée, Université Pasquale Paoli, Corte, 19-25 juillet, p. 529-539.

PINCHEMEL P., 1963, Éditorial, Hommes et Terres du Nord, n° 1, p. 5.

RENARD J-P. (dir.), 1997, Le géographe et les frontières, Paris, L’Harmattan, collection Les rendez-vous d’Archimède, 299 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Picouet et Jean-Pierre Renard, « Discontinuités et mutations spatiales », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 1 | 2006, mis en ligne le 01 septembre 2010, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://tem.revues.org/965 ; DOI : 10.4000/tem.965

Haut de page

Auteurs

Patrick Picouet

Laboratoire TVES EA 4019
Université Sciences et Tecnologies Lille 1
UFR de Géographie et Aménagement
Avenue Paul Langevin - 59655 Villeneuve d'Ascq Cedex
patrick.picouet@univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Jean-Pierre Renard

EA 2468
Dynamique des Réseaux et des Territoires
Université d’Artois
9 rue du Temple
BP 665
62030 Arras Cedex
jpierre.renard@univ-artois.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page