Navigation – Plan du site
comptes rendus de lecture

Jean-Marc Zaninetti : Les États-Unis face au défi du développement durable : peuplement et territoire

Éditions Hermès-Lavoisier, collection Territoires, Paris, 2008, 276 pages
Yves Boquet
Référence(s) :

Jean-Marc Zaninetti : Les États-Unis face au défi du développement durable : peuplement et territoire, Éditions Hermès-Lavoisier, collection Territoires, Paris, 2008, 276 pages

Texte intégral

1La publication d’un ouvrage de synthèse actualisé sur la géographie des États-Unis est une bonne initiative, d’autant que le titre suggère d’emblée un angle intéressant d’approche. En 9 chapitres, abondamment illustrés de cartes thématiques et s’appuyant sur un gros travail à partir des statistiques du Census Bureau, parmi d’autres sources, Jean-Marc Zaninetti passe en revue des thèmes attendus : présentation du territoire américain, mise en valeur, population en expansion rapide, nation multiethnique, dynamiques régionales, mutations économiques et territoires, suburbanisation, éclatement métropolitain, avant de finir sur le cas singulier de la Nouvelle Orléans, « au péril de la mer » et par une conclusion sur l’empreinte écologique des États-unis et le développement durable en général. Un glossaire, une bibliographie mêlant auteurs francophones et anglophones, et deux index complètent utilement l’ouvrage.

2Pourtant, nous avons éprouvé une certaine déception en refermant ce livre. Le titre, qui met en avant le développement durable, ne tient pas toutes ses promesses. Le sous-titre « peuplement et territoire » serait une façon bien plus juste de décrire le contenu de l’ouvrage, où le développement durable – sans doute préféré par l’éditeur pour raisons commerciales - n’est vraiment abordé qu’en conclusion, alors que le chapitre 9 sur la Nouvelle-Orléans, portant sur l’évaluation de la catastrophe du cyclone Katrina, apparaît comme plaqué, sans réelle transition, au reste de l’ouvrage.

3Dans les huit premiers chapitres, dont la logique d’ensemble ne saurait être remise en cause, l’auteur, mettant en oeuvre ses indéniables compétences en démographie et techniques cartographiques, se livre à un travail systématique de cartographie automatique des données du recensement. Mais la méthode de « lissage quadratique dans le voisinage des 30 comtés les plus proches » adoptée pour de nombreuses figures aboutit à des résultats franchement bizarres, qui peuvent facilement induire en erreur des étudiants ou des lecteurs non avertis. Limitons-nous à deux exemples caractéristiques.

4La carte 2.5 (p. 49) semble indiquer une extension massive des zones irriguées à travers l’ouest, mais la principale utilisation de l’espace consiste en ranches d’élevage extensif ou en bases militaires (Nevada), l’agriculture irriguée ne restant que très ponctuelle, même si elle consomme l’essentiel de l’eau régionale. Inversement le Sud-Ouest du Kansas n’apparaît guère, alors que l’imagerie satellitaire y démontre aisément la prégnance de l’irrigation par pivot.

5Pour la carte 6.1 (p. 126), la croissance de l’emploi est-elle vraiment si forte dans les montagnes du nord-ouest du Colorado et le désert du Nevada central ? On se demande aussi quels emplois industriels se développent si vite dans l’ouest du Dakota du Sud ou le nord de l’Idaho - où les mines ferment -, à moins que ceci n’inclue les emplois de l’agro-alimentaire (filière viandes) comme semble le suggérer le cas du sud-ouest du Kansas (p. 130, carte 6.3). Une croissance calculée à partir d'effectifs très faibles est-elle pertinente ? Il nous semble que l’outil et les techniques sophistiquées de la cartographie automatique ne doivent pas être utilisés sans une réflexion sur la pertinence des cartes qui en résultent.

6Nous avons également eu des difficultés avec d’autres figures de l’ouvrage. Ainsi, la carte 1.8 du « risque de tornade en 2004 » (p. 32) exclut largement l’Oklahoma. S’agit-il d’ailleurs de « risque » lorsque l’événement est survenu et que la carte reflète plutôt la localisation spécifique des occurrences de tornades cette année-là ? L’année 2004 est-elle significative ? Il aurait été plus judicieux de considérer une période beaucoup plus longue, d'ailleurs la carte 1.9 des impacts de cyclones (p. 33) utilise une longue période 1851-2006, qui en fait un bien meilleur outil d’évaluation du risque de retour des aléas. On s’étonne aussi de l’inadéquation de la légende aux graphiques 3.1, 3.2 et 3.3 (pp. 72-73) : à quoi correspond la ligne en pointillés parsemée de triangles ? Pour la figure 4.5 (p. 93), le choix cartographique retenu dissimule l’importance de la population noire dans les villes-centre. Pourquoi la carte 5.7 de la croissance de population 1930-1970 (p. 119) inclut-elle l’emplacement du barycentre de la population américaine en 1900 et 2005 ? Les figures 8.19 et 8.20 (pp. 184-185) montrant les populations noire et hispanique de Houston sont ternies par une finition insuffisante (lignes parasites que la légende considère comme des limites de la municipalité, ce qui ne peut être le cas).

7De plus, le texte de l'ouvrage comprend un certain nombre d’inexactitudes, approximations et erreurs factuelles qui deviennent gênantes par leur multiplication : confusion de localisations entre les séismes de Loma Prieta et Northridge (p. 26), Mt St Helens en Oregon au lieu de Washington (p. 27), Flagstatt pour Flagstaff (p. 30), échelle de Saphir-Simpson au lieu de Saffir-Simpson (p. 34 et ultérieurement au chapitre 9), Chapparal au lieu de Chaparral (p. 40), charbon des Appalaches riche en anthracite (p. 59, seulement dans le bassin de l’anthracite de Pennsylvanie orientale, mais pas en Virginie occidentale ou dans le Kentucky), quotas d’immigration de 1924 basés sur les données d’origine nationale de 1880 (p. 78, ils reposent en fait sur celles de 1890), diminution de la population née en Asie (p. 80, mais elle continue à augmenter même si le rythme d’arrivée des immigrants asiatiques se ralentit légèrement), création des réserves indiennes en 1887 (p. 86, alors que le Dawes Act de 1887 ne fait que modifier – certes substantiellement – une réglementation élaborée dès 1851), « critère géographique » (p. 110) non explicité, première colonie en Virginie en 1584 (p. 110, cette « lost colony » de Roanoke Island, en actuelle Caroline du Nord, a disparu, et le premier établissement anglais permanent, Jamestown, Virginie, ne date que de 1607), San Francisco capitale de la Silicon Valley (p. 131, c’est plutôt San Jose ou Palo Alto), création en 1999 de l’agence de transports MARTA d’Atlanta (p. 173, mais cette institution a été créée en 1971 et le métro mis en service en 1979), confusions péage urbain / congestion pricing (p. 173) et Baltimore / Baltimore County (p. 195), Urban Land Institute pris pour un cabinet d’urbanisme (p. 219), confusion entre board (commission) et district (p. 237), région « Fonderie » qualifiée de « The Forge » (p. 242) alors que Joel Garreau emploie bien l’expression « The Foundry » dans son livre « Nine Nations », usage indifférencié de « negro » et « black » (p. 244), vallée de la Williamette au lieu de Willamette (p. 249)..

8L’industrie automobile, pourtant essentielle dans l’économie américaine, est quasiment absente. Oubliée dans l’évocation de l’économie américaine au chapitre 6, elle n’est mentionnée que p. 180 dans la curieuse affirmation que Detroit mériterait son surnom de capitale de l’automobile au vu de l’importance des déplacements en voiture et de la faiblesse des transports en commun dans cette ville.

9Le clou est sans doute l’attribution au président Harry Truman de la création du Stanford Industrial Park (p. 252), alors que l’initiative vient de Frederick Terman, professeur à Stanford et doyen de sa faculté de génie électrique ! Voilà beaucoup d’inexactitudes qui ne relèvent plus de la simple faute de frappe.

10 

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Boquet, « Jean-Marc Zaninetti : Les États-Unis face au défi du développement durable : peuplement et territoire », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 3 | 2007, mis en ligne le 14 mars 2017, consulté le 01 mai 2017. URL : http://tem.revues.org/843

Haut de page

Auteur

Yves Boquet

Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page