Navigation – Plan du site
comptes rendus de lecture

Eric Glon : Forêts et société au Canada. Ressources durables ou horreur boréale ?

Septentrion Presses universitaires, Lille, mars 2008, 221 pages
Jean-Jacques Dubois
Référence(s) :

Eric Glon : Forêts et société au Canada. Ressources durables ou horreur boréale ? , Septentrion Presses universitaires, Lille, mars 2008, 221 pages

Texte intégral

1L’ouvrage analyse un changement de cap surprenant dans un pays connu pour le triomphe d’une vision très industrielle des forêts, premier exportateur de bois au monde et dans lequel se développe depuis les années 1980 un nouveau modèle pour une approche durable des forêts.

2Pour ce faire, l’auteur procède à une analyse en profondeur de ce qu’il appelle le « système forestier canadien » croisant données économiques, culturelles, sociales et spatiales.

3La première partie (du productivisme aux forêts durables) essaye de répondre à la question suivante : le Canada forestier est –il en passe de sortir de l’horreur boréale ? Quelles sont les mesures concrètes pour le passage à l’acte au-delà de la simple définition d’un cadre de critères pour le développement forestier durable ? Or, les pratiques du productivisme forestier ne sont pas remises en cause fondamentalement, la pression d’une filière bois toute puissante demeure prégnante : les coupes sélectives ne représentent que 10 à 15 % du total des aires exploitées, qui continuent à s’étendre au détriment de forêts jusque là non touchées par les exploitations intensives (45 % des coupes seulement concernent des forêts replantées). Les forêts ne sont plus seulement une source de matière première, mais bien que publiques (provinces : 71 %, Etat fédéral : 23 %, privé : 6 %), elles restent aux mains des grandes compagnies forestières multinationales comme Weyerhaeuser (11 entreprises contrôlent 44 % des forêts commerciales).

4La seconde partie (une société contre la nature ?) part de l’opposition fondamentale entre la nature humanisée du vieux continent européen et la nature vierge des espaces immenses encore vides d’hommes au Canada. La « wilderness » s’identifie à l’idée colonialiste d’une nature sauvage à dominer, d’une nature hors du social, ce qui est une conception de la nature totalement étrangère aux autochtones : la « wilderness » est l’incarnation du processus de spoliation des autochtones par les blancs. A la différence des colons américains nombreux repoussant la nature au-delà de la « frontière », les colons canadiens, peu nombreux, soumis aux caprices de la nature sauvage, en conservent une vision négative. Peu de démarches s’inscrivent à contre courant, dont celle d’Emily Carr (1871 – 1945) qui a contribué à changer cette image négative de la wilderness en la faisant apparaître comme un patrimoine. Mais le chemin menant du conservationnisme utilitaire (la forêt est protégée pour garder une ressource économique en bon état) à la préservation d’une nature patrimoine dans le cadre des nouvelles relations plurifonctionnelles attribuées aux forêts se heurte à de nombreuses résistances.

5La troisième partie (forêts et construit social) part de l’analyse de la controverse de la chouette tachetée, hôte des forêts pluviales anciennes de la côte ouest dont la réduction constante remet en cause l’habitat. On y observe tous les ingrédients caractéristiques de la nouvelle conception, celle de forêts durables indissociables d’un construit social complexe. Le système forestier canadien oppose deux camps : celui des « productivistes » regroupant les grandes entreprises de la filière bois, les autorités provinciales, les syndicats professionnels et celui des « contestataires », autochtones réclamant une rétrocession des forêts, ONG environnementalistes, sociaux et culturels… Entre les deux camps, le pouvoir politique fédéral pousse les gouvernements provinciaux à reconsidérer le productivisme. Malgré les actions militantes vigoureuses, peu d’avancées sont à noter, devant la résistance des nœuds décisionnels (pouvoirs provinciaux et entreprises). Le plan de la Colombie britannique en faveur de la chouette tachetée en 2006 n’entraîne pas de diminution des coupes (les surfaces protégées atteignent à peine 10 %). Un exemple significatif concerne la certification forestière, où le manque de consensus se traduit par la superposition de quatre démarches concurrentes. On peut toutefois estimer qu’en 1995 l’écocertification concerne la moitié des surfaces exploitées.

6La quatrième partie (du construit social aux transpositions spatiales) insiste sur l’importance d’une géographie imprégnée de productivisme. Ce dernier se perpétue sur d’immenses territoires au-delà des massifs forestiers surexploités dans les années 1950 – 1980, par exemple vers l’intérieur de la Colombie britannique, vers le nord de l’île de Vancouver ou depuis les années 1990 dans la forêt boréale ouverte du Québec, entre le 52ème et le 54ème parallèle. Par ailleurs, malgré l’affirmation d’une forêt plurifonctionnelle, il n’y a pas de coexistence des activités, mais un zonage d’espaces spécialisés, une marqueterie qui témoigne d’une absence de gestion globale des forêts.

7L’analyse d’un exemple précis de modèle alternatif, concernant la réappropriation territoriale et culturelle des « Lil’wat » dans la région de Mount Currie, en Colombie britannique, traduit toutefois une certaine avancée. Un accord local a été conclu pour l’exploitation durable des forêts des réserves (2300 ha), mais aussi pour la protection des lieux sacrés, des richesses écologiques et des sites archéologiques à l’échelle, beaucoup plus vaste, du territoire des « Lil’wat ». Ce qui est intéressant dans cet exemple, est qu’au-delà des opportunités face à la manne des Jeux olympiques de 2010, les autochtones sont surtout désireux de concilier ces potentialités nouvelles de développement avec leur propre culture.

8L’intérêt essentiel de l’ouvrage est de dépasser la simple analyse des données socio-économiques et de la nouvelle politique forestière, toujours plus ou moins conditionnée par un a priori naturaliste, celui de l’état des ressources forestières et des écosystèmes. Mais au contraire de se focaliser sur les relations complexes du sociosystème forestier, profondément renouvelé depuis une trentaine d’années. Où comment la recherche difficile de compromis entre productivisme et développement durable repose sur des groupes d’acteurs se déployant du local au global et inscrivant en contrepoint de la vision industrielle des intérêts économiques un construit social autour des forêts.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Jacques Dubois, « Eric Glon : Forêts et société au Canada. Ressources durables ou horreur boréale ? », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 3 | 2007, mis en ligne le 13 mars 2017, consulté le 16 août 2017. URL : http://tem.revues.org/836

Haut de page

Auteur

Jean-Jacques Dubois

Professeur émérite
Université Sciences et technologies Lille1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page