Navigation – Plan du site
Varia

Extension et variété de l’usage du cloisonnement urbain de Makati à Metro-Manila (Philippines)

From Makati to Metro-Manila: Spreading and Diverses Uses in Urban Partitioning
Catherine Guéguen
p. 76-91

Résumés

Le cloisonnement urbain dans les grandes villes et surtout dans les villes des pays du Sud constitue un élément incontournable dans les études géographiques actuelles. Les différents aspects de ce dernier dans le cadre de l’agglomération capitale des Philippines Metro-Manila amène à aborder ce thème sous divers angles : historique en prenant en compte la construction de ce compartimentage dans la période contemporaine avec un croît démographique sans précédent associé à l’application d’un modèle urbain exogène sur un substrat urbain pauvre. La quête d’un mieux vivre est aussi présente quelle que soit l’échelle d’étude et les acteurs de cette segmentation, mais le cloisonnement peut être aussi envisagé comme éléments de reconversion ou un modèle de développement économique spécifique dans cette grande ville.

Haut de page

Texte intégral

Introduction 

1Les images de la vie urbaine aux Philippines sont dominées par les bidonvilles, la misère et la prostitution, ces aspects de la vie urbaine n’ont pas disparu mais le profil de l’agglomération capitale s’est profondément modifié depuis les années soixante. Comme d’autres grandes villes d’Asie du Sud-est, la capitale philippine présentent de nombreux contrastes dus à l’étalement urbain et la multiplication des centres sous la forme de parcs d’immeubles. L’originalité du cas philippin réside dans les multiples influences qui conduisent à la segmentation urbaine. Le croît rapide de population pauvre dans le vieux centre de Manille génère le départ des clases moyennes et aisées pour les communes de San Juan, et Makati où des projets d’aménagements urbains mettent en avant l’habitat individuel dans des espaces verdoyants, là où la sécurité prime. Ce cloisonnement des populations dans des villages résidentiels est à la fois issu de projets immobiliers inspirés des espaces résidentiels américains de type « gated communities » mais aussi de la période de la loi martiale imposée par Marcos dès 1972, qui, en imposant un couvre-feu, systématise les contrôles routiers et de population d’où la multiplication des grillages, barrières et murs. Se murer chez soi devient la norme. Le cloisonnement urbain impose une régulation systématique de l’accès et il s’étend bien au-delà des espaces résidentiels à l’échelle des bâtiments abritant des activités de services ou de commerce.

2Malgré un aspect de ville décousue, la vie s’organise autour des multiples ruptures de charge dans les transports en commun, d’où la nécessité de posséder une automobile…La segmentation de la ville s’accentue par la multiplication de petites unités cloisonnées à l’initiative des résidants sans prise en compte de la mobilité des personnes. Les immeubles de verre de Makati détonnent insolemment avec les bidonvilles bordant l’autoroute qui y mène. C’est cette commune qui depuis les années soixante inspire les aménagements de toute l’agglomération capitale. On peut, à l’échelle de Metro-Manila, parler d’un modèle de développement urbain inspiré d’un Central Business District à l’américaine, dans un environnement urbain majoritairement pauvre. Les espaces clos dans la capitale philippine peuvent être des espaces résidentiels mais aussi des parterres d’immeubles ou des centres commerciaux dont l’accès est contrôlé pour les véhicules et les personnes. On cherchera à comprendre comment ce modèle inspiré de l’extérieur domine désormais les projets de développement de cette agglomération composée de 17 communes totalisant près de douze millions d’habitants, lequel contribue à modifier le paysage urbain de Metro-Manila. En quoi l’accès à ce « modèle » urbain uniformise-t-il les modes de vie et perpétue-t-il le cloisonnement urbain dans l’agglomération capitale des Philippines tout en mobilisant les énergies citoyennes ?

3L’exemple de Makati constitue le support de ce développement sur la multiplication des espaces urbains cloisonnés composés d’immeubles de bureaux, de villages résidentiels et de centres commerciaux dans l’agglomération capitale des Philippines. Intégrer ce type d’ensemble urbain pour tout Philippin témoigne d’un certain niveau de vie mais aussi l’accès à une ville « idéale » où les soucis du quotidien s’éloignent…La création de ces nouveaux centres réorganise l’agglomération mais les éléments dissociés de ce schéma urbain prolifèrent dans la ville et la compartimentent d’autant plus.

1. Des immeubles émergent de la ville basse

1.1. Une capitale en quête d’organisation

  • 1 Le bahay na bato est composée de fondation en pierre et d’un étage généralement en bois.

4Jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale la ville s’organise principalement autour de la rivière Pasig. Cette dernière attira les premiers regroupements de populations dont les habitations étaient faites de végétaux (bahay kubo). En 1570, l’administration espagnole déplaça la capitale de l’archipel d’Iloïlo (île de Panay dans les Visayas) vers l’embouchure de la Pasig pour créer Manille, matérialisée par Intramuros. Au-delà des murs de la ville espagnole, des quartiers d’artisans se développent dont le parian : le quartier imposé aux Chinois sur la rive droite. Une forme d’habitat résidentiel s’étend dans et à l’extérieur de la ville fortifiée : le bahay na bato1, laquelle traduit un semblant d’organisation urbaine.

  • 2 L’Etat philippin est intégré au Commonwealth américain.

5Les populations se diversifient aussi face à l’ouverture économique du pays. Ces deux facteurs entraînent une recomposition des populations mais aussi des fonctions de certains espaces dans l’agglomération capitale. Les Philippines deviennent une « colonie »2 américaine une fois la tentative d’indépendance avortée en 1898 ; les Espagnols vendent l’archipel aux Américains. Les Philippines auront alors le statut de territoire d’outre-mer américain jusqu’en 1946, date de l’indépendance. Cette colonisation se traduit par l’importation d’un modèle bien visible actuellement dans le paysage urbain, puisque l’afflux de personnels administratifs américains, de soldats ou d’hommes d’affaires nécessite la mise en place de logements pour les accueillir. Toutefois, la vie urbaine se concentre à Manille, mais la ville reste « basse », les seuls bâtiments imposants sont ceux des ministères d’inspiration néo-classique.

  • 3 Goldblum C., 2000, p311

6Manille connaît une très forte augmentation de population entre 1918 et 1939, sa population passe de 219 928 à 623 492 habitants. Cette croissance est due aux effets combinés de la paix après guerre et à l’afflux de personnes en quête de travail, d’une bonne éducation et globalement d’une vie meilleure dans une ville où un effort de santé publique est réalisé, où l’adduction d’eau est présente et où les déchets sont collectés. Avec la croissance de la ville, le plan de développement urbain de Burnham (architecte de Chicago en 1905) se révèle rapidement inadapté avec le problème de gestion des bidonvilles. En 1936, Quezon City est créée et planifiée pour décongestionner la ville de Manille. Le flot de migrants s’accentue après la Seconde Guerre Mondiale, ils s’installent dans Manille, partiellement détruite et accentuent sa taudification. Manille est avec Jakarta une des deux villes à atteindre le million d’habitants à la fin des années quarante en Asie du Sud-est 3. La flaque urbaine dépasse le cadre communal de Manille.

7La décennie d’après-guerre a vu un important mouvement des espaces résidentiels de Manille vers les banlieues et d’autres villes plus éloignées comme Laguna, Cavite…Quezon City connaît la plus forte croissance avec +258 % entre 1948 et 1960. Les middle et upper middle class quittent Binondo, le centre de Manille congestionné, pour accéder à un autre type d’habitat inspiré des subdivisions privées à l’américaine. Makati voit sa population augmenter de 177 %, Mandaluyong : +172 %....La croissance de Makati est due à l’aménagement de la propriété Ayala de 900 hectares soit la moitié de la surface de la commune. Le profil de la ville est bouleversé : les premiers immeubles sortent de terre dans les années soixante et imposent de nouvelles activités.

1.2. L’application d’un modèle urbain avec le triptyque : immeubles, villages résidentiels, centres commerciaux

  • 4 Duldulao D. M., 1996, p 42

8Après la seconde guerre mondiale4, la morphologie de l’agglomération capitale se modifie avec l’aménagement de Makati. Joseph R. Mc Micking, un colonel servant dans l’armée américaine et marié dans le clan Ayala-Zobel possesseur de l’hacienda de Makati limitrophe de Manille, lance une étude de projet immobilier. Mc Micking en partenariat avec des investisseurs immobiliers entreprend un projet de développement sur vingt-cinq ans sur la superficie de la propriété familiale. Au lieu de vendre simplement des terrains, il proposait un développement urbain intégré, basé sur la réalisation d’un espace « communautaire » associant immeubles, espaces verts, commerces, et des espaces résidentiels dont la vente des lots à bâtir serait fortement contrôlée. Le pari était de déplacer les populations vers Makati alors que le flux migratoire s’orientait vers le nord de la ville, vers des communes comme San Juan, Mandaluyong ou Quezon City. Mc Micking adopta une stratégie « marketing » destinée à attirer une élite de personnes aisées, riches et célèbres à Forbes Park, subdivision la plus huppée de Makati. L’autre point déterminant fut d’encourager le déménagement dans cette zone du Manila Polo Club et du Manila Golf Club. Il promit alors un espace résidentiel, luxueux et sécurisé à Forbes Park. Afin d’encourager le mimétisme, la famille Ayala à l’origine du projet quitta Manille pour Makati. Cette stratégie fonctionna et des chefs d’entreprise voire des éléments de la classe moyenne aisée décidèrent de changer de lieu de résidence. L’entreprise immobilière des Ayala créa d’autres subdivisions afin de répondre à la demande ; le village de San Lorenzo fut créé en 1954 pour les populations de classe moyenne. D’autres quartiers résidentiels furent créés sur un principe identique : Bel-Air en 1957, Urdaneta en 1958, San Miguel en 1958, Magallanes en 1963, Dasmariñas en 1965. La partie centrale de ce projet immobilier est constituée d’immeubles de bureaux, bordant de grandes avenues. Ces derniers abritent des activités de tertiaire supérieur lesquelles étaient à l’origine massées dans le vieux centre de rive droite. Elles vont à leur tour déménager vers Makati, certaines banques vont toutefois conserver une succursale à Binondo dans le vieux Manille.

Photo 1 : Makati : les immeubles de bureaux entourés de la ceinture verte (au premier plan : le golf et les villages résidentiels de Dasmarinas et Forbes Park)

Photo 1 : Makati : les immeubles de bureaux entourés de la ceinture verte (au premier plan : le golf et les villages résidentiels de Dasmarinas et Forbes Park)

Cliché : Catherine Guéguen, août 2006.

1.3. La multiplication des centres d’affaires recompose la centralité dans l’agglomération capitale

9L’aménagement de ce Central Business District contribue à désorganiser l’agglomération capitale dans son ensemble puisque sa création participe à la multiplication des centres dans la ville (figure 1). Jusqu’à la seconde guerre mondiale, la commune de Manille était le centre de l’agglomération. Les communes alentour ne constituaient pas un tissu urbain continu. Au début des années soixante, Manille partiellement détruite est submergée par un flot de migrants venus des campagnes. La ville centre ne présente plus beaucoup d’attraits pour les résidants et il n’est alors pas difficile de convaincre ceux qui en ont les moyens d’établir leurs résidences dans les communes voisines. Les achats de terrain sont également considérés comme des investissements dans la « nouvelle ville » ; beaucoup de Sino-philippins achètent des propriétés sur la commune de Makati mais n’y résident pas. Ils préfèrent résider à Quezon City et louer leur propriété située dans les barangays de Dasmarinas ou de San Lorenzo. Makati concentre tous les attraits de la ville et voit affluer les sièges sociaux d’entreprises. Encore aujourd’hui la configuration de Metro-Manila évolue face au croît démographique, à la situation économique du pays ; ce cadre urbain général implique aussi des changements à Makati.

10Les entreprises immobilières contribuent à remodeler le paysage urbain de l’agglomération capitale des Philippines. Un deuxième ensemble du même genre a été construit sur la commune de Pasig avec le centre Ortigas. Cette fois ci, c’est l’installation de la Banque Asiatique de Développement dans cette commune de l’agglomération en 1966 qui incita les promoteurs immobiliers à se lancer dans la construction d’un ensemble de villages résidentiels de qualité (Valley verde) aux pieds des immeubles de ce « CBD », jouxtant le boulevard Epifanio de los Santos (EDSA). Au milieu des années 1990, l’ensemble fut complété par la construction du plus grand centre commercial de l’agglomération (pour l’époque) par l’entreprise SM Prime : Megamall long de 600 mètres.

  • 5 Makati Medical Center

11Le sud de l’agglomération capitale a aussi vu le développement d’un projet comprenant la construction d’un parc de bureaux, de résidences et de services. La commune de Muntilunpa bénéficia de ce projet immobilier de la société Filinvest qui contribue à réorganiser, voire canaliser les flux de population du sud de l’agglomération à partir d’Alabang. Ce projet concerne la création de villages résidentiels, de malls (Festival Super Mall ouvert fin 1997), d’immeubles de luxe (Spectrum Corporate Towers, Parkway Place resort Towers, Oakwood condopark). Ce développement s’accompagne de la création d’un hôpital ; l’Asia hospital a ouvert en 2003 et propose un service équivalent au très réputé « Makati Med5 », puisque le personnel médical partage son temps entre les deux établissements : la proximité de soins de qualité fut une garantie essentielle pour attirer à Alabang les familles aisées…Cette « ville », selon le promoteur immobilier (Gotianum), ne concurrence pas Makati mais doit être perçue comme complémentaire. Filinvest Village est censé drainer les populations du sud de Metro-Manila vers cet ensemble de bâtiments associant centres commerciaux, immeubles de bureaux et résidences. La proximité de la zone industrielle de Calabarzon au sud de l’agglomération doit aussi pouvoir constituer une zone d’accueil pour les investisseurs et leurs familles, puisque cette zone industrielle capte 50 % des investissements réalisés dans l’archipel. Il est à noter que ce projet bénéficie du soutien des autorités urbaines qui y voient un moyen de décongestionner les zones les plus denses de l’agglomération autrement dit son cœur composé de Manille et Makati. On doit aussi noter, que, le groupe immobilier Ayala à l’initiative du CBD de Makati a aussi investi sur la commune de Muntilunpa.

12Ce modèle semble être toujours considéré comme une référence de développement urbain puisque d’autres communes inscrivent clairement dans leur plan d’occupation des sols l’emplacement d’un « CBD » comme c’est le cas pour Malabon. On se doute que ce dernier aurait pour mission de canaliser investissements et flux de populations du nord de la capitale.

Carte1 : Makati dans l’ensemble Metro-Manila

Carte1 : Makati dans l’ensemble Metro-Manila

Catherine Gueguen Septembre 2006.

2. De « nouvelles villes » dans la ville qui imposent rythme, mode de vie, et gestion drastique du tertiaire rentier

2.1. Vers la disparition des espaces publics

  • 6 Abinales P., 2005, p 55. Le système de l’encomienda fonctionna de la din du XVIème à environ 1700 d (...)
  • 7 Mr J. Binay a été formé au SURP: School of Urban and Regional Planning de Quezon City.

13Makati est une « ville jeune », construite ex-nihilo, il y a cinquante ans dans une zone marécageuse. Cette ville nouvelle, animée par le marché du foncier, est une ville privée détenue par plusieurs compagnies immobilières tout comme les autres espaces à vocation de centres d’affaires de la capitale. Toutefois, les administrations publiques se sont surimposées à ces propriétés urbaines. Le mode d’occupation et d’exploitation foncière peut être comparé sous certains aspects au système de l’encomienda issu de la colonisation espagnole. Avec l’encomienda, les Espagnols pouvaient prélever l’impôt per capita du par les habitants du lieu à l’encomendero et à l’Eglise6. C’est désormais le système de la concession qui régit la partie de la commune consacrée aux espaces de bureaux, lesquels abritent les activités de tertiaire supérieur, le long des grandes avenues. Des concessions sont octroyées aux entrepreneurs désirant bâtir des immeubles pour une durée moyenne de vingt-cinq ans renouvelable. Les baux signés dans les bâtiments à vocation de service entraînent le paiement d’un loyer, auquel s’ajoute pour les espaces de commerces un pourcentage des ventes réalisées dans ce dernier. Le système de la concession est indissociable du droit du sol aux Philippines. La propriété foncière est considérée comme une rente. L’octroi d’une concession est réalisé plus communément dans le secteur minier, dans ce cas de figure, la terre à Makati est une réelle mine d’or ! Cette pratique peut être apparentée à du « néo-féodalisme urbain », qui va de pair avec la progressive disparition des espaces publics dans la ville. Tous les espaces vacants, non construits ou en attente d’être construits sont rentabilisés par la mise en place d’aires de stationnement payantes. Il est d’ailleurs de plus en plus rare de trouver à stationner dans la rue ou dans un parking en plein air, les voitures sont orientées par un dédale de rues à sens unique vers des parkings souterrains ou à étages. On peut ajouter aussi que le maire de la ville de Makati Mr Jejomar Binay est urbaniste de formation7. Cette commune est un réel laboratoire d’expérience en matière de gestion du foncier et de projets urbains.

  • 8 De 600 à plus de 1500 euros/ mois en 2006

14Dans les villages résidentiels de Makati, de nombreuses maisons sont en phase de rénovation. La réfection de ces maisons individuelles s’explique amplement par le fait que la construction de villages résidentiels ne fait plus partie des projets immobiliers aux alentours de Makati (pour preuve, le développement de Fort Bonifacio se traduit par la construction d’immeubles résidentiels (figure 2, cliché 3), mais la demande pour ce type d’habitation reste forte et encourage les propriétaires dans cette démarche. En effet, plus de la moitié des maisons individuelles sont louées à des familles expatriées qui voient dans la localisation du village San Lorenzo par exemple, des commodités appréciables pour la proximité des commerces et des écoles (l’Assomption College, très réputé se localise dans l’enceinte du village) ou encore la proximité des écoles internationales implantées sur le site de Fort Bonifacio. La demande en maisons individuelles se traduit par un renchérissement du foncier locatif : de 40 000 à 100 000 pesos8 pour une maison de taille modeste dans le village San Lorenzo.

Photo 2 : Le nouveau complexe résidentiel « Serendra » sur la commune de Taguig voisine de Makati. (En arrière plan : les résidences, un axe central est animé par des commerces ouverts et des espaces verts)

Photo 2 : Le nouveau complexe résidentiel « Serendra » sur la commune de Taguig voisine de Makati. (En arrière plan : les résidences, un axe central est animé par des commerces ouverts et des espaces verts)

Cliché : Catherine Guéguen, Février 2008.

2.2. Un rythme de vie imposé par la segmentation urbaine

15Les activités des centres d’affaires sont axées sur les services. Les nombreux immeubles abritent aux alentours de 2000 bureaux d’expertise ou d’investissement financier, 150 compagnies d’assurance. L’hôtellerie draine aussi beaucoup d’employés (Six hôtels de luxe ; cinq ont plus de 500 chambres). La commune de Makati est désormais le siège des représentations diplomatiques : 54 ambassades et 34 consulats. Concernant les services diplomatiques, on se doit d’ajouter que parfois les services administratifs d’une ambassade peuvent se trouver dans la résidence de l’ambassadeur, ainsi les ambassades et consulats se trouvent indifféremment dans des villages résidentiels ou dans des bureaux localisés dans des gratte-ciels. Makati accueille aussi 11 représentations d’organisations internationales (ONU, WFO…). La commune n’est pas seulement animée par les aller et venues de ces habitants mais par une population originaire de toute l’agglomération attirée par la qualité de ces « malls » ou centres commerciaux comme Glorietta Ayala Center par exemple.

  • 9 D’après le résultat du recensement intermédiaire 2007 paru en mars 2008, www.census.gov.ph
  • 10 1,15 million de pesos équivaut à environ 20 000 euros en 2006.
  • 11 Le complexe Glorietta notamment qui abrite plusieurs grands magasins : Landmark, ShoeMart, Robinson

16La population résidante est estimée à 510 000 personnes en 20079, et le département de l’urbanisme de la mairie indique que la population présente sur la commune double les jours de semaine. Makati se vide la nuit, laissant alors les immeubles dévoués aux bureaux vacants le temps de quelques heures. Cet afflux de personnes entraîne un encombrement du trafic aux heures de sortie de bureaux (voitures personnelles sortant des stationnements souterrains, taxi, jeepneys sur les artères principales). Les personnes résidant sur la commune regagnent leurs « périphéries résidentielles » : leurs « villages » proches comme Dasmariñas ou Magallanes. Les employés de bureau regagnent des périphéries plus lointaines voire les bidonvilles de l’agglomération. Le prix des loyers et éventuellement les investissements fonciers entraînent un étalement des quartiers résidentiels au-delà des limites administratives de la capitale. Les gens peuvent habiter Laguna ou Cavite où l’acquisition d’une maison individuelle est possible pour 1,15 million de pesos philippins10 (remboursement à hauteur de 20 000 pesos /mois). L’animation nocturne se cantonne à quelques sections dans les malls ou, à certaines portions de rues dédiées aux bars au nord de la commune de Makati aux alentours de la rue Jupiter. Conçus à l’américaine, les centres commerciaux fermés ou « malls »11 sont considérés comme des espaces de vie, récréatifs où les Philippins apprécient de passer la journée ou la soirée. Des aménagements sont d’ailleurs réalisés pour rendre ces lieux nocturnes, bars ou restaurants plus agréables avec des espaces ouverts en terrasse tout en proposant des salles entièrement soumises à l’air conditionné, comme c’est le cas à Greenbelt.

2.3. Une gestion dominée par les associations de résidants

  • 12 Appelés condominium dans l’agglomération.

17Une étude à grande échelle, celle de l’unité administrative de base aux Philippines : le barangay, permet de comprendre la gestion d’un espace à l’intérieur de cette commune vitrine. Le barangay est une des unités administratives de base aux Philippines. Cette administration locale avait été réactivée par le Président Marcos à partir du Décret de Loi Martiale promulgué en 1972. La mise en place de cette unité administrative locale devait permettre la surveillance de la population. L’intérêt de l’étude du barangay San Lorenzo réside dans le fait qu’il est l’un des plus anciennement mis en valeur au coeur du Central Business District. Ce barangay du sud de la commune de Makati est bordé par des voies routières importantes : Epifanio de los Santos au sud, Pasong Tamo à l’ouest et par l’avenue Ayala à l’est. Plus de 50 % de la surface du barangay est dédié à la fonction commerciale, le reste est occupé par des espaces de résidences individuelles appelés « villages » (San Lorenzo et Ecology) et quelques immeubles résidentiels12. Une grande partie de ce barangay est une propriété privée gérée par la famille Ayala (dont les activités reposent surtout sur l’immobilier, la téléphonie avec Globe Telecom et le secteur bancaire avec Bank of the Philippines Islands). Ce barangay vit au rythme du CBD, la circulation est très dense jusqu’aux alentours de 10 h le matin et à partir de 17h l’après-midi. La circulation des piétons a été pendant longtemps négligée. Toutefois, avec l’aménagement du centre commercial Greenbelt (qui a vu la disparition partielle d’un parc), des passerelles piétonnes ont été réalisées afin que les passants puissent traverser les grands axes routiers sans encombre. Cette passerelle permet d’accéder aux principaux centres commerciaux de Makati et d’accéder aux grandes avenues, ainsi qu’aux banques localisées sur Paseo de Roxas et Ayala Avenue. Cette nouvelle voie génère un nouveau flux de personnes et donc de clients potentiels pour les centres commerciaux.

Photo 3 : San Lorenzo : passerelle entre les centres commerciaux Glorietta et Greenbelt sur Makati Avenue

Photo 3 : San Lorenzo : passerelle entre les centres commerciaux Glorietta et Greenbelt sur Makati Avenue

Cliché : Catherine. Guéguen, août 2006.

18Aujourd’hui, les fonctions du barangay intègrent la gestion de l’espace conformément aux directives émises par l’équipe municipale. Toutefois, dans un espace relativement restreint, d’autres administrations comme celles des « villages » se surimposent à l’autorité du barangay et imposent un autre échelon de concertation avec les autorités municipales ; lesquelles entraînent des ralentissements dans l’exécution des tâches d’entretien, ou de travaux programmés dans l’une ou l’autre des enceintes administratives concernées. Les « associations de villages » sont pour ainsi dire des associations « privées » qui regroupent les propriétaires d’un certain espace. Par exemple, dans le barangay San Lorenzo, deux associations de propriétaires doivent collaborer avec l’administration « publique » du barangay : l’association du « village de San Lorenzo » et celle d’ « Ecology village ».

  • 13 estero : toponyme philippin pour désigner une rivière, ou un des diverticules de la rivière Pasig q (...)

19Les tâches, bien que relativement définies entre ces administrations, peuvent se compléter ou être approfondies par les associations de propriétaires. L’administration du barangay a pour principales tâches l’entretien de la voirie (panneaux, trottoirs, réparation des routes, éclairage) et se doit d’assurer la sécurité dans le parc Legaspi. Pour ces travaux, les autorisations et normes viennent de la mairie de Makati. Le barangay se doit aussi d’assurer la protection des résidants (entretien des murs et grillages entre les deux espaces résidentiels), le nettoyage de l’estero13 qui traverse le barangay et l’entretien du parc. Le barangay est aussi responsable de la collecte des déchets ménagers : un entrepreneur privé est mandaté. Ce dernier confie aussi la sécurité du barangay à une société de gardiennage privée.

Figure 2 : Habitat et activités à Makati

Figure 2 : Habitat et activités à Makati

Source : Makati City Hall, 2002.
Catherine Gueguen Septembre 2006.

20Les attributions des associations de propriétaires sont chargées de responsabiliser les résidants à la propreté de leur rue. L’association du village San Lorenzo contracte également des agents de sécurité pour compléter le dispositif sécuritaire fourni par le barangay (les gardes ont des uniformes de couleur différente). L’association organise aussi des activités récréatives (danse etc…). Pour mener à bien ces fonctions et activités, l’association collecte une taxe proportionnelle à la taille de la propriété (pour 500m² : 10 000 pesos/an soit 150 euros/an). Le barangay procure aussi des services médicaux gratuits pour le personnel de maison et les pauvres des alentours.

  • 14 squatter : terme employé localement pour désigner les personnes occupant illégalement une propriété (...)

21La gestion de Makati semble sans faille et la disparition des espaces publics entraîne l’implication des propriétaires ou habitants des villages dans de multiples initiatives qui complètent celles des pouvoirs publics. Les marges de la commune de Makati sont soumises aux contacts d’espaces urbains gérés par d’autres entités communales, nettement moins dotées en infrastructures et en ressources. En effet, Makati est confronté à des problèmes différents dans ses espaces limitrophes avec d’autres communes de Métro-Manila. Les barangay de Bancol et de Pio del Pilar sont traversés par la ligne de chemin de fer animée par la Philippine National Railway (PNR), l’espace de la voie ferrée a été depuis plus d’une dizaine d’années occupé par des colonies de résidants illégaux, sans que cela n’entrave véritablement le fonctionnement de la ligne. Ces « squatters »14 ont été déplacés dans des provinces localisées au sud de Métro-Manila comme Cavite ou Laguna et des logements sociaux leur ont été alloués. Cette opération, visant l’embellissement du cadre urbain (Beautification programm) a été réalisée en collaboration avec le MMDA (Metro-Manila Development Authority) au printemps 2006. La première phase de ce programme avait visé les occupants indésirables installés le long de la rocade est de Makati (C5) ; des opérations alliant déguerpissements et relocalisations des populations informelles avaient été menées en 2002. Un des points communs à ces opérations est l’amélioration du paysage urbain de Makati, et plus précisément de son image de « ville-vitrine », dont les contrastes étaient bien trop visibles le long des différentes voies d’accès.

3. Entre mimétisme, outil de reconversion et concurrence : les immeubles et les espaces résidentiels cloisonnés se multiplient dans l’agglomération

3.1. Les espaces clos constituent un modèle de reconversion

22Les immeubles d’affaires, dont l’entrée n’est autorisée qu’au personnel ou aux clients ayant un référent dans le bâtiment, prennent de plus en plus d’ampleur. Les activités tertiaires de rente se densifient à l’échelle de la commune de Makati (figure 2 et figure 3). En effet, une forte augmentation des espaces commerciaux et tertiaire en général est perceptible depuis 1986. Le parterre d’activités a peu évolué depuis la création du CBD : des immeubles dédiés aux activités de tertiaire supérieur (audit financier, assurance…) se sont développés le long des avenues Gil Puyat et Makati, ainsi que le long de Pasong Tamo (immeubles de plus petite taille). Dans le CBD, l’espace dédié aux bureaux s’est accru de 600 000 m² depuis 1993.

23Ainsi les terrains destinés aux commerces ont augmenté d’environ 25 % ; ils occupent une surface de 270 hectares. Les espaces industriels sur le territoire communal de Makati sont moribonds (80 hectares désignés comme tels, sont actuellement dédiés à une autre activité). Les friches industrielles sont progressivement converties, ce qui montre à l’échelle de toute la capitale philippine une volonté affichée du rejet des industries en dehors de l’agglomération (la province de Batangas au sud de Manille en bénéficie directement). Certains espaces résidentiels ont été convertis ; une partie du barangay Bel Air et l’ancienne centrale électrique Rockwell Powerplant ont été transformées en centre commercial (Rockwell Center) au nord de la commune. Quant aux espaces dédiés aux administrations, ils sont de faible superficie et ne comptent que les écoles publiques, les bureaux des barangays, ainsi que la mairie de Makati. Les quelques terres agricoles des pourtours de la commune ont été progressivement transformées en espaces résidentiels. En effet, ceux-ci ont augmenté de 100 ha, les aménagements ont eu lieu dans la zone de Pembo. Les espaces interstitiels aux limites de la ville sont peu à peu occupés, surtout à l’est de Makati. Preuve que les activités tertiaires sont de plus en plus dévoreuses d’espace, les terrains à vocation mixte se multiplient aux périphéries de la commune : des zones commerciales sont bâties non loin des espaces résidentiels.

Figure 3 : San Lorenzo au cœur du CBD (Makati city)

Figure 3 : San Lorenzo au cœur du CBD (Makati city)

Source: Makati city Hall, Baranguay San Lorenzo
Catherine Gueguen Septembre 2006.

3.2. Les communes limitrophes de Makati reproduisent son modèle de développement

  • 15 Valino R., 2002, in Graphic vol 13, N° 27

24La crise économique de 1997 a eu des impacts sur la ville, peu visibles à l’œil nu ; de nombreux étages d’immeubles sont vides, désertés pour cause de loyers trop élevés. Les entreprises trouvent ailleurs les mêmes qualités d’hébergement pour des loyers moindres dans des zones limitrophes de Makati. La conséquence directe de cette demande moindre est la baisse spectaculaire des loyers, moins 14 % sur l’avenue Makati, et moins 28 % à Ortigas au nord de la ville15. Ainsi, ces espaces limitrophes, bien que moins « centraux » par rapport à ce qui est considéré comme « le » centre des affaires, sont dotés de voies de communication routière et accessibles par le LRT (Ligth Railway Transit). La crise foncière du CBD dynamise les avenues voisines. Ainsi, la moribonde avenue Taft s’est dotée de deux nouvelles tours de haut standing (au croisement avec l’avenue United Nations et l’autre avec Vito Cruz). Pasong Tamo se refait une santé, et des succursales bancaires ouvrent. La vieille Buendia avenue est aussi prisée. Malgré une demande moindre, que ce soit pour des bureaux ou des logements résidentiels, les constructions de logements dans des condominiums de luxe se sont accrues pour le compte de multinationales, d’associations d’acheteurs, ou d’expatriés. La préoccupation sécuritaire est une question sensible dans les milieux d’affaires, la construction du Federal Land’s Oriental Garden (sur Pasong Tamo) semble en être l’expression.

25La santé fragile de l’économie philippine ne fait pas renoncer les grands groupes à investir, le foncier constitue toujours un enjeu, bien qu’avec la crise asiatique ce secteur ait été particulièrement affecté (endettement). Le foncier est un investissement à long terme, Ayala Land, la compagnie immobilière d’une des familles investies dans la création du CBD, s’engage encore dans la construction de projets résidentiels associés à des centres commerciaux et zones récréatives, reproduisant une recette qui a déjà fait ses preuves dans le passé sur la commune de Makati.

  • 16 Ayala Land Inc. et Metro Pacific dominée par l’entrepreneur sino-philippin John Gokongwei Jr
  • 17 Valino R., 2002, Graphic, vol 13, N° 27

26Makati est la commune-vitrine de l’agglomération capitale des Philippines et souhaite étendre son espace administratif. L’occasion lui en a été donnée par la mise en vente, par l’Etat philippin, d’un vaste lot de terrain à l’est de la commune. Cette transaction a suscité des appétits féroces de la part des grandes compagnies immobilières du pays16, pour acquérir ce terrain extrêmement bien placé, mais situé en dehors des limites administratives de la commune de Makati. Cette ancienne propriété de l’armée localisée sur la commune de Taguig est devenue la propriété du groupe immobilier Ayala pour 35 000 pesos/m² soit 584 euros/m²17. Les autorités administratives de la commune de Taguig ont, avec le promoteur immobilier du site, mis en place une stratégie pour développer cet espace situé au cœur de l’agglomération capitale des Philippines ; localisé à proximité du CBD de Makati et des aéroports internationaux (NAIA I et Centennial II) ainsi que de l’aéroport dédié aux liaisons domestiques (figure1). Cet espace en attente est devenu progressivement « Fort Bonifacio Global City ». La mise en valeur du site fut extrêmement rapide après l’acquisition du terrain, par la mise en service d’un espace commercial « Market-Market ! » en 2004, qui associe différentes formes de commerces : grand magasin (Metro Gaisano), boutiques, et espaces de marché en extérieur. Ce dispositif se voit compléter par des résidences de luxe basses (trois étages) intégrant des espaces ouverts de détente et de restauration au rez-de-chaussée. Le complexe résidentiel « Serendra » complète aussi ce dispositif (cliché 3). Ces projets sont menés à bien par le propriétaire du terrain : le groupe immobilier Ayala entreprend une valorisation de l’espace autre que celle menée dans les années soixante…les maisons individuelles n’ont plus la cote ! Trop dévoreuses d’espaces, elles sont pourtant très prisées. Les barangays de Makati jouxtant l’espace du Fort Bonifacio, mais localisés sur la commune de Makati ont vu leur espaces vacants se truffer littéralement d’immeubles résidentiels de luxe comme c’est le cas en marge du barangay Forbes ; ces bâtiments de plusieurs dizaines d’étages étaient quasiment vides en 2006. Quelques projets d’immeubles résidentiels de luxe avaient vu le jour en 2002 comme les tours du Pacific Plaza, projet réussi, terminé et occupé dans son intégralité chose qui demeure une exception tant l’offre en immeubles résidentiels est nombreuse et variée !

27La mise en valeur de Fort Bonifacio suscite néanmoins des atermoiements administratifs puisque la commune de Makati a entamé un recours en justice pour récupérer dans ses limites administratives l’espace du Fort Bonifacio. En effet, elle revendique « cette propriété » puisqu’elle y aurait déjà des représentants municipaux dans les barangays de Post-Proper South Side et de Post-Proper North Side. Makati réclame ces deux barangays, qui pourtant se trouvent sur le territoire administratif de la commune de Taguig. Makati cherche à récupérer des zones nouvellement dotées d’activités marchandes, génératrices de collectes d’impôts.

28L’implantation de nouvelles activités dans la zone du Fort Bonifacio suscite d’ores et déjà des problèmes de circulation. En effet, Fort Bonifacio n’est relié que par trois accès routiers qui passent forcément par la commune de Makati, l’un au nord par l’avenue Buendia, l’autre au centre par le village de Forbes Park et au Sud par Pasong Tamo. La mise en place d’activités dans cette zone a créé une circulation dense depuis 2005, et la desserte routière n’a pas évolué depuis l’émergence des nouveaux centres commerciaux. L’accès à Fort Bonifacio est réalisé principalement par voitures individuelles ou taxis, plusieurs lignes de bus ont été mises en place. Fort Bonifacio se veut une ville nouvelle, propre, les jeepneys ou autres tricycles (transports collectifs populaires) y sont interdits

3.3. Des projets intégrés …aux microformes urbaines cloisonnées

29La ville s’étend inexorablement et de nombreuses communes ont ainsi été intégrées progressivement dans la National Capital Region. La ville s’étend, mais elle se densifie aussi. Les espaces interstitiels sont peu à peu comblés et les marges nécessaires à l’application du triptyque intégrant immeubles, villages résidentiels et malls sont de plus en plus rares. Le manque de surfaces disponibles accentue les formes de micro urbanisme, créant dans les périphéries résidentielles de Parañaque, par exemple, des enclaves complètement murées abritant des townhouses ou maisons de ville. Il s’agit d’ensembles de maisons mitoyennes étroites disposant d’un emplacement de stationnement. Ces petits ensembles urbains clos sont gérés par une association de résidants. La communauté chinoise de la capitale a progressivement quitté le quartier chinois ancien du cœur de Manille pour s’établir dans des périphéries périurbaines de Manille. Elle a aussi tendance à créer ses espaces de vie et les gère grâce aux associations de résidants. Dans ce cas de figure, ce sont les menaces de kidnappings dans l’agglomération qui ont incité les sociétés immobilières sino-philippines à proposer ce type de structure cloisonnée et sécurisée.

  • 18 400 pesos, soit 7 euros.

30Vivre dans un espace clos n’était pas forcément au cœur des projets immobiliers créés dans les années quatre-vingt. En effet, le développement du quartier de Better Living Subdivision sur la commune de Parañaque au sud de l’agglomération est représentatif de ce cloisonnement urbain récent. « Better Living » est un immense quartier résidentiel pour classe moyenne, dont seuls les lots ont été vendus. Les accédants au bien foncier pouvaient acquérir une surface plus ou moins grande, libre à eux de construire leur maison ou de faire bâtir leur propre lotissement et d’y imposer leurs règles. Le paysage n’est absolument pas uniforme, les terrains non bâtis doivent être cernés de barbelés et gardés sous peine d’être transformés en dépotoir. Le ramassage des ordures ménagères constitue un réel problème pour tous les résidants. Progressivement, des associations de propriétaires de maisons individuelles ou de petits lotissements ont imposé des lois qui régulent le passage à l’intérieur de l’espace de vie. Certaines associations établissent un périmètre à l’échelle de leur rue comme ce fut le cas pour la rue Shanghai en 2002. Les résidants cotisaient à hauteur de 400 pesos18 par mois pour la construction des grilles nécessaires à la régulation du passage piéton et automobile. La rue est aussi surveillée par deux gardes qui se relaient jour et nuit. L’autre motif de « sécession » était le refus du racket imposé par les éboueurs de la ville…les gardes avaient la tâche de « faire disparaître » les déchets ménagers. Ainsi, la segmentation urbaine peut être considérée comme une initiative citoyenne pour améliorer un cadre de vie.

31Désormais, les éléments de la ville vitrine sont dissociés et se multiplient dans la ville. Des malls sont construits à chaque échangeur de la South Express Way et répondent à l’attente des populations modestes et de classe moyenne des alentours. Tout le monde peut alors goûter à la société de consommation, y passer la journée et profiter de l’air conditionné…Le cloisonnement urbain inspiré par Makati se modifie et s’étend dans l’agglomération capitale des Philippines. Les microformes d’urbanisme bien souvent non intégrées dans un quelconque schéma directeur d’aménagement se multiplient. Cette micro segmentation de l’espace urbain contribue à organiser de petits groupes de personnes pour gérer les aléas du quotidien (déchets, sécurité..) mais accentue les problèmes de circulation automobile en bloquant le passage aux non-résidants et le concentrant sur quelques voies communes encore accessibles.

Conclusion

  • 19 Hogan T., Houston C., 2002, pp 243-264

32Le projet d’aménagement de la commune de Makati constitue un modèle dans le contexte philippin. Cette segmentation de la ville est due à de multiples facteurs : l’épisode de la Loi Martiale a été relayé par la diffusion du modèle de ville close et propre imposée par Makati (les activités polluantes sont progressivement déplacées…) De plus, la pauvreté associée à l’insécurité et à des services publics défectueux encouragent les populations à poser leurs limites pour mieux gérer leur espace de résidence. Ce constat sur les défaillances de la gouvernance urbaine a aussi amené la multiplication des espaces clos depuis une quinzaine d’années dans les grandes villes d’Asie du Sud-est : il suffit de s’éloigner de Sukhumvit road à Bangkok pour remarquer des complexes résidentiels gardés ou constater les nombreux projets de « gated communities » à Jakarta19.

33De manière précoce dans l’agglomération capitale des Philippines, divers promoteurs immobiliers appuyés par les autorités publiques ont reproduit ce schéma, mettant en avant le cloisonnement urbain, tant des activités que des hommes. Mais en parallèle, à partir des années soixante, le cloisonnement imposé par le projet initial a été relayé par les associations de résidants et de propriétaires investis dans la préservation de leur « îlot » urbain dans lequel ils doivent vivre en toute sérénité loin de Manille, la vieille capitale désuète encombrée et dominée par des populations pauvres… Les microformes d’urbanismes reproduisent la segmentation urbaine et la gestion de l’espace de vie qui lui est associée dans des communes périphériques où les contrastes de niveau de vie entre habitants sont flagrants. Le compartimentage de l’espace s’accentue, la création d’un mur ou d’une barrière peut résulter de la naissance d’une association…La segmentation urbaine est, dans ce cas de figure, issue d’une initiative citoyenne, chose peu courante puisque la segmentation urbaine (en général) est bien souvent présentée comme étant imposée aux populations par des promoteurs privés. Les multiples origines du cloisonnement urbain se combinent désormais dans Metro-Manila ; les deux épisodes de colonisation y participent grandement, tout comme la paupérisation des urbains, les initiatives des promoteurs immobiliers ainsi que celles des propriétaires ou simples résidants regroupés en associations.

34Quelle que soit la taille de ces espaces clos, ces derniers imposent un rythme à la ville, une densification de la circulation automobile à certaines heures et l’intégration des habitants qui en ont les moyens dans des cellules sociales hors du cadre public. Le passage d’un espace à un autre est ancré dans les habitudes de tous, chacun prévoie une pièce d’identité à laisser à l’entrée de l’espace visité, un autocollant sur le pare-brise indique l’appartenance à l’espace de vie. Il est aussi très difficile dans la vie quotidienne d’échapper à l’omniprésence des gardes armés et des portiques de sécurité…cette obsession sécuritaire est aussi due à deux faits : les compagnies d’assurances imposent la présence de gardes en armes pour valider les contrats, et les centres d’affaires devenus les nouveaux espaces de richesse aux Philippines, suscitent des convoitises et impliquent des risques d’attentats.

Haut de page

Bibliographie

ABINALES, P., AMOROSO, D.J., 2005, State and society in the Philippines, Rowmann and Littlefield Publishers, Longham M.D., 353 p

CAOILI, M.A., 1999, The origins of Metropolitan Manila, a political and social analysis, Quezon city , University of the Philippines Press, 295p

DULDULAO, D. M., 1996, A vision of Makati, the city, Makati city, Philippines, Japuzzini Publishing division, 275 p

HOGAN, T., HOUSTON, C., 2002, Corporate cities-Urban gateways or gated communities against the city?: the case of Lippo, Jakarta, in BUNNELL T & alii, Critical reflexions on cities in Southeast Asia, Asian Social Sciences series vol. 3, Times Academic Press, pp 243-264

GOLDBLUM, C., 1987, Métropoles de l’Asie du Sud-Est, Stratégies urbaines et politiques du logement, L’Harmattan, 276p

GOLDBLUM C., 2000, L’Asie du Sud-est dans l’univers urbain des métropoles, in Bruyelle P. (coor.), Les très grandes concentrations urbaines, DIEM, SEDES, pp 310-316.

GUEGUEN, C., 2008, Les Chinois de Quezon city, quelle intégration dans le cadre urbain de Metro-Manila ?, in C. HUETZ DE LEMPS et O. SEVIN, Crises et Violences en Asie-Pacifique, PUPS, pp79-92

MADANIPOUR, A., 2003, Public and private spaces in the city, Routledge, London, 264 p.

OHMACH, T., ROMAN E.R. .ed., 2002, Metro Manila in search of a sustainable future, University of the Philippines Press, Quezon City, 388p

VALINO, R., Ali regains property crowns, in Graphic, vol. 13 N° 27, 2002, Philippines

Coll., 2006, Makati city, 2000 comprehensive land use plan, Urban Development Department, City Government of Makati

Coll., Makati/ NCR Report, 2002, National Statistics Office, Manila

Haut de page

Notes

1 Le bahay na bato est composée de fondation en pierre et d’un étage généralement en bois.

2 L’Etat philippin est intégré au Commonwealth américain.

3 Goldblum C., 2000, p311

4 Duldulao D. M., 1996, p 42

5 Makati Medical Center

6 Abinales P., 2005, p 55. Le système de l’encomienda fonctionna de la din du XVIème à environ 1700 date à laquelle les encomiendas furent remplacées par des provinces à la tête desquelles furent placés des « Alcade Mayor » qui avaient aussi la fonction de prélever l’impôt.

7 Mr J. Binay a été formé au SURP: School of Urban and Regional Planning de Quezon City.

8 De 600 à plus de 1500 euros/ mois en 2006

9 D’après le résultat du recensement intermédiaire 2007 paru en mars 2008, www.census.gov.ph

10 1,15 million de pesos équivaut à environ 20 000 euros en 2006.

11 Le complexe Glorietta notamment qui abrite plusieurs grands magasins : Landmark, ShoeMart, Robinson

12 Appelés condominium dans l’agglomération.

13 estero : toponyme philippin pour désigner une rivière, ou un des diverticules de la rivière Pasig qui traverse l’agglomération capitale.

14 squatter : terme employé localement pour désigner les personnes occupant illégalement une propriété par un habitat insalubre.

15 Valino R., 2002, in Graphic vol 13, N° 27

16 Ayala Land Inc. et Metro Pacific dominée par l’entrepreneur sino-philippin John Gokongwei Jr

17 Valino R., 2002, Graphic, vol 13, N° 27

18 400 pesos, soit 7 euros.

19 Hogan T., Houston C., 2002, pp 243-264

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 : Makati : les immeubles de bureaux entourés de la ceinture verte (au premier plan : le golf et les villages résidentiels de Dasmarinas et Forbes Park)
Crédits Cliché : Catherine Guéguen, août 2006.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/792/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Carte1 : Makati dans l’ensemble Metro-Manila
Crédits Catherine Gueguen Septembre 2006.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/792/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Photo 2 : Le nouveau complexe résidentiel « Serendra » sur la commune de Taguig voisine de Makati. (En arrière plan : les résidences, un axe central est animé par des commerces ouverts et des espaces verts)
Crédits Cliché : Catherine Guéguen, Février 2008.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/792/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Photo 3 : San Lorenzo : passerelle entre les centres commerciaux Glorietta et Greenbelt sur Makati Avenue
Crédits Cliché : Catherine. Guéguen, août 2006.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/792/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 2 : Habitat et activités à Makati
Crédits Source : Makati City Hall, 2002.Catherine Gueguen Septembre 2006.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/792/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Figure 3 : San Lorenzo au cœur du CBD (Makati city)
Crédits Source: Makati city Hall, Baranguay San LorenzoCatherine Gueguen Septembre 2006.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/792/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 351k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Guéguen, « Extension et variété de l’usage du cloisonnement urbain de Makati à Metro-Manila (Philippines) », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 3 | 2007, mis en ligne le 15 décembre 2012, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://tem.revues.org/792 ; DOI : 10.4000/tem.792

Haut de page

Auteur

Catherine Guéguen

ENeC UMR 8185
(espace, nature, culture)
Paris
Chargée de cours
Université de Picardie Jules Verne
60000 Beauvais
catherine.gueguen@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page