Navigation – Plan du site
Articles

Les parcs d’activités informatiques périphériques de Pune (Maharastra, Inde) : éléments de redistribution de la donne urbaine

Pune Information Technologies Parks (Maharastra, Inde): towards a New Urban Deal between the Town and the Fringe
Divya Leducq et Christine Liefooghe
p. 53-64

Résumés

Depuis une décennie, l’Inde fait figure de leader dans le monde informatique, et plus spécialement dans les domaines de la conception de logiciels et de la maintenance des systèmes d’ordinateurs. La croissance forte de ce secteur tient en partie à l’existence de parcs d’activités informatiques (STPI), initiative de l’État pour favoriser l’exportation et les investissements étrangers. Dans certaines villes, telle que Pune, la création de ce type de parc a entrainé d’autres initiatives, publiques ou privées. Ces diverses zones d’activité sont des éléments de restructuration de la donne urbaine. En effet, les grands parcs se construisent en périphérie de la ville et proposent de nouveaux modèles urbains cherchant à éviter les externalités négatives du centre. A Pune, ces parcs périphériques d’activités informatiques ont permis une revalorisation de la position de la ville dans le tissu régional, mais leur existence participe aussi à la ségrégation socio-spatiale intra-urbaine.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Information Technologies (IT), en anglais.
  • 2 C-DAC : Centre for the Development in Advanced Computering (centre national de recherche).
  • 3 National Association of Software and Services COMpanies.
  • 4 Sources : les données proviennent d’une part des recensements démographiques indiens décennaux et d (...)

1Dans le nouvel ordre économique mondial, l’Inde apparaît comme un géant démographique qui s’affirme dans les secteurs de pointe que sont l'informatique, la pharmaceutique, les biotechnologies et les nanotechnologies. Depuis la libéralisation économique amorcée en 1991, la promotion des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC)1 est l’une des voies choisies par l’Inde pour attirer des entreprises, favoriser la croissance par l’exportation et développer ses territoires. A l’échelle des grandes villes, les InfoTech sont devenues un véritable enjeu (figure 1). Les succès de Bangalore ou d’Hyderabad ont fait du pays un nœud incontournable dans la nébuleuse mondiale des Technologies de l’Information (Basant, 2006). La saturation de ces grands centres informatiques fait qu’à la périphérie des métropoles que sont Delhi et Mumbai apparaissent de nouvelles villes du high-tech indien, telle que Noida ou Pune. En 1991, le gouvernement de New Delhi mise notamment sur l’attractivité de Pune, en décidant d’y aménager un STPI, Software Technology Park of India (Vaidyanathan, 2007). Cette décision conforte l’implantation, dans la décennie précédente, des filiales de fabrication de logiciels des groupes indiens Patni et Infosys, ainsi que du Centre de Recherche en Informatique Avancée2 sur le campus de l’Université. L’Etat du Maharashtra, comme nombre d’Etats fédéraux indiens, appuie le développement du secteur IT par des politiques spécifiques, allant de la promotion des parcs technologiques aux mesures fiscales incitatives. Ainsi, le Maharashtra contribue à 30 % des exportations indiennes de logiciels, et la plus grande concentration de Science Parks de l’Inde se fait sur les extrémités du corridor reliant Mumbai à Pune, les deux capitales historiques du Maharashtra, l’une politique et économique, l’autre éducative et culturelle. Pune est désormais l’une des premières villes où s’installent les IT industries en Asie du Sud, d’après les chiffres publiés par NASSCOM 3 pour l’année fiscale indienne 2007-2008. Faire de Pune une destination phare pour les IT au XXIème siècle, telle est d’ailleurs l’ambition exprimée par le guide de prospective économique de la ville. Les parcs d’activités informatiques (IT Parks), publics ou privés, sont la partie visible de cette politique. Mais au-delà des particularités structurelles de ces parcs, c’est l’ensemble de l’agglomération de Pune qui se métamorphose au gré du développement des TIC. Dans le contexte particulier d’une ville indienne en développement, comment les parcs informatiques participent-ils de l’extension spatiale de la mégapole punéïte et de son organisation centre/périphérie ? Quelles en sont les conséquences socio-spatiales et environnementales ? De l’immeuble intelligent à la nouvelle ville, les IT Parks sont le fruit de stratégies développées par des acteurs très divers4. Ils engendrent une redistribution spatiale duale des logements, des services à la population et des infrastructures de transports, dans une mégapole en expansion rapide.

Figure 1 : Les principales villes accueillant des parcs d'activité informatique en Inde

Figure 1 : Les principales villes accueillant des parcs d'activité informatique en Inde

Source : Site STPI, www.stpi.in, consulté le 25 février 2007.
Conception et réalisation : Divya Leducq, novembre 2007.

1. La création d’espaces dédiés aux technologies de l’information

1.1. Les IT Parks : un outil de développement économique des villes indiennes

  • 5 Externalisation du traitement des bases de données pour les entreprises.
  • 6 Externalisation des services de conception de solutions informatiques pour les entreprises.

2Plus d'un quart du marché mondial des technologies de l’information est acquis à l’Inde, avec un taux de croissance de 30 % par an depuis plusieurs années, grâce à des Sociétés de services en ingénierie informatique (SSII) de premier plan : Infosys, Wipro, Tata Consultancy Services (TCS). Le chiffre d'affaires de ces firmes se fait à 90 % à l'exportation, notamment vers les Etats-Unis et la Grande-Bretagne (Arora et Gambardella, 2005). Les technologies de l’information associent informatique et télécommunications pour la production d’équipements et de services. On distingue d’une part la fabrication de matériel électronique : ordinateurs et équipements télécoms ; d’autre part les services finaux fournis aux entreprises : services de traitement de données, de transmission de l’information, de télécommunications, d’édition de logiciels, d’installation, de maintenance des systèmes informatiques et des réseaux télécoms, de la diffusion par câble, des services on-line (Fache, 2002). Dans cette deuxième catégorie, les services sont classés selon leur valeur ajoutée (Testard, 2006). Les ITES (IT Enabled Services) sont des services à façon qui ne mobilisent pas de très grandes connaissances : il s’agit principalement des centres d’appel et du Business Process Outsoucing5 (BPO). Les services « software » rassemblent le Knowledge Process Outsourcing6 (KPO) et la Recherche et Développement. L’Inde a accueilli ces activités en vagues successives dans un mouvement de montée en gamme productive.

  • 7 Special Economic Zones Policy qui a été adoptée en 2005 par l’Inde.

3Pour favoriser l’installation de ces industries IT, des politiques ont été déclinées à différentes échelles. Le gouvernement indien a assoupli les conditions d’investissements : autorisations administratives « express », non-taxation des profits sur les services exportés, exemption des restrictions en matière de droits de douane et de réserves de change, gestion du personnel simplifiée et absence de durée légale du travail, investissements directs étrangers (IDE) autorisés à 100 % avec une procédure d’approbation automatique. Enfin, il est prévu un renforcement de la législation en matière de propriété intellectuelle et de sécurité. L’agence nationale NASSCOM a pour mission de promouvoir le secteur informatique. C’est une interface entre le national et le local, l’Inde et l’étranger. A l’échelle de l’Etat du Maharashtra, le Maharashtra industrial development corporation (MIDC) est l’organe qui crée des parcs informatiques et offrent des facilités aux entreprises qui souhaitent s’y installer. A Pune, différentes associations gravitent autour des exportateurs de services informatiques, mais c’est principalement la Chambre de Commerce qui est à l’origine du marketing agressif envers les entreprises et les ingénieurs pour les inciter à s’installer durablement dans la ville. Le rôle de la municipalité joue peu dans le rayonnement et l’attractivité de la ville. Le master plan de Pune équivaut dans le système français à notre Plan local d’urbanisme et se limite à l’allocation d’un coefficient d’occupation des sols rarement respecté. Dans Pune, des projets de Zones économiques spéciales (ZES)7, offrant avantages fiscaux et juridiques, sont en cours d’approbation par le gouvernement du Maharashtra. Concernant les ZES qui ont été validées, elles sont en cours d’élaboration physique et administrative, et leur impact sur le tissu urbain n’est pas encore mesurable.

4Dans l’Inde du boom informatique, il est devenu commun pour une ville de s’affirmer comme une place primordiale pour les services liés aux logiciels et ainsi de promouvoir des IT parks. Ces marqueurs spatiaux de la nouvelle économie, à l’architecture et au design moderne, révèlent une réalité complexe, à la fois dans leur forme et dans leur localisation. Des immeubles dits « intelligents » émergent dans le tissu intra-urbain, tandis que des parcs technologiques, lieux de rassemblement de la matière grise à haute valeur ajoutée, se construisent en périphérie des villes. Les espaces périphériques sont recherchés par les entreprises pour leur connexité avec les autres réseaux, mais les espaces centraux ne sont pas délaissés pour autant (Eveno et Puel, 2003). A l’intérieur de l’aire métropolitaine punéïte se dessine également un processus de dissémination de pôles informatiques.

1.2. Typologie et localisation des parcs d’activités informatiques à Pune

5Au nombre de sept, les « immeubles intelligents » se présentent sous la forme de tours ou de barres de bureaux, avec à chaque étage une ou plusieurs compagnies. Tous sont situés dans le centre-ville, mis à part SP Infocity. Ces immeubles sont privés, à l’exception d’un seul, International Convention Center (ICC), rattaché physiquement et financièrement à la Chambre de Commerce de Pune. Deux d’entres eux, Pune IT Park et ICC, sont situés à proximité des portes d’entrée de l’Université. Le MIDC a pour sa part développé trois parcs informatiques publics, dans la première et la deuxième couronne périurbaine. Ces complexes de bureaux ont une grande emprise au sol et offrent un bon niveau d’équipement : eau, électricité, infrastructures de transport. Le troisième type d’IT-Park, le township de Magarpatta City, constitue une ville nouvelle sur le modèle des communautés fermées (figure 2).

Figure 2 : Typologie et localisation des parcs d'activités de Pune

Figure 2 : Typologie et localisation des parcs d'activités de Pune

Source : IT Directory 2006 – 2007, Chambre de commerce et d'industrie de Pune.
Conception et réalisation : Divya Leducq, novembre 2007.

  • 8 Circonscription administrative intra-communale

6Les sites du MIDC, Hinjewade et Kharadi, ainsi que le township, Magarpatta City sont des parcs périphériques très attractifs pour les entreprises. A l’échelle de Pune Municipal Corporation (PMC), la localisation d’Hinjewade s’explique par la proximité de l’Université et des principaux Collèges (software8 d’Aundh). C’est aussi dans ce software qu’arrive l’autoroute Mumbai-Pune, grande voie régionale de communication. Ces atouts ont engendré la relocalisation de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Pune qui y a construit l’International Convention Center (à la fois parc IT, centre de congrès et centre commercial). La localisation de Kharadi est liée à la présence de l’aéroport international, Lohegaon, qui a récemment développé des lignes aériennes vers Dubaï, nouveau centre de services informatiques. Le caractère périphérique de la localisation de ces parcs technologiques est toutefois relatif : l’ IT Park de Talawade est situé au Nord de Pimpri-Chinchwad Municipal Corporation (PCMC), au-delà du complexe automobile implanté dans les années 1960 par le MIDC.

7Les parcs ont des politiques immobilières différentes. A Magarpatta City, les bureaux sont seulement proposés à la location. Les immeubles intelligents sont des bureaux « en blanc » offerts à la vente ou à la location. Les parcs du MIDC accueillent les entreprises qui construisent leurs bureaux en compte-propre. La localisation des entreprises informatiques est la résultante de ces politiques et des stratégies des sociétés. Les compagnies étrangères ou les petites start-up indiennes préfèrent bien souvent l’achat ou la location de bureaux, d’où elles pourront s’extraire facilement et à moindre coût, si elles décident de changer leur implantation territoriale. Alors que les grandes compagnies indiennes préfèrent généralement construire leurs propres locaux, pour se développer sur place et bénéficier de plus de crédibilité dans leur pays d’origine. La stratégie de localisation est fonction de la taille et du poids financier de l’entreprise (figure 3).

Figure 3 : Les IT parks, de l'architecture classique à l'architecture avant-gardiste

Figure 3 : Les IT parks, de l'architecture classique à l'architecture avant-gardiste

Photo : Divya Leducq, mars 2007.

1.3. Avantages et attractivité des parcs informatiques de Pune

8Le modèle des technopôles (Benko et Lipietz, 1992) ou des science parks vise à favoriser la fertilisation croisée entre université et entreprises, dans un environnement neuf et agréable, où la sociabilité s’affranchit des barrières traditionnelles. Les IT parks de Pune correspondent-ils à cet idéal type ?

  • 9 Entretien du 7 mars 2007 dans les locaux de la compagnie Wipro à Hinjewade Infotech Park.

9Tous les parcs IT de Pune offrent aux entreprises des sites prééquipés : réseaux de télécommunication à haut débit, énergie, service de restauration, gardiennage. Les infrastructures offertes dans ces parcs sont neuves, même si la connexion internet et les réseaux électriques fournis par la municipalité de Pune sont de qualité moyenne et connaissent des coupures fréquentes, toutefois moins importantes que dans le reste de la ville. Les parcs se localisent souvent à proximité des quartiers les plus agréables à vivre. Les softwares, tels qu’Aundh (université) ou Hadaspar, sont ceux qui ont adopté depuis les années 1980 les standards de confort occidentaux : commerces spécialisés, centres commerciaux, supermarchés, cabinets médicaux, cliniques privés, hôpitaux. Ces caractéristiques ont un impact sur l’attractivité des parcs. Selon un entretien mené avec M. Sanjay Tapas9, responsable des relations publiques de Wipro Limited Company, « les différences entre l’intérieur et l’extérieur des parcs sont surtout la viabilité des infrastructures et le prix des terrains à bâtir. Les avantages offerts par le Gouvernement, les garanties données par les promoteurs privés et l’implantation de compagnies étrangères sont des signes prometteurs pour l’installation d’autres entreprises, et la durabilité de la croissance du secteur IT de Pune ».

10Le résultat de la création d’un environnement favorable à l’implantation des services informatiques a pour conséquence le développement des IT parks. L’extension du parc public du MIDC Rajiv Gandhi Infotech Park (Hinjewade) a permis d’accueillir treize nouvelles entreprises. La construction d’une Zone Economique Spéciale, Eon Free Zone, dédiée aux industries IT est prévue entre les parcs Kharadi et Magarpatta City. Concernant la fertilisation croisée entre université et entreprises, il y a des preuves de la coopération entre ces institutions : projet de recherche en commun, intervention des professionnels IT dans les cours. Cependant, il n’existe pas de réseaux relationnels particuliers entre l’Université et les entreprises en matière d’innovation, bien que certaines écoles d’ingénierie informatique soient présentes dans les IT parks. Ainsi, Symbiosis et un Institut Universitaire Technologique américain sont respectivement présents dans Hinjewade et Kharadi InfoTech Park. Les Collèges et l’université de Pune servent avant tout à fournir une main d’œuvre qualifiée et performante aux entreprises IT.

11Existe-il une forte corrélation entre la localisation des entreprises IT dans l’agglomération de Pune et la présence de parcs (figure 4) ? Les softwares de Kasba Peth, de Dhole Patil Road ainsi que le nord de Tilak Road, qui constituent le centre-ville historique de Pune aux rues étroites, sinueuses et encombrées, sont évités. Le centre-ville est délaissé par les activités IT et les promoteurs des parcs car il est difficilement accessible et très pollué. Les cantonnements, réservés avant tout à l’activité militaire, n’accueillent que peu ou pas d’activité informatique. Plus surprenant, dans le Nord-Est de Pune le nombre de compagnies informatiques y est très faible alors que l’on y dénombre quatre IT Parks, dont Kharadi. Par contre, autour du parc urbain de Koregaon (quartier d’Hadaspar), on trouve de nombreux buildings de verre appartenant à des sociétés européennes et américaines. Ce software, où se situe également Magarpatta City, est desservi par l’autoroute en direction d’Ahmednagar, dans l’Etat du Maharashtra.

Figure 4 : Carte des activités de l'IT localisées en fonction des wards administratifs de Pune Municipal Corporation

Figure 4 : Carte des activités de l'IT localisées en fonction des wards administratifs de Pune Municipal Corporation

Source : IT Directory 2006-2007, Chambre de commerce et d'industrie de Pune.

12Cette première partie nous a permis de constater la sélectivité qui s’opère entre le centre et la périphérie, mais aussi entre les zones de la périphérie urbaine elle-même, pour l’implantation des parcs d’activités informatiques à Pune. Dans une seconde partie, nous verrons le rôle joué par ces parcs dans la différenciation socio-spatiale au sein du tissu urbain punéïte.

2. Les it parks, facteur d’une croissance urbaine différenciée

13La création d’une zone technopolitaine entraîne l’agglomération des activités économiques, crée un bassin d’emploi et dualise le marché local du travail : un personnel hautement qualifié ou spécialisé d’une part, des ouvriers et employés non qualifiés d’autre part. Les IT parks et l’activité informatique, ayant engendré une forte croissance démographique, ont eu pour corollaire l’augmentation de la construction de quartiers de logements neufs. Ces derniers relient bien souvent les softwares administratifs péricentraux aux parcs situés aux abords de la ville de Pune.

2.1. Emplois, démographie et logements : croissance et disparités spatiales

  • 10 PMC : Pune Municipal Corporation ; PCMC : Pimpri-Chinchwad Municipal Corporation.
  • 11 Selon le recensement national de 2001, la population de l’agglomération urbaine de Pune était de 3, (...)

14L’aire métropolitaine, Pune Metropolitan Area, est composée de PMC et PCMC10, et de quelques cantonnements militaires. Sa surface totale est passée de 145 à 375 km² entre 1960 et 2000. L’extension de Pune est contrainte par les collines environnantes et se fait en patte d’oie le long des voies de communication. Ces dernières années, vingt-cinq villages (gaons) ont été ajoutés au périmètre du plan de développement urbain de PMC. Tandis que la population totale du Maharashtra a connu entre 1991 et 2001 une croissance de 22 %, la population de l’aire métropolitaine de Pune a augmenté de 65 %11. A l’heure actuelle, environ 40 % des habitants vivent dans les bidonvilles (slums) qui continuent de s’étendre (Deddee, Gupta, 2000).

15La croissance de l’aire métropolitaine de Pune a démarré dès la décennie 1971-1981, lorsque les premières industries lourdes (complexe automobile de Bhosari) s’installent au nord de PCMC. Après 1991, la population croît de façon exponentielle avec l’arrivée des TIC dans PMC, même si après 2001, on observe un léger fléchissement par rapport à la tendance annoncée. Le développement informatique attire deux types de population, qui migrent des campagnes du Maharashtra vers Pune. D’une part, une population estudiantine, issue de tout type de caste, se rend à Pune pour obtenir des Bachelors in Computer Science, proposé par l’Université ou d’un des nombreux Colleges. Une forte proportion des graduates en Informatique reste dans la ville pour trouver de l’emploi dans les IT parks. D’autre part, une main d’œuvre peu ou pas qualifiée migre des campagnes vers les villes afin de trouver du travail sur les chantiers de bâtiments et de travaux publics.

16Conjointement à l’arrivée de cette main d’œuvre, les bidonvilles explosent car l’habitat traditionnel de la ville (maisons de deux étages), qui abritait les classes les plus laborieuses, ne se diffuse plus et est même en cours de destruction. Les slums, situés généralement au centre de Pune, profitent très peu de la mise aux normes des réseaux urbains (eau courante, électricité), et ils continuent de se solidifier, comme au bord de la Mulha. La main d’œuvre qualifiée est attirée par les quartiers périphériques (figure 5). Ces zones de faible densité offre à la fois des logements de standing et des infrastructures urbaines de qualité (eau, électricité, assainissement, réseau de téléphonie et Internet). Ces quartiers bien équipés et peu pollués, par rapport au reste de la ville, se trouvent de part et d’autre des routes qui mènent aux IT parks. Ces derniers sont devenus un élément structurant de la ségrégation socio-spatiale (Graham et Marvin, 2001 ; Kennedy et Ramachandraiah, 2006). Il en résulte des spéculations foncières importantes. Les terrains à proximité des parcs sont les plus demandés et les paysans préfèrent les vendre aux promoteurs immobiliers. Ainsi, avant d’arriver à Hinjawade ou Talawade, on traverse une aire qui était, jusqu’à une date récente, dédiée à la polyculture et à l’élevage. Ces nouveaux quartiers périphériques participent à l’accentuation des différences intra-urbaines de Pune. La ségrégation spatiale ne repose pas que sur la qualité des logements, mais se révèle aussi à travers les problématiques de circulation et d’environnement.

Figure 5 : Nouveaux logements en périphérie de ville et accroissement des disparités socio-spatiales

Figure 5 : Nouveaux logements en périphérie de ville et accroissement des disparités socio-spatiales

Photo : Divya Leducq, novembre 2007.

2.2. « Circuler » : une fonction de différenciation centre / périphérie de la mégapole punéïte

17La difficulté de circuler et la pollution de l’agglomération de Pune augmentent les externalités négatives du centre-ville. L’air est irrespirable à certains moments et oblige au port de masque. Les infrastructures défectueuses, l’insuffisance des réglementations et l’absence de partage des flux engendrent une congestion urbaine aux heures de pointe et augmente le stress et le risque d’accidents. En définitive, le surcoût d’une localisation en centre-ville surpeuplé se chiffre en termes de temps et d’argent, donc de rentabilité pour les entreprises. Cet impact en terme économique explique l’avantage des localisations périphériques. Ces IT parks offrent un environnement de qualité, loin des pollutions sonores et olfactives.

  • 12 Sources : enquêtes auprès de 200 cadres de IT parks (LEDUCQ, 2007)
  • 13 Times of India, 29 mars 2007, “IT Biggies okay common transport for Hinjewadi”, Edition de Pune.

18Néanmoins une faible proportion du personnel travaillant dans les IT parks y réside, car les logements y sont encore en construction. Le salarié effectue son déplacement domicile-travail le plus généralement en moto, mais aussi de plus en plus en automobile12. Pour éviter toutes nouvelles difficultés de déplacements, des routes neuves à double voies, goudronnées et régulièrement entrenues relient les parcs à la ville. Des ponts aériens sont construits pour faciliter les passages des quartiers péricentraux aux axes de communication menant aux IT parks publics périphériques. Cependant, le rythme de construction des infrastructures de transport et de logement ne parvient pas à suivre la croissance économique et démographique. De ce fait, les employés aux revenus modestes habitent encore souvent dans les quartiers traditionnels du centre-ville, voire dans les bidonvilles. La ségrégation socio-spatiale et l’absence de schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme tel que nous le concevons en France entretiennent les difficultés de circulation dans l’agglomération punéïte. Les entreprises IT sont amenées à mettre en place des solutions palliatives, des bus de ramassage, pour limiter les retards de leurs employés. Plusieurs compagnies (Wipro, Infosys et TCS) envisagent de mettre en place une ligne de bus commune pour les employés du site d’Hinjewade Infotech Park, ligne reliant le centre-ville et cet IT park13. Les employés les mieux payés peuvent quant à eux profiter des nouveaux quartiers d’habitat moderne construits dans les softwares où se trouvent des IT parks. Cette proximité relative est susceptible de créer de nouvelles polarités périphériques autonomes.

2.3. Des nouvelles centralités périphériques ?

19De nouvelles centralités périphériques apparaissent dans une agglomération quand il est devenu peu agréable d’habiter en centre-ville, ou difficile de s’y rendre quotidiennement depuis la périphérie. Le développement corrélatif de parcs informatiques et de logements de standing dans la première couronne de l’aire urbaine punéïte tend à engendrer de nouvelles centralités, à des degrés divers, même si bon nombre d’habitants continuent de profiter, en fin de semaine, de l’offre cultuelle et culturelle du centre de Pune. En effet, en Inde, le centre-ville regroupe traditionnellement temples, mosquées et églises. A Pune, il se diversifie en offrant des complexes cinématographiques, des shopping malls, et en rendant une avenue commerçante à la circulation piétonne le dimanche après-midi.

20Le premier type de centralité périphérique, incomplète, se développe en lien avec les parcs du MIDC. Ces lieux de travail sont assez proches du modèle des parcs scientifiques et technologiques : ils concentrent des entreprises de hautes technologies, des écoles d’ingénieurs. Ils sont voués à devenir progressivement des lieux de vie : on y trouve des banques, et des logements dont beaucoup restent à bâtir. Les trois parcs du MIDC n’en sont toutefois pas au même stade de développement. Hinjewade Infotech Park connaît une densification beaucoup plus rapide que Kharadi et Talawade, et laisse transparaître une offre plus complète : commerces, restaurants, hôtels, établissement d’enseignement supérieur. Une fois construits, les logements de ces parcs publics seront réservés aux employés les mieux payés et ces centralités seront donc socialement sélectives.

  • 14 Magarpatta City est une opération privée dont les seules images et cartes autorisées sont celles qu (...)
  • 15 Entretien mené à Magarpatta City le 16 mars 2007, auprès des relations publiques du parc.
  • 16 “The Rs 4000-crore township that farmers built”, [Article consulté le 20 janvier 2008, http://www.r (...)

21Un second type de centralité périphérique est représenté par Magarpatta City, qui peut être considérée comme une ville dans la métropole14. Démarrée en 1992, cette opération d’urbanisme est unique en son genre à Pune. Tout y est mis en œuvre pour donner un cadre de vie agréable et respectueux de l’environnement à la communauté scientifique. Magarpatta City a été développé par une coopérative de paysans15, Magarpatta Township Developpement and Construction Company Limited. Ils ont vu l’opportunité de transformer leurs terres agricoles en terrains pour logements urbains luxueux dans une ville en plein bourgeonnement. Les bâtiments respectent les principes du développement durable et sont construits à l’aide de déchets recyclés provenant des industries lourdes. Satish Magar, président de la coopérative, a voulu placer le parc informatique, Cybercity, au centre du projet urbanistique. Les loyers payés à la coopérative par les entreprises informatiques constituent les revenus nécessaires à l’entretien et aux bénéfices du township qui constitue une ville nouvelle dans la mégapole punéïte. De tous les parcs d’activité périphériques de Pune, Magarpatta City est le plus complet : des grandes barres de verres sont louées aux compagnies IT. Un centre commercial gigantesque, des écoles, un hôpital, des lieux de loisir sont en activité et plus de 6500 logements sont occupés. Toutes les fonctions de la vie quotidienne peuvent s’accomplir en un même lieu. Constatant la prouesse architecturale et la réussite économique de ce complexe, les promoteurs de Magarpatta ont décidé de reproduire ce projet en cinq exemplaires. « Aujourd’hui, Satish Magar rêve pour son parc d’une classe bourgeoise éduquée travaillant dans les logiciels et les services à forte valeur ajoutée, de vingt tours pour les bureaux et de trois cents bâtiments résidentiels (actuellement en construction à Pune)16 ». Magarpatta City est celui des Science Park qui correspond le plus à l’idéal des communautés de travail de P. Why (2001), qui signale le changement de paradigme suivant. Le vieux modèle de science park situé sur un terrain vert, caractérisé par une faible densité et par un développement autonome, donne naissance à une nouvelle génération de science parks, alliant de nouvelles priorités de densité au sol, d’accessibilité, de diversité et de flexibilité. P. Why assure que les parcs scientifiques et technologiques devront s’adapter au nouveau mode de vie et de travail de la société. Les science parks deviennent des « science communities » et répondent à la combinaison des besoins commerciaux, financiers, éducatifs, sociaux et environnementaux. La synergie entre les entreprises high-tech, les écoles et universités, et les communautés étrangères ont un rôle moteur dans le renouvellement des compétences, le développement de la culture entrepreneuriale et l’innovation. Des ingénieurs du monde entier vivent à Magarpatta City et des sociétés de renom telles que John Deere (Etats-Unis) ou encore Patni (Inde) entretiennent des liens étroits avec l’enseignement supérieur, qui n’est cependant pas encore présent l’enceinte du parc. Cette communauté scientifique ouverte sur le monde s’isole cependant par rapport à son environnement immédiat pour bénéficier d’une qualité de vie que n’offre pas la ville dans son ensemble.

2.4. Du parc périphérique au développement du corridor Mumbai-Pune

  • 17 Hérités de la période britannique et appartenant aujourd’hui à l’armée indienne.

22Les difficultés de pollution, de circulation, de logement, et l’augmentation récurrente du prix des bureaux favorisent la recherche d’autres espaces en périphérie. Une première solution est offerte par les terrains militaires17. Restés inoccupés jusqu’à aujourd’hui, ils constituent une réserve foncière importante, tant pour l’agrandissement de l’aéroport international que pour la construction des nouveaux parcs périphériques, et des espaces fonctionnels qui les accompagnent. La seconde solution consiste à chercher des emplacements dans la deuxième couronne périurbaine, en exploitant le nouvel axe routier à grande vitesse qui place Pune à moins de trois heures de Mumbai. Celui-ci fait l’objet d’une promotion économique intense de la part des autorités publiques du Maharashtra et du Gouvernement central de New Delhi (Leclerc, 2001). Le développement du corridor permet à la mégapole punéïte de se positionner pour profiter de la forte croissance de Mumbai. Cette option renouvelle une complémentarité historique entre les deux villes. Située au-delà de la chaîne des Ghâts Occidentales, à cent soixante kilomètres au Nord-est de Bombay, Pune offrait un climat plus respirable. Les Britanniques en firent une importante base militaire, et une ville de villégiature permettant au Gouverneur de fuir les fortes chaleurs de Bombay. Aujourd’hui, la complémentarité entre les deux villes s’articule autour des technologies, notamment sous l’impulsion du MIDC qui a lancé une politique d’équipement et d’organisation du corridor Mumbai-Pune.

23Le premier axe de cette politique est le renforcement et la diversification des parcs existants. Pune, qui a misé depuis quinze ans sur l’informatique, est désormais l’une des quatre grandes villes indiennes à parier sur le développement des biotechnologies. Le Rajiv Gandhi Infotech Park (Hinjewade) porte cette ambition, pour concurrencer Hyderabad, Lucknow et Chennai. Ce parc du MIDC a accueilli des sociétés informatiques sur les deux premières phases du projet. Depuis 2005, une troisième phase est destinée à recevoir des entreprises en biologie et agronomie. Hinjewade, situé à l’une des extrémités de l’autoroute Mumbai-Pune, se densifie rapidement et participe à la valorisation de ce corridor. Celle-ci se lit aussi à travers la politique du MIDC d’y placer des infrastructures publiques, telles que des centres de congrès, de loisirs, des immeubles de bureaux et des lignes Internet à haut débit. Le télétravail, phénomène nouveau, peut ainsi s’y développer : les habitants des petites villes du corridor qui travaillent dans le secteur IT ne se rendent pas tous les jours à Pune et préfèrent dans certains cas travailler chez eux. La politique du MIDC, couplée à l’inflation des prix des bureaux et des logements à Pune, incite de jeunes entrepreneurs ou de jeunes couples à éviter l’agglomération, au profit de certaines villes du corridor, comme le bourg de Lonavala (figure 6). L’émergence d’un couloir dynamique des nouvelles technologies entre Pune et Mumbai participe donc de l’étalement de l’aire métropolitaine punéïte, et favorise une dissociation croissante entre le centre et la périphérie, selon un principe de ségrégation socio-spatiale particulièrement actif dans ce pays en développement qu’est l’Inde.

Figure 6 : Le développement d'un couloir dynamique entre Mumbai et Pune

Figure 6 : Le développement d'un couloir dynamique entre Mumbai et Pune

Source : Site du MIDC, http://www. maharashtraitparks.com/knowcorri.htm, consulté le 22 novembre 2007.

Conclusion

  • 18 Discours tenu par la Chambre de Commerce et d’Industrie suite à un salon tenu à Pune en 2005.

24Le développement des parcs informatiques correspond à une stratégie de développement économique portée par un discours de marketing urbain ambitieux : « Devenir la réplique orientale de San José18 ». L’orientation de ce discours correspond à un retour, plus général, dans le pays d’origine des élites de la diaspora indienne ayant fait fortune dans la Silicon Valley (Saxenian, 2006). Pune, mégapole indienne, a donc accueilli de nombreux parcs d’activités informatiques (immeubles intelligents, parcs publics du MIDC, township), qui sont devenus le moteur d’une croissance urbaine différenciée. Une dichotomie spatiale se creuse entre un hyper-centre sous-équipé en infrastructures urbaines (eau, électricité, Internet haut débit) et certaines périphéries très bien dotées, à proximité des parcs informatiques. Si la croissance économique est au rendez-vous, les différentes catégories de main d’œuvre n’en bénéficient pas de la même façon. La ségrégation socio-spatiale traditionnelle des villes indiennes se double d’une problématique d’organisation de l’espace urbain propre aux villes des pays développés. Les limites de cette croissance rapide et mal maîtrisée sont la flambée des prix, la congestion urbaine, le temps de transport toujours plus long, la pollution sonore et olfactive insoutenable. Une contradiction se creuse entre ce défi socio-environnemental et la nécessité d’ancrer localement des firmes de Technologies de l’Information qui recherchent une certaine qualité de vie. Même si les IT Parks sont censés répondre à ce besoin, les externalités négatives qui affectent l’ensemble de l’agglomération pourraient nuire in fine au développement de Pune, au profit de villes indiennes plus petites qui cherchent à leur tour à profiter de la manne d’activités informatiques essentiellement destinées à l’exportation.

Haut de page

Bibliographie

ARORA Ashish. GAMBARDELLA Alfonso. (2005). From underdogs to tigers : the rise and growth of the software industry in Brazil, China, India, Ireland and Israel. New York : Oxford University Press. 313 p.

BASANT Rakesh. (2006). « Bangalore cluster : evolution, growth and challenges ». Indian Institute of Management. Working Paper No. 2006.05.02 : Ahmedabad. India.

BENKO Georges. LIPIETZ Alain. (dir.) (1992). Les régions qui gagnent. Districts et réseaux, les nouveaux paradigmes de la géographie économique. Paris : Presses Universitaires de France. 424 p.

DEDDEE Jayamala. GUPTA Smita Sen. (2000). Pune, Queen of Deccan. Pune : Elephant Design. 304 p.

EVENO Emmanuel. PUEL Gilles. (2003). “Villes et nouvelle économie”. Mappemonde n° 70. p. 1-6.

FACHE Jacques. (2002). Les territoires de la haute technologie, éléments de géographie. Rennes : Presses Universitaires de Rennes. 157 p.

GRAHAM Stephen. MARVIN Simon. (2001). Splintering urbanism : networked infrastructures, technological mobilities and the urban condition. London : Routledge. 479 p.

KENNEDY Loraine. RAMACHANDRAIAH Challa. (2006). « Logiques spatiales d’une stratégie régionale ‘High Tech’. L’exemple de HITEC City à Hyderabad, (Inde) ». Flux n° 63-64, janvier- juin. p. 54-70.

LECLERC Eric. (2001). Un nouveau géant des technologies de l’information : l’Inde. Actes du Festival International de Géographie de Saint-Dié-des-Vosges.
http://fig-st-die.education.fr/actes/actes_2001/leclerc/article.htm, consulté le 19 novembre 2007

LEDUCQ Divya. (2007). Mise en place et conséquences socio-spatiales des parcs d’activités informatiques dans la ville de Pune (Maharashtra, Inde). Mémoire de Master 2 « Aménagement, Urbanisme et Développement des Territoires ». Université de Lille 1. 302 p.

Maratha Chamber of Commerce, Industry and Agriculture, (2007), Pune IT Directory 2007, 68 p.

Pune Municipal Corporation, 2007, Annual Report 2006-2007, 73 p.

SAXENIAN Anna-Lee. (2006). The new argonaut : Regional Advantage in a global economy. Cambridge : Harvard University Press. 432 p.

TESTARD Michel. (2006). L’appel de l’Inde. Paris : Pearson Education France. 319 p.

VAIDYANATHAN Geetha. (2007). « Technology parks in a developing country : the case of India », Journal of Technology Transfer.
http://www.springerlink.com/content/451518681t1k7456/fulltext.pdf, consulté le 19 novembre 2007

WHY Philip. (2001). « Science and technology parks : are they relevant today ? ». Industry and Higher Education. Volume 15, Number 3. p. 219-221.

Haut de page

Notes

1 Information Technologies (IT), en anglais.

2 C-DAC : Centre for the Development in Advanced Computering (centre national de recherche).

3 National Association of Software and Services COMpanies.

4 Sources : les données proviennent d’une part des recensements démographiques indiens décennaux et des études de NASSCOM, d’autre part d’entretiens menés auprès de divers responsables (municipalité et Chambre de Commerce de Pune, Science Technologie Park of India, Parc Hinjewadi, Magarpatta City), d’enquêtes collectées auprès de deux cents salariés des compagnies des parcs d’activités informatiques, de rencontres informelles avec des responsables d’association ou de la société civile œuvrant pour le dynamisme de la ville (Leducq, 2007).

5 Externalisation du traitement des bases de données pour les entreprises.

6 Externalisation des services de conception de solutions informatiques pour les entreprises.

7 Special Economic Zones Policy qui a été adoptée en 2005 par l’Inde.

8 Circonscription administrative intra-communale

9 Entretien du 7 mars 2007 dans les locaux de la compagnie Wipro à Hinjewade Infotech Park.

10 PMC : Pune Municipal Corporation ; PCMC : Pimpri-Chinchwad Municipal Corporation.

11 Selon le recensement national de 2001, la population de l’agglomération urbaine de Pune était de 3,7 millions d’habitants et pourrait atteindre, selon le PNUD (2005), 6 millions en 2021.

12 Sources : enquêtes auprès de 200 cadres de IT parks (LEDUCQ, 2007)

13 Times of India, 29 mars 2007, “IT Biggies okay common transport for Hinjewadi”, Edition de Pune.

14 Magarpatta City est une opération privée dont les seules images et cartes autorisées sont celles qui sont en ligne sur leur site internet http://www.magarpattacity.com/

15 Entretien mené à Magarpatta City le 16 mars 2007, auprès des relations publiques du parc.

16 “The Rs 4000-crore township that farmers built”, [Article consulté le 20 janvier 2008, http://www.rediff.com/money/2006/mar/22sld1.htm,]

17 Hérités de la période britannique et appartenant aujourd’hui à l’armée indienne.

18 Discours tenu par la Chambre de Commerce et d’Industrie suite à un salon tenu à Pune en 2005.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les principales villes accueillant des parcs d'activité informatique en Inde
Crédits Source : Site STPI, www.stpi.in, consulté le 25 février 2007.Conception et réalisation : Divya Leducq, novembre 2007.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/789/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 2 : Typologie et localisation des parcs d'activités de Pune
Crédits Source : IT Directory 2006 – 2007, Chambre de commerce et d'industrie de Pune.Conception et réalisation : Divya Leducq, novembre 2007.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/789/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Figure 3 : Les IT parks, de l'architecture classique à l'architecture avant-gardiste
Crédits Photo : Divya Leducq, mars 2007.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/789/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 4 : Carte des activités de l'IT localisées en fonction des wards administratifs de Pune Municipal Corporation
Crédits Source : IT Directory 2006-2007, Chambre de commerce et d'industrie de Pune.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/789/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Figure 5 : Nouveaux logements en périphérie de ville et accroissement des disparités socio-spatiales
Crédits Photo : Divya Leducq, novembre 2007.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/789/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 6 : Le développement d'un couloir dynamique entre Mumbai et Pune
Crédits Source : Site du MIDC, http://www. maharashtraitparks.com/knowcorri.htm, consulté le 22 novembre 2007.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/789/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Divya Leducq et Christine Liefooghe, « Les parcs d’activités informatiques périphériques de Pune (Maharastra, Inde) : éléments de redistribution de la donne urbaine », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 3 | 2007, mis en ligne le 15 octobre 2012, consulté le 15 août 2017. URL : http://tem.revues.org/789 ; DOI : 10.4000/tem.789

Haut de page

Auteurs

Divya Leducq

Doctorante en géographie
Laboratoire TVES (EA 4019)
UFR de Géographie et Aménagement
Université de Lille 1 Sciences et Technologies
Avenue Paul Langevin
59655 Villeneuve d’Ascq Cedex
divya.leducq@gmail.com

Articles du même auteur

Christine Liefooghe

Maître de conférences en géographie
Laboratoire TVES (EA 4019)
UFR de Géographie et Aménagement
Université de Lille 1 Sciences et Technologies
Avenue Paul Langevin
59655 Villeneuve d’Ascq Cedex
christine.liefooghe@univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page