Navigation – Plan du site
Hommage à Philippe pinchemel

Philippe pinchemel

Un hommage au grand géographe de « la face de la terre »
Jean-Marc Besse, Eric Glon, Bernard Pinchemel, Geneviève Pinchemel, Denise Pumain, Marie-Claire Robic et Jean-Louis Tissier
p. 100-103

Dédicace

Décédé le 16 mars 2008, Philippe Pinchemel incarne pour la géographie française une « intelligence de la Terre ». Dans cet itinéraire intellectuel extrêmement riche et fécond qui a été le sien, il est resté à Lille de 1946 à 1948 puis de 1954 à 1965, autant d’années pendant lesquelles il a eu une profonde influence dans l’affirmation de la géographie à l’échelle lilloise mais aussi régionale. Créateur et responsable, entre autres, d’ « Hommes et Terres du Nord », aujourd’hui  « Territoire en mouvement », cette revue lui rend, un hommage qu’il mérite amplement.

Philippe Pinchemel (1923-2008)-biographie

-Né à Amiens en 1923. Ancrage picard comme en atteste la dédicace de sa thèse à ses arrières grands parents
-1936. Fondation de l’Information géographique par A. Cholley
-Etudes secondaires au Lycée d’Amiens
-1940… Etudiant à la Sorbonne, Institut de géographie. Suit les cours d’Emmanuel De Martonne, d’André Cholley, Licence d’histoire et de géographie en 1942
-Agrégé en 1945 (concours de 1944)
-1945-1946. Professeur agrégé au Prytanée Militaire de la Flèche
-1946-1948. Assistant à la Faculté des Lettres de Lille
-1948-1951. Assistant à la Faculté des Lettres de Paris
-1951-1952. Attaché de recherches au CNRS

-1952-Soutenance de la thèse d’Etat
-1952-1953. Maître de conférences à la Faculté des Lettres de Besançon
-1954 : Publication de la thèse principale-« Les plaines de craie du nord-ouest du bassin parisien et du sud-est du bassin de Londres et leurs bordures », A. Colin, 502 p.
-1957 : Publication de la thèse secondaire. « Structures sociales et dépopulation rurale dans les campagnes picardes de 1836 à 1936 », A. Colin, 232 p. et 3 planches hors texte
-Octobre 1954-1958. Maître de conférences (avant la réforme de 1984, c’est-à-dire Professeur 2ème) à la Faculté des Lettres de Lille
-1958-1965-Professeur (Chaire de géographie humaine) à la Faculté des Lettres de Lille. Directeur de l’Institut de Géographie de 1961 à 1965
-1958-1965. Secrétaire général de la Société de Géographie de Lille
-1958-1963. Président de la section régionale de l’Académie de Lille de la Société des professeurs d’Histoire et de géographie
-1962-1965. Directeur du centre d’enseignement Supérieur Littéraire d’Amiens
-1963-1965. Président du comité de rédaction de la revue Hommes et Terres du Nord -1964-Publication de Géographie de la France en deux tomes
-1969. Déménagement de la famille Pinchemel qui quitte Lille pour Paris.
-1965-1991-Professeur à la Sorbonne (Chaire de géographie humaine), Institut de Géographie
-1967-Création avec le Professeur d’Histoire médiévale, Michel Mollat du Jourdain, d’un centre d’histoire de la géographie et de la géographie historique après avoir impulsé un certificat d’Etudes Supérieures d’histoire de la géographie et de géographie historique. Jean Dresch, lors du congrès international de géographie, le fait nommer Président de la commission d’histoire de la pensée géographique au sein de l’UGI. Dans la foulée, le Centre de géohistoire de la rue Mahler devient un lieu important de débats, de séminaires, d’élaboration de thèses.
-1971-Philippe Pinchemel est un des créateurs de la revue L’espace géographique .
-1988-Publication avec Geneviève Pinchemel de La face de la Terre
-2001-Publication de La Terre écrite, avec Pierre Clergeot.
-2005-Géographes, une intelligence de la Terre avec Geneviève Pinchemel
-2008-Décès le 16 mars 2008 à Sceaux.

Texte intégral

1Philippe Pinchemel, né en 1923 à Amiens, est l’un des plus grands géographes français de la seconde moitié du XXe siècle. D’une thèse d’Etat (1952) portant sur le relief des régions crayeuses du Bassin Parisien et du Bassin de Londres, il a gardé le goût de l’analyse des formes et des paysages, pratiquant tout au long de sa carrière avec bonheur et sensibilité une « géographie vue du ciel ». En témoignent ses deux derniers ouvrages : La terre écrite (avec Pierre Clergeot, éd. Le Géomètre, 2001), qui sait faire surgir des images satellites une signification humaniste et « Géographes, une intelligence de la Terre » (avec Geneviève, éd Arguments, 2005), où il reprend ses meilleures analyses des structures de l’espace géographique. Philippe Pinchemel est d’abord un géographe engagé dans la réflexion sur l’action géographique, et les questions d’urbanisme et d’aménagement du territoire l’ont toujours passionné. Dès les débuts de sa carrière, il donne des cours à l’Institut international supérieur d’urbanisme de Bruxelles, puis à l’Institut d’urbanisme de l’université de Paris. Parallèlement, il siège dans de nombreuses instances où il côtoie des praticiens, par exemple en tant que directeur des études de l’Institut régional d’études et d’action démographique de Lille (1961­65), membre du comité régional d’expansion économique de la région Picardie (1962-65) ou encore par la suite membre associé du Conseil général des Ponts et Chaussées (1971-85). Le pouvoir de ceux qui marquent le paysage et qui réalisent « l’écriture des sociétés humaines à la surface de la terre » le fascine. Dès 1952, il écrit sur « la collaboration des géographes avec les urbanistes », il rédige plusieurs articles sur les villes nouvelles britanniques et sur les grands ensembles. Il réfléchit à l’adaptation des villes à leurs fonctions : ainsi, l’industrie lui a toujours semblé avoir désorganisé les réseaux urbains sans jamais donner naissance à de « vraies » villes, pour ce qui concerne les agglomérations industrielles les plus spécialisées. Nommé dans la chaire de géographie urbaine à la Sorbonne en 1966, il s’intéresse à l’urbanisme universitaire et à la question de l’installation des campus. Il donne à ce sujet deux articles pour Urbanisme en 1970, d’autres pour l’AUPELF, pour la revue Projet. Il réussit le tour de force d’une analyse multiscalaire de l’hyperconcentration parisienne dans le petit format d’un « Que-sais-je ? » (1979). Son approche humaniste de la ville transparaît dans ses écrits et dans sa filmographie : si la théorie des lieux centraux illustre la « physiologie du paysage », c’est un quartier urbain périphérique qu’il analyse dans un autre volet intitulé « pathologie du paysage ». Plusieurs de ses articles pour le grand public déplorent la « crise urbaine », la « maladie des banlieues », les risques associés à la croissance des « monstres urbains », mais jamais sur un ton eschatologique, toujours afin de mieux prôner les nécessités d’un aménagement qui soit réfléchi, préparé et adapté. Dans ce domaine de la géographie urbaine dont il dresse un premier bilan en 1983 dans les « Essays in honor of Jean Gottmann  »(Londres, Academic Press), Philippe Pinchemel a su faire œuvre de pionnier, d’éveilleur, et de théoricien jamais éloigné des solutions concrètes et de ceux qui savent les mettre en œuvre. Philippe Pinchemel est en effet l’un des rares théoriciens de la géographie humaine de son temps. Professeur à Lille (de 1954 à 1965) puis à Paris (à partir de 1965) il crée en 1985 avec François Durand-Dastes et dirige un DEA d’Analyse théorique et épistémologique en géographie qui inspirera de très nombreux élèves. Par ses écrits, il contribue à développer une géographie urbaine comparative, appuyée sur l’analyse des structures et des formes, dans une perspective d’aménagement du territoire. Ses deux ouvrages : « Le niveau optima des villes, essai de définition d’après l’analyse des structures urbaines du Nord et du Pas de Calais »(publié au CERES à Lille en 1959, avec A. Vakili et J. Gozzi) et surtout « Le fait urbain en France » (publié au Centre d’études économiques de l’EPHE, avec F. Carrière) témoignent du souci de fonder scientifiquement une approche géographique des villes dans leurs rapports entre elles et avec le territoire, en mettant en œuvre des innovations méthodologiques en partie inspirées de travaux américains. Il écrit des ouvrages de référence, dont une célèbre Géographie de la France, plusieurs fois reprise et rééditée (avec G. Pinchemel, C. Balley, N. Mathieu, D. Pumain), qui évite le plan régional classique pour traiter des thèmes et des distributions géographiques dans le cadre national. Ouvert aux géographies étrangères, il joue un rôle exceptionnel de passeur entre la géographie française et les nouvelles théories et méthodes qui se développent en Suède et dans les pays anglophones. Il fait traduire et publie deux ouvrages innovants :« L’analyse spatiale en géographie » de Peter Haggett (1973) et Géographie des marchés et du commerce de détail de Brian Berry (1971), chez l’éditeur Armand Colin où il joue un rôle de directeur de collection très actif. Il participe à la grande aventure de la création de L’Espace géographique (1972), qui deviendra vite une revue de référence pour la discipline. Il fonde en 1967 avec le professeur Mollat du Jourdin le Centre d’histoire de la géographie et de géographie historique de la Sorbonne, qui devient le Centre de géohistoire de l’université de Paris I, installé rue Malher à partir de 1977. Il crée la Commission d’histoire de la pensée géographique de l’Union Géographique Internationale (UGI) et la préside de 1968 à 1980 ; il tient à l’affilier aussi à l’Union internationale d’histoire et de philosophie des sciences. Attaché à la réflexion sur les concepts, il s’associe aux recherches interdisciplinaires dirigées par Jacques Roger sur l’histoire du vocabulaire scientifique. Dans le cadre de l’UGI, il engage des publications collectives sur l’histoire des congrès internationaux de géographie et il fonde avec Walter Freeman une série intitulée « Geographers. Biobibliographical studies ». C’est un même souci de valoriser le patrimoine de la géographie, auteurs et œuvres, qui le guide pour proposer une anthologie des géographes français (« Deux siècles de géographie française », CTHS, 1984) comme dans son action de président de la section de géographie du Comité des travaux historiques et scientifiques (réédition de Jacques Ancel, Eric Dardel, Clarence Glacken, Jacques Weulersse…). Son rayonnement international s’illustre par les nombreuses distinctions qu’il a reçues du monde entier, dont le prix Vautrin Lud du Festival International de Géographie en 2004. Grand pédagogue, auteur de nombreux manuels, conférencier hors pair, il savait illustrer son savoir d’exemples éclairants et passionner un auditoire en faisant partager son goût du voyage, des vues aériennes et de la genèse des territoires. Partant de vues personnelles prises à terre ou derrière le hublot, ses analyses, qui traduisaient l’acuité de son regard et l’étendue de sa culture géographique, étaient toujours ponctuées de traits d’humour. L’œuvre de Philippe Pinchemel a donné une impulsion décisive à deux innovations scientifiques : le développement des conceptions systémiques et celui de l’épistémologie et de l’histoire de la géographie. Son maître ouvrage, « La face de la Terre », signé en 1988 avec son épouse, Geneviève, propose une formulation recentrée et renouvelée de la géographie au début du 21ème siècle. Cet ouvrage est doublement précurseur. Il apporte en effet des réponses scientifiques aux questions qui surgiront partout dix ans plus tard sous la thématique du développement durable, en invitant à recentrer la géographie sur son objet initial, l’interface terrestre, en situant les aménagements construits par les sociétés dans la perspective des conditions variées et des contraintes inégales des milieux de la planète. Philippe Pinchemel a ainsi ouvert un programme de recherches que les géographes ne sont plus seuls à explorer. Mais surtout, il explique les multiples formes de dépendance et d’interaction entre les sociétés, leurs paysages et leurs milieux de vie, en articulant des processus d’humanisation (ou artificialisation et aménagement des milieux) et des processus de spatialisation (ou « mise en espace » des territoires) par l’habitat, les réseaux, l’exploitation du sol et l’administration. Cette spatialité fait émerger des régularités de polarisation, d’espacement et de dimensionnement, qui composent autant de systèmes spatiaux, marqueurs sociaux de la diversité géographique. Comme l’affirme l’intitulé du DEA qu’il a fondé, c’est bien la construction théorique et la réflexion sur le travail scientifique qui donnent au géographe la capacité d’être, non seulement un observateur de son temps, mais aussi d’aider à anticiper l’avenir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Besse, Eric Glon, Bernard Pinchemel, Geneviève Pinchemel, Denise Pumain, Marie-Claire Robic et Jean-Louis Tissier, « Philippe pinchemel », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 3 | 2007, mis en ligne le 01 juillet 2011, consulté le 16 août 2017. URL : http://tem.revues.org/772 ; DOI : 10.4000/tem.772

Haut de page

Auteurs

Eric Glon

Professeur des Universités
UFR de géographie et aménagement, Université de Lille 1

Articles du même auteur

Jean-Marc Besse

Directeur de recherche au CNRS
UMR Géographie-cités, équipes PARIS et E.H.GO.

Articles du même auteur

  • Éditorial [Texte intégral]
    Paru dans Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement, 12 | 2012

Bernard Pinchemel

Professeur des UniversitésLaboratoire Physique des Lasers, Atomes et Molécules (PHLAM), Université de Lille 1)

Geneviève Pinchemel

Agrégée de géographie
Maître de conférences honoraire à l’Université de Paris 1

Denise Pumain

Professeur des universités
Université de Paris I, Institut Universitaire de France, UMR Géographie-cités, équipes PARIS et E.H.GO.

Marie-Claire Robic

Directeur de recherche au CNRS
UMR Géographie-cités, équipes PARIS et E.H.GO.

Jean-Louis Tissier

Professeur des universités
Université de Paris I, UMR Géographie-cités, équipes PARIS et E.H.GO.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page