Navigation – Plan du site
Articles

De nouveaux parcs économiques dans le corridor industriel du Bajío (Mexique)

The New Industrial Parks in the Bajio Corridor (Mexico)
Colette Renard-Grandmontagne
p. 28-39

Résumés

L'agriculture du Bajío, dans le Mexique centre-occidental, a autrefois donné naissance à une industrie agro-alimentaire et à une industrie du cuir. Depuis le milieu des années 1990, d'autres activités industrielles, en particulier celle de l'automobile se sont concentrées dans de nouveaux parcs économiques et ont contribué à développer un véritable corridor industriel de León à Querétaro. Ces nouveaux espaces rompent délibérément, aussi bien par leur localisation que par leurs paysages, avec les vieilles zones industrielles aujourd'hui enkystées dans les agglomérations. Le rôle des capitaux étrangers est décisif pour expliquer leur apparition ainsi que celui des acteurs publics, même si l'engagement des municipalités semble souvent moins efficace que celui des milieux d'affaires.

Haut de page

Texte intégral

1Il y a quinze ans, dans un ouvrage collectif pluridisciplinaire, un groupe de chercheurs s'efforçait de présenter la situation du Mexique au début du nouveau millénaire qui approchait (Prévôt-Schapira, Revel-Mouroz, 1993). Cette réflexion était, en réalité, antérieure à l'événement majeur qui allait engager encore davantage le Mexique dans la mondialisation : le traité de l'ALENA,(accord de libre-échange signé en décembre 1992 par le Canada, les Etats-Unis et le Mexique) Pour autant, des processus d'intégration de l'économie mexicaine à l'espace nord-américain développé et les recompositions territoriales qui y sont associées, étaient déjà observables. La contribution géographique la plus substantielle (Revel-Mouroz, 1993) souligne la dynamique d'intégration impulsée par le phénomène maquilador depuis la frontière jusqu'au Centre-Ouest. Mais l'auteur s'interroge sur l'existence d'une « ligne de fracture » transversale (Tampico-Guadalajara-Manzanillo) qui séparerait un espace septentrional polarisé par les Etats-Unis et un espace méridional soumis au centralisme de Mexico.

2Le Bajío, grande dépression d'altitude drainée par le Río Lerma, qui fut le « grenier de la Nouvelle Espagne », constituait alors un espace de transition entre les deux grandes aires de polarisation.

  • 1 Ces proportions de l’industrie manufacturière en valeurs de base du PIB de chaque état placent l’ét (...)

3Aujourd'hui, le Bajío demeure une région d'agriculture souvent irriguée (maïs, blé mais aussi fruits et légumes), de plantations d'agaves pour la production de tequila et d'élevage de porcs. En liaison avec les activités du secteur primaire, se sont développées des industries agro-alimentaires à Irapuato, par exemple, et une industrie du cuir en particulier à León. Le tissu industriel ancien est aussi composé d'établissements textiles (confection essentiellement) dont certains sont des maquiladoras installées dans les années 1980 et 1990. Dans les états de Guanajuato et de Querétaro, la part de l'industrie manufacturière dans le PIB est respectivement, en 2004, de 28,5 et de 33,8 %, alors qu'elle n'est que de 19,8% dans le PIB de l'État fédéral1.

4Des observations récentes, d'une part à Guadalajara, d'autre part dans le corridor du Bajío oriental s'étirant sur près de 200 kilomètres de León (capitale économique de l'état de Guanajuato) à Querétaro (capitale politique et économique de l'état éponyme), indiquent un renouvellement de cet espace économique. L'autoroute 45, tronçon de la Panaméricaine, au long ou à proximité de laquelle ont été aménagés de nouveaux parcs économiques, souvent éloignés des agglomérations, en constitue l'épine dorsale.

5Ce développement étonnant des parcs industriels périphériques est-il la manifestation d'une plus grande intégration du Bajío oriental à l'espace économique nord-américain, voire mondial ? Quels processus et quels acteurs expliquent à la fois cette éclosion et cet éloignement relatif par rapport à la ville ? Cette contribution s'attache tout d'abord à souligner les caractères nouveaux de ces parcs de la fin du XXe et du début du XXIe siècle tant dans leur aspect physique que dans leur contenu économique, puis à tenter de démêler la complexité des jeux d'acteurs qui façonnent un nouvel espace industriel.

1. Des zonas industriales aux parques industriales : des parcs industriels champignons

6Comme en France, les termes mexicains pour désigner les espaces aménagés spécialement pour accueillir de manière exclusive des établissements de production industrielle mais aussi des établissements de logistique et des entrepôts ont évolué. Les plus anciens portent encore la dénomination de zone industrielle, les plus récents de parc industriel ou parfois de technology park, pour un petit nombre d'entre eux. L'évolution n'est pas que lexicale. Les localisations, les dessertes, les circulations, les aménagements, les paysages et les ambiances diffèrent. Trois exemples peuvent illustrer ces transformations.

7Bien qu'extérieure au corridor industriel plus particulièrement étudié ici, la zona industrial de Guadalajara, située au sud de l'artère routière principale (Boulevard Lázaro Cárdenas) qui traverse d'est en ouest la ville, est tout à fait représentative des ZI de la première génération (photo 1).

Photo 1 : Zone industrielle de Guadalajara

Photo 1 : Zone industrielle de Guadalajara

L’état de la chaussée, l’absence de trottoirs et de parkings rendent la circulation difficile dans l’une des plus grandes zones industrielles, maintenant intra-urbaine, de Guadalajara. Cette zone de première génération est densément bâtie, sans doute vieillie, mais encore très active

Photo : Colette Renard Grand-Montagne, 2007

8Située, sur la carte topographique de 1972, en lisière de l'espace construit, cette vaste zone (260 ha) est aujourd'hui totalement enkystée dans le tissu urbain tapatío. Comme dans la ZI de Metz-Deux Fontaines, par exemple (Renard-Grandmontagne, 2004), tous les établissements implantés bénéficient d'une double desserte en voies de communication : une voie routière (ou une rue) goudronnée ou empierrée, large d'une quinzaine de mètres, en avant des bâtiments et, à l'arrière, un embranchement ferroviaire bordé d'un chemin défoncé par des ornières remplies d'eau à la saison des pluies (figure 1). Tous les embranchements de ce réseau en peigne ne sont plus fonctionnels et de nombreux indices témoignent de friches ferroviaires non déposées. La circulation des poids lourds, de camionnettes et de pick-up dans la zone est intense et apparaît difficile en raison du stationnement des véhicules utilitaires sur les bas côtés, de l'absence d'espace de retournement en fond de rues et de l'état médiocre des chaussées. La densité du bâti est importante. Les bâtiments les plus anciens sont des bodegas (nefs) en briques rouges surmontés de toits de sheds aux pans symétriques. De très gros silos réservés à l'industrie agro-alimentaire voisinent avec des commerces de gros de produits chimiques, une usine de traitement des déchets hospitaliers, des ateliers de fabrication de profilés pour pylônes électriques ou encore des établissements de l'industrie d'ameublement (fabrication de matelas par exemple).

Figure 1 : Plan du réseau de communication d’une ZI de première génération à Guadalajara

Figure 1 : Plan du réseau de communication d’une ZI de première génération à Guadalajara

L’originalité du réseau ne tient pas au quadrillage des rues mais plutôt à l’existence d’une arborescence ferroviaire en peigne. La disposition systématique des rues et des embranchements ferroviaires assurait à chaque établissement une double desserte. On remarquera aussi, sur ce document que l’odonymie des rues est d’inspiration américaine, ce qui est assez rare. Dans le plus grand nombre de zones ou de parcs visités, l’odonymie choisie est très semblable à celle que l’on rencontre en France (corps de métiers).

Source : Réalisation personnelle à partir d'observationsde terrain et d'un support cartographique au 1/15 000

9Cette impression de zone vieillie est aussi perceptible dans une partie de la zone située en périphérie nord de Celaya, mais encore au contact du tissu urbain. Cette zone-ruban de 175 ha s'étire sur plus de 3 km le long de l'autoroute 45. A la différence de la précédente, elle est longée, à son extrémité orientale, par une voie ferrée totalement étrangère à son activité. Son plan géométrique est structuré par un réseau orthogonal de voies routières hiérarchisées. Les trois artères principales, dont une avenue baptisée Mexico-Japon, sont parallèles à l'autoroute. Des rues secondaires perpendiculaires assurent la desserte des établissements. Cette zone est très vraisemblablement une zone polygénique dont le noyau le plus ancien (moins de 50 ha) occupe l'angle sud-ouest. Les constructions de petite taille y sont serrées. Les extensions en direction de l'autoroute et vers l'est sont composées, au contraire, de parcelles beaucoup plus importantes sur lesquelles ont été édifiés d'imposants bâtiments à toit plat abritant surtout des activités agro-alimentaires (céréales, jambon, boisson Pepsi) et de sous-traitance automobile (fonderie, batteries…). L'observation aérienne révèle quelques dents creuses qui peuvent correspondre à des friches nettoyées dans la partie la plus ancienne, à des réserves foncières ou à des parcelles encore disponibles dans la partie la plus récente.

  • 2 Slogan utilisé dans les plaquettes de promotion du Parc de Querétaro.

10La nouvelle génération de parcs industriels tels ceux de Silao ou de Querétaro est bien différente. Si Claude Bataillon écrivait en 1967, dans Régions géographiques au Mexique que « Querétaro s'est brusquement réveillée grâce au succès de sa zone industrielle » aménagée en périphérie nord et maintenant rattrapée par l'urbanisation de cette agglomération d'environ 600 000 habitants, c'est aujourd'hui encore nettement plus au nord que « le meilleur parc industriel du Mexique et d'Amérique Latine »2 a été créé en 1997, à 28 km de la ville. Ce parc dont la superficie actuelle est de 350 ha est localisé dans un environnement agricole bien desservi par les voies de communication et des réseaux d'énergie (ligne à haute tension et gazoduc). Il est positionné exactement à l'intersection de l'autopista 54 (Querétaro – San Luis Potosí) et du libramiento (rocade de contournement de la ville) vers Mexico et à proximité de la voie ferrée Mexico-San Luis Potosi de laquelle se détache un embranchement ferroviaire long de 3 km en direction de quelques établissements du parc (figure 2).

Figure 2 : Occupation du Parc Industriel de Querétaro

Figure 2 : Occupation du Parc Industriel de Querétaro

Le Parc, d’une superficie actuelle de 350 ha, a été créé en 1997 sur d’anciennes terres éjidales. Le front d’occupation est très aisément repérable. On remarquera aussi les regroupements spatiaux par pays d’origine. Treize nationalités sont présentes : Allemagne (D), Autriche (Au), Canada (Ca) Corée du Sud (Co), Espagne (Es), Etats-Unis (US), France (F), Italie (It), Japon (Ja), Mexique (Mx), Pays-Bas (NL), Singapour (Sin). Des entreprises peuvent être locataires de nefs construites par des professionnels de l’immobilier d’entreprise telle la société VESTA qui édifie des bâtiments aux standards auxquels sont habitués les entreprises internationales. Cette société créée en 1988 dispose de bâtiments à louer dans trois parcs : Mexico D.F., Tijuana et Querétaro.

Source : Réalisation personnelle à partir de documentation du P.I.Q., du site de la société gestionnaire et de l'entrevue accordée par les responsables

11Les parcs les plus récents sont tous des projections éloignées du centre des villes et aménagés en milieu rural. Les deux parcs de Silao sont respectivement à 4 km à l'est et à 8 km au sud-est de la ville. Ce sont des parcs extrêmement aérés. L'impression d'aération est due, d'une part au gabarit des voies routières (15 m) bordée de trottoirs et de parterres fleuris et, d'autre part, à une disposition du cahier des charges du parc qui impose aux établissements de ne pas laisser stationner les camions dans les rues et de les dissimuler à la vue des visiteurs (photo 2).

Photo 2 : Le Parc Industriel de Queretaro

Photo 2 : Le Parc Industriel de Queretaro

Créé en 1997, ce parc est très aéré en raison de la largeur des chaussées bordées de trottoirs et de pelouses. Le vide de cette artère située dans le prolongement de l’entrée gardée du parc contraste avec la rue de la ZI de Guadalajara. Un cahier des charges contraignant interdit aux usagers le stationnement des camions sur la chaussée. De nombreux salariés se rendent chaque jour dans le parc en camiones, c’est-à-dire en cars de ramassage.

Photo : Colette Renard Grand-Montagne, 2007

  • 3 En 2007, d’après la revue Sector Privado, n° 12, périodique du monde entrepreneurial et des affaire (...)

12A la qualité esthétique du Parc industriel de Querétaro (PIQ), très soigné, s'ajoutent des services aux entreprises tel qu'un réseau étoffé de bornes d'incendie qui permet de réduire les primes d'assurance des usagers ou encore d'un service de gardiennage extrêmement vigilant. Le parc est entièrement clôturé à la manière d'un condominio et son accès unique contrôlé en permanence par un personnel de surveillance. La qualité des prestations mais aussi les prix de vente officiels du terrain (32 à 38 $ US/ m2) 3 ont rendu ce parc attractif. En dix ans, plus de soixante-dix établissements se sont installés et ont créé 10 000 emplois. Le succès indéniable du parc, qui peut faire rêver tout maître d'ouvrage et aménageur français, autorise d'ores et déjà des projets d'extension (135 ha supplémentaires) et des projets de création de services nouveaux (réalisation d'une aire commerciale avec agence bancaire, hôtel et même une crèche qui permettrait d'attirer une main d'œuvre féminine). Ce sont les mêmes services qui différencient, en France, les parcs d'activités.

13Par leur rapidité d'aménagement, et d'occupation, ces parcs industriels semblent croître comme des champignons et contrastent avec les débuts difficiles, voire les échecs, des ZI du Bajío dans les années 1960 (Bataillon, 1967).

2. Un corridor industriel renouvelé

14La composition des établissements industriels dans ces nouveaux parcs (Silao, Querétaro et en partie Celaya) présente plusieurs caractéristiques qui contribuent à renouveler le tissu industriel du Bajío.

15Ces parcs sont occupés par de nombreux établissements d'origine étrangère, en particulier étatsunienne. Ils constituent des espaces privilégiés pour les investissements directs étrangers qui, dans les années 1990, se sont à nouveau dirigés vers l'Amérique Latine et plus particulièrement vers le Mexique. Entre 1987 et 1996, ce territoire a bénéficié de 35 % du total des IDE en Amérique Latine (Goueset, 1999). Le parc General Motors (170 ha, est de Silao) est évidemment le plus emblématique. Comme dans d'autres parcs aménagés en Europe pour accueillir un grand projet industriel internationalement mobile, le parc de Silao est en totalité occupé par un seul établissement appartenant à General Motors Mexico. Cet établissement transféré de l'agglomération de Mexico, en 1995, et employant 3 400 salariés (en 2005) est une des trois unités productives de GM au Mexique. Le premier constructeur automobile mondial qui emploie directement, dans ce pays, 11 250 salariés, a ouvert en 1963 une usine (fonderie, assemblage de moteurs, de camions et centre d'ingénierie) à Toluca (état de Mexico), une seconde à Ramos Arizpe (état de Coahuila, usine de moteurs, emboutissage et assemblage de voitures) et a conservé ses bureaux de Mexico. L'usine de Silao remplit aussi des fonctions d'emboutissage et d'assemblage de véhicules utilitaires (camions, camionnettes et surtout pick-up). Les principaux modèles produits sont : Chevroley Suburban, Chevroley Silverado, Chevroley Tahoe et Chevroley Yukon. Les deux derniers modèles sont destinés à l'exportation.

16L'arrivée de GM s'est accompagnée d'autres implantations industrielles dans la zone de Silao Sud distante d'une dizaine de kilomètres de la précédente. Le plus grand nombre des établissements installés depuis le milieu des années 90 sont des fournisseurs de pièces détachées pour GM et concourent, en flux tendus, à l'approvisionnement de l'usine d'assemblage de Silao. Ces fournisseurs sont soit des équipementiers étatsuniens tels que American Axle, soit des sous-traitants mexicains tels que Arela, filiale de Condumex, le plus grand fabricant mexicain de conducteurs électriques, ou encore Autolog, joint-venture de Condumex et de Delphi Automotive System.

Tableau 1 : Le Parque industrial de Silao sud : un espace privilégié de la chaîne d'approvisionnement local de General Motors.

Tableau 1 : Le Parque industrial de Silao sud : un espace privilégié de la chaîne d'approvisionnement local de General Motors.

Source : d'après J.-S. Rothstein, Creating Lean Industrial Relations: General Motors in Silao, Mexico, Competition & Change, vol. 8, n° 3, p. 211.

17Aux sept établissements cités dans le tableau ci-dessus doivent être ajoutées neuf autres unités de production implantées dans le parc depuis 2003. L'aire de recrutement des salariés va au-delà du bassin d'emploi de Silao insuffisant et s'étend à celui d'Irapuato situé à plus de 30 km.

18L'arrivée de GM a donc changé de façon substantielle la structure productive de Silao et elle est à l'origine d'un cluster automobile employant plus de 10 000 salariés.

19Un second cluster automobile s'est constitué dans la partie orientale du Bajío s'appuyant en partie sur les parcs industriels de Celaya et de Querétaro (figure 3).

Figure 3 : Le nouveau corridor industriel du Bajío

Figure 3 : Le nouveau corridor industriel du Bajío

Les nouveaux parcs industriels aménagés depuis le milieu des années 90 ont considérablement intensifié et renouvelé le tissu industriel ancien du Bajío. Les clusters les plus récents sont ceux de l’automobile.

Source : Réalisation personnelle à partir de différentes sources statistiques et cartographiques, d'observations de terrain ainsi que de l'ouvrage de Téllez (op. cit. 2007)

  • 4 La première entreprise implantée fut le plasturgiste américain Chevron Plexco, en 1998.

20Dans le PIQ, en 2007, les 70 établissements sont originaires de 13 pays. La consultation du plan mis à jour en juin 2007 et de la liste des établissements consultable sur le site du parc fait apparaître que les entreprises nationales sont minoritaires (13 établissements d'origine mexicaine). Les Etats-Unis sont l'investisseur étranger le plus ancien4 et le plus important (27 sociétés soit 40 %).

  • 5 Les sociétés françaises sont l’équipementier Valéo-Sylvania (1998), Adiamas et Messier Services (20 (...)

21L'Europe (Allemagne, Espagne, Pays-Bas, Italie, France5 et Autriche) est aussi présente (21 sociétés, 31 %). Parmi les pays asiatiques, c'est la Corée qui compte le plus d'établissements (5) dont Samsung installé à l'entrée du parc, en bordure de l'autoroute et qui bénéficie d'un effet-vitrine exceptionnel (photo 3)

Photo 3 : Implantation coréenne dans la Parc Industriel de Querétaro

Photo 3 : Implantation coréenne dans la Parc Industriel de Querétaro

Photo : Colette Renard Grand-Montagne, 2007

  • 6 On pourra consulter, à propos des implantations de l’industrie automobile au Mexique, la carte très (...)

22Le Japon ne possède qu'un seul établissement. La majorité de l'ensemble des établissements (de 52 à 80 % selon les sources) travaille pour l'industrie automobile et plus particulièrement pour les constructeurs General Motors, Ford, Volkswagen implanté à Puebla depuis 1965 et Nissan6. La production automobile est essentiellement destinée au marché d'exportation. D'après la revue mexicaine Mexiconow, la production de véhicules automobiles commercialisée sur le marché intérieur stagne (environ 400 000 unités par an depuis 2002) alors que celle destinée à l'exportation, sensiblement plus irrégulière, a atteint 1 100 000 unités en 2002 et 1 500 000 en 2006.

Tableau 2 : Les trois générations de maquiladoras d'après J. Carillo et A. Hualde, 1997

Tableau 2 : Les trois générations de maquiladoras d'après J. Carillo et A. Hualde, 1997

Source : d'après J. S. Rohstein, Creating Lean Industrial Relations: General Motors in Silao, Mexico, competition&Change, vol. 8, n°3, p.211

  • 7 Le terme de maquiladora est fréquemment utilisé par les auteurs mexicains. Néanmoins, c’est un term (...)
  • 8 Par exemple, l’établissement Aventec, implanté dans le parc de Silao Sud possède un centre d’essai.

23Le plus grand nombre de ces établissements sont des maquiladoras7 alors qu'il n'y avait pas de tradition forte d'implantation de ce type d'établissements dans le Bajío. Avant les années 1990, les maquiladoras de la première génération caractérisées par des activités d'assemblage nécessitaient une main d'œuvre abondante mais peu qualifiée y étaient peu nombreuses (tableau 2). Leur apparition a été subite dans ce corridor en formation. Ce sont surtout des maquiladoras de la troisième génération c'est-à-dire des établissements dans lesquels il existe un département Recherche et Développement8 et qui entretiennent et nourrissent des échanges intra-firmes et inter-firmes. Elles embauchent une main d'œuvre plus qualifiée, en particulier, un grand nombre d'ingénieurs et autres professionnels possédant un niveau de formation technologique élevé. Ce recours à un personnel plus qualifié génère une augmentation de la masse salariale dans les processus de production mais qui est cependant inférieure à ce qu'elle serait si les entreprises embauchaient des salariés de même niveau, dans leur pays d'origine.

24Néanmoins, l'importance nouvelle des maquiladoras dans le Bajío doit être relativisée à l'échelle du Mexique. D'après Mexiconow, revue économique qui utilise différentes sources statistiques dont celle de l'INEGI, l'emploi des maquiladoras installées dans l'état de Guanajuato représentait, en 2006, 5,08 % de l'emploi industriel total de l'état alors que la proportion atteignait encore respectivement 86, 79 et 78 % dans les états frontaliers de Chihuahua, Tamaulipas et Basse Californie. Elle est de 39 % dans l'état du Yucatán où l'emploi total industriel est cependant beaucoup plus faible (63 000 emplois) que dans celui de Guanajuato (223 000). Le Yucatan est devenu au cours de la décennie 1990, le deuxième foyer maquilador situé en dehors de la région frontalière, derrière le Jalisco et devant Mexico (Goueset, 1999).

25Ces parcs industriels champignons ne sont pas des coquilles vides qui peineraient à se remplir. En quelques années, ils sont devenus des foyers d'emplois conséquents vers lesquels convergent régulièrement des cars de ramassage du personnel résidant dans les agglomérations voisines mais aussi des campagnes environnantes. Ils sont aussi fortement connectés à deux pôles de la Triade. « On peut dire que dans cette région se produit un phénomène beaucoup plus complexe que ce qui serait un système productif localisé. En réalité, convergent ici différentes stratégies de production agglomérées, de joint-ventures, d'installations de maquiladoras de troisième génération et du fonctionnement d'une série de clusters régionaux qui donnent de l'importance à des entreprises de différentes branches industrielles (automobile, textile, mécanique, électroménager, IAA) » (Téllez, 2007).

26Si les firmes transnationales sont des acteurs majeurs du renouvellement de cet espace, nous devons néanmoins nous interroger sur l'existence d'autres acteurs et sur les modalités de leurs interventions.

3. Rôle des acteurs institutionnels

27Trois catégories d'acteurs publics sont à prendre en considération : l'état fédéral, les états, en particulier ceux de Guanajuato et de Querétaro, et les municipalités.

28L'État mexicain a une tradition ancienne d'interventionnisme en matière de politique industrielle et d'aménagement de l'espace industriel national. Dès les années 1930, le gouvernement de Lázaro Cárdenas a opté pour une industrialisation de substitution aux importations (ISI) ; cette politique a été poursuivie par ses successeurs jusqu'au début des années 1980. Cependant, très tôt, le pouvoir fédéral a voulu corriger les déséquilibres régionaux, d'une part par la création de pôles de développement industriel dans les espaces déprimés, comme l'aménagement, en 1976, du complexe sidérurgique de Lázaro Cárdenas sur la façade pacifique de l'état du Michoacán, et d'autre part en provoquant la déconcentration des entreprises installées dans le bassin de Mexico. En 1979, il a lancé le Plan National de Développement Industriel (PNDI) qui partageait le Mexique en plusieurs types de zones (zone d'incitation préférentielle, zone de développement contrôlé) (Musset, 1990). Afin de favoriser la redistribution des activités industrielles du District Fédéral, furent aménagés des parcs industriels dans les villes moyennes disposant déjà d'un tissu industriel. Les zones qui en ont le plus profité sont localisées à Puebla et Toluca, cette dernière située à moins de 70 km à l'ouest de Mexico.

29Depuis la fin des années 1980 ou le début des années 1990, les gouvernements successifs encore gouvernés par le PRI (Parti Révolutionnaire Institutionnel) ont adopté toute une série de dispositions fédérales favorables aux éclosions décrites précédemment. Elles précèdent ou accompagnent l'entrée du Mexique dans l'ALENA (1994). Carlos Téllez expose les principales mesures. Les premières sont macro-économiques. Un décret de 1989 ainsi que l'adoption de la loi sur les investissements étrangers, en 1993, ont ouvert l'éventail des activités auxquelles pouvait participer le capital étranger, ce qui attira des flux abondants en provenance des Etats-Unis, du Japon et dans une moindre mesure d'Europe. Néanmoins, dans leur grande majorité, ces capitaux ne sont pas des IDE (Investissements Directs à l'Étranger) mais des flux de portefeuille.

30Cette ouverture aux capitaux étrangers s'est accompagnée d'une réorientation de la politique d'industrialisation. A l'ISI a succédé une industrialisation fondée sur l'exportation de produits manufacturés. Afin d'encourager le développement souhaité, l'État fédéral a offert aux entreprises des incitations fiscales sous la forme de réduction de taxes douanières sur les importations nécessaires à l'activité exportatrice et a simplifié les formalités administratives pour l'exportation.

  • 9 La loi française du 18 juillet 1985 confie l’initiative de la création d’une ZA à une personne mora (...)

31En même temps que le Mexique adhère au néolibéralisme, il entreprend une seconde série de mesures devant avoir un impact sur les investissements locaux. Ainsi, la réforme de l'article 115 de la constitution adoptée en 1983, modifiée en 1999, assure aux municipalités une certaine autonomie financière notamment par la perception directe de la taxe foncière ; elle leur confie aussi la responsabilité de l'aménagement de leur territoire par la détermination du zoning et la délivrance des permis de construire. Cette disposition semble assez proche de celle que la France a adoptée en 1985 et qui assure la décentralisation de l'acte de création d'une zone d'activités9.

  • 10 Issue de la révolution mexicaine du début du XXe siècle, la réforme des ejidos est sans doute la p (...)

32Enfin une dernière réforme, celle de l'article 29 de la constitution relatif à la propriété de la terre se révèle extrêmement ou utile pour l'aménagement d'un parc industriel. Depuis que la réforme agraire a été déclarée terminée (1992), il est devenu possible de modifier le régime de la propriété des terres ejidales10 ou communales c'est-à-dire de les privatiser. Les éjidataires peuvent donc depuis vendre leurs parcelles de terre ce qui peut constituer des opportunités foncières pour les entreprises qui recherchent des terrains disponibles pour implanter leurs établissements.

33L'ensemble de ces dispositions fédérales s'applique à tout le territoire mexicain. Elles ne sont donc pas en soi discriminantes. Quels facteurs et quels acteurs locaux expliquent l'ampleur du phénomène constaté dans le Bajío ?

34Si la qualité du réseau routier et autoroutier est un facteur attractif indéniable, la politique de l'état de Guanajuato, gouverné depuis 1991 par le PAN (Parti d'Action Nationale), apparaît décisive dans le développement du corridor Silao-Celaya. Cet état apparaît pionnier pour l'application des dispositions fédérales sur son territoire.

35Depuis 1951, il a adopté différentes lois de planification ; la dernière date de 2000. En 2003 a été votée aussi une loi organique d'administration publique de l'état de Guanajuato dans laquelle est inscrite la répartition des transferts financiers de l'Etat fédéral et de l'état local vers les municipes regroupés en 6 ensembles géographiques qui peuvent être considérés comme des « régions de programme ».

Tableau 3 : Évolution des aides publiques de trois régions de l'état de Guanajuato de 2003 à 2006

Tableau 3 : Évolution des aides publiques de trois régions de l'état de Guanajuato de 2003 à 2006

Source : d'après C. Téllez, 2007.

36Il est aisé de constater que les deux ensembles qui constituent le corridor (Centre Ouest et Centre Est) bénéficient depuis 2005 de plus de la moitié des transferts financiers. Pour chaque ensemble sont définis des objectifs et des actions prévues financées par les subventions accordées. A titre d'exemple pour l'espace Centre Ouest (S-I-S), les objectifs sont :

  • - promouvoir l'attractivité des localités et le développement des activités productives et les orienter vers des zones stratégiques ;

  • - aider les petites et micro entreprises pour améliorer l'emploi et les salaires en créant de petits parcs industriels (zones artisanales) ;

  • - développer l'usage des nouvelles technologies ;

  • - enfin, établir une action commune pour la promotion, le développement et l'installation d'unités de production.

37Il y a donc aussi une réelle intervention de l'état de Guanajuato pour se rendre attractif et on peut supposer qu'il existe une concurrence entre états fédérés pour accueillir les entreprises.

38Quant à l'aménagement des parcs industriels, il nécessite avant tout la maîtrise foncière des superficies indispensables. Or cet acte préalable apparaît comme une difficulté majeure pour les municipalités qui manquent d'expérience dans la gestion de l'aménagement urbain. Il n'y a souvent pas d'inventaire réel concernant les réserves foncières du municipe. D'autre part de nombreuses collectivités semblent engluées dans la lourdeur de la procédure de modification de la propriété du régime ejidal. Elles ne sont ni suffisamment réactives à la demande pressante des entreprises, ni suffisamment riches. Ce double constat peut expliquer la réalisation de parcs industriels tel celui du Querétaro par des acteurs privés. La capacité financière d'un groupe « d'hommes d'affaires » a permis l'achat de parcelles ejidales irriguées (5 à 6 ha) qui sont encore parfaitement visibles sur l'image satellitaire de 2004. Le réseau d'alimentation en eau du parc est d'ailleurs, en partie, alimenté par le forage de l'ancien ejido. Les municipalités semblent moins performantes que les acteurs privés en matière de réalisation de parcs.

Conclusion

39En quelques années, des terres agricoles irriguées de statut communautaire ont été transformées en des parcelles totalement privées vouées à une production industrielle manufacturière intégrée à l'économie mondiale. Ces mutations importantes accélérées par l'entrée du Mexique dans l'ALENA sont la conjugaison d'initiatives d'acteurs privés (FTN développant une stratégie globale, entreprises mexicaines, investisseurs privés internationaux et nationaux) et d'acteurs publics : État fédéral facilitateur par l'adoption de toute une séries de dispositions légales et états fédérés en compétition pour aménager et attirer des entreprises. Dans la concurrence mondiale, les nouveaux parcs industriels mexicains apparaissent tout à fait compétitifs par leur qualité environnementale, par leur offre de services et par leur main d'œuvre abondante, meilleur marché mais aussi de plus en plus qualifiée. Ils présentent de nombreuses similitudes avec les parcs d'activités français. Néanmoins deux différences principales peuvent être soulignées. D'une part, les municipalités mexicaines interviennent moins que leurs homologues français dans la genèse des parcs ; d'autre part, alors qu'en France l'éloignement des zones d'activités par rapport au tissu urbain des agglomérations apparaît comme un handicap à leur commercialisation et à leur occupation, il n'en est rien au Mexique. Les zones économiques périphériques s'y multiplient et y sont prospères.

Haut de page

Bibliographie

BATAILLON, C., 1967, Les régions géographiques au Mexique, Paris : Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine

CARRILLO, J. et HUALDE, A., 1997, Maquiladoras de tercera generación. El caso de Delphi-General Motors, Comercio Exterior, vol. 47, n° 9, pp 747-757.

GOUESET, V., 1999, Mondialisation et développement local. L'impact territorial des investissements étrangers dans trois régions d'Amérique Latine, Cahiers d'Amérique Latine, n° 30, pp. 177-205.

INEGI (2004). Anuario Estadístico de los Estados Unidos Mexicanos, Instituto Nacional de Estadística, Geografía e Informática.

MACIAS, M.-C., 2005, L'industrie maquiladora en Amérique Latine, le cas de la Frontière Nord du Mexique, in A. Albrecht et al., L'Amérique Latine, Paris : CNED-SEDES, pp. 180-186.

MUSSET, A., 1990, Le Mexique, Paris : Masson, col. Géographie.

MUSSET, A., 2004, Le Mexique, Paris : PUF, col. Que-Sais-je ?, n° 1666.

PREVOT-SCHAPIRA, M.-F.,et REVEL-MOUROZ, J., 1993, Le Mexique à l'aube du IIIe millénaire, Paris : Institut de Hautes Études de l'Amérique Latine, col. Travaux et Mémoires, 254 p.

RENARD-GRANDMONTAGNE, C., 2004, Les zones d'activités : espaces pionniers à la périphérie des agglomérations. Le cas Lorrain, Thèse N.R., Université Nancy 2.

REVEL-MOUROZ, J., 1993, La nouvelle frontière au cœur de l'intégration aux Etats-Unis, in Prévôt-Schapira Marie-France et Revel-Mouroz Jean, Le Mexique à l'aube du IIIe millénaire, Paris : Institut de Hautes Études de l'Amérique Latine, col. Travaux et Mémoires.

REVEL-MOUROZ, J (coord.). (1989). Pouvoir local, régionalismes, décentralisation. Enjeux territoriaux et territorialité, IHEAL, Travaux et Mémoires n° 47, série Thèses et colloques, n° 3.

ROTHSTEIN J., S., Creating Lean Industrial Relations: General Motors in Silao, Mexico, Competition and Change, vol. 83, pp. 203-221.

TÉLLEZ VALENCIA, C., 2005, Reorientación productiva del corredor industrial del Bajío y sus formas urbano-regionales, in García José Odón Ortiz Carlos Francisco (coord), Actores sociales, políticas públicas y desarrollo regiobnal en México, Instituto de Investigaciones Económicas y Empresariales, Universidad Michoacana de San Nicolas de Hidalgo.

TELLEZ VALENCIA, C., 2007, Modernas loxcalizaciones industriales y urbanización difusa. La reciente red territorial del Bajío, Zamora, El Colegio de Michoacán.

Web sites:

www.inegi-gov.mx
www.mexico-now.com
www.piq.com.mx
www.sectorprivado.com.mx

Haut de page

Notes

1 Ces proportions de l’industrie manufacturière en valeurs de base du PIB de chaque état placent l’état du Guanajuato au 2ème rang national et celui de Querétaro au 5ème rang. Néanmoins, il faut nuancer l’importance de ces parts en précisant que l’état de Guanajuato participe pour 5,58 % du PIB national industriel manufacturier et le Querétaro pour 3 %. Rappelons que le District Fédéral et l’état de Mexico affichent, en 2004, des scores de 16,32 % et 15,65 %. Source : www.inegi-gov.mx

2 Slogan utilisé dans les plaquettes de promotion du Parc de Querétaro.

3 En 2007, d’après la revue Sector Privado, n° 12, périodique du monde entrepreneurial et des affaires, le prix de vente du m2 est d’environ 100 $ à Toluca et de 120 à 150 $ à Guadalajara, à Mexico et au Nuevo León.

4 La première entreprise implantée fut le plasturgiste américain Chevron Plexco, en 1998.

5 Les sociétés françaises sont l’équipementier Valéo-Sylvania (1998), Adiamas et Messier Services (2006). La société Lafarge est présente en joint-venture avec la société mexicaine Comex.

6 On pourra consulter, à propos des implantations de l’industrie automobile au Mexique, la carte très claire publiée dans A. Gauthier et G. Raffaelli, L’espace nord-américain, Bréal, 2000.

7 Le terme de maquiladora est fréquemment utilisé par les auteurs mexicains. Néanmoins, c’est un terme qui est ambigu car dans son acception large, il désigne tout établissement de sous-traitance. Dans une acception plus restreinte, il ne concerne que les industries de sous-traitance dont les productions réalisées à partir de pièces d’abord importées sont destinées à l’exportation. L’INEGI emploie d’ailleurs l’expression de "maquila d’exportation" pour désigner ce type particulier d’établissements industriels. La distinction rigoureuse n’est ni toujours établie ni toujours facile à établir.

8 Par exemple, l’établissement Aventec, implanté dans le parc de Silao Sud possède un centre d’essai.

9 La loi française du 18 juillet 1985 confie l’initiative de la création d’une ZA à une personne morale de droit public dont les collectivités territoriales et les communautés de communes. L’adoption de cette loi a eu pour conséquence une augmentation généralisée du nombre de création de ZA.

10 Issue de la révolution mexicaine du début du XXe siècle, la réforme des ejidos est sans doute la plus importante, par son impact territorial et sa durée, de tout le continent latino-américain. Cette réforme agraire devait restituer aux communautés autochtones les terres collectives spoliées par la colonisation et au cours du XIXe siècle. Les lots de terre attribués à des groupes de paysans leur étaient confiés, juridiquement, de façon collective, même si un lotissement individuel était réalisé. Ces terres étaient officiellement inaliénables même si des transactions occultes avaient lieu effectivement. La situation juridique des terres ejidales, jusqu’à leur libération, au début des années 1990, compliquait sérieusement leur mobilisation pour d’autres usages que ceux de l’agriculture.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 : Zone industrielle de Guadalajara
Légende L’état de la chaussée, l’absence de trottoirs et de parkings rendent la circulation difficile dans l’une des plus grandes zones industrielles, maintenant intra-urbaine, de Guadalajara. Cette zone de première génération est densément bâtie, sans doute vieillie, mais encore très active
Crédits Photo : Colette Renard Grand-Montagne, 2007
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/753/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 1 : Plan du réseau de communication d’une ZI de première génération à Guadalajara
Légende L’originalité du réseau ne tient pas au quadrillage des rues mais plutôt à l’existence d’une arborescence ferroviaire en peigne. La disposition systématique des rues et des embranchements ferroviaires assurait à chaque établissement une double desserte. On remarquera aussi, sur ce document que l’odonymie des rues est d’inspiration américaine, ce qui est assez rare. Dans le plus grand nombre de zones ou de parcs visités, l’odonymie choisie est très semblable à celle que l’on rencontre en France (corps de métiers).
Crédits Source : Réalisation personnelle à partir d'observationsde terrain et d'un support cartographique au 1/15 000
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/753/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Figure 2 : Occupation du Parc Industriel de Querétaro
Légende Le Parc, d’une superficie actuelle de 350 ha, a été créé en 1997 sur d’anciennes terres éjidales. Le front d’occupation est très aisément repérable. On remarquera aussi les regroupements spatiaux par pays d’origine. Treize nationalités sont présentes : Allemagne (D), Autriche (Au), Canada (Ca) Corée du Sud (Co), Espagne (Es), Etats-Unis (US), France (F), Italie (It), Japon (Ja), Mexique (Mx), Pays-Bas (NL), Singapour (Sin). Des entreprises peuvent être locataires de nefs construites par des professionnels de l’immobilier d’entreprise telle la société VESTA qui édifie des bâtiments aux standards auxquels sont habitués les entreprises internationales. Cette société créée en 1988 dispose de bâtiments à louer dans trois parcs : Mexico D.F., Tijuana et Querétaro.
Crédits Source : Réalisation personnelle à partir de documentation du P.I.Q., du site de la société gestionnaire et de l'entrevue accordée par les responsables
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/753/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Photo 2 : Le Parc Industriel de Queretaro
Légende Créé en 1997, ce parc est très aéré en raison de la largeur des chaussées bordées de trottoirs et de pelouses. Le vide de cette artère située dans le prolongement de l’entrée gardée du parc contraste avec la rue de la ZI de Guadalajara. Un cahier des charges contraignant interdit aux usagers le stationnement des camions sur la chaussée. De nombreux salariés se rendent chaque jour dans le parc en camiones, c’est-à-dire en cars de ramassage.
Crédits Photo : Colette Renard Grand-Montagne, 2007
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/753/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Tableau 1 : Le Parque industrial de Silao sud : un espace privilégié de la chaîne d'approvisionnement local de General Motors.
Crédits Source : d'après J.-S. Rothstein, Creating Lean Industrial Relations: General Motors in Silao, Mexico, Competition & Change, vol. 8, n° 3, p. 211.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/753/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 3 : Le nouveau corridor industriel du Bajío
Légende Les nouveaux parcs industriels aménagés depuis le milieu des années 90 ont considérablement intensifié et renouvelé le tissu industriel ancien du Bajío. Les clusters les plus récents sont ceux de l’automobile.
Crédits Source : Réalisation personnelle à partir de différentes sources statistiques et cartographiques, d'observations de terrain ainsi que de l'ouvrage de Téllez (op. cit. 2007)
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/753/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Photo 3 : Implantation coréenne dans la Parc Industriel de Querétaro
Crédits Photo : Colette Renard Grand-Montagne, 2007
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/753/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Tableau 2 : Les trois générations de maquiladoras d'après J. Carillo et A. Hualde, 1997
Crédits Source : d'après J. S. Rohstein, Creating Lean Industrial Relations: General Motors in Silao, Mexico, competition&Change, vol. 8, n°3, p.211
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/753/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Tableau 3 : Évolution des aides publiques de trois régions de l'état de Guanajuato de 2003 à 2006
Crédits Source : d'après C. Téllez, 2007.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/753/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Colette Renard-Grandmontagne, « De nouveaux parcs économiques dans le corridor industriel du Bajío (Mexique) », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 3 | 2007, mis en ligne le 15 octobre 2012, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://tem.revues.org/753 ; DOI : 10.4000/tem.753

Haut de page

Auteur

Colette Renard-Grandmontagne

Maître de Conférences
Département de Géographie
Université de Nancy 2
54015 Nancy cedex
CRGrandmontagne@aol.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page