Navigation – Plan du site
Articles

Regards rétrospectifs sur la thématique du paysage dans la revue Hommes et Terres du Nord (1963-2005)

Retrospective on the Landscape Thematic in the Geographical Review « Hommes et Terres du Nord » (1963-2005)
Jean-Jacques Dubois, Marc Galochet, Christelle Hinnewinkel, Aline Stevenoot et Virginie Vergne
p. 2-12

Résumés

Bien que le paysage occupe une place importante dans l’histoire de la géographie depuis la formation de l’École française de géographie par Paul Vidal de La Blache à la fin du XIXe siècle, ce thème d’étude est loin de faire l’unanimité dans les approches et continue de diviser les géographes. Pour certains, il correspond à un concept central en géographie, pour d’autres il n’est qu’une notion trop restrictive et subjective. Cet article essaie de cerner la place accordée au paysage dans la revue Hommes et Terres du Nord, depuis sa création en 1963, à partir de l’analyse d’un corpus d’articles reflétant cette diversité tant dans les types identifiés que dans les approches développées et distinguant des périodes dans la construction de la problématique du paysage.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Après une longue période d’éclipse (1950-1970), le paysage est redevenu un thème de recherche en géographie. À partir de cette période, la revue « Hommes et Terres du Nord » (HTN) commence alors à publier des articles évoquant le paysage, bien que ce thème ne fasse pas l’unanimité chez les géographes. Pour certains, il correspond à un concept central en géographie, pour d’autres, une notion trop restrictive et subjective invoquée à cette période pour rejeter l’approche théorique et quantitative de la « nouvelle géographie ». Témoin des tendances d’une discipline, cette revue régionale est utilisée ici pour retracer l’évolution de la manière de traiter, d’analyser et de définir la thématique paysagère. La démarche retenue repose sur l’analyse d’un corpus d’articles comportant le terme « paysage » dans le titre ou dans les mots-clés. En outre, cet ensemble est complété par quelques articles traitant de la thématique du paysage sans que le terme n’apparaisse ni dans le titre, ni dans les mots-clés.

2Pour retracer l’évolution de la thématique paysagère, d’abord nous rappellerons comment les géographes définissent le paysage comme objet ou sujet d’étude. Ensuite, nous distinguerons des phases d’évolution de cette thématique dans la revue HTN. Enfin, nous analyserons les principaux types de paysages étudiés et les approches mobilisées par les auteurs permettant ainsi de cerner la manière dont le paysage est abordé dans la revue.

1. Le paysage comme objet et sujet d’étude dans la revue « Hommes et Terres du Nord »

1.1. Le paysage des géographes, une notion polysémique

3Le paysage des géographes est une conception concrète et visuelle, qui désigne la physionomie d’un espace qu’on embrasse du regard ou celle d’une contrée que l’on traverse. Le promeneur dans une ville ou en forêt ne perçoit que le lieu confiné qui l’entoure, en d’autres termes, le site où il se trouve. La forêt et la ville ne deviennent paysages que vues d’un lieu offrant une perspective élargie. De ce fait, le paysage est une réalité complexe, au sens assez ambigu qui n’a aucune valeur sans le regard de l’homme.

  • 1 Berque A., 1995, Les raisons du paysage – de la Chine antique aux environnements de synthèse. Paris (...)

4Le terme « paysage » renvoie à trois éléments consubstantiels. Le premier est le pays dont il est une partie ; la notion de pays, qui a pris une importance particulière dans l’École française de géographie à la suite des travaux de Paul Vidal de La Blache à la fin du XIXe siècle, désigne un espace géographique plus ou moins limité et considéré surtout dans son aspect physique. Le deuxième élément est la nature, qui peut être analysée indépendamment de l’homme (l’écosystème des naturalistes), ou dans le cadre des relations homme / milieu (anthroposystème). Le troisième élément est le regard de l’homme qui fait du paysage une expression concrète et visuelle, permettant au géographe de repérer des divisions de l’espace en unités géographiques homogènes. Ainsi, la diversité paysagère peut s’exprimer par l’abondance des éléments (tant par leur nombre, leur taille, leur forme...) qui constituent un paysage. Cependant, le plus simple et le plus banal des paysages est à la fois social et naturel1, subjectif et objectif, spatial et temporel, production matérielle et culturelle, réel et symbolique, etc., résultat d’une combinaison dynamique comme l’exprime G. Bertrand :

« Le paysage n’est pas une simple addition d’éléments géographiques disparates. C’est sur une certaine portion d’espace, le résultat de la combinaison dynamique, donc instable d’éléments physiques, biologiques et anthropiques qui en réagissant dialectiquement les uns sur les autres font du paysage un ensemble unique et indissociable en perpétuelle évolution »
G. Bertrand, 1968
« Paysage et géographie physique globale »
RGPSO, vol. 39.

  • 2 Rougerie G., 1975, Les Cadres de vie. Paris, PUF, coll. le géographe.
  • 3 Rougerie G., 2000, L’homme et son milieu. Paris, Nathan.
  • 4 Bertrand G., 1978, « Le paysage entre la nature et la société », Revue géographique des Pyrénées et (...)

5En s’inscrivant dans l’espace réel, le paysage correspond à une structure écologique déterminée appréhendée par Les Cadres de vie2 comme le propose G. Rougerie (1975) qui revisite les rapports conflictuels entre L’homme et son milieu, l’évolution du cadre de vie (2000) en montrant comment l’homme agit sur l’écosystème par des ajustements successifs pour aboutir aux risques contemporains de la mondialisation et de la cybersociété3. Cependant, le paysage n’est « saisi » et qualifié en tant que tel qu’à partir d’un mécanisme social d’identification et d’utilisation4. Il n’apparaît pas seulement comme une structure écologique et sociale, il est également un processus de transformation, donc un phénomène inscrit dans l’histoire.

6Le paysage fut redécouvert dans les années 1970 puis érigé au rang de concept à partir des travaux pionniers des biogéographes français (G. Bertrand, G. Rougerie) qui ouvrent la voie en impulsant les réflexions théoriques et méthodologiques développées durant les années suivantes. Le Répertoire des géographes français, publié depuis 1973 par le CNRS, le démontre bien en recensant les activités de chaque géographe. Le dépouillement de six éditions consécutives (1980, 1984, 1989, 1994, 1998, 2002) montre, en 20 ans avec un pourcentage à peu près constant, une évolution régulière du nombre de géographes déclarant travailler sur le thème du paysage (tableau 1).

Tableau 1 : Évolution du nombre de géographes déclarant travailler sur le thème du paysage (1980-2002).

Source

Nombre de géographes travaillant sur le thème paysage

Nombre de notices de géographes recensées

Rubrique

Sous-rubrique

RGF 2002

119

6,03 %

1973

généralités

paysage

RGF 1998

135

7,27 %

1857

généralités

paysage

RGF 1994

119

7,70 %

1545

environnement

paysage

7Au cours de cette période, la nomenclature du répertoire a évolué sensiblement pour le mot-clé « paysage » glissant de la rubrique de géographie physique associée au milieu naturel jusqu’en 1984, à la rubrique environnement jusqu’en 1994 et depuis, à la rubrique des généralités. Ce glissement montre bien le retour du paysage dans tous les champs de la géographie.

1.2. La place des articles sur le paysage dans la revue « Hommes et Terres du Nord »

8En 42 ans de publication, « Hommes et Terres du Nord » compte 31 titres comportant le terme « paysage ». Parmi les autres articles, le mot-clé « paysage » a été choisi 3 fois. Cette première investigation montre que la place de la thématique paysagère ne semble pas être une priorité dans la politique éditoriale de la revue.

  • 5 Institut de l’Information Scientifique et Technique.

9À titre comparatif et pour la même période de 1995 à 2005, un relevé des articles comportant le terme « paysage » dans le titre a été faite dans la base de données du CNRS établie par l’INIST5. Cette base de données regroupe l’ensemble des articles publiés dans des revues de sciences, techniques et médecine et en sciences humaines. Au cours des 11 dernières années, l’INIST recense 343 articles avec le terme «  paysage » dans le titre. De nombreux articles traitent du paysage en art et littérature, d’autres utilisent le terme « paysage » dans son sens figuré (par exemple « survol du paysage informatique »).

10Cependant, les 6 articles comportant le terme «  paysage » publiés dans HTN entre 1995 et 2005 n’apparaissent pas lors de cette consultation car seuls les titres des numéros sont répertoriés. S’il n’est pas possible de considérer ces données comme exhaustives, en revanche la base INIST permet un accès rapide aux titres et ainsi d’avoir une image générale de la publication des articles en France. Cela permet en outre d’identifier des revues qui ont publié plus d’articles titrant sur le « paysage » que la revue HTN ne l’a fait pour la même période (tableau 2).

Tableau 2 : Récapitulatif du nombre d’articles avec terme « paysage » dans le titre dans les revues françaises de 1995 à 2005, d’après la base de données INIST

Titre de la revue

Nombre d’articles publiés (1995 à 2005)

Année des numéros thématiques (nombre d’articles)

America (Paris)

12

2001 (7) et 2003 (5)

Géographie et Cultures (Paris)

11

PR

Le Moniteur des travaux publics et du bâtiment

11

PR

Ecologia mediterranea

10

1997 (10)

Natures sciences sociétés (Montrouge)

9

PR

Annales de la recherche urbaine (Paris)

9

1999 (9)

Collection de l’École française de Rome

9

1999 (8)

Comptes rendus de l’Académie d’agriculture de France

7

1996 (6)

PR : revue publiant régulièrement des articles comportant le terme « paysage » dans le titre.

11Parmi ces huit revues, cinq ont publié des numéros thématiques où le terme « paysage » figure dans les titres. Les 3 autres revues, qui publient de manière plus régulière des articles titrant avec le terme « paysage », abordent des questions géographiques ou alliées comme les relations homme-milieu, ou le paysagisme. Comme ces trois revues, HTN a publié régulièrement un article comportant le mot « paysage » dans le titre (figure 1). Toutefois, si la place de la thématique paysagère dans la revue semble importante en quantité, celle-ci tient en grande partie à la publication en 1986 d’un numéro thématique sur les forêts.

12Afin de compléter cette approche quantitative, l’évolution de la thématique paysagère est analysée dans la seconde partie.

Figure 1 : Évolution du nombre d’articles comportant le mot « paysage » dans le titre ou dans les mots clés et des types de paysages analysés dans la revue HTN

Figure 1 : Évolution du nombre d’articles comportant le mot « paysage » dans le titre ou dans les mots clés et des types de paysages analysés dans la revue HTN

2. L’évolution de la thématique paysagère dans la revue « Hommes et Terres du Nord »

13Lors des premières années, la thématique paysagère n’est pas affichée dans les titres des articles. C’est en 1973, qu’est publié le premier article titrant sur le paysage. Jusqu’en 1987, les paysages analysés dans HTN sont des paysages ruraux et végétaux dont l’évolution est étudiée avec les méthodes de la géographie historique ou de la télédétection. Il s’agit essentiellement d’une analyse de la physionomie du paysage. À partir de 1989, les types de paysage étudiés se diversifient (paysages littoraux, paysages urbains, paysages d’eau, paysages portuaires) mais l’approche reste essentiellement descriptive. Schématiquement, nous distinguerons trois phases principales dans l’évolution de la thématique paysagère.

2.1. De 1963 à 1972 : absence du mot paysage dans les titres

14Au cours des dix premières années, aucun article ne titre avec « paysage » et il n’y a pas de mots-clés. Nous nous garderons cependant de conclure que la thématique paysagère, analysée par la géographie depuis longtemps, n’est pas abordée dans les articles d’HTN à cette époque.

15Par exemple, deux articles traitant de questions de cartographie (Flatrès, 1966 ; 1972) abordent les paysages du nord de la France. Le premier mène une réflexion sur la représentation cartographique de l’utilisation instantanée du sol et des rotations afin de rendre compte des dynamiques agricoles. Une composante du paysage est étudiée (l’utilisation du sol) mais le paysage en lui-même n’est pas analysé. Le second développe la notion de site et les méthodes de représentation cartographique pour « reconnaître, lever et classer les paysages ». La dimension subjective du paysage est affirmée en précisant que « les caractères qui font d’un paysage donné un « site » correspondent à des appréciations subjectives, liées aux goûts d’une population donnée ». Au-delà cette remarque, la dimension subjective n’est pas analysée.

16À cette époque, les paysages d’eau sont également décrits dans 3 articles (Flatrès, 1967 ; Dewailly, 1967 ; Dion, 1971) traitant de l’aménagement hydraulique et de l’aménagement d’un espace (polder, vallée, zone humide). Les éléments du paysage (milieu physique, aménagement, utilisation du sol, habitat, étang et arbre) servent à la description de l’espace analysé mais sans jamais parler de paysage.

2.2. De 1973 à 1987 : dominance des paysages ruraux et végétaux

17Le premier article où le terme « paysage » figure dans le titre est publié en 1973 (Dubois, 1973). L’auteur a publié ensuite dans HTN 4 articles titrant sur le paysage. Dans le premier, les paysages forestiers sont analysés par le biais des structures des peuplements et des aménagements forestiers.

18Jusqu’en 1987, les paysages étudiés sont des paysages ruraux (6 articles) et forestiers (12 articles). Il s’agit souvent de retracer l’évolution d’un paysage et de décrire sa physionomie en utilisant parfois la télédétection (7 articles). Un seul article évoque la dimension esthétique du paysage : « Le « plan de paysage » veut, à côté de sa fonction de protection, éliminer les dégradations du paysage et accroître la qualité écologique et esthétique du paysage par des mesures correspondantes d’aménagement et de conservation » (Welp, 1984). Cependant, l’article sur la loi d’aménagement du paysage en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, ne définit pas le « paysage », seul le dispositif prévu par la loi est analysé.

  • 6 Colloque tenu à Villeneuve d’Ascq, 10-12 octobre 1985, publié dans HTN, N° 2-3, 1986.

19En 21 articles sur 15 années (1973-1987), 9 sont regroupés dans les actes du colloque « Du pollen au cadastre » organisé par le Groupe d’Histoire des Forêts Françaises6. L’évolution et la physionomie des paysages forestiers sont analysées avec des méthodes naturalistes : celles des archéologues, des historiens, des palynologues, des phytosociologues, des pédologues et des géographes. Par la suite, les paysages ruraux et les paysages forestiers seront plus rarement étudiés.

2.3. Depuis 1989 : diversification des paysages étudiés

20Depuis 1989, les 14 articles publiés traitent aussi bien de paysages d’eau (Picouet et al, 2000  ; Dubois et al. 2000), de paysages littoraux (Deboudt, Battiau-Queney, 1991 ; Battiau-Queney et al., 1995 ; Deboudt, 1995) ou glaciaires (Battiau-Queney, 1992) que de paysages urbains (Schulé, 1996 ; Mons, 2000), industriels (Dumas, 1989 ; Gachelin, 1991) ou portuaires (Joan, 1999). Seuls deux articles abordent le paysage dans sa dimension régionale et trai-tent encore du paysage rural (Houthaeve et al, 1989  ; Antrop, 1999). Cette période se caractérise donc par la disparition de l’analyse des paysages ruraux au profit d’une diversification des types de paysage étudiés ; tendance représentative de l’évolution de la géographie non seulement dans le Nord mais aussi dans l’ensemble de la France.

21Le paysage concret est l’objet principal de ces articles et, à la diversification des types de paysages, s’ajoute celle des approches du paysage. Par ailleurs, l’emploi du terme s’élargit dans la société et les intitulés d’articles en sont le reflet. En simplifiant, la thématique paysagère abordée depuis 1989 traite souvent de questions d’aménagement du territoire, de protection et d’environnement (6 articles). L’analyse historique (3 articles) et l’analyse géomorphologique (3 articles) sont parfois développées mais plus rares sont les enjeux du cadre de vie (1 article) et de la subjectivité (1 article).

3. La notion de paysage et son appréhension dans la revue « Hommes et Terres du Nord »

22Le terme « paysage » est utilisé dans 31 articles publiés dans la revue « Hommes et Terres du Nord »entre 1963 et 2005 et correspond davantage à un emploi traditionnel et ordinaire, souvent assorti d’une épithète ne laissant aucun doute sur sa signification (paysage rural, paysage commercial, paysage littoral, paysage glaciaire, paysage portuaire, paysage de l’eau, paysage végétal, paysage forestier). Cette diversité, déclinée en types, s’appuie sur des approches thématiques et méthodologiques finalisées et souvent spécifiques.

3.1. Les principaux types de paysage étudiés

3.1.1. Les paysages ruraux, une approche historique

23Les paysages ruraux sont abordés, explicitement ou non, dans une douzaine d'articles entre 1977 et 1989. Ceux-ci peuvent être regroupés en deux ensembles : l'analyse des paysages de la télédétection (6 articles de 1977 à 1985, dont 4 dans un numéro thématique en 1985)  ; l'analyse géohistorique des paysages ruraux (4 articles de 1983 à 1989). Par ailleurs, trois contributions isolées concernent :

  • la cartographie des sites de la plaine de Versailles (Dewailly, 1980) ;

  • le paysagisme d'aménagement, à partir de l'exemple des plans de paysage de Rhénanie-Westphalie (Welp, 1984) ;

  • la conservation des paysages ruraux français (Claval, 1988).

24L'approche par la télédétection offre une vision synthétique du paysage défini comme une « entité holistique composée d'éléments divers qui se relient géographiquement » (Antrop, 1985). Les paysages agraires n'apparaissent donc que comme un élément parmi d'autres contribuant à la définition d'unités régionales. Toutefois, J. Coudoux propose une étude des formes dominantes d'un paysage agraire, l'openfield du Cambrésis, reposant sur la mise en évidence des linéaments et des cernes agraires, lesquels constituent la « trame paysagique » (Coudoux, 1982).

25L'analyse géohistorique des paysages ruraux permet d’aborder diverses thématiques :

  • les liens entre paysages et limites historiques, abordés dans l'étude du bocage et des haies forestières de Thiérache (Dubois, 1983) ;

  • les changements du paysage rural du sud de la Suède en fonction des seuils de pression démographique (Lewan, 1987) ;

  • l'étude de l'effacement accéléré des éléments relictuels du paysage rural en Flandre intérieure française (Houthaeve et al, 1989).

3.1.2. Les paysages forestiers, un objet particulièrement étudié

26Treize articles sont consacrés aux paysages forestiers publiés entre 1973 et 1986 dans 5 numéros différents dont deux thématiques (1980-3 sur les « Forêts », 1986-2/3 actes du colloque « Du pollen au cadastre »). Deux approches se distinguent dans l’étude des paysages forestiers opposant en quelque sorte le milieu et l’espace forestier, « l’intérieur » et « l’extérieur » :

  • d’une part, la forêt vue de l’extérieur (ou « du dehors ») aborde la place de la forêt dans le paysage, son organisation, sa structuration, son découpage, ses limites, ses dynamiques et ses concurrences avec les autres éléments du paysage (Dubois, 1973, 1980, 1983 ; Delelis-Dusolier, 1986 ; Plaisance, 1986) ;

  • d’autre part, la forêt vue de l’intérieur (ou « du dedans ») est étudiée comme un milieu sous l’angle de sa physionomie et de sa dynamique évolutive et fonctionnelle en distinguant des sylvosystèmes et des sylvofaciès différents mais également, selon la parcellisation, la gestion et les traitements sylvicoles (Arnould, 1986 ; Boissière, 1986 ; Dubois, 1980 ; Plaisance, 1986, Pruvost, 1984 ; Sevrin, 1986 ; Zadora-Rio, 1986).

27À quelques rares exceptions (Dubois, 1980 ; Plaisance, 1986), ces deux approches restent bien souvent cloisonnées or les paysages forestiers sont si riches et si complexes que leur étude réclame une appréhension à la fois du dehors et du dedans. Pour cela, seule une démarche emboîtée, maîtrisant tous les niveaux scalaires, peut explorer toutes les dimensions des paysages forestiers et entraîner une dialectique entre espace et milieu, puisque les paysages forestiers doivent être considérés d’abord comme des espaces humanisés, morcelés, aménagés, territorialisés par les sociétés, ensuite comme des milieux, résultats d’une longue confrontation entre les contraintes naturelles et les interventions humaines.

3.1.3. Les paysages urbains, des outils d’aménagement

28À la fin des années 1990, deux articles affichent une étude de paysages urbains. L’un propose une description des paysages urbains et périurbains d’Angers (Schulé, 1996) et l’autre analyse les modes d’intervention publique sur les paysages urbains dans le Nord-Pas-de-Calais (Mons, 2000). À la même époque, 4 articles titrent sur des particularités des paysages urbains : le paysage commercial (Gorecka & Huk, 1991), les friches industrielles (Dumas, 1989 ; Gachelin, 1991) ou le paysage portuaire (Joan, 1999). Ces 6 articles se limitent souvent à une évocation paysagère et ne proposent que rarement une définition. En revanche, le paysage comme outil d’aménagement est plus précisément analysé.

29Bien qu’affiché dans le titre, le paysage urbain d’Angers n’est ni défini, ni analysé précisément. Quelques lignes évoquent le réaménagement urbanistique du Front de Maine au centre ville, le développement de résidences dans l’espace périurbain sur un coteau offrant une perspective sur le Val de Loire et, la création d’un plan d’eau de loisir, un poumon de verdure près de la vieille ville.

30La notion de « paysage » est parfois utilisée dans son sens figuré : les articles sur les paysages commercial et portuaire présentent respectivement un état de la situation du commerce de la ville de Wroclaw (Pologne), et de la situation des ports situés entre Roscoff et l’embouchure du Rhin. Alors que dans le second article, le paysage portuaire correspond aux activités des ports du Nord-Ouest de l’Europe, dans le premier, le paysage urbain est parfois évoqué. L’auteur parle du « manque de soin dans l’aspect esthétique des magasins », du commerce ambulant motorisé qui « se manifeste de manière particulière dans le paysage de la ville » et qui « est devenu l’élément dominant des rues et des places principales ». Il affirme également que « le paysage de la ville a souffert » en raison des « véhicules un peu partout, [de] la foule des acheteurs, [de] l’ambiance de foire et [des] ordures [qui] choquaient les touristes, surtout au centre historique de la ville ». La thématique paysagère y est abordée de manière subjective et rapide sans analyse de la perception des habitants, des touristes et des commerçants.

  • 7 « Les grandes friches industrielles » rapport préparé par le groupe de travail interministériel pré (...)

31Le paysage, outil d’aménagement, est abordé dans deux articles qui analysent l’action publique menée pour résorber les friches industrielles. Alors que l’un étudie l’intervention de l’État et notamment un rapport interministériel7 qui affirme que le traitement paysager est indispensable pour signifier que la page est tournée (Dumas, 1989), l’autre propose un bilan de l’étendue, de la localisation et des types de réhabilitation des friches industrielles du Nord-Pas-de-Calais (Gachelin, 1991).

  • 8 Les Zones de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager, et les subventions accordé (...)
  • 9 « Paysage : dimension sensible et symbolique du milieu ; expression d’une médiance » in Berque A., (...)

32Finalement la définition la plus précise du paysage est donnée dans un article qui ne titre pas sur ce thème (Mons, 2000) mais dont l’objet d’étude est bien le paysage. L’article sur les mutations qualitatives des villes propose un rappel de la notion d’embellissement et des définitions du mot « paysage » avant d’analyser des outils réglementaires de requalification du paysage urbain8 et leurs résultats. Le paysage, considéré comme une médiance selon la définition d’A. Berque9, nécessite une approche des espaces autant « axée sur des impressions sensitives ... que sur l’analyse concrète des éléments constitutifs des milieux de vie ».

3.1.4. Les paysages littoraux, une approche naturaliste

33Bien que de nombreux travaux de recherche dans la région soient consacrés aux milieux littoraux, il faut attendre les années 1990 pour que 3 articles évoquent les paysages littoraux. Les deux articles (Deboudt et Battiau-Queney, 1991 ; Battiau-Queney et al, 1995) qui titrent sur le paysage littoral, ne définissent pas la notion de paysage. Le premier affiche l’intention de mettre en évidence l’influence des tempêtes sur les dynamiques littorales et pose la question de la pertinence de bloquer les effets d’un processus naturel par des ouvrages dont « l’impact esthétique est désastreux » et cela « sans justification économique sérieuse ». Le second présente la mise en place des formes dunaires selon une problématique classique de géomorphologie dynamique. Le terme « paysage » est utilisé seulement dans le titre et dans la dernière phrase de l’article pour affirmer que ces dunes constituent un « patrimoine paysager » à protéger.

34En revanche, un article ne titrant pas sur le paysage, tente d’appréhender le paysage littoral par une démarche plus intégrée en croisant approche naturaliste et approche historique (Deboudt, 1995). Le paysage n’est pas défini mais montré à la fois comme objet dont il faut analyser les structures, les aménagements mais aussi les perceptions et, comme un objet-témoin pour comprendre les dynamiques du milieu (analyse régressive).

3.1.5. Les paysages d’eau, une approche systémique

35Bien que les zones humides soient nombreuses dans le Nord-Pas-de-Calais, on peut s'étonner de la modeste place prise par les articles concernant les paysages d'eau dans la revue HTN. Cette thématique n'est en effet explicitement abordée que dans 4 articles en presque 40 ans, et est traitée à partir d'exemples choisis dans la région : la vallée de la Sensée (1967), la plaine de la Scarpe (1971), la région de Condé-sur-l’Escaut (2000) et la basse vallée de la Canche (2000).

36Les articles concernant la vallée de la Sensée (Dewailly, 1967) et la plaine de la Scarpe (Dion, 1971) présentent des points communs évidents. Leur objectif est proche, puisqu'ils s'attachent tous deux à mettre en perspective la transformation intense que connaissent les activités de ces fonds de vallées depuis le début des années 60 et leur traduction paysagère.

37La notion de paysage n'est pas clairement définie mais ce sont manifestement les éléments visibles du paysage rural qui sont l'objet de l'analyse, avec ses composantes agricoles (« fermes », « villages », « terres de culture ») et ses composantes liées à l’eau (« étangs et marais », « canaux de drainage », « peupleraies »). Les démonstrations sont imprégnées de la dichotomie géographie physique/géographie humaine, dichotomie caractéristique du discours géographique classique. Ainsi, dans chaque article, le « milieu physique » est présenté dans une première partie, avec sa cohorte d'exposés sur le relief et la structure, les conditions climatiques et l'hydrologie. Viennent ensuite des éléments historiques sur l'assèchement et la mise en valeur des fonds de vallées (« bref historique de l'assèchement »), puis des considérations concernant le « cadre humain ». Les articles se terminent par des prospectives d' « aménagement rationnel ». Grosso modo, l'on insiste sur la nécessité d'entretien des réseaux de drainage et sur les besoins d'un réaménagement rural.

38On l'aura donc compris, les analyses proposées par ces deux auteurs visent à donner des paysages de la vallée de la Sensée et de la plaine de la Scarpe une vision synthétique mais peu problématisée : le paysage des fonds humides est appréhendé dans sa globalité, de façon purement intuitive ; les exposés associent du reste descriptions factuelles et impressions plus subjectives et sensibles (« le paysage surprend agréablement l'homme du Nord », « l'impression d'infinie tristesse » etc.).

39Les articles de 2000 concernant la région de Condé-sur-l’Escaut et de la vallée de la Canche se placent d'emblée dans une perspective plus réflexive et conceptuelle. Ce ne sont plus tant les lieux qui importent que le concept de paysage dont l'étude est replacée dans le champ de la géographie historique. Notons que ce positionnement n'interdit nullement le recours à des données variées, celles-ci pouvant relever, comme pour les exemples précédents, de la géographie physique et humaine. Mais l'analyse géohistorique permet l'intégration synthétique et systémique de ces éléments. Le concept de paysage est d'ailleurs explicitement défini dès l'introduction de P. Picouet et al. comme « la résultante, dans une certaine portion de l'espace, de l'interaction entre le milieu physique originel, l'exploitation biologique et l'action de l'homme », définition qui place bien les auteurs dans une stratégie d'interface entre les sciences de la nature et les sciences de l'homme, suivant le modèle de la pensée systémique chère à G. Bertrand.

40L'objectif annoncé est de produire « une contribution méthodologique à l'analyse des paysages d'eau » (Dubois et al, 2000). Il s'agit de dresser l'inventaire diachronique du paysage-objet à partir de l'interprétation de documents archivistiques et iconographiques variés, dont les plus anciens datent de la première moitié du XVIIIe siècle, les plus récents de la fin du XXe siècle. Ces documents – cartes anciennes, plans cadastraux, photographies aériennes – ainsi que les méthodes qui permettent leur analyse, sont minutieusement présentés. Au final, on obtient plusieurs cartes de reconstitution paysagères représentant les éléments linéaires du paysage (haies, canaux, axes de communication...) et les types d'occupation de l'espace (forme des parcelles, types de cultures...) du XVIIIe au XXe siècles.

41Dans les deux cas, l'évolution historique du paysage-objet est finalement considérée comme le témoin de l'évolution des systèmes qui produisent celui-ci, systèmes pris dans leur dimension sociale, économique, voire phénoménologique.

3.2. L’appréhension des différentes temporalités du paysage

42Pour mieux comprendre l’organisation des paysages et leurs dynamiques, la géographie et en particulier la géographie physique a recours aux temporalités (temps de la nature, des temps longs aux temps courts). Celles-ci distinguent les héritages, les permanences et les dynamiques actuelles en prenant en compte les rythmes, stabilités, ruptures, transitions dans les paysages.

3.2.1. L’approche des héritages et de l’évolution géohistorique du paysage

43L’approche géohistorique se situe à l’interface de plusieurs disciplines et nécessite non pas une simple juxtaposition mais une intégration des concepts et des méthodes de chacune des disciplines mobilisées. L’analyse temporelle, qui identifie les ruptures et les continuités paysagères à travers la reconstitution des états antérieurs, est tributaire de la disponibilité et de la qualité des sources archivistiques et iconographiques (Dubois et al, 2000).

44Les héritages correspondent généralement à des formes relictuelles pluriséculaires (traces ou témoignages des évolutions successives) identifiables dans le paysage dans la mesure où elles s’intègrent difficilement dans les systèmes actuels (formes du relief, formations végétales, structures agraires, chemins et limites foncières). Deux types principaux d’analyse des héritages ont été développés :

  • l’analyse rétrospective ou l’analyse régressive consiste à remonter le temps selon les sources utilisées et à retracer l’évolution du paysage en se limitant aux éléments relictuels, encore fonctionnels ou fossilisés du paysage actuel (Deboudt, 1995 ; Dubois, 1980 ; Dubois et al., 2000). Pour J.-J. Dubois (1980), la méthode de l’analyse régressive « cherche à établir une classification génétique des paysages actuels, à discerner les héritages et les mutations récentes, à faire la part des dynamiques forestières liées aux potentialités naturelles et des bouleversements résultant des vicissitudes historiques  ». Pour le littoral, Ph. Deboudt (1995) développe une double approche historique et naturaliste qui repose sur « une étude régressive, partant de l’observation du trait de côte actuel, pour rechercher dans le paysage littoral les différents éléments témoignant de l’évolution » ;

  • l’analyse rétrogressive cherche à reconstituer le paysage à certains moments du passé (Boissière, 1986 ; Lafon-Delaplace, 1986 ; Houthaeve et al., 1989 ; Plaisance, 1986 ; Sivery, 1986 ; Zadora-Rio, 1986).

3.2.2. L’approche des dynamiques actuelles par la télédétection

45Les dynamiques actuelles, présentées dans les articles du corpus, sont essentiellement appréhendées par les méthodes de télédétection qui exploitent les informations radiométriques des images satellitales montrant un paysage « vu du dessus » et analysant le plus souvent des états de surface ou des formes dominantes d’un paysage, par la mise en évidence des linéaments qui constituent une « trame paysagique » (Coudoux, 1982).

46Dans un premier temps, les démarches employées reposent sur des techniques éprouvées de photo-interprétation identifiant puis analysant les textures et les structures des images. Cette approche se comprend compte tenu de la faible résolution spatiale des capteurs utilisés (Landsat MSS, 80 m de résolution) ne permettant pas une analyse spatiale fine de la radiométrie (Coudoux, 1977, 1982, 1986). Ensuite, les articles présentent les résultats expérimentaux de méthodes d’analyses plus fines, les potentialités d’utilisation de la télédétection satellitale offrant un degré nouveau d’étude des états de surface (Antrop, 1985 ; Daels et al, 1985). Cependant, aucun article n’exploite les possibilités d’analyse diachronique à partir de deux ou plusieurs images pour étudier l’évolution des paysages et repérer les changements. Depuis 1986, année du lancement du satellite SPOT, offrant une meilleure résolution spatiale (20 m) pour l’étude des paysages, les articles consacrés à la télédétection sont inexistants dans HTN, car proposés à des revues spécialisées.

Conclusion : Vers une construction de la question du paysage

47Même si la thématique paysagère est quantitativement présente dans la revue HTN, en revanche peu d’articles proposent une réflexion problématisée sur la notion de « paysage ». À la lecture du corpus des articles, il est seulement possible de mettre en évidence une ébauche de construction de la problématique paysagère en distinguant trois grandes phases dans la production scientifique. D’abord, une première génération de travaux parle du paysage sans le dire, ensuite une deuxième génération analyse le paysage sans le définir et enfin une troisième génération cherche à le définir et à le problématiser. Au-delà de cette tendance commune à l’ensemble de la géographie française, le principal apport des articles traitant du paysage dans la revue HTN concerne les différentes temporalités du paysage appréhendant les héritages par la géohistoire et les dynamiques actuelles par la télédétection.

48Insistant sur la complexité, la posture épistémologique et méthodologique actuelle en géographie invite à examiner les relations entre territoire et paysage. Ces relations peuvent être appréhendées notamment par l’analyse des temporalités (confrontation des temps de la nature, de l’environnement, des paysages et des sociétés) et par celle de l’imbrication des niveaux spatiaux (pluralité des échelles d’analyse pour appréhender les limites, marges et discontinuités) et des niveaux d’organisation (prise en compte de la pluralité des acteurs) des territoires.

Haut de page

Bibliographie

ANTROP M., 1985, Analyse structurale du paysage par interprétation visuelle d'images Landsat (MSS7) et photographies aériennes, Hommes et Terres du Nord, 1985, n° 3, p. 162-168

ANTROP M., 1999, Structures physiques, régions géographiques et paysages traditionnels en Belgique, Hommes et Terres du Nord, 1999, n° 3, p. 205-212

Arnould P., 1986, Sous les mots, la forêt : recherches sur la toponymie et les paysages en Forêt de Saint-Gobain et de Coucy Basse (02 Aisne), Hommes et Terres du Nord, 1986, n° 2-3, p. 221-226

BATTIAU-QUENEY Y., 1992, Les paysages « glaciaires » de l'Irlande, Hommes et Terres du Nord, 1992, n° 2, p. 111-113

BATTIAU-QUENEY Y., FAUCHOIS J., LANOY-RATEL P., Seguin A., 1995, Un patrimoine paysager à protéger : les dunes littorales de Merlimont et de Berck (Pas-de-Calais), Hommes et Terres du Nord, 1995, n° 1-2, p. 21-30

BOISSIERE J., 1986, L'apport de la cartographie forestière de l'époque de Colbert pour la connaissance des paysages en forêt d'Orléans, Hommes et Terres du Nord, 1986, n° 2-3, p. 209-213

COUDOUX J., 1977, Les paysages du Boulonnais et ses abords - Étude multispectrale des images Landsat I du 10 juillet 1973, Hommes et Terres du Nord, 1977, n° 1, p. 97-112

CLAVAL P., 1988, La conservation des paysages ruraux français, Hommes et Terres du Nord, 1988, Hors série – Hommage offerts à Pierre Flatrès – Campagnes et littoraux d’Europe, p. 403-407

COUDOUX J., 1982, Structures paysagiques en Cambresis - Analyse multispectrale et multidate d'images Landsat, Hommes et Terres du Nord, 1982, n° 4, p. 1-13

COUDOUX J., 1986, Composantes paysagiques de bordures forestières dans le Nord de la France : quelques forêts boulonnaises vue de LANDSAT 1, 2, 3, Hommes et Terres du Nord, 1986, n° 2-3, p. 140-144

DAELS L., GOSSENS R., 1985, Images par satellite et étude du paysage - Application à une région-test, la Campine (Belgique), Hommes et Terres du Nord, 1985, n° 3, p. 176-183

DEBOUDT P., BATTIAU-QUENEY Y., 1991, Les tempêtes : intégration d'un phénomène météorologique dans le paysage littoral de la Côte Nord-Orientale du Cotentin (Basse-Normandie), Hommes et Terres du Nord, 1991, n° 4, p. 213-217

DEBOUDT P., 1995, Une approche historique et naturaliste de l'évolution du littoral nord-est du Cotentin (Basse-Normandie, France), Hommes et Terres du Nord, 1995, n° 1-2, p. 40-47

DELELIS-DUSOLIER A., 1986, Histoire du paysage par l'analyse de la végétation : l'exemple des haies, Hommes et Terres du Nord, 1986, n° 2-3, p. 110-115

DEWAILLY J.-M., 1967, Utilisation du sol et aménagement d'une vallée humide : la vallée de la Sensée, Hommes et Terres du Nord, 1967, n° 1, p. 60-74

DION R., 1971, La Plaine de la Scarpe de Douai à Saint-Amand. L'organisation du drainage et les problèmes d'aménagement, Hommes et Terres du Nord, 1971, n° 2, p. 29-48

DUBOIS J.-J., 1973, Influences humaines sur l'évolution des paysages et des limites de la forêt de Mormal, Hommes et Terres du Nord, 1973, n° 2, p. 73-106

DUBOIS J.-J., 1980, L'évolution des paysages forestiers de la région du nord : l'intérêt de l'analyse régressive des paysages, Hommes et Terres du Nord, 1980, n° 3, p. 27-63

DUBOIS J.-J., 1983, Les paysages de Thiérache : rapport introductif, Hommes et Terres du Nord, 1983, n° 4, p. 4-5

DUBOIS J.-J., KERGOMARD C., LAGANIER R., 2000, Analyse géohistorique des paysages d'eau de la région de Condé-sur-l'Escaut (Nord) : de l'artificialisation de la nature à la naturalisation de l'artifice, Hommes et Terres du Nord, 2000, n° 2, p. 77-85

Dumas J., 1989, Le paysage, la construction et la promotion : l'État et les friches industrielles, Hommes et Terres du Nord, 1989, n° 4, p. 210-214

FLATRES P., 1966, Cartographie de l'utilisation du sol dans le Nord. Méthodes et résultats, Hommes et Terres du Nord, 1966, n° 2, p. 8-34

FLATRES P., 1967, Le polder Flevoland de l'Est., Hommes et Terres du Nord, 1967, n° 1, p., 26-31

FLATRES P., 1972, Recherche et cartographie des sites. Essai de méthodologie, Hommes et Terres du Nord, 1972, n° 1, p. 7-10

GACHELIN C., 1991, Réflexions sur les friches industrielles dans la région Nord-Pas-de-Calais, Hommes et Terres du Nord, 1991, n° 4, p. 245-250

Gehu J.-M., 1980, Aspects dynamiques de la forêt et des paysages végétaux dans le Nord de la France, Hommes et Terres du Nord, 1980, n° 3, p. 6-13

GORECKA S., HUK J., 1991, Les changements du paysage commercial de la ville de Wroclaw en 1989-1990, Hommes et Terres du Nord, 1991, n° 1, p. 49-54

HOUTHAEVE R., LARNOE G., VERHOEVE A., 1989, Éléments et structures relictuels du paysage aux environs de Cassel. Une analyse en fonction de l'aménagement du territoire, Hommes et Terres du Nord, 1989, n° 1-2, p. 92-102

JOAN J.-M., 1999, Les mutations actuelles du paysage portuaire de la partie occidentale de la Northern Range, Hommes et Terres du Nord, 1999, n° 1, p. 13-20

LAFON - DELAPLACE C., 1986, Paysage forestier et littérature hagiographique de l'antiquité tardive :mythes et réalités du paysage érémitique occidental, Hommes et Terres du Nord, 1986, n° 2-3, p. 167-171

LEWAN N., 1987, Le paysage rural suédois - Remarques générales et l'exemple de la région d'Ystad, Hommes et Terres du Nord, 1987, n° 2, p. 101-108

MONS D., 2000, Entre identité et modernité. Les mutations qualitatives des villes du Nord-Pas-de-Calais, Hommes et Terres du Nord, 2000, n° 1, p. 13-19

Moreau J.-P. 1988, Le paysage rural du vignoble auxerrois aux XIXe-XXe siècles, Hommes et Terres du Nord, 1988, Hors série – Hommage offerts à Pierre Flatrès – Campagnes et littoraux d’Europe, p. 378-385

PICOUET P., SALVADOR P.-G., STEVENOOT A., 2000, Élément pour une géographie des paysages d'une marge humide : la basse vallée de la Canche (Pas-de-Calais, France), Hommes et Terres du Nord, 2000, n° 2, p. 69-76

PLAISANCE G. , 1986, Évolution des paysages forestiers et arborés en Bourgogne et Franche Comté de l'An 1000 à nos jours, Hommes et Terres du Nord, 1986, n° 2-3, p. 190-195

PRUVOST A., 1984, Sylvofaciès et paysages en forêt domaniale de Nieppe, Hommes et Terres du Nord, 1984, n° 3, p. 156-168

SCHULE C.-.A, 1996, L'eau et les paysages dans l'espace urbain et périurbain d'Angers, Hommes et Terres du Nord, 1996, n° 1-2, p. 49-55

SEVRIN R., 1986, Comparaison des paysages issus des défrichements médiévaux (Géronsarts) de la deuxième moitié du XVIIIe siècle (Tournaisis-Pévèle) et du XIXe siècle (Forêts des princes de Chimay), Hommes et Terres du Nord, 1986, n° 2-3, p. 186-189

SIVERY G., 1986, Le passage de l'élevage extensif à l'élevage intensif et l'évolution des paysages forestiers dans le Sud-Est du Hainaut à la fin du Moyen Âge, Hommes et Terres du Nord, 1986, n° 2-3, p. 172-176

WELP A. C., 1984, L'aménagement du paysage en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Hommes et Terres du Nord, 1984, n° 1, p. 25-30

ZADORA-RIO E., 1986, Parcs à gibier et garennes à lapin : contribution à une étude archéologique des territoires de chasse dans le paysage médiéval, Hommes et Terres du Nord, 1986, n° 2-3, p. 133-139

Haut de page

Notes

1 Berque A., 1995, Les raisons du paysage – de la Chine antique aux environnements de synthèse. Paris, Hazan.

2 Rougerie G., 1975, Les Cadres de vie. Paris, PUF, coll. le géographe.

3 Rougerie G., 2000, L’homme et son milieu. Paris, Nathan.

4 Bertrand G., 1978, « Le paysage entre la nature et la société », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest (RGPSO), vol. 49, 2, p. 239-258.

5 Institut de l’Information Scientifique et Technique.

6 Colloque tenu à Villeneuve d’Ascq, 10-12 octobre 1985, publié dans HTN, N° 2-3, 1986.

7 « Les grandes friches industrielles » rapport préparé par le groupe de travail interministériel présidé par M. Lacaze en 1986.

8 Les Zones de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager, et les subventions accordées au titre de la qualification du cadre de vie.

9 « Paysage : dimension sensible et symbolique du milieu ; expression d’une médiance » in Berque A., 1990, Médiance de milieux en paysages, Montpellier, GIP Reclus, p. 48.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Évolution du nombre d’articles comportant le mot « paysage » dans le titre ou dans les mots clés et des types de paysages analysés dans la revue HTN
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/70/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Jacques Dubois, Marc Galochet, Christelle Hinnewinkel, Aline Stevenoot et Virginie Vergne, « Regards rétrospectifs sur la thématique du paysage dans la revue Hommes et Terres du Nord (1963-2005) », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 1 | 2006, mis en ligne le 01 septembre 2010, consulté le 24 avril 2017. URL : http://tem.revues.org/70 ; DOI : 10.4000/tem.70

Haut de page

Auteurs

Jean-Jacques Dubois

UFR de Géographie et Aménagement - Université Lille 1
59655 Villeneuve d’Ascq CEDEX
jean-jacques.dubois@univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Marc Galochet

Faculté d’Histoire-Géographie - Université d’Artois
BP 665 - 62030 Arras
marc.galochet@univ-artois.fr

Articles du même auteur

Christelle Hinnewinkel

UFR de Géographie et Aménagement - Université Lille 1
59655 Villeneuve d’Ascq CEDEX
christelle.hinnewinkel@univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Aline Stevenoot

UFR Sciences Historiques, Artistiques et Politiques
Université Lille 3
BP 60149 - 59653 Villeneuve d'Ascq CEDEX
aline.stevenoot@voila.fr

Virginie Vergne

UFR de Géographie et Aménagement - Université Lille 1
59655 Villeneuve d’Ascq CEDEX
virginie.vergne@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page