Navigation – Plan du site
Articles

De « l’atelier » à « l’agence » d’urbanisme de Lyon : nouveaux regards sur les quartiers anciens (1961-1983)

City-planners Facing « Urban Traditional Neighbourhoods »: the « agence d’urbanisme of Lyon » and the Rise of Housing Improvement Policies (1961-1983)
Gilles Bentayou
p. 31-43

Résumés

En 1978, moins de deux ans après le décès de Louis Pradel (maire de Lyon de 1957 à 1976), l’agence d’urbanisme de l’agglomération lyonnaise est créée sous forme d’association de loi 1901. Elle succède à l’atelier d’urbanisme, organisme au statut complexe dirigé par l’architecte-urbaniste Charles Delfante depuis 1961. Cette refondation de la principale structure d’études d’urbanisme de l’agglomération est par ailleurs contemporaine de l’émergence des politiques de réhabilitation des quartiers anciens. C’est parce que ces politiques de réhabilitation se fondent justement sur une profonde réforme des études préparatoires que le présent article tâche d’explorer l’investissement de l’agence dans ce domaine émergent.
Il est d’abord nécessaire de revenir sur les raisons du passage de « l’atelier » à « l’agence », et en particulier sur les facteurs qui concourent à la fragilisation de la structure de Charles Delfante à compter du milieu des années 1970. Les ambitieuses rénovations urbaines impulsées par Louis Pradel sur plusieurs quartiers centraux de Lyon ne sont d’ailleurs pas étrangères à cette fragilisation.
Lorsque la nouvelle agence et son nouveau directeur entrent en scène en 1978, leur action consiste d’abord à rendre effective la redistribution des rôles que la réhabilitation des quartiers anciens suppose : avant les lois de décentralisation de 1982-83, c’est par le biais de l’agence d’urbanisme que services et élus de la communauté urbaine font l’apprentissage d’une posture de donneur d’ordre et s’émancipent progressivement de l’emprise des organismes aménageurs.
Enfin, une rapide comparaison entre les études menées par l’agence d’urbanisme et celles produites du temps de l’atelier en prélude aux interventions sur les quartiers anciens montre que les ruptures sont nombreuses, et conduit à interroger la nature des innovations à l’œuvre dans la constitution de ce nouveau regard sur les quartiers anciens.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les pages qui suivent sont tirées d’une thèse d’urbanisme portant sur les rénovations et réhabilita (...)
  • 2 Les OPAH, procédures incitatives d’une durée habituelle de trois ans, visent à l’amélioration du pa (...)
  • 3 Circulaire du 3 mars 1977 « relative à l’aménagement des centres et quartiers existants », JORF du (...)

1La création de l’agence d’urbanisme de l’agglomération lyonnaise en 1978 est contemporaine de l’émergence des politiques de réhabilitation des quartiers anciens1. Les opérations programmées d’amélioration de l’habitat (OPAH) ont été créées en juin 19772, et l’équipe du maire et président de la communauté urbaine Francisque Collomb, successeur de Louis Pradel à la mort de ce dernier en novembre 1976, ne tarde pas à mettre ce nouvel outil en application. Il n’est alors pas anodin de s’interroger sur la manière dont la « nouvelle » agence s’implique dans ce domaine émergent, dans la mesure où – on l’oublie souvent – la nouvelle politique d’interventions en quartiers anciens est aussi fondée sur une politique renouvelée des études d’urbanisme3.

  • 4 L. Pradel a été maire de 1957 à 1976 et président de la communauté urbaine (Courly) dès la création (...)

2Le contexte local mérite qu’on s’y attarde, tant les ruptures apparentes sont nombreuses. Le passage à une politique de réhabilitation, d’abord, ne va pas de soi. Pendant quelque vingt ans de gestion « pradélienne4 », plusieurs opérations de rénovation urbaine ont été lancées en divers quartiers de Lyon, parfois non sans traumatismes, leurs opérateurs ayant souvent eu « carte blanche ». Les réactions que ces opérations ont fait naître ne sont d’ailleurs pas étrangères à la fissuration du « système pradélien » qui survient quelques années avant la mort du maire-bâtisseur (Joliveau, 1987 : 143-146). Au plan politique, ensuite, les municipales de 1977 ont bouleversé les anciens équilibres qui prévalaient au sein de l’exécutif de la Courly. Si à Lyon la continuité prévaut (droite modérée), Francisque Collomb doit désormais composer avec une opposition conséquente (Ben Mabrouk et Jouve, 1999 : 112-113). La victoire de Charles Hernu à Villeurbanne, en particulier, met un terme à l’entente existant entre l’ancien maire de centre-droit (Étienne Gagnaire) et Louis Pradel pour le contrôle de la Courly (Lojkine, 1973 : 27 ; Meuret, 1982 : 229-251 ; Sauzay, 1998 : 126-128). L’agence d’urbanisme est donc placée au service d’une institution intercommunale délicate à gouverner, après huit ans de contrôle par un élu autocrate et une majorité absolue de la droite centriste. Enfin, l’agence d’urbanisme n’arrive pas en terrain vierge : les études et la planification urbaines étaient auparavant confiées à l’atelier d’urbanisme dirigé par Charles Delfante, homme qui eut la mainmise sur l’urbanisme lyonnais pendant dix-sept ans, et dont la mission et la structure ne survivront que de quelques mois au décès de Louis Pradel.

3Revenir sur les premières années de fonctionnement de la nouvelle agence sous l’angle des politiques de réhabilitation implique d’évoquer d’abord les conditions antérieures de réalisation des études par l’atelier de Charles Delfante, et les dernières années de fonctionnement de cette structure. Les éléments saillants de la réforme des études en quartiers anciens qui voit le jour en 1977 seront abordés ensuite, pour en examiner les conséquences suivant deux aspects : en termes de positionnement de la nouvelle agence d’une part ; en matière de renouvellement des modalités d’études, par rapport à celles de l’atelier, d’autre part. (Carte 1)

Carte 1 : Saxe – Paul Bert, Villette – Paul Bert et Moncey – Gabriel Péri : trois quartiers du troisième arrondissement de Lyon concernés par l’émergence des politiques de réhabilitation

Carte 1 : Saxe – Paul Bert, Villette – Paul Bert et Moncey – Gabriel Péri : trois quartiers du troisième arrondissement de Lyon concernés par l’émergence des politiques de réhabilitation

1. L’agence avant l’agence… : « l’atelier d’urbanisme » de Charles Delfante

  • 5 Maire de 1905 à sa mort en 1957.

4La création de l’agence d’urbanisme de la Courly en 1978 rompt avec une période marquée par ce que P.-Y. Saunier (1997) nomme « l’instabilité structurelle de l’urbanisme à Lyon », et qu’il fait remonter à la longue mandature d’Édouard Herriot5. Avant 1978, la réalisation des plans et études d’urbanisme à Lyon repose en effet sur un montage institutionnel complexe : depuis 1961, la ville (puis la communauté urbaine après 1969) est liée par contrat à la société civile professionnelle « Atelier d’urbanisme lyonnais » (AUL), dirigée par Charles Delfante. L’institution communale (puis supra-communale) met du personnel, des locaux et du matériel à disposition de l’AUL, l’ensemble constituant une structure tierce appelée d’abord « Atelier d’urbanisme de la ville de Lyon » (ATURVIL), « … de la Courly » (ATURCO) ensuite (cf. schéma 1). Charles Delfante, architecte et urbaniste, est à la fois co-fondateur et gérant de la société civile AUL, et directeur de l’ATURVIL/ATURCO, organisme au statut hybride et à l’appellation courante ambiguë : on parle en effet plus volontiers de l’« atelier d’urbanisme », sans autre précision. (Schéma 1)

Schéma 1 : Le fonctionnement de l’atelier d’urbanisme de la ville / de la Courly (schéma de principe)

Schéma 1 : Le fonctionnement de l’atelier d’urbanisme de la ville / de la Courly (schéma de principe)
  • 6 Lauréat du Grand prix de l’urbanisme en 1959 pour le plan de l’opération de Bagnols-sur-Cèze (Gard) (...)
  • 7 Figure de l’urbanisme de la Reconstruction. Ch. Delfante l’évoque comme l’un de ses « maîtres » (De (...)

5Né en 1926 à Lyon, Charles Delfante a été formé aux Beaux-Arts et à l’Institut d’urbanisme de l’Université de Paris. Les raisons de son entrée sur la scène de l’urbanisme lyonnais en 1961 ont été retracées par P.-Y. Saunier (1997). Charles Delfante est alors un urbaniste reconnu au plan professionnel6, et bien connu du ministère de la Construction : à peine diplômé (1953), il y est recruté par Robert Auzelle7 comme chargé de mission, et œuvre à ce titre, de 1953 à 1958, comme architecte-conseil auprès de plusieurs villes (Nîmes, Nancy, Firminy, Lyon). Sa notoriété professionnelle convainc les représentants du ministère de la Construction ; Louis Pradel se montre sensible également au fait que l’homme est lyonnais. Choisi par les deux parties en 1961, Charles Delfante fonde l’AUL, quasi-immédiatement lié par contrat à la ville puis à l’État (en 1962) afin d’officialiser la mission qui lui est confiée : la réalisation du plan d’urbanisme directeur de Lyon (Saunier, 1997).

  • 8 Sur le conflit entre Pradel et Maillet : P.-Y. Saunier (1997). Sur l’action de Pradel : L. Sauzay ( (...)
  • 9 Sur F. Rollet, devenu la cheville ouvrière de Pradel en matière d’urbanisme et l’un de ses relais a (...)
  • 10 Mais qui n’a sans doute, là encore, rien d’une innovation. Le ministère de la Reconstruction a enco (...)

6Ce montage contractuel qui peut aujourd’hui surprendre n’est pourtant pas une innovation. Charles Delfante succède à Joseph Maillet, urbaniste (lyonnais également) dont le plan présenté en 1960 a été aussitôt « enterré ». Jugé peu convaincant par les représentants du ministère de la Construction, le « plan Maillet » est surtout réprouvé par Louis Pradel : trop protecteur, il compromet les ambitions urbanistiques de celui qui sera plus tard qualifié de « maire-bétonneur8 ». La nomination de Charles Delfante en 1961 est une issue à ce conflit. Elle consiste en un changement d’homme, mais reconduit le principe de la formule contractuelle qui liait le cabinet privé de Joseph Maillet à la ville depuis 1957-1958. Cette quasi-externalisation des études et de la planification urbaines à Lyon, avec Jacques Maillet comme avec Charles Delfante, doit beaucoup à l’opiniâtreté de Félix Rollet, adjoint aux travaux de Herriot puis de Pradel : convaincu de l’intérêt de créer un véritable service municipal d’urbanisme, Félix Rollet s’est toujours heurté à un veto de la part des deux maires successifs9. Confier une mission publique à un urbaniste de statut libéral, libre de surcroît de mener les activités privées qu’il souhaite, est donc une solution palliative fondée sur divers compromis, centraux et locaux10.

  • 11 Procès-verbaux des DCC (délibérations du conseil communautaire) n° 69-279 et 69-590.
  • 12 En mai 1962, Ch. Delfante présente à la commission municipale d’urbanisme les premières monographie (...)
  • 13 En 1961, l’ATURVIL comprend 11 salariés. En 1970, l’ATURCO en compte 35, puis 43 en 1974-1975 : 21 (...)

7Lorsque la Courly est créée en 1969, la reprise du contrat avec l’AUL ne pose aucun problème d’ordre local. Le conseil de Courly salue à cette occasion la qualité du travail accompli par Charles Delfante et son équipe pour la mise au point du plan d’urbanisme directeur (« plan Delfante ») présenté et approuvé la même année11. L’urbaniste avait déjà su s’attirer les satisfecit de l’équipe municipale quelques mois à peine après son entrée en fonction12. La reconduction de la formule se perpétue sans encombre jusqu’en 1973 environ. L’extension du périmètre d’étude de l’atelier du fait de la création de la Courly, puis l’accroissement du volume de travail lié notamment, après 1971, à la réalisation des plans d’occupation des sols (POS), justifient une augmentation des rémunérations allouées par l’État et la Courly, ainsi qu’une augmentation de l’effectif de l’atelier13. (Tableau 1)

Tableau 1 : Rémunérations annuelles (État / Courly) versées à l’ATURCO (en kF)

Année

1969

1970-71

1972

1973-74

1975

1976*

Rémunération Courly

420

420

600

830

950

1 092,5

Rémunération
État

200

400

575

650

650

747,5

* Valeurs 1976 données à titre indicatif seulement (DCC n° 75-4694)

(Source : contrats d’études et rémunérations mentionnés dans le Bulletin officiel de la Courly)

  • 14 Autre argument, si l’on en croit Ch. Delfante : la qualité de la relation qui s’est instaurée entre (...)
  • 15 Ce qu’accrédite l’ouvrage de Y.-M. Danan (1976 : 164-168). Mais il est vrai que l’ATURCO n’est pas (...)
  • 16 À comparer des agences au statut d’association de loi 1901 ou d’établissement public, qui impliquen (...)

8À chaque reconduction du contrat ou modification de la rémunération, les avantages d’une telle solution sont toujours rappelés par les élus de l’entourage de Louis Pradel : satisfaction du travail accompli sous la houlette de Charles Delfante14, faible coût par habitant supporté par la collectivité (à comparer d’autres agences créées depuis la loi d’orientation foncière de 196715), contrôle politique local des études et de la planification urbaines16, et enfin souplesse du recrutement.

2. Fin de règne et création de la « nouvelle » agence (1973-1978)

  • 17 Cf. la présentation de la DCC n° 71-1731 en conseil de Courly.
  • 18 Bureau d’étude pour l’urbanisme et l’équipement.
  • 19 Société d’équipement de la région de Lyon, créée en 1957. Cette SEM d’aménagement et d’équipement, (...)
  • 20 Les représentants de l’État avaient proposé une autre solution : recentrer les missions de l’atelie (...)

9En dépit de ces avantages pour la majorité communautaire, la situation de l’atelier se fragilise à partir de 1973. D’abord, car si l’on prétendait en 1971 que l’atelier n’avait pas de monopole dans les travaux menés pour le compte de la Courly17, la concurrence en matière d’études d’urbanisme devient difficile à réguler. Charles Delfante s’inquiète ainsi en 1972 des démarches offensives du BETURE18 sur l’agglomération lyonnaise. Ce bureau d’études, comme la SERL19, aurait cherché à se faire rémunérer des études faites par l’atelier. De plus, pour Charles Delfante, il serait « particulièrement dangereux » que les collectivités fassent appel à d’autres services que le sien. Faut-il alors créer le monopole ? Aucune délibération ne vient entériner ce fait, mais l’augmentation de rémunération consentie pour 1973 et 1974 a pour but de mettre l’atelier en situation de satisfaire pleinement la demande d’études20.

  • 21 Réunion Courly-atelier du 29 mai 1973 (AGL / 101W13).
  • 22 Conseils de Courly des 16 décembre 1974 et 22 décembre 1975.

10L’autre vecteur de fragilisation tient à la difficile clarification des budgets propres des « deux » ateliers, AUL et ATURCO. En 1973, les demandes adressées en ce sens par la Cour des comptes restent sans réponse21. L’opposition communautaire se saisit de l’affaire, en profitant pour pointer l’opacité des modes de rémunération du personnel de l’AUL et de son directeur22.

  • 23 Affaires évoquées lors des réunions Courly-atelier des 18 février et 17 juin 1975 (AGL / 101W3).

11Ces problèmes budgétaires sont aggravés par la nature même des activités de Charles Delfante. La confusion des genres, entre les activités qu’il mène à titre libéral et celles entrant dans le cadre de sa mission publique, commence à poser problème en 1975. Un recours contre un permis de construire qu’il a déposé (à titre libéral) pour le compte d’une SCI immobilière met au jour le fait que l’urbaniste est à la fois juge et partie dans l’instruction des permis. C’est ensuite le dépôt en toute dernière minute d’un plan d’aménagement établi par l’AUL pour une zone industrielle périphérique qui fait croire aux élus que le promoteur de la zone d’activité comptait sur l’entremise de Charles Delfante pour éviter un long examen du dossier par les services instructeurs23.

  • 24 C’est le cas du projet de rénovation de Saxe – Paul Bert, rendu public en 1975.
  • 25 Une telle affaire de « fuites » bénéficie par exemple en 1972 à une association de commerçants du q (...)
  • 26 Sur le mode de gestion autocrate de L. Pradel, voir Sauzay (1998). À compter de 1974-75, l’oppositi (...)

12Enfin, après 1975, la réputation de l’atelier et de son directeur sont entachées par les luttes urbaines que les dernières rénovations impulsées par Louis Pradel ont engendrées (Croix-Rousse, Saxe – Paul Bert). Même si Charles Delfante se défendra plus tard d’avoir soutenu les rénovations les plus radicales de la place lyonnaise et avouera son impuissance à enrayer la spéculation et l’éviction des catégories les plus modestes, en 1975, certains comités d’habitants contestataires ne sont pas dupes des plans présentés par les promoteurs privés, qui portent souvent la signature de l’atelier24. Et du point de vue des élus, la confiance accordée à l’équipe de Charles Delfante s’émousse lorsqu’ils constatent que certaines associations fort bien informées tirent leurs sources… du même atelier25 ! Ces affaires de fuites sont d’autant plus embarrassantes que Louis Pradel est d’une discrétion remarquable à l’égard de la population de certains quartiers promis à rénovation, et qu’il excelle dans l’art d’utiliser le conseil municipal comme chambre d’enregistrement de ce qu’il nomme « vœux » ou « communications », sur des points qui imposeraient plutôt une délibération26.

  • 27 Termes du rapporteur de la DCC n° 75-4694 en séance publique du 22 décembre 1975.
  • 28 DCC n° 75-4694.
  • 29 Privilégiant l’association loi 1901, formule la plus courante, ou l’établissement public, montage a (...)

13L’ultime contrat passé entre la Courly et l’atelier d’urbanisme en fin d’année 1975 n’est pas mené à son terme. Censé couvrir la période 1976-80, il est suspendu du fait du remplacement de l’atelier par une agence de statut associatif en mai 1978. Or ce contrat s’apparente plutôt à une tentative de « transformation de l’atelier en service de la communauté urbaine27 » et prévoit deux clauses nouvelles qui vont dans ce sens : l’une impose le secret professionnel aux membres de l’atelier, l’autre interdit aux membres de l’AUL (directeur compris) de participer à l’élaboration de projets à titre privé sans autorisation expresse du président de la Courly28. Peut-être s’agit-il d’une ultime tentative – infructueuse cette fois – pour échapper au contrôle de l’État, qui réduit alors ses subventions aux agences « de fait » et cherche à en normaliser les statuts29 ?

  • 30 Mais on comprend que Ch. Delfante (Delfante et Dally-Martin, 1994 : 37) ou J. Frébault (in Écrement (...)
  • 31 Cf. le procès-verbal de cette séance du 16 mai 1978 (DCC-78-1029).

14Il demeure que le remplacement de l’atelier par l’agence n’est donc pas une simple conséquence de l’inflexion de la politique de l’État envers les agences d’urbanisme. L’histoire est évidemment bien plus complexe30… Sans doute le décès de Louis Pradel fin 1976 et la politisation de l’exécutif de la Courly à la suite des municipales de 1977 ont-ils aussi constitué des facteurs de poids dans la décision de se doter d’une nouvelle structure d’étude au statut enfin clarifié, et d’un nouveau directeur. Lors de la délibération communautaire relative à la création de l’agence (16 mai 1978), l’opposition dresse un réquisitoire sévère de la pratique antérieure des études. Bernard Rivalta, adjoint à l’urbanisme (socialiste) de Villeurbanne, fustige la « dichotomie profonde » jusqu’alors de mise entre les « aspirations des populations » et la pratique de l’atelier, faisant de l’urbanisme une chose « technocratique », « inaccessible au citoyen normal ». Mais, surtout : « nous avons été d’accord pour dire qu’il n’était pas possible de confondre les affaires publiques et les affaires privées, [...] pour penser que la réflexion d’un seul urbaniste ne pouvait amener à des propositions quant aux futurs usages de notre agglomération ». L’adjoint de Charles Hernu souhaite aussi que le nouveau directeur soit « à la disposition pleine et entière de son agence », et que la publicité soit faite désormais « au niveau des demandes d’embauche, afin que cesse le règne des cooptations toujours désagréables31 ». Voilà qui contraste avec les satisfecit usuellement décernés par l’entourage de Louis Pradel à chaque renouvellement du contrat avec l’AUL…

15Enfin, il faut aussi rappeler que la décennie 1970 est marquée par l’entrée en scène des ingénieurs des Ponts et Chaussées du (jeune) ministère de l’Équipement dans le champ de l’urbain (Thoenig, 1973). Ce n’est donc pas un hasard si Jean Frébault, X-Ponts qui a fait ses armes à la tête de l’agence d’urbanisme de Toulouse depuis 1971, succède à l’architecte-urbaniste Charles Delfante. Ce dernier dira plus tard ne pas avoir brigué sa propre succession, et avoir soutenu la candidature de Jean Frébault, seul non-lyonnais (mais aussi seul ingénieur des Ponts) parmi les trois candidats (Delfante et Dally-Martin, 1994 : 37). Même si le témoignage de Jean Frébault (in Écrement, 2004) concorde avec celui de Charles Delfante quant au consentement de ce dernier, la nomination du premier directeur de « l’AGURCO » en 1978 doit aussi être lue sous ce prisme.

3. Quand une réforme en cache une autre : la redéfinition des études en quartiers anciens (1977)

  • 32 Circulaire du 3 mars 1977 relative à l’aménagement des centres et quartiers existants, JORF du 10 m (...)
  • 33 La distinction restera ambiguë. Le périmètre du plan de référence est en théorie plus grand (ville (...)

16Si la circulaire du 1er juin 1977 créant les OPAH marque le passage à une politique de réhabilitation des quartiers anciens, une autre circulaire du mois de mars traduit le fait que cette politique nouvelle passe aussi par un renouvellement des études préparatoires32. Cette circulaire définit en effet deux niveaux d’étude : l’étude « amont », conduite sur un quartier afin de disposer d’un diagnostic préalable et de définir une stratégie d’intervention, et l’étude à caractère pré-opérationnel, permettant de préciser les conditions de réalisation d’une opération décidée au préalable par la collectivité. Les premières sont dénommées études préalables ou plans de référence33 ; les secondes, études de réalisation.

  • 34 Circulaire du 3 mars 1977, p. 1348 ou 1353 par exemple.
  • 35 Id., p. 1355.

17Ce n’est pas tant la nouvelle nomenclature définie par cette circulaire qui importe, que le renouvellement qu’elle induit dans la division du travail de l’étude. Les études « amont » doivent être réalisées par une équipe indépendante par rapport aux réalisations, sous l’égide de la collectivité, « hors de toute pression, [afin] de prendre la mesure des implications de l’opération envisagée34 ». Les secondes doivent être menées par l’organisme réalisateur, et ce « après que l’opération [a] été décidée en principe, au vu des conclusions des études préalables35 ». Autrement dit, il est désormais impossible pour la collectivité de se satisfaire des services d’un aménageur pour définir l’opportunité et les objectifs d’une opération ; aménageurs et opérateurs doivent être cantonnés au rôle d’exécutants, entrant en scène seulement au moment de préciser la faisabilité de l’opération. Par contrecoup, cette redéfinition des rôles induit un schéma de principe des décisions d’intervention en quartiers anciens, où phases d’étude et moments de décision politique (et donc de délibération) sont articulés (Schéma 2).

Schéma 2 : L’enchaînement des études et délibérations de la collectivité pour les interventions en quartiers anciens après 1977

Schéma 2 : L’enchaînement des études et délibérations de la collectivité pour les interventions en quartiers anciens après 1977
  • 36 Le cas de Lyon n’est bien sûr pas isolé ; Paris fourmille alors d’exemples d’opérations de rénovati (...)
  • 37 Cf. le récit que livre Ch. Delfante de la rénovation Brotteaux-Garibaldi (6e arr.), confiée à la pr (...)

18Ce changement des modes de faire est important. À Lyon, de 1957 à 1976, la confusion était de mise. Des rénovations d’envergure ont été confiées à la SERL ou à des groupements privés avec une étonnante discrétion de la part de Louis Pradel. Surtout, le contrôle des opérateurs d’aménagement par la collectivité ou par l’atelier d’urbanisme est alors ténu36. Sur la base de plans-masses et de données socio-démographiques souvent fournis par l’atelier, les études préparatoires produites par les aménageurs se limitent à une évaluation de la faisabilité technique et économique. Densification, changement du programme, négociation sur les franges du périmètre initial : autant d’adaptations fréquentes qui se font « à l’insu » des pouvoirs publics ou, parfois, avec l’accord tacite du maire (cas de Saxe – Paul Bert). La SERL ou les aménageurs privés fournissent alors un excellent paravent à Louis Pradel et son entourage pour mener des opérations « d’assainissement » social sous couvert de modernisation du centre de Lyon37.

4. Le temps de la redéfinition des rôles (1978-1983)

19Pour la « nouvelle » agence de 1978, en matière de quartiers anciens, la voie est alors toute tracée : études préalables et plans de référence sont un champ d’étude qu’il faut investir, d’autant que l’équipe de Francisque Collomb, par l’entremise de l’adjoint à l’urbanisme Jacques Moulinier, ne tarde pas à entreprendre une politique active de réhabilitation. L’agence de Jean Frébault se positionne en ce domaine en « maître du jeu » (Bentayou, 2005), invitant les uns à prendre leur place, et les autres à rester à la leur…

  • 38 Via le Fonds d’aménagement urbain, créé en 1976 et supprimé en 1984.
  • 39 Joue enfin, pourrait-on dire, plus de dix ans après sa création et après huit ans de gestion « prad (...)
  • 40 La SERL sur le quartier Moncey, l’OPAC du Rhône sur Villette – Paul Bert.

20C’est avec l’aide des représentants locaux de l’Équipement que Jean Frébault s’attèle à cette tâche. Car le respect des principes de la circulaire de mars 1977 conditionne l’octroi des subventions de l’État aux études préparatoires38. Quelle est la ligne suivie par le directeur de l’agence, qui s’implique personnellement dans plusieurs comités de pilotage touchant aux quartiers anciens, et ses collègues de la DDE ? D’abord, ce sont eux qui veillent à ce que la Courly joue son rôle de donneur d’ordre39 : pilotage des groupes de travail par les élus communautaires, affichage politique clair vis-à-vis des populations (et non plus retrait derrière un opérateur tout-puissant), délibérations explicites quant aux choix effectués et, surtout, montée en puissance des services techniques (foncier, logement) pour encadrer les opérateurs d’aménagement. L’agence d’urbanisme prête aussi son concours pour exercer ce contrôle sur les opérateurs : les études (préalables ou plans de référence) qui lui sont confiées se prolongent par des missions de « suivi » ou de « cadrage » qui ont pour finalité d’obliger les aménageurs et opérateurs40 à rendre des comptes dans les missions qui leur sont dévolues.

  • 41 Avant l’achèvement des études préalables, par exemple (cas de l’OPAC du Rhône, sur Villette – Paul (...)

21Se conformer aux nouvelles démarches n’est pas chose simple, et nécessite bien des régulations et arrangements locaux. Les opérateurs d’aménagement, la SERL en particulier, sont peu enclins à endosser ce nouveau rôle d’exécutants : le champ des OPAH offre de nouvelles perspectives et, accessoirement, un support de choix pour l’ancrage territorial d’organismes alors en concurrence. Pour la Courly, cette concurrence paraît bienvenue pour marquer enfin son autonomie à l’égard de la SERL ; mais l’empressement des élus à lancer des OPAH conduit parfois à ce qu’un aménageur « pressenti » soit invité très tôt dans le processus d’étude41, obligeant à brûler quelques étapes d’une méthodologie pourtant (en théorie) rationalisée. La création de la gare TGV de la Part-Dieu de 1980 à 1983 fait naître ainsi une âpre concurrence entre SERL et OPAC du Rhône pour l’octroi d’une opération future sur le quartier Villette – Paul Bert, et nécessite bien des efforts de l’agence et des services de la Courly pour contenir leurs velléités d’expansion spatiale.

5. De l’atelier à l’agence : renouvellement des modalités d’étude, renouvellement du regard porté sur l’urbain

  • 42 Je m’appuie sur les études des secteurs Baraban et Servient-Rancy (1970), et du quartier de la Vill (...)
  • 43 Voire inexistante : l’étude du quartier de la Villette est un atlas cartographique de 25 planches, (...)
  • 44 Toujours présent et très actif, d’ailleurs, dans les réunions de présentation de ces études, à en j (...)
  • 45 Sur ces points : V. Claude (2006) ; V. Berdoulay et P. Claval (2001).

22Après 1978, l’innovation n’est pas seulement organisationnelle : les nouvelles études produites par l’agence sur les quartiers anciens n’ont pas grand-chose à voir avec celles de l’atelier. Pour ces dernières, et en tout cas pour celles qui concernent le 3e arrondissement à l’exception du dossier Part-Dieu, quelques traits communs peuvent être évoqués42. Les rapports correspondants sont succincts (6 à 25 pages). Le texte y occupe une place réduite43, la cartographie statistique est l’élément dominant. La dernière figure est toujours un plan-masse, ou une esquisse d’aménagement. Les données démographiques ou relatives à l’occupation du sol sont obtenues à partir de sources classiques (recensements, fichiers des permis de construire déposés, des activités industrielles et commerciales). L’état du bâti, thème toujours inaugural, donne lieu soit à un paragraphe de synthèse lapidaire, soit à une carte, mais les deux sont toujours exempts de précisions quant à la construction des catégories mobilisées (bon, mauvais, médiocre, etc.). Enfin, à la lecture de ces documents, il n’est guère possible de reconstruire le cheminement censé conduire du diagnostic à la proposition finale. L’étude, du temps de Charles Delfante, n’est pas un matériau qui se laisse appréhender à l’écrit et après coup ; il s’agit plutôt d’une documentation à partir de laquelle tout se joue « à l’oral », en situation d’exposé, où il faut commenter les éléments-clés d’un diagnostic qui tient parfois de la compilation obligée, et justifier la proposition faite in fine. En ce sens, Charles Delfante44 est fidèle à l’image de « l’homme de l’art » héritée de la loi Cornudet de 1919, homme de la synthèse certes, mais urbaniste avant tout soucieux de fixer des règles de composition urbaine45.

  • 46 Celui du quartier de la Guillotière (1982, 209 p.).
  • 47 Celle du quartier Villette – Paul Bert (1982 également, 231 p.).
  • 48 Manière probable d’affirmer que l’étude est au service du politique, et qu’elle est déjà un élément (...)

23Au début des années 1980, un plan de référence46 ou une étude préalable47 de l’agence sont des rapports pouvant dépasser les 200 pages. Munis d’un préambule signé par l’adjoint Jacques Moulinier48, ils comportent toujours une introduction qui en livre le contexte d’élaboration. Le texte est ici prédominant : on est en présence de rapports écrits, finement subdivisés, dans lesquels cartes et données statistiques sont utilisées avec parcimonie. C’est ici la caractérisation de la population qui est le thème premier. Ensuite, en comparaison des études de l’atelier de Charles Delfante, les champs d’analyse se sont diversifiés et ont gagné en profondeur. Équipements et activités, par exemple, ne sont pas uniquement appréhendés selon leur nature et leur localisation, mais aussi selon leurs usages et les dynamiques qui les affectent, à partir d’entretiens menés auprès de leurs responsables. L’analyse architecturale (façades, épannelages, gabarit des voies, espaces libres) est approfondie et illustrée par d’abondantes photographies.

  • 49 Le plan de référence de la Guillotière (1982) recourt pour une partie à l’assistance d’un sociologu (...)
  • 50 Dans ce contexte d’essor des politiques de réhabilitation des quartiers anciens, l’agence d’urbanis (...)

24D’autres différences sont plus marquantes encore. D’abord, en plusieurs endroits point cette idée que le quartier étudié est le fruit d’une évolution historique : celle du peuplement, des axes de circulation ou de l’activité commerciale, par exemple. Les tendances actuelles sont également mentionnées, pour inviter tantôt à les conforter, tantôt à les enrayer. En d’autres termes, le raisonnement propre à l’étude est devenu historique. L’autre nouveauté est le recours explicite à l’enquête de terrain : les nouvelles études ne font pas l’économie du contact avec les habitants, les responsables associatifs ou les gestionnaires d’équipements. Entretiens et observations ethnographiques entrent dans la panoplie des méthodes utilisées. Ces études sont alors l’occasion de mobiliser directement des sociologues universitaires, des étudiants ou des travaux intermédiaires affiliés à ce champ49. De plus, au-delà de la mobilisation des méthodes de l’enquête de terrain ou du recours aux productions universitaires, la posture revendiquée par ces études et les procédés narratifs par lesquels elles rendent compte des enquêtes menées ont changé. Plusieurs documents intermédiaires préalables à ces études affichent ainsi leur volonté de « révéler la réalité du fonctionnement d’un quartier », d’« aller de l’apparent au caché », « du phénomène aux causes explicatives ». La plupart témoignent aussi d’un souci de restitution et d’interprétation de la parole recueillie, et tentent de mettre à distance cette parole restituée et celle de l’auteur (« ceci signifie… », « est vécu comme… », « est ressenti… »). Deuxième point, donc : à l’historicisation du propos s’ajoute ce qu’on pourrait appeler une « sociologisation » du regard porté sur l’urbain et les populations50. Dernier point, enfin : les propositions finales livrées par ces études sont argumentées à l’aune du diagnostic effectué, et il est aisé pour le lecteur de comprendre le raisonnement à l’œuvre. De surcroît, ces propositions ne se résument pas à une carte : les opérations préconisées sont détaillées dans leurs procédures, leurs objectifs et temporalités prévues, les difficultés attendues, etc.

25En comparaison des études de l’atelier, les plans de référence et études préalables élaborés par l’agence ne se résument plus à un matériau support de l’exercice oral, scandé par des cartes statistiques et où la proposition finale s’apparente surtout à un exercice de composition urbaine. Le texte fait son entrée en scène ; la photographie supplante le chiffre et la carte ; le diagnostic qualitatif (architectural, historique ou sociologique) domine. On est désormais en présence de rapports écrits, détaillés, dont les lignes conclusives fournissent un argumentaire souvent repris à la lettre par les délibérations qui suivent. En ce sens, ces nouvelles études sont conformes à « l’esprit » de la circulaire de mars 1977. Celle-ci évoque en effet un « état d’esprit » et « une fonction à remplir : éclairer le choix des opérations à lancer » (p.1352), mais reste sommaire sur le contenu même des études. Il est simplement indiqué que « [l’étude préalable] repose notamment sur une étude de la vie sociale des secteurs à traiter. […] On ne pourra donc plus se contenter d’une simple description socio-démographique accompagnée d’annexes statistiques. Une réflexion sur les équipements collectifs existants ou à prévoir sera entreprise dans le même but » (p.1353). Les études préalables et plans de référence de l’agence montrent que les nouvelles consignes, issues de cette réforme des études en quartiers anciens, n’ont pas été prises à la légère.

Conclusion

  • 51 Au moins un temps… Cette approche rationalisée de l’intervention en quartiers anciens sera fortemen (...)

26Face aux multiples changements qui accompagnent la genèse de l’agence d’urbanisme lyonnaise en 1978, la prudence est de mise pour conclure quant à l’action de cette structure en matière de réhabilitation des quartiers anciens. Le prisme de cette politique particulière donne d’abord à voir une agence qui intervient en appui direct de la Courly, et permet son affirmation politique comme la montée en puissance de ses services en prélude à la décentralisation de 1982-83. L’agence veille également, par le biais de son directeur, à ce que les modes de faire et les nouveaux rôles définis par la circulaire de mars 1977 soient respectés51. L’agence peut ainsi être vue comme l’organisme-relais d’une innovation voulue par l’État dans la « division du travail » de l’urbanisme des quartiers anciens.

27Ce renouvellement des relations entre élus, aménageurs ou opérateurs et techniciens passe aussi par un renouvellement de la connaissance apportée sur les territoires concernés par cette politique. Les études produites dans ce cadre par l’équipe de Jean Frébault constituent ainsi un objet digne d’enquête tant elles contribuent à changer le regard porté sur l’urbain. En comparaison des études menées du temps de l’atelier de Charles Delfante, les innovations sont nombreuses et patentes : nature des savoirs mobilisés (cf. le rôle de l’enquête sociologique), postures affichées, modes de restitution et procédés narratifs, argumentation des actions préconisées, etc. Dans ces études préalables et plans de référence, documents qui racontent et (dé)montrent plus qu’ils ne comptent, tout se passe comme si les « quartiers anciens » avaient fait leur apparition : on parle désormais des multiples aspects de la vie et de l’histoire de ces quartiers, de pratiques et de sociabilités qui doivent être préservées, là où l’on ne voyait auparavant que de « vieux quartiers » qui se résumaient à leur vétusté ou leur insalubrité à éradiquer.

  • 52 Sur la genèse de ce modèle d’observation des quartiers populaires, voir Topalov (2003). Ces trois e (...)

28Pourtant, le modèle d’observation et de description des quartiers anciens alors introduit dans les études de l’agence n’est pas une nouveauté. Il fut forgé à la fin des années 1950 et au début des années 1960, lorsque ont été étudiés de manière concomitante des quartiers ouvriers alors en proie à des processus de rénovation urbaine radicale : à Boston (par Herbert J. Gans), à Londres (par Michael Young et Peter Willmott) et à Paris (par Henri Coing)52. C’est plus tardivement que les ouvrages correspondants ont été reconnus par le monde universitaire (en particulier par la sociologie urbaine) et dans le champ de l’aménagement. Ainsi, à la fin des années 1970 et au début des années 1980, tout se passe comme si la demande d’études renouvelées sur les quartiers anciens et leur vie sociale, qui est portée par l’agence d’urbanisme, avait alors rencontré d’autres « attentes » : celles de jeunes sociologues ou apprentis-sociologues, probablement imprégnés par ces lectures et désireux de mettre leur savoir au service de la réhabilitation urbaine. Mais ce sont là des perspectives d’enquête qui restent à ce jour ouvertes. Notons simplement qu’en dépit de leurs différences, les études de l’agence tout comme celles de l’atelier ont une similitude de taille : leur asservissement à la logique des modes dominants d’intervention sur la ville à chaque époque, rénovation pour les unes, réhabilitation pour les autres. C’est là une manière de rappeler à qui étudie les études que l’action urbaine envisagée conditionne largement le regard porté sur les lieux en lesquels elle doit s’inscrire. L’innovation, décidément, est une affaire de point de vue.

Haut de page

Bibliographie

BEN MABROUK, Taoufik, JOUVE, Bernard. 1999. La difficile émergence de la Région urbaine de Lyon. In B. Jouve et Ch. Lefèvre (dir.). Villes, métropoles. Les nouveaux territoires du politique. Paris : Anthropos / Economica. 103-131.

BENTAYOU, Gilles. 2005. Expert ou maître du jeu ? “L’agence” d’urbanisme face aux mutations de la politique d’intervention en quartiers anciens (1961-1983). In F. Bardet (dir.). Institution des expertises urbaines dans la construction de l’action publique. La métamorphose urbaine lyonnaise pendant les années 1960 et 1970. ENTPE / Laboratoire RIVES. Rapport pour le PUCA (septembre 2005). 91-116.

BENTAYOU, Gilles. 2007. Ce qu’ils disent de la ville. Savoirs experts et représentations des acteurs de la rénovation / réhabilitation du troisième arrondissement de Lyon (1960-2000). Thèse pour le doctorat « Villes et société ». Université Jean Monnet. Saint-Étienne. 888 p.

BERDOULAY, Vincent, CLAVAL, Paul (dir.). 2001. Aux débuts de l’urbanisme français. Regards croisés de scientifiques et de professionnels (fin XIXe – début XXe siècle). Paris : L’Harmattan. 256 p.

CASTELLS, Manuel. 1972. La question urbaine. Paris : Maspéro. 455 p.

CLAUDE, Viviane. 2006. Faire la ville. Les métiers de l’urbanisme au XXe siècle. Marseille : Parenthèses. 253 p.

DANAN, Yves-Maxime. 1976. Les agences d’urbanisme d’agglomération. Paris : éd. du Centre de recherche d’urbanisme. 213 p.

DELFANTE, Charles, DALLY-MARTIN, Agnès. 1994. 100 ans d’urbanisme à Lyon. Lyon : LUGD. 235 p.

DUCLOS, Denis. 1973. Propriété foncière et processus d’urbanisation. Deux opérations de rénovation urbaine à Paris entre 1958 et 1971. Paris : Centre de sociologie urbaine. 222 p.

DUCLOS, Denis. 1975. Rénovation urbaine et capital monopoliste à Paris. Espaces et Sociétés. n° 13-14 (n° thématique « Paris : urbanisme, classes, pouvoir », octobre 1974 – janvier 1975). pp. 135-143.

ÉCREMENT, Bernard (dir.). 2004. Les agences d’urbanisme : repères et témoignages. Paris : ministère de l’Équipement (DGUHC). 212 p.

GAUDIN, Jean-Pierre. 1987. “À l’avance avec méthode” : savoirs, savoir-faire et mouvement de professionnalisation dans l’urbanisme au début du siècle. Sociologie du travail. n° 2. 177-197.

GODARD, Francis (sous la dir. de). 1973. La rénovation urbaine à Paris. Structure urbaine et logique de classe. Paris : Mouton. 148 p.

JOLIVEAU, Thierry. 1987. Associations d’habitants et urbanisation. L’exemple lyonnais (1880-1983). Paris : éd. du CNRS. 235 p.

LOJKINE, Jean. 1973. La politique urbaine dans la région lyonnaise (1945-1972). Paris : éd. de l’École pratique des hautes études. 373 p.

MEURET, Bernard. 1982. Le socialisme municipal. Villeurbanne, 1880-1982. Histoire d’une différenciation. Lyon : Presses universitaires de Lyon. 301 p.

PELENC, Michel. 1982. Le rôle de la SERL dans la production de l’espace. Thèse de 3e cycle en économie publique des transports et de l’aménagement. Lyon. Université Lyon 2. 538 p.

SAUNIER, Pierre-Yves. 1997. Au service du Plan : hommes et structures de l’urbanisme municipal à Lyon au 20e siècle. In Forma Urbis. Les plans généraux de Lyon, XVIe-XXe siècles. Lyon : Archives municipales de Lyon. 135-144.

SAUZAY, Laurent. 1998. Louis Pradel, maire de Lyon. Lyon : Éditions lyonnaises d’art et d’histoire. 270 p.

THOENIG, Jean-Claude. 1973. L’ère des technocrates. Le cas des Ponts et chaussées. Paris : éd. d’Organisation. 279 p.

TIEVANT, Sophie. 1983. Les études de “communauté” et la ville : héritage et problèmes. Sociologie du travail. n° 2. 243-256.

TOPALOV, Christian. 2003. “Traditional Working-Class Neighborhoods”: An Inquiry into the Emergence of a Sociological Model in the 1950s and 1960s. Osiris (University of Chicago Press). 2nd Series. vol. 18 (“Science and the City”). pp. 212-233

Haut de page

Notes

1 Les pages qui suivent sont tirées d’une thèse d’urbanisme portant sur les rénovations et réhabilitations de trois quartiers du 3e arrondissement de Lyon situés autour de la Part-Dieu (cf. carte 1), des années 1960 aux années 2000. Pour des illustrations plus précises à partir de ces quartiers : Bentayou (2007).

2 Les OPAH, procédures incitatives d’une durée habituelle de trois ans, visent à l’amélioration du parc de logements privés en quartiers anciens. Elles s’accompagnent de diverses mesures : espaces publics, équipements, activités commerciales, stationnement…

3 Circulaire du 3 mars 1977 « relative à l’aménagement des centres et quartiers existants », JORF du 10 mars 1977, pp. 1345-1355.

4 L. Pradel a été maire de 1957 à 1976 et président de la communauté urbaine (Courly) dès la création de l’institution intercommunale en 1969.

5 Maire de 1905 à sa mort en 1957.

6 Lauréat du Grand prix de l’urbanisme en 1959 pour le plan de l’opération de Bagnols-sur-Cèze (Gard), distinction qu’il obtiendra d’ailleurs une seconde fois en 1961 pour le plan de « Firminy Vert » (Loire), dans la ville d’Eugène Claudius-Petit. Des compléments biographiques sur Ch. Delfante figurent dans la note prosopographique correspondante conservée aux archives municipales de Lyon, issue des notices de l’ouvrage Forma urbis… (cf. Saunier, 1997) et actualisée depuis : www.archives-lyon.fr/sommaires/forma_urbis.html.

7 Figure de l’urbanisme de la Reconstruction. Ch. Delfante l’évoque comme l’un de ses « maîtres » (Delfante et Dally-Martin, 1994 : 28).

8 Sur le conflit entre Pradel et Maillet : P.-Y. Saunier (1997). Sur l’action de Pradel : L. Sauzay (1998).

9 Sur F. Rollet, devenu la cheville ouvrière de Pradel en matière d’urbanisme et l’un de ses relais auprès du milieu des élites traditionnelles lyonnaises après avoir été son rival pour la succession d’Herriot, voir L. Sauzay (1998 : 176-185).

10 Mais qui n’a sans doute, là encore, rien d’une innovation. Le ministère de la Reconstruction a encouragé après-guerre les statuts « mixtes » (architectes-urbanistes libéraux assumant des missions de service public), configuration qui s’est prolongée à la création du corps des urbanistes de l’État en 1962. Fin 18e et début 19e siècle, les architectes des Monuments historiques ou ceux des Bâtiments civils et Palais nationaux bénéficiaient de la « concession à titre libéral d’un service public » (Claude, 2006 : 115-117). Ce même principe valait aussi du côté des communes ou des conseils généraux, pour les architectes exerçant les fonctions de voyers (Gaudin, 1987), et témoigne des relations particulières qu’entretient la puissance publique avec les métiers de l’architecture.

11 Procès-verbaux des DCC (délibérations du conseil communautaire) n° 69-279 et 69-590.

12 En mai 1962, Ch. Delfante présente à la commission municipale d’urbanisme les premières monographies d’arrondissements qu’il a entreprises dès sa nomination en septembre 1961 : « La sous-commission a été unanime pour admirer l’œuvre fait en un temps si court par l’équipe de M. Delfante et par lui-même et pense que ces travaux commencent une nouvelle période dans l’histoire de l’urbanisme lyonnais » (commission municipale d’urbanisme du 24 mai 1962, Archives du Grand Lyon / 101W1). Cette commission est une structure consultative au public élargi (élus, techniciens municipaux, représentants de l’État, associations, syndicats, corporations diverses, chambres consulaires, promoteurs, etc.), qui comportera plus de 80 membres au milieu des années 1960.

13 En 1961, l’ATURVIL comprend 11 salariés. En 1970, l’ATURCO en compte 35, puis 43 en 1974-1975 : 21 sont mis à disposition par l’AUL (société professionnelle), dont Ch. Delfante, 22 le sont par la Courly, dont le directeur-adjoint (procès-verbaux des DCC n° 74-3600 et 75-4694 relatives au contrat AUL-Courly).

14 Autre argument, si l’on en croit Ch. Delfante : la qualité de la relation qui s’est instaurée entre le maire et « son » urbaniste, relation que le second décrit vingt ans plus tard en termes de fidélité et de confiance mutuelles (Delfante et Dally-Martin, 1994 : 28-30).

15 Ce qu’accrédite l’ouvrage de Y.-M. Danan (1976 : 164-168). Mais il est vrai que l’ATURCO n’est pas chargé de la réalisation du SDAU de l’agglomération, contrairement à d’autres agences.

16 À comparer des agences au statut d’association de loi 1901 ou d’établissement public, qui impliquent un partage du pouvoir avec l’État (Danan, 1976).

17 Cf. la présentation de la DCC n° 71-1731 en conseil de Courly.

18 Bureau d’étude pour l’urbanisme et l’équipement.

19 Société d’équipement de la région de Lyon, créée en 1957. Cette SEM d’aménagement et d’équipement, qui fait partie du réseau de la SCET, intervient pour des opérations urbaines de grande envergure : ZUP et ZAC de l’agglomération, rénovations urbaines, centre directionnel de la Part-Dieu, etc. (Pelenc, 1982).

20 Les représentants de l’État avaient proposé une autre solution : recentrer les missions de l’atelier sur les POS, confier les autres études à des tiers. Mais pour Ch. Delfante, conduire la réflexion sur les POS justifiait de garder la main sur les études de détail… (comptes-rendus des réunions de coordination Courly-atelier des 1er février, 29 août et 21 novembre 1972, AGL / 101W13).

21 Réunion Courly-atelier du 29 mai 1973 (AGL / 101W13).

22 Conseils de Courly des 16 décembre 1974 et 22 décembre 1975.

23 Affaires évoquées lors des réunions Courly-atelier des 18 février et 17 juin 1975 (AGL / 101W3).

24 C’est le cas du projet de rénovation de Saxe – Paul Bert, rendu public en 1975.

25 Une telle affaire de « fuites » bénéficie par exemple en 1972 à une association de commerçants du quartier Saxe – Paul Bert. Elle oblige L. Pradel à faire une mise au point à ce sujet lors du conseil municipal des 26 juin et 17 juillet 1972. En 1976, une affaire similaire concerne le plateau de la Croix-Rousse (commission communautaire d’urbanisme du 30 mars 1976, AGL / 2I59).

26 Sur le mode de gestion autocrate de L. Pradel, voir Sauzay (1998). À compter de 1974-75, l’opposition municipale conteste de plus en plus cette pratique du maire ; c’est là l’un des signes de cette fissuration du « système pradélien » évoquée par Th. Joliveau (1987).

27 Termes du rapporteur de la DCC n° 75-4694 en séance publique du 22 décembre 1975.

28 DCC n° 75-4694.

29 Privilégiant l’association loi 1901, formule la plus courante, ou l’établissement public, montage alors possible mais guère utilisé (Danan, 1976).

30 Mais on comprend que Ch. Delfante (Delfante et Dally-Martin, 1994 : 37) ou J. Frébault (in Écrement, 2004), premier directeur de l’agence nommé en 1978, s’en tiennent pour l’essentiel à la première explication.

31 Cf. le procès-verbal de cette séance du 16 mai 1978 (DCC-78-1029).

32 Circulaire du 3 mars 1977 relative à l’aménagement des centres et quartiers existants, JORF du 10 mars 1977, pp. 1345-1355.

33 La distinction restera ambiguë. Le périmètre du plan de référence est en théorie plus grand (ville moyenne, quartier d’une grande ville).

34 Circulaire du 3 mars 1977, p. 1348 ou 1353 par exemple.

35 Id., p. 1355.

36 Le cas de Lyon n’est bien sûr pas isolé ; Paris fourmille alors d’exemples d’opérations de rénovation urbaine où aménageurs et promoteurs ont toute latitude, ou presque (Duclos, 1973, 1975 ; Godard, 1973).

37 Cf. le récit que livre Ch. Delfante de la rénovation Brotteaux-Garibaldi (6e arr.), confiée à la promotion privée en 1963-64 (Delfante et Dally-Martin, 1994 : 166-168), ou celui de la rénovation Moncey-Nord (3e) confiée à la SERL en 1957-58 (Pelenc, 1982 : 229-284).

38 Via le Fonds d’aménagement urbain, créé en 1976 et supprimé en 1984.

39 Joue enfin, pourrait-on dire, plus de dix ans après sa création et après huit ans de gestion « pradélienne ».

40 La SERL sur le quartier Moncey, l’OPAC du Rhône sur Villette – Paul Bert.

41 Avant l’achèvement des études préalables, par exemple (cas de l’OPAC du Rhône, sur Villette – Paul Bert).

42 Je m’appuie sur les études des secteurs Baraban et Servient-Rancy (1970), et du quartier de la Villette (1977). Je laisse de côté ici l’étude du quartier Saxe – Paul Bert (1977), document passionnant mais au contexte très particulier (Bentayou, 2005).

43 Voire inexistante : l’étude du quartier de la Villette est un atlas cartographique de 25 planches, sans aucun commentaire textuel.

44 Toujours présent et très actif, d’ailleurs, dans les réunions de présentation de ces études, à en juger par les comptes-rendus.

45 Sur ces points : V. Claude (2006) ; V. Berdoulay et P. Claval (2001).

46 Celui du quartier de la Guillotière (1982, 209 p.).

47 Celle du quartier Villette – Paul Bert (1982 également, 231 p.).

48 Manière probable d’affirmer que l’étude est au service du politique, et qu’elle est déjà un élément de la politique de réhabilitation.

49 Le plan de référence de la Guillotière (1982) recourt pour une partie à l’assistance d’un sociologue de l’université Lyon 2. L’étude préalable de Villette – Paul Bert (1982 également) recycle une étude de sociologie urbaine (hélas anonyme) qui détaille et discute ses méthodes, ou qui livre des « préalables épistémologiques sur la notion de quartier », à la manière d’un mémoire universitaire.

50 Dans ce contexte d’essor des politiques de réhabilitation des quartiers anciens, l’agence d’urbanisme apparaît comme une institution de recyclage d’une sociologie urbaine empirique inspirée de celle de Chombart de Lauwe ou encore des community studies anglo-saxonnes des années 1950, courants qui connaissent un second lustre dans la sociologie urbaine française de la fin des années 1970. Bien que les études qui en témoignent ne doivent pas être jugées sous ce prisme, on peut noter que certaines sont à ce point obnubilées par la thématique du « quartier » et des sociabilités « traditionnelles » qu’elles virent à la tautologie décriée par M. Castells (1972) dans sa célèbre et vigoureuse critique de l’écologie urbaine : ces études font du « quartier » l’alpha et l’oméga de l’enquête, c’est-à-dire à la fois le cadre spatial implicite d’observation et le facteur explicatif ultime des sociabilités observées. Cf. l’idée selon laquelle « le quartier Villette – Paul Bert existe », qui conclut l’un des documents… Voir également S. Tiévant (1983).

51 Au moins un temps… Cette approche rationalisée de l’intervention en quartiers anciens sera fortement assouplie après la décentralisation, suite à la disparition du Fonds d’aménagement urbain, à la diminution des crédits de l’État sur les quartiers anciens et à l’extinction progressive d’une politique d’étude qui aura été, au final, de courte durée.

52 Sur la genèse de ce modèle d’observation des quartiers populaires, voir Topalov (2003). Ces trois enquêtes ont été menées par des individus dont le dénominateur commun était la posture militante (religieuse ou politique), la distance par rapport au champ académique et la volonté de rendre les sciences sociales « utiles » pour les planificateurs.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Saxe – Paul Bert, Villette – Paul Bert et Moncey – Gabriel Péri : trois quartiers du troisième arrondissement de Lyon concernés par l’émergence des politiques de réhabilitation
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/625/img-1.png
Fichier image/png, 121k
Titre Schéma 1 : Le fonctionnement de l’atelier d’urbanisme de la ville / de la Courly (schéma de principe)
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/625/img-2.png
Fichier image/png, 33k
Titre Schéma 2 : L’enchaînement des études et délibérations de la collectivité pour les interventions en quartiers anciens après 1977
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/625/img-3.png
Fichier image/png, 55k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Bentayou, « De « l’atelier » à « l’agence » d’urbanisme de Lyon : nouveaux regards sur les quartiers anciens (1961-1983) », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 2 | 2007, mis en ligne le 15 mai 2012, consulté le 24 mai 2017. URL : http://tem.revues.org/625 ; DOI : 10.4000/tem.625

Haut de page

Auteur

Gilles Bentayou

Chargé d’études
CERTU – département Urbanisme & habitat
9, rue Juliette Récamier
69456 Lyon Cedex 06
gilles.bentayou@free.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page