Navigation – Plan du site
Articles

Faire ou non confiance aux gestionnaires du risque ?

Le cas d’un village entouré de sites Seveso
To Put or not Confidence in the Managers of the Risk? The Case of a Village Surrounded with Seveso Factories
Hervé Flanquart, Anne-Peggy Hellequin et Pascal Vallet
p. 70-82

Résumés

La confiance qu’inspirent aux individus soumis à un risque spatialisé les hommes et les institutions qui sont chargés de le gérer est un élément important pour analyser la vulnérabilité d’un territoire. Sa faiblesse, voire sa quasi absence, peuvent constituer un facteur aggravant pour le risque, qu’il soit naturel ou technologique. Une enquête par questionnaire et observations menée par une équipe de sociologues et géographes dans un village du nord de la France situé dans une zone industrialo-portuaire, et de ce fait entouré de sites industriels classés Seveso, a permis de sonder la confiance que les populations attribuent à des gestionnaires du risque aussi différents que les pompiers, la police, les industriels, les collectivités locales, etc. Les habitants du village, appartenant pour la plupart aux couches modestes et moyennes de la société, vivant en familles plutôt nombreuses, sont d’autant plus confiants envers les acteurs que ceux-ci leur apparaissent comme géographiquement proches, compétents et désintéressés. Pompiers, police et mairie occupent le haut du classement, l’Europe la dernière place. Par ailleurs, alors que dans la littérature sociologique les caractéristiques socio-démographiques comme la catégorie sociale, le genre, l’âge ou le niveau de diplôme sont souvent citées comme des variables fortement discriminantes pour ce qui est de la perception du risque et de sa gestion, elles le sont ici assez peu. Il est en fait plus pertinent, dans le cas de ce village soumis au risque technologique, de construire une typologie déconnectée de ces variables, où voisinent ceux qui ressentent une « confiance globale » envers l’ensemble des acteurs du risque, ceux qui se fient surtout aux « politiques », ceux qui ont confiance aux « spécialistes » (plus nombreux parmi les habitants

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En l’espace de quelques décennies, les risques, qu’ils soient naturels ou technologiques, sont devenus un champ de recherche important en sciences humaines et sociales. Leur gestion, à partir notamment des travaux de P. Lagadec (1981), constitue l’axe le plus souvent exploré. Aujourd’hui, avec R. D’Ercole et P. Pigeon (1999), l’interrogation porte plus particulièrement sur la vulnérabilité de la société, et ce à travers ses capacités de réponse à des crises potentielles, car « [la vulnérabilité] traduit la fragilité d’un système dans son ensemble, et donc sa capacité à surmonter la crise provoquée par un aléa » (D’Ercole et Pigeon, 1999, cité par Morel et al., 2006). La confiance des populations envers les acteurs de la gestion du risque apparaît comme un élément déterminant dans la compréhension des interactions entre les populations et l’aléa. En effet, on peut raisonnablement faire l’hypothèse que plus la confiance dans les acteurs de la gestion des risques est importante, plus la résilience est grande et plus la vulnérabilité est faible. Néanmoins, que mesure-t-on quand on mesure la confiance ? Pris à son niveau individuel, le terme évoque d’abord la crédulité, la foi qu’un individu peut éprouver à l’égard d’un tiers ; il renvoie aussi à la sûreté de soi (« avoir confiance en soi ») et au sentiment de sécurité (« être confiant »). Pour éviter d’essentialiser le terme par une définition trop fermée, on dira, suivant G. Simmel pour l’occasion, que la confiance est « une force de synthèse » qui peut prendre des formes différentes (1999, p. 355). On dira aussi que la confiance envers un individu, un groupe ou une collectivité se construit à partir d’un assemblage de faits, de gestes, d’opinions, d’images différemment combinées, et que c’est ce même genre d’ensemble composite qui permet à la fois une évaluation des dangers et des institutions qui aident à surmonter ceux-ci. La confiance que ressent un individu pour un autre individu ou pour une organisation doit donc être envisagée comme l’anticipation d’une conduite future, doublée d’un assentiment plus ou moins fort à la construction d’un risque socialement acceptable, à la transformation d’une situation subie en une situation agie. Dans cette perspective, c’est-à-dire saisie sous un angle collectif, la confiance qui s’établit, ou non, entre des personnes qui ne se connaissent pas forcément et qui admettent, ou non, la fiabilité des uns ou des autres, s’apparente alors à un lien social tendu ou distendu, à une relation dont on peut mesurer la force et la qualité. À travers l’exploitation partielle des résultats d’une enquête réalisée par l’Institut des Mers du Nord (IMN) dans une commune littorale, cet article s’intéresse à divers aspects de la confiance qu’une population peut éprouver en des acteurs habituellement chargés de la gestion du risque industriel ; c’est-à-dire à l’appréciation, par les habitants d’un village soumis au risque industriel, des compétences, de l’honnêteté et des capacités à agir des pompiers, policiers, experts technologiques et pouvoirs politiques locaux, nationaux et supranationaux. Notre étude sera d’abord centrée sur l’idée que la population se fait de la fiabilité des acteurs engagés dans la gestion du risque auquel elle est soumise, ici un risque technologique lié à sa présence au cœur d’une zone industrialo-portuaire. On s’intéressera ensuite à la localisation sociale de la confiance (quel groupe social craint le plus quel danger ?), avant d’en préciser les formes dans un mouvement plus analytique.

1. Une enquête dans un village « Seveso »

1.1. Un questionnaire « lourd » mais bien accepté

  • 1 Pour des raisons de confidentialité habituelles dans ce genre d’enquête, les noms des localités cit (...)

2Les données nécessaires à l’analyse de ce type de perception ont été recueillies grâce à une enquête par questionnaire effectuée au printemps 2006 auprès des habitants de Diguebourg, petite commune bordée sur deux côtés par des sites classés SEVESO, et associée à Grandeville1, ville centre d’une agglomération de plus de 100 000 habitants marquée par la présence d’un port industriel important. Les différentes questions, posées uniquement aux personnes âgées de seize ans et plus, avaient pour but de récolter le maximum d’informations sur leur perception du risque, mais sans que ce thème ne soit abordé frontalement. Le but ultime était de comprendre la façon dont les habitants adultes de Diguebourg perçoivent leur environnement immédiat, dont ils se projettent dans l’avenir, au sein de la commune ou ailleurs.

3Malgré la lourdeur du questionnaire — 179 questions dont une vingtaine d’ouvertes —, et donc le temps nécessaire à sa passation, nous n’avons essuyé que peu de refus. Certains de ceux-ci avaient pour origine la méfiance que d’aucuns peuvent éprouver à l’encontre de tout ce qui paraît institutionnel, d’autres, moins nombreux encore, la franche hostilité d’habitants agacés par la présence récurrente d’observateurs dans leur commune. Ces refus de répondre étaient parfois nets (bien que non toujours motivés), en d’autres occasions ils prenaient la forme, plus banale mais tout aussi pénalisante pour l’enquête, d’un report répété des rendez-vous. Au-delà de ces cas minoritaires, la relative bienveillance dont a fait preuve la majorité des Diguebourgeois à l’égard de notre équipe était, à notre avis, directement connectée au sentiment qu’ils avaient ne rien avoir à redouter de personnes qui se présentaient comme des scientifiques : n’étant ni journalistes, ni industriels, ni politiques, ni fonctionnaires d’un organisme d’État tel que la DDE (Direction Départementale de l’Équipement) ou la DRIRE (Direction Régionale de l'Industrie, de la Recherche et de l'Environnement), nous échappions, de ce fait et le plus souvent, au sentiment de méfiance des habitants.

1.2. Construction de l’échantillon et fiabilité des résultats

  • 2 Les îlots Iris constituent la plus petite unité disponible de l’information INSEE.

4Pour ce qui est de la constitution de l’échantillon, moment toujours délicat de la réalisation d’une enquête par questionnaire, nous avons opté pour une approche qui se voulait la plus exhaustive possible : interroger le maximum d’habitants adultes du village. La taille relativement faible de la population rendait a priori réaliste cet objectif de presque confondre échantillons et populations mères. Selon le recensement de 1999, il y a autour de 370 habitants dans la commune, dont un peu moins de 280 âgés de plus de 15 ans, l’ensemble réparti dans environ 110 foyers (Recensement Général de la Population [RGP], 1999, de la zone Iris2 concernée). La passation, qui s’est déroulée en mars 2006, a permis d’interroger 161 individus (158 questionnaires étant réellement exploitables), répartis dans 89 foyers. Bien que la taille des échantillons se rapproche de celle des populations mères (58 % des habitants et 80 % des foyers), l’exhaustivité n’a pas été atteinte et la question d’éventuels biais de représentativité se pose. Concernant l’échantillon « habitants », on pourra noter que sa structure ne se confond pas tout à fait avec celle de l’ensemble de la population adulte. Il est ainsi très probable que certains groupes comme les salariés travaillant en déplacement — et donc peu présents au village —-, les résidents des caravanes — difficiles à rencontrer car souvent absents —, les personnes malades et hospitalisées au moment de l’enquête et les jeunes occupant un logement étudiant durant la semaine aient été proportionnellement moins interrogés que le reste de la population. Pour ce qui est de la représentativité du second échantillon, celui des foyers, il est, lui, plus proche de la population mère, et donc a priori moins entaché d’éventuelles distorsions. Pour les deux groupes de données, si les chiffres présentés dans les tableaux sont à manier avec une certaine précaution (n’est par exemple pas significative une différence de deux ou trois points entre deux lignes), les tendances qu’ils illustrent peuvent être considérées comme fiables et, en dernier ressort, ne biaisent pas notre approche de la « confiance ».

1.3. Une commune « familiale »

5Si on considère le RGP de 1999, la population de Diguebourg s’avère plus jeune que la population française, puisque les moins de vingt ans représentent près du tiers des effectifs de la commune (Iris, INSEE), alors qu’ils ne sont que 26 % en France. En fait, c’est également une population plus jeune que celle du département, et même sensiblement plus jeune que celle de Grandeville (6 points en dessous). L’accroissement de la population entre 1990 et 1999 a modifié la structure par âge avec l’« arrivée » de jeunes couples et la présence de onze enfants de moins de quatre ans supplémentaires. Concernant ces derniers, il peut s’agir soit de jeunes parents ayant pris la décision de s’installer à Diguebourg et d’y élever leurs enfants, soit de couples y habitant déjà et agrandissant leur famille. Dans les deux cas, on peut considérer que cela traduit une certaine confiance dans la vie à Diguebourg (Figure 1). À l’inverse, la population des plus de soixante ans est peu importante. Plus généralement, les foyers interrogés sont composés majoritairement d’au moins deux membres (Figure 2), et seuls 18 % d’entre eux se limitent à une personne (contre 31 % pour l’ensemble de la France ; RGP, 1999). Cette particularité fait de Diguebourg une commune que l’on peut qualifier de « familiale » ; la qualité de vie pour les enfants est d’ailleurs souvent citée comme un des attraits de la vie locale : « je préfère laisser mes enfants de 13 à 20 ans traîner ici plutôt qu’à G*** [commune limitrophe de Diguebourg et de plutôt mauvaise réputation] », nous a par exemple déclaré, lors de la passation du questionnaire, une mère de plusieurs adolescents.

Figure 1 : Répartition par âge des Diguebourgeois en 1990 et 1999

Figure 1 : Répartition par âge des Diguebourgeois en 1990 et 1999

rgp, Iris 1999

Figure 2 : Répartion des foyers selon le nombre de personnes

Figure 2 : Répartion des foyers selon le nombre de personnes

1.4. Une population modeste

6En ce qui concerne la répartition des actifs ou anciens actifs dans les différentes PCS (Professions et Catégories Socioprofessionnelles), les principaux enseignements de l’enquête sont clairs : on constate à Diguebourg une forte présence des classes populaire et moyenne basse. Les employés et les professions intermédiaires représentent 62 % des actifs ou retraités interrogés. Il ne s’agit donc pas, contre toute attente, puisqu’elle est localisée dans un environnement industriel, d’une commune ouvrière. On peut enfin noter la quasi-absence des cadres et membres des professions intellectuelles supérieures : ils sont, parmi les répondants, cinq fois moins nombreux que la moyenne française (Figure 3). Enfin, pour terminer le portrait de la population diguebourgeoise, on notera que sa part active comprend une forte proportion d’employés de la fonction publique territoriale, titulaires ou contractuels (Figure 4). Il s’agit là d’emplois que l’on peut considérer comme de proximité, puisqu’ils sont presque tous localisés à Diguebourg ou à Grandeville. Cette forte présence de la fonction publique territoriale constitue certainement un facteur important d’enracinement local.

Figure 3 : Répartition de la population de Diguebourg par PCS

PCS 

Effectif
(enquête IMN 2006) 

Fréquence
(enquête IMN 2006) 

Rappel effectif population
(personnes occupées), RGP 1999 

France 2005 

Agriculteurs 

4 % 

2,7 % 

Artisans, commerçants 

8 % 

6 % 

Cadres et prof. intellect. 

3 % 

16 

14,7 % 

Profess. Intermédiaires 

13 

11 % 

40 

23,2 % 

Employés 

62 

54 % 

40 

29,1 % 

Ouvriers 

23 

20 % 

36 

23,9 % 

TOTAL OBS. 

114 

100 % 

136 

100 % 

Source : Enquête IMN, 2006, RGP 1999, 2005.

Figure 4 : Part des employés territoriaux dans la population active

 

 

Employés territoriaux 

Populations actives 

Population active 

effectifs 

en proportion 

Population active Diguebourg 

95 

22 

23,10 % 

Populative active occupée Digueboug 

79 

22 

27,80 % 

Population active France 

27518 (2) 

1777 (2) 

6,40 % 

(1) dans la population interrogée
(2) en milliers en 2004, Insee

Source Enquête IMN, 2006 et RGP 1999

2. Proximité, compétence, désintéressement : les caractéristiques de la confiance

7Pour évaluer la confiance des Diguebourgeois envers les différents acteurs de la gestion du risque industriel, on a très classiquement posé la question : « Faites-vous confiance aux acteurs suivants pour la gestion du risque ? » ; les enquêtés devaient choisir une modalité sur une échelle à quatre niveaux, allant de « tout à fait confiance » à « pas confiance du tout ». Quand ils se révélaient incapables de répondre, on cochait la modalité « ne sait pas », qui ne leur était pas présentée d’emblée pour éviter le biais associé au nombre impair de modalités (le répondant ayant, dans ce cas, tendance à choisir la valeur centrale).

8Dans l’ensemble, la population de l’enquête est plutôt confiante dans les différents acteurs de la gestion du risque, même si l’intensité peut varier entre 98 % pour les pompiers et 53 % pour les industriels (si on excepte l’Europe qui recueille moins de 30 % des suffrages et qui constitue un cas à part) (Figure 5). En matière de confiance accordée, on retrouve aussi chez les Diguebourgeois plusieurs traits que l’on peut qualifier d’« habituels » ou « classiques », et que nous allons maintenant décrire.

Figure 5 : Confiance exprimée envers les différents acteurs en matière de gestion du risque

Gestionnaires du risque et niveaux de confiance

mairie de Diguebourg

mairie de Grande-Ville

industriels

pompiers

police

DDE (équipt)

DRIRE

Europe

Tout à fait confiance

45 %

25,5 %

20 %

75,5 %

51 %

14 %

21 %

5 %

Plutôt confiance

33,5 %

30 %

32 %

21,5 %

32 %

43 %

38 %

24 %

Plutôt pas confiance

8 %

13,5 %

21 %

1 %

9 %

18 %

12 %

17 %

Pas confiance du tout

9,5 %

21 %

21 %

1,5 %

6 %

13 %

12 %

31 %

Ne sait pas

3 %

10 %

5 %

 

 

12 %

17 %

23 %

Total

100 %

100 %

100 %

100 %

100 %

100 %

100 %

100 %

Source : enquête IMN, 2006

2.1. Proximité et familiarité

  • 3 Lors du référendum sur la constitution européenne du 29 mai 2005, le non l’a emporté à Diguebourg a (...)

9Lorsque l’on cherche à distinguer parmi tous les acteurs de la gestion du risque ceux qui inspirent le plus confiance aux Diguebourgeois, on constate que plus ils se situent géographiquement près des habitants, plus ils leur inspirent confiance. Ainsi en est-il en premier lieu de la mairie de Diguebourg, dont tous les villageois ou presque connaissent le personnel et croisent régulièrement le premier édile, et qui bénéficie d’une meilleure notation que la mairie de Grandeville, plus lointaine, plus anonyme. Le crédit accordé aux autres pouvoirs politiques (gouvernement, parlement...) n’a pas été testé par le questionnaire, néanmoins la règle selon laquelle plus ils sont éloignés moins ils inspirent confiance en matière de gestion du risque semble ne pas présenter d’exception. Ainsi, une Diguebourgeoise d’une cinquantaine d’années, habitant en zone Seveso 1 (plus proche des usines et donc plus exposée au danger que Seveso 2), a écrit à son député pour s’inquiéter de la perte de valeur du logement dont elle est propriétaire et a constaté à cette occasion qu’il ignorait l’existence des deux zones Seveso : « Ça n'intéresse pas les politiques », a-t-elle conclu, désabusée. On notera par ailleurs que l’Europe, souvent perçue comme « étrangère », anonyme et « technocratique », est le seul des acteurs proposés par le questionnaire à inspirer plus de défiance que de confiance : « Elle n’a rien à voir avec tout ça ; c’est trop loin » est la phrase qui pourrait le mieux résumer l’opinion des Diguebourgeois envers cette institution supranationale3. Le premier facteur intervenant sur la relation de confiance est donc la proximité. Cependant, pour bien comprendre cette distribution plus ou moins généreuse de la confiance, il faut considérer que la proximité n’est pas qu’une question de distance métrique, qu’elle peut être aussi une « familiarité ». Ainsi, les habitants interrogés au cours de l’enquête ont confiance en des « inconnus », qui leur apparaissent, paradoxalement et de par leur appartenance à une institution elle bien connue, proches et familiers (c’est notamment le cas pour les pompiers, les policiers...).

2.2. Compétence et confiance

  • 4 Selon le baromètre de l’IRSN (Institut de Radiotechnique et de Sûreté Nucléaire), la science bénéfi (...)

10Le deuxième facteur jouant sur le degré de confiance accordée peut être associé à la fois à l’image générale des grands corps d’État dans la population et au capital de compétence que celle-ci leur prête — souvent à partir de critères d’évaluation très subjectifs. Dans ce palmarès, sans surprise, les pompiers bénéficient du crédit maximum pour la gestion du risque. On retrouve là des résultats comparables à ceux d’une enquête sur l’érosion côtière et les pollutions marines menée au printemps 2004 par une équipe mixte de l’IMN et des Universités d’Artois et de Lille 1, sur les sites de Bray-Dunes (59), Oye-Plage (62) et Wimereux (62) : les pompiers étaient également apparus comme l’institution inspirant le plus confiance pour la gestion des risques associés à ces deux phénomènes. Les presque 400 personnes interrogées les avaient placés devant leurs édiles, l’État, etc. (Meur-Férec et al., 2003-2004). À Diguebourg, la police arrive juste derrière, avec un score de confiance globale (obtenu par addition des deux premières modalités, « tout à fait confiance » et « plutôt confiance ») de plus de 80 %. Ce bon score obtenu par cette institution souvent décriée peut sembler étonnant, mais il l’est beaucoup moins lorsqu’on le rapproche des valeurs des habitants (testées à partir d’une batterie d’une dizaine de questions), qui sont plutôt conservateurs et attachés à l’ordre et à la sécurité. Soulignons que la DRIRE, le moins bien identifié des acteurs institutionnels, bénéficie d’une certaine créance de la part de ceux qui la connaissent (créance un peu meilleure que celle donnée aux services de l’équipement). Sont principalement mises en avant ses capacités d’expertise technique et scientifique4.

  • 5 Le terme « anomie », forgé par Emile Durkheim (1999) à partir du terme grec nomos (organisation, or (...)

11Ce deuxième facteur est en relation étroite avec la question de l’« ordre », de la « capacité organisationnelle ». Même si celle-ci peut évidemment être portée par d’autres acteurs comme les pompiers, la DRIRE, la DDE ou les maires (celui, délégué, de Diguebourg et celui de Grandeville), c’est la police qui l’incarne le mieux : avec les policiers, on peut être rassuré, la crise qui suivrait un accident ou une pollution majeure ne plongerait pas le village dans l’anomie5.

2.3. Intérêt collectif versus intérêt privé

12Dans notre recherche des traits caractéristiques de la confiance dans la gestion du risque, les industriels constituent indéniablement un cas à part. S’ils sont globalement crédités d’un bon score (53 %) par les Diguebourgeois, ils font aussi très souvent l’objet de réflexions défiantes, que les enquêteurs ont recueillies au cours de la passation du questionnaire. Ainsi, les habitants semblent volontiers partagés entre deux tendances contradictoires : d’un côté, ils sont conscients que les industriels sont ceux qui connaissent le mieux leur outil de production et les dangers qu’il engendre, et sont de ce fait les mieux placés pour gérer les risques d’explosion et de pollution majeure ; d’un autre côté, ils les soupçonnent facilement de dissimuler les incidents, d’en avertir la population trop tard (quand le danger est passé, quand la pollution est dissipée), voire de faire des économies d’entretien et de renouvellement des installations pour augmenter leurs profits. « Les industriels disent toujours les choses trop tard, on est prévenu 48h après », nous a déclaré un habitant. Dans la même tonalité, un homme installé à Diguebourg avec sa famille depuis onze ans (cinq comme locataire, six comme propriétaire) dit ne pas avoir confiance dans les industriels (ni dans la DRIRE), qui les préviennent toujours tardivement lors des pollutions atmosphériques. Il raconte, sans que nous ayons pu vérifier la véracité de la chose, qu’il y eut une fois une forte pollution un vendredi soir, et que le maire n’aurait découvert le fax d’alerte que le lundi matin, à la réouverture des bureaux, quand tout était fini et le danger passé.

13À côté des industriels, ce sont essentiellement les institutions et les instances politiques trop lointaines qui inspirent de la défiance, du doute ou de la confiance mesurée. Que cela soit vrai ou faux — il est difficile pour nous de l’évaluer —, on retrouve dans la bouche des enquêtés, des affirmations telles que : « De toute façon, ils font ce qu’ils veulent », « On ne saura jamais ce qui s’est vraiment passé » ; ou encore plus directement : « Ils mentent, ils nous cachent toujours quelque chose, ce n’est pas possible de leur faire confiance ». De manière générale, la défiance relative naît donc chez les habitants du village quand ceux-ci soupçonnent que les acteurs de la gestion du risque ont un comportement opaque ou équivoque, parce qu’orienté par d’autres fins — politiques, personnelles ou économiques — que le strict intérêt général.

2.4. Des variables socio-démographiques peu discriminantes

14En regroupant les effectifs de ceux qui ont répondu « tout à fait confiance » et « plutôt confiance » d’un côté et « plutôt pas confiance » et « pas confiance du tout de l’autre », on a pu distinguer des habitants « confiants » (72 %) et d’autres « défiants » (28 %) (Figure 6). Cet indicateur de « confiance/défiance » exprime en quelque sorte, comme nous l’avons vu plus haut, la force d’une relation composée à partir de plusieurs caractéristiques : familiarité avec les acteurs de la gestion du risque, compétences technico-scientifiques prêtées à ceux-ci, rapport à l’ordre social (peur de l’anomie face au danger), etc. À partir de là, pour tenter de caractériser socialement cette relation, nous avons croisé les valeurs prises par cet indicateur avec des éléments importants de l’identité sociale des habitants : PCS, genre, âge. Mais nous avons eu la surprise de constater qu’aucun de ces facteurs socio-démographiques n’est déterminant pour rendre compte de la présence ou l’absence de confiance (Figures 7 et 8) Ainsi, on constate que ces caractéristiques sociales, habituellement considérées comme très discriminantes pour la perception du risque et des institutions chargées de le gérer (Peretti-Watel, 2000), ne permettent pas, dans le cas de Diguebourg, de distribuer la confiance. Sans que l’on puisse vraiment savoir si cette absence de corrélation attendue est due à la faiblesse des effectifs étudiés — conséquence de la taille restreinte de la population mère — ou plutôt à la force des liens qui unissent la population interrogée.

Figure 6 : Confiance globale, confiance/défiance

Confiance/défiance

Nombre de Citations

Fréquence

Confiance

113

72 %

Défiance

44

28 %

TOTAL

157

100 %

Figure 7 : Confiance et défiance selon le genre

Degré de confiance/genre

Masculin

Féminin

TOTAL

Confiance

74 %

70 %

72 %

Défiance

26 %

29 %

28 %

TOTAL

100 %

100 %

100 %

Figure 8 : Confiance et défiance selon l'âge

Âge moyen

Confiance

44

Défiance

43

TOTAL

43

15Face à cette absence de lien entre la valeur prise par l’indicateur de « confiance/défiance » et les caractéristiques sociales courantes (ou d’autres critères que nous n’avons pas présentés ici, tels que « la durée de vie dans le village » ou « le niveau de revenu »), nous devons repartir du constat que la relation de confiance est composite et qu’elle repose essentiellement sur l’articulation entre savoir et expérience.

3. La relation de confiance à Diguebourg

3.1. Une confiance élastique

16Face au danger, comme dans presque n’importe quelle situation, savoir et ignorance se combinent pour déterminer des hypothèses sur des conduites futures. Un individu se posera, par exemple, la question : que se passera-t-il en cas d’accident, d’explosion ? Il peut supposer que les pompiers feront leur travail, et qu’ils le feront bien. Il peut aussi dire qu’« on ne peut pas compter sur les politiques ». Dans le cas de Diguebourg, une première forme de confiance rassemble donc et hiérarchise les acteurs du risque sur une échelle de valeur « technico-scientifique », ce que montre bien la figure 5. Les habitants font ainsi plus confiance aux pompiers qu’aux politiques ; ils ont une confiance plus élevée dans les techniciens que dans les autres acteurs, etc. Ces formes de confiance se mêlent les unes aux autres en profils caractéristiques de la relation. On peut alors tenter de décrire ce lien de confiance que les Diguebourgeois établissent envers les différents acteurs présents dans le dispositif.

17En utilisant différemment les données recueillies par l’enquête par questionnaire, il est possible de faire émerger une typologie de la confiance. Pour obtenir celle-ci, nous avons d’abord travaillé à une classification des variables portants sur la confiance, utilisant ainsi la méthode qui sert en général à identifier des groupes d’individus homogènes dans une population, ou des catégories de réactions, ou encore des classes idéologiques. Une telle opération a été possible grâce à notre point de vue théorique de départ, qui fait de la confiance un ensemble mixte résultant de l’assemblage de faits, de gestes, d’opinions, d’images différemment combinées. Quatre classes correspondant à des formes que peut prendre la confiance au sein de la population de Diguebourg se dégagent. Chacune d’elles rassemblant des individus dont les réponses sont, en moyenne, proches les unes des autres, elles peuvent être considérées comme homogènes. Et la dispersion au sein de chaque classe étant plus faible que la dispersion entre les classes, elles sont bien distinctes les unes des autres. À ces quatre classes correspondent donc des types de confiance différents (voir Figure 10 en page 80), que nous avons nommés et définis comme suit :

  • Le premier type peut être dit de « confiance globale », puisque les individus se montrent plutôt confiants ou très confiants envers l’ensemble des acteurs du risque.

  • Le deuxième est caractérisé par le bon crédit donné à l’ensemble des acteurs politiques, Europe non comprise, et peut donc être appelé « confiance au politique ».

  • Un troisième type, nommé « confiance aux spécialistes », regroupe les individus donnant créance aux « hommes de la technique » (industriels, DDE et DRIRE) pour gérer le risque. Souvent, ces individus possèdent eux-mêmes, du fait de leur parcours professionnel opéré dans l’industrie ou l’artisanat, de bonnes « compétences technico-scientifiques ».

  • Un dernier type peut être appelé « confiance de proximité », puisque c’est à la mairie de Diguebourg, aux pompiers et à la police que la confiance est principalement accordée. C’est ici la dimension que nous avons qualifiée de « familiarité » qui est déterminante.

18Ces profils, qui matérialisent les différentes formes que peut prendre la confiance lorsqu’on la considère comme un lien social, mettent bien en évidence la plus ou moins grande élasticité de celui-ci. Dans le premier type, le lien social est « large et tendu » et englobe dans une même sphère de confiance les habitants et les différents acteurs chargés de gérer le risque ; au contraire, le lien se fait plus « étroit et distendu » dans les autres types et exclut tour à tour de cette sphère les techniciens, les institutions lointaines, etc. En se référant à cette typologie, les contours de la confiance peuvent donc être vus comme une figure « à géométrie variable », difficile à bien dessiner d’emblée, mais qui peut être néanmoins précisée si l’on s’abstient d’appliquer des modèles standards à des territoires différents et que l’on fait au contraire l’effort de mener des enquêtes locales, contextualisées.

3.2. Une confiance inconditionnelle en la famille

19On peut aussi entamer la description de cette relation de confiance diguebourgeoise en l’appuyant sur des informations de type ethnographique. En effet, sur le terrain, en parallèle à la passation des questions — qui prenait de trente à cinquante minutes — nous avons souvent noté, dans les marges mêmes du questionnaire, des phrases prononcées par nos interlocuteurs et qui nous paraissaient éclairer tel ou tel thème abordé. Par ailleurs, nous avons observé la vie quotidienne du village et détaillé avec attention les maisons dans lesquelles nous étions reçus. Ce matériau qualitatif, utilisé pour enrichir, nuancer, éclairer, ré-organiser et recoder les données chiffrées issues du questionnaire, nous a permis de constamment nous déplacer entre deux pôles — ethnographique et quantitatif — se nourrissant mutuellement (Passeron, 2006). Et c’est en conjuguant ces données qualitatives avec celles, quantitatives, issues de l’exploitation du questionnaire, que nous allons maintenant essayer de décrire plusieurs modalités de confiance rencontrées à Diguebourg.

  • 6 En mai 2005 a eu lieu un exercice d’évacuation générale du village, et les Diguebourgeois estiment, (...)

20À Diguebourg la confiance première, invisible dans le questionnaire mais qui a émergé au cours de l’observation ethnographique, va à ce groupe social le plus souvent étroit qu’est la famille. Dans ce cas, la relation de confiance peut même être qualifiée d’« inconditionnelle », pour reprendre le terme de N. Luhmann (Ogien et Quéré, 2006, p. 9). En effet, c’est avec la famille que les Diguebourgeois déclarent envisager de s’enfuir, à travers champs, en cas d’accident. Cette mise au premier plan de la famille est d’ailleurs confirmée par les résultats de l’enquête quantitative, qui l’installent au sommet des valeurs dominantes de cette population. Évidemment, rien ne prouve que la réalité serait, le cas échéant, conforme au discours tenu aux enquêteurs ; celui-ci marque peut-être simplement le fait que la famille est une instance de socialisation et de vie suffisamment prégnante à Diguebourg pour inspirer une confiance quasi aveugle. Les villageois, même s’ils en rêvent, savent bien qu’il n’est pas réaliste de partir à travers champs, individuellement ou à plusieurs. Ils ont l’expérience de la fuite (au moins de son simulacre) qu’ils ont éprouvé à travers l’exercice d’évacuation organisé par les autorités6, et connaissent bien la nature du terrain qu’ils devraient traverser : les champs boueux, les étangs, les fossés, les routes bloquées qui rendraient difficile le passage. La fuite familiale n’est donc pas sûre, son éventuelle réussite est loin d’être assurée ; elle fonctionne surtout comme un idée rassurante, un horizon inaccessible. Les familles se doivent donc de déléguer le soin de leur organiser une évacuation facile et fiable à d’autres acteurs : les pompiers, la police, la mairie du village, etc.

3.3. Une confiance pragmatique chez les plus sceptiques

  • 7 Ils sont conscients que les industriels sont les meilleurs connaisseurs de ces « systèmes experts » (...)

21Ce qui vient d’être dit sur la famille fait apparaître que si la relation de confiance permet de tenir le danger à distance en fabriquant du lien social, ce sentiment d’assurance plus ou moins grande est indubitablement lié à la nature du risque encouru. Ce que met bien en évidence la confiance de ceux des Diguebourgeois que l’on a appelés les « défiants ». En croisant les résultats de la typologie de « confiance » (Figure 9) avec l’« indicateur de confiance/défiance », on observe alors que la césure entre les individus exprimant de la confiance et ceux exprimant de la défiance se fait essentiellement sur la dimension technique et pratique de la gestion du risque (Figure 10). Si les individus « confiants » répartissent leur confiance entre les différents acteurs du risque, c’est néanmoins aux spécialistes qu’ils l’attribuent le moins volontiers (5 %). À l’inverse, quand les individus classés comme « défiants » accordent un peu de confiance, ils le font au bénéfice de ceux qu’ils ressentent comme proches ou familiers (22 % des cas) et, encore plus nettement, des détenteurs d’une forte compétence technique (dans 55 % des cas). On a là une nouvelle preuve du caractère composite de cette relation de confiance. Évidemment, les répondants ne feront confiance aux pompiers que si le danger entre dans leurs compétences : ils savent que ceux-ci peuvent maîtriser le feu, ou plutôt ils savent (comme tout un chacun) que personne ne maîtrise le feu mieux qu’eux dans notre société. De même, ils feront confiance aux « politiques » – plutôt qu’aux pompiers, aux ingénieurs de la DRIRE, etc. – essentiellement si le risque encouru est celui d’une guerre entre États. Cette forme de confiance pragmatique de ceux qui ne font pas facilement confiance apparaît alors comme un phénomène lié à la perception, par une population donnée, d’une compétence sectorielle concrète et susceptible d’engendrer des actions efficaces face à un certain type de menace. La confiance de ces « sceptiques » est, en quelque sorte, une confiance a minima. Elle dénote un pragmatisme pessimiste. Ainsi, concernant les industriels, qui sont là assis sur « le même tonneau de poudre » qu’eux, et qui ont « des intérêts dans l’affaire », les « faiblement confiants » peuvent les soupçonner de « cacher des choses », ils savent néanmoins qu’ils possèdent l’expertise et les compétences nécessaires pour gérer le risque, dont leurs activités de production déterminent la nature — ici chimique7.

Figure 9 : Les différents types de confiance

Types de confiance

Nombre de citations

Fréquence

Confiance globale

60

38 %

Confiance aux politiques

27

17 %

Confiance aux spécialistes

30

19 %

Confiance de proximité

39

25 %

TOTAL

156

100 %

Figure 10 : Types de confiance selon le degré de confiance globale

Type de confiance

Confiance globale

Confiance aux politiques

Confiance aux spécialistes

Confiance de proximité

TOTAL

Degré de confiance

 

 

 

 

 

Confiance

53 %

19 %

5 %

22 %

100 %

Défiance

0 %

14 %

55 %

32 %

100 %

TOTAL

38 %

17 %

19 %

25 %

100 %

3.4. Une confiance volontariste

22On peut également analyser l’attitude des Diguebourgeois vis-à-vis des acteurs de la gestion du risque à travers la notion de confiance « décidée » (Luhmann, 2006). Celle-ci relève d’un calcul qui met en balance avantages et inconvénients d’une situation. Ainsi, pour les habitants de Diguebourg, ne pas être là, ne pas habiter le village, ce serait renoncer à un certain nombre d’avantages – surtout à celui d’être propriétaire d’une vaste maison dans un espace « bien tranquille » (à l’abri de la petite délinquance, des incivilités...). En revanche, être là, pour bénéficier de ces avantages, c’est choisir d’avoir confiance envers et contre le danger ; c’est l’« euphémiser » et attribuer une bonne fiabilité aux acteurs du risque (Heimer, 1988). Ce calcul, imparfait, orienté par d’autres finalités que l’enjeu de sécurité, est en quelque sorte biaisé. On est là face à un cas de dissonance cognitive, puisque l’on a affaire à « un individu de mauvaise foi qui rationalise ex post son comportement, en trouvant des "raisons de couverture" », et non à un individu qui « croit à des raisons fortes qui justifient ex ante son comportement » (rationalité cognitive) (Peretti-Watel, 2000, p. 197).

23Bien sûr, dans l’esprit des Diguebourgeois, la situation limite – l’accident majeur provoquant des dégâts humains « incalculables » (« on sera vitrifié », « c’est sûr, à cause de l’effet domino le village sera rasé ») – est considérée comme inacceptable ; mais si la possibilité d’un tel événement n’est pas exclue, elle reste, d’une certaine manière, dans une forme d’impensé. « J’aime mieux ne pas penser à ce qui se passerait », disent les habitants les plus fortement confiants, qui refusent d’avoir « les yeux pour voir », c’est-à-dire pour anticiper ce qui est certes peu probable mais nullement exclu. Car si la confiance « décidée » est tributaire de la proximité physique attribuée aux acteurs, celle-ci n’est qu’un critère parmi d’autres. Et celui de la compétence est tout aussi important : il n’est guère étonnant qu’un homme politique ou un administratif soit jugé peu compétent face à un risque chimique. On notera d’ailleurs que si les habitants font confiance aux élus, c’est, d’une certaine manière, qu’ils ont choisi d’enchanter le monde qui les entoure, de « jouer » l’optimisme plutôt que le pessimisme. En plus d’être « décidée », elle est donc aussi « attribuée ». Attribuer sa confiance, c’est aussi rationaliser un rapport au risque, montrer que l’on « ne fait pas n’importe quoi », que l’on a réfléchi avant d’agir comme on le fait (c’est donner des « raisons fortes » à ses croyances, dirait R. Boudon, 2003). Les Diguebourgeois ne font, sur ce point, pas exception à la règle : l’enquête montre que la plupart d’entre eux revendiquent le fait d’habiter le village comme le fruit d’une décision, pas d’une ignorance ou d’une résignation. Car si les habitants de Diguebourg ne constituent pas une population bénéficiant d’une relation experte ou distanciée au risque (comme celle des industriels ou des ingénieurs de la DRIRE et de la DDE), ni une population économiquement et socialement particulièrement favorisée, elle est dans son ensemble plutôt bien informée sur le risque industriel encouru (par la force du dispositif SEVESO). Dans le village, tous sont plus ou moins conscients des dangers liés à leur environnement (grâce aux campagnes d’information, à l’exercice d’évacuation, aux alertes réelles, etc.) ; et si certains « choisissent » d’« euphémiser » ceux-ci, les habitants ne sont, dans leur ensemble, ni des ignorants ni des inconscients. On peut alors dire, en suivant sur ce point P. Peretti-Watel (2003, p. 90), que les « profanes » de ce village n’ont guère d’autre choix que d’être « confiants » et que c’est cette attitude qui leur permet de poursuivre « normalement » leur vie et leurs activités dans cet environnement dangereux.

Conclusion

24En commençant cet article, nous nous étions posé la question de savoir ce que l’on mesure lorsque l’on mesure la confiance, il est maintenant temps de récapituler. Estimer la confiance c’est estimer une représentation, celle que des acteurs se font des autres au regard d’une situation. Dans cette perspective, mesurer le degré de confiance, c’est-à-dire en chercher les indicateurs, c’est d’abord mesurer la qualité d’une socialisation, ici essentiellement familiale. C’est aussi évaluer la vitalité d’une population, sa foi en un avenir plus ou moins « sécurisé », plus ou moins vivable. Enfin, mesurer la confiance en situation de risque, c’est objectiver la représentation synthétique que les gens se font d’un danger donné, ici technologique et chimique.

25Dans le cas de Diguebourg, ce que nous précise l’échelle de la confiance, c’est que les habitants connaissent les dangers auxquels leur situation au cœur d’un site industrialo-portuaire les expose. Ainsi, tous les répondants de l’enquête, qu’ils soient « confiants » ou « défiants », savent que le danger est chimique, qu’il s’exprime par l’explosion et le feu et que les pompiers sont mieux placés que les politiques pour régler ce type de problème. Par ailleurs, après re-codage, regroupement, mise en typologie et croisement, les tableaux mesurant la confiance permettent de pointer que la population de Diguebourg est globalement « plutôt confiante » (72 %) et, d’autre part, que la ventilation de cette « confiance » ne se réalise pas sur la base du genre, de la PCS ou de l’âge des enquêtés.

26On notera également que la fiabilité est traditionnellement attribuée à des acteurs proches et bien identifiés – les pompiers, la police, etc. –, et ce en accord avec l’idée que la confiance exprimée envers des acteurs entretient des liens avec leur « visibilité ». Les formes de la confiance, représentées comme « globale », « attribuée aux politiques », « attribuée aux spécialistes » et « de proximité », permettent alors de bien saisir que « la confiance » est une construction localisée et spécifique à une population donnée (ici resserrée sur elle-même et dotée de caractéristiques sociales peu différenciées), et qu’elle ne peut donc être déterminée a priori.

27Les formes de la confiance ne sont en effet pas fixées une fois pour toutes, elles peuvent varier, se transformer, glisser de l’une vers l’autre en fonction des circonstances ; les appréhender suppose donc de pratiquer des études localisées, mêlant, chaque fois que possible, enquête quantitative (par questionnaire) et enquête qualitative (par entretiens ou observation participante).

Haut de page

Bibliographie

BOUDON, Raymond. 2003. Raison, bonnes raisons. Paris. Presses Universitaires de France (« philosopher en sciences sociales »), 192 p.

D’ERCOLE, Robert et PIGEON, Patrick. 1999. L’expertise internationale des risques dits naturels : intérêt géographique. Annales de Géographie, 608, 339-357.

DURKHEIM, Emile. 1975. Le suicide. Paris : Presses Universitaires de France, 462 p.

GIDDENS, Anthony. 1994. Les conséquences de la modernité. Paris . L’Harmattan. collection « théorie sociale contemporaine », 192 p.

HEIMER, Carol. A. 1988. Social structure, psychology, and the estimation of risk. Annual Review of Sociology, 14, 491-519.

INSEE. 2005. Tableaux économiques du Nord-Pas-de-Calais. Lille.

IRSN. 2006. La perception des risques par les Français. Résultats d’ensemble. Paris, Institut de Radioprotection et de sûreté nucléaire. 106 p.

LAGADEC, Patrick. 1981. La civilisation du risque : catastrophes technologiques et responsabilité sociale. Paris. Seuil, 236 p.

LUHMAN, Niklas. 2006. La confiance : un mécanisme de réduction de la complexité sociale traduit de l'allemand par Stéphane Bouchard ; introduction à l'édition française par Lukas K. Sosoe. – Paris. Economica, 123 p.

MEUR-FEREC, Catherine., DEBOUDT, Philippe., DELDREVE, Valérie., FLANQUART, Hervé., HELLEQUIN, Anne-Peggy., HERBERT, Vincent et MOREL, Valérie. 2003-2004. La vulnérabilité des territoires côtiers : évaluation, enjeux et politiques publiques, Programme National Environnement Côtier (PNEC), quatre rapports de contrat IFREMER.

MOREL, Valérie. DEBOUDT, Philippe. HELLEQUIN, Anne.-Peggy. HERBERT, Vincent. MEUR-FEREC, Catherine. 2006. Regard rétrospectif sur l’étude des risques en géographie à partir des publications universitaires (1980-2004). L’Information Géographique. vol. 70. pp. 6-24

OGIEN, Albert et QUERE, Louis. 2006. Les moments de la confiance. Paris. Economica, « Études sociologiques ». 232 p.

PASSERON, Jean-Claude. 2006. Le raisonnement sociologique. Paris. Albin Michel. 665 p.

PERETTI-WATEL, Patrick. 2000. Sociologie du risque. Paris; Armand Colin. 286 p.

SIMMEL, Georg. 1999. Sociologie, Études sur les formes de la socialisation. Paris. Presses Universitaires de France, « sociologies ». 442 p.

Haut de page

Notes

1 Pour des raisons de confidentialité habituelles dans ce genre d’enquête, les noms des localités citées dans cet article ont été modifiés.

2 Les îlots Iris constituent la plus petite unité disponible de l’information INSEE.

3 Lors du référendum sur la constitution européenne du 29 mai 2005, le non l’a emporté à Diguebourg avec 72,7% des suffrages exprimés (59,17% sur l’ensemble des bureaux de Grandeville, et 54,67% sur l’ensemble du corps électoral français).

4 Selon le baromètre de l’IRSN (Institut de Radiotechnique et de Sûreté Nucléaire), la science bénéficie d’une bonne image auprès des Français, et la confiance de ceux-ci en celle-là semble même avoir crû récemment : 10,9% des Français lui font beaucoup plus confiance qu’il y a une dizaine d’années, 46,8% lui font plus confiance, soit au total 57,7% des Français pour qui la confiance a augmenté. Et si on ajoute ceux pour qui la confiance est restée stable, on arrive au total de 84,4% ; seuls 14,1% font moins confiance ou beaucoup moins confiance en la science qu’il y une dizaine d’années (IRSN 2006, p. 26).

5 Le terme « anomie », forgé par Emile Durkheim (1999) à partir du terme grec nomos (organisation, ordre...) et du préfixe privatif « a », caractérise l’absence ou la disparition de loi ou d’organisation au sein d’une société ou d’un groupe social.

6 En mai 2005 a eu lieu un exercice d’évacuation générale du village, et les Diguebourgeois estiment, dans leur majorité, qu’il a été raté, du fait d’une préparation insuffisante. Du côté des autorités, on justifie les dysfonctionnements constatés par la malchance qui a voulu qu’à l’heure programmée pour l’exercice, les pompiers aient été mobilisés pour une alerte réelle dans la centrale nucléaire située à une dizaine de kilomètres de Diguebourg.

7 Ils sont conscients que les industriels sont les meilleurs connaisseurs de ces « systèmes experts » (Giddens, 1994) particuliers que constituent les raffineries d’hydrocarbure et les usines pétrochimiques.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Répartition par âge des Diguebourgeois en 1990 et 1999
Crédits rgp, Iris 1999
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/567/img-1.png
Fichier image/png, 101k
Titre Figure 2 : Répartion des foyers selon le nombre de personnes
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/567/img-2.png
Fichier image/png, 116k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Flanquart, Anne-Peggy Hellequin et Pascal Vallet, « Faire ou non confiance aux gestionnaires du risque ? », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 1 | 2007, mis en ligne le 15 février 2012, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://tem.revues.org/567 ; DOI : 10.4000/tem.567

Haut de page

Auteurs

Anne-Peggy Hellequin

Maître de conférences en géographie
Université du Littoral Côte d’Opale
Institut des Mers du Nord
21 quai de la Citadelle 59140 Dunkerque
aph@univ-littoral.fr

Articles du même auteur

Hervé Flanquart

Maître de conférences en sociologie
Université du Littoral Côte d’Opale
Institut des Mers du Nord
21 quai de la Citadelle 59140 Dunkerque
herve.flanquart@univ-littoral.fr

Articles du même auteur

Pascal Vallet

Maître de conférences en sociologie
Université Jean Monnet de Saint-Etienne – Modys
6 rue basse des Rives 42023 Saint-Etienne
pascal.vallet@univ-saint-etienne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page