Navigation – Plan du site
Articles

Les interactions entre eau douce et eau marine : étude des risques potentiels et modalités de gestion1

Fresh and Coastal Water in Interactions: Hazards Characterization and Management Processes
Jérôme Longuepée et Olivier Petit
p. 14-30

Résumés

Cet article examine la manière dont les risques résultant de l’interaction entre l’eau douce et l’eau marine sur un territoire hybride, situé entre terre et mer – le littoral – amènent à interroger les modalités de gestion des ressources naturelles et de l’environnement. Après avoir rappelé le caractère bidirectionnel des risques sur le littoral lorsqu’ils sont véhiculés par l’eau, nous analysons deux approches de gestion intégrée : la gestion intégrée des ressources en eau et la gestion intégrée des zones côtières. Tout en reconnaissant de nombreux points communs à ces deux approches, nous soulignons la nécessité de dépasser cette distinction qui tend à cloisonner des politiques qui mériteraient, au contraire, d’être envisagées de concert. Enfin, en nous appuyant sur l’exemple du territoire des Wateringues, situé dans la région Nord-Pas-de-Calais, nous illustrons les défis auxquels sont confrontées ces zones domestiquées par l’homme depuis plusieurs siècles, mais soumises à de multiples pressions et lieux de conflits d’usage que les risques peuvent parfois exacerber.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Nous tenons à remercier les deux lecteurs anonymes de la revue ainsi que Stéphane VANHEE de l’insti (...)

1La zone littorale, située à l’interface terre-estran est sujette aujourd’hui à des enjeux grandissants (urbanisation, tourisme, environnement...) qui engendrent mécaniquement une inflation des conflits d’usage. Cependant, cette dernière relève également des interactions qu’elle entretient avec l’intérieur des terres. Ces interactions prennent une figure spécifique au travers de certains vecteurs, comme l’eau notamment. Dans ce cadre, les conflits d’usage sont l’expression de risques spécifiques tels que le risque d’inondation, de pollution ou de pénurie pour l’alimentation en eau potable.

2La prise en charge de ces risques est toutefois délicate à assurer. Le territoire côtier, où se concentre géographiquement la majorité des risques recensés, ne se construit pas autour des interactions entre eau douce et eau marine. Comme le soulignent V. Morel et al. (2004 : 142), « Sur ce territoire, l'eau est rarement au cœur des problématiques ; elle est intégrée dans des approches sectorielles. Ainsi, l'eau est soit porteuse de ressources (pêche, aquaculture...), d’aménités (baignade, vue sur la mer, promenade...), soit vecteur de risques (érosion, submersion, pollution...). Elle apparaît donc comme un agent ambivalent, aux caractères positifs ou négatifs selon les circonstances et les approches ».

3Mais, depuis une dizaine d’années on assiste, sur la scène internationale, à des recommandations visant à mettre en œuvre des approches intégrées dans la gestion des ressources naturelles et de l’environnement. Ces approches se déclinent, pour l’objet qui nous concerne, en une Gestion Intégrée des Zones Côtières (GIZC) et une Gestion Intégrée des Ressources en Eau (GIRE). Pourtant, bien que ces deux approches relèvent de la même philosophie et tentent d’englober l’ensemble des défis qui sont posés par les acteurs, les ressources et les activités concernées sur les territoires où elles opèrent, elles se sont développées de manière relativement autonome. De telles approches sont-elles adaptées pour prendre en charge les risques liés aux interactions entre eau douce et eau marine sur le littoral ? Sont-elles mutuellement exclusives ou bien est-il envisageable de les combiner ? Sur quels principes reposent-elles ? Comment peut-on rendre opérationnels ces principes ? Les expériences anciennes de gestion des risques liés à l’eau s’inscrivent-elles dans cette logique ?

4Afin d’envisager toutes ces questions, nous reviendrons d’abord sur l’ensemble des risques liés à l’eau sur le littoral, en mobilisant les données scientifiques récentes sur le sujet. Nous soulignerons alors les interdépendances spatiales entre les risques recensés et les phénomènes qui engendrent ces risques. Puis, nous engagerons une discussion sur les origines et sur les rapprochements nécessaires qu’il convient d’opérer entre la GIZC et la GIRE. Enfin, nous étudierons les problèmes de gestion des eaux à la fois marines et continentales sur le territoire des Wateringues du Nord-Pas-de-Calais ainsi que les modalités de la gestion de ces interactions, en soulignant l’importance d’une prise en compte des solidarités territoriales qui se tissent dans ce type de situation, afin de comprendre comment les principes de la gestion intégrée sont mis en œuvre.

1. Les interactions eau douce – eau salée en zone littorale sont-elles vecteurs de risques ?

5Les écosystèmes littoraux, réputés être parmi les plus vulnérables, sont sujets à des pressions anthropiques multiples, du fait notamment de l’urbanisation croissante, du développement du tourisme côtier ou de phénomènes tels que les marées noires. L’eau sert alors souvent de vecteur aux risques subis par les écosystèmes comme par les communautés humaines. Mais l’espace littoral est aussi le lieu de rencontre de l’eau douce et de l’eau marine et les interactions entre ces deux éléments peuvent parfois être elles aussi à l’origine de risques, comme les inondations qui surviennent en cas de crue d’une rivière couplée à une surcote marine. Évidemment, l’importance de l’aléa dépend aussi des enjeux concernés. Ces situations peuvent recouvrir un caractère dramatique pour les activités humaines, dans la mesure où de nombreuses villes à travers le monde se situent sur le littoral. Le second rapport mondial des Nations Unies sur la mise en valeur des ressources en eau (UNESCO, 2006 : 10) insiste sur ce point lorsqu’il souligne : « Non seulement beaucoup de grandes villes et de mégapoles du monde se situent sur le littoral mais les densités rurales près des côtes augmentent également. Nombre de ces localités se situent à peu près au niveau de la mer ou en dessous. Par conséquent, le risque d'inondation augmente au même titre que le niveau de la mer ou l'intensité et la fréquence des tempêtes. Le caractère vulnérable des populations habitant ces régions représente un défi supplémentaire pour les autorités civiles responsables ». Mais, au-delà des enjeux mentionnés dans le rapport, la dégradation des écosystèmes littoraux peut être engendrée par plusieurs phénomènes distincts (pollution de l’eau douce par les nitrates, dysfonctionnement ou sous-dimensionnement des systèmes d’assainissement...) et avoir des impacts économiques, sociaux et environnementaux à plus ou moins long terme.

1.1. Les risques générés par la pollution de l’eau douce sur la qualité de l’eau de mer

  • 2 Il en existe six sur le territoire métropolitain.

6Pour bien prendre la mesure de ces phénomènes, il est utile de se référer aux indicateurs établis dans le cadre des documents de suivi de l’état de l’eau douce, qui font référence aussi aux impacts de la pollution de l’eau douce sur le littoral. Dans le contexte français, la gestion de l’eau douce est répartie depuis la loi de 1964 par grands bassins hydrographiques et chaque Agence de l’Eau2 a mis en place, suite à la loi sur l’eau de 1992, un Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE). Ce document fixe les orientations pour une gestion équilibrée de l’eau dans chaque grand bassin. Parmi les enjeux jugés prioritaires pour les bassins ouverts sur le littoral, on retrouve la préservation et la restauration des écosystèmes littoraux. Trois grands types d'indicateurs d'état du milieu sont actuellement suivis dans le cadre des tableaux de bord des SDAGE, même si chaque SDAGE, en fonction des spécificités du bassin concerné, ne suit pas l'ensemble de ces indicateurs. Ces indicateurs révèlent les risques auxquels sont soumis les écosystèmes littoraux, du fait des interactions susceptibles de se produire suite à la pollution de l’eau douce.

7Le premier indicateur fait le point sur l’eutrophisation des eaux littorales (phénomène connu aussi sous le nom de marées vertes). Le tableau de bord 2003 du SDAGE Loire-Bretagne (DIREN Centre, DIREN de bassin Loire-Bretagne, 2003 : 65) précise ainsi : « La cause de ces proliférations est liée à l’augmentation des flux de nitrates printaniers parvenant à la côte. Ils sont le fait dans la majorité des cas, de l’intensification de l’agriculture. Ce phénomène se développe préférentiellement en fond de baie, dans les sites comportant une plage sableuse en pente douce, une masse d’eau peu renouvelée et recevant des apports excessifs de nitrates ». On peut souligner l’interdépendance des activités économiques présentes ou non sur le littoral, dans la mesure où la pollution diffuse par les nitrates (essentiellement d’origine agricole) génératrice de marées vertes, peut avoir une incidence sur le tourisme balnéaire, mais aussi sur la pêche côtière. Mais au-delà des considérations spatiales, la dimension temporelle est elle aussi en jeu dans la mesure où la pollution par les nitrates a des incidences contrastées suivant le couvert végétal (possibilité de cultures dites « pièges à nitrates »), la topographie, etc. ; si bien que le délai de transfert des nitrates vers l’eau douce (le lessivage des nitrates), puis ultimement vers le littoral, est très variable. Dans ce contexte, même avec un changement des pratiques agricoles et d’élevage, la présence d’algues vertes sur les côtes pourrait continuer à progresser pendant plusieurs années. De fait, ce phénomène de marées vertes est en progression sur le littoral breton, puisque le tableau de bord indique que le nombre de sites où une marée verte de plus ou moins grande envergure a été observée, a augmenté de plus de 10 % sur cinq ans.

  • 3 Source : http://baignades.sante.gouv.fr/​

8Le second indicateur s’attache à la qualité des eaux de baignade, mais son suivi révèle aussi de manière plus générale la pollution de l’eau marine engendrée ou aggravée par les activités humaines. En effet, si l’eau peut être considérée comme trop polluée pour permettre la baignade, on peut imaginer l’importance du suivi de cet indicateur pour la protection des écosystèmes littoraux, mais aussi pour le maintien d’autres activités économiques sur le littoral (conchyliculture notamment). Le suivi de la qualité sanitaire des eaux de baignade repose sur deux grands types de paramètres : des paramètres microbiologiques et des paramètres physico-chimiques. Comme le rappelle le Ministère de la Santé et des Solidarités, « les paramètres microbiologiques sont des germes témoins de contamination fécale qui ne sont pas dangereux en eux mêmes, mais dont la présence peut s'accompagner de celle de germes pathogènes. Le risque sanitaire augmente avec le niveau de contamination de l'eau par ces indicateurs de pollution »3. Les paramètres physico-chimiques font l’objet, dans un premier temps, d’une mesure visuelle ou olfactive. On retrouve parmi ces paramètres les mousses, les phénols, les huiles minérales, la couleur, les résidus goudronneux et les matières flottantes, ainsi que la transparence. D’autres paramètres plus spécifiques peuvent être mesurés, suivant les circonstances (pH, nitrates, phosphates, chlorophylle, micro-polluants...). Suite à la directive européenne 76/160/CEE sur la qualité des eaux de baignade (Conseil des communautés européennes, 1976), le suivi de la qualité de ces eaux a été rendu obligatoire dans les pays de l’Union Européenne durant la période balnéaire. En France, ce sont les Directions Départementales des Affaires Sanitaires et Sociales (DDASS) qui sont chargées de ce suivi. Le rapport pour la saison balnéaire 2005 de l’état sanitaire des eaux de baignade en mer et en eau douce (Ministère de la Santé et des Solidarités, 2006) indique qu’entre 2003 et 2005, le pourcentage des eaux de baignade non conformes s’établissait dans une fourchette relativement stable comprise entre 3,1 et 4,3 %, après une nette amélioration par rapport à l’année 2002 (voir figure 1). En outre, il est notable qu’en 2005, aucune analyse n’ait conduit à retenir le classement d’un quelconque échantillon dans la catégorie D (eau de mauvaise qualité), signalant par là que les échantillons non conformes révèlent uniquement un état de pollution momentané.

Figure 1 : Évolution des taux de conformité des points classés entre 2002 et 2005

Nombre et pourcentage de points conformes à la directive européenne

2002

2003

2004

2005

Baignades en mer

87,5 %

96,2 %

95,7 %

96,9 %

Baignades en eau douce

92,5 %

92,5 %

94,9 %

95,9 %

Ensemble des baignades

89,7 %

95,3 %

95,3 %

96,5 %

Source : Ministère de la Santé et des Solidarités, 2006 : 15

9Pourtant, il est intéressant de s’arrêter quelques instants sur les motifs de non-conformité à partir des analyses effectuées durant la saison 2005. D’après le Ministère de la Santé et des Solidarités (2006 :16), « les principales causes de non-conformité sont liées essentiellement à des problèmes structurels ou ponctuels de l'assainissement des collectivités. Elles justifient la nécessité pour les collectivités de poursuivre les efforts d'amélioration de la collecte et du traitement des eaux résiduaires ».La qualité de l’eau de baignade est donc fortement influencée par la gestion de l’eau douce réalisée en amont et par les investissements consentis par les collectivités et par les individus pour l’assainissement des eaux résiduaires. En effet, suivant le Ministère de la Santé et des Solidarités (2006), plus de 30 % des causes de pollution des eaux de baignade sont liées à une insuffisance structurelle de l’assainissement.

10Le troisième indicateur s’attache à la qualité des zones conchylicoles. La conchyliculture est une activité conditionnée par la qualité de l’eau de mer car les coquillages se nourrissent des matières organiques présentes dans le milieu et sont donc très sensibles aux pollutions bactériennes. Les coquillages fouisseurs (palourdes et coques) sont d’ailleurs plus sensibles encore à cette pollution que les coquillages non fouisseurs (huîtres et moules) car ils vivent dans les sédiments, milieu où se concentrent les pollutions bactériennes. La qualité des zones conchylicoles est estimée à partir d'études bactériologiques portant sur la présence d'Escherichia coli (E. coli), qui servent de germes tests de contamination fécale. En France, c'est le Réseau Microbiologique (REMI), animé par l'IFREMER, qui assure ce suivi. Comme le souligne ce dernier (IFREMER, 2004), « en pratique, le niveau du risque sanitaire est évalué en fonction de l'importance de la pollution d'origine fécale, c'est-à-dire de l'abondance des témoins (E. coli). La réglementation a ainsi défini 4 catégories (A, B, C, D) pour les niveaux de contamination des zones de production de coquillages. Par leur présence, ces témoins de contamination fécale indiquent la probabilité, mais non la certitude, d'une contamination par des pathogènes de même origine car la présence et le nombre des pathogènes dépendent de l'état de santé de la population responsable de la pollution fécale. À l'inverse, l'absence de témoin n'est pas une preuve de l'absence de risque sanitaire car certains microorganismes pathogènes, en particulier les virus, peuvent survivre plus longtemps qu'E. coli dans les eaux littorales et les coquillages ».

11Là encore, il est intéressant de s’attarder sur les causes de la pollution : « La contamination bactériologique des eaux littorales est essentiellement due, plus ou moins directement, aux activités terrestres (l’urbanisation, l’agriculture et dans une moindre mesure, les activités nautiques).(...) Les secteurs les plus contaminés sont généralement situés en fond d’estuaire, dont les eaux sont dégradées par l’ensemble des rejets microbiologiques issus des activités domestiques et d’élevages développées sur les bassins versants » (DIREN Centre, DIREN de bassin Loire-Bretagne, 2003 : 71). Ce troisième indicateur met une fois de plus en évidence l’interdépendance qui existe entre le bassin versant et le littoral.

12Cependant, après nous être arrêtés sur les conséquences de la pollution de l’eau douce sur la qualité du milieu marin côtier, il est intéressant de voir quels sont les impacts de l’eau de mer sur l’eau douce.

1.2. Le caractère bidirectionnel des risques liés à l’eau en zone côtière

13Le caractère bidirectionnel des risques liés à l'eau sur les territoires côtiers est bien souligné par V. Morel et al. (2004 : 149) qui précisent : « le littoral est un système à l'interface entre les hydrosphères marine et continentale qui s'interpénètrent et interagissent l'une sur l'autre. L’eau apparaît comme un vecteur renforçant la mobilité et les transferts de pollution et ce de manière bidirectionnelle. S’agissant des transferts d’eau continentale vers les eaux marines, ces mobilités remettent en cause des activités humaines (conchyliculture, baignade...). Quant aux eaux marines, elles peuvent provoquer la pollution chimique des estuaires et marais maritimes ou encore affecter les nappes phréatiques limitant considérablement les usages de ces derniers ».

  • 4 Note de bas de page dans l’édition originale.

14De fait, les territoires côtiers révèlent parfois des configurations géologiques spécifiques et la présence de nombreux aquifères côtiers, contenant une eau douce de bonne qualité destinée généralement aux usages agricoles, industriels et à l’alimentation en eau potable, permet de souligner les risques d’intrusion saline et leurs conséquences sur ces activités et sur les milieux (zones humides notamment) qu’ils contribuent à faire vivre. Comme le rappelle S. Ferrari (2003 : 55), « l’exploitation des nappes souterraines peut s’accompagner d’une contamination saline qui affecte alors durablement la qualité du stock d’eau douce. Cette question de la contamination de l’eau douce par intrusion saline d’eau de mer se pose avec acuité dans de nombreuses régions côtières du monde (...). Sous l’effet du pompage, la remontée du biseau salé [Le biseau salé représente l’interface eau douce-eau salée4] réduit en effet la disponibilité du stock d’eau douce. La qualité de la ressource est alors menacée et à la limite, aucun prélèvement n’est plus possible ». Notons que si les conséquences sanitaires de ces intrusions salines sont importantes, elles peuvent également gravement endommager les écosystèmes ou rendre non cultivables les terres agricoles si celles-ci sont irriguées à partir d’aquifères chargés en sel.

15Un second risque, le risque d'inondation, doit retenir notre attention, car outre les conséquences économiques, sociales et environnementales spécifiques qu'il génère, il exacerbe les risques de pollution sur le littoral. Les inondations dans cet espace sont potentiellement dévastatrices, particulièrement dans les zones de polders, et la construction de digues et d’ouvrages de défense maritime a été très tôt engagée. Dans les pays en développement cependant, les épisodes de fortes pluies tropicales peuvent avoir des conséquences humaines importantes, dans la mesure où les plus démunis sont souvent massés le long des côtes et sont régulièrement inondés, sinon noyés. On a pu mesurer l’ampleur de ce phénomène à l’occasion du Tsunami de décembre 2004 sur les côtes indonésiennes notamment. Si de tels événements constituent des risques naturels particuliers, les inondations n’épargnent pas pour autant les pays développés, dans des proportions souvent bien moins dramatiques, mais néanmoins coûteuses : on considère à ce propos que le tribut est généralement plus lourd en vies humaines dans les pays du Sud tandis que la question des coûts économiques se pose avec une acuité grandissante dans les pays du Nord. Les inondations de l’été 2002 au Nord de l’Allemagne, suite à une crue historique de l’Elbe, dont le niveau avait atteint plus de sept mètres (soit trois fois environ son niveau normal), en sont le témoignage (GéoRisques, 2003).

16Lors des épisodes d’inondations, un grand nombre de problèmes peuvent survenir. Nous nous limitons ici à quelques exemples sans souci d’exhaustivité.

17Premièrement, les inondations peuvent engendrer des désordres sanitaires. En effet, qu’elles soient provoquées par de fortes pluies ou soient générées par des intrusions d’eau de mer dans les deltas (phénomène assez rare dans les pays développés qui se sont dotés d’ouvrages de protection, mais que l’on peut constater plus couramment dans les pays en développement), la présence d’eau stagnante peut empêcher la distribution normale d’eau douce car les systèmes d’assainissement peuvent être endommagés ou ne pas fonctionner correctement. Ceci a des conséquences sanitaires évidentes, doublées de problèmes spécifiques posés par la très forte pollution des eaux, qui, en stagnant, vont se charger de polluants et permettre le développement de bactéries.

18Deuxièmement, les terres agricoles peuvent devenir impropres à la culture, suite à la salinisation des terres en cas de mélange d’eau de mer et d’eau douce. Tel est le cas décrit par la FAO (2005) consécutivement au Tsunami de décembre 2004.

19Troisièmement, la question des inondations en milieu littoral pose le problème de l’écoulement des eaux continentales, et plus particulièrement pour ce qui concerne les fleuves côtiers. En effet, les crues des fleuves côtiers peuvent résulter de la conjonction de plusieurs facteurs influençant les caractéristiques de l’aléa : les précipitations, la saturation des nappes phréatiques et une difficulté à l’écoulement à l’estuaire ou plus généralement à l’exutoire en cas de marée.

20On peut citer enfin le cas des précipitations engendrant, sur le littoral, des problèmes d’érosion côtière par ruissellement des eaux continentales. C’est le cas par exemple sur le littoral Côte d’Opale sur les falaises de craie du site du Cap Blanc-Nez ou encore dans le Finistère sur le site situé entre la baie des Trépassés et la pointe du Van.

21Ces exemples tendent ainsi à illustrer l’existence de liens de solidarités, parfois « malheureuses », que génèrent les flux d’eau qui se manifestent sur les espaces littoraux, et qui contribuent à leur caractérisation d’interface entre terre et mer.

22Comme nous avons pu le voir, les interactions entre eau douce et eau marine engagent à la fois les dimensions qualitatives et quantitatives et s’appliquent à de multiples échelles territoriales en convoquant, au-delà du seul espace littoral, une gestion sur l’ensemble du bassin versant. Par ailleurs, afin de prendre en compte simultanément les aspects économiques, sociaux et environnementaux de la gestion de l’eau-ressource, mais aussi de l’eau-milieu, support de vie des écosystèmes, il est nécessaire de privilégier une approche multidimensionnelle.

2. Pour une approche intégrée de la gestion des risques liés à l'eau sur le littoral

23S. Ferrari et P. Point (2003), en introduction d’un ouvrage collectif consacré à l’eau dans l’espace littoral insulaire soulignent d’emblée : « La focalisation sur le littoral ajoute bien sûr à la complexité de la gestion de la ressource en eau ; complexité liée aux interactions multiples entre eaux douces et eaux salées, complexité résultant aussi des pressions démographiques, sociales et économiques considérables et croissantes qui s’exercent dans les zones côtières. (...) Cette situation a conduit à s’interroger sur la pertinence des modalités de gestion par ce type de territoire. Face à un éclatement géographique et sectoriel des compétences, l’idée d’une nécessaire gestion intégrée est apparue. » Cette gestion intégrée, déclinée pour le littoral en Gestion Intégrée des Zones Côtières (GIZC) apparaît également aux yeux de V. Morel et al. (2004), comme l’unique moyen de prendre en compte les risques spécifiques liés à l’eau sur le littoral, compte-tenu des insuffisances des mécanismes de gestion des risques existants en France. On peut toutefois, sans remettre en cause ce double diagnostic, proposer une autre voie qui tente de concilier les impératifs de la GIZC à ceux de la Gestion Intégrée des Ressources en Eau (GIRE), comme invite à le faire un récent document du Fonds Français pour l’Environnement Mondial (2005). Cette perspective plaide finalement pour une approche globale et pour des mécanismes construits de manière procédurale, afin d’appréhender au plus près la complexité des enjeux, indépendamment de cadres d’application thématique.

24Nous souhaitons revenir dans la présente section sur les notions de GIZC et de GIRE pour montrer que ces deux approches relèvent d'une même volonté, mais que la polysémie qui caractérise l'usage de ces deux notions concourt à rendre délicate la formalisation d'une approche unifiée pour traiter du problème de l'interaction entre eau douce et eau marine. Cet état de fait entre en contradiction même avec l'objet de ces deux approches, dont la prétention holistique est tout à fait manifeste. Pourquoi dès lors ne pas revenir à une notion générale de Gestion Intégrée des Ressources Naturelles et de l'Environnement, plutôt que de vouloir développer pour chaque type de ressource ou de milieu, des concepts qui se croisent sans jamais réellement se rencontrer ?

2.1. Petite histoire comparée de l’émergence des notions de GIZC et GIRE

  • 5 Ils citent notamment une étude de la Commission Européenne en 1978 sur l'aménagement intégré du lit (...)
  • 6 L’article 17.28, alinéa h de l’Agenda 21 de Rio recommande ainsi de « participer à la mise au point (...)
  • 7 L’article 18.39, alinéa h de l’Agenda 21 de Rio fixe aux États l’objectif de « Mettre en place des (...)

25Si les notions de GIZC et de GIRE ont été propulsées sur le devant de la scène dans les années 1990, à la faveur de la médiatisation du sommet de la terre de Rio de Janeiro, on retrouve dans les travaux scientifiques, comme dans les documents officiels, des traces de ces notions au cours des décennies précédentes. P. Deboudt et al. (2005) évoquent la décennie 1970 pour la GIZC5 et bien que les racines de la GIRE remontent, suivant A. Biswas (2004), à une soixantaine d'années, c'est à l'occasion de la conférence sur l'eau de Mar del Plata en 1977 que cette notion réapparaîtra (Petit, 2006). Ces deux notions émergent donc à la veille de la décennie 1980 qui sera marquée par le lancement sur la scène politique internationale de la notion de développement durable. D’ailleurs, cette filiation avec le développement durable n'est pas fortuite, dans la mesure où la notion de gestion globale et intégrée reprend ses grands principes généraux, bien avant que le concept n'ait été nommé. O. Godard (1980 : 11) écrit ainsi dès 1980 : « L’expérience quotidienne en matière de gestion des ressources conduit à souligner le caractère nécessaire d’une gestion globale et intégrée des ressources naturelles, tant les pratiques et les modes de gestion apparaissent parcellaires ou inadéquats. Cependant, cette aspiration intuitive à une globalisation et à une intégration de la gestion demande à être clarifiée. Jusqu’où et par quels moyens assurer cette intégration ? Quel doit être son champ d’application ? Comment enfin concilier ce souci d’intégration entre tous les facteurs qui concernent l’exploitation et l’utilisation des ressources naturelles, la qualité de l’environnement et le développement économique et social avec la nécessité, afin de rendre possible concrètement la prise de décision, de procéder à certains découpages territoriaux, de définir des problèmes aux contours délimités ou d’isoler certains sous-systèmes ». On retrouve dans cette longue citation tous les ingrédients du développement durable, et notamment les trois « piliers » traditionnels : efficacité économique, équité sociale et protection de l’environnement. Au-delà, la recherche d’une échelle territoriale pertinente et les problèmes posés par la prise de décision sont aussi mentionnés. La gestion intégrée constitue donc une préoccupation forte à cette époque. De fait, si le rapport Brundtland de 1987 n’évoque pas la GIRE, il mentionne en revanche la gestion intégrée des zones côtières et la gestion intégrée des océans dans son chapitre 10. L’agenda 21 de Rio jouera un rôle décisif dans la promotion de la gestion intégrée puisque ses chapitres 17 et 18 insistent sur la nécessité de mettre en œuvre une GIZC (chapitre 17) et une GIRE (chapitre 18). Si les deux notions, présentées dans deux chapitres distincts, peuvent apparaître de ce fait relativement déconnectées, il faut souligner qu’à plusieurs reprises, les mécanismes de gestion de l’eau douce sont mentionnés dans le chapitre 17 au titre des moyens à mettre en œuvre pour parvenir à une GIZC6, avec une attention toute particulière réservée à la gestion des eaux usées. Le chapitre 18 consacré à la GIRE n’approfondit pas vraiment les interactions entre eau douce et eau marine. Hormis dans les grands principes de gestion où ces interactions apparaissent clairement7, cette question n’est soulevée qu’à l’évocation des risques d’élévation du niveau de la mer qui serait engendrée par le changement climatique, et dans le cas des risques d’intrusions salines dans les aquifères côtiers.

2.2. Un flou sémantique partagé

26Bien qu'il existe une multitude de définitions de la GIZC et que, suivant O. Lozachmeur (2004), chaque auteur « s'évertue » à trouver une définition différente, on peut partir, à la suite de P. Deboudt et al. (2005) de la définition que B. Cicin-Sain et R.W. Knecht (1998) retiennent dans leur ouvrage. La GIZC y est décrite (Cicin-Sain et Knecht, 1998 :2) comme un « processus dynamique qui réunit gouvernement et société, science et décideur, intérêts publics et privés en vue de la préparation et de l'exécution d’un plan de protection et de développement des systèmes et ressources côtières. Ce processus vise à maximiser les choix à long terme privilégiant les ressources et leur usage raisonné et raisonnable. La GIZC apparaît ainsi comme l’instrument privilégié du développement durable de cet "éco-socio-système" complexe, en réconciliant développement et équilibre biologique des ressources sur le long terme, et en liant définitivement les questions environnementales et sociales ».

27Si cette notion a connu un développement assez rapide suite au sommet de la terre de Rio, en 1992, son institutionnalisation y a en grande partie contribué. Ainsi, dans le contexte européen, avec la publication d’une « stratégie européenne de GIZC » en 2000, puis en 2002 d’une recommandation du Conseil et du Parlement européen aux États membres, la GIZC semble aujourd’hui être devenue une « boîte à outils » incontournable pour envisager un développement durable des zones côtières. En France, l’inscription de la GIZC dans les textes de loi en 2002 et la définition d’un nouveau cadre pour la politique du littoral, basé sur la notion de GIZC, participe de ce mouvement.

  • 8 Voir notamment Biswas A.K., 2004.
  • 9 Considérant n°9 du préambule de la directive cadre européenne sur l’eau du 23 octobre 2000.

28Si la GIZC a manifestement pris son essor, à la fois dans les discours et dans les pratiques, à partir de la conférence de Rio, la GIRE est devenue une notion phare sur la scène internationale au tournant du millénaire. Cet effet de focalisation récent est le fruit de discussions menées dans le cadre des travaux du Partenariat Mondial de l’Eau et du Conseil Mondial de l’Eau, entité organisatrice des Forums Mondiaux de l’Eau. Jusqu’alors, la GIRE désignait pour beaucoup un processus de gestion de l’eau dans un cadre territorial spécifique : le bassin versant (Ferragina et al., 2002), ce qui permettait d’ailleurs à l’État français de signaler qu’elle avait adopté cette modalité de gestion depuis les années 1960. Le Partenariat Mondial de l’Eau a proposé en 2000 une définition de la GIRE qui fait office de référence pour la plupart des textes et sommets internationaux (Global Water Partnership, 2000 : 24), malgré son caractère très discutable 8 : « La gestion intégrée des ressources en eau est un processus qui favorise le développement et la gestion coordonnés de l’eau, des terres et des ressources connexes, en vue de maximiser, de manière équitable, le bien-être économique et social en résultant, sans pour autant compromettre la pérennité d’écosystèmes vitaux ». Bien que la directive cadre européenne sur l’eau de 2000 ne donne pas de définition de la GIRE, elle reconnait dans l’un de ses considérants qu’il « est nécessaire d’élaborer une politique communautaire intégrée dans le domaine de l’eau »9. Ainsi, cette thématique est devenue si fédératrice que le sommet mondial du développement durable de Johannesburg, en 2002, recommandait la mise en place de mécanismes de GIRE dans tous les pays, d’ici 2005. Le dernier Forum Mondial de l’Eau qui s’est déroulé à Mexico en mars 2006, tout comme le rapport mondial des Nations Unies sur la mise en valeur des ressources en eau (UNESCO, 2006), rendu public à la même occasion, plaident pour une mise en œuvre rapide de la GIRE, dans tous les pays. Le prochain rapport des Nations Unies faisant l’état de l’eau dans le monde, qui doit paraître en 2009, devrait même être construit autour de cette notion (Donovan, 2006).

29On pourra donc souligner le caractère extrêmement flou et évolutif des deux notions retenues ici et la difficulté pour rendre opérationnels des principes, qui, à l’image du développement durable, apparaissent comme des principes normatifs sans norme (Theys, 2003). Cependant, puisqu’ils participent de la même logique, le rapprochement de ces deux notions semble utile pour prendre en compte les risques liés à l’eau sur le littoral.

2.3. Vers un rapprochement des deux démarches ?

  • 10 La directive cadre européenne sur l’eau du 23 octobre 2000, pour bien insister sur l’unicité de la (...)

30Le sommet mondial du développement durable qui s’est déroulé à Johannesburg en août-septembre 2002, a permis de faire le point sur les enjeux jugés prioritaires sur la scène internationale, en matière de gestion des ressources naturelles et de l'environnement, de lutte contre la pauvreté et de développement économique dans un contexte de mondialisation. Même si le rapport Brundtland en 1987, puis le sommet de Rio en 1992 avaient déjà plaidé pour une approche intégrée dans la gestion des ressources naturelles et de l'environnement (Lozachmeur, 2006 ; Petit, 2006), le sommet de Johannesburg a insisté sur le nécessaire croisement des domaines de gestion. Ainsi, bien que les notions de GIZC et de GIRE se soient développées avec une philosophie commune, dans le sillage de la notion de développement durable, le lien entre ces deux approches est rarement explicité. Ceci tient sans doute à une focalisation légitime de la GIZC sur le territoire côtier et à un intérêt accru de la GIRE pour le bassin versant et pour les systèmes aquifères. On pourrait bien sûr relativiser cette affirmation, car la GIZC, tout comme la GIRE, entendent transcender les découpages territoriaux habituellement mobilisés pour traiter de problèmes spécifiques, afin de proposer un cadre territorial adapté à chaque situation. Pourtant, bien que l’espace littoral, qui sert souvent d’espace de référence pour la GIZC, soit diversement interprété suivant les disciplines, mais aussi à l’intérieur même des disciplines (Bellan, 2002), il s’étend rarement à l’ensemble des bassins versants ayant une influence sur la qualité et la quantité des eaux qui parviennent jusqu’à la côte. De même, la séparation entre les eaux « terrestres » et les eaux « marines » montre les limites de la compétence des institutions chargées de la gestion de l’eau douce. La GIRE, si elle permet en théorie d’aborder les interactions entre eau douce et eau marine, n’envisage habituellement comme territoire de gestion pertinent que le bassin versant pour les eaux de surface ou le système aquifère pour les eaux souterraines10. On peut d’ailleurs relever une certaine ambigüité dans l’utilisation de ces deux démarches, dans la mesure où, par exemple, la mise en place d’un tableau de bord pour le suivi du Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux, dans le bassin français Rhône-Méditerranée Corse, est présentée par l’UNESCO (2001) comme l’illustration d’une démarche de GIZC. Or, on pourrait fort bien envisager cette expérience sous l’angle de la GIRE.

31Si nous tentons à présent de retenir plusieurs points communs à ces deux démarches, on peut tout d’abord souligner leur caractère procédural. Il n’existe pas de recette « toute faite » et la gestion intégrée (qu’il s’agisse de la GIZC ou de la GIRE) est avant tout un processus qui doit chaque fois être réinventé selon les caractéristiques économiques, sociales et environnementales de la région ou du territoire considéré. La configuration institutionnelle, le système juridique et les acteurs impliqués sur ces territoires varient également. Ceci explique sans doute pourquoi, au-delà de grands principes généraux, les deux démarches ont pour point commun de se baser sur un catalogue de « bonnes pratiques » aptes à guider l’action des collectivités qui souhaiteraient s’engager dans de tels processus (UNESCO, 2001 ; UNESCO, 2006). Un autre point commun à ces deux approches est la volonté de construire une vision patrimoniale, basée sur la prise en compte du long terme et visant à résoudre les conflits d’usage. L’accent mis sur ces deux aspects invite à s’appuyer sur une approche écosystémique. Enfin, on peut relever l’insistance portée par les deux approches pour la dimension participative, chacune des parties-prenantes étant invitée à contribuer à l’élaboration des outils dérivés (Dauvin, 2002 ; Fonds français pour l’environnement mondial, 2005).

32Signalons pour finir que le rapprochement des deux démarches commence à être discuté d’un point de vue scientifique et opérationnel. Le Fonds français pour l’environnement mondial (2005 : 5) reconnaît par exemple : « Au nom du continuum physique, écologique et social des bassins versants et de leurs zones côtières, il est proposé de rapprocher ces deux démarches (GIRE et GIZC) aux principes identiques, et de mettre en œuvre une approche qui englobe le bassin versant, le littoral et les eaux côtières (incluant la zone économique exclusive des pays), pour aboutir à leur gestion intégrée aux diverses échelles de planification territoriale requises ». Si un tel rapprochement peut sembler naturel, dans la mesure où l’eau doit être gérée sur l’ensemble de son cycle (intégrant eau douce et eau salée), il nécessite néanmoins la rencontre de communautés épistémiques distinctes, qui n’ont pas nécessairement l’habitude de travailler ensemble.

3. Les Wateringues du Nord - Pas-de-Calais : un exemple de gestion intégrée ?

3.1. La création des Wateringues ou la résolution de problématiques hydrauliques

33La région des Wateringues se situe dans la partie la plus septentrionale de la France métropolitaine au sein d'un triangle reliant d'une part les villes littorales de Dunkerque et Calais et d'autre part la ville de Saint-Omer (voir figure 2). Formant une plaine maritime située sur les départements du Nord et du Pas-de-Calais (la plaine maritime flamande), cette région couvre une surface de plus de 86 000 hectares traversée par un fleuve côtier et son delta : l'Aa. D'une emprise d'environ 100 000 hectares, le bassin hydrographique de ce cours d'eau recèle un caractère transfrontalier puisque une partie de ce dernier est situé en Belgique.

Figure 2 : Les Wateringues du Nord-Pas-de-Calais

Figure 2 : Les Wateringues du Nord-Pas-de-Calais

Source : Institution Interdépartementale des Wateringues Nord-Pas-de-Calais, février 2001

34Du côté français, la région des Wateringues regroupe 65 communes partagées entre le département du Nord (42 communes) et celui du Pas-de-Calais (23 communes).

  • 11 À ne pas confondre avec l’Institution Interdépartementale des Wateringues, financée par les Conseil (...)

35Depuis la création de l’Institution des Wateringues au XIIème siècle11, l'activité de cette région s’est manifestée par une vocation résolument orientée vers l’agriculture. C’est en effet principalement dans une perspective de mise en culture que les populations locales ont asséché le territoire durant des siècles. Ce combat contre les inondations et les invasions marines se lit aujourd'hui à travers les paysages endémiques : les watergangs et la multitude de petits canaux et fossés découpant encore aujourd’hui le paysage.

36Les Wateringues sont plus concrètement des associations forcées de propriétaires en charge de gérer localement les problèmes liés à l'eau. Elles ont particulièrement pour objectif la gestion du risque d'inondation et plus généralement la gestion de l'écoulement des eaux à l'échelle de la plaine maritime flamande. La vocation initiale était l’assèchement des terres agricoles sur l’ensemble de la plaine maritime, cependant, nous verrons plus loin que les modifications liées à l'industrialisation et l'urbanisation du territoire en ont enrichi les enjeux.

37On recense sur le territoire 13 sections de Wateringues (8 pour le Pas-de-Calais, 4 pour le département du Nord et une pour le territoire des Moëres, zone non complètement asséchée) dont la taille varie entre 5 et 10 000 hectares avec une moyenne de 23 000 adhérents. Les sections assurent l'entretien de 1 500 km de watergangs ainsi que d'une centaine de pompes destinées à faciliter le rejet des eaux à la mer.

38Les Wateringues constituent donc la couche organisationnelle d'une dynamique commune de gestion des eaux fondée sur la mise en œuvre d'infrastructures et d'ouvrages d'art permettant d'une part l'évacuation des eaux à la mer en cas de crue et d'autre part la retenue de la ressource en eau à l'intérieur des terres lorsque cette dernière s'avère en quantité insuffisante. Ces infrastructures concernent principalement les canaux d'évacuation des eaux, appelés watergangs, les clapets d'écoulement permettant la retenue des eaux durant les saisons sèches, ainsi que les ouvrages d'évacuation des eaux à la mer, situés aux exutoires (les écluses armées de pompes).

  • 12 Créée en 1977 suite à de graves inondations.
  • 13 L'institution a consacré plus de 30 millions d’euros d’investissements en 30 ans et dispose d'un bu (...)

39Si chaque section de Wateringues a la responsabilité de créer, gérer des ouvrages ainsi que de réfléchir à leur compatibilité avec l’occupation et les usages des territoires, l'Institution Interdépartementale des Wateringues12 a pour sa part un rôle de mise en œuvre des grands ouvrages d'évacuation des eaux à la mer et d'assurer leur entretien et leur exploitation13. Il existe par ailleurs une Union des Wateringues, créée en 1972 et dont la fonction est également de promouvoir des actions collectives, mais du fait de l'existence de l'Institution Interdépartementale, cette union tend à être davantage un lieu de rencontre et de partage d’idées. Chaque section étant farouchement autonome, la coordination entre sections s'effectue par le biais d'un tiers « extérieur » (les conducteurs spéciaux) : la Direction Régionale de l'Agriculture et de la Forêt dans certains cas, le Service Navigation Nord-Pas-de-Calais dans d’autres ou encore l’Union des syndicats d’assainissement agricole du Nord.

  • 14 7 stations en bord de mer, 4 stations de relevage intermédiaires et un partiteur, le tout d'une cap (...)

40Si le rôle de l'Institution Interdépartementale est d'assurer les investissements et l'entretien des infrastructures communes à la région des Wateringues14, les sections pour leur part ont pour rôle l’entretien des watergangs et du fonctionnement de la centaine de stations de pompage « secondaires ».

41Ainsi, l’histoire des Wateringues est profondément orientée vers une recherche constante de solutions à des problèmes de gestion de terres agricoles gagnées sur la mer, dont il convient de débarrasser, ou du moins gérer, les flux d’eau, parfois déficitaires, parfois excédentaires. La solution passe bien évidemment par l’évacuation hors du territoire, à la mer, c'est-à-dire en zone littorale. Manifestement, il s’agit là d’un mode de gestion qui ne fait que peu de cas des problématiques liées au littoral et pour cause : les enjeux y sont demeurés faibles jusqu’à une période relativement récente. Ce littoral reste cependant à intégrer dans la stratégie de gestion dans la mesure où les ouvrages d’évacuation des eaux pluviales à la mer...se situent aux exutoires. Nous sommes donc en présence d’une solidarité « naturelle » entre la zone située à l’intérieur des terres et la zone littorale, qui résulte du sens de l’écoulement des cours d’eau. Mais il nous faut constater que cette solidarité est, comme souvent dans les problématiques liées aux cours d’eau, une solidarité de fait, amont-aval, dictée par des lois physiques, qui laisse cependant présager des conflits potentiels...à mesure que les enjeux se développeront en aval.

3.2. Une problématique élargie avec l'urbanisation, l'industrialisation et l'haliotropisme

42Même s’il convient de souligner le rôle de l'activité agricole, la croissance de la population en milieu urbain et péri-urbain, l’industrialisation sur la frange littorale et la croissance de l'activité touristique marquent davantage que par le passé le territoire des Wateringues. De ce fait, la problématique s'est trouvée fortement élargie, densifiée pourrions-nous dire.

43Au départ conçues comme des infrastructures d'évacuation des eaux pluviales à la mer, les Wateringues ont vu progressivement se renforcer les usages du territoire, de la ressource en eau douce et de celle où cette dernière se déversait : le milieu marin.

44Les usages permis par les caractéristiques des infrastructures d'évacuation des eaux à la mer sont aujourd'hui beaucoup plus importants que ceux existants il y a quelques décennies.

  • 15 Syndicat Mixte de la Côte d'Opale.

45D'une vocation hydraulique, les Wateringues sont passés à un état de patrimonialisation, dans le sens où les usages se sont diversifiés au gré des « modes », des mutations économiques et urbaines, etc. Cette évolution des usages est donc allée de pair avec une évolution des vocations. Ainsi, selon le SMCO15 (2005), de multiples vocations et usages peuvent être associés aux réseaux hydrauliques, qui influent sur leurs modalités de gestion. Parmi les plus importants, citons l’évacuation des eaux, la navigation, l’irrigation, le maintien de la nappe superficielle, l’alimentation en eau industrielle, agricole et en eau potable, le maintien de la biodiversité, les usages récréatifs et paysagers.

46Cette superposition des usages a donc suscité des conflits d'usage, dans un premier temps révélés sur le même territoire des Wateringues. Cependant, eu égard aux caractéristiques de la ressource en eau (mobilité amont-aval), ces conflits d'usage ont peu à peu gagné le littoral au fur et à mesure du développement concomitant de nouvelles pratiques sur ce territoire en aval. Pour être plus précis, au lieu de conflits d'usage, il s'agit plus simplement d'externalités, d'effets externes que certaines activités génèrent sur d'autres. Ces externalités revêtent cependant un caractère quelque peu différent dans la mesure où elles sont véhiculées par un vecteur : l'eau douce.

47Premièrement, la mécanisation a conduit au comblement de nombreux fossés par les exploitants. Elle représente ainsi une première forme de modification des caractéristiques du territoire des Wateringues : de manière à laisser passer les machines permettant des labours de plus en plus profonds, bon nombre de fossés (des cours d'eau tertiaires) ont été ainsi comblés. L'impact de ces comblements est à la fois quantitatif et qualitatif : il réduit la capacité de drainage et d'écoulement et favorise de ce fait l'eutrophisation.

48Cette mécanisation marque le passage d'une agriculture extensive à une agriculture intensive, mais elle est aussi synonyme d’un recours accru aux intrants agricoles responsables de l'eutrophisation des cours d'eau (engrais, phosphates). Nous verrons que cette eutrophisation ne concerne pas uniquement la ressource en eau douce et est par ailleurs exportée vers le milieu marin. Cette agriculture est en outre tenue pour responsable du ruissellement des eaux, de l’érosion des sols, favorisant ainsi les risques d'inondation. Selon le SMCO (2005 : 22), « l’importance de la sédimentation dans les canaux influence la mauvaise qualité des eaux (eutrophisation) et constitue un obstacle à l’objectif de "bon état chimique et de bon potentiel écologique des eaux" en 2015. Elle est principalement due aux faibles pentes du territoire et donc aux faibles débits véhiculés. Elle est également pour partie induite par le surcreusement des Wateringues dans les années 80 et à la mise en place des pompes (...) pour favoriser les rendements agricoles. La densité des ouvrages hydrauliques (stations de pompage, barrages, écluses) constitue un obstacle à la libre circulation des poissons.

49De même, le régime hydraulique, la mauvaise qualité de l’eau et l’état des berges banalisés conduisent à un habitat floristique et faunistique fortement perturbé, néfaste à la vie aquatique. Ces obstacles à la continuité écologique – et surtout leur gestion du seul point de vue hydraulique et agricole - ne sont pas compatibles avec les objectifs de "bon potentiel écologique" ».

  • 16 Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux.

50Ce constat dressé par le SMCO, structure porteuse du SAGE16 du Delta de l’Aa, illustre bien les conflits d'usage pouvant apparaître, à l'intérieur des Wateringues, entre les activités agricoles d'une part et la protection du milieu et des espèces naturelles d'autre part.

51Il importe néanmoins de souligner ici que l'apparition de ces conflits d'usage résulte de l'émergence de nouvelles activités sur le territoire des Wateringues. Ces dernières se sont vu octroyer cette vocation de zone humide assez tardivement, lorsque les scientifiques ont entrepris un inventaire des espèces qui y étaient présentes. Ainsi, la question du conflit d'usage n'est apparue qu'à partir de la naissance d'un intérêt, économique ou social, de conserver la biodiversité dans ce milieu.

  • 17 Zone Naturelle d’Intérêt Écologique, Faunistique et Floristique.

52Se pose ainsi désormais la problématique de l’aspect qualitatif de la gestion de la ressource en eau sur le territoire. Au regard de l’inventaire ZNIEFF17 (Préfecture de Région Nord-Pas-de-Calais, DIREN Nord-Pas-de-Calais, 1995), la région des Wateringues apparaît particulièrement riche : zones humides, milieux aquatiques, forestiers et littoraux, etc. Les Wateringues constituent ainsi une entité écologique de valeur régionale à internationale (ZNIEFF types 1 et 2). Certaines de ces entités figurent parmi les ensembles naturels remarquables les plus représentatifs de la région. Du fait des diverses pressions qui s’exercent sur le territoire, bon nombre de ces entités naturelles s’avèrent être menacées à plus ou moins court terme.

53Ces problèmes de compatibilité entre différents usages d'une même ressource ou d'un même milieu sont nombreux sur le territoire des Wateringues. Nous avons signalé l'impact de l'agriculture sur la qualité des eaux des watergangs, mais les exemples abondent. Citons certains d'entre eux :

  • l'agriculture et la navigation fluviale : si l’agriculture s’approvisionne en eau principalement dans les eaux des Wateringues, certains estiment que la valeur des prélèvements y est cependant sous-évaluée (SMCO, 2005). De plus, l'agriculture intensive tend à privilégier les labours profonds ce qui implique la nécessité d'un étiage assez bas, ce qui peut être incompatible avec la navigation, mais surtout avec, comme nous l'avons signalé supra, une qualité des eaux garantissant une biodiversité et le maintien de certains dispositifs de protection des berges (pieux-planches, etc.),

  • l'agriculture et les activités de loisir comme la pêche : le delta de l’Aa regroupe plus de 12 000 pêcheurs pour le Nord et le Pas- de-Calais, acquittant la taxe piscicole. En outre, tous les pêcheurs de ces deux départements et des autres départements peuvent venir pêcher sur le domaine public (SMCO, 2005). Un taux d'eutrophisation élevé ou un étiage faible nuisent également à la pérennisation de cette activité,

  • - le maintien d'un milieu naturel et la vocation d'évacuation des crues : certains ouvrages de défense contre les inondations peuvent nuire à la migration des espèces entre les watergangs et le milieu marin. Ainsi, les écluses aux exutoires peuvent entraver les déplacements de population de poissons, etc.

54Cependant, ces problématiques de gestion restent somme toute communes, sinon traditionnelles : il s'agit, sur un territoire donné, d'identifier les conflits d'usage sur une ressource : l'eau. Or, les mutations observées à l'heure actuelle rendent compte d'un effet plus singulier : il existe certes des conflits d'usage sur la ressource en eau, mais il convient de mettre aujourd'hui en évidence un phénomène d'exportation de nuisances, ou externalité, d'un territoire vers un autre, au moyen d'un vecteur naturel, l'eau douce.

55Ainsi, les activités présentes sur le territoire des Wateringues exercent-t-elles, à distance, des effets sur l'activité en zone littorale. Plusieurs usages sont concernés, notamment les activités récréatives à l'instar de la baignade et les activités de conchyliculture.

3.3. L'impact de la qualité des eaux douces sur la qualité des eaux littorales

56La multiplication des usages sur le territoire des Wateringues pose ainsi la question de leur compatibilité, dans la mesure où elle suscite de nombreux conflits d’usage, parfois potentiels, parfois avérés. Ces solidarités qui se manifestent par des effets pervers induits par certaines activités sur d’autres activités, sont désormais de plus en plus observables entre le territoire des Wateringues et le littoral à mesure que les activités sur ce dernier se développent et se diversifient.

57L'état des lieux du SAGE du delta de l'Aa effectué par le SMCO (2005 : 80) met en évidence une eutrophisation du littoral du fait d'un niveau d’enrichissement tel que des dégradations ou des nuisances manifestes peuvent y être constatées. « Ainsi, la bande côtière du Nord-Pas-de-Calais voit tous les ans, en avril-mai, d’abondantes formations d’écume issues de la prolifération de l’algue Phaeocystis sp ».

58D’une manière générale, l’analyse de l’évolution de la qualité des eaux de baignade pour la façade littorale de 1989 à 2004 fait apparaître deux tendances. La première concerne la façade de Sangatte à Gravelines-Petit Fort Philippe. Sur la période considérée, ce bief connaît une évolution positive du point de vue de la qualité des eaux, passant d’une qualité B (eau de baignade de qualité acceptable) voire C (eau de baignade pouvant être momentanément polluée) à A (eau de baignade de bonne qualité) dans une majorité des cas. Cette amélioration est principalement due à la mise en œuvre de stations d’épuration sur le littoral. À l’opposé, la section qui correspond à la façade comprise entre la digue du Braek à Dunkerque jusque la Dune du Perroquet à Bray-Dunes connaît dans une large mesure une évolution limitée, pour ne pas dire nulle, où l’on observe dans une majorité des cas une qualité acceptable (B) et des améliorations vers une qualité A qui ne sont que temporaires.

59L’amélioration de la qualité des eaux de baignade est rendue nécessaire, outre la législation nationale et européenne, par la progression des activités de tourisme et de loisir sur la Côte d'Opale. Cette prise en compte de nouveaux enjeux, par les collectivités, se traduit par le recul de la qualité C, notamment grâce à la mise en place de stations d’épuration. Cependant, le SMCO constate une stagnation de la catégorie B et des difficultés à maintenir les plages en A.

60Du point de vue des activités d'exploitation des ressources halieutiques, la conchyliculture nécessite une qualité des eaux littorales encore plus importante que les activités de baignade. Cette activité conchylicole est en augmentation sur la zone littorale subissant l'influence de la qualité des eaux des Wateringues. Or, la qualité microbiologique parfois insuffisante des eaux littorales compromet cette activité ; elle constitue un facteur de risque sanitaire car la pollution bactérienne est une contamination rapidement assimilée par les coquillages (SMCO, 2005).

61Concernant l'évolution de la qualité des eaux destinées à la conchyliculture, l'état des lieux du SAGE du Delta de l'Aa montre qu'en vingt ans, « la tendance est à l’amélioration de la contamination bactériologique des moules, notamment due aux efforts importants des collectivités en matière d’amélioration des stations d’épuration et des réseaux d’assainissement. Néanmoins des progrès considérables restent à réaliser » (SMCO, 2005 : 84).

62Plusieurs enseignements peuvent donc être tirés de ces nouvelles formes de solidarité, souvent de fait, qu’entretient aujourd’hui le territoire des Wateringues avec la zone littorale située en aval.

63Premièrement, avec la multiplication des enjeux et activités humaines sur le territoire des Wateringues sont apparus des conflits d’usage, posant la question des compatibilités des utilisations si variées dont fait l’objet l’eau sur ce territoire. Récemment encore, des arbitrages politiques ont été rendus...et rendus nécessaires par l’émergence de ces nouveaux usages à prendre en compte mais dont les populations parfois tardent à intégrer. C’est le cas par exemple du risque d’inondation ou encore de la protection des milieux naturels et plus précisément des milieux humides consécutivement à la loi sur l’eau. Les présidents de Commissions Locales de l’Eau (CLE) renoncent ainsi à ce que l’inventaire faunistique et floristique classe des terres cultivées en zones humides. Ainsi, les modes de gestion et l’exploitation traditionnels sont confrontés ici à de nouveaux usages que l’on tente de concilier, sinon minimiser, par rapport à des usages plus anciens : « Il s’agit en effet de respecter les caractéristiques fortes de notre territoire de Flandre. Les Wateringues, à l’origine vaste delta marécageux, ont été drainées pendant des siècles et sont aujourd’hui entretenues par les Sections de Wateringues. Les Présidents jugent que ces nombreuses terres drainées et pompées pour être cultivées ont ainsi perdues leurs caractéristiques de zones humides et ne peuvent donc plus être considérées comme telles. [Les présidents] comprennent également les inquiétudes soulevées par l’inventaire des zones inondables mené parallèlement par les services de l’État, dans le cadre de l’élaboration des Plans de Prévention des Risques Inondations en Flandre. Ils seront particulièrement attentifs quant à la méthodologie employée pour délimiter ce zonage qui engendrera des contraintes fortes en matière d’aménagement du territoire » (SMCO, 2007 : non paginé).

64Deuxièmement, à ces conflits d’usage à l’intérieur du territoire des Wateringues se cumulent dorénavant des problèmes liés aux externalités négatives, qui résultent en quelques sortes de l’exportation des polluants en aval. L’émergence de ces externalités, qui prennent la forme par la suite de risques, notamment sanitaires, est due à l’augmentation des enjeux sur le littoral qui seront soumis à ces aléas bactériologiques et microbiologiques.

  • 18 Sans jeu de mots.

65Troisièmement, réfléchir sur des solutions à apporter du point de vue des externalités induites par les exportations d’eau continentales sur le littoral induit une réflexion, plus en amont18 et qui concerne la compatibilité des usages entre eux sur le territoire des Wateringues. À cet égard, on peut raisonnablement penser qu’une partie de ces interactions néfastes entre amont et aval disparaîtront lorsque seront résolus les problèmes de conflits d’usage à l’intérieur du territoire des Wateringues. À titre d’illustration, on peut considérer que les actions entreprises en faveur de la gestion de l’eau en amont sont potentiellement porteuses d’un effet win-win : gagnant en amont comme en aval. Au travers d’un programme de reconquête de la qualité des eaux de surface à l’intérieur des terres, la mise en œuvre de stations d’épuration contribue à améliorer par ailleurs la qualité des eaux marines. Ainsi, les actions entreprises en faveur de la qualité des eaux douces influent sur celle des eaux littorales.

66Il reste cependant de cette énumération le constat d’une grande absente, en l’occurrence la transcription de ces solidarités à l’échelle des documents de gestion. Certes, à l’heure actuelle, le SAGE du delta de l’Aa vient juste d’achever la phase d’état des lieux, et il est donc trop tôt pour évaluer la pertinence des actions qui seront entreprises. On peut cependant d’ores et déjà remarquer que cette nécessité de prendre en compte l’existence des interactions entre eaux continentales et marines est bien présente à l’esprit des décideurs. En témoigne la prise en compte de concepts, par le SMCO, évocateurs : l’existence d’une masse d’eau de transition « qui se situe à proximité des embouchures de rivière, partiellement salines, fondamentalement influencée par des courants d'eau douce : sur notre bassin, ces masses sont les ports de Calais et Dunkerque, et fortement modifiées. Une « masse d'eau côtière » se situe sur une largeur d'un mille marin, jusqu'à la limite extérieure d'une eau de transition : sur notre littoral, deux masses s’étendent entre Malo et Cap Gris Nez et de la frontière belge à Malo » (SMCO, 2005 : 30).

67Ainsi, au travers ces quelques exemples, nous avons voulu montrer comment la gestion de l'eau sur le territoire des Wateringues a été durant longtemps et reste encore aujourd'hui un problème de gestion de la quantité. Cependant, étant donnée l'émergence de nouveaux usages (protection ou usages récréatifs en lien avec les ressources naturelles) cette problématique de gestion tend à intégrer d'autres contraintes liées à l'exigence de qualité. À cette montée des considérations qualitatives se superpose par ailleurs celles de l'impact des transferts d'eau douce sur le milieu marin.

68Un des enseignements d'une réflexion sur la gestion intégrée des Wateringues concerne la dimension territoriale d'une telle gestion. Il apparaît certes la nécessité d'intégrer les besoins qualitatifs et quantitatifs de tous au sein du territoire des Wateringues, et ce de manière à assurer le développement et la pérennisation de toutes les activités. Mais l'étude des activités sur notre terrain d'étude montre par ailleurs des solidarités amont-aval entre le territoire des Wateringues et celui situé sur la côte. Ces solidarités n'ont cependant rien à voir avec le sens commun : elles s'apparentent davantage à des effets unidirectionnels induits par les activités entreprises à l'intérieur en direction du territoire côtier et par le biais d'un transfert d'eau douce.

69La question de la nécessité d'une gestion intégrée prend en définitive, dans ce contexte précis qui est celui des Wateringues, la direction d'un effort de prise en compte des effets externes engendrés par la protection contre les inondations et le développement du territoire. Cette gestion intégrée va également dans le sens d'une modification du statut du territoire côtier : auparavant considéré comme un simple exutoire aux eaux de la plaine maritime en trop grande quantité, la frange côtière est devenue aujourd'hui le lieu d'enjeux entre autres économiques, sociaux, symboliques qui remettent en cause, au moins partiellement, la logique unidirectionnelle de protection des Wateringues contre les inondations : désormais, il faut composer avec les activités présentes sur le littoral.

Conclusion

70La notion de gestion intégrée, inspirée de la définition du développement durable, tend en définitive à fonder une gestion des territoires à partir de la recherche d'intérêts communs à différentes parties prenantes mettant en œuvre différentes activités. Manifestement, cette notion interroge davantage un processus qu'un résultat finalisé, tangible. Et pour cause : les pratiques et les usages envisagés à partir de l'utilisation des ressources naturelles évoluent, il est donc important que la réflexion engagée sur la compatibilité des usages reste processuelle, adaptable. Le territoire des Wateringues illustre bien cette idée : d'une perspective hydraulicienne (lutte contre les inondations et mise en culture), la définition d'une gestion de la ressource en eau a progressivement intégré d'autres enjeux qui se sont accumulés au fil du temps avec le développement d'activités.

71Cette multiplication des enjeux et cette inflation de l'emprise des préoccupations en direction des eaux marines, des territoires côtiers et des activités qui s'y développement rend plus problématique sans nul doute la tâche de l'élaboration d'une gestion intégrée. Gageons néanmoins que la résolution de problèmes inhérents aux interactions entre usages des eaux de surface puisse conduire à la résolution, par la même occasion, de certaines externalités exportées sur les milieux littoraux. Ceci sera possible si les pouvoirs publics intègrent le caractère composite de la qualité des eaux marines, dites de transition.

Haut de page

Bibliographie

BELLAN, Gérard. (coord.) 2002. Définition et perception de l’espace littoral. In Jean-Claude. Dauvin (coord.). Gestion intégrée des zones côtières : outils et perspectives pour la préservation du patrimoine naturel. Paris. Muséum National d’Histoire Naturelle. 29-62.

BISWA, Asit-K. 2004. Integrated Water Resources Management : a Reassessment. Water International, vol. 29. n° 2. 248-256.

BURTON, Jean. 2001. La gestion intégrée des ressources en eau par bassin. Manuel de formation. Québec. Institut de l’énergie et de l’environnement de la francophonie. 261 p.

CICIN-SAIN, Biliana. KNECHT. Robert W. 1998.Integrated coastal and ocean management, concepts and practices. Washington D.C. Island Press. 518 p.

CONSEIL DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES. 1976. Directive du Conseil du 8 décembre 1975 concernant la qualité des eaux de baignade (76/160/CEE). Journal officiel des communautés européennes. 5 février 1976. N° L 31 1-L 31 7.

DAUVIN, Jean-Claude (coord.). 2002. Gestion intégrée des zones côtières : outils et perspectives pour la préservation du patrimoine naturel. Paris. Muséum National d’Histoire Naturelle.

DEBOUDT, Philippe. 2005. 10 ans de démarche GIZC en Côte d'Opale : bilan et enjeux. Colloque Prospective du littoral, prospective pour le littoral. Paris. Ministère de l'écologie et du développement durable. 1-2 mars. 17 p.

DIREN CENTRE. DIREN DE BASSIN LOIRE-BRETAGNE. 2003, Tableau de bord du SDAGE Loire-Bretagne, Orléans.

DONOVAN, Deanna. 2006. Developing indicators: the World Water Assessment Program (WWAP) experience. Working Group meeting on Groundwater Resources Sustainability Indicators. Paris. UNESCO Headquarters. 25-26 September 2006.

FERRAGINA, Eugenia. MARRA, Mita. QUAGLIAROTTI, Desiree. 2002. The role of formal and informal institutions in the water sector. What are the challenges for development?. Sophia Antipolis. Plan Bleu Regional Activity Center. 37 p.

FERRARI, Sylvie. 2003. Gestion durable d’un aquifère côtier insulaire en présence d’intrusion saline. In Sylvie. Ferrari. et Patrick. Point (dir.). Eau et littoral. Préservation et valorisation de la ressource dans les espaces insulaires. Paris. Karthala-Université de la Réunion. 55-72.

FERRARI, Sylvie et POINT, Patrick. 2003. Introduction. In Sylvie. Ferrari. et Patrick. Point (dir.). Eau et littoral. Préservation et valorisation de la ressource dans les espaces insulaires. Paris. Karthala-Université de la Réunion. 15-25.

FONDS FRANÇAIS POUR L’ENVIRONNEMENT MONDIAL. 2005. Gestion intégrée des zones côtières et des bassins fluviaux. Définition d’un cadre conceptuel et de critères d’évaluation des projets « Eaux internationales du FFEM ». Paris. Avril. 76 p., http://www.ffem.net

GEORISQUES. 2003. Inondations du mois d’Août 2002 en Europe centrale et orientale. Poster, http://www.prevention2000.org

GLOBAL WATER PARTNERSHIP. 2000. La gestion intégrée des ressources en eau. TAC backgrounds papers. n° 4. 80 p. http://www.gwpforum.org/gwp/library/TAC4fr.pdf

GODARD, Olivier. 1980. Aspects institutionnels de la gestion intégrée des ressources naturelles et de l’environnement. Ann Arbor Michigan. Éditions de la Maison des sciences de l’homme et UMI Monograph Publishing. 110 p.

IFREMER. 2004. Microbiologie sanitaire. page de présentation, http://www.ifremer.fr/envlit/surveillance/remi.htm. mis à jour le 13/02/2004.

LOZACHMEUR, Olivier. 2004. Le concept de « gestion intégrée des zones côtières » : le point de vue du juriste. Océanis. vol. 30. n° 1. 51-70.

MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS. 2006. État sanitaire des eaux de baignade en mer et en eau douce. Bilan de la saison balnéaire 2005. Paris. Mai. 103 p., http://baignades.sante.gouv.fr/htm/rapports/synthese/rapport2005.pdf

MOREL, Valérie. DEBOUDT, Philippe. HERBERT, Vincent. LONGUEPEE, Jérôme. MEUR-FEREC, Catherine. 2004. L'ambivalence de l'eau, vecteur d'aménités et de risques, sur les territoires côtiers. Actes du séminaire "Les territoires de l'eau". Université d'Artois. Arras. 26 mars 2004 142-155. http://www.revue-ddt.org/colloque.htm

NORTHOFF, Erwin. 2005. Le tsunami et l'agriculture : Entretien avec Daniel Renault. FAO salle de presse. http://www.fao.org/newsroom/fr

PETIT, Olivier. 2006. Eau et développement durable : vers une gestion intégrée ?. Communication au Colloque international Le développement durable sous le regard des sciences et de l’histoire : de la réflexion aux pratiques éducatives et de formation. 12-13 octobre. IUFM d'Arras. CD-ROM. 12 p.

PRÉFECTURE DE RÉGION NORD-PAS-DE-CALAIS. DIREN Nord-Pas-de-Calais. 1995. Schéma régional de protection des milieux et des paysages naturels. Lille, 45 p.

SMCO. 2005. État des lieux du SAGE du Delta de l’Aa, décembre. http://www.sm-cote-opale.com

SMCO. 2007. Les Présidents de CLE des SAGE Delta de l’Aa et de l’Yser décident de ne pas classer les terres cultivées en zone humide. Communiqué de presse. 1er mars. http://www.sm-cote-opale.com

THEYS, Jacques. 2003. Le développement durable : un concept sous exploité. Assises Nationales du Développement Durable. Atelier J18. « Recherche et développement durable : aspects territoriaux ». Lille. Nouveau siècle. juin. 6 p.

UNESCO. 2001. Des outils et des hommes pour une gestion intégrée des zones côtières, Guide méthodologique. vol. 2. Commission Océanographique Intercontinentale. Collection « Manuels et guides ». n° 42. IFREMER. 65 p.

UNESCO. 2006. Rapport mondial des Nations-Unies sur la mise en valeur des ressources en eau : L'eau : une responsabilité partagée. Résumé. Paris. 52 p.

Haut de page

Notes

1 Nous tenons à remercier les deux lecteurs anonymes de la revue ainsi que Stéphane VANHEE de l’institution interdépartementale des wateringues pour leurs remarques très constructives qui ont aidé à enrichir le présent texte. Nous restons seuls responsables néanmoins des erreurs qui pourraient subsister.

2 Il en existe six sur le territoire métropolitain.

3 Source : http://baignades.sante.gouv.fr/

4 Note de bas de page dans l’édition originale.

5 Ils citent notamment une étude de la Commission Européenne en 1978 sur l'aménagement intégré du littoral breton.

6 L’article 17.28, alinéa h de l’Agenda 21 de Rio recommande ainsi de « participer à la mise au point et à l'application de techniques et modes d'utilisation des sols qui soient écologiquement rationnels et limiter le ruissellement vers les cours d'eau et les estuaires d'effluents qui pollueraient ou endommageraient le milieu marin ».

7 L’article 18.39, alinéa h de l’Agenda 21 de Rio fixe aux États l’objectif de « Mettre en place des stratégies de gestion écologiquement rationnelle des écosystèmes d'eau douce et des écosystèmes côtiers connexes, y compris en ce qui concerne les pêcheries, l'aquiculture, les pâturages, les activités agricoles et la diversité biologique. »

8 Voir notamment Biswas A.K., 2004.

9 Considérant n°9 du préambule de la directive cadre européenne sur l’eau du 23 octobre 2000.

10 La directive cadre européenne sur l’eau du 23 octobre 2000, pour bien insister sur l’unicité de la ressource et montrer les interdépendances entre eaux de surface et eaux souterraines, préfère même parler de « masses d’eau ».

11 À ne pas confondre avec l’Institution Interdépartementale des Wateringues, financée par les Conseils Généraux du Nord et du Pas-de-Calais.

12 Créée en 1977 suite à de graves inondations.

13 L'institution a consacré plus de 30 millions d’euros d’investissements en 30 ans et dispose d'un budget de fonctionnement de plus de 1 million d’euros par an.

14 7 stations en bord de mer, 4 stations de relevage intermédiaires et un partiteur, le tout d'une capacité de pompage de près de 110 m3/seconde.

15 Syndicat Mixte de la Côte d'Opale.

16 Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux.

17 Zone Naturelle d’Intérêt Écologique, Faunistique et Floristique.

18 Sans jeu de mots.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 2 : Les Wateringues du Nord-Pas-de-Calais
Crédits Source : Institution Interdépartementale des Wateringues Nord-Pas-de-Calais, février 2001
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/503/img-1.png
Fichier image/png, 98k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Longuepée et Olivier Petit, « Les interactions entre eau douce et eau marine : étude des risques potentiels et modalités de gestion  », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 1 | 2007, mis en ligne le 15 février 2012, consulté le 24 avril 2017. URL : http://tem.revues.org/503 ; DOI : 10.4000/tem.503

Haut de page

Auteurs

Jérôme Longuepée

Maître de Conférences en Sciences Économiques
Centre EREIA (EA 4026, Université d’Artois & IFRESI-CNRS)
9, rue du Temple – BP 665
62030 ARRAS CEDEX, France
jlonguepee@free.fr

Olivier Petit

Maître de Conférences en Sciences Économiques
Centre EREIA (EA 4026, Université d’Artois & IFRESI-CNRS)
Membre de « rés-eau-ville » (GDR 2524 du CNRS)
9, rue du Temple – BP 665
62030 ARRAS CEDEX, France
olivier.petit@univ-artois.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page