Navigation – Plan du site
Articles

Une approche alternative de la gestion des risques côtiers, l’exemple de la petite Camargue

An Alternative Approach to Coastal Risk Management: the « Petite Camargue » Coast Example
Hugues Heurtefeux, Stéphanie Grosset et Pierre-Yves Valantin
p. 3-13

Résumés

De la pointe de l’Espiguette (Port Camargue) à l’ouest jusqu’au bras mort du Rhône vif à l’est, le littoral de la petite Camargue gardoise offre sur ses 11 km de plages sableuses une véritable mosaïque de milieux (dunes littorales à Juniperus phoenicea, steppes salées à Limonium spp,…). Pourtant, sur ce site classé, la part de linéaire côtier artificialisé est passée de 0 % en 1960 à presque 50 % en 1990 (46 épis espacés de 100 m environ sont venus armer toute la partie orientale de la côte) : la proximité de la commune du Grau du Roi et les risques d’inondation par la mer ayant guidé ce choix.
Le coût élevé de l’entretien lié aux ouvrages en eux-mêmes et l’inadéquation de ce type de défense dans le contexte territorial de la Petite Camargue amènent à une vraie réflexion sur le devenir de ces protections lourdes. Cette réflexion est guidée par les politiques actuelles, qui s’expriment au travers de la gestion intégrée des zones côtières, du recul stratégique ou de la création de zones tampon.
L’approche se fait à l’échelle du territoire et veut laisser une vraie place aux solutions alternatives.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’Espiguette est une zone laguno-marine où s'étend un vaste système dunaire unique en Languedoc-Roussillon, conséquence de l’action conjuguée des alluvions du Rhône, des courants marins, des vagues et des vents (Corre, 1971) (figure 1). De la pointe de l’Espiguette jusqu’au Rhône vif, l’orientation du site se décline en nord/sud puis nord-ouest/sud-est et enfin ouest/est  : autant d’angles d’attaque différents pour les vents marins locaux (le Grec d’est/sud-est, le Ponant d’ouest et le marin de sud-est). Ce secteur fait partie d'une cellule sédimentaire qui comprend le littoral depuis le Petit Rhône à l'est, sur la commune des Saintes-Maries-de-la-Mer, jusqu'à la digue d'arrêt des sables de l'Espiguette à l'ouest sur la commune du Grau du Roi (au niveau de Port Camargue). La dérive littorale, orientée de l'est vers l'ouest, est estimée à plus de 200 000 m3 de sable par an, ce qui en fait une des plus importantes du Languedoc-Roussillon.

Figure 1 : Présentation de la Petite Camargue

Figure 1 : Présentation de la Petite Camargue

2De l’intérieur des terres vers la mer, on distingue des massifs dunaires en cordons de plus en plus arqués (figure 2). Le plus ancien, vieux de trois siècles, longe le Rhône de Saint-Roman ; il a été nivelé et mis en culture, ramenant les cotes altimétriques vers le bas et fragilisant la protection naturelle de la zone.

Figure 2 : Date de formation des différents cordons et occupation de la zone côtière

Figure 2 : Date de formation des différents cordons et occupation de la zone côtière

3Sur ce secteur la ligne de rivage n’a cessé d’évoluer. Le problème majeur est le risque de submersion par rupture du cordon dunaire lors des tempêtes, menaçant la commune du Grau du Roi (comme en novembre 1982) et son débouché à la mer, Port Camargue, plus grand port de plaisance de la Méditerranée. Cette infrastructure maritime a été implantée à la fin des années 60, à l’extrémité de la pointe de l’Espiguette, au sein même du cordon sableux.

4Entre le moment où les agriculteurs, producteurs de vins et d’asperges, ont occupé (en arasant et/ou tronçonnant) les cordons dunaires de deuxième ou troisième ligne et le moment où Port Camargue est sorti des eaux, un dernier acteur s’est introduit. En effet, au cours du 20ème siècle, les lagunes de la petite Camargue ont été aménagées et compartimentées pour la production de sel par la Compagnie des Salins du Midi : l’ancien débouché en mer du Rhône vif (à l’est de la zone d’étude) a été aménagé en station de pompage et alimente aujourd’hui l’ensemble des salins d’Aigues-Mortes (CELRL, 1998).

5L’ensemble des perturbations anthropiques a amené son lot de dérèglements qui a entraîné la mise en place de l’arsenal classique des méthodes de protection (figure 2), à une époque (1960-1980) où « l’aménagement littoral ne laissait pas de place au doute technique » (Moulis, 2006) :

  • À l’est du Rhône vif, les premiers ouvrages (enrochements de fond de plage et épis) ont été installés en 1961 pour assurer la protection des activités économiques des salins.

  • À l’ouest du Rhône vif, quelques épis longs d’une centaine de mètres ont d’abord été mis en place en 1963 pour protéger la prise d’eau des salins, puis furent étendus vers l’ouest jusqu’en 1997, date de la dernière réalisation (pour aboutir à 46 épis espacés tous les 120 m sur une longueur de 5,5 km).

6De la fin des années 1990 au début 2000, « les dunes sont venues s’opposer aux enrochements » (Moulis, 2006) et le choix de la reconstitution dunaire a été privilégié.

7Depuis, toutes les études (Sabatier, 2001 ; CETE SMNLR, 1997) ont confirmé ce que les services de l’État et les techniciens pressentaient, à savoir que compte tenu de l’ampleur du recul du trait de côte, ce système de protection ne permet pas de lutter durablement contre les phénomènes d’érosion et les risques de submersion.

8L’Espiguette est au carrefour de plusieurs enjeux  : enjeux touristiques pour la commune du Grau du Roi, enjeux agricoles pour les cultures d’asperges, de vignes et les salines et enjeux écologiques pour la richesse patrimoniale du site.

9Ce territoire complexe et encore sauvage permet d’aborder la notion de protection du littoral sous un nouvel angle, qui sans être dogmatique, s’autorise le non recours systématique à l’endiguement et aux défenses lourdes.

1. Les enjeux en terre de Camargue : intérêts économiques et patrimoniaux

1.1. Intérêts économiques et touristiques

10Les intrusions marines en relation avec l’érosion littorale et l’augmentation du niveau de la mer constituent une menace pour les activités économiques (IARE, 1994), puisque lors des fortes tempêtes la mer peut envahir les terrains situés en arrière (figure 3). Pour les salins, les conséquences de ce risque sont très lourdes. Ces submersions peuvent causer la perte de toute une année de récolte voire remettre en cause fortement la production de l’année suivante. Depuis le début des années 60, et surtout suite à la tempête de 1982, les salins ont protégé l’intégralité de leur littoral par une digue frontale et des épis.

Figure 3 : Ouverture d’un grau et intrusion marine suite à la tempête de décembre 1997

Figure 3 : Ouverture d’un grau et intrusion marine suite à la tempête de décembre 1997

(Source : S.M.N.L.R., 1997)

11Sur les 11 800 ha de salines du site d’Aigues-Mortes, 300 salariés de la Compagnie des Salins du Midi produisent annuellement 450 000 tonnes de sel destiné à la consommation (www.salins.com). Les contraintes de protection liées au site influent directement sur le coût de revient de la tonne de sel et donc sur la rentabilité de ce secteur, ce qui constitue un handicap dans un marché mondial très concurrentiel. Malgré tout, les salins continuent à se protéger contre les intrusions, cette politique étant pour eux la condition sine qua non de la pérennité de leur activité.

12Lors de tempêtes exceptionnelles, comme l’ont montré les épisodes de 1982 et de 1997, Port Camargue et le Grau du Roi peuvent être inondés par des intrusions marines provenant de ruptures du cordon. Même si les hauteurs d’eau restent faibles, inférieures à 1 m, dans ces zones urbaines, les dégâts sont importants.

13En termes de tourisme, la plage de l’Espiguette connaît une fréquentation journalière relativement modeste (10 000 personnes en période estivale) au regard de ses dimensions exceptionnelles : 11 km de longueur et une largeur variant de quelques dizaines de mètres à l’est à plus d’un kilomètre à l’ouest. Elle ne compte que quatre installations de plagistes. Cependant, compte tenu de son caractère sauvage, de la qualité de son environnement et de sa morphologie atypique pour le Languedoc-Roussillon, elle est une des plages les plus célèbres et les plus appréciées d’un public en quête d’espace et de nature (figure 4).

Figure 4 : Succession de Barkhanes sur la plage de l’Espiguette

Figure 4 : Succession de Barkhanes sur la plage de l’Espiguette

(Source : EID Méditerranée, 2005)

1.2. Intérêts patrimoniaux

14Les cordons dunaires de l'Espiguette sont les mieux conservés et les plus spectaculaires de la région. Ils résultent d'une dynamique particulière due à la position du site par rapport aux vents dominants. Le massif dunaire est classé depuis décembre 1998, au titre de la loi de 1930 relative à la protection des monuments naturels et des sites. De plus, le Conservatoire du littoral y a acquis 715 hectares. Ce site est également à la croisée d’inventaires scientifiques et d’engagement internationaux (ZNIEFF, réseau Natura 2000...).

15La préservation de ce secteur proche de grandes agglomérations passe principalement par la gestion de la fréquentation touristique.

16Le littoral de la petite Camargue gardoise présente une mosaïque d’habitats prioritaires et d’intérêt communautaire au titre de la directive européenne « Habitats » (92/43/CEE) : dune embryonnaire, dune blanche, dune grise, steppes salées, prés salés méditerranéens, fourrés halophiles, pelouses à salicornes, fourrés à genévriers et forêt dunale à pins. La végétation s’y développe en relation étroite avec la mobilité du substrat, son degré de salinité et son humidité (IARE, 1994). On peut observer sur les dunes l’ensemble des différents stades de colonisation, des stades pionniers des dunes embryonnaires à Elytrigia juncea aux dunes fixées et boisées à pins parasols (Pinus pinea), pins maritimes (Pinus pinaster) et genévriers de Phénicie (Juniperus phoenicea var lycia).

  • 1  : Sansouires : formations végétales basses également appelées fourrés halophiles méditerranéens, s (...)

17Dans les dépressions d’arrières dunes, zones soumises à l'action de la nappe d’eau salée, des secteurs de steppes salées, prés salés et sansouires1 se développent. Ces habitats naturels se présentent sous de nombreux faciès en fonction des facteurs du milieu : topographie et degré de salinité du sol.

18Les cordons dunaires boisés de pins parasols constituent les seules formations de ce type et de cette ampleur sur la côte. La présence de fourrés à genévriers est également remarquable : l'Espiguette étant pratiquement la limite occidentale, le long du littoral, de l’aire de répartition du Juniperus phoenicea var lycia (DIREN Languedoc-Roussillon).

19Le système dunaire de l’Espiguette possède donc une succession riche d’habitats naturels. Ces milieux sont fragiles et sensibles aux fortes pressions anthropiques, néanmoins leur évolution naturelle et leur maintien nécessitent des perturbations naturelles modérées : mer, vent, sel.

20Un autre intérêt majeur du site réside dans sa richesse spécifique, avec une centaine de taxons végétaux, dont une dizaine sont rares ou très localisés. Le site joue un rôle important pour l’avifaune en tant que halte migratoire et offre des aires de nidification pour des espèces caractéristiques de milieux ouverts, dont certaines sont rares : l'échasse blanche, l'oedicnème criard, l'alouette calandrelle, le pipit rousseline et la sterne naine. La batrachofaune est également riche et plusieurs espèces de reptiles y sont recensées (DIREN Languedoc-Roussillon).

21Enfin, l’Espiguette et sa diversité de milieux naturels jouent une fonction de relai (corridor) pour les espèces animales et végétales fréquentant les zones humides du littoral sableux entre la Camargue et les étangs languedociens (CELRL, 1998).

2. De la logique de protection à l’évolution des mentalités : un point sur les solutions envisageables

2.1. La logique de protection des années 1960 à 1990

22La protection de la portion du littoral la plus affectée par l’érosion s’est avérée nécessaire pour protéger les salines et éviter l’inondation des terres agricoles par la mer. Commencée dans les années 1960 et achevée suite à la tempête de 1982, la mise en place des épis et de la digue frontale a rapidement engendré une érosion sur la côte du Grau du Roi située immédiatement à l’ouest. Bien que présentant des enjeux économiques plus faibles et un caractère beaucoup plus naturel, ce secteur a lui aussi été protégé avec des épis.

23Ces aménagements ont permis de ralentir le phénomène dans la zone équipée, mais l’érosion a été repoussée à l’ouest du site, en aval de la dérive, par interruption du transit sableux longitudinal. L’érosion a également été reportée sur la plage sous marine, affectée par des courants dirigés vers le large (Sabatier, 2001). La présence de ces épis ne fait donc que déplacer le problème, et leur rôle de protection locale est même illusoire puisque lors des fortes houles sud-est et des attaques frontales des vagues de tempêtes, le risque d’entrée d’eau de mer en arrière dune est toujours possible (Heurtefeux et Richard, 2005).

24Malgré les épis (46 petits figurés blancs sur la photographie aérienne de 2001, figure 5 : Dynamique du trait de côte en 1954 et en 2001), le littoral recule de 2 m/an (Sabatier, 2001). La cellule sédimentaire Petit-Rhône-Espiguette est protégée par 113 ouvrages, dont 46 dans le Gard. Compte tenu de leur ancienneté, un entretien s’est avéré nécessaire pour la partie gardoise suite aux tempêtes de 1997 et 2003. Alors que l’investissement correspondant à la construction des 46 ouvrages gardois s’est élevé à 1 886 600 € (coût actualisé 2004) l’entretien de seulement 36 d’entre eux a coûté 2 997 500 € (coût actualisé 2004).

Figure 5 : Dynamique du trait de côte en 1954 et en 2001

Figure 5 : Dynamique du trait de côte en 1954 et en 2001

25Aujourd’hui, il apparaît clairement sur ce secteur que ce type de défense ne résout pas le problème d’érosion et le déplace même en aval de la dérive littorale. Son coût est élevé, avec un coût d’entretien (trop souvent ignoré en matière d’enrochements) supérieur à l’investissement d’origine. Sur cette zone, ce type de défense coûtera de plus en plus cher pour une efficacité qui pourrait encore diminuer si les prévisions alarmistes sur les conséquences du changement climatique (remontée du niveau marin et surtout augmentation de la violence des tempêtes) se vérifient.

26Au vu de nos expériences passées, il apparaît nécessaire d’adapter l’action au niveau local et de ne plus s’acharner à vouloir « tenir la ligne » à tout prix, en acceptant l’évolution naturelle du milieu. En effet, le site de l’Espiguette est situé sur le cordon littoral le plus récent de la Camargue occidentale. Il résulte d’une évolution contemporaine et continue à se modifier (CELRL, 1998).

2.2. Une évolution des politiques et des mentalités

27Si les scientifiques ont très tôt pris la mesure de la complexité des phénomènes et compris que lutter contre la nature est illusoire, ce n’est que vers les années 1990 que l’ensemble des techniciens s’est approprié cette vision. Depuis 2000, de plus en plus de décideurs et d’aménageurs, poussés par la prise de conscience collective de la société, partagent cette vision. Cela a permis un affichage politique tant au niveau international que local.

28Le recul global des côtes européennes de l’ordre de 20 % (Commission Européenne, 2004) a entraîné la prise en compte de cette problématique au cours des dernières années, notamment dans le cadre des réflexions de la Gestion Intégrée des Zones Côtières (GIZC). Cette approche, qui a été consacrée lors de la Conférence de Rio en 1992 (Chapitre 17 de l’Agenda 21), a fait l’objet d’une recommandation du Parlement européen et du Conseil le 30 mai 2002. Celle-ci s’articule autour de cinq grands principes qui doivent constituer la grille de lecture de tout projet :

29la prise de recul, qui doit élargir les zones d’étude au-delà des frontières administratives, dont les processus naturels (climat de houle, courant de retour, orientation de la côte aux vents dominants) potentiellement vecteurs d’érosion n’ont que faire

  • l’examen des conditions locales

  • le travail avec la nature : il n’est plus envisageable de lutter contre l’érosion en voulant « tenir la ligne » (Ledoux, 2003) à n’importe quel prix

  • l’adaptation au milieu

  • la participation de l’ensemble des acteurs concernés.

30Sur le site étudié, les solutions en accord avec la GIZC n’offrent que deux possibilités : ne rien faire ou mettre en place un repli programmé.

31Aujourd’hui, les orientations et les incitations européennes (EUROSION), nationales (CIADT) et régionales (orientations stratégiques pour la gestion de l’érosion du littoral en Languedoc-Roussillon) recommandent de réserver les défenses lourdes (épis, brise-lames...) aux seuls secteurs comprenant des enjeux forts et indéplaçables. Sur un secteur comme l’Espiguette, la gestion de l’érosion doit se faire avec des moyens adaptés au caractère naturel du site (rechargement de plages, restauration des cordons dunaires...).

2.3. Les solutions envisagées

32Comme nous l’avons évoqué précédemment, la protection lourde, sur le long terme, par les épis est très onéreuse. Le coût de cette protection peut excéder la valeur des biens à protéger. La question de la valeur de l’objet à protéger peut alors ici se poser. Comparer le coût d’une protection, à la valeur de l’objet à protéger peut ne pas être judicieux car ceci revient à traiter « un problème de société avec ses dimensions sociales, culturelles et affectives » en termes de coût-bénéfices (Allard et al., 2005). En poursuivant dans ce sens, on peut aussi se demander s’il est judicieux de comparer le coût de la protection des milieux naturels à leur valeur, tant la valeur du vivant est difficile à définir. Il est cependant nécessaire, sur un site à enjeux multiples, de définir ce que l’on veut protéger, à quel prix et rendre certaines actions prioritaires.

33Cette logique amène à distinguer deux risques qui, bien que liés, appellent des réponses différentiées :

  • l'érosion marine, qui en faisant disparaître la plage et les cordons supprime une partie des usages : son action est à la fois irréversible et spatialement limitée (quelques centaines de mètres à partir du trait de côte) ;

  • la submersion marine, qui peut à l'inverse toucher des étendues très importantes mais de façon limitée dans le temps. Elle entraîne ainsi des dégâts qui ne remettent pas forcément en cause l'usage du secteur.

34Sur la commune du Grau du Roi, l'érosion ne fera pas réellement disparaître d'usages. En effet, l’activité la plus touchée est l'activité balnéaire. Cette dernière peut facilement se redéployer sur la zone en accrétion près de la digue de l'Espiguette. Au droit des salins, sur la commune des Saintes-Maries, l'érosion pose plus de problèmes, car elle menace le dispositif hydraulique de concentration du sel.

35En revanche, la submersion marine menace des enjeux importants à la fois sur le secteur du Grau du Roi et des salins (activités touristiques, salinières, sanctuaire de nature à forte spécificité).

36Il ressort de cette analyse que le risque principal sur le territoire du Grau du Roi est la submersion marine et non pas le recul du trait de côte. Cela permet d'envisager de traiter de façon distincte la submersion et l'érosion en mettant en place d'une part une réhabilitation du système sédimentaire littoral, et d'autre part des protections contre les submersions proches des enjeux.

  • 2  : Martelières : Vannes manuelles permettant de régler les débits et les niveaux d’eau, utilisées p (...)

37Pour la protection contre la submersion, le principe de base consisterait à exhausser les voiries et les pistes qui ceinturent la zone urbaine (jusqu'à une altitude de 2 m N.G.F., ce qui représenterait moins d'1 m de surélévation). Ces «  digues  » situées loin de la zone de front de mer ne seraient donc pas soumises à des contraintes mécaniques importantes. De manière complémentaire, la mise en place de martelières2 et d'ouvrages hydrauliques sur les canaux d'irrigation permettrait de protéger les cultures et de faciliter le ré-essuyage des terres.

38En ce qui concerne la gestion de l'érosion, l'objectif ne serait plus comme aujourd'hui de fixer à tout prix le trait de côte, mais évoluerait vers la restauration d'un équilibre, voire la gestion d'un recul acceptable (dans le cas où celui-ci pourrait être compatible avec l'activité des salins). Une option intéressante pourrait consister en une réhabilitation en plusieurs étapes. D’abord, la construction d’une dune de deuxième ligne sur les anciens cordons édifiés au 18ème siècle, tout en allégeant progressivement l’entretien de la dune bordière. Ensuite, lorsque la dune en arrière sera consolidée, un arrêt de la gestion de la dune bordière pourrait être envisagé.

39Le positionnement de la dune protectrice sur les anciens cordons dunaires perturberait peu le fonctionnement de la zone, puisque ces derniers ont été arasés antérieurement (Corre, 1984). Leur reconstruction consisterait donc plus en une restauration du milieu qu’en une transformation. Par ailleurs au niveau des cordons les plus anciens, les transports de sable sont limités et la topographie reste stable (Corre, 1971), ce qui faciliterait leur végétalisation.

40Les dunes embryonnaires sont peu abondantes à l’est du site en raison du faciès d’érosion observé sur la zone et de la transition directe plage/dune blanche. Elles occupent principalement les trouées dans la dune vive occasionnées par les incursions marines (Favennec et Larroque, 2004). L’allégement progressif de l’entretien de la dune bordière pourrait donc être bénéfique au développement de cet habitat. Laisser pénétrer l’eau dans une zone « tampon » maîtrisée permettrait de maintenir la dynamique des communautés végétales dépendantes des entrées d’eau marine et de protéger les enjeux humains situés plus en arrière.

41L’enjeu écologique sur le site de l’Espiguette est de taille et il est nécessaire de trouver un compromis entre des incursions marines importantes et une absence d’entrée d’eau. Le maintien de ces perturbations est particulièrement important pour l’habitat steppe salée, car les intrusions marines permettent la conservation d’un recouvrement végétal faible, favorable au développement d’espèces pionnières rares et protégées présentes dans cet habitat (Favennec et Larroque 2004). Néanmoins la présence d’eau douce dans les zones protégées par le cordon dunaire est essentielle pour maintenir la biodiversité floristique du site (CELRL, 1998). La protection des habitats prioritaires à genévriers et à Pinus pinea, sensibles à de trop fortes influences marines, passe donc par des intrusions contrôlées.

42Les études réalisées par J.-J. Corre (1971) sur l’Espiguette montrent que l’influence de la nappe salée est importante jusqu’aux cordons les plus anciens : c'est-à-dire quelques centaines de mètres vers l’intérieur des terres. La dynamique des formations végétales et la teneur en sel du sol pourraient donc être davantage influencées par les eaux des nappes salées (coin salé) que par les intrusions marines.

43La montée du niveau de la mer va prolonger vers l’intérieur des terres l’influence du coin salé. Dans certaines zones de dépression, si la salinité du sol augmente on pourrait avoir un développement des fourrés halophiles, habitat non prioritaire mais peu représenté sur le site. Ces fourrés halophiles ont par ailleurs une valeur importante pour l’avifaune, en tant que lieu de nidification et halte migratoire (CELRL, 1998). L’augmentation de la salinité des sols justifiera davantage la présence du cordon en arrière pour limiter l’augmentation de la salinisation pouvant être induite par les intrusions marines.

44L’ensemble de ces propositions vise à éviter les protections lourdes pour respecter le système dune-plage et ses transferts intrinsèques afin de ne pas altérer les fonctionnalités de l’écosystème. Il est nécessaire de considérer la totalité du système dune-plage, de ne pas découpler ses fonctions comme cela a été fait par le passé, pour favoriser la résilience de l’écosystème, c'est-à-dire sa capacité naturelle à revenir à un état initial après une perturbation.

45Des rechargements de plage dans la zone la plus en érosion, en utilisant le sable qui se stocke contre la grande digue de l’Espiguette, compléterait utilement ce dispositif. Par ailleurs en ce qui concerne « le beach nourishment » la partie française des côtes méditerranéennes est en retard, puisque nos voisins italiens ont commencé ces opérations de réengraissement des plages au début des années 1980 et les Espagnols ont appliqué cette technique dès le début des années 1990.

46Il est important aujourd’hui de bien prendre conscience que le risque majeur pour la commune du Grau du Roi est la submersion marine. Pour s’en prémunir, il est irréaliste, tant du point de vue technique que financier, d’espérer fixer le trait de côte et stabiliser le cordon dunaire. Il faut donc coupler :

  • une gestion « terrestre » de la submersion marine en protégeant de façon rapprochée les enjeux

  • une gestion de l’érosion par des méthodes adaptées au caractère naturel du site, telles que nous venons de les décrire.

47Ces solutions alternatives proposées sont en adéquation avec les caractéristiques et les enjeux propres à la Camargue. Ce territoire dont l’eau est l’élément clef de voûte et ses habitants sont désignés sous le terme de système « socio hydraulique » (Allard et al., 2005).

3. La complexité d’un territoire, véritable palimpseste

3.1. Un territoire particulier : la Camargue

48Aujourd’hui, la gestion du risque inondation ou érosion en Camargue intervient dans un contexte relativement rigide hérité du passé, en réponse à l’histoire de la mise en place de ce système socio-hydraulique (Allard et al., 2005). En effet, dès l’époque romaine émergent les premières tentatives de colonisation agricole du delta et au Moyen Age des modifications des caractéristiques hydrologiques : canaux de drainage, digues sont effectuées. En 1859 les politiques nationales ont conduit à l’achèvement de la digue à la mer fermant le littoral et protégeant la Camargue des intrusions marines. Ces systèmes de protection ont donné aux Camarguais une impression de protection absolue et les activités économiques ont pu prospérer (Allard et al., 2005).

49Même après les fortes inondations de 1993, 1994 et 2002, pour certains de ses habitants la reconnaissance de la Camargue comme territoire potentiellement submersible n’est pas toujours une évidence (Allard et al., 2005). L’évolution de l’appréciation du risque et de la limite entre risque acceptable et risque inacceptable peut s’expliquer par le développement technique, économique, institutionnel des sociétés mais surtout par « la perception même du risque qu’ont les populations en fonction de leur culture, de leur croyance, dans leur quête de sécurité » (Allard et al., 2005).

50En croyant maîtriser le risque d’inondation, les sociétés humaines ont contribué à augmenter leur vulnérabilité. Actuellement une nouvelle politique de gestion se profile, résultant de la prise de conscience d’un risque naturel non maîtrisable totalement et face auquel les sociétés humaines resteront vulnérables : « L’homme ne peut rien contre la nature, il peut s’en protéger mais non la maîtriser » (Allard et al., 2005) ; cependant il peut parfois aider la nature ou l’utiliser notamment par le génie écologique.

  • 3  : On peut noter le cas particulier de phénomènes à cinétique rapide et présentant un risque très g (...)

51Il est ainsi nécessaire de partager les enseignements qui ont pu être tirés des erreurs faites en termes de protection du littoral et de communiquer cette expérience aux décideurs. Il ne faut pas oublier qu’en définitif l'inaction due aux blocages (les acteurs politiques, institutionnels, la société civile... campant sur leurs positions respectives) peut amener à une situation où les travaux deviendraient si coûteux qu'ils seraient impossible à réaliser. Dans cette situation, on laisserait la nature reprendre ses droits sans intervenir, les propriétaires des terrains ne pouvant alors prétendre à aucune indemnisation3. Là, il n’est plus question de recul stratégique, mais de recul forcé, pour lequel l’accompagnement avec un recul contrôlé ne peut plus se faire. En revanche, si le recul se fait lors d'une opération de gestion de l'érosion, une procédure d'expropriation est mise en place dans le cadre d'une déclaration d'utilité publique et permet aux propriétaires de se voir indemniser la perte de leurs biens et de leurs usages.

52Si l’on veut être optimiste, on peut considérer que la population de la Camargue a depuis longtemps appris à composer avec les fluctuations du Rhône et les entrées marines. À l’instabilité dynamique répondent les reconversions économiques et selon B. Picon « il est assez vain de s’interroger sur l’aptitude du milieu et des hommes au changement tant le constat d’adaptation est évident » (Picon in Bethemont, 2000). Mais on peut également penser que la population ayant pendant longtemps lutté contre ces aléas ne supporterait que difficilement un retour vers un état antérieur : la peur de la perte d’argent semblant cacher davantage une perte d’identité.

53La Camargue constitue un espace voué au changement : en un siècle l’agriculture a évolué d’une dominance de blé et mouton à une dominance viticole puis rizicole pour aboutir actuellement à un partage de l’espace entre l’ensemble de ces activités (Bethemont, 2000). Aujourd’hui il faut savoir ce qu’il vaut mieux favoriser pour les habitants de la Petite Camargue : le tourisme ou les activités agricoles.

3.2. Une complexité technique et administrative particulière

54Un delta tel que celui du Rhône ne s’aborde pas uniquement par sa portion maritime. De façon générale il faut aborder le système « delta » dans sa globalité en tenant compte des interactions fleuve – littoral. Les aménagements proposés ne doivent donc pas empêcher l’évacuation des eaux des crues : la transparence hydraulique doit donc être maintenue.

55Par ailleurs l’enchevêtrement administratif ne facilite pas la mise en place de démarches communes : même si la zone d’étude est en Languedoc-Roussillon, elle est frontalière de la région PACA et les salins du midi, dont l’avenir est incertain, sont à la croisée de ces deux entités administratives, sur deux départements différents (le Gard et les Bouches du Rhône), sur deux communes différentes (Le Grau du Roi et Les Saintes-Marie-de-la-Mer) avec deux gestionnaires d’espaces naturels différents (le syndicat mixte de la Camargue Gardoise et le Parc Naturel Régional de Camargue).

56Le nombre d’acteurs est plus important que dans un cas classique, il est donc d'autant plus nécessaire de définir clairement et globalement ce que l'on veut protéger et quels moyens on est prêt à mettre. Les réflexions et les décisions doivent être entreprises entre les différents acteurs : les gestionnaires (Syndicat Mixte Camargue Gardoise, CELRL, État, PNR Camargue, ONF...), les financeurs : Salins, État, Agence de l'Eau, Communes, Départements, Régions ...

57Les pêcheurs professionnels (telliniers), les kite surfers, les quelques concessionnaires de plage, les naturistes ou les défenseurs de la nature n’ayant évidemment pas les mêmes intérêts, la communication est primordiale dans ce territoire à enjeux multiples.

Conclusion

58Les travaux de protection de l’espace et l’artificialisation conséquente ne doivent pas masquer l’instabilité morphologique naturelle du delta camarguais : subsidence (enfoncement du sol en Camargue) et diminution de 70 % des apports alluviaux du Rhône entre 1900 et 2000 ; en tant que tel c’est un espace mobile dans le temps et dans l’espace.

59Par ailleurs, comme le montre cet article, protéger le littoral partout en le figeant par une artificialisation du trait de côte n’est pas réaliste tant d’un point de vue technique que financier.

60Laisser un espace de liberté et de fonctionnement naturel est peut-être préférable dans le contexte actuel de changements climatiques et d’une évolution appréhendée seulement par des prédictions et des hypothèses. Il semble aujourd’hui nécessaire d’anticiper, d’accepter un retrait, là où les enjeux ne sont pas directement sous les coups de boutoir de la mer, et une reconversion des activités ; l’image de marque de la Camargue ne pourrait que s’en trouver améliorée.

61Cela ne sera possible que si tous les acteurs concernés partagent le même diagnostic et acceptent de discuter sans a priori des solutions à apporter. Les techniciens doivent donc faire des efforts de clarté et de pédagogie pour permettre à chacun de s'approprier les connaissances complexes qu'ils possèdent ; de leur côté les propriétaires fonciers et les usagers devront accepter une évolution des usages de ce littoral.

62La prise de conscience actuelle des problèmes liés aux changements climatiques semble offrir aujourd'hui un espoir. Néanmoins, les intérêts privés à court ou moyen terme priment encore souvent sur l'intérêt collectif à long terme.

Haut de page

Bibliographie

ALLARD, Paul. PICON, Bernard. CLAEYS-MEKADE, Cécilia. KILLIAN, Stéphanie. ASTIER, Loïc. MALANGOU, Seyadou. 2005. Gestion du risque inondation et changement social dans le delta du Rhône : Les «  catastrophes  » de 1856 et 1993-1994. Rapport DESMID, CNRS UMR 6012 ESPACE - EA 3293 Université de la Méditerranée. 148 pp. 

BETHEMONT, Jacques. 2000. - Actes du colloque d’Arles « Le changement climatique et les espaces côtiers ». Chapitre 15 : Table ronde : le delta du Rhône et l’élévation du niveau de la mer. Arles. pp. 82-86.

CETE. SMNLR. 1997. Étude sur l’évolution du littoral sableux du Languedoc-Roussillon de 1945 à nos jours. 53 pp. 

CELRL (Conservatoire de l’espace littoral et des rivages lacustres). 1998. Plan de gestion des domaines de Terre Neuve et de la Capelude. 172 pp. 

Commission Européenne. 2004. Vivre avec l’érosion côtière en Europe. Espaces et sédiments pour un développement durable. Conclusions de l’étude EUROSION. Pays bas. 40 pp. 

CORRE, Jean-Jacques. 1971. Étude d’un massif dunaire le long du littoral méditerranéen : structure et dynamisme du milieu et de la végétation. Colloques Phytosociologiques, I la végétation des dunes maritimes. Paris. pp. 201-225.

CORRE, Jean-Jacques. 1984. La végétation littorale des environs de Montpellier. Institut de botanique-Université Montpellier II. 34 pp. 

IARE (Institut des Aménagements Régionaux et de l’Environnement). 1994. Domaine de Terre-Neuve Commune du Grau-du-Roi Gard : Expertise écologique, Inventaire du patrimoine naturel. 12 pp. 

FAVENNEC, Jean. LARROQUE, Benoît. 2004. Étude de l’incidence de la création d’un cordon de dune-digue sur le site de Terre Neuve. ONF. 30 pp. 

HEURTEFEUX, Hugues. RICHARD Philippe, 2005. Vingt ans de protection des dunes littorales par des techniques douces : bilan et perspectives à travers quelques exemples en Méditerranée française. In Milieux littoraux, nouvelles perspectives d’étude. Paris : Éd. l’Harmattan. pp. 143-166.

LEDOUX, Laure. CORNELL, Sarah. O’RIORDAN, Tim. HARVEY, Robert. BANYARD, Laurence. 2004. Towards Sustainable Flood and Coastal Management: Identifying Drivers of, and Obstacles to, Managed Realignment. CSERGE Working Paper ECM 04-01. Centre for Social and Economic Research on the Global Environment, Norwich. UK. 32 pp

MAUGER, Jean. 2006. Quand les enjeux le permettent, organiser le déplacement des équipements, expropriation-indemnisation : Criel-sur-Mer, « de la défense contre la mer à la gestion durable du système côtier ». A.N.E.L., Torreilles. ANEL. http://www.anel.asso.fr/pdf/Actes_JE_Torreilles_2006.pdf. 23/01/2007.

MOULIS, Didier. 2006. L’évolution des pratiques de lutte contre l’érosion en Languedoc-Roussillon. Actes du colloque des journées d’étude « de la défense contre la mer à la gestion durable du système côtier ». A.N.E.L., Torreilles. ANEL. http://www.anel.asso.fr/pdf/ Actes_JE_Torreilles_2006.pdf . 23/01/2007.

SABATIER, François. 2001. Fonctionnement et dynamiques morpho-sédimentaires du littoral du delta du Rhône. Thèse. Université Aix-Marseille III. 272 pp. 

Haut de page

Notes

1  : Sansouires : formations végétales basses également appelées fourrés halophiles méditerranéens, se développant sur des étendues de vases salées temporairement inondées.

2  : Martelières : Vannes manuelles permettant de régler les débits et les niveaux d’eau, utilisées pour la gestion hydraulique des zones humides.

3  : On peut noter le cas particulier de phénomènes à cinétique rapide et présentant un risque très grave d'atteinte aux personnes, qui peut permettre une expropriation en l'absence de projet de gestion comme ce fut le cas à Criel-sur-Mer (Seine Maritime). Sur une zone d'habitations menacées par des éboulements de falaise, une procédure d’expropriation a commencé en juin 1997, pour arriver 9 ans plus tard à la destruction de 11 maisons (effectuée entre janvier et avril 2006) sur un coût total de 900 000 euros (Mauger, 2006). Le calcul de valeurs des biens repose sur la valeur du bien en considérant qu’il n’y a pas de risque ; c’est l’application de la loi Barnier (1995). Mais la Camargue ne connaît pas ce genre de situations en matière de risques littoraux.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Présentation de la Petite Camargue
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/491/img-1.png
Fichier image/png, 188k
Titre Figure 2 : Date de formation des différents cordons et occupation de la zone côtière
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/491/img-2.png
Fichier image/png, 152k
Titre Figure 3 : Ouverture d’un grau et intrusion marine suite à la tempête de décembre 1997
Crédits (Source : S.M.N.L.R., 1997)
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/491/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 4 : Succession de Barkhanes sur la plage de l’Espiguette
Crédits (Source : EID Méditerranée, 2005)
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/491/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 5 : Dynamique du trait de côte en 1954 et en 2001
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/491/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hugues Heurtefeux, Stéphanie Grosset et Pierre-Yves Valantin, « Une approche alternative de la gestion des risques côtiers, l’exemple de la petite Camargue », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 1 | 2007, mis en ligne le 15 février 2012, consulté le 17 août 2017. URL : http://tem.revues.org/491 ; DOI : 10.4000/tem.491

Haut de page

Auteurs

Hugues Heurtefeux

EID Méditerranée
165 avenue Paul Rimbaud
34 184 Montpellier Cedex 4, France
hheurtefeux@eid-med.org

Stéphanie Grosset

EID Méditerranée
165 avenue Paul Rimbaud
34 184 Montpellier Cedex 4, France
sgrosset@eid-med.org

Pierre-Yves Valantin

Direction Régionale de l'Équipement Languedoc-
Roussillon Risques Littoraux
520 allée Henri II de Montmorency
34064 Montpellier Cedex 2, France
Pierre-Yves.Valantin@equipement.gouv.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page