Navigation – Plan du site

Éditorial

Valérie Morel
p. 1-2

Texte intégral

1Les risques représentent aujourd’hui une clé d’entrée incontournable dans la compréhension des dynamiques spatiales et dans les choix d’aménagement des territoires.

2Avec le processus de littoralisation amorcé à partir du dix-huitième siècle et accéléré au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, c’est un nouveau système de développement spatial qui émerge sur les côtes. Sur ce milieu dynamique, se sont progressivement installées des sociétés. Les relations s’exerçant sur les territoires côtiers entre les dynamiques naturelles et anthropiques peuvent être analysées sous le prisme des risques. En effet, la conjugaison de forts aléas (mobilité du trait de côte, circulation maritime intense...), la faible prise de conscience de ces dangers, ainsi que de la concentration d’enjeux fait de la frange côtière un territoire à risques. De plus, l’accroissement d’une économie mondialisée a donné une place toute particulière aux échanges maritimes démultipliant la circulation au large de côtes. Les franges côtières sont progressivement devenues des espaces investis et convoités qui se présentent comme un « éco-sociosystème » vulnérable.

3Quelle définition pour la frange côtière ? Il s'agit d'une bande étroite située à proximité immédiate du trait de côte. La dimension côtière représente un facteur original dans la mesure où ce territoire est caractérisé par une double interface : d’une part, entre la terre et la mer ; d’autre part, entre des espaces de nature et des espaces occupés. Le problème de la délimitation précise de l'espace côtier apparaît constamment dans les différentes approches. Géomorphologues et géographes, mais aussi juristes, économistes et aménageurs ne proposent pas de limites figées car l’espace côtier est, par sa nature même, un espace dynamique et mobile. Par ailleurs, si pendant longtemps seule une extension spatiale terrestre définissait l’espace côtier, aujourd’hui, les différentes problématiques qui touchent cet espace s’ouvrent vers la mer. Cette intégration progressive d’une marge maritime répond à la nécessité de travailler, de se questionner, en privilégiant une approche systémique, sur des unités géographiques fonctionnelles appartenant à des sous-systèmes naturels et/ou anthropiques.

4La question de l’émergence des risques et de leur territorialisation dans une finalité de gestion plus raisonnée sont des problématiques qui orientent les différentes contributions de ce numéro. H. Heurtefeux, S. Grosset et P.-Y. Valantin proposent de penser le risque côtier d’érosion et de submersion marine en petite Camargue sur le temps long associant le construit de la nature et le construit sociétal dans l’émergence d’un territoire à risques. De plus, ils invitent usagers et acteurs à repenser les choix de défenses côtières et ouvrent la réflexion en proposant un éventuel recul acceptable.

  • 1 GIZC : Gestion Intégrée des Zones Côtières.
  • 2 GIRE : Gestion Intégrée des Ressources en Eau

5J. Longuépée et O. Petit montrent que les interactions entre eau douce et eau marine sont vecteurs de risques sur les côtes. Ils questionnent les approches développées par la GIZC1 et la GIRE2 en matière de gestion de ces risques. Les Wateringues (Nord - Pas-de-Calais) qui servent de territoire d’application à leur réflexion apportent la preuve de la nécessité des solidarités territoriales dans l’élaboration des stratégies de gestion.

6En prenant l’exemple des marées noires, aléa issu du transport maritime, plusieurs aspects de la vulnérabilité des territoires côtiers sont mis en exergue. O. Lozachmeur propose de penser l’action des acteurs dans la gestion du risque en s’appuyant sur le dispositif Polmar. Il montre d’une part, l’absence d’intégration entre les différents acteurs publics et d’autre part, la nécessité de renforcer la place des collectivités locales dans l’action. Dans le prolongement, V. Herbert, en se référant également au dispositif Polmar, s’interroge sur les différentes ambigüités en termes spatial, administratif et temporel qui limitent le bon fonctionnement de ce dispositif organisationnel.

7P. Fattal, M. Robin et P. Pottier présentent une analyse multicritère associant des variables de nature et des variables socio-économiques pour évaluer la vulnérabilité côtière face au risque de pollution par hydrocarbures et proposent une représentation spatialisée de la résistance/résilience d’un système côtier.

8Par l’exemple de Diguebourg, commune littorale SEVESO du Nord de la France au cœur d’une zone industrialo-portuaire, H. Flanquart, A.-P. Hellequin et P. Vallet abordent la question de la perception du risque industriel et de la confiance de la population envers les gestionnaires du risque. À travers l’exploitation des résultats d’une enquête, cet article s’intéresse à divers aspects de la confiance qu’une population peut éprouver en des acteurs habituellement chargés de la gestion du risque industriel  ; c’est-à-dire à l’appréciation, par les habitants d’un village soumis au risque industriel, des compétences, de l’honnêteté et des capacités à agir des pompiers, policiers, experts technologiques et pouvoirs politiques locaux, nationaux et supranationaux.

9Enfin l’exemple de la Nouvelle-Orléans, développé par I. Maret et Th. Cadoul, aborde le lien entre dynamique urbaine et dynamique du territoire support. Il s’agit de penser une reconstruction durable de la Nouvelle-Orléans en proposant une approche systémique et non sectorielle comme présentée dans plusieurs projets de reconstruction. L’enjeu de la reconstruction est réel, pour la Nouvelle-Orléans, mais aussi pour d’autres villes exposées à de semblables phénomènes. Il s’agit d’intégrer dans le développement urbain la notion de respect de l’environnement, de préservation de l’espace comme protecteur contre les risques naturels ; de plus l’enjeu est double, puisque la reconstruction de la Nouvelle-Orléans peut aussi permettre la construction d’une cité pensée en termes de développement durable, tant du point de vue de ses infrastructures urbaines que de la cohésion sociale. Par ailleurs, cette contribution offre des éclairages internationaux (Japon, Pays-Bas) qui apportent leur lot d’éléments critiques afférent aux stratégies mises en œuvre pour réduire la vulnérabilité des villes face aux risques qui les menacent.

10Ainsi, la question des risques côtiers se pose aujourd’hui sur l’ensemble des littoraux occupés et nécessite une prise de décision judicieuse, qui prend totalement en compte les conditions côtières naturelles et humaines passées, présentes et futures. Pour ce faire, le moyen le plus efficace est une approche coordonnée de la gestion des risques côtiers, diminuant les risques pour les communautés côtières vulnérables, en identifiant et en comprenant la nature et l'ampleur des enjeux des territoires côtiers. Une telle approche permettra de s'assurer que les populations et les aménagements existants et à venir ne soient pas exposés à des risques inacceptables et que les choix d’aménagements n'augmentent pas le risque pour le reste de la communauté côtière. Les questions d’analyse des temps de la nature et de la société, la complexité actorielle, l’intégration des espaces maritimes et terrestres, le croissement de données quantitatives et qualitatives, les approches systémiques apparaissent comme des thèmes majeurs d’analyse quant à l’aménagement des territoires côtiers de demain.

Haut de page

Notes

1 GIZC : Gestion Intégrée des Zones Côtières.

2 GIRE : Gestion Intégrée des Ressources en Eau

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Morel, « Éditorial », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 1 | 2007, mis en ligne le 15 février 2012, consulté le 27 mars 2017. URL : http://tem.revues.org/489

Haut de page

Auteur

Valérie Morel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page