Navigation – Plan du site
Paroles d'acteur

Quelques réflexions sur le développement durable

Olivier Frérot
p. 99-104

Texte intégral

Remarques liminaires

1Les éléments de cette note sont issus d'une réflexion engagée pour initier des échanges internes au Certu (Centre d'Etudes sur les Réseaux, les Transports et l'Urbanisme), centre technique du ministère de l'Equipement, sur le développement durable.

2Le développement durable ne peut « s’attraper  » aisément, car il porte en lui des contradictions intrinsèques, provoque des conflits entre acteurs qui s'en réclament, et pointe en tous cas les contradictions de nos actions individuelles et collectives.

3Mais cette utopie, qu'il faut considérer comme un horizon qui nous attire toujours plus loin, est en capacité d'alimenter une formidable dynamique de renouvellement de la réflexion et de l'action, à condition d'accepter, voire de rechercher, la remise en cause, l'exigence intellectuelle et le débat.

4Le développement durable est-il un concept ? Une méthode ? Une théorie ? Une idéologie  ? Et plus largement encore un nouveau paradigme ?

5Ces questions sont ouvertes, mais les transformations culturelles, sociétales, et désormais naturelles, qu'affronte la société occidentale (dont l'empreinte devient planétaire) plaident pour considérer le développement durable comme un élément majeur sous-tendant toute pensée et action qui a le souci de l'humanité, de la biosphère et plus largement de la planète.

6Plusieurs mots l'habitent comme le monde qui advient : vivant, contradictions, imprévisibilité, incomplétude, fragilité, mobilité, collectif, toujours en train de se construire...

7Ces mots caractérisent un mode de pensée complexe qui va bien au-delà des démarches classiques de l'ingénieur, de l'économiste ou du sociologue.

Les sciences et le développement durable : une articulation majeure

8Il faut entendre toutes les sciences, sciences de la nature et sciences humaines, car elles sont toutes concernées.

9Les contradictions et tensions que contient le développement durable constituent sa propre capacité d'innovation et de mobilisation, à condition qu'il ne devienne pas une « nouvelle idéologie dominante molle », mais qu'il s'expose à l'exigence scientifique et critique sans complaisance.

10Ainsi nous pouvons penser au travail sur la définition, le recueil et l'interprétation des indicateurs. Ce travail difficile est essentiel pour objectiver ce qui se passe et hiérarchiser les urgences et les nécessités pour l'action.

11Les sciences ont, grâce au DÉVELOPPEMENT DURABLE, une belle opportunité de s'ouvrir nettement à des logiques complexes, du type des logiques antagonistes, pour penser les contradictions intrinsèques de notre monde et s'éloigner du rationalisme scientiste qui domine les techno-sciences.

12Le rationalisme déductif de Descartes ou Auguste Comte, l'épistémologie de Karl Poper, n'expliquent plus suffisamment notre vision du monde. Nous savons que les conditions initiales comptent fondamentalement au point qu'il faut les considérer comme axiomes autant que les lois physiques (pensons à la thermodynamique non linéaire, à la géologie, à la biologie). Il faut réhabiliter les démarches inductives pour lesquelles les lois et les réalités observées (conditions initiales des équations mathématiques) s'entremêlent et n'ont pas de préséance les unes par rapport aux autres (Guy, 1998). Cette désautonomisation de la science permet de fait des ouvertures considérables.

13Nous savons désormais que les sciences ne nous sauveront pas et pourtant nous avons un besoin d'un surcroît de sciences pour inventer de nouvelles techniques moins polluantes, plus productives, sachant davantage recycler les ressources non renouvelables, et pour faire vivre décemment beaucoup plus d'êtres humains. Les sciences physiques doivent explorer toujours plus loin et en même temps accepter de nouvelles limites à leur action en entrant en dialogue avec d'autres valeurs. Les cas des OGM et des nanotechnologies en sont une illustration. Le développement durable doit donc installer des filtres, qui ne doivent cependant pas être des freins à l'inventivité, bien au contraire.

14Si les sciences, tant physiques que sociales, veulent éviter une crise vis-à-vis des enjeux du développement, elles doivent se montrer plus à l'écoute de la société et pas seulement du marché (Godard, 2004-2005).

15Avec les sciences de l'ingénieur, il faut approfondir les réflexions sur l'épistémologie (côté sciences) et l'éthique (coté société) ; comment les deux s'entremêlent, et ne peuvent plus se penser séparément (Guy, 1998). Les grandes affaires comme les OGM ou les nanotechnologies, et désormais la plupart des questions auxquelles est affrontée l'humanité, nécessitent un travail à la fois sur l'épistémologie et sur l'éthique. Le développement durable commande un tel approfondissement.

16Au sein des projets et des débats, de nouveaux processus de production des connaissances et de circulation de l'information apparaissent, qui montrent l'expertise de l'habitant, du citoyen ou de l'usager.

17Les scientifiques doivent les rechercher avec détermination avec des méthodologies qui restent largement à inventer (Mathieu, 2006). Le savoir n'est plus uniquement déposé dans la tête des savants.

18Prenons l'exemple de la vie d'un fleuve où les connaissances des hydrodynamiciens, des biologistes, des anthropologues, des écologues se croisent avec celles des pêcheurs, des agriculteurs, des navigateurs, des élus... pour tenter d'appréhender l'ensemble du système fluvial.

19De par la visée intégratrice du développement durable, ces processus de production de la connaissance nécessitent une forte interdisciplinarité, pas assez fréquente dans les pratiques académiques. C'est l'objet d'étude (le fleuve, les OGM, ...) qui doit rassembler les sciences et non la discipline académique qui choisit un objet qui demeure dans son champ.

20Et, nos politiques de management de la recherche demeurent aujourd'hui encore trop cloisonnées avec une évaluation des chercheurs et également des administrateurs, qui privilégie une vision sectorielle dont il faut impérativement sortir.

21Un dialogue vivant et fécond entre sciences et développement durable est donc nécessaire pour garder la vigueur et le dynamisme de chacun. N'est-ce pas là une perspective essentielle (qui est pleine de sens) pour les sciences ?

22En résumé, il ne s'agit pas de jeter aux orties nos savoirs scientifiques ni nos instruments techniques, méthodologiques, économiques, ... bien au contraire, mais d'en confronter les résultats avec les questions sociétales actuelles (par exemple comment diminuer la production des gaz à effet de serre dans les transports ou l'habitat, en examinant de nombreux secteurs comme la distribution des marchandises en ville ou les déplacements de loisirs).

Les trois champs du développement durable sont contradictoires

23Le principe du développement durable est le suivant : tout développement dans un des trois champs du développement durable – Economie, Social, Environnement – doit s'accompagner d'un gain dans les deux autres champs.

24Or, si tenir ensemble deux des éléments semble atteignable dans un même espace-temps, c'est de réussir des gains dans les trois piliers dans ce même espace-temps qui parait hors de portée. Ou, dit autrement, pris deux à deux, les piliers du développement durable fonctionnent, mais au détriment du troisième.

25Illustrons par un exemple :

26Aux abords d'une ville se trouve un ruisseau pollué au bord duquel s'installent régulièrement les gens du voyage. Cette pollution provient d'un complexe industriel qui a permis le développement de la ville et donc d'améliorer, pendant les années passées, le niveau de vie d'une partie importante de la population. À cette époque, les deux piliers économie et social ont été satisfaits mais pas le pilier environnemental. Pour restaurer la qualité des rivières, la collectivité décide d'assainir ce ruisseau et construit un système d'épuration. Des investisseurs choisissent alors, avant que les travaux ne soient effectués, d'acquérir des parcelles riveraines du ruisseau, pour un prix modique. Quand les travaux sont réalisés, les prairies environnantes ont pris de la valeur, symbolique et financière.

27Les gens du voyage s'en trouvent chassés pour y mettre à la place un parc et des habitations pour classe moyennes et supérieures. Les piliers environnement et économie ont bien fonctionné, mais pas le pilier social. Si la collectivité anticipe ce phénomène d'expulsion des pauvres, elle doit, par avance, ne pas laisser les investisseurs se rendre maîtres des terrains. Elle acquiert par avance le foncier en ayant pris soin de geler la constructibilité au PLU et elle installe les gens du voyage sur une aire réalisée pour eux.

28La collectivité a donc dépensé de l'argent public, mais amélioré la situation des gens du voyage et celle du ruisseau. Mais cela n'a pas généré de business, ni d'activité économique forte. Les piliers environnement et social ont été satisfaits, mais pas le pilier économie.

29L'idée de placer l'aire des gens du voyage ailleurs et de permettre la réalisation de constructions près du ruisseau vient alors à l'esprit. Mais il faut poursuivre le questionnement : pourquoi les gens du voyage n'ont plus droit à la proximité du ruisseau réhabilité, quelles conséquences économiques et sociales engendre la localisation des gens du voyage à l'endroit choisi... Bref, le développement durable invite à ne jamais se dire que l'on tient la “bonne solution” !

30La préoccupation que le développement durable sous-tend c’est-à-dire se soucier par avance, être vigilant constamment, doit aboutir opérationnellement à des arbitrages politiques qui, tout en privilégiant, par nécessité, deux des piliers en fonction du moment et du territoire ou projet concerné, doivent chercher à minimiser les effets négatifs sur le troisième, voire à compenser les externalités négatives en prenant en compte le moyen et le long terme.

31L'exemple précédent montre que cela n'est pas aisé et oblige de changer radicalement les modes d'actions publiques et privés, qui doivent absolument coopérer dans notre société libérale.

32L'horizon à atteindre est bien celui où aucun des trois piliers ne serait lésé. La poursuite, obstinée et permanente, de cet horizon qui s'éloigne toujours, constitue la dynamique réellement novatrice et mobilisatrice du développement durable. Pour paraphraser le langage mathématique, nous pourrions dire que l'intersection des trois champs du développement durable n'est pas vide seulement à l'infini, ou pour dire encore autrement il n'y a pas de point d'équilibre qui résoudrait parfaitement le problème au sens du développement durable, car nous sommes en perpétuel déséquilibre à la recherche du meilleur compromis possible.

33Cette dynamique s'apparente à un dépassement des contradictions sans pouvoir les nier, comme ont dû le faire les savants quand ils ont découvert la nature à la fois onde et corpuscule de la lumière, quand il a fallu comprendre comment des phénomènes hyper-organisés comme la vie pouvait émerger alors que le deuxième principe de la thermodynamique postule que c'est la désorganisation qui doit l'emporter, ou quand les mathématiciens ont créé les géométries non euclidiennes.

34Tout cela pour dire que l'effort n'est pas mince et que si on ne le porte pas à ce niveau de difficultés et de tensions, on aura beaucoup parlé, mais pas changé grand chose...

35Les efforts doivent porter sur l'évaluation des impacts (les gagnants et les perdants) d'une politique ou d'un projet par rapport à différents objectifs plus ou moins contradictoires. La difficulté est de rechercher, par tâtonnements, concertations multiples et successives, les solutions qui ménagent un maximum d'avantages en minimisant les inconvénients et en trouvant des compensations, ce qui demande une grande culture, de l'imagination et beaucoup de savoir faire relationnel et managérial !

36Osons enfin un parallèle entre les trois piliers du développement durable et les trois valeurs de la République Française, qui elles aussi sont contradictoires et qui tiennent aussi leur dynamisme potentiel de leurs contradictions. Tentons même un rapprochement entre l'économie et la liberté, entre le social et l'égalité et entre l'environnement et la fraternité. Nous savons/croyons que notre devise républicaine n'a pas donné encore tout son potentiel de créativité et de nouveauté pour produire une société meilleure, et qu'il faut pour cela redoubler d'imagination et de dynamisme, comme pour le développement durable qui semble ainsi avoir quelque proximité/parenté avec elle et qu'il serait intéressant d'approfondir.

L'individu versus le collectif

37L'individu contemporain reçoit une puissante injonction d'autonomie : chacun est appelé à créer sa propre histoire.

38De façon contradictoire, la société de consommation accroît sa manipulation des consciences, pour avoir des consommateurs dociles, et cherche à capter l'attention des personnes au détriment d'une concentration nécessaire pour inscrire sa trace singulière (Stiegler, 2006).

39L'individu tente tant bien que mal, et souvent avec grande difficulté, de se frayer un chemin dans un tel environnement surchargé.

40Comme d'autres idéologies mobilisatrices avant lui, le développement durable appelle notre intérêt et notre engagement pour le collectif et l'altruisme, à petite et à grande échelle.

41On sait que l'altruisme est souvent considéré comme une valeur en baisse, voire en voie de disparition dans la société contemporaine occidentale.

42Or, l'être humain a aussi un besoin vital de se sentir en lien avec un collectif plus grand que lui. La tension avec l'individualisme ne peut se résoudre positivement que lorsque l'autonomie de l'individu est suffisamment bien assumée, et permet de s'ouvrir aux autres.

43La réserve d'énergie se révèle alors très importante et le développement durable peut ouvrir des espaces d'engagement et de création considérables. C'est en cela aussi qu'il peut devenir un nouveau mythe sociétal mobilisateur.

44Cette source de mobilisation pour le développement durable apparaît sur un grand nombre de projets, et il ne faut pas la confondre avec le syndrome NIMBY, même si cela peut s'entrelacer.

45Il importe au contraire, d'identifier ces “énergies citoyennes” et de les orienter pour la construction collective et non l'affrontement stérile.

46Les débats publics sur les projets d'aménagement regorgent de tels affrontements qui, mieux gérés, permettraient d'inventer ensemble des solutions de compromis, beaucoup plus riches pour les humains et les non-humains (Latour, 1989, 1999).

47Il s'agit là non seulement de gouvernance mais surtout de capacités d'écoute, d'intelligence relationnelle et d'animation des promoteurs des projets, à très nettement renforcer.

48Cette interaction entre l'individu et le collectif fait écho également avec de nouvelles attitudes en sciences, où l'engagement personnel du savant devient clé dans “la dynamique de la raison” (Ladrière, 1976). La décision de construire du sens sur fond de non-sens (incomplétude irréductible du discours scientifique, retrait des fondements) est de l'ordre de l'éthique, et les débats dans les disciplines scientifiques, entre les différentes écoles de pensée, sont plus d'ordre éthique que technique. Accueillir le monde, l'autre radicalement extérieur, constitue le sujet en tant qu'homme de sciences singulier et dialoguant avec les autres hommes (Magnin et Guy, 1997). L'individuation de l'homme en général et de l'homme de sciences en particulier ouvre la réflexion sur l'interaction entre épistémologie et éthique et sur ces nouvelles “dynamiques de la raison” génératrices de profonds renouvellements.

La modification de la perception de l'espace et du temps : tout bouge

49Le développement durable porte en lui la relation complexe entre le global et le local, entre aujourd'hui et demain, entre les différentes échelles spatiales et temporelles. « Agir localement, Penser globalement », « Avoir le souci des générations futures » sont des slogans, qui, à condition d'être élucidés pour chaque projet – il y a là un champ d'investigation pour la recherche – peuvent modifier profondément la façon d'agir.

50Par ailleurs, la perception de l'espace-temps se densifie et s'enrichit, tant par le souci de projection intergénérationnelle que par une mobilité intensive qui saisit une partie de l'humanité.

51Plus profondément, l'atténuation des philosophies promettant un avenir meilleur fixé dans le lointain, et qui portaient le mythe central du progrès, provoque une dilatation du présent et valorise l'instantané. Le futur est désormais perçu comme portant autant, sinon plus, de périls que de promesses. Le repli sur le présent devient raisonnable !

52Au-delà de l'évolution de la perception de l'espace et du temps, c'est le concept même d'espace-temps qui se trouve élargi, avec les notions de mobilité et de mouvement qui prennent plus d'importance.

53Les conséquences de ces transformations culturelles, psychologiques et intellectuelles ne sont cependant pas encore bien perçues ni suffisamment étudiées.

54Pourtant, notre rapport à nous-même, aux autres et au monde évolue.

55Une mise en mouvement générale se manifeste que nous avons conscience de ne plus maîtriser, du fait d'une amplification des intensités et des échelles.

56L'espace-temps n'est plus une donnée fixe, qui se met en équation simple.

57Tout bouge, tout le temps et dans tous les sens...

58Et il faut constamment remettre l'ouvrage sur le métier !

59Les déboires des projets d'infrastructures, notamment routières dans les environs des agglomérations, qui ont besoin d'un temps assez long pour éclore et qui s'inscrivent clairement dans un territoire, ne font que croître. Il n'est désormais quasiment plus possible de faire aboutir un tel projet, car justement les multiples parties prenantes se projettent de façon de plus en plus discordante dans l'espace et le temps, et avec des moyens plus efficaces qu'autrefois pour faire prendre en compte leurs exigences. Nous devons penser des infrastructures dont les fonctions seront évolutives dans le temps et dont les externalités négatives, vis à vis de l'environnement et du social, puissent être, dès l'origine, compensées par des actions connexes.

Les enjeux de gouvernance sont essentiels

60Une des idées centrale de la modernité était qu'une autorité extérieure, liée à la science, surplombante aux êtres et aux choses, était reconnue apte à analyser, connaître, décider et justifier ce que l'on a appelé le bien commun.

61Cette autorité a pris, en France plus qu'ailleurs, la figure de l'Etat. Nous savons que cette légitimité a désormais disparu, non seulement parce que l'Etat a fait des erreurs qui l'ont décrédibilisé, mais plus fondamentalement parce que le paradigme de la modernité et d'une source extérieure de légitimité au monde s'est effondré. Les sociétés contemporaines doivent donc élaborer des formes tout à fait nouvelles de légitimité politique.

62Cette question doit trouver des solutions nationales, mais aussi mondiales avec de nouvelles formes de coopération entre les états, car la domination/colonisation des pays occidentaux sur les autres n'est plus de mise.

63En matière de gouvernance, c'est-à-dire de méthode et d'organisation des pouvoirs à tous les échelons, il est capital qu'aucun des partenaires n'ait la volonté, avouée ou non, de se placer en position hégémonique. Sinon les contenus, qui sont évoqués ci-dessous, ne permettront guère de renverser la tendance. Or, on observe que cette condition essentielle est rarement respectée, ce qui jette un doute sérieux sur les intentions, les discours et la réussite de démarches réellement novatrices.

64La question de la gouvernance est le principal obstacle rencontré pour la mise en œuvre de politiques et de projets territoriaux jugés souhaitables (par exemple l'urbanisation autour des gares). Il convient de mettre en évidence les intérêts divergents des différentes parties prenantes et de proposer des stratégies de partenariat et de coopération qui permettent de contourner les difficultés liés au système de gouvernance en place.

65Et il est important de garder en mémoire le fait qu'en France, l'État ne sait pas bien traiter de sujets où il n'est plus en position hégémonique... Des progrès considérables restent à faire.

66Il faut aller jusqu'à dire que la méthode ou la procédure est plus importante que l'objet, dès lors que le partenariat est juste et efficient.

67Avec le développement durable, aucune entité humaine et non-humaine ne doit plus être considérée comme un moyen mais comme participant d'un collectif en cours de construction (Latour, 1989, 1999).

68Le droit à l'expérience, et donc à la diversité et à l'erreur, doit être validé, sinon les frilosités qui nous gouvernent auront tôt fait de se cacher derrière un discours généreux mais inopérant et dissimulant en réalité une action routinière sans nouveauté.

69Reprenons l'exemple de la vie d'un fleuve où la concession d'un barrage hydroélectrique arrive au terme de 40 années. Récemment encore, personne n'aurait pensé s'opposer à EDF et à l'État sur la prolongation de la concession de 40 années supplémentaires.

70Aujourd'hui, des scientifiques et des praticiens du fleuve expliquent que le fleuve se meurt par arrêt du transfert de sédiments et pollution du fond du barrage par accumulation d'apports venant d'une ville située plus haut sur le fleuve, et que l'on ne saura pas évacuer sans dramatiquement polluer ce fleuve ; que les poissons migrateurs ont disparu, alors qu'ils pourraient être une ressource emblématique de la région ; que toute activité touristique est impossible du fait de la gestion du plan d'eau pour la production d'électricité ; ... Parallèlement, l'énergie produite est bien renouvelable et sans production de gaz à effet-de-serre  ; les communes riveraines apprécient grandement la taxe professionnelle payée par EDF ; le barrage permet aussi une gestion intéressante de la ressource en eau et peut-être aussi des inondations... Bref, le sujet est devenu beaucoup plus complexe et ouvert quant à ses parties prenantes qui ont toutes leur légitimité incontestable (il faut même faire parler les saumons !). La gouvernance à inventer doit permettre qu'aucune ne soit trop lésée ce qui oblige tout le monde à mettre beaucoup d'eau dans son vin.

Haut de page

Bibliographie

CASTEL Jean-Charles, ......, divers textes (Certu).

Comité d'Évaluation et de Suivi de l'Anru (Rapport 2006).

FLEURY André, 2006, « Quelle ingénierie pour l'agriculture de la ville durable », Natures Sciences Société, vol. 14, oct-déc. 2006.

GENESTIER Philippe, WITTNER Laurette,....., « Du Progrès au Risque – changement de paradigme de l'action publique », Les Annales de la recherche urbaine 95.

GODARD Olivier, 2004, « Le DÉVELOPPEMENT DURABLE, la recherche et les entreprises : les conditions d'une synergie  »- Laboratoire d'économétrie - École Polytechnique,

GODARD Olivier, 2005, « Les conditions d'une gestion économique de la biodiversité », Laboratoire d'économétrie - Ecole Polytechnique, Cahier 2005-018.

GUY Bernard, 1998, “Réflexions sur les notions de faits et de lois géologiques – Comparaison avec la physique” in “Travaux du comité français d'histoire de la géologie”, tome XII 1998, n° 3, et différents articles en préparation, Ecole des Mines de Saint-Etienne.

KAPLAN Daniel & LAFONT Hubert (dir.), 2004, Mobilités.net

LADRIERE Jean, 1976, « L'Abime » in “Savoir, faire, espérer : les limites de la raison”, J. Beaufret Ed. Tome 1, pp 171-191.

LATOUR Bruno, 1999, Politiques de la nature. Comment faire entrer les sciences en démocratie ?

LATOUR Bruno, 1989, Nous n'avons jamais été modernes.

LEONHARDT Jean-Louis, en cours d’écriture, L'homme de science et sa raison, (extraits disponibles sur Internet).

MAGNIN Thierry et GUY Bernard, 1997, Ecole des Mines de Saint-Etienne, « Quelques réflexions sur la place de l'homme dans la recherche scientifique », conférence des Grandes Ecoles, pp 201-208.

MATHIEU Nicole, 2006, « Pour une construction interdisciplinaire du concept de milieu urbain durable », Natures Sciences Société, vol. 14, oct-déc. 2006.

MARZLOFF Bruno, 2005, Mobilités, Trajectoires fluides.

STIEGLER Bernard & ARS INDUSTRIALIS, 2006, Réenchanter le monde.

Sites Internet

STOCK Mathis, L'hypothèse de l'habiter poly-topique  : pratiquer les lieux géographiques dans les sociétés à individus mobiles, 2006. http://www.espacestemps.net/document1853.html

La Stratégie nationale de Développement Durable  : http://www.ecologie.gouv.fr/-Texte-de-la-SNDÉVELOPPEMENTDURABLE-.html

L'actualisation du Plan Climat : http://www.ecologie.gouv.fr/IMG/pdf/1er_doc_INTRO_PLAN_CLIMAT_final.pdf

La Stratégie Nationale pour la Biodiversité : http://www.ecologie.gouv.fr/IMG/pdf/Biodiversite_complet-2.pdf

L'empreinte écologique : http://www.wwf.fr/s_informer/calculer_votre_empreinte_ecologique

Division par quatre des émissions de gaz à effet de serre de la France à l’horizon 2050, rapport sous la présidence de Christian de Boissieu, 2006 : http://www.effet-de-serre.gouv.fr/images/documents/Rapportf4docfse.pdf

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Frérot, « Quelques réflexions sur le développement durable », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 4 | 2006, mis en ligne le 15 décembre 2011, consulté le 27 juin 2017. URL : http://tem.revues.org/477 ; DOI : 10.4000/tem.477

Haut de page

Auteur

Olivier Frérot

Directeur de l'Agence d'urbanisme pour le Développement
général de l'Agglomération Lyonnaise
18 rue du lac
BP 3129
69402 Lyon Cedex 3

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page