Navigation – Plan du site

Berdoulay V., Soubeyran O, Aménager pour s’adapter au changement climatique. - Un rapport à la nature à reconstruire ?

2015, Presses de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, coll. « Spatialités » : Pau, 218 pages
Antoine Duhamel
Référence(s) :

Berdoulay V., Soubeyran, O, (dir), Aménager pour s’adapter au changement climatique. - Un rapport à la nature à reconstruire ? 2015, Presses de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, coll. « Spatialités », Pau, 218 pages

Texte intégral

1L’ouvrage, Aménager pour s’adapter au changement climatique. Un rapport à la nature à reconstruire ? dirigé par Vincent Berdoulay et Olivier Soubeyran s’articule en deux parties qui se font écho. Le livre s’adresse à un large public, connaisseurs et néophytes de la question, traitant le sujet de l’adaptation par l’aménagement de manière aussi transversale que possible. Les auteurs abordent de nombreuses notions théoriques, adaptation, acceptabilité sociale, capacité d’adaptation qu’ils illustrent par de nombreux exemples et études de cas. C’est d’ailleurs la multiplicité des études qui fait toute la richesse de l’ouvrage, cela permet au lecteur de visualiser et d’imager l’adaptation par l’aménagement.

2L'introduction « L’urgence de l'adaptation au changement climatique » retrace les grandes étapes de la nécessité d’avoir recours à l’adaptation. Ce retour sur le passé explicite le choix des auteurs pour la structure de l'ouvrage en deux parties, « Au prisme du passé » et « Bricolages contemporains ». La première partie revient sur les fondements de l’adaptation par l’aménagement et son intégration au sein de nos cultures, cheminement indispensable pour arriver à la prise de conscience du besoin de l’adaptation. C’est sur ce constat que vient se construire la deuxième partie constituée d’études de cas sur la transposition dans l’aménagement contemporain de cette prise de conscience.

3La première partie de l’ouvrage, « Au prisme du passé », dresse un constat du concept d’adaptation, son origine, son besoin, son histoire remettant en perspective la pensée d’un concept dit nouveau. La contextualisation du besoin de l’adaptation au changement climatique est amorcée par l’émergence d’un « problème climat » décrit en trois facteurs : « la réalité du changement climatique, l’inefficacité relative des stratégies d’atténuation, et la nécessité désormais de réfléchir et d’agir en termes d’adaptation. » (p. 15). Un rappel, quoique bref, est effectué sur le courant de pensée qui perdure aujourd’hui, la science comme réponse ultime « la science et les techniques modernes multiplient les facultés d’adaptation de l’homme. Elles permettent ou permettront de prévoir certaines évolutions du climat, de préparer les réponses à ces évolutions et surtout de préparer des organisations internationales propres à remédier aux variations du climat » (p. 90). À partir du chapitre 3 et jusqu’au chapitre 6 les auteurs exposent et explicitent des cas concrets d’adaptation. Leur premier exemple, par l’évocation directe de la survie de l’homme, en est d’ailleurs le plus marquant. L’homme est dans une relation bilatérale à son environnement. En effet, les individus s’adaptent à l’environnement en suivant une liste de lois de l’acclimatation, mais on adapte également le milieu pour qu’il convienne à l’homme blanc « les médecins recommandaient de drainer les marécages, assécher les lagunes côtières, assainir les régions insalubres … aménager le territoire » (p. 61). Au cours de ces chapitres apparaît le terme de capacité d’adaptation évoquant une transmission aux générations futures, génération d’immigrés, d’une potentielle meilleure acclimatation en milieu tropical. Les chapitres 4 et 5 reviennent sur deux exemples, le cas du patrimoine au Brésil et celui de la désertification du Sahara. Ils évoquent la relative ancienneté des questions d’adaptation. L’adaptation de l’homme et de l’urbanisme à son milieu n’est plus ou pas, chose nouvelle à contrario de ce que les courants de pensée actuels laissent paraitre. Pour conclure cette première partie, le chapitre 6 instaure une nouvelle relation à l’adaptation en considérant l’humain dans sa réflexion au risque et non plus seulement selon l’aspect factuel. Les auteurs s’intéressent sur comment « vivre le risque » de manière quotidienne. Il exprime la distorsion qui existe entre l’établissement des politiques top-down face au retour des catastrophes bottom-up à travers l’exemple de la pénurie d’eau dans l’État de Sao Paulo.

4Après avoir traité au cours de la première partie une variété d’étude de cas permettant d’exprimer l’ampleur des champs d’application de l’adaptation par l’aménagement, la deuxième partie de l’ouvrage « Bricolages contemporains » commence sur un postulat. Nous sommes aujourd’hui dans une nouvelle ère géologique, l’anthropocène. Bien qu’on puisse toujours discuter de cette question, ce dernier permet de mettre en relation l’homme, son environnement et son milieu. À travers cette mise en relation un élément ressort, l’origine humaine du changement climatique « … le changement climatique, considéré comme un changement environnemental global d’origine anthropique » (p. 114).

5Le chapitre 7 à travers le cas des Pays-Bas étudie une des trois grandes réponses que cite cet ouvrage à la grande problématique du changement climatique, l’adaptation qui vise à anticiper le climat futur pour agir. Ce choix géographique comme cas d’étude est somme toute un incontournable quand on traite le sujet de l’adaptation et est justifié ici par deux éléments : la configuration géographique du pays et la présence d’un imaginaire de la catastrophe. À travers ce chapitre, les auteurs reviennent sur la construction du système de gestion des risques aux Pays-Bas et son évolution. L’auteur développe une réflexion sur l’évolution de la vision « le pays passerait du “faire contre” (“la bataille contre l’eau”), de rendre dociles les processus naturels, au “faire avec”, au “vivre avec” la nature et l’eau » (p. 118). Le chapitre 8 (Fûdo et catastrophe : Minamata) de Keichi Kumagai, développe un nouvel axe de réflexion sur la relation de l’Homme à son espace, à son environnement. Il retrace au travers d’un exemple précis, Minamata, la relation de l’homme à son milieu décrit au Japon comme le Fûdo. Le Fûdo selon Watsuji désigne une unité complexe d’éléments tels le climat, le temps, le sol ou le paysage, qui caractérise un espace. À travers cette Histoire de Minamata, il est mit en avant un nouveau risque jusqu’ici peu abordé, le risque industriel et technologique. La pollution engendrée par l’usine chimique de Chisso et déversée dans le lac à proximité de la ville de Minamata a engendré une catastrophe écologique. De cette catastrophe en ressort une perte de confiance entre la population et son milieu et la relation développée au cours des siècles précédents est ainsi perdu. Le développement du rapport entre l’Homme et son milieu se prolonge au cours du chapitre 9 qui insiste sur la dépendance d’activité à l’environnement. Les auteurs s’attardent sur deux notions clefs relatives à l’adaptation, l'adaptabilité et au potentiel d’adaptation. Ils instaurent une réflexion intéressante sur la comparaison entre adaptation et connivence. L’ouvrage rappelle que le changement climatique est vu comme une évolution progressive et inéluctable du climat, mais également d’événements extrêmes dont les chapitres 10 et 11 en sont des exemples. La multiplicité et l’intensité grandissante des événements extrêmes mettent en péril les éco-systèmes et socio-système en place et forcent à repenser leur gestion. Toutefois, cette réflexion n’est pas perçue de la même manière selon l’échelle à laquelle on se place « À l’échelle nationale, le discours reproduit celui des experts internationaux du climat, … Quant à l’échelle amazonienne, les habitants ne font aucun lien entre les inondations extrêmes et le changement du climat. » (p. 178). Ces deux chapitres mettent en avant une problématique forte de l’adaptation, la gestion des échelles et la diversité des acteurs. Le douzième et dernier chapitre aborde la problématique de l’urgence à l’adaptation et de l’acceptabilité sociale. Les auteurs reviennent sur la mise en place des politiques publiques, les notions de gouvernance et les enjeux de démocratie participative développée par le cas étudié de l’acceptabilité sociale des grands projets éoliens au Québec. Un deuxième exemple est étudié au cours de ce chapitre, celui des enjeux énergétiques en Aquitaine et la nécessaire « sensibilisation avec les populations, la mobilisation des acteurs et la transversalité » (p. 205).

6À travers l’ensemble de l’ouvrage, les auteurs reviennent sur les notions clefs de l’adaptation et les illustrent par de nombreux cas d’étude. Ils mettent en lumière l’importance de l’adaptation et le rôle des sciences humaines et sociales dans son processus. Bien que l’origine du changement climatique soit à l’échelle mondiale, l’aménagement doit se réaliser à l’échelle locale et passe par une implication des citoyens sur les problématiques environnementales. La gouvernance sur ces questions doit aller dans le sens d’une démocratie participative, car l’adaptation passe aussi par un renouveau de la relation de l’homme à son milieu. La mise en place de nouvelles stratégies d’adaptation est un nouveau challenge et d’ailleurs l’ouvrage se termine sur cette question : Qu’est qu’une stratégie d’adaptation réussie ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Duhamel, « Berdoulay V., Soubeyran O, Aménager pour s’adapter au changement climatique. - Un rapport à la nature à reconstruire ?  », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 28 septembre 2017, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://tem.revues.org/4324

Haut de page

Auteur

Antoine Duhamel

Université de Lille

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page