Navigation – Plan du site

Migrations et continentalisation en Guyane

Conséquences politiques et environnementales
Migrations and continentalization in French Guiana, political and environmental consequences
Stéphane Granger

Résumés

La Guyane, Collectivité française d’outre-mer, a longtemps vécu dans une ignorance quasi-totale de son environnement géographique, tant du fait de son statut que de son exclusion des schémas régionaux et des propres représentations de ses habitants. Mais les nombreux flux illicites l’intégrant informellement au continent, et notamment la forte immigration frontalière, ont amené les habitants et la classe politique, en pleine quête identitaire depuis les années 60, à se rapprocher du monde amazonien. En somme, à assumer une nouvelle territorialité dont les immigrants auront été les pionniers, et qui est maintenant récupérée par la France et l’Union Européenne pour des enjeux de géopolitique ou de développement durable qui ne coïncident pas toujours avec les stratégies d’affirmation territoriale des Guyanais.

Haut de page

Texte intégral

1Collectivité territoriale française et ancien département d’Outre-mer situé sur la côte septentrionale de l’Amérique du Sud, longtemps associée aux Antilles, la Guyane connaît depuis l’abolition de l’esclavage en 1848, mais surtout depuis les lois de départementalisation de 1946, un intense processus d’assimilation culturel et législatif qui en fait un prolongement territorial de la France par-dessus l’océan Atlantique. Mais depuis ces vingt dernières années, ce territoire français et isolé d’Amazonie se retrouve intégré dans un nombre croissant de projets internationaux axés notamment sur le développement durable, aux côtés d’États voisins amazoniens et sud-américains auxquels longtemps il tourna le dos du fait de son statut.

2Ce repositionnement tardif et spectaculaire de la part des autorités locales, nationales et européennes, et encouragé par d’autres États comme le Brésil, semble avoir été provoqué par une prise de conscience de la « sud-américanité » de la Guyane induite tant par son milieu naturel que par son intégration à de nombreux flux et réseaux illicites régionaux, en premier lieu la forte immigration frontalière. Mais si les immigrants, en permettant la prise de conscience d’une réalité géographique, semblent avoir été les vecteurs d’une nouvelle territorialité permettant aux Guyanais d’assumer, tardivement, une appartenance amazonienne et sud-américaine, en somme une « continentalisation » longtemps négligée au profit d’un certain tropisme européen et caribéen, celle-ci se traduit aussi par des conséquences environnementales qui ont amené ces mêmes autorités à définir de nouveaux projets avec les États voisins, autour notamment de la thématique du développement durable.

3À travers l’analyse de l’origine de la situation géopolitique de ce territoire français, le mieux préservé de l’Amérique du Sud en terme d’environnement, notre propos essaiera de montrer le lien, pas toujours évident, entre ce processus continental d’intégration et de continentalisation d’un territoire français d’Outre-mer et les problématiques de développement durable, cruciales dans le sous-continent sud-américain et le monde amazonien en particulier.

1. La Guyane, un isolat en Amérique du Sud

1.1. La continentalisation comme nouvelle territorialité

4Interface entre l’Amérique du Sud amazonienne, la Caraïbe et l’Europe, la Guyane, seule collectivité française d’outre-mer continentale, constitue un curieux cas de territorialité. Si l’on prend cette notion comme une représentation spatiale amenant un rapport collectif à un territoire (Lévy et Lussault, 2003 : 919), ou plus précisément le sentiment d’appartenir à un espace auquel on s’identifie symboliquement, impliquant des relations particulières avec son territoire et l’extériorité (Raffestin, 1982 : 70), les Guyanais, et la classe politique en premier lieu, tout en ayant le sentiment d’être français et européens, se représentent comme plus sud-américains que caribéens (Chicot, 2006), à l’image des différents slogans du Conseil régional sur « la France en Amérique du Sud » ou « l’Europe en Amazonie »

5Cependant, si la Guyane est amazonienne sans aucun doute du fait du milieu naturel, elle est néanmoins souvent perçue, culturellement, comme caraïbe quand elle n’est pas carrément confondue avec les Antilles. De fait, elle constitua longtemps, comme ses voisins du Surinam et du Guyana, une extension protectrice des Antilles, et connut comme eux « un développement économique et un peuplement similaires à celui des îles à sucre, qui en font une extension continentale du monde caraïbe insulaire » (Taglioni et Cruse, 2011). Aussi est-elle encore, pour des raisons administratives, mais aussi du fait de son isolement et de sa faible population, fréquemment rattachée aux Antilles françaises, au grand dam d’une population qui le vit comme une domination s’ajoutant à celle de la Métropole.

6Il est vrai que par son histoire et ses origines grandement africaines, la composante créole, encore majoritaire, possède une culture aux affinités d’autant plus caribéennes qu’elle fut renforcée par des apports migratoires venus des îles de la Caraïbe (Martinique, Sainte-Lucie et maintenant Haïti). Cela est particulièrement net notamment dans la langue (le créole). On y retrouve d’autre part, tout comme au Surinam et au Guyana, des populations plus présentes dans la Caraïbe que dans l’Amérique du Sud, comme les Chinois et les Indiens (d’Inde). Mais une certaine distance géographique, alliée à l’identification à un milieu amazonien d’où proviennent de nombreux éléments des cultures locales, tant amérindiennes que créoles (ainsi que les apports notamment gastronomiques et musicaux des pays voisins), et surtout des rivalités ancestrales amènent une volonté de se distinguer des Antillais avec lesquels ils sont trop souvent confondus, et une volonté récente de rapprochement avec les pays voisins.

7D’autre part, la remise en cause de la politique d’assimilation au nom d’une « conscience guyanaise » s’est développée depuis les années 1960 dans les milieux de la gauche autonomiste, souvent sous l’influence des mouvements tiers-mondistes découverts en Métropole par les étudiants guyanais (Mam Lam Fouck, 1996 : 227). En effet, comme l’avait montré la sociologue Marie-Josée Jolivet, le malaise identitaire bien visible des Créoles guyanais trouvait sa source dans la négation par le système français de leurs spécificités culturelles du fait du statut départemental (Jolivet, 1982 : 228-229). S’affirmer face à la culture française dominante – et secondairement antillaise – et l’aliénation qu’elle provoquait passait alors, pour la gauche à la tête du Conseil régional depuis 1986, par le fait d’assumer une identité amazonienne et sud-américaine jusque-là négligée au profit d’une identité française et caribéenne trop valorisée à leurs yeux. Ainsi, ce n’est qu’en 1997 que la Guyane, séparée de l’académie des Antilles-Guyane, est devenue une académie à part entière, pourvue d’un Rectorat de plein exercice à la suite d’un mouvement lycéen relayé par la société civile en 1996. C’est également dans la douleur, et contre la volonté de l’administration antillaise, que l’Université de Guyane s’est séparée en 2014 de l’Université des Antilles-Guyane, pour des motivations autant pratiques qu’identitaires : dans ces deux cas les Guyanais estimaient que le rattachement aux Antilles ne prenait pas en compte les spécificités non seulement culturelles mais aussi géopolitiques de la Guyane.

  • 1 Association de Libre-Échange Nord-Américaine, marché commun impliquant les États-Unis, le Canada et (...)

8Cette reterritorialisation visant à mieux ancrer cette dernière dans son continent d’appartenance, l’Amérique du Sud avec lequel les relations étaient jusqu’à présent extrêmement ténues, et que connaissent également le Guyana et le Surinam, a été qualifiée par le juriste sud-américaniste J.-M. Blanquer (2005) de « continentalisation », qu’il appliquait aussi au cas du Guyana et du Surinam. Or dans cette acception, plutôt récente, d’intégration continentale, le géopoliticien brésilien C. de Meira Mattos (1980) évoquait déjà une continentalisation de l’Amérique du Sud par le raccordement des différents réseaux de transports et communication via l’Amazonie. Si ce concept semble de plus en plus s’adapter à la Guyane, il s’est avant elle appliqué à la province de Québec qui longtemps a semblé s’exclure d’un monde nord-américain essentiellement anglo-saxon par ses représentations. En effet, plusieurs géographes québécois à la suite de Dorval Brunelle, de l’université du Québec à Montréal, ont développé la notion de continentalisation pour évoquer l’étalement continental de l’économie états-unienne, mais aussi l’ouverture de la Belle Province, très isolée culturellement, au reste de l’Amérique du Nord permis par la création de l’ALENA1, et la nouvelle territorialité qui en a découlé. Ils montrent ainsi que la perception et l’identité nord-américaine désormais mieux assumées des Québécois (même si cela ne fait pas l’unanimité) sont issues d’une meilleure intégration continentale favorisant notamment des relations plus directes avec les États-Unis (Brunelle, 1989, Cuccioletta, 2001).

  • 2 Caricom : Caribbean Comunity, marché commun des pays de la Caraïbe anglophone, auxquels s’ajoutent (...)

9Assisterions-nous alors à un processus identique de continentalisation avec l’intégration croissante, mais plus culturelle voire politique qu’économique, de la Guyane dans l’Amérique du Sud, impliquant une nouvelle territorialité, une « sud-américanisation » en quelque sorte ? Pour Jean-Michel Blanquer, recteur de l’Académie de Guyane en 2004-2006, ce processus repose sur le fait que le Guyana et le Surinam malgré leur appartenance et leur tropisme caraïbe à travers le CARICOM et l’AEC2, la Guyane française malgré son appartenance européenne, ces anciens « angles morts du système sud-américain d’intégration » se voient de plus en plus associés à des projets d’intégration sous-continentaux, participant à la stratégie brésilienne d’ouverture vers le monde caraïbe (Blanquer, 2005 : 70).

  • 3 Organisation du Traité de Coopération Amazonien, signé entre les huit pays concernés par l’écosystè (...)
  • 4 Initiative pour l’Intégration Régionale Sud-Américaine, vaste plan concerté à partir de l’an 2000 d (...)
  • 5 Union des NAtions SUD-américaines, organisation de concertation politique créée en 2004 et regroupa (...)

10En somme, la continentalisation serait une conséquence du continentalisme du Brésil, s’étendant à travers le continent par l’initiative de schémas d’intégration tels l’OTCA3, l’IIRSA4 ou l’UNASUD5, ou encore ses investissements directs à l’étranger, mais aussi par la présence de centaines de milliers de ses ressortissants dans les États et territoires voisins comme la Guyane, impliquant une certaine pression, voire une domination sur des territoires ne relevant pas de sa souveraineté, et dont l’impact tant sociétal qu’environnemental (orpaillage illégal) a amené les différentes échelles de pouvoir en Guyane (locale, nationale, supranationale avec l’UE) à réagir.

1.2. L’isolement continental des Guyanes

  • 6 Communauté d’États Latino-Américains et Caraïbes, bloc régional constitué en 2010 par l’association (...)

11De fait, ancien département et désormais depuis janvier 2016 Collectivité territoriale d’Outre-mer de la République Française, région ultrapériphérique de l’Union Européenne et unique territoire continental américain relevant encore d’une souveraineté extra-continentale, la Guyane est un cas à part dans le monde sud-américain : exclue de la plupart des schémas d’intégration régionaux, tels les marchés communs, l’OTCA et l’UNASUD déjà cités ou plus récemment la CELAC6, elle constitue un associat n’ayant quasiment de relations qu’avec la France métropolitaine, située à plus de 7 000 km de ses côtes. Si la Guyane n’est séparée des deux États voisins, Brésil et Surinam, que par deux fleuves aisément franchissables (un pont inauguré en 2016 relie désormais la Guyane au Brésil), elle n’y est connectée que par une unique route, véritable colonne vertébrale de la Région, le prolongement routier vers le Brésil ne s’étant effectué que fin 2003. Quant aux liaisons aériennes paradoxalement, celles-ci se sont raréfiées : Cayenne était autrefois une escale sur la ligne Paris-Quito via Lima et momentanément Manaus, outre la Métropole et les Antilles françaises (et Miami) elle n’est plus désormais reliée, trois à quatre fois par semaine, qu’aux proches capitales amazoniennes, Belém (Brésil) et Paramaribo (Surinam), cette dernière depuis seulement octobre 2012 après une longue interruption. Quant au Guyana et au Surinam, ils sont eux-mêmes mieux reliés, tant par la voie des airs que pour les échanges, au monde caraïbe et aux anciennes métropoles européennes qu’au reste du continent.

Figure 1 : l’isolement continental de la Guyane

Figure 1 : l’isolement continental de la Guyane
  • 7 Mercosur en espagnol, Mercosul en portugais : marché commun sud-américain, signé à Asunción en 1991 (...)

12Économiquement, la Guyane est bien une région française et européenne : c’est avec l’Union Européenne qu’elle réalise la quasi-totalité de ses échanges commerciaux. Ses échanges avec la grande région sont infimes, alors qu’elle se trouve enserrée entre deux des principaux marchés communs : le Mercosud et le Caricom7. Effectivement, les produits industriels ou agro-alimentaires issus des autres pays sud-américains sur le marché guyanais sont rares du fait des protectionnismes régionaux et de la rigidité des normes européennes.

13Enfin, la Guyane est une région française et européenne par son niveau de vie, égal à celui de l’Europe du Sud, avec des indicateurs démographiques favorables (mortalité infantile, espérance de vie…) dont seuls se rapprochent les États du cône sud du continent, mais qui la placent en queue de peloton dans les classements français et, dans une moindre mesure, européens. Cela est dû aux nombreux transferts et subventions nationaux et communautaires ainsi qu’à la législation sociale nationale : l’effet pervers est que les charges et salaires français appliqués en Guyane rendraient peu compétitives d’éventuelles exportations guyanaises vers les pays voisins, renforçant ainsi l’isolement continental de celle-ci.

14Française et européenne donc, la Guyane est aussi grandement caraïbe par son histoire, sa structure économique et son peuplement, marqués par l’esclavage et l’économie de plantations, à l’instar du Guyana et du Surinam. Ceux-ci, après leur indépendance, rejoignaient l’Association des États de la Caraïbe, où la Guyane française en tant que Région et maintenant Collectivité territoriale siège justement comme membre observateur au titre de la France (avec la Martinique et la Guadeloupe), ainsi que le Caricom dont le siège est d’ailleurs à Georgetown, capitale du Guyana.

15Ceci n’empêcha pas ces deux États de rejoindre l’OTCA en 1978 à l’invitation du Brésil, alors que la Guyane française en était exclue comme une « anomalie coloniale » qui en aurait fait un cheval de Troie au profit d’une puissance européenne. La Guyane, jusqu’à une époque très récente, n’était donc intégrée qu’à des structures politiques et économiques européennes et caribéennes, relevant d’ensembles géographiques plus lointains au détriment de son continent d’appartenance.

1.3. Une interface d’origine coloniale

16Même incomplète, cette situation d’interface entre Amazonie, Caraïbes et Europe, « entre la zone Caraïbe-Orénoque de la découverte colombienne et le Brésil de Cabral » (Lézy, 2000 : 157) a fait de la région des Guyanes un enjeu particulier de la colonisation européenne. En effet, exclus du partage de l’Amérique entre Espagnols et Portugais par le traité de Tordesillas en 1494, Britanniques, Hollandais et Français s’emparaient de toute une portion entre Orénoque et Amazone attribuée aux Espagnols, mais délaissés par ceux-ci. S’ils en firent une extension de leurs colonies antillaises par les mêmes productions coloniales (canne à sucre et épices), elles servaient aussi de bases arrière protectrices pour leurs navires. Mais coincées par la forêt amazonienne et la présence des empires « légitimes » ibériques, elles ne purent s’étendre et ne connurent qu’un peuplement et un développement littoral, tourné vers les métropoles européennes et les colonies sœurs antillaises. Il est à noter cependant que les Guyanes furent pour la France et les Pays-Bas comme un lot de consolation, un refuge suite aux échecs de leurs tentatives d’implantation sur le continent aux XVIe et XVIIe siècles (France Antarctique et Équinoxiale dans la baie de Guanabara et le Maranhão pour les Français, région du Pernambouc et de l’actuel Nordeste brésilien pour les Hollandais). Échecs dus au dynamisme de la colonisation portugaise qui détourna les autres puissances européennes du sous-continent sud-américain au profit du monde caribéen dans leurs stratégies coloniales.

17La « caraïbisation » des Guyanes s’explique donc plus par un manque de moyens des puissances d’Europe occidentale non-ibériques face aux empires espagnols et portugais qu’à un désintérêt pour l’Amérique du Sud. Cela n’empêcha pas cependant l’existence de liens assez denses, tout au moins entre la Guyane et le Brésil, jusqu’au XIXe siècle. Ainsi, Cayenne et la capitale du Maranhão, São Luis, ont une origine commune : cette dernière fut fondée par le navigateur français Daniel de La Touche de La Ravardière en 1612, à la demande du roi de France Henri IV, comme noyau de la colonie de France Équinoxiale (le toponyme Saint-Louis étant un hommage au nouveau Roi de France, Louis XIII). Or, c’est ce même La Ravardière qui avait exploré et reconnu cinq ans auparavant le site où Cayenne fut fondée en 1643. Ainsi, les Portugais ayant définitivement expulsé les Français du Maranhão en 1615, ceux-ci recréèrent la France Équinoxiale dans la partie de la Guyane découverte par La Ravardière et délaissée par les Espagnols, embryon de la future Guyane française. Mais La Ravardière est toujours considéré par les Brésiliens comme le fondateur officiel de São Luis, qui fut ensuite la capitale de la colonie portugaise de Maranhão et Grão Pará.

18Les administrateurs de la France Équinoxiale, devenue Guyane française, cherchaient, également un ancrage continental à l’image du gouverneur Férolles qui à la fin du XVIIe siècle projetait déjà une route transamazonienne reliant la Guyane à l’Amazone par l’intérieur (Henry, 1950 : 74). L’intérêt que constituait cette colonie était en effet la proximité de l’Amazone que les Français cherchèrent vainement à atteindre jusqu’en 1900 car ils avaient, comme les Portugais, perçu l’importance stratégique du grand fleuve pour pénétrer le continent sans lequel la Guyane offrait un intérêt moindre.

  • 8 On peut d’ailleurs relever que si São Luis fut créée par les Français, les deux villes amazoniennes (...)

19Le traité d’Utrecht, signé en 1713 entre une France affaiblie et un Portugal soutenu par l’Angleterre entre autres signataires fixait, de façon imprécise d’ailleurs, la frontière entre la Guyane française et la colonie portugaise assez loin de l’Amazone. Mais en outre, une clause prohibait, à la demande du Portugal (et sans doute de l’Angleterre) tout commerce entre les deux colonies, peu développé du fait de l’exclusif colonial, mais néanmoins réel entre la Guyane et la région de Belém8. Si cela consacra l’isolement continental de la colonie française, des relations se poursuivirent cependant, et c’est par la Guyane française – qui elle-même le tenait de la Guyane hollandaise – que fut introduit le café au Brésil en 1727.

20C’est encore à l’Amérique du Sud que fut intégrée la Guyane, à son corps défendant, lorsque les Portugais du Brésil l’occupèrent de 1809 à 1817, en représailles de l’occupation de la métropole portugaise par les troupes napoléoniennes. Il s’agissait, pour le régent de Portugal réfugié au Brésil et aidé des Anglais, de priver la France d’un appui territorial pour la reconquête des Antilles (Martinière, 1987 : 21). Mais la Guyane, administrée par les Luso-Brésiliens sans être annexée, fut intégrée aux échanges avec le Brésil (ainsi que l’Angleterre) et connut une certaine prospérité.

21Le souvenir de cette occupation et le long conflit frontalier avec le Brésil, résultant de l’imprécision du traité d’Utrecht, seulement résolu en 1900, éloigna pour longtemps la Guyane du Brésil : les Français cherchaient en effet à étendre la Guyane jusqu’à un fleuve brésilien, l’Araguari, débouchant dans l’estuaire de l’Amazone, qui aurait pu la raccorder au réseau fluvial amazonien quand la navigation sur ce fleuve venait d’être internationalisée. La médiation suisse vit en 1899 s’affronter par cartes interposées, deux conceptions de la géographie : l’une plus scientifique incarnée par Vidal de La Blache qui s’appuyait sur l’évolution du tracé des fleuves pour justifier le choix de l’Araguari comme frontière à Utrecht, l’autre plus « géopolitique » incarnée par le diplomate brésilien Rio Branco, qui triompha en montrant comment le territoire revendiqué par les Français était davantage intégré aux réseaux économiques et humains brésiliens que franco-guyanais, arguments qui furent repris pour d’autres litiges frontaliers et jetèrent les bases de la géopolitique brésilienne du XXe siècle (Granger, 2012 : 396).

22La frontière définitivement reconnue était donc le fleuve demandé par les Brésiliens comme limite, l’Oyapock, à environ 500 km à l’ouest de l’Amazone. La partie occidentale du territoire revendiqué par les Français était cependant, par la présence de milliers d’orpailleurs guyanais et antillais, incontestablement intégrée à la Guyane, aussi le rattachement définitif du territoire contesté dans sa totalité au Brésil, s’il isola davantage la Guyane géographiquement, provoqua surtout une certaine rancœur, un mutuel éloignement et une méfiance encore perceptibles aujourd’hui. En outre, le mouvement d’émancipation des colonies ibéro-américaines, non suivi alors par les colonies guyanaises, n’avait fait qu’accentuer une fracture provoquée par la littoralisation de la Guyane française par l’économie de plantation d’abord, sa situation politique ensuite, puis l’assimilation culturelle de la société créole qui la tournaient essentiellement vers la France (Mam Lam Fouck, 1996 : 186). Et la forte immigration sainte-lucienne et martiniquaise de la première moitié du XXe siècle l’intégra davantage dans les réseaux migratoires et culturels caribéens, alors que le but en était la mise en valeur de l’intérieur du territoire : celui-ci fit d’ailleurs l’objet jusqu’en 1967 d’une administration distincte sous le nom de Territoire de l’Inini, mais qui ne prévoyait pas de connexions avec les territoires voisins, et elle fut d’ailleurs peu couronnée de succès.

  • 9 Archives départementales de Guyane, série D40 (relations économiques avec le Portugal et le Brésil)

23La Seconde Guerre mondiale permit cependant une heureuse exception à cette ignorance mutuelle : coupée de la Métropole par le blocus allemand, la Guyane fut ravitaillée par le Brésil contre de l’or, et la vente de bétail brésilien (du Pará) à Cayenne s’est poursuivie pendant encore deux décennies9. Mais la départementalisation de 1946, qui vit le gouverneur remplacé par un préfet, courroie de transmission du pouvoir national et disposant d’une moindre marge de manœuvre en matière de relations avec les pays voisins, renforça la tendance à l’isolement continental, en moulant la Guyane dans la centralisation française par la politique d’assimilation qui en découla, et en fit aussi, par certains aspects, une extension des Antilles, au détriment des relations avec les États et territoires voisins.

24Cependant, les limites du statut départemental, les déceptions nées du faible décollage économique ainsi que le sentiment de recolonisation éprouvé suite à l’installation du Centre spatial guyanais à partir de 1964, en pleine émergence politique du Tiers-Monde, amenèrent des revendications d’autonomie voire d’indépendance qui allèrent jusqu’à la constitution de mouvements clandestins, tout comme aux Antilles françaises (Mam Lam Fouck, 1996 : 228-229). Or si leurs modèles étaient au départ plutôt caribéens (Cuba et les îles anglophones : Jamaïque et Grenade), ces mouvements regardèrent néanmoins beaucoup vers la « Caraïbe continentale », Guyana et Surinam, dont les indépendances en 1966 et 1975 furent suivis de l’instauration de régimes progressistes originaux, ou tentant de l’être. Or les très atlantistes généraux au pouvoir au Brésil suivaient quant à eux avec inquiétude cette évolution politique des Guyanes, dont ils avaient pourtant toujours soutenu au départ l’indépendance. L’interface qu’elles constituaient avec un monde caraïbe en pleine ébullition risquait désormais de menacer, par leurs liens avec le castrisme, la stabilité de frontières amazoniennes dont ils redécouvraient les aspects stratégiques. Le Brésil chercha donc dans les années soixante-dix à les intégrer à des schémas amazoniens tels l’OTCA pour mieux les contrôler et assurer ainsi une certaine domination régionale sinon continentale (Granger, 2012 : 488). Mais, dans le cas de la Guyane française, le statut départemental français empêchait une telle intégration politique. C’est lui qui pourtant allait paradoxalement permettre par ses conséquences un début d’intégration, certes grandement informel et involontaire, au monde sud-américain, notamment à travers deux acteurs de nature différente mais indissociablement liés en Guyane : l’or, et le Brésil.

2. Une continentalisation paradoxale et contrariée

2.1. L’intégration sud-américaine par des flux illicites

25Ce sont en effet des frontières politiques totalement artificielles et particulièrement franchissables, des fleuves désignés arbitrairement, qui séparent la Guyane française de voisins dont elle constitue un prolongement naturel. Or un tel territoire, devenu attractif avec l’implantation d’une base spatiale française devenue européenne en 1964, de nouveaux besoins en main d’œuvre et, plus tard, un sous-sol riche en or mais grandement sous-exploité, ne pouvaient que susciter la convoitise de peuples géographiquement et culturellement voisins, provenant de la Caraïbe comme du sous-continent sud-américain. C’est ce qu’avaient compris les autorités françaises, quand elles employèrent des ouvriers colombiens et brésiliens pour la construction du Centre spatial à Kourou : ceux-ci devaient par contrat repartir dans leur pays à la fin des travaux, afin d’éviter que la ville fût, à l’instar de Brasilia, autre grand chantier dont elles voulurent tirer les leçons, ceinturée de bidonvilles abritant des ouvriers immigrés et souvent désœuvrés.

26Si la plupart repartirent effectivement, le mouvement était lancé et n’allait plus se démentir, accentué par la politique de grands travaux qui suivit les lois de Décentralisation en Guyane à partir de 1982. C’est ainsi qu’aux traditionnelles migrations caraïbes (Sainte-Luciens remplacés par les Haïtiens et, depuis peu, des Dominicains) expliquées par l’appartenance commune au monde créole ou tout au moins caraïbe, s’ajoutèrent des migrations frontalières en provenance du Plateau des Guyanes (Surinam, Guyana) et du Brésil amazonien (Amapá, Pará, Amazonas), dans le BTP et l’orpaillage légal, entre autres.

  • 10 http://www.insee.fr/​fr/​themes/​tableau.asp?reg_id=25&ref_id=poptc02501
  • 11 Ces derniers, habituellement pris en compte dans les RGP de l’INSEE en Guyane, semblent avoir été c (...)

27D’après les chiffres fournis par l’INSEE pour 200910, parmi les 81 929 étrangers présents en Guyane (sur une population de 224 469 personnes, soit 36,5 % de la population totale), le groupe dominant est celui issu des autres États des Guyane (Surinam 39,2 % ; Guyana 4,7 %). Mais les migrants issus du reste du sous-continent sud-américain, Brésiliens pour l’essentiel (24,8 %), sont désormais plus nombreux que ceux issus des Caraïbes, Haïtiens et Dominicains11 (27,0 % contre 25,1 %). En outre, l’on constate depuis quelques années de nouveaux flux migratoires venus de Colombie et du Pérou. L’origine plus lointaine des nouveaux migrants issus du reste de l’Amérique du Sud montre une continentalisation – au sens ici d’extension continentale – des flux migratoires vers la Guyane, signe peut-être d’une plus grande notoriété du département français dans un monde qui jusque-là l’ignorait totalement.

28Cependant, désormais totalement fermée, par sa politique de visas à l’immigration extra-européenne, la Guyane se trouve coincée par sa position géographique entre deux États constituant chacun une plaque tournante pour les flux migratoires : le Surinam, facile d’accès car ne demandant pas de visas aux ressortissants des États de l’UNASUD et du CARICOM, accueillant les Guyaniens, Haïtiens et Dominicains en transit clandestin pour la Guyane, des migrations caraïbes donc, et le Brésil, interface continentale pour les flux venus du Pérou et de Colombie mais aussi, maintenant, d’Haïtiens passés par l’Equateur, qui ne demande aucun visa). Enfin, c’est par le Brésil, à la politique de visas relativement généreuse, que passent désormais les réfugiés de Syrie et du Moyen-Orient et les migrants originaires de l’Ouest africain se dirigeant vers la Guyane, attirés par son statut français. Celle-ci est donc le débouché de flux migratoires informels à la fois caribéens, continentaux et transatlantiques, sa facilité d’accès montrant à quel point elle appartient à un monde sud-américain auquel elle tourna pourtant le dos tout au long du XXe siècle. La forte natalité des populations d’origine étrangère contribuera sans doute à une évolution de l’identité guyanaise assumant davantage son ancrage continental, même si les enfants subiront le moule de l’école française.

  • 12 Cf. l’article sur le site Brasilyane.fr : « Amapá, 8 millions de reals pour sécuriser la frontière  (...)

29Or les flux migratoires, générant d’ailleurs eux-mêmes des flux financiers entre la Guyane et les pays d’origine, ne sont pas les seuls flux informels franchissant ses frontières : hormis la contrebande, le département-région français est également une étape du trafic de drogue entre la Colombie, via le Surinam, et la France hexagonale. Le marché de consommation très solvable qu’elle offre par rapport aux pays voisins, la porosité des frontières et les liens aériens avec l’Europe en font une destination prisée des réseaux mafieux, qui fréquemment utiliseront des « mules » locales ou originaires de Colombie ou du Surinam pour tenter, via la Guyane, d’exporter leur production vers l’Union Européenne. L’aéroport de Cayenne est ainsi, de par l’interface qu’il constitue entre Amérique du Sud et Europe, le siège de prises parmi les plus importantes du territoire français. L’ouverture prochaine du pont entre la Guyane et le Brésil s’est d’ailleurs accompagnée d’un renforcement de la Police fédérale brésilienne, qui craint que le nord du Brésil ne devienne un autre débouché de ces flux12.

  • 13 Si l’on en croit l’origine des garimpeiros expulsés transitant par le Consulat-général du Brésil à (...)
  • 14 Un placer désigne un gisement de minerai de valeur (diamant, pépite d'or, etc.) dans des sédiments (...)
  • 15 « L’incroyable voyage des zébus de Guérilla », P.Y. Carlier, France-Guyane, Cayenne, 18 juin 2009.

30Mais l’aspect le plus grave et le plus spectaculaire, et qui constitue bien un signe de sa continentalisation par les activités informelles, est que la Guyane se trouve tout comme le Venezuela, le Guyana et le Surinam, dans le prolongement des fronts aurifères partis du nord du Brésil, avec de graves conséquences sociales et environnementales. Phénomène aggravé par la fermeture de la célèbre mine d’or de Serra Pelada, dans le Pará, en 1992, le centre de la Guyane, à l’instar de ses voisins, est envahi par plusieurs milliers d’orpailleurs clandestins originaires en majorité des États pauvres du nord-est du Brésil comme le Maranhão ou le Ceará, mais aussi parfois du sud du Brésil13, confirmant donc cette continentalisation des flux migratoires. Les commanditaires sont quant à eux souvent des commerçants de la ville brésilienne frontalière d’Oiapoque, ce qui explique les réticences de la population guyanaise face à des échanges accrus avec le Brésil et théoriquement facilités par l’ouverture du pont sur l’Oyapock. Or ces orpailleurs sont ravitaillés par des réseaux d’approvisionnement tout aussi clandestins, qui les pourvoient en matériel et produits alimentaires brésiliens en remontant les fleuves Approuague et Oyapock et leurs affluents. Un troupeau de zébus en provenance de l’Amapá a même pu traverser en toute impunité la moitié du territoire guyanais afin de ravitailler un placer14 dans le centre du département, montrant que la Guyane pouvait également constituer une extension des fronts agricoles (en tout cas d’élevage) venus de l’Amazonie brésilienne15

Figure 2 : La pression brésilienne en Guyane

Figure 2 : La pression brésilienne en Guyane

31C’est ainsi que se forment, en plein cœur de la Guyane et dans une zone censée être protégée par la présence d’un Parc national (le Parc national Amazonien de Guyane), de véritables agglomérations informelles peuplées de ressortissants brésiliens, consommant des produits brésiliens et captant les médias brésiliens, donc de véritables extensions du Brésil en plein territoire français protégé, et source de graves atteintes à l’environnement, notamment par la pollution au mercure dont sont victimes les populations amérindiennes. Là encore, beaucoup craignent en Guyane que cette situation n’amène une revendication brésilienne sur le territoire guyanais, à l’instar de ce qui s’est passé en 1903 quand la région bolivienne de l’Acre fut rattachée au Brésil : la Bolivie dut, de façon forcée mais moyennant indemnisation, vendre au Brésil ce territoire qui se trouvait, du fait de l’exploitation intensive du latex, peuplé majoritairement de ressortissants brésiliens ; c’est donc une situation similaire qui est redoutée en Guyane même si ces craintes peuvent apparaître infondées : l’or est amené à s’épuiser, la population brésilienne est très mouvante, et surtout le contexte politique a changé, le Brésil étant depuis 1985 dirigé par des gouvernements civils peu enclins à violer le droit international. En outre, ce débordement de frontières est bien moindre que celui observé au Paraguay, en Uruguay ou en Bolivie, où les Brésiliens, par leur implantation et leurs investissements contrôlent une partie du territoire de ces pays, désormais satellisés par leur intégration aux réseaux économiques brésiliens (Souchaud, 2002 ; Perrier-Bruslé, 2007). Rien de tel en Guyane mis à part, il est vrai, les investissements informels dans l’orpaillage sur un sol propriété de la République française, mais les immigrants brésiliens d’une façon générale investiront plus au Brésil qu’en Guyane, où ils ne se considèrent que de passage.

32C’est donc la situation française et européenne de la Guyane qui intéresse ses voisins par le haut niveau de vie induit, un marché potentiel, mais aussi une répression finalement peu violente, par rapport aux États voisins, à l’égard des immigrants, orpailleurs clandestins compris, ce qui va, paradoxalement, permettre son intégration continentale : la pression exercée par ces derniers (figure 2) a permis aux autorités régionales et nationales de Guyane la prise de conscience d’une situation sud-américaine qu’il fallait désormais assumer pour mieux en contrôler les conséquences, qui et allait permettre l’évolution d’une identité guyanaise encore bien incertaine.

2.2. Reterritorialisation et continentalisation : des enjeux pas forcément partagés

  • 16 Congrès des élus de Guyane, 2009. Fondements du Projet de société, annexe à la résolution adoptée n (...)

33En effet, la présence sur le sol guyanais de nombreuses communautés issues de ces pays permettait – théoriquement – pour les élus guyanais d’en constater la proximité culturelle et géographique, ce qui contribuerait pour eux à la formation d’une identité guyanaise encore en gestation. Cette présence étrangère était ainsi mise en avant comme élément constitutif d’une « guyanité » revendiquée par des élus en pleine quête identitaire dans leur projet de société rédigé en 200916. Cela impliquait donc, pour une partie de la classe politique guyanaise et notamment le président du Conseil régional du moment (Antoine Karam, en poste de 1992 à 2010), un rapprochement avec des États voisins que les politiques coloniales avaient amené à ignorer, voire à mépriser. Mais dans les faits, cela aboutit plutôt à une crispation identitaire car l’élément créole (au sens historique et culturel du terme), longtemps majoritaire, est désormais minoritaire et ne parvient plus à assimiler comme autrefois les populations allogènes (Piantoni, 2011 : 69-70). La crainte populaire, partagée par une grande partie de la population, d’une invasion migratoire non assimilable alliée à la volonté de meilleure intégration régionale d’une partie de la classe politique est emblématique des contradictions de cette nouvelle territorialité sud-américaine pas encore tout à fait assumée.

  • 17 Chambre de Commerce et d’Industrie de la Guyane, 1990. Conférence sur la coopération régionale, dis (...)

34Mais en dépit de ces craintes, les immigrants brésiliens commençaient néanmoins à être perçus comme des voisins, tant géographiquement que culturellement, au moment même où, de l’autre côté du fleuve Oyapock, l’Amapá passait en 1990 du statut de Territoire fédéral de la Fédération brésilienne à celui d’État fédéré, disposant d’une relative autonomie politique et budgétaire. Cette même année, le premier ministre français Michel Rocard en visite en Guyane exhortait dans un discours à Cayenne les départements français d’Amérique à rompre avec le lien monopolistique avec la Métropole, et à se tourner économiquement vers leurs voisins17. La reterritorialisation amazonienne et sud-américaine de la Guyane allait du coup être encouragée par l’État central…

  • 18 PDSA : Plano de Desenvolvimento Sustentável do Amapá.
  • 19 Accord-cadre de coopération entre le gouvernement de la République fédérative du Brésil et le gouve (...)

35Effectivement, l’enclavement similaire de l’Amapá - non relié par la route au reste du Brésil et séparé de celui-ci par le gigantesque estuaire de l’Amazone – et les mêmes problématiques environnementales amenèrent, après une tentative ratée de coopération Guyane-Pará en 1991, les deux exécutifs locaux (le Président de la Région Guyane et le gouverneur de l’État d’Amapá) à signer un accord de coopération régionale inséré dans le cadre d’un accord binational entre la France et le Brésil en 1996, et dont les deux enjeux principaux étaient précisément l’atténuation des flux migratoires venus du Brésil et le développement durable. Car si l’Amapá est le premier pourvoyeur de migrants brésiliens vers la Guyane, il est aussi, tout comme son voisin français, l’un des États amazoniens du Brésil où l’écosystème forestier est le mieux préservé. Or, il connaît, par les défrichements clandestins dus à l’extension de l’élevage bovin et au commerce du bois tropical, de graves atteintes à l’environnement. Aussi le gouverneur de l’État João Capiberibe avait-il conçu à partir de 1995 un Plan de Développement Durable (PDSA18) associant la Guyane, présenté avec succès en France et dans plusieurs pays européens, et qui est à l’origine du premier véritable accord de coopération transfrontalière signé en 1996 (Granger, 2012 : 611), montrant ainsi l’importance fondamentale des problématiques migratoires et de développement durable dans le rapprochement institutionnel entre la Guyane et le Brésil19.

  • 20 Annexes au procès-verbal des premières consultations franco-brésiliennes en matière de coopération (...)

36Cet accord fut suivi l’année suivante par la rencontre en Guyane pour la première fois des deux chefs d’États concernés, Jacques Chirac et Fernando Henrique Cardoso. Ceux-ci, qui voyaient enfin dans la Guyane une interface possible entre France et Brésil, mais aussi Union Européenne et Mercosud, y décidèrent symboliquement la construction d’un pont binational sur le fleuve Oyapock reliant leurs deux territoires, ainsi qu’une liaison routière entre Cayenne et la partie orientale de la Guyane, frontalière du Brésil, relayant ainsi une demande des exécutifs locaux20. La « continentalisation » de la Guyane, symbolisée par un pont obéissant plus à des priorités diplomatiques qu’économiques en raison des faibles échanges prévisibles, faisait désormais l’objet d’un consensus, national et régional.

  • 21 Contestant la position européenne pour le futur sommet de Copenhague mais alléguant des causes plus (...)

37Mais si ces accords ne virent que la concrétisation du volet scolaire, scientifique et culturel au détriment d’échanges économiques entravés par les différences de coûts et le protectionnisme de blocs économiques concurrents, au moins furent-ils le point de départ d’un mouvement de reconnaissance et d’intégration sud-américaines de la Guyane qui n’allait plus se démentir. En 2004, ne s’estimant pas à sa place comme membre observateur de l’AEC au titre de la République française, le Conseil régional de Guyane, suite à une demande acceptée par la France et parrainée par le Brésil, fut admis comme représentant de la France, membre observateur, au sein de l’OTCA, qui s’ouvrait ainsi à la Guyane après près de trente années d’ostracisation, due à un statut que les autres États sud-américains considéraient toujours « colonial » du fait d’une appartenance française non remise en cause. Mais les espoirs furent vite déçus car ce début d’intégration mit en exergue les intérêts divergents, voire contradictoires pour l’État et la Région de cette sud-américanisation de la Guyane : cette dernière voulait l’utiliser pour s’affranchir le plus possible d’une tutelle française étouffante (sans cependant la remettre en cause) alors que la France voulait au contraire utiliser sa prééminence pour se faire admettre comme une puissance amazonienne, grâce à une Guyane dont les élus locaux se retrouvèrent vite mis à l’écart. Au sommet d’Iquitos en 2005, la France était en effet représentée, non par l’exécutif régional guyanais comme initialement prévu (et comme c’était le cas à l’AEC), mais par des hauts fonctionnaires du Ministère des Affaires étrangères, ce qui indisposa les autres États partenaires et fut certainement en grande partie à l’origine de l’échec du sommet amazonien de 200921 (Granger, 2012 : 754).

  • 22 Déclaration conjointe de M. Luiz Inacio Lula da Silva, Président de la République Fédérative du Bré (...)

38L’initiative guyanaise de coopération avec le Brésil avait ainsi été récupérée par l’État, qui y voyait l’opportunité d’une relation plus directe et complice avec un Brésil devenu à l’époque sixième puissance économique mondiale et partageant la plus longue frontière terrestre de France, fait totalement négligé jusque-là. Quand les présidents français et brésilien Sarkozy et Lula se rencontrèrent à la frontière entre la Guyane et le Brésil en 2008, ils signèrent bien un plan d’action comportant un accord de lutte conjointe contre l’orpaillage clandestin en Guyane et la création d’une université binationale de la biodiversité, mais en dépit de l’aspect crucial des problématiques environnementales les vrais enjeux de ce plan étaient à l’échelle nationale et diplomatique : dans le discours prononcé conjointement à Saint-Georges par les deux chefs d’État, le Brésil se montrait officiellement intéressé par l’acquisition des avions de chasse français Rafale avec transfert de technologie dont ils auraient été les premiers clients, la France de son côté s’engageant à appuyer la demande brésilienne d’intégrer le Conseil de Sécurité de l’ONU comme membre permanent22. La Guyane n’était décidément qu’un pion qu’utilisaient les grandes puissances pour réaffirmer une nouvelle relation, transfrontalière cette fois-ci, qui s’établissait pourtant grâce à elle…

2.3. La Guyane comme champ d’expérimentation européen du développement durable en Amazonie

  • 23 Instituto Brasileiro do Meio Ambiente e dos Recursos Naturais Renováveis (Institut brésilien de l’E (...)

39Ainsi court-circuités par l’État, les élus guyanais trouvaient cependant auprès de l’Union Européenne, dont la politique régionale laisse plus de marge de manœuvre aux exécutifs locaux, une alternative au traditionnel jacobinisme français. Dans le cadre des fonds communautaires INTERREG, l’Union Européenne signa en 2008 avec le Conseil régional de Guyane, qui en avait eu l’initiative, le Surinam et trois États amazoniens du Brésil (Amapá, Pará et Amazonas) un accord de coopération transfrontalière basé sur le développement durable : le Programme opérationnel Amazonie (POA). Les axes prioritaires, s’insérant dans la politique transfrontalière de l’Union Européenne, en sont la structuration des territoires transfrontaliers et leur gestion pour assurer leur développement durable, le développement des activités transfrontalières et l’attractivité de l’espace de coopération, la stimulation du rapprochement des populations et le développement de services transfrontaliers, enfin la mise en œuvre d’une assistance technique pour ce programme par l’autorité de gestion, c'est-à-dire la Région Guyane, qui se voyait investie d’une responsabilité du fait de sa situation géographique désormais bien reconnue par l’Union Européenne (Union Européenne, 2007 : 136). Dans ce cadre se sont concrétisés des projets binationaux comme Guyamapa, projet de coopération scientifique destiné à valoriser la gestion environnementale de part et d’autres de la frontière entre la Guyane et le Brésil, complété par le projet Oyana (Oyapock Nature) associant le Parc naturel régional de Guyane au Parc national brésilien de Cabo Orange autour du développement durable de la basse vallée de l’Oyapock, ou encore les projets franco-brésiliens CARET et Quelónios para Sempre autour de la protection des tortues-luths… Avec plus de résultats que les projets plus économiques car impliquant des acteurs ayant davantage l’habitude de travailler ensemble : Parcs naturels français et brésiliens, WWF, IBAMA23

  • 24 Programme de Coopération Interreg Amazonie.
  • 25 Entretiens avec Olivia Victor, responsable de la Coopération au Conseil régional de Guyane, 20 juin (...)

40Le champ d’action des accords de 1996 se voyait ainsi élargi à la plus grande partie du monde amazonien (le Guyana intégrant la deuxième tranche du POA, désormais PCIA24 2014-2020) et l’exécutif guyanais s’en voyait le coordinateur au titre de l’Union Européenne chargé de répartir les- financements, l’État français à travers la Préfecture se bornant à servir d’intermédiaire pour l’attribution des fonds européens. La dimension amazonienne de la Guyane était ainsi exploitée par l’Union Européenne et les États du Brésil : les enjeux pour la première étaient d’une part de se doter d’une politique environnementale tranchant avec un modèle industriel et pollueur souvent contesté dans une Amérique du Sud qui s’en est pourtant bien inspiré, mais surtout, comme avec l’Europe orientale, d’impulser un développement des régions de part et d’autres des frontières communautaires, susceptible d’atténuer le gradient de développement et les flux migratoires en découlant, ce qui confirme le rôle de ces migrations dans le repositionnement sud-américain de la Guyane. Pour le Brésil, cela donnait à des États amazoniens aux indices de développement encore faibles, l’accès à des financements communautaires pour des projets de développement qui s’inscrivaient dans sa politique d’intégration des zones frontalières. Quant à la Guyane, elle acquérait ainsi une crédibilité auprès de l’État qui devait lui permettre de demander une évolution statutaire vers plus d’autonomie et de compétences internationales25, mais les électeurs guyanais refusèrent l’élargissement des pouvoirs régionaux par le referendum du 10 janvier 2010.

41Mais si la Guyane, et elle seule, fut du fait de son statut français mise à l’écart du projet de l’UNASUD de suppression de l’obligation du passeport et du visa pour les ressortissants sud-américains, elle est néanmoins intégrée de fait, par le pont sur l’Oyapock, dans le projet de développement des réseaux routiers et fluviaux sud-américains conçu par l’IIRSA, faisant de l’Amazonie un véritable nœud de connexions vers l’ensemble du continent, comme l’avait pensé le géopoliticien brésilien C. Meira Mattos (1980). Dans cette perspective, l’« Arc Nord », qui passe par la Guyane, vise à raccorder les deux pointes septentrionales du Brésil que sont le Roraima et l’Amapá, à les raccorder à la Panaméricaine Nord (ou Transguyanaise), et à les connecter à « l’Europe » représentée par la Guyane qui se voit désormais renforcée dans son rôle d’interface européenne (Théry, 2003 : 114-115). Car désormais le contexte international a changé : aux inquiétudes brésiliennes nées de la Guerre froide et de la décolonisation et de leurs conséquences dans le monde caraïbe, a succédé le pragmatisme né d’une mondialisation des échanges qui, d’une part, vise à abolir les frontières économiques pour faciliter les flux et accroître les marchés et, d’autre part, amène à des recompositions territoriales telles les intégrations régionales afin de rivaliser avec la puissance des firmes transnationales et des blocs dominants.

  • 26 F. Farine : « De Harpie en pis : les militaires ont déserté Dorlin », Guyaweb 14.02.2014, http://ww (...)
  • 27 Contrairement au Brésil, où les parcs nationaux ont une vocation essentiellement protectrice, les P (...)

42Ainsi, pour de nombreux États sud-américains comme le Brésil, la Guyane pourrait permettre – en tout cas en théorie – une relation plus directe avec une Union Européenne dont l’essor pourrait constituer une alternative à l’hégémonie états-unienne : en somme, intégrer la Guyane comme une région européenne en Amérique du Sud, mais cette fois-ci par des flux licites, après l’avoir ignorée précisément du fait de ce statut européen. Mais l’accroissement des flux de toutes sortes qui résultera de cette intégration ne risque-t-il pas de mettre en péril la vitrine du développement durable que constituait jusque-là ce territoire encore sous-peuplé et sous-exploité ? C’est bien pour des raisons environnementales, officiellement, que l’Union Européenne n’a pas participé financièrement à la construction de la route précédemment évoquée reliant Cayenne à la frontière brésilienne… Sans compter d’autres intérêts qui s’opposent, comme ceux des orpailleurs légaux, en butte à la fois à une volonté protectrice de l’État et à la concurrence des garimpeiros brésiliens, davantage pourchassés dans leur pays du fait d’une législation environnementale officiellement très protectrice en Amapá depuis la création du Parque nacional dos Tumucumaques. Mais du fait du coût financier des opérations de lutte contre l’orpaillage clandestin26, la multiplication des placers légalisés, autorisés dans plusieurs zones ad hoc du Parc national amazonien de Guyane27, apparaît pour les opérateurs miniers comme un moyen de contrôler l’activité aurifère, en occupant l’espace tout en adoptant des techniques plus respectueuses de l’environnement. Or cela constitue, pour les défenseurs de l’environnement, une concession au lobby aurifère et un constat d’impuissance.de l’État face à un empiètement de sa souveraineté sur des zones officiellement protégées, mais illégalement orpaillées par des ressortissants étrangers, et que récupèreraient les opérateurs légaux.

43L’actuel projet de la Montagne d’or, immense mine d’or projetée par un consortium russo-canadien dans l’ouest guyanais, illustre à merveille cette contradiction qui va se jucher jusqu’au sommet de l’État : Emmanuel Macron, alors ministre de l’Économie en visite en Guyane, vantait le projet et sa prise en compte de l’impact environnemental tout en espérant qu’il neutraliserait l’orpaillage illégal en le rendant inopérant. Il s’était vu alors publiquement contesté par la ministre de l’écologie Ségolène Royal qui affirmait son opposition à un projet pour elle totalement contraire aux objectifs affichés en matière de développement durable. « Or jaune » contre « or vert » (la forêt), selon une expression consacrée localement, ou développement durable contre développement économique à court terme : le projet est actuellement dans sa phase d’étude et d’enquête publique et suscite une vive opposition notamment de la part des organisations autochtones, alors que nombre d’élus y voient une occasion de créer des emplois dans cette partie de la Guyane particulièrement rongée par le chômage.

Conclusion : une continentalisation mal assumée ?

44L’immigration, « miroir des processus de recomposition du monde » (Piantoni, 2011 : 85), par la nécessité de mieux la contrôler avec la signature d’accords et la participation à des schémas d’intégration régionale, et son rôle – ambigu - dans la constitution d’une identité guyanaise, a bien participé au repositionnement de la Guyane comme un territoire également amazonien et sud-américain, avec la confrontation et la prise de conscience qui en ont découlé. Mais son ampleur et la menace qu’elle fait peser, dans un imaginaire guyanais conscient de sa faiblesse numérique et identitaire, ainsi que les dégâts commis sur l’environnement et les populations amérindiennes par l’orpaillage clandestin dû majoritairement à des ressortissants brésiliens, compliquent ce processus de continentalisation : la frontière entre la Guyane et ses voisins d’Amérique du Sud est encore trop marquée par des gradients de développement « Nord-Sud », alors que son statut politique malgré de nouvelles compétences en matière de relations transfrontalières laisse une trop faible marge de manœuvre. Sans compter que nombreux sont les élus locaux à penser, à l’instar d’une bonne partie de la population, que l’intégration européenne a plus à offrir à une Guyane qui doit d’abord sa prospérité aux redistributions nationales et communautaires…

45Certes, le pont de l’Oyapock, censé désenclaver la Guyane comme l’Amapá, symbolise bien cette nouvelle perception de la Guyane par ses voisins, notamment le plus puissant d’entre eux, le Brésil, et concrétisera un ancrage régional trop longtemps négligé. Mais les tergiversations brésiliennes pour l’inauguration, le retard pris par le Sénat brésilien qui n’a ratifié qu’en 2015 un accord binational signé en 2008 sur la lutte contre l’orpaillage illégal et le renforcement des contrôles de police côté franco-guyanais suite au durcissement des conditions d’obtention du visa d’entrée (demandé pour les Brésiliens à l’entrée de la Guyane, mais pas de la France métropolitaine) montrent que cette frontière politique entre Europe et Amérique du Sud est encore source de tensions précisément du fait des flux migratoires vers la Guyane, ou des flux de marchandises illicites en provenant, à travers notamment l’orpaillage illégal. En outre, la faible offre aérienne entre Guyane et Brésil montre le peu de priorité de cet axe dans les stratégies des compagnies aériennes, contrariant les volontés régionales.

46La signature du Programme Opérationnel Amazonie a permis de relancer le processus d’intégration régionale, même partiellement du fait du statut français de la Guyane, sur la base de projets axés sur le développement durable, mais il est encore trop tôt actuellement pour en faire un bilan, même s’il paraît clair qu’il a enclenché une dynamique nouvelle en couronnant la stratégie d’intégration continentale du Conseil régional. Grande est la crainte cependant, pour la classe politique guyanaise, que la France et l’Union Européenne mettent la Guyane « sous cloche » et la maintiennent comme une vitrine européenne d’un « développement durable » qui entraverait un développement soi-disant prometteur par l’exploitation de ressources naturelles, or et pétrole, peu renouvelables, mais qui la mettraient aussi probablement sous la coupe de grandes sociétés multinationales, ou dépendante du savoir-faire brésilien, comme le montre actuellement le projet de la Montagne d’or… Ainsi, deux modèles de développement s’opposent en Guyane : l’un basé sur le modèle extractiviste qui a trouvé ses limites dans le Brésil voisin (pétrole excepté), l’autre sur une préservation des ressources naturelles qui ne satisfait pas certains intérêts économiques et politiques locaux car moins rémunératrice à court terme, et menacée par l’expansionnisme démographique des États voisins et la porosité des frontières…

  • 28 Nicolas Sarkozy, vœux à l’Outre-mer prononcés le 9 janvier 2011 à Petit-Bourg (Guadeloupe). http:// (...)

47La Guyane n’en a donc pas fini avec ses contradictions. Concernant son intégration régionale et ses enjeux, le président français Nicolas Sarkozy déclarait, en janvier 2011, lors des vœux à l’Outre-mer prononcés en Guadeloupe : « Qui peut penser que la Guyane peut se développer sans accrocher son wagon au puissant train brésilien28 ? » L’État prônait ainsi une vocation sud-américaine désormais assumée pour la Guyane, un développement futur dans un cadre sud-américain et non plus seulement européen. Mais ne reconnaissait-il pas implicitement qu’elle était amenée à subir une autre domination, issue cette fois d’un environnement géographique que les Guyanais considèrent toujours menaçant par la pression démographique qu’il continue d’exercer, tant sur la société que sur ses ressources ?

Haut de page

Bibliographie

Blanquer J.-M., 2005, Les Guyanes et les Amériques entre continentalisation et « océanisation », Paris : Études de la Documentation Française, Amérique Latine, pp. 69-79.

Brunelle D., 1989, Continentalisation et continentalisme », Interventions économiques, pour une alternative sociale n° 22-23, Montréal : UQAM,  pp. 131-146. Edition électronique : http://www.uqac.uquebec.ca/zone30/Classiques_des_sciences_sociales/index.html Consulté le 17.02.2008.

Chicot P.-Y., 2006, Les compétences internationales des DRFA : l’exemple de la Guyane », in FABERON J.Y. (dir.), Les collectivités françaises d’Amérique au carrefour des institutions, Paris : Actes du colloque de l’Institut du Droit d’Outre-mer, La Documentation française, p. 315-328.

Congrès des Élus de Guyane, 2009, Fondements du projet de société, annexe à la résolution adoptée n° 7, Cayenne : 2 septembre. Séance du 2 septembre 2009, mairie de Rémire-Montjoly. Cayenne, 33 p.
https://documentation.outremer.gouv.fr/Record.htm?idlist=1&record=19102715124919209979. Consulté le 5 septembre 2009.

Cuccioletta D, 2001, L’américanité et les Amériques, Sainte-Foy (Québec) : éditions de l’IQRC, Presses de l’université Laval, 246 p.

Granger S., 2012, La Guyane et le Brésil, ou la quête d’intégration continentale d’un département français d’Amérique, Thèse de géographie, IHEAL, Paris 3, 857 p.

Henry A., 1950, La Guyane, son histoire 1640-1946, Cayenne : Laporte, 338 p.

INSEE, 2012, Population selon la nationalité au 1er janvier 2009 en Guyane, http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=25&ref_id=poptc02501

Jolivet M. J., 1982, La question créole, essai de sociologie sur la Guyane française, Paris : ORSTOM, collection Mémoires n° 96, 503 p.

Lévy J., Lussault M., 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 1.034 p.

Lézy E., 2000, Guyane, Guyanes, une géographie « sauvage » de l’Orénoque à l’Amazone, Paris : Belin, 347 p.

Mam Lam Fouck S., 1996, Histoire générale de la Guyane française. Les grands problèmes guyanais : permanence et évolution, Matoury : Ibis rouge, 264 p.

Martinière G., 1987, « L'indépendance des Amériques et la Révolution française : l'enjeu géopolitique des Caraïbes aux Guyanes », Cahiers des Amériques latines n° 5, p. 5-36.

Meira Mattos C. de, 1980, Uma geopolítica pan-amazônica. Rio de Janeiro: Bibliex, 151 p.

Perrier-Bruslé L., 2007, Intégration en Amazonie bolivienne , in Taglioni F. et Théodat J.M. (dir.), Coopération et intégration, perspectives panaméricaines, Paris : L’Harmattan, p. 253-275.

Piantoni F., 2011, Migrants en Guyane, Arles/Cayenne : Actes Sud/Musée des Cultures guyanaises, 176 p.

Raffestin C., 1982, Remarques sur les notions d’espace, de territoire et de territorialité, Espaces et Sociétés, n° 41, 1982, p. 167-171.

Souchaud S., 2002, Pionniers brésiliens au Paraguay, Paris : Karthala, 406 p.

Taglioni F. et Cruse R., 2011, Le Suriname : une île caribéenne comme les autres ?, in Cruse et Rhiney (Eds.), Caribbean Atlas, http://www.atlas-caraibe.fr/thematiques/qu-est-ce-que-la-caraibe/le-suriname-une-ile-caribeenne-comme-les-autres.html Consulté le 07.04.2012.

Théry H., 2003, Une Guyane brésilienne ?, Cahiers des Amériques latines, n° 43, p. 103-122.

Union Européenne, 2007, Objectif Coopération Territoriale européenne 2007-2013, Programme de Coopération transfrontalière « Amazonie » Guyane-Brésil-Surinam, programme opérationnel, 228 p.

Haut de page

Notes

1 Association de Libre-Échange Nord-Américaine, marché commun impliquant les États-Unis, le Canada et le Mexique signé en 1994.

2 Caricom : Caribbean Comunity, marché commun des pays de la Caraïbe anglophone, auxquels s’ajoutent Haïti et le Surinam. AEC : Association des États de la Caraïbe, organisme consultatif regroupant États et territoires non souverains de l’espace caraïbe.

3 Organisation du Traité de Coopération Amazonien, signé entre les huit pays concernés par l’écosystème amazonien en 1978 (à l’exception de la France, puissance tutélaire de la Guyane), afin d’assurer une meilleure souveraineté sur une Amazonie convoitée par des appétits occidentaux.

4 Initiative pour l’Intégration Régionale Sud-Américaine, vaste plan concerté à partir de l’an 2000 d’intégration par une meilleure interconnexion des axes de circulation et de transport dans le sous-continent.

5 Union des NAtions SUD-américaines, organisation de concertation politique créée en 2004 et regroupant tous les États souverains de l’Amérique du Sud, UNASUR en espagnol, UNASUL en portugais.

6 Communauté d’États Latino-Américains et Caraïbes, bloc régional constitué en 2010 par l’association des États d’Amérique latine et des Caraïbes.

7 Mercosur en espagnol, Mercosul en portugais : marché commun sud-américain, signé à Asunción en 1991.

8 On peut d’ailleurs relever que si São Luis fut créée par les Français, les deux villes amazoniennes brésiliennes de Belém et Macapá furent fondées du fait des Français et de leur présence en Guyane, ayant pour origine des forts militaires chargés de protéger l’Amazone d’un éventuel retour de ces derniers.

9 Archives départementales de Guyane, série D40 (relations économiques avec le Portugal et le Brésil).

10 http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=25&ref_id=poptc02501

11 Ces derniers, habituellement pris en compte dans les RGP de l’INSEE en Guyane, semblent avoir été confondus dans le tableau avec les Dominiquais, ressortissants de l’île de la Dominique, ancienne colonie des Antilles britanniques.

12 Cf. l’article sur le site Brasilyane.fr : « Amapá, 8 millions de reals pour sécuriser la frontière », 12 novembre 2012. http://brasilyane.com/index.php/actualites-bresiliennes/actualites-amapa/572-1211-amapa-8-millions-de-r-pour-securiser-la-frontiere

13 Si l’on en croit l’origine des garimpeiros expulsés transitant par le Consulat-général du Brésil à Cayenne.

14 Un placer désigne un gisement de minerai de valeur (diamant, pépite d'or, etc.) dans des sédiments alluviaux. (https://fr.wikipedia.org/wiki/Placer)

15 « L’incroyable voyage des zébus de Guérilla », P.Y. Carlier, France-Guyane, Cayenne, 18 juin 2009.

16 Congrès des élus de Guyane, 2009. Fondements du Projet de société, annexe à la résolution adoptée n° 7. Séance du 2 septembre 2009, mairie de Rémire-Montjoly. Cayenne, p 27. https://documentation.outre-mer.gouv.fr/Record.htm?idlist=1&record=19102715124919209979. Consulté le 5 septembre 2009.

17 Chambre de Commerce et d’Industrie de la Guyane, 1990. Conférence sur la coopération régionale, discours de M. Michel Rocard, 1er ministre, 5-6 avril.

18 PDSA : Plano de Desenvolvimento Sustentável do Amapá.

19 Accord-cadre de coopération entre le gouvernement de la République fédérative du Brésil et le gouvernement de la République française, article 6, 28 mai 1996.

20 Annexes au procès-verbal des premières consultations franco-brésiliennes en matière de coopération transfrontalière Guyane-Amapá, Brasilia, 17-18 septembre 1997, p. 1. La liaison routière fut inaugurée en 2003 et permit surtout une meilleure intégration de l’Est guyanais au littoral.

21 Contestant la position européenne pour le futur sommet de Copenhague mais alléguant des causes plus diplomatiques, la plupart des États de l’OTCA, à l’exception du Brésil et du Guyana, snobèrent le sommet de Manaus en 2009, auquel le président de République française avait été invité à la demande du Brésil.

22 Déclaration conjointe de M. Luiz Inacio Lula da Silva, Président de la République Fédérative du Brésil et de M. Nicolas Sarkozy, Président de la République française, concernant le Plan d’action Franco-Brésilien, Saint-Georges de l’Oyapock, 12 février 2008. http://www.elysee.fr/documents/?mode=view&lang=fr&cat_id=1&press_id=1033

23 Instituto Brasileiro do Meio Ambiente e dos Recursos Naturais Renováveis (Institut brésilien de l’Environnement et des Ressources naturelles renouvelables), organisme fédéral brésilien chargé de la protection de l’environnement.

24 Programme de Coopération Interreg Amazonie.

25 Entretiens avec Olivia Victor, responsable de la Coopération au Conseil régional de Guyane, 20 juin 2008, et Antoine Karam, ancien président du Conseil régional de Guyane (1992-2010), 5 juin 2010.

26 F. Farine : « De Harpie en pis : les militaires ont déserté Dorlin », Guyaweb 14.02.2014, http://www.guyaweb.com/de-harpie-en-pis-les-militaires-ont-deserte-dorlin/

27 Contrairement au Brésil, où les parcs nationaux ont une vocation essentiellement protectrice, les Parcs nationaux français autorisent, de façon contrôlée, l’exercice de plusieurs activités économiques dès lors qu’elles intègrent le respect de l’environnement. L’orpaillage légal s’insère sous certaines conditions dans cette politique de développement durable axée également sur une croissance raisonnée des activités économiques.

28 Nicolas Sarkozy, vœux à l’Outre-mer prononcés le 9 janvier 2011 à Petit-Bourg (Guadeloupe). http://www.elysee.fr/president/les-actualites/discours/2011/le-discours-des-voeux-du-president-a-la-france.10396.html

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : l’isolement continental de la Guyane
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/4281/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 2 : La pression brésilienne en Guyane
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/4281/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Granger, « Migrations et continentalisation en Guyane », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], Articles, mis en ligne le 22 septembre 2017, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://tem.revues.org/4281

Haut de page

Auteur

Stéphane Granger

Docteur en géographie, chargé de cours à l’Université de Guyane
42 rue Lallouette
97300 CAYENNE
granger.stephane@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page