Navigation – Plan du site

Eric Glon, Bernard Pecqueur, Au cœur des territoires créatifs. Proximité et ressources territoriales

2016, P.U.R., 2016, 296 pages
Christophe Beaurain
Référence(s) :

Éric Glon, Bernard Pecqueur (dir.) Au cœur des territoires créatifs. Proximité et ressources territoriales, Préface de Guy Di Méo, 2016, P.U.R., 2016, 296 pages

Texte intégral

1Depuis quelques années, de nombreux ouvrages et articles sont venus nourrir la réflexion dans le monde scientifique occidental, et particulièrement en France, sur un phénomène désormais intrinsèquement associé à la mondialisation, la dynamique des territoires et la mobilisation des ressources disponibles dans le cadre d’une action collective territorialisée. Tant et si bien que lorsqu’une nouvelle parution vient s’ajouter à la littérature existante dans ce domaine, l’interrogation porte souvent sur l’éclairage spécifique que va réellement apporter l’ouvrage en question. S’agissant des contributions réunies ici par Éric Glon et Bernard Pecqueur, deux bons connaisseurs de cette question, l’apport heuristique apparaît rapidement, grâce notamment à une introduction qui pose clairement le fil conducteur de l’ouvrage et les objectifs poursuivis, mais également à la qualité des textes retenus et de leur contribution à la problématique générale de l’ouvrage.

2Les points clés constitutifs de la réflexion qui traverse l’ouvrage font l’objet d’une présentation très détaillée dans l’introduction, ouvrant du même coup de multiples pistes de recherche. En résumé, il s’agit pour les auteurs de tenter de donner un contenu à la notion en émergence de « territoires créatifs », à partir d’une réflexion qui articule un renouvellement en profondeur de la notion de ressource et de ses modalités de valorisation à une volonté de saisir la grande diversité des intentionnalités d’acteurs caractérisant le développement territorial. L’interrogation des auteurs sur les effets des proximités territoriales dans les dynamiques d’acteurs et les processus de valorisation des ressources vient boucler le triptyque constitutif de la grille de lecture proposée. Par rapport à la littérature existante, l’objectif de l’ouvrage est en effet clairement de ne pas se contenter des approches traditionnelles de la ressource, centrées généralement sur les ressources marchandes et économiquement valorisables, mais de considérer les multiples conceptions de la ressource en jeu, renvoyant à quelques dimensions fortes (utilitariste, idéelle, recherche d’équité). Sur cette base, et en tenant compte de la complexité des formes de mobilisation par chacun des acteurs de ces différentes dimensions de la ressource, il est possible alors, selon les auteurs, d’appréhender l’extrême diversité des initiatives et des projets individuels ou collectifs et de saisir par conséquent le cœur de la créativité territoriale activée à la fois par les intentionnalités individuelles et collectives et par les proximités qui les sous-tendent. On comprend alors facilement que dans ce processus de création, la « participation » des acteurs constitue un élément décisif, comme le souligne à la fois l’introduction et plusieurs textes de l’ouvrage. Finalement, cette notion de créativité des territoires, si elle reprend en partie une grille de lecture déjà développée depuis plusieurs années, notamment par l’Economie de la proximité ou par des approches mobilisant les ressources territoriales, apparaît néanmoins novatrice en ce qu’elle ouvre des perspectives d’intégration d’initiatives ou de projets de valorisation de ressources territoriales dans des domaines jusque-là écartés de l’analyse des dynamiques de territoire (culture, social…).

3De ce point de vue, les quatre parties qui structurent apportent des éclairages intéressants sur quelques aspects essentiels de cette dimension créative des territoires.

4Dans la première partie, quelques éléments de cadrage théorique viennent utilement compléter le propos introductif, en mettant l’accent en particulier sur les conditions de mobilisation des acteurs et sur leur contribution aux processus créatifs. On notera entre autres les contributions d’A. Torre sur la grille de lecture en termes de proximités, de J.L. Klein sur le rôle décisif du leadership collectif au sein des processus créatifs, de C. Neveu sur les relations complexes entre participation et proximité et l’importance des projets politiques pour la valeur ajoutée territoriale des dispositifs de participation, ou encore de N. Richez-Battesti sur la nécessité de considérer la dynamique impulsée par l’économie sociale et solidaire dans les processus créatifs, notamment par l’innovation sociale qu’elle favorise.

5La deuxième partie s’intéresse plus spécifiquement aux conditions de cristallisation des multiples initiatives et projets collectifs en de véritables territoires créatifs au sein des espaces urbains. Les diverses contributions présentées ici apportent des éclairages intéressants à partir de quelques exemples pris dans des domaines considérés comme étant au cœur de la créativité urbaine : sont entre autres évoqués les liens entre l’innovation et la constitution de communautés créatives en milieu urbain (C. Liefooghe et Y. Taniguchi), le rôle de la politique de la ville dans ces processus créatifs (B. Sauvage), une expérimentation sur la mise en place d’un maillage local entre les habitants et les professionnels de santé et sa contribution à la création d’une ressource territoriale (Dr A. F. Hirsh-Vanhoenacker), l’effet moteur sur la créativité territoriale d’événements culturels majeurs, tel par exemple le carnaval de Rio et les coutumes sur lesquelles il s’appuie, ou encore l’importance du paysage comme dimension patrimoniale du développement d’une économie résidentielle (M. Talandier).

6La troisième partie aborde quant à elle les processus créatifs en milieu rural. Après une contribution plutôt théorique proposée par L. Keibir, qui met l’accent sur la relation producteurs-consommateurs dans les mécanismes de valorisation de la ressource, les exemples apportés successivement par M. Beaudin et al. (l’entrepreneuriat collectif au Nouveau-Brunswick), D. Goussios et T. Anthopoulou (le rôle de la coopération de petits territoires laitiers en Thessalie dans la revalorisation d’une ressource), de P. Campagne sur l’exemple de territoires méditerranéens dans la mondialisation) et de Claire Delfosse (les potentialités offertes par la valorisation de la biodiversité cultivée) témoignent du dynamisme potentiel des espaces ruraux, trop souvent écartés de la réflexion, et du foisonnement des initiatives créatrices susceptibles d’aider ces territoires à porter une vision du développement territorial s’écartant des sentiers battus de la mondialisation économique.

7Enfin la quatrième partie, qui mêle contributions théoriques et empiriques, insiste plus particulièrement sur les processus créatifs associés à la valorisation de ressources environnementales, avec un fil conducteur aux trois textes présentés : la patrimonialisation de ces ressources. Ainsi V. Peyrache-Gadeau, L. Perron et C. Janin soulignent les conditions d’une spécificité territoriale, tandis que N. Senil et PA Landel rappellent que, loin de s’opposer aux transformations et à la création de ressources, le processus de patrimonialisation peut au contraire en constituer un élément moteur, notamment par les mobilisations collectives qu’elle suscite. Pour finir, C. Hinnewinkel, M. Franchomme et G. Schmitt suggèrent l’émergence d’un processus de territorialisation de la biodiversité urbaine comme ressource pour l’agglomération lilloise, en soulignant toutefois le caractère encore largement incomplet de ce processus.

8Au total, on le voit, on ne peut qu’insister sur l’apport substantiel que représente cet ouvrage à cette thématique en émergence des territoires créatifs, à la fois par le cadre analytique qu’il nous propose et par la richesse des exemples sur lesquels il s’appuie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Beaurain, « Eric Glon, Bernard Pecqueur, Au cœur des territoires créatifs. Proximité et ressources territoriales », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 26 septembre 2017, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://tem.revues.org/4280

Haut de page

Auteur

Christophe Beaurain

Université de Limoges

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page