Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Jean-François Dufour : Made by China. Les secrets d’une conquête industrielle

Paris, Dunod, 2012, 166 pages
Christine Liefooghe
Référence(s) :

Jean-François Dufour, Made by China. Les secrets d’une conquête industrielle, Paris, Dunod, 2012, 166 pages

Texte intégral

1Jean-François Dufour, ancien journaliste dans Challenges, Atlaséco, L’Asie magazine, et intervenant à l’Université d’Aix-Marseille, est directeur d’une société de conseil stratégique sur l’économie et la géopolitique de l’Asie. Auteur de plusieurs ouvrages, il nous présente dans ce nouveau livre de 166 pages ni plus ni moins qu’une saga de la conquête du marché mondial par les nouveaux groupes industriels chinois. Car, si ce sujet d’économie et de stratégie politique peut rebuter a priori, si le plan en dix chapitres présentant chacun un secteur industriel peut sembler classique, l’analyse est incisive et émaillée de récits de vie de dirigeants (26 portraits) ou d’histoires d’entreprises qui tiennent le lecteur en haleine. Mais au-delà d’un style qui rend la lecture agréable, Jean-François Dufour nous alerte sur les enjeux que représente cette nouvelle puissance industrielle chinoise pour le futur des pays occidentaux et du Japon. Il nous montre avec force d’exemples significatifs la transition du « made in China » au « made by China », une mutation organisée par les pouvoirs publics pour faire passer l’« usine du monde » de sous-traitante des multinationales étrangères au statut de puissance industrielle qui propose au reste du monde ses innovations, ses normes technologiques et ses standards juridiques. L’analyse est non complaisante, surtout vis-à-vis des Européens ou autres occidentaux qui se bercent encore d’illusions sur la domination du monde par les pays porteurs du modèle démocratie/économie libérale. Le modèle d’économie capitaliste encadrée par une politique autoritaire, adopté depuis trente ans par la Chine, se propose au monde en crise comme une alternative, et la stratégie nationale de puissance de la Chine (comme d’ailleurs des États-Unis) remet au goût du jour la prééminence du politique sur l’économique. Le cri d’alarme de Jean-François Dufour se résume dans cette citation : « Dans un monde en crise, la démocratie européenne adopte ainsi une attitude suicidaire. [...] Une Europe divisée et purement gestionnaire ne pourra que glisser sur la pente du moins-disant social imposé par une Chine affrontée sans stratégie industrielle. Par aveuglement dogmatique, elle risque de communiquer au monde, mais aussi à ses propres citoyens, l’idée paradoxale et désastreuse que la démocratie est impuissante à mettre en œuvre une politique pour préserver son acquis économique, technologique et social » (p. 158).

2Comment la Chine est-elle passée du sixième rang économique mondial en 2000 au second rang en 2010 ? Quelles stratégies ont permis à la Chine de placer 46 grandes entreprises dans le Top 500 des majors mondiales en 2012, quand elle n’en avait que 16 six ans plus tôt ? Quels moyens mobilise-t-elle pour passer d’une économie fondée sur l’imitation des technologies occidentales à une économie industrielle fondée sur la recherche et l’innovation ? Si 40 % des vêtements et chaussures exportés dans le monde sont fabriqués en Chine (chapitre 1), 60 % des ordinateurs fabriqués dans le monde le sont aussi (chapitre 2). Les centres de recherche chinois se multiplient sur le territoire national et se créent en Europe ou aux États-Unis, pour capter les nouvelles technologies ou adapter les produits chinois technologiques à la demande des pays où les grands groupes chinois s’implantent désormais (chapitre 3). La stratégie est de proposer aux marchés mondiaux des smartphones ou des tablettes (chapitre 4), des voitures (chapitre 6), des trains à grande vitesse (chapitre 7), des avions de ligne (chapitre 8) conçus et fabriqués en Chine. Le contrôle des sources énergétiques (chapitres 5 et 9) et des minéraux stratégiques pour le développement industriel (chapitre 10) sont au cœur des stratégies du gouvernement par le biais de quelques grandes entreprises chinoises. Ce contrôle est d’autant plus stratégique que la Chine veut se positionner en leader mondial dans certaines technologies d’avenir, comme la voiture électrique ou les panneaux photovoltaïques.

3Le modèle de développement de la Chine serait, depuis 2000 mais plus encore depuis 2010 à la suite de la crise financière internationale, en mutation vers une économie de la connaissance et de l’innovation, mutation inspirée du modèle asiatique de développement (Japon, Corée du Sud, Taïwan...) : imitation/exportation puis remontée de filière et montée en gamme de la production pour un plus grand contrôle de la chaine de valeur. L’apprentissage, le transfert de savoir-faire et la captation de technologies innovantes ont permis la construction du tissu industriel chinois. Désormais, l’industrie chinoise, sous la houlette des autorités publiques et des entrepreneurs chinois, est entrée dans une phase de stratégie de marques, de dépôt de brevets, de conquête du marché domestique par des produits innovants conçus par les Chinois. Il s’agit aussi de construire de puissants groupes nationaux capables de concurrencer les occidentaux sur les marchés internationaux (aviation, par exemple) et sur les marchés de ces pays (énergie solaire, télécommunications...). La Chine applique à son tour les stratégies capitalistes qui ont réussi aux pays développés à économie de marché, Japon compris : internationalisation des entreprises, rachat d’entreprises à l’étranger, finance internationale, etc. Mais le « bon élève » de l’économie libérale globalisée inquiète aussi ceux qui ont l’habitude d’être les premiers de la classe. Les résistances se multiplient, aux États-Unis, en Australie, voire en Europe, contre certaines stratégies d’investissement chinoises, quand elles « menacent » des secteurs considérés comme stratégiques (pétrole, minerais, aviation...) ou la position dominante des entreprises leaders sur ces marchés. Ce qui n’arrête pas la (géo)stratégie de puissance chinoise : en passant des alliances avec des entreprises challengers ou des pays en voie de développement en Amérique latine ou en Afrique, n’applique-t-elle pas un « art de la guerre » économique subtil et inspiré de la tradition chinoise ?

4On l’aura compris : le lecteur trouvera dans ce livre matière à réfléchir et à forger sa propre opinion à partir des exemples qui sont fournis. Attention utile pour ceux qui n’ont pas encore une bonne connaissance du territoire chinois : l’ouvrage présente une carte de repérage des lieux cités au fil du texte. On appréciera aussi, pour un usage ultérieur à la première lecture de découverte du livre, un index des personnages cités ainsi qu’un index des 185 entreprises, chinoises ou autres, qui participent à cette épopée de la conquête industrielle du monde. Certes, le géographe devra se contenter d’une analyse à l’échelle internationale. Même si les inégalités spatiales de développement sont abordées dans certains chapitres, le devenir des différents territoires chinois ne constitue pas le cœur de l’argumentation. On pourra néanmoins construire, avec les étudiants par exemple, des tableaux comparatifs de stratégies d’entreprises ou de parcours de vie des leaders économiques chinois ou faire une analyse comparative des politiques publiques chinoises à différentes échelles pour sensibiliser ces jeunes esprits à la stratégie d’un pays qui aura d’une manière ou d’une autre un impact sur leur vie future et leur avenir professionnel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Liefooghe, « Jean-François Dufour : Made by China. Les secrets d’une conquête industrielle », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 17-18 | 2013, mis en ligne le 06 avril 2017, consulté le 25 mai 2017. URL : http://tem.revues.org/4156

Haut de page

Auteur

Christine Liefooghe

Université Lille1 Sciences et Technologies

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page