Navigation – Plan du site
Articles

Environnement et développement durable, une interrogation

Environment and Sustainable Development, an Inquiry
Lionel Charles
p. 22-34

Résumés

La notion de développement durable, mise en avant par le rapport Bruntland en 1987, s’est fortement installée au premier plan de l’espace public tant à l’échelle française qu’à l’échelle mondiale. Constituée comme une extension de la notion d’environnement de façon à ce que celui-ci n’apparaisse pas faire peser sur les pays en voie de développement des contraintes trop importantes, elle associe celui-ci à deux dimensions qui en sont très proches, mais qu’il ne prend pas explicitement en considération, l’économique et le social, et introduit la notion clé d’équité intergénérationnelle. De par l’ampleur des champs qu’elle recouvre et des entrées qu’elle offre, elle a ouvert l’approche environnementale à des prises en compte très larges, ce qui lui a permis de diffuser dans de très nombreux secteurs de la vie collective publics ou privés, et d’y introduire des démarches entièrement nouvelles. Mais, compte tenu de la diversité des éléments, de l’ampleur des perspectives, des échelles spatio-temporelles qu’elle est amenée à recouvrir, se trouve posée la question de savoir si elle ne menacerait pas au final la pertinence de l’environnement. La question du réchauffement climatique en tant que question environnementale majeure sert ici de référence pour mettre en parallèle les exigences nées d’une interrogation que les années récentes ont fait apparaître comme de plus en plus urgente, imposant des interventions rapides, face au développement durable. Elle met globalement en évidence la portée fondamentale des interrogations environnementales et les contraintes, en particulier temporelles, y compris en termes de coûts économiques, qui y sont attachées, sans parler des synergies particulières que l’on peut y associer. Un tel éclairage permet ainsi de relativiser le développement durable, de mieux en cerner l’apport et de situer ainsi plus précisément la portée de la démarche environnementale, condition sine qua non de la durabilité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Montréal, Les éditions du fleuve, 1988.
  • 2 L. Charles, B. Kalaora, “ Environnement : du ministère de l’impossible à l’administration de l’oubl (...)

1Cela fait maintenant vingt ans que le développement durable a fait son apparition sur la scène mondiale avec le rapport coordonné par G. O. Bruntland, Our common future (Notre avenir à tous en français1). Restée relativement confidentielle jusque dans les années 90, d’abord limitée au cadre de la recherche ou du mouvement environnemental, popularisée par la conférence de Rio en 1992, la notion de sustainable development et son transposé français.développement soutenable ou durable se sont ensuite progressivement imposés dans l’espace public mondial comme un concept majeur face à l’extension croissante des problématiques et des enjeux environnementaux et de leur relation à la question du développement. En vingt ans, le développement soutenable a été l’objet de très nombreux travaux dans une multitude de domaines, en particulier en économie, en sciences sociales et en sciences politiques, pour en éclairer, en approfondir mais aussi en évaluer le sens, les dimensions et les implications. Depuis quelques années, le succès de la notion et un certain flou dans ce qu’elle recouvre font qu’elle a été largement reprise, de façon souvent abusive, par un grand nombre d’instances décisionnelles publiques ou privées, ce qui en a certainement affaibli la portée et suscité une réprobation, voire un refus marqué, en particulier de la part de nombreux penseurs ou acteurs du mouvement environnemental2. Elle n’en constitue pas moins une référence centrale dans ce que sont devenus la pensée et la pratique, le champ de l’environnement, dans sa relation au développement.

  • 3 De ce point de vue la constitution récente d’un ministère de l’Ecologie, du développement et de l’a (...)

2La notion de développement durable apparaît aujourd’hui chargée d’incontestables ambigüités, sur lesquelles il nous a paru intéressant de nous pencher à l’aune de la question de l’environnement. Nous prendrons appui plus particulièrement sur l’exemple du réchauffement climatique, qui possède une signification paradigmatique pour l’environnement et s’est imposé en quelques années au premier plan des préoccupations collectives, bien au-delà du cercles des scientifiques et des experts. Nous évoquerons accessoirement d’autres domaines de l’environnement tout aussi préoccupants, et dont les dynamiques recoupent pour une part la question du réchauffement et ses menaces comme les questions de la pollution de l’air ou de la biodiversité. Un des points saillants dans cette interrogation est, derrière l’apparente unité que recouvre le développement durable, la question de savoir dans quelle mesure celui-ci n’aurait pas ouvert la voie à une fragmentation de l’environnement, en particulier au plan institutionnel mais aussi dans la conscience collective, dont il a implicitement induit à disjoindre les différents aspects en champs socio-techniques séparés3. Nous nous situerons essentiellement dans un contexte français dans lequel le développement durable s’est imposé, plus que dans d’autres pays, sur le devant de la scène, porté au premier plan par l’initiative de l’État qui a accolé le terme à celui d’écologie pour nommer l’ancien ministère de l’environnement. Avant d’entamer une analyse de la notion de développement durable, il nous a semblé utile d’envisager un tour d’horizon rapide de la situation mondiale actuelle, les perspectives et les enjeux qu’elle semble dessiner, en particulier autour de la notion de développement. L’évolution considérable à ce propos en une vingtaine d’années appelle une réflexion d’ensemble sur les cadres d’intelligibilité à ce sujet et la nécessité de les faire évoluer à l’aune même de ce qu’a été l’expérience collective. Celle-ci a modifié et affiné le regard et invite sans doute à hiérarchiser autrement, de façon plus pragmatique, les problèmes auxquels nous sommes aujourd’hui confrontés et la nature des réponses qu’il semble envisageable d’y apporter.

La question du développement

  • 4 I. Sachs, L’écodéveloppement, Paris, Syros La Découverte, 1998.
  • 5 Dans lesquels il faut inclure les deux guerres mondiales, fruit des rivalités des sociétés en plein (...)
  • 6 F. Rudolf, “ De la “modernité” à la “modernisation écologique” ” in S. Juan, Actions et enjeux spat (...)

3La dynamique mondiale à laquelle nous faisons face aujourd’hui est avant tout marquée, depuis la seconde moitié des années 90, par la mondialisation économique, une extension de la circulation et des échanges des personnes, des marchandises et des capitaux sans précédent en étroite relation avec le décollage économique de pays comme la Chine, l’Inde, le Brésil, l’Afrique du Sud ou l’Égypte. Ceux-ci présentent des rythmes annuels mais aussi des potentiels de croissance qui en feront, à l’échéance d’une ou deux décennies, de nouveaux géants mondiaux. Le rythme et l’ampleur de la croissance économique mondiale se situent à des niveaux sans précédent. Cette situation présente de nombreuses facettes sur lesquelles il ne nous appartient pas de nous pencher ici. Mais on peut en retenir un trait qui porte sur la notion même de développement, sur laquelle les évolutions récentes permettent de jeter un regard et d’envisager des hypothèses nouvelles dans sa relation à l’environnement et à son lien originel avec la nature. Ce que font apparaître les évolutions que connaissent aujourd’hui des pays comme l’Inde et la Chine, c’est la rapidité et l’ampleur des processus à l’œuvre, leur brutalité, leur irréversibilité dans la destruction des modes de vie, des cultures, des pratiques traditionnelles, et leur remplacement à des échelles sans précédent par des structures et des modes de fonctionnement entièrement nouveaux pour ces pays et leurs populations, qui constituent par certains côtés un véritable traumatisme collectif. Cela est particulièrement vrai d’un pays comme la Chine où l’on voit comment une évolution d’une extrême rapidité crée des disparités d’une ampleur sans précédent. Ce que de telles évolutions rendent sensible, c’est la vision rétrospectivement naïve que l’on pouvait avoir du développement quand on prétendait l’associer à l’environnement, comme le proposait en particulier l’écodéveloppement4. L’idée sous-jacente était celle de la possibilité d’un passage progressif, graduel d’une société agricole, traditionnelle à une société plus avancée avec un meilleur niveau de vie, une économie plus forte se technicisant peu à peu, des conditions de santé améliorées à travers un recours à des technologies et la mise en place de modes de vie éco-favorables. Le processus de développement industriel, c’est-à-dire le passage d’une socio-économie rurale à une société techniquement avancée est un processus de transformation beaucoup plus brutal et radical, non sans proximité avec la violence armée. On en mesure d’autant moins l’ampleur qu’il s’est réalisé en Occident sur plusieurs siècles5, alors qu’aujourd’hui, dans le contexte du monde contemporain, qui a déjà pour une part connu une telle transformation, il peut se produire beaucoup plus rapidement, et donc beaucoup plus brutalement encore pour les populations et les sociétés. Un tel processus apparaît d’une puissance considérable et difficilement contrôlable, il est soumis à une logique interne spécifique caractérisée par des contraintes très fortes, une certaine forme d’urgence, d’oblitération et de destruction comme de renouvellement. Dans une telle logique, les dimensions d’environnement et de développement apparaissent non pas tant complémentaires, que mutuellement exclusives. Elles sembleraient devoir être envisagées non pas simultanément mais successivement. Une phase de développement, dont il est difficile de concevoir qu’elle ne se déroule autrement que brutalement, compte tenu de l’ampleur des transformations sociales, culturelles associées aux mutations économiques et technologiques à l’œuvre, possédant une logique propre dominée par des impératifs techno-économiques, a des chances d’être suivie par une phase plus qualitative, dans laquelle l’environnement vient au premier plan6. Dans cette seconde phase, la conscience mais aussi les moyens économiques, technologiques, sociaux et culturels permettent, voire favorisent un investissement plus important dans les dimensions qualitatives, qui ont d’abord trouvé une première satisfaction à travers la dimension purement quantitative de croissance techno-industrielle. Il y a là un schéma qui s’inscrit dans une contradiction assez nette avec la notion de développement durable telle qu’elle a été imaginée par ses concepteurs. Une question très importante de ce point de vue est celle des attachements individuels et collectifs à des cadres d’expérience dont il est toujours délicat d’envisager l’évolution.

  • 7 Cf. l’usage que fait Z. Bauman (2007) de la métaphore du liquide pour décrire la modernité mondiali (...)

4Le développement des pays industrialisés du Nord a connu, au cours du XXe siècle, de nombreuses ruptures. Les deux guerres mondiales peuvent être vues comme des crises d’adaptation massives qui ont permis à l’humanité de cristalliser l’expérience collective de la modernité industrielle et technicienne et favorisé l'émergence d’un nouvel univers symbolique davantage compatible avec le développement des technologies. Celui-ci a rendu socialement acceptable, collectivement possible, contrairement à l’expérience antérieure, en particulier celle des années trente, la transformation du monde liée aux technologies. Ces ruptures marquent probablement pour une part la fin de l’imperium inter-humain qui avait caractérisé les sociétés jusque-là, et le transfert de cet imperium sur la technologie elle-même comme moteur et vecteur de la transformation des sociétés. À travers la seconde guerre mondiale en particulier, et son issue symbolique très forte de victoire sur les fascismes et donc sur la perspective de l’inscription nécessaire des technologies dans un éthos préconstitué s’opposant à leur extension effective, les sociétés humaines accèdent au renouvellement considérable du potentiel que celles-ci représentent du point de vue du devenir humain. Celui-ci passe par leur intégration, leur nécessaire hybridation avec l’humain, dans lequel l’environnement joue un rôle majeur à travers la multiplication des interfaces, qui marque aussi la fin de la coupure entre faits et valeurs (Putnam, 2004). Cela passe également par une inflexion et une adaptation du capitalisme, sa déterritorialisation, sa mobilisation multiforme, sa fluidification en quelque sorte7, qui caractérise sa dynamique depuis le début des années 80. Le mouvement culturel des années cinquante et soixante sur fond de guerre froide et de menace de destruction réciproque des deux super-puissances a constitué un formidable analyseur et en même temps un puissant résonateur de la réalité de la guerre, de cette confrontation massive des sociétés à la violence interhumaine relayée par la technologie, mouvement de captation et d’adaptation aux contextes nouveaux nés de l’évolution technique à travers l’appropriation de tout un ensemble de médiations nouvelles, de nouveaux registres émotionnels tributaires et moteurs de nouvelles façons de faire circuler du sens qui ont permis de libérer l’expression technique de médiations psychologiques et morales trop contraignantes, non sans risque de désarticuler les sociétés... Cette fin de l’ordre moral ne signifie pas pour autant la fin de l’éthique, mais son redéploiement dans des perspectives, des champs, à travers des liaisons, des configurations nouvelles, tant au plan individuel que collectif, dans des perspectives exploratoires d’une échelle sans précédent.

5Tel est le cheminement qui va de la société de masse des années 30 à la société de consommation de masse de l’après-guerre, laquelle évolue progressivement vers une société plurispécifique réarticulant une dynamique nouvelle des individus, des technologies et des valeurs. C’est de cette logique collective qu’il a aussi pour une part contribué à façonner qu’est issu le mouvement mondial de l’environnement. Le développement soutenable/durable s’inscrit dans sa suite à travers un jeu considérablement élargi des échelles et des implications, puisqu’il intègre le social et l’économique à l’environnement, mais il en maximise aussi les contradictions. Le développement durable prend pour la première fois acte à l’échelle planétaire du système de contraintes dans lesquels s’inscrivent les pays en voie de développement face à l’évolution technologique des pays avancés, dont il amorce la ré-articulation. Extension plurivoque de l’environnement, le développement durable en ouvre l’accès à de nouveaux domaines et de nouveaux acteurs auxquels il permet de prendre pied dans une réalité élargie. Il constitue une tentative pour articuler les problématiques de la rationalité moderne à l’environnement en préservant une très forte valence communicationnelle. Il en offre également l’élargissement à des champs auxquels des approches plus classiques de l’environnement semblaient ne pas donner véritablement accès, en particulier aux secteurs technologiques, et constitue en cela un support important de la notion de modernisation écologique.

Environnement et développement soutenable

  • 8 On peut rappeler que celles-ci sont à l’origine de la croissance démographique globale, qui partici (...)

6Ces éléments conduisent à une interrogation sur les relations entre environnement et développement durable sur lesquelles il paraît important de se pencher pour en éclairer les enjeux et tenter de cadrer les perspectives. Le concept de développement durable a été proposé pour élargir la logique de l’environnement en moteur d’une stratégie multiforme d’ajustement collectif face à l’ensemble des menaces et des contraintes que font peser sur la biosphère les activités humaines décuplées par les ressources de la technologie et de l’industrie alimentées par l’apport scientifique8 tout en prenant en compte les exigences de développement des pays moins avancés. Le développement durable est le fruit d’une rationalisation de la problématique environnementale et de son extension logique aux champs anthropiques auxquelles elle est la plus directement liée, l’économique et le social, référents majeurs du développement. Par là, on replace l’environnement dans une logique plus spécifiquement anthropique, alors que la notion d’environnement a une portée beaucoup plus large et concerne l’ensemble des organismes vivants et vise la biosphère. Elle renvoie à une propriété fondamentale du vivant de n’exister précisément qu’en relation à un univers extérieur auquel il emprunte en permanence des éléments matériels et/ou des informations indispensables à sa survie. Dans ce processus, cet organisme transforme l’univers environnant avec lequel il interagit, ce qui est susceptible de l’affecter en retour. L’environnement qualifie une propriété générale du vivant. En en circonscrivant indirectement le champ à la dimension anthropique, le développement durable en borne indirectement l’horizon.

  • 9 L. Charles, “ Environnement, incertitude et risque : du pragmatisme aux développements contemporain (...)

7Derrière son évidence apparente, la notion d’environnement s’est élaborée au fil d’une acquisition complexe et de long terme, qui a d’abord pris son sens moderne dans le monde anglo-saxon. C’est une notion fondamentalement dynamique et réflexive, qui est le fruit de l’acquis scientifique du XVIIe siècle et de ses prolongements, en particulier en biologie et dans les sciences de la Terre, conjoint à la reconnaissance de la réalité sensible comme support de l’accès au monde de l’individu, affirmé par l’empirisme. L’émergence de l’environnement tel que nous le connaissons est indirectement le fruit du bouleversement épistémologique introduit par celui-ci, qui fait de la sensation le point de départ de la connaissance, à partir de laquelle s’élaborent les facultés plus complexes de l’entendement9. C’est surtout la dimension d’individuation liée à cette position épistémologique qui constitue le ressort premier de l’environnement, situant chaque organisme face à la réalité propre de la relation qu’il entretient avec le monde qui l’entoure. L’environnement ne relève d’aucune ontologie, mais plutôt d’un accès au monde, à un monde tissé des relations que tout organisme entretient avec l’univers physico-chimique, biologique ou social dans lequel il est amené à exister. L’environnement résulte de l’émergence d’une subjectivité informée par la science à travers laquelle s’élabore le cheminement individuel et collectif humain. Le mouvement environnemental s’est constitué dans cette double perspective à la fois sensible, morale et scientifique, d’examen des implications, pour la biosphère comme pour l’humanité, de sa puissance cognitive et technique. C’est de la conjonction de ces deux composantes hétéronomes qu’il tire sa dynamique particulière qui en a fait l’une des réalités collectives majeures du XXe siècle, et plus nettement depuis les années 60. Qu’en est-il de sa relation au développement durable ?

  • 10 La notion de développement recouvre de multiples dimensions. Elle n’est à l’évidence pas seulement (...)

8Comme l’ont bien vu les critiques de la notion de développement durable, celui-ci ne relève pas du fait, mais bien plutôt de la valeur (Rist, 2001), dans une perspective générale qui reste celle du développement, dont on ne peut sous-estimer la complexité10. Le développement durable constitue une tentative d’ajustement, de systématisation et de rationalisation des enjeux environnementaux reposant sur une double préoccupation d’équité, tant synchronique que diachronique, visant à la fois les disparités actuelles du développement, mais aussi ses disparités dans le temps et la préoccupation pour les générations futures, et en ce sens la longue durée. Il s’inscrit ainsi en profondeur dans l’idéal de justice affiché par les sociétés occidentales, en mettant cependant davantage l’accent sur le long terme et les générations futures, l’intergénérationnel, plutôt que sur le présent, dont il entérine les disparités. En même temps, il répond à une logique environnementale de menace, de crise potentielle ou de déficit que les activités humaines sont susceptibles d’exercer sur le monde naturel et par contrecoup sur l’humanité elle-même.

9L’univers de l’environnement est fondamentalement informel, aléatoire mais aussi dynamique et opératoire, l’action y est première et antérieure au logos, à la connaissance ou à la raison auxquelles elle donne précisément sens, et non l’inverse. Ainsi, le réchauffement climatique est-il le fruit d’une connaissance scientifique, mais celle-ci n’est elle-même que la reconnaissance progressive d’un fait de civilisation. La menace qu’il constitue a bien le sens d’une inflexion de l’agir, d’une mise en œuvre nécessairement collective pour en limiter et à terme en conjurer les effets perçus comme menaçants pour les sociétés et les individus humains ou les écosystèmes. L’environnement relève d’une dynamique spécifique d’action.

10C’est bien dans cette logique que se situe pour une part la soutenabilité, en cherchant cependant à composer avec des registres très différents. Elle exprime la vulnérabilité de l’ordre humain aux risques de l’environnement tout en prenant acte des disparités de développement et de la nécessité de ne pas pénaliser les pays les moins avancés. Mais, en mélangeant comme elle le fait des registres spécifiquement interhumains et environnementaux, elle aboutit cependant à des formulations et des sens très différents, selon les registres mis en avant. C’est là toute l’ambigüité du développement durable dans la mesure où il ne propose aucune hiérarchie entre ses composantes environnement, économique, social qu’il expose ainsi à un redoutable mélange. Il ne constitue plus un opérateur spécifique comme l’environnement. En ce sens, il apparaît vain de voir dans le développement durable un nouveau cadre paradigmatique susceptible d’éclairer et de guider l’humanité autrement que dans des perspectives larges, de long terme et nécessairement imprécises. De fait, il exigerait au minimum une prospective, dont on comprend qu’elle est impossible à élaborer, tant les facteurs susceptibles d’intervenir peuvent jouer les uns avec les autres. De ce point de vue, on mesure déjà toute l’audace du rapport Stern (Stern, 2006). Au mieux, le développement durable contribue à situer un horizon, à indiquer une pertinence, une orientation, un sens opératoire général, une limite potentielle, mais il ne permet en rien de préjuger d’un avenir fondamentalement problématique dans ses multiples dimensions et par rapport auquel il n’offre aucune garantie. Il apparaît très en retrait face à la radicalité de la question environnementale telle que la manifeste le changement climatique, par exemple, de ses effets et ses implications clairement identifiables et cependant si difficiles à intégrer collectivement. Il se situe davantage du côté de la réponse collective que de l’interrogation initiale sur une base à la fois rationnelle et morale, et semble ainsi apporter une contribution limitée à une contradiction dont les termes sont irréductibles, mais dont il ne porte pas entièrement la dynamique. La notion de soutenabilité tient à l’effort pour tempérer une éventuelle normativité de l’environnement projetée sur les pays en voie de développement, susceptible de remettre en question leur développement au nom d’exigences environnementales trop strictes. Mais elle en affaiblit aussi les exigences sur un plan plus général, en particulier dans les pays développés. En ce sens, on peut se demander si elle ne témoigne pas d’une lecture trop restrictive, trop étroite de l’environnement, ne prenant pas suffisamment en compte son caractère de modèle d’intelligibilité, de figure heuristique que l’on peut extraire de la réalité et appliquer à des contextes très différents, permettant d’en appréhender des dimensions fondamentales dans le cadre d’un référencement concret. L’environnement ne relève pas d’une ontologie. L’environnement apporte une information qui s’accompagne de la nécessité de lui apporter des réponses, mais il ne constitue pas pour autant un cadre normatif. La notion d’environnement est à rattacher à un relativisme des situations, des contextes, des occurrences, à une part d’empirisme, elle n’a aucun caractère transcendant et emprunte plutôt sa pertinence à la distance que le regard scientifique est capable d’induire face à la réalité et sa capacité à modéliser. Elle signifie simplement la possibilité d’un positionnement extérieur, d’observation, d’une prise de distance sans implication directe ou immédiate, c’est-à-dire une certaine forme d’objectivation à laquelle elle associe la possibilité d’un engagement, dont elle exprime les conditions.

  • 11 Une hypothèse que l’on pourrait avancer à ce propos est celle d’une rivalité entre l’État, jaloux d (...)

11Environnement et développement soutenable semblent correspondre à deux polarités répondant à des logiques quasiment opposées, en particulier du point de vue de l’appréhension de la temporalité. Mais il est une autre réserve qui doit être faite concernant l’usage qui s’est développé en français de l’expression de développement durable. Le terme de développement durable est la traduction en français, longtemps discutée, mais qui a fini par s’imposer, du terme anglais sustainable development, retenue parce que le français soutenable rendait mal compte de la dimension opératoire, performative de sustainable, de la continuité active qu’il sous-entend, et non pas simplement de fin, d’achèvement, que suggère durable, dans une perspective d’où la connotation d’engagement est absente. On a là un témoin du passage de la dimension plus active, plus opératoire, plus intentionnelle de l’anglais à celle plus analytique du français, inévitable avatar d’une transposition interculturelle. Ce choix de traduction n’est pas satisfaisant et certains persistent à le contester. La banalité du terme durable, son absence d’ancrage dans la réalité de la sustainability et de la nécessaire prudence que sous-tend celle-ci sont sans doute pour une part à l’origine de dérives importantes qui ont permis d’en faire un slogan et de le mettre “à toutes les sauces”, de telle sorte que la notion originelle a aujourd’hui perdu une part de son sens à travers un affichage qui n’interroge plus11. Le développement durable recouvre des réalités aussi contradictoires que les stratégies très élaborées et complexes mises en place par certaines entreprises pour restructurer les implications environnementales, sociales, économiques, éthiques de leur fonctionnement, et l’affichage à bon compte d’une politique menée par une structure publique ou privée sans instrument ni démarche d’évaluation ou de contrôle, comme pure intention ou stratégie de communication.

  • 12 H.-J. Scarwell, I. Roussel, Les démarches locales de développement durable à travers les territoire (...)

12L’analyse qu’il est possible de formuler à travers l’exemple de la région Nord - Pas-de-Calais montre l’importance du rôle joué par la notion de développement durable, qui a permis de mettre sur le devant de la scène le tryptique associant environnement, économique et social, permettant la prise en compte de l’environnement dans les critères de développement. Les analyses de B. Zuindeau ont souligné l’importance que la notion de développement durable a acquis dans cette région, en illustrant en creux la prise de conscience d’un développement insoutenable dont la région avait maintenant à payer le prix. Cette notion a permis de remettre les questions environnementales sur l’agenda politique. Le développement durable a servi en quelque sorte de “cheval de Troie” pour l’environnement12, longtemps ignoré au nom de la prévalence du social. Cette mutation culturelle des acteurs aussi bien politiques qu’industriels a permis une mise en phase, une résonance avec les aspirations plus environnementales des populations. C’est dans cette perspective que de nouvelles structures de caractère davantage préventif se sont mises en place (mission du bassin minier, SPPPI, CLIS). Une recherche en cours devrait permettre de préciser à travers l’exemple de la Région Nord - Pas de Calais combien le développement durable a certes permis le retour des préoccupations environnementales sur la scène politique, mais a aussi contribué à le rigidifier à travers un processus d’institutionnalisation dont il convient d’évaluer à la fois les bénéfices et les contraintes.

Arrière-plans anthropologiques du développement durable

  • 13 Cf. P. Legendre, L’inestimable objet de la transmission, Paris, Fayard, 1985.

13Par delà le premier éclairage proposé précédemment, il n’est peut-être pas inutile de revenir sur les soubassements de la notion de développement durable pour mettre en évidence en quoi la complexité de ses logiques internes rendent quasiment inévitables ces dérives et en affaiblissent la perspective. Nous avons souligné l’idée qu’au cœur de la notion de développement durable, il y a celle d’un développement des générations présentes qui n’obère pas celui des générations futures, donc une dimension de longue durée et d’équité intergénérationnelle. Or cette équité n’apparaît pas acquise une fois pour toutes, elle est en fait hautement problématique et procède d’une construction rationnelle implicite associée à un soubassement éthique fort, qui peut paraître dissoudre l’environnement dans le registre de l’interhumain. Elle soulève la question de la transmission et d’un caractère quasi-automatique potentiellement accordé à la transmission. Or de fait, cette automaticité n’est qu’apparente et n’a pu prendre ce caractère qu’avec la modernité technicienne et industrielle et l’hypothèse d’un progrès garant de l’amélioration de la situation de chaque génération par rapport à la précédente, aujourd’hui d’ailleurs parfois remise en question. En se plaçant dans l’hypothèse où l’équité intergénérationnelle ne revient pas à affaiblir l’exigence de justice immédiate face aux disparités de développement, quelle pertinence autre que purement théorique y a-t-il à envisager les choses sous cet angle alors que les incertitudes apparaissent ici maximales ? Au plan biologique, une telle notion n’a pas de sens ; toutes les générations sont équivalentes, précisément confrontées à la simple exigence de se reproduire, moteur de l’évolution. Introduire une telle notion relève d’une catégorisation qui a un sens d’exigence morale très net et très particulier. Ne s’agit-il pas là de réintroduire dans le collectif un impératif moral longtemps au cœur de la tradition occidentale, précisément autour de la transmission13 et donc de se placer à nouveau dans un cadre kantien ? Cela suppose une trame rationnelle universelle que la modernité a précisément fait voler en éclat, et que l’environnement est venu interroger de façon radicale. Une telle démarche impose donc de bien en évaluer le cadre, d’en apprécier les implications. Elle exige une prudence renouvelée, à la hauteur des incertitudes de l’environnement. Or ce à quoi elle semble conduire est précisément l’inverse, à une réaffirmation sans nuance, dans un contexte particulièrement aléatoire. L’exigence rationalo-morale sous-jacente explique sans doute qu’elle ait fait couler tant d’encre dans le cadre francophone, dans la mesure où elle renvoie implicitement à la notion d’une rationalité collective, dont la tradition française a beaucoup de mal à se défaire. On se situe ici exactement à l’opposé de la notion de société du risque avancée par U. Beck et de confrontation collective massive à l’incertitude, dans un cadre au contraire où l’organisation collective s’affirme précisément comme rempart à l’incertitude.

14En cherchant à conjuguer la disparité des situations et des problématiques en matière de développement tout en préservant les spécificités de niveaux très différents, comme le fait le développement durable, n’est-on pas conduit à des mises en relation et des généralisations trop hâtives ? On mesure ici toutes les ambigüités de la notion de développement. N’aurait-il pas été préférable dans l’élaboration de ces réflexions, de dissocier davantage les différents espaces mondiaux, plutôt que de vouloir construire un cadre idéologique susceptible de rassembler l’ensemble des situations des pays avancés comme des pays émergents ? Celui-ci ne témoigne-t-il pas d’un certain paternalisme vis-à-vis des pays en voie de développement par simple projection de notre propre réalité sur la leur, ne serait-ce que par construction intellectuelle ? Le cheminement entamé par la Chine en matière de développement évoqué précédemment, le caractère brutal mais aussi indépendant de celui-ci sont très éclairants de ce point de vue. La portée de la notion apparaît ainsi de fait quelque peu limitée face aux contradictions de la situation contemporaine. La notion de sustainability porte la marque d’une culture de la négociation et du compromis, elle constitue un moyen terme entre des expériences et des situations très diverses et contradictoires, entre science, technologie et développement, etc.. Elle témoigne d’une époque assez différente du présent, d’une appréhension qui apparaît aujourd’hui quelque peu datée, sous-estimant la puissance des dynamiques dans lesquelles sont engagées les sociétés mondiales, l’ampleur des contradictions qui les animent, et surestimant a contrario le poids des engagements moraux, ce qui n’enlève rien à leur sens, mais en minimise bien évidemment cependant la portée concrète.

  • 14 J.-P. Dupuy, Avions-nous oublié le mal ? Penser la politique après le 11 septembre, Paris, Bayard, (...)

15On peut rappeler le double sens de l’invocation de la transmission qui est à la fois de convoquer l’ordre symbolique et d’introduire simultanément sa remise en question, en soulignant la dimension éventuellement parodique, fictionnelle de l’opération. En ce sens la notion de développement soutenable/durable constitue une façon de réintroduire dans la logique collective une dimension spécifiquement interhumaine, anthropique. Mais elle le fait sans développer l’analyse de la contradiction dont elle est porteuse quant à l’extension de la rationalisation qui la sous-tend. On se situe de fait dans le domaine du vraisemblable. L’incertitude correspondante est d’une autre nature que celle que porte l’environnement. L’environnement situe l’incertitude dans l’effectivité, dans l’extériorité à laquelle il renvoie, avec la difficulté d’identifier la question et d’élaborer la réponse à lui apporter. Le développement durable situe celle-ci dans le projet et sa conduite et donc dans l’en deçà, dans la logique des ancrages symboliques, décisionnels, sociaux et moraux que l’environnement, plus performatif, ne prend pas en compte en tant que tels. La philosophie sous-jacente au développement durable manifeste une certaine proximité avec celle de J. Rawls et la perspective de la justice développée par celle-ci. J.-P. Dupuy14 qui, plus qu’un autre, a contribué à introduire en France l’œuvre de Rawls, s’en fait aujourd’hui un critique radical, lui reprochant sa vision désincarnée de l’individu humain et l’ignorance de l’enracinement subjectif de sa réalité morale. On perçoit ainsi la contradiction à laquelle conduit et que tente d’articuler le développement soutenable en réinjectant une nouvelle forme de rationalisation au cœur de l’appréhension de la réalité collective.

  • 15 P. Radanne, “ Changement climatique et société(s) ”, Ecologie politique n°33, 2006.

16Mais en même temps, la notion d’environnement, y compris dans sa dimension de rupture potentielle, d’alerte, constitue un des “piliers” du développement durable. On voit bien ainsi les multiples lectures que l’on pourra faire du développement durable, dans sa relation à l’environnement. Le développement durable peut être vu comme associant l’environnement à une forme de rationalité morale, alors que l’environnement apparaît au contraire comme une notion à fonction et dimension opératoire, existentielle, réflexive, extra-symbolique. On peut sans doute préciser ici le rapport de l’environnement au social et indiquer ce qui précisément les distingue. L’environnement n’est pas du ressort du social, il parcourt ou traverse le social, mais il n’en relève que partiellement, il lui est aussi extérieur, d’un double point de vue, à la fois à travers les ressorts de la subjectivité qui animent l’individu, mais aussi au plan objectif. C’est aujourd’hui un fait d’expérience, que la question du réchauffement climatique a parfaitement illustré, que la connaissance scientifique ne s’accompagne nullement d’une transformation et d’une adaptation rapide des comportements individuels ou des fonctionnements collectifs, et que les efforts à déployer pour éclairer les choix et mettre en place l’offre et les filières pertinentes à tous niveaux sont considérables et très sous-évalués en France15. La constitution même de la connaissance en matière d’environnement se montre très aléatoire, elle n’échappe pas entièrement au jeu des intérêts voire des manipulations, et est également source de nombreux débats.

17On peut éventuellement envisager la rencontre entre environnement et développement durable comme celle de leur incontournable complémentarité dans la radicalité de ce qui les oppose, comme les deux faces d’une même pièce, ou peut-être comme le Yin et le Yang de la tradition chinoise, dans leur réalité de fait hétérogène et complémentaire, et en cela dynamique. C’est sans doute dans une telle perspective qu’il peut être plus pertinent et plus efficace de les saisir et d’envisager, au moins intellectuellement, la dimension contradictoire de leur association, la rationalité du collectif et l’inconnu de l’environnement, qui lui donnent une portée véritablement opératoire. Mais cela n’a de sens qu’à partir de la reconnaissance de l’hétérogénéité radicale de ce qui les oppose, d’une appréhension extensive de la radicalité de la dimension environnementale. Dans la réalité, on voit les difficultés que recouvrent les appréhensions à ce niveau.

18La question qui est posée est aussi celle du caractère multiscalaire du développement durable, et de l’articulation d’échelles qui en est au principe. Le développement durable indique l’horizon à long terme de ce dont l’environnement donne un sens plus immédiat. Il s’agit bien, comme sont venues récemment le rappeler les données du GIEC en matière de réchauffement climatique, d’accepter la confrontation à l’altérité au cœur de l’environnement, ce qui implique qu’il ne saurait y avoir d’autre stratégie qu’itérative, réactualisée au fil de l’évolution des connaissances, des pratiques et de leur appréhension.

19L’alerte climatique s’inscrit bien dans la même perspective que celle concernant l’usage massif des pesticides en agriculture et ses incidences sanitaires, la pollution de l’air liée au chauffage domestique, à l’automobile ou à l’industrie, la hausse généralisée des niveaux d’ozone troposphérique, la diffusion massive de produits chimiques toxiques, l’accès à une eau non contaminée, la destruction de la biodiversité, d’interpellations très fortes des sociétés et des fonctionnements collectifs, appelant des solutions et des réponses effectives. Elle soulève la question des limites cognitives qui grèvent l’intentionnalité et l’action humaine, de ce que celle-ci ne peut facilement circonscrire ses implications et est inévitablement source de conséquences inattendues. Elle marque le caractère non clos de l’humain, de ce que le rapport humain au monde est fondamentalement ouvert et débouche inévitablement sur ce qui n’est pas lui, signant ainsi les limites de toute fondation normative. Dans cette perspective, la question du réchauffement climatique fait éclater les cadres conceptuels du développement durable, spatialement dans la perspective d’une alerte planétaire mais aussi dans leur dimension temporelle puisque les effets sur le long terme imposent une dynamique de l’action à la fois globale et immédiate dans un contexte
d’incertitude.

La dynamique du réchauffement climatique

20La question du réchauffement du climat apporte à la question qui nous préoccupe ici un éclairage très utile. Elle a pris un relief majeur de par son ampleur, mais aussi de ce que la recherche climatique a su en développer une lecture et une présentation synthétique globale, qui, bien que difficile à appréhender dans son contenu et l’hétérogénéité qu’elle recouvre, a progressivement réussi à frapper les imaginations et la conscience collective mondiale et à y installer une notion de l’ampleur des évolutions en cours et à venir et des risques à l’œuvre.

21Le récent rapport du GIEC (IPCC, 2007) a confirmé que le réchauffement du climat observé est bien imputable à l’homme. Il met en évidence la part des émissions de gaz carbonique et de méthane d’origine anthropique dans le réchauffement et vise ainsi le cœur même du système technique sur lequel se fonde la modernité industrielle, la production énergétique, reposant sur la combustion de ressources fossiles, charbon, pétrole et gaz, mais aussi les productions agricoles. Parallèlement, tout le monde est d’accord pour souligner les avancées limitées du protocole de Kyoto et le fait que celui-ci ne constitue qu’un premier pas qui demandera à être suivi d’engagements beaucoup plus contraignants visant approximativement une division par quatre des émissions des pays développés à l’échéance de 2050 pour contenir le réchauffement dans un registre supportable. Sans vouloir préjuger du futur, ces éléments font apparaître l’ampleur du défi que représente l’élaboration d’une gouvernance déterminée face à cette question au niveau mondial et l’incertitude que celle-ci fait peser quant aux possibilités d’une réponse ferme aux difficultés auxquelles nous sommes et seront collectivement confrontés.

  • 16 Jean-Charles Hourcade, “ Du bon usage de l’analyse économique pour les politiques climatiques ”, Ec (...)

22Un aspect très important concernant le réchauffement du climat qui s’est concrétisé récemment est la question de son calendrier et de ce que celui-ci tend à mettre en évidence une certaine urgence. En effet, si le phénomène ne constitue pas pour le moment une menace majeure immédiate, même si un certain nombre de phénomènes comme la canicule en France et en Europe en 2003 ou le cyclone Katrina en 2005 ont montré l’ampleur considérable des vulnérabilités, et même si l’extension de celles-ci est évidemment à attendre, le calendrier de l’intervention face au réchauffement semble se resserrer. Il apparaît de plus en plus clairement comme l’a souligné le rapport Stern à la suite d’autres travaux16 que le prix de l’inaction risque d’être beaucoup plus élevé que celui de l’action, et qu’il est souhaitable d’agir aussi tôt et aussi fortement que possible. Si donc le réchauffement ne constitue pas en lui-même une menace massive à très court terme, il implique cependant la confrontation à une urgence sur un autre plan, celui de l’action. En ce sens, la lutte contre le réchauffement climatique pourrait faire l’objet d’une mobilisation massive susceptible de concerner des secteurs très différents de la vie collective, soulevant, de par son ampleur, la question d’actions pluri-sectorielles conjointes à double ou multiples dividendes. Cette contrainte d’avoir à agir vite se heurte cependant à de multiples difficultés, elle maximise l’incertitude qui tient au hiatus entre les conditions et les contextes mêmes de l’action et se concilie plus difficilement avec une appréhension extensive des enjeux et des synergies éventuelles et l’élaboration de stratégies largement intégrées. Avec la difficulté supplémentaire qu’il peut y avoir à faire partager des choix dans ces conditions, alors que la confiance et la cohérence sont des registres fondamentaux de l’action collective, et qu’il est donc très important d’éclaircir les conditions de l’action de la façon la plus large possible. D’où la nécessité d’engager également des procédures d’accompagnement, d’explicitation et d’évaluation de l’action aussi fortes et pertinentes que possible.

  • 17 Il existe un très grand nombre de travaux sur cette question. On peut citer l’ouvrage fondateur de (...)

23Sur un plan relativement théorique, néanmoins fondamental dans la perspective de la pensée de l’environnement, l’aspect le plus intéressant de la question du changement climatique est l’expression de l’extension ainsi conférée à la notion d’environnement. C’est bien la dimension d’interaction au fondement de l’environnement et son extension, y compris à travers une certaine forme de coupure d’avec le monde naturel propre à l’espèce humaine, capable comme aucune autre de constituer des univers spécifiques paraissant échapper dans une large mesure aux registres naturels, qui est mise en exergue par le réchauffement climatique. On peut saisir, dans l’ampleur de ces manifestations, toute la spécificité humaine, mais aussi l’éveil croissant que manifeste le regard humain à cette réalité. Le réchauffement climatique traduit à une échelle sans précédent le double sens de la relation de l’homme à l’environnement, sa capacité massive à en modifier en profondeur les caractéristiques à son avantage apparent et en même temps l’effet et les implications en retour imprévues, non voulues, que peuvent avoir ces modifications, y compris sur sa propre réalité, à toutes les échelles d’espace et de temps, à court mais aussi à long, voire à très long terme17 . Il manifeste également au plus haut point, à une échelle insoupçonnée, le caractère ouvert, non déterminé, non fini de cette relation, contrairement aux élaborations développées par les cultures humaines le plus souvent polarisées sur le bornage que les sociétés humaines semblent capables d’y apporter et dont l’idée d’une science mettant à jour les lois de la nature peut être vue comme une expression privilégiée du monde occidental.

24Ce que vient opportunément rappeler l’alerte climatique après bien d’autres crises ou tensions environnementales, mais à une échelle sans précédent, c’est la dimension à la fois événementielle, réflexive et heuristique de l’environnement évoquée précédemment, et ce en quoi elle s’inscrit en faux contre une rationalité généralisée dont elle met en question la portée et les fondements, offrant des perspectives moins programmatiques, plus restreintes mais également plus directement opératoires. Il faut souligner l’opérationalité empirique de l’environnement, sa dimension expérientielle au plein sens du terme et son ouverture sans régulation possible a priori. Une telle perspective est riche de sens et de conséquence par rapport au paradigme fondateur de la modernité, élaboré par la philosophie des Lumières, de constitution d’une rationalité générale susceptible d’assurer, quoi qu’il arrive, l’amélioration globale de la condition humaine. Ce qu’introduit précisément l’environnement, c’est que l’humanité n’échappe pas plus collectivement qu’individuellement à la temporalité, à l’instabilité, au devenir, à l’événement, à l’histoire, au récit, à la transformation dans ce que celle-ci peut présenter de non voulu, elle n’échappe pas à l’expression de sa propre altérité, quels que soient les efforts déployés pour la contenir ou la masquer. Son cheminement ne saurait se concevoir comme linéaire, facilement prévisible et encore moins envisageable une fois pour toutes. D’où le caractère de crise fréquemment associé à l’environnement, et qui, épistémologiquement, en constitue une composante incontournable, mettant en question tout habitus humain qui se prétendrait établi de façon définitive. Les conséquences d’une telle situation sont considérables mais également trop nouvelles pour que l’on puisse facilement en mesurer toute la portée collective. Elles signifient, pour un univers mental hérité de la philosophie du XVIIIe siècle, un véritable changement de réalité, de paradigme, et font entrevoir l’émergence de cadres de pensée et d’intervention très nouveaux dans leurs ancrages.

25On voit bien en tous cas que ce n’est pas le contexte du développement durable qui est susceptible d’apporter une réponse à la question du réchauffement climatique, que celle-ci est de plus en plus porteuse de ses propres contraintes, de son propre agenda, de ses propres mécanismes d’intervention et d’action, comme le protocole de Kyoto et la suite qu’il importe de lui trouver, de sa dynamique spécifique. Celle-ci ne s’oppose nullement au développement durable, elle s’inscrit dans sa logique et en serait plutôt un moteur, répondant cependant à des contraintes, une réalité spécifique, indépendante, à laquelle les logiques du développement durable apparaissent mal armées pour faire face en tant que telles. En même temps, l’articulation entre les questions soulevées par le réchauffement du climat et d’autres champs de l’environnement est tout sauf évidente. Comment d’autres champs problématiques peuvent-ils s’emparer en quelque sorte de la question du climat ? Il y aurait ici tout un travail de couture, de maillage à réaliser, qui permettrait à travers un travail collectif prospectif de grande ampleur, de tenter de dessiner les visages d’un futur davantage compatible avec les exigences qui s’annoncent. L’environnement, fondamentalement ouvert et athématique, en porte le principe

Conclusion

26La question qui est ici posée est bien celle du statut du développement durable par rapport à l’environnement, particulièrement dans un contexte comme celui de la France où le développement durable a été affiché au premier plan de l’action publique avec un manque de préparation, mais aussi de réflexion et de précaution qui interrogent. L’environnement se constitue comme évènementialité, il est phénoménal, visant et imposant la vérité et la réalité des phénomènes. Il est projection dans la temporalité à travers les dynamiques du présent, il est flux, échange, interaction actuelle, mais bien évidemment aussi passée et future. Néanmoins la pensée de l’environnement telle qu’elle s’est développée jusque dans les années 70 et 80 n’a pas su ou pu saisir et approfondir dans toute leur ampleur l’ensemble des dimensions temporelles liées à l’environnement et leurs implications. Le développement durable s’est constitué comme une extension née de ce déficit même en même temps qu’il apportait un programme rassurant, tempérant les logiques plus brutales et apparemment immédiatement contraignantes de l’environnement. Le développement durable, comme nous l’avons indiqué s’inscrit dans une logique de transmission et d’interrogation quant à la possibilité de maintenir la transmission, dans une continuité répondant à une dynamique plus spécifiquement humaine. Moins dans l’urgence, la découverte et davantage peut-être dans l’anticipation à long terme, la constitution et l’orchestration, l’infléchissement vers une tentative non pour dompter le futur, mais pour le laisser advenir et en autoriser l’expression propre, il présente aussi des aspects sociaux très intéressants de partages des compétences et des responsabilités. Les registres temporels du développement durable sont ceux du long terme, du passage, de l’échange entre les générations, dont il vise à réduire, sans la méconnaître, la dimension brutale, violente. Le développement durable cherche à garantir en quelque sorte la pérennité de l’environnement, mais l’environnement est et reste la question du futur, d’un futur qui n’est jamais totalement assuré.

27L’opérationnalité de l’environnement est double, à la fois immédiate et réflexive, elle est critique au plein sens du terme et appelle des réponses concrètes. Celle du développement durable est beaucoup plus largement médiate et instrumentale, technique, économique et sociale. Mais de quel levier dispose-t-elle pour atteindre ses objectifs, et sur quelles bases peut-elle vraiment les poser, quelle validité, quel sens ont-ils ? La notion de développement durable permet de dessiner le contexte d’un enchevêtrement apparemment contradictoire et paradoxal de notions en opposition et en tension les unes avec les autres. En ce sens, il constitue un opérateur plus subtil que l’environnement, multivoque et multiaccessible, et dont l’utilité se mesure à la possibilité qu’il offre d’appréhender des dynamiques hétérogènes. La perspective individuelle, l’autonomie de l’acteur, le jeu des valeurs qui en sont au fondement constituent des références essentielles au centre de la perspective qu’il dessine. Mais il n’en reste pas moins que c’est l’environnement qui en établit la validité concrète.

28L’intérêt d’aborder la question de l’environnement et du développement durable à l’aune de la problématique du réchauffement climatique est qu’une telle approche offre une lisibilité forte que l’on ne retrouverait pas de la même façon avec d’autres champs de l’environnement, davantage marqués par la prégnance des héritages sociaux ou symboliques, la sédimentation des pratiques collectives ou leur complexité, etc... Elle met bien en relief les contenus très différents des deux notions, leur complémentarité comme ce qui les oppose, et le fait que l’environnement constitue la dimension aléatoire première et incontournable de la réalité humaine dans le contexte mondial de sociétés avancées ou en développement, et qu’il convient de ne pas en méconnaître la difficulté, y compris du point de vue d’une insertion sociale toujours problématique. Le développement durable offre dans ce contexte d’incertitude un éclairage sur des dimensions complémentaires de l’environnement, il apporte à celui-ci des accès nouveaux, des perspectives sur le long terme et rappelle la complexité des exigences de justice. Il ne faut cependant pas sous-estimer la contradiction dans laquelle il se situe par rapport à celui-ci, dont il risque aussi de minimiser le sens et la portée. Il faut donc lui reconnaître un caractère second par rapport à l’environnement, à qui il revient de contribuer de façon croissante à définir le cadre techno-économique mais aussi social et moral que nous serons progressivement amenés à élaborer en recherchant des réponses individuelles et collectives satisfaisantes à ses exigences de façon autonome et libre.

Haut de page

Bibliographie

BAUMAN Z., Liquid times. Living in an Age of Uncertainty, Cambridge, Polity Press, 2007.

BECK U., La société du risque, Paris, Aubier, 2001.

DIAMOND J., Collapse. How societies choose to fail or succeed, New York, Viking, 2005.

IPCC, Climate Change 2007. The Physical Science Basis, Cambridge, Cambridge University Press, 2007.

JOLLIVET M. (dir .), Le développement durable, de l’utopie au concept. De nouveaux chantiers pour la recherche, Paris, Elsevier, 2001.

MARTIN J.-Y., Développement durable. Doctrines, pratiques, évaluation, Paris, IRD Éditions, 2002.

MERMET L., (dir.), Étudier des écologies futures. Un chantier pour les recherches prospectives environnementales, Bruxelles, PIE Pieter Lang, 2005.

NORTON B., Searching for Sustainability. Interdisciplinary Essays in the Philosophy of Conservation Biology, Cambridge, Cambridge University Press, 2003.

PUTNAM H., Fait/Valeur : la fin d’un dogme et autres essais, Paris, Éditions de l’Éclat, 2004.

RAWLS J., Théorie de la justice, Paris, Seuil, 1988.

RIST G., Le développement, histoire d’une croyance occidentale, Paris, Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 2001.

ROTMANS J., De VRIES B., Perspectives on global Change. The Targets approach, Cambridge, Cambridge University Press, 1997.

SCHELLNHUBER H. S., CRUTZEN P., CLARK W. C., CLAUSSEN M., HELD H., Earth System Analysis for Sustainability, Cambridge Ma, the MIT Press, 2004.

STERN N., Stern Review on the Economics of Climate Change, Cambridge, Cambridge University Press, 2006

WILSON E. O., The Future of Life, London, Abacus, 2003.

Haut de page

Notes

1 Montréal, Les éditions du fleuve, 1988.

2 L. Charles, B. Kalaora, “ Environnement : du ministère de l’impossible à l’administration de l’oubli ? ”, Natures, Sciences, Sociétés, 11 (2003), 58-60.

3 De ce point de vue la constitution récente d’un ministère de l’Ecologie, du développement et de l’aménagement durable (MEDAD) ne peut-elle être lue, derrière l’unité affichée, comme un signe de cette disjonction, avec la protection de la nature d’un côté et de l’autre des champs plus techniques directement concernés par le réchauffement climatique comme les transports, l’aménagement ou l’énergie ?

4 I. Sachs, L’écodéveloppement, Paris, Syros La Découverte, 1998.

5 Dans lesquels il faut inclure les deux guerres mondiales, fruit des rivalités des sociétés en plein développement industriel Angleterre, France, Allemagne, Japon, Etats-Unis, Russie...

6 F. Rudolf, “ De la “modernité” à la “modernisation écologique” ” in S. Juan, Actions et enjeux spatiaux en matière d’environnement, Paris, L’Harmattan, 2007.

7 Cf. l’usage que fait Z. Bauman (2007) de la métaphore du liquide pour décrire la modernité mondialisée.

8 On peut rappeler que celles-ci sont à l’origine de la croissance démographique globale, qui participe, à travers de multiples mécanismes, d’une pression accrue sur les écosystèmes de l’ensemble des sociétés. Les sociétés développées apparaissent mieux armées organisationnellement et techniquement pour faire face à ces problèmes, mais restent tributaires d’un mode de développement massivement consommateur de ressources et générateur de pollutions.

9 L. Charles, “ Environnement, incertitude et risque : du pragmatisme aux développements contemporains ”, Ecologie et politique, n° 26, 2002.

10 La notion de développement recouvre de multiples dimensions. Elle n’est à l’évidence pas seulement scientifique, technique ou économique, mais possède également des dimensions psychologiques et sociales, elle a trait à l’individuation, à l’autonomie, à l’affirmation de soi, à la possibilité pour chaque individu de se constituer lui-même de façon indépendante comme à la qualité de l’organisation collective.

11 Une hypothèse que l’on pourrait avancer à ce propos est celle d’une rivalité entre l’État, jaloux de ses prérogatives et de son rôle, et la société en matière d’environnement en France, et le fait que celui-ci se doit d’afficher des concepts, des termes nouveaux faute d’éléments plus précis pour réaffirmer son leadership et s’imposer.

12 H.-J. Scarwell, I. Roussel, Les démarches locales de développement durable à travers les territoires de l’eau et de l’air, Lille, Éditions Septentrion, 2006.

13 Cf. P. Legendre, L’inestimable objet de la transmission, Paris, Fayard, 1985.

14 J.-P. Dupuy, Avions-nous oublié le mal ? Penser la politique après le 11 septembre, Paris, Bayard, 2002.

15 P. Radanne, “ Changement climatique et société(s) ”, Ecologie politique n°33, 2006.

16 Jean-Charles Hourcade, “ Du bon usage de l’analyse économique pour les politiques climatiques ”, Ecologie et politique n°33, décembre 2006.

17 Il existe un très grand nombre de travaux sur cette question. On peut citer l’ouvrage fondateur de G. P. Marsh, Man and Nature or Geography as modified by human action, Washington, University of Washington press, 2003 (première publication 1864). On peut citer également Thomas William L., Sauer Carl. O., Bates Marston and Mumford Lewis (editors), Man’s Role in Changing the Face of the Earth. 2 vol., Chicago and London, The University of Chicago Press, 1956. Ou encore C. Glacken, Traces on the Rhodian shore : Nature and Culture in Western Thought from Ancient Times to the End of the Eighteenth Century, University of California Press, 1990 (reprint edition. Première édition, 1967).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Charles, « Environnement et développement durable, une interrogation », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 4 | 2006, mis en ligne le 15 décembre 2011, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://tem.revues.org/414 ; DOI : 10.4000/tem.414

Haut de page

Auteur

Lionel Charles

Philosophe
Chercheur en Sciences Sociales
FRACTAL
5 rue Guillaumot
75012 Paris
lio.charles.fractal@noos.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page