Navigation – Plan du site
Articles

Les petites capitales d’État aux États-Unis : quel effet chef-lieu ?

Small State Capitals in the USA: What is the Influence of their Political Status?
Christian Montès

Résumés

Cet article interroge tant les petites capitales fédérées des États-Unis au travers de leur statut politique que les catégories avec lesquelles il est possible d’aborder la petite ville américaine. La plus habituelle, l’entrée économique, se révèle incomplète car d’une part, elle ne permet pas de déterminer avec exactitude l’effet chef-lieu (hormis par les emplois directement liés à la présence d’emplois publics) et d’autre part, omet ce qui ne relève pas des processus et de la hiérarchisation économiques. L’approche par « l’ordinaire » promue par Jennifer Robinson (2006) est ensuite mobilisée. Elle met en évidence ce qui relève de l’immatériel qui permet d’appréhender le rôle central que joue leur statut : l’effet chef-lieu est puissant dans les représentations et dans la construction identitaire de l’État. Toutefois, les représentations des élites locales et les politiques menées dans les petites capitales restent largement soumises aux modèles économiques dominants et le « symbolisme capitolien » ne bénéficie pas à l’ensemble de la population.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Partant de l’un des thèmes du colloque "Aux Frontières de l'Urbain : petites villes du monde : émer (...)

1Pour tenter de comprendre « l’effet chef-lieu1 » des petites villes dans le contexte des États-Unis, cet article se propose de s’intéresser aux capitales fédérées les moins peuplées. Cette analyse se double d’une interrogation sur les catégories avec lesquelles on peut aborder la petite ville américaine (Bell et Jayne, 2006 ; Montès, 2013).

  • 2 http://www.lboro.ac.uk/​gawc/​

2Les petites capitales sont d’abord abordées par les catégories habituelles par lesquelles la ville américaine est presque exclusivement étudiée. De fait, les modèles fondés sur les structures et dynamiques métropolitaines dans le contexte de mondialisation comme Chicago, Los Angeles (Scott, 2001) ont mis en œuvre des catégories et critères d’analyse qui percolent jusqu’aux petites villes (Ofori-Amoah, 2007) : le développement économique prime dans les analyses des chercheurs en sciences sociales, qu’il soit fondé sur la taille (en utilisant la « loi » de Zipf), le rôle de la production et du commerce sur la hiérarchisation de l’espace (Lösch, 1940) ou plus récemment sur l’insertion dans des réseaux mondialisés (villes globales pour S. Sassen (2001) ; les travaux du GaWC dirigé par P. Taylor2, avec une entrée critique chez D. Harvey (2006) ou M. Castells (2010), avec des processus socio-spatiaux induits : gentrification, urban renewal, spatial mismatch, downtown. Le service du recensement américain (Census) leur emboîte le pas par l’intermédiaire de la catégorie des aires micropolitaines (basées sur les migrations pendulaires vers un comté cœur de 10 à 50 000 habitants, pour élargir vers le « bas » la définition des aires métropolitaines dont le comté cœur dépasse 50 0000 habitants) ou plus récemment de concept de «  comtés créatifs » qui décline encore une fois dans l’ensemble du pays la théorie de R. Florida (2005) des « villes créatives » (dont le modèle est Austin, TX, bi-millionnaire).

3Si les petites villes peuvent parfois connaître les processus que ces catégories expriment, ils sont loin d’être généralisés, se font à une échelle bien moindre qui peut remettre en cause l’utilisation de telles catégories (l’urban renewal a-t-il encore un sens pour la destruction d’un seul îlot, ou la gentrification pour l’installation au centre de quelques familles plus aisées ?), ce qui rend l’entrée économique et métropolitaine bien incomplète, voire peu adaptée. Elle appelle une autre approche.

4C’est ce que nous entendons faire dans un second temps, en mobilisant l’approche par « l’ordinaire » promue par J. Robinson (2006). Basée initialement sur la volonté de se défaire de l’emprise de modèles « occidentaux » dans l’analyse des villes du Sud, elle met en évidence ce qui relève de l’immatériel et permet d’appréhender le rôle central que joue le statut de capitale : l’effet chef-lieu est marqué dans la construction identitaire de l’État et dans les représentations. Il faut dire qu’au contraire des capitales européennes, presque toujours anciennes, peuplées et puissantes économiquement, les capitales d’État des États-Unis sont bien plus récentes et ont été choisies selon des critères qui ne reposent pas sur leur centralité économique ou géographique (Montès, 2014). Partir de la singularité de la capitale plus que des modèles a priori devrait permettre de jeter un regard renouvelé sur ces dernières.

  • 3 Ce chiffre correspond à un effet net de seuil dans les populations des aires urbaines des capitales

5Le corpus d’étude comprend sept capitales, retenues selon plusieurs critères : une population modeste (moins de 75 000 habitants dans l’aire urbaine3, pour éviter les biais liés aux limites municipales qui se modifient souvent aux États-Unis du fait de politiques d’annexion qui continuent encore de nos jours) alliée à un rang démographique subalterne dans leur État ; cela s’accompagne d’une urbanité limitée, une bonne part de leur population résidant dans les banlieues étalées classiques du pays, ne permettant qu’à une centralité modeste de s’épanouir, voire de survivre. Cet ensemble permet de les qualifier de « petites villes » ; cela correspond d’ailleurs aussi à leur manière de se présenter.

6L’étude approfondie de Frankfort, Kentucky et Pierre, Dakota du Sud testera les deux approches adoptées.

Tableau 1 : Les petites capitales - Cadrage démographique

Capitale

Pop. municipale 1980

Pop. municipale 2000

Pop. municipale 2010

% 2010/1980*

mSA/MSA

2010**

Juneau (AK Arkansas)

19 528

30 711

31 275

+60,2

-

Frankfort (KY Kentucky)

25 973

27 741

25 527

-1,7

70 758

Annapolis (MD Maryland)

31 740

35 838

38 394

+21,0

-

Helena (MT Minnesota)

23 938

25 780

28 190

+17,8

74 801

Carson City (NV Nevada)

32 022

52 457

55 274

+72,6

55 274

Pierre (SD Sud Dakota)

11 973

13 876

13 646

+14,0

19 988

Montpelier (VT Vermont)

8 241

8 035

7 855

-4,7

-

* la croissance de la population doit souvent beaucoup aux annexions menées par les municipalités (soit de municipalités adjacentes, soit de zones sous l’égide directe du comté sans statut municipal). Ce phénomène, qui a cessé en France il y a plus d’un siècle, reste très vivace aux Etats-Unis.
** mSA : micropolitan Statistical Area (zone d’emploi -25 % de pendulaires au moins- centrée sur une aire d’urbanisation contiguë de 10 à 50 000 habitants dont la maille est le comté). MSA : Metropolitan Statistical Area (zone d’emploi centrée sur une aire d’urbanisation contiguë de plus de 50 000 habitants, dont la maille est le comté).

Source : Census, 1980-2010.

1. L’effet chef-lieu saisi par l’entrée économique : des limites nettes

  • 4 «Capital crimes: political centers as parasite economies

« Crimes capitaux : les centres politiques comme parasites économiques »4 (Vedder, 1997 : 20)

  • 5 «It’s a pain being a state capital. But it’s an even bigger pain not being one.»

« C’est une plaie que d’être capitale d’État. Mais c’est une plaie plus grande encore que de ne pas en être une »5 (Lemov, 1993 : 46).

7Ces deux citations contradictoires illustrent les difficultés à mesurer le poids exact du statut de capitale dans l’économie de ces villes, de le distinguer de causes plus générales. La carte suivante qui situe dans chaque État la capitale et la métropole économique montre à l’envi que les deux ne coïncident que dans une minorité des cas, au-delà donc même de la taille des capitales, ce qui indique un décalage entre poids politique et croissance économique, décalage exacerbé dans le cas des capitales restées petites villes.

Carte 1 : Capitales politiques et capitales économiques des États (États-Unis)

Carte 1 : Capitales politiques et capitales économiques des États (États-Unis)

Réalisation : M.L. Trémélo - CNRS UMR EVS

8Si l’on tente de placer les capitales dans la hiérarchie urbaine nationale, le constat est identique : rares sont les capitales vers le sommet de la hiérarchie (ville mondiales ou métropoles de premier rang), et les plus petites d’entre elles figurent toutes en bas, dans la catégorie des « petites villes ».

9Pour expliquer cette situation, on peut étudier l’intégration ou non des capitales aux principaux facteurs de croissance économique que les États-Unis ont connus depuis le milieu du XIXe siècle, c’est-à-dire depuis le moment où la plupart d’entre elles ont été choisies et stabilisées.

1.1. Capitales et facteurs de croissance économiques : quelles relations ?

  • 6 Nous ne suivons pas ici les hypothèses de Brian Berry sur les cycles longs de l’évolution économiqu (...)
  • 7 Si une ville est touchée par un de ces facteurs sans que ce dernier ait joué un rôle notable dans s (...)

10Comme le montre la figure 1, quatre étapes majeures se succèdent (sans chronologie stricte, mais en suivant les phases et cycles avancés par la littérature en la matière, en premier lieu par Donald Meinig (1998)6. La première est celle du rôle de point nodal ferroviaire et commercial7, la deuxième celle du pôle industriel, la troisième celle du pôle culturel et éducatif, la quatrième celle du pôle financier et de haute technologie. Un cinquième élément a été ajouté en rosé qui montre les villes touchées par une forte mise en tourisme.

Figure 1 : Capitales et facteurs de croissance économique

Figure 1 : Capitales et facteurs de croissance économique

Conception : C. Montès, réalisation : M.-L. Trémélo

  • 8 Les sources de cette figure sont multiples: les recherches de l’auteur, les données issues des diff (...)

11Dans la figure ci-dessus8, les capitales apparaissent dans 14 des 16 trajectoires possibles, ce qui semble indiquer qu’il n’y a pas de modèle de liens entre le statut de capitale politique et le type de croissance économique. Cela montre aussi, en creux, que le statut n’est a priori ni un booster ni un inhibiteur de croissance et qu’il faut affiner l’étude pour saisir plus précisément ce rôle. Les capitales ici retenues n’ont ainsi, soit participé à aucun des facteurs de croissance (Montpelier, VT), soit ont seulement été liées au chemin de fer à leurs débuts (Helena, MT, Carson City, NV, Pierre, SD). Pour Juneau, AK et Annapolis, MD, le facteur culturel a été le seul ferment de (petite) croissance. Quant à Frankfort, KY, elle a bénéficié de l’industrie et du secteur universitaire. Il n’en reste pas moins qu’elles sont toutes encore peu peuplées.

12Cela est lié d’abord aux modalités de délimitation des limites étatiques qui relèvent de logiques différentes de celle des zones d’influence économique (elles sont fondées sur une conception politique égalitaire du territoire, Montès, 2004). Cela est ensuite lié aux modalités de sélection des capitales d’un État où le poids de l’économie a une fois encore été faible face à celui du politique et où compromis entre factions politiques, entre parties de l’État (les deux se superposant souvent) et centralité (comme lieu de compromis entre deux villes rivales ou volonté de placer la capitale au cœur du nouvel Etat) ont été essentiels (Montès, 2014). De fait, la hiérarchie urbaine des États-Unis relève de facteurs multiples : le rôle de nœud de transports et de fixation du capital a d’abord été mis en évidence (Conzen, 1975, 1977, 2001 ; Stanback et Noyelle, 1982) ; l’accent a ensuite été porté sur l’essor du rôle de l’information et de l’innovation (Pumain et al., 2006), dont les processus de diffusion sont fondés sur les effets de taille et plus encore de réseau et non sur le statut politique. Cela est en tout cas vrai pour les capitales d’Etat, alors que certaines capitales nationales – Washington, DC, en faisant partie- ont bénéficié de leur statut pour atteindre un rang majeur dans l’économie de leur pays et au-delà (Glaeser 1999).

13Ce sont donc des processus économiques, hors du champ politique direct, qui expliquent que seule une minorité des capitales soient devenues des grandes villes quand beaucoup sont restées petites ou moyennes (seules 26% des aires urbaines des capitales dépassent 250 000 habitants).

14Cette situation peut paraître paradoxale quand on sait que, depuis les années 1950, parallèlement à la croissance des budgets fédéraux et étatiques, les capitales ont connu un essor plus rapide que les autres villes. Cela a augmenté l’importance des centres gouvernementaux dans la nouvelle division du travail qui s’est mise en place (Ross, 1987). De fait, l’évolution récente de l’économie se fonde sur les atouts traditionnels des capitales : cols blancs et aménités urbaines. Les seules études menées sur la question sont malheureusement à la fois anciennes, partielles et, surtout, ne s’appliquent qu’à celles qui ont atteint le statut métropolitain (Carroll et Meyer, 1982 ; Ross, 1987 ; Bromley, 1990 ; Lynch et Meyer, 1992). Elles concluent toutes que, depuis les années 1950, le statut de capitale est devenu un atout dans la concurrence économique entre les villes. Les principaux atouts des capitales sont liés à la construction d’une image (longtemps déplorable en raison d’une large corruption), au climat des affaires, aux politiques municipales et étatiques ainsi qu’à la qualité de la main d’œuvre, des infrastructures, de la culture, de l’éducation et de la vie communautaire.

15Cette croissance n’a, d’une part, pas modifié fondamentalement la hiérarchie urbaine nationale. D’autre part, pour bénéficier de ces avantages, il fallait que la capitale ait déjà atteint en 1950 une certaine taille et ait donc bénéficié des processus antérieurs de croissance. La comparaison entre les capitales qui ont pris le tournant de la « nouvelle économie » et celles qui sont restées petites montre que les premières étaient déjà des villes importantes. En 1950, Austin, TX, comptait ainsi 132 459 habitants et Phœnix, AZ, 106 818. Ces chiffres n’étaient certes pas impressionnants, mais leur population était bien supérieure aux 3 082 habitants de Carson City, NV, 5 715 de Pierre, SD, 5 956 de Juneau, AK, 8 599 de Montpelier, VT, 10 047 d’Annapolis, MD, 11 916 de Frankfort, KY et 17 581 d’Helena, MT. En 2010, ces dernières avaient moins de 75 000 habitants, quand Austin, TX, était à la tête d’une aire métropolitaine de 1 716 289 personnes et Phœnix, AZ, de 4 192 887. Il semble ainsi impossible de transformer un « village-capitale » en métropole.

16Le seul impact économique direct indiscutable reste les emplois publics engendrés par le statut de capitale, emplois étatiques certes surtout, mais aussi fédéraux, civils (cf. Reserve Bank d’Helena) ou militaires (cf. la Naval Academy d’Annapolis). Cela permet aux capitales de profiter d’une base économique stable.

Tableau 2. Nombre d’employés de l’État contrôlés par les petites capitales en 2000

Capitale d’État

Emplois contrôlés

Capitale d’État

Emplois contrôlés

Juneau
Frankfort
Annapolis
Helena

22 900
74 100
91 500
17 900

Carson City
Pierre
Montpelier

22 400
13 400
13 600

NB : le nombre d’emplois contrôlés peut être supérieur à la population de la capitale, car tous les employés de l’État ne travaillent pas dans la capitale. De fait, particulièrement quand celle-ci est petite, ils travaillent surtout dans les villes les plus peuplées de l’État.

Source : The Council of State Governments, 2002, The book of the states, p. 396.

17Les chiffres sont impressionnants, mais, si les capitales d’État contrôlent la totalité des employés étatiques, elles sont souvent loin de les accueillir tous. La diversité est la règle, du fait de la faiblesse des dispositions législatives sur leur localisation. Moins du quart des employés étatiques travaillent souvent ainsi dans les plus petites capitales. C’est le cas de Pierre (16%) ou de Juneau (18,8%), mais pas d’Helena (près de 40%). À l’inverse, du fait d’un nombre total d’emplois faible, le pourcentage de la main d’œuvre employée par l’État -et plus généralement par le secteur public- représente la moitié de l’emploi total à Pierre, Frankfort et Montpelier, 40% à Juneau et 31% à Helena.

  • 9 «The design of state buildings creates barriers within the city; the dominance of state government (...)

18La présence d’une importante bureaucratie est parfois ressentie comme un poids (cf. les « parasites » de la citation ci-avant). D’autres, au contraire, accusent les gouvernements étatiques d’entraver le développement économique des capitales. De fait, les États paient rarement les impôts immobiliers et fonciers alors que leurs propriétés couvrent de vastes zones (40% du territoire municipal à Frankfort) ; toutefois, plus de 35 États ont des dispositions obligeant l’État à verser une somme forfaitaire à la place des taxes. Les autres griefs des maires de certaines capitales d’État sont les suivants : « l’organisation des bâtiments publics crée des barrières dans la ville ; la domination du gouvernement étatique dans l’emploi fragmente la conduite des affaires civiques9 » (Lemov, 1993 : 46).

19Nous en revenons donc à des interprétations divergentes du rôle de chef-lieu. Cette première analyse montre néanmoins que, dans le domaine démographique et économique, il ne permet pas aux capitales de connaître une croissance forte. Ce qu’il montre en revanche, et cela a été souligné lors d’entretiens menés avec les maires de Pierre et d’Helena, c’est que le statut de capitale est un atout puissant du fait de la stabilité de l’économie qu’il engendre. Les capitales ont ainsi pu échapper au sort des très nombreuses « villes de papier » qui ont disparu ou se sont étiolées, faute d’investisseurs (le fait urbain étant largement spéculatif aux États-Unis) ou du fait de la disparition de la base économique qui les avait suscitées : Helena, pourtant base arrière du secteur minier, a ainsi échappé au sort de la capitale qui l’avait précédée, Virginia City, devenue ville presque fantôme après avoir compté jusqu’à 8 000 habitant enrichis par une ruée vers l’or aussi extraordinaire qu’éphémère.

20Dans le cadre de cette première approche, penchons-nous plus précisément sur le cas de Frankfort.

1.2. Étude de cas : Franckfort, petite capitale intermédiaire

21Bien que Frankfort ait été le 2ème village le plus peuplé du Kentucky au début de la colonisation (1800), son rang dans l’État a ensuite lentement décliné. Elle dut attendre le XXe siècle pour dépasser la barre des 10 000 habitants et les années 1960 pour connaître une nouvelle phase de croissance après un demi-siècle de stagnation. Mais elle n’était toujours que la 8 ème ville du Kentucky en 2010, avec 25 527 habitants, bien loin des métropoles de l’État, Louisville et Lexington-Fayette (figure 2 et tableau 3).

Figure 2 : Frankfort, une petite capitale intermédiaire

Figure 2 : Frankfort, une petite capitale intermédiaire

Conception : C Montès, réalisation : M.-L. Trémélo

22Frankfort est devenue capitale, non pas à la suite de hautes considérations, mais parce que la législature avait donné comme instruction à la commission de choisir la ville qui offrirait la contribution la plus importante pour la construction d’un capitole. Frankfort n’est pas au centre géographique, mais proche du cœur démographique et économique du Kentucky, la rivière Ohio. Elle n’a toutefois été que modestement touchée par les Frontiers successives, ce qui en fait un parfait exemple de la dissociation entre centralité politique et centralité économique. Cela ne signifie pas que Frankfort se soit contentée de son sort. L’histoire de la capitale est aussi celle des tentatives successives de prendre le train de la croissance économique, train qu’elle a le plus souvent raté du fait de sa position de « capitale intermédiaire », coincée entre les villes les plus importantes de l’État, Lexington (35 km à l’est) et Louisville (80 km à l’ouest) qui rassemblent plus du tiers de la population de l’État et représentent 46% du Produit brut de l’État à elles deux.

Tableau 3. Population des principales municipalités du Kentucky, 1800-2010

1800

1840

1870

1900

1940

1970

2000

2010

Bowling Green

41

1400

4574

8223

14 585

36 253

49 296

58 067

Covington

-

2026

24 505

42 938

62 018

52 535

43 370

40 640

Danville

270

1223

2542

4285

6734

11 542

15 477

16 218

Frankfort

628

1917

5396

9487

11 492

21 356

27 741

25 527

Henderson

-

-

-

-

-

22 976

27 373

28 757

Hopkinsville

-

-

-

-

-

21 395

30 089

31 577

Lexington*

1794

6997

14 801

26 369

49 304

108 137

260 512

295 803

Louisville**

359

21 210

100 753

204 731

319 077

361 472

256 231

741 096

Newport

106

1400

15 087

28 301

30 631

25 998

17 048

15 273

Owensboro

-

-

3437

13 189

30 245

50 329

54 064

57 265

Paducah

-

1000

6866

19 446

33 765

31 627

26 307

25 024

* devenue depuis 1970 Lexington-Fayette (174 323 habitants en 1970).
** depuis 2003, la municipalité de Louisville a fusionné avec le comté de Jefferson

Sources : Moffat, 1992 ; Andriot, 1980 ; Recensements de 1980, 1990 et 2000 (www.cbpa.louisville.edu/ksdc), Census 2010.

  • 10 «A collecting point for goods intended for export by way of the Ohio and Mississippi rivers.»

23L’économie du Kentucky reposait sur une bonne base agricole (chanvre, tabac, haras et Bourbon). L’État était en outre bien situé par rapport à la Nouvelle-Orléans. Le général James Wilkinson avait fondé Frankfort en 1786, y voyant le futur « poste de rassemblement de marchandises destinées à l’exportation par les voies d’eau de l’Ohio et du Mississippi10 » (Kramer, 1986 : 21). De fait, la ville qui parviendrait à contrôler la voie de terre, dont la plus importante reliait l’Ohio au Mississippi, deviendrait la métropole de cette partie du pays. Mais, Frankfort se révéla incapable d’exaucer les rêves de grandeur de son fondateur. La principale raison est la trop grande proximité de Lexington (fondée en 1781) et Louisville (1780), mieux situées géographiquement : elles luttèrent pour la prééminence, avec Cincinnati (1788), et devinrent rapidement les deux plus importantes villes de l’État. Les tentatives successives d’élargissement de la base économique de Frankfort furent des échecs, en partie aussi du fait de sa mauvaise image, étant tenue pour la capitale de l’État en matière de corruption politique.

24Pour voir fleurir son économie, Frankfort devait d’abord devenir accessible. Ses édiles ont donc tenté de promouvoir les routes à péage, les bateaux à vapeur et le chemin de fer, mais, même après l’achèvement de plusieurs routes à péage en 1840, le commerce fluvial restait essentiel et fermement entre les mains de Louisville. De même, quand la voie ferrée atteignit la capitale en 1852, Frankfort n’était qu’une halte entre les deux principales villes de l’État. Les rêves de cols blancs de Frankfort se révélèrent tout aussi décevants. En tant que capitale d’État, elle attirait des avocats, mais en 1850, son barreau ne comptait que 26 membres. Les espérances financières de Frankfort furent également brèves, son monopole bancaire ne durant que six ans, de la création en 1806 de la Banque du Kentucky à 1812. Un demi-siècle plus tard, la compagnie d’assurance Frankfort Fire and Marine et la banque Frankfort Building and Loan Association, approuvées par l’Assemblée Générale en 1869 et 1872, restèrent virtuelles, leurs promoteurs n’étant pas parvenus à vendre les actions nécessaires. L’économie de Frankfort était donc toujours liée au destin de l’agriculture, guère brillant même s’il permit la création de quelques entreprises industrielles (conserverie, verrerie, chaussures). Pour promouvoir la ville, les dirigeants économiques unirent leurs forces, sous l’égide de la Chambre de Commerce de Frankfort en 1915. Comme un siècle auparavant, la priorité était donnée à l’amélioration de la desserte. La Chambre de Commerce fit donc la publicité de la capitale comme centre touristique et de congrès qui « capitalisait » son statut politique. Mais la ville subit un coup sévère lors de la prohibition qui anéantit ses distilleries et gêna considérablement sa croissance.

25Depuis 1945, l’agriculture du Kentucky a connu plusieurs hauts et bas : la Tennessee Valley Authority, après une impulsion initiale, ne réussit pas plus à transformer l’économie locale que ne le fit le charbon. La fondation de la société Kentucky Fried Chicken créa des emplois, mais insuffisamment pour renverser la tendance au déclin. D’un autre côté, l’État a bénéficié de la migration vers le sud de l’industrie, particulièrement ses grandes villes.

26Frankfort commença, elle aussi, à connaître un accroissement de sa population, mais il était trop tard : ses 11 916 habitants en 1950 en faisaient une petite ville où l’atmosphère urbaine et les ressources recherchées par la nouvelle économie qui se mettait en place faisaient défaut. Pas de vraie main d’œuvre, pas de capital local. Tous ces éléments auguraient mal pour la ville bien qu’elle dispose de l’une des universités fondées grâce à la loi de 1890 (Land Grant). En outre, si Frankfort a plus que doublé sa population depuis, cela a surtout été le fait d’annexions. C’est donc l’essor du gouvernement étatique qui explique largement l’expansion du nombre d’emplois. De fait, le gouvernement n’employait que 900 personnes dans le comté de Franklin en 1940, nombre qui a explosé dès 1950 (2 300 dont 853 à Frankfort), pour atteindre 4 700 en 1970, dont 3 400 résidaient à Frankfort. Les édiles se sont pourtant plaints de la dépendance « excessive » de la ville envers l’emploi public d’État et ont une nouvelle fois tenté de diversifier leur base économique. Pour attirer de nouvelles usines, la ville mit sur pied un système de parcs et de loisirs couplé à une rénovation urbaine autour du nouveau complexe baptisé Capital Plaza, centré sur une tour de bureaux de l’État de 27 étages incluant de nouveaux bâtiments fédéraux. Les édiles ont aussi ravivé les ambitions touristiques et congressistes des années 1920. Mais la ville dut attendre 1979 que son centre soit classé comme District Historique et 1984 pour voir l’ouverture du Capital Plaza Hotel doté de 189 chambres (Kramer, 1986 : 386-388).

  • 11 «The community’s rich historical and architectural heritage, combined with its scenic beauty and ro (...)

27Aujourd’hui, bien que Frankfort participe – à sa modeste échelle - au déplacement vers le sud des usines automobiles, en étant un petit centre fabriquant des pièces détachées, l’industrie ne représente que 13% de l’emploi. Le gouvernement reste de loin le principal employeur (53%), suivi du commerce (15%) et des services (12%).Frankfort (77,1% de Blancs et 16,5% de Noirs) est une ville charmante au milieu des douces collines du Kentucky et non pas une métropole affairée qui attire la haute technologie et les promoteurs du capital-risque, ce que souligne la conclusion de C. Kramer : « le riche patrimoine historique et architectural de la communauté, combiné à la beauté de ses paysages et à son rôle de capitale, offre des possibilités pour le secteur touristique qui sont encore largement inexploitées. La situation stratégique de Frankfort entre Louisville et Lexington est avantageuse pour le tourisme tout comme pour le développement industriel11 » (Kramer, 1986 : 396). Il met aussi l’accent sur l’importance de l’Université. Toutefois, l’analyse menée par C. Kramer ne fait que pointer le fait que la capitale dépend lourdement d’entreprises (telle l’automobile) et de métropoles extérieures (les touristes venant des principales aires métropolitaines de l’État). Quant à l’université d’État du Kentucky, elle n’est devenue que récemment un centre d’étude post-licence et son fonctionnement reste isolé de celui de la ville (une « bulle » telle est la description qui m’en a été faite). Pour la « situation stratégique », Frankfort est à la fois trop éloignée de Louisville et Lexington pour en devenir une edge city et trop proche pour parvenir à attirer de très grandes entreprises même si elle participe actuellement à un groupe de travail commun sur les questions économiques.

  • 12 «Frankfort is the capital of Kentucky, and as quietly dull a little town as I ever entered. It is o (...)
  • 13 Explorateur américain (1734-1820)
  • 14 «Frankfort is steeped in historical heritage, old world ambiance, and a very special brand of south (...)

28La description qu’en fit Anthony Trollope dans North America (1862) sonne donc toujours juste : « Frankfort est la capitale du Kentucky et la petite ville la plus calmement paisible dans laquelle je sois jamais allé. Elle est sur la rivière Kentucky, et comme de tous côtés s’élèvent des collines boisées, c’est un très joli endroit12 … Daniel Boone y repose13 ». En voici la version contemporaine, qui tente d’attirer les visiteurs : « Frankfort baigne dans le patrimoine, l’atmosphère de l’ancien monde, et un genre très spécial d’hospitalité du Sud. La promenade dans notre district historique et la visite les maisons anciennes vous fera remonter le temps14 ».

29L’entrée essentiellement économique que nous avons suivie jusqu’à présent reste insatisfaisante pour tester « l’effet chef-lieu » que nous cherchons à caractériser : le statut de capitale politique n’a pas réussi à en faire des pôles économiques majeurs, alors même qu’aucune d’entre elles n’a délibérément choisi de rester une petite ville. Il nous faut donc un autre cadre d’analyse.

2. Les petites capitales, des «  (petites) villes ordinaires » ?

30L’approche promue par J. Robinson, basée sur la volonté de se défaire de l’emprise de modèles « occidentaux » dans l’analyse des villes du Sud, peut être utilement mobilisée dans le cas des petites capitales américaines, elles-mêmes finalement aussi soumises à ces modèles explicatifs dominants. La notion de ville ordinaire qu’elle avance rend compte du caractère unique de chaque ville, grâce à la notion de cityness (Robinson, 2006) que l’on pourrait traduire par « caractère propre à chaque ville », qui rend compte des processus variés d’adaptation aux influences d’un monde que l’on dit globalisé. Cette adaptation est fondée sur des spatialités complexes et sur la diversité de villes qui se réinventent continuellement, réfutant ainsi la définition de la citadinité « imposée » par l’École de Chicago (individualisme, rationalité, relations économiques abstraites au lieu de relations communautaires).

31Cette entrée par « l’ordinaire » met l’accent sur plusieurs critères : une vie politique non fondée sur l’affiliation partisane, un engagement dans la communauté, enfin la qualité de la vie. Elle met plus encore en évidence ce qui relève de l’immatériel et qui permet d’appréhender le rôle central que joue le statut de capitale : l’effet chef-lieu est marqué dans les représentations et dans la construction identitaire de l’État. C’est donc essentiellement sur ce dernier point que nous allons porter notre analyse.

2.1. L’effet chef-lieu révélé dans les représentations et dans la construction identitaire de l’État

32Cette identité s’appuie sur la continuité des symboles qu’ils traduisent ainsi que sur la transformation de leur sens. Les capitales sont des lieux de mémoire et relèvent des trois figures de rhétorique proposées par B. Debarbieux (1995), qui participent à la fois aux processus du temps long et aux processus immédiats. Les capitoles y jouent le rôle du lieu comme attribut –c’est-à-dire un stéréotype à la signification constante- tout comme celui du lieu générique qui représente un élément du cœur historique de la nation et est une allégorie du groupe social qui constitue ce lieu. Enfin, l’urbanisme et les monuments des capitales sont conçus pour rendre la visite de la capitale édifiante. Ils concentrent les emblèmes et dignitaires ; ce sont des points forts du territoire qui accueillent des événements significatifs de la société. En cela, ils sont des lieux de condensation, construits et identifiés par une société qui se donne à voir par leur intermédiaire « [ils] … racontent son histoire et ancrent ses valeurs » (Debarbieux, 1995 : 100). Des expériences individuelles et collectives y ont lieu qui réactualisent leur référence au groupe social et à son territoire.

  • 15 «A founding ritual of republican governance

33De fait, une capitale c’est d’abord un capitole, les deux mots étant prononcés de la même manière aux États-Unis. Le terme de « capitole » est lié à la vie citoyenne de la Rome ancienne. Pourtant, après 1776, les architectes ont puisé leur inspiration dans la Grèce démocratique plus que dans la Rome ancienne, politiquement trop proche de l’Angleterre impériale. L’érection des capitoles était « un rituel fondateur du gouvernement républicain15 » (Goodsell, 2001 : 175) et symbolise la conception fédérale de la nation.

  • 16 «Consciously designed to proclaim national distinctiveness. »

34Un modèle architectural commun s’est mis en place depuis la fin du XVIIIe siècle, fondé sur la majesté classique (forme de croix, dôme central, façade de type temple, et vaste espace central). Ils ont été « consciemment conçus pour proclamer la spécificité de la nation16 » (Meinig, 1986 : 437). Les capitoles diffèrent donc de l’architecture domestique, commerciale et religieuse des villes qui imitaient les bâtiments européens, surtout fondés au XIXe siècle sur les styles roman et Renaissance de l’École des Beaux-Arts. La relative similitude des capitoles provient d’abord du modèle de celui de Washington. Leurs dômes très visibles (renforcés par leur site souvent éminent – cf. Pierre ou Annapolis) devaient manifester la grandeur de leur État. Toutefois, comme à Washington, les capitoles n’ont pas été conçus à l’image de palais royaux fermés, mais comme « monumentalité du quotidien », dédiée à la démocratie, alliés aux parcs capitoliens, espaces publics idéaux.

  • 17 Le capitole de Pierre, Dakota du Sud, était fier d’annoncer qu’il était ouvert 365 jours dans l’ann (...)

35De fait, dans un pays où le monde privé est omniprésent dans la vie et les paysages, les capitoles sont des exceptions. Ils font partie des rares bâtiments en dehors du marché immobilier : ils appartiennent à tous. Tous peuvent librement les visiter et admirer les collections présentes dans leurs couloirs et leur rotonde ou bien assister à une session dans les galeries ouvertes au public17. Les capitoles ont largement bénéficié de l’essor du mouvement de préservation depuis les années 1960, les deux tiers d’entre eux ayant connu une restauration massive. De plus, les anciens capitoles devenus trop petits ne sont ni vendus ni démolis mais transformés en musées gratuits de l’histoire et la géographie de l’État (cf. Carson City).

  • 18 Du moins tant que dure la session (45 jours par an seulement à Pierre et 90 jours tous les deux ans (...)
  • 19 «[b]ecause of this enormous mass exposure, the building’s familiar façade is presented for cultural (...)

36Leur appropriation se fait tant par l’intermédiaire des écoles – l’apprentissage de l’histoire de l’État et les visites du capitole – que par la couverture médiatique des capitales. Le dôme du capitole est utilisé par la télévision comme symbole de la législature18 : quand les journalistes donnent les nouvelles politiques, ils le font soit devant une photographie du capitole soit avec le vrai dôme en arrière-plan : « du fait de son énorme exposition médiatique, la façade familière du bâtiment est offerte à l’absorption culturelle à un degré infiniment supérieur à celui que pourrait générer le fait de le voir en personne19 » (Goodsell, 2001 : 174).

37Espace public unique, le parc capitolien est présent dans toutes les capitales dès la construction du capitole et constitue l’une des principales bases de la fierté locale envers les capitales d’État. L’une de ses caractéristiques communes est l’absence de tout mur (il existe parfois des grilles basses) renforçant la volonté d’ouverture à tous les citoyens. Des cérémonies et événements divers s’y tiennent (cf. les Derby breakfasts à Frankfort lors des célèbres courses de chevaux), mais aussi sur les marches du capitole ou dans sa vaste rotonde.

  • 20 Mais moins fréquemment que la Maison Blanche, car elles sont bien plus modestes, avec quelques exce (...)

38Outre le capitole et son parc, on trouve les résidences des gouverneurs. Comme la Maison Blanche, elles sont souvent ouvertes au public20, mais elles ne sont pas isolées dans la ville. Il s’agit le plus souvent d’une vaste résidence parmi d’autres dans un quartier calme et ombragé (Carson City ou Annapolis). À Pierre, l’ancienne résidence avait été construite en 1937 par les ouvriers de la Works Progress Administration (dans le cadre du New Deal), sans que l’État n’ait rien à payer, resserrant ainsi les liens entre la population locale (qui trouvait du travail), l’État et le gouvernement fédéral.

39Le rôle de lieu de mémoire des capitoles s’exprime au mieux lorsqu’un État célèbre son centenaire ou celui de son capitole. Outre la réhabilitation du bâtiment et du parc, des expositions itinérantes sont souvent proposées, qui s’appuient sur des recherches approfondies non seulement sur l’histoire du capitole et sur la réputation gagnée par d’anciens législateurs ayant siégé dans le capitole, mais aussi sur la fierté locale.

2.2. L’effet de chef-lieu et le rôle des capitoles

40Un aménagement soigné, une monumentalité attractive, la présence de lieux publics et une importante attraction symbolique, tous ces éléments font des petites capitales d’État des candidates « parfaites » au mouvement de valorisation de la « qualité urbaine » que connaissent les États-Unis depuis un demi-siècle (dans le cadre d’une certaine prospérité, certes). Contrairement à l’entrée économique, la taille n’est plus le principal facteur pour déterminer la réussite d’une ville.

41Les petites capitales mettent ainsi en avant sur leurs sites Internet (et ceux de leurs Chambres de commerce) leur atmosphère familiale bien éloignée des maux de la grande ville. Elles se décrivent comme le parfait mélange de modernité et de tradition, où congestion, pollution et stress sont absents, retrouvant la qualité de vie qui existait selon elles dans les petites villes du XIXe siècle.

  • 21 Toutefois, il faut ajouter les restaurants et bars du centre-ville où les affaires de l’État sont d (...)
  • 22 «Citizens can probably know their state representative –or the representative knows where constitue (...)

42Cela relève naturellement d’une vision mythique du passé, les petites villes n’étant pas exemptes des maux des plus grandes (Montès, 2013). Par ailleurs, une capitale étant à la fois une municipalité et le siège du gouvernement de l’État, les deux éléments ne s’entendant pas toujours, car ils accueillent tant des citoyens vivant une vie « normale » dans une nation fondée sur la liberté et le capitalisme libéral que le « petit monde » des hommes politiques et des lobbyistes concentrés dans une partie de la ville où ils tendent à rester ensemble21. Les plus petites capitales sont cependant moins susceptibles de connaître des processus de division. À Montpelier, la capitale la moins peuplée, comme les législateurs n’ont ni bureau ni secrétaire, il est très facile de les rencontrer dans les couloirs du capitole (lui aussi le plus petit). « Les citoyens peuvent certainement connaître leur député – ou bien le député sait où ses administrés travaillent ou habitent ou qui ont épousé leurs enfants22 » (Morrissey, 1981 : 43). De plus, de nombreuses organisations publiques et privées utilisent les hôtels des capitales pour loger les hommes politiques et leurs salles pour faire des réunions électorales. La majorité des associations publiques et privées d’échelle étatique du Dakota du Sud ont ainsi leur siège à Pierre, située au centre de l’État. Les 124 clubs et organisations de la ville, tout comme ceux de l’extérieur peuvent compter sur les 30 salles de réunion, sur le Centre des Congrès de 3.000 m² et sur le millier de chambres qu’offre la capitale de 13 656 habitants en 2010.

  • 23 Le capitole de Frankfort est visité par 70 000 personnes par an environ. Les visites étant gratuite (...)
  • 24 «The Old West reappears around every corner. Ghosts of explorers, mountain men, miners, settlers … (...)

43Le « tourisme politique » permettrait-il donc d’expliquer pourquoi les petites capitales bénéficient presque toutes d’un secteur touristique d’un poids supérieur à la moyenne dans leur économie (figure 1) ? Parmi les capitales qui ont pleinement bénéficié de la florissante économie des loisirs, quatre font partie de notre échantillon (Juneau, Carson City, Helena, et Annapolis). Il faut cependant se garder d’en tirer des conclusions hâtives : tout d’abord, le nombre de touristes « politiques » reste imité23 ; ensuite, les 2 642 emplois touristiques de Juneau en 2012 sont essentiellement liés aux 930 000 croisiéristes qui y ont abordé, pour son paysage grandiose et non pour son capitole (peu impressionnant…). De même, la brochure touristique de Carson City appuie son argumentaire sur sa longue histoire (fondée en 1858 !) et ses paysages naturels et non sur son statut de capitale : « Le Vieil Ouest réapparaît à chaque coin de rue. Les fantômes d’explorateurs, de montagnards, de mineurs, de colons… défient le front pionnier et vous invitent à en faire de même. À cheval, dans un ballon, dans un casino, sur un parcours de golf ou sur des pistes de ski. Entourés par la rude beauté de la High Sierra »24. Quant à Annapolis, sa faible croissance économique lui a permis de conserver les beaux bâtiments du XVIIIe siècle (au nombre de 55, capitole compris, c'est-à-dire plus que toute autre ville du pays à l’exception de Williamsburg) que les touristes viennent en masse visiter, avec la Naval Academy dans un site charmant de baie. Le souci de restauration y a été poussé au point que l’association Historical Annapolis – fondée en 1954 - a été rebaptisée par ses détracteurs Hysterical Annapolis (Brugger, 1988 : 614). La gentrification – depuis l’aire métropolitaine proche de Washington-Baltimore - et le yachting ont aussi joué un rôle dans la renaissance de la capitale du Maryland (Potter, 1994).

  • 25 Elle est fondée sur une enquête de terrain menée en août 2010.

44Cette seconde approche nous a permis de montrer l’importance fondamentale de l’effet chef-lieu dans l’usage des capitoles et de leur parc et par les rassemblements associatifs qui y ont lieu qui participent à l’existence d’une communauté locale (par l’attachement et l’effet d’appartenance qu’ils suscitent), qui joue aussi à l’échelle de l’État. Elle a toutefois aussi pointé du doigt le fait que la qualité de la vie qui est offerte dans ces villes relève certes en partie des espaces publics et des bâtiments remarquables que le statut de capitale a conduit à ériger, mais tout autant du déficit de croissance économique qui en a permis la conservation. C’est ce que montre plus avant l’étude de Pierre25.

3. Les limites d’une approche par l’ordinaire : Pierre, capitale du Dakota du Sud

45Pierre est une ville typique du cœur (Heartland) des États-Unis, établie sur la Frontier par des pionniers d’abord attirés par la ruée vers l’or des Black Hills en 1875, puis par le Great Dakota Boom (1878-1887) lié à l’ouverture du chemin de fer Dakota Central (qui en fit la capitale de l’État en 1890). Son évolution économique épousa celle des Grandes Plaines et la ville comptait 3 656 habitants en 1910, tout comme Rapid City et Deadwood. La construction du barrage Oahe (1948-1962) doubla sa population, puis elle crût lentement pour plafonner aux alentours de 14 000 depuis deux décennies. Mais, par-delà ce constat, c’est bien son caractère unique qui ressort, fondé à la fois sur le souvenir du long combat qu’elle dut mener au tournant du XXe siècle pour devenir et surtout rester capitale et sur sa monumentalité qui en fait une ville à part, suscitant un sentiment d’appartenance réel (Peerless Pierre).

  • 26 «One of the more successful buildings from the period known as the American Renaissance, and it is (...)

46Son capitole, surnommé The People’s Place, est inséré dans la vie ordinaire. Il est considéré par les Dakotans du Sud comme « l’un des bâtiments les plus réussis de la période connue sous le nom de Renaissance Américaine et certainement la plus grandiose expression de l’architecture du renouveau »26, oubliant qu’il n’avait fait qu’imiter celui du Rhode Island. Les célébrations de son centenaire en 2010, furent un grand succès populaire. Outre la réception au capitole, il y eut de la musique vivante (country!), 4000 repas gratuits, des activités pour les enfants, une course à moto entre des lieux historiques, un show automobile, 25 œuvres d’art réalisées par des artistes locaux et une cérémonie de naturalisation d’immigrants de Sioux Falls. Par ailleurs, la municipalité ne lésine pas sur les espaces publics : le parc des rives du Missouri, l’aire de récréation de La Framboise Island, le golf municipal. De plus, le discours des élites locales insiste sur l’unité de la communauté, sans divisions politiques marquées.

  • 27 La mairesse, les responsables des services municipaux, de la Chambre de Commerce, des investisseurs (...)

47Pourtant, quand on interroge les acteurs et habitants locaux selon une grille d’analyse qui essaie de ne pas employer les catégories habituelles de l’étude économique métropolitaine27, on se rend compte que leur discours se réfère presque continûment aux catégories et processus métropolitains. Dans la façon dont ils entendent revitaliser le centre-ville d’abord : s’inspirant des plus grandes villes de l’État (Rapid City) voire de villes européennes (le supervisor souhaite créer une place sur le modèle allemand, vu lors d’un séjour qu’il y fit, le principal investisseur ayant les mêmes idées et références). L’idée est de « recréer l’image des origines de Pierre » (rôle du Missouri, de Lewis et Clark…) autour des bâtiments 1890 qui occupent deux îlots avec la « rivière comme point focal ». Pierre a 3 districts historiques et 32 bâtiments classés, sa participation au programme fédéral Main Street est envisagée, une frontière limitant la croissance urbaine existe (comme à Portland, Oregon). Cela se voit aussi dans le type de tourisme mis en avant, dirigé vers les citadins fatigués : les loisirs en plein air (golf municipal, barrage Oahe) et la chasse (c’est le principal lieu de chasse au faisan des États-Unis, qui attira même le vice-président Dick Cheney).

48Cela se voit enfin dans sa volonté de s’intégrer aux processus de mondialisation, par l’attraction d’activités « créatives ». Son haut fait est la venue d’Eagle Creek Software Services en 2008. Cette société réécrit des logiciels Oracle pour des très grosses compagnies et employait 130 personnes à Pierre en 2010. Les employés ont 33 ans en moyenne, sont des hommes célibataires avec un salaire moyen de 80 000 dollars. Bien que cette société travaille essentiellement avec l’Inde, les raisons de sa venue à Pierre sont multiples : une électricité bon marché (Oahe Dam), la qualité et le coût de la vie (« une heure de pointe de deux minutes »), des vols quotidiens vers Minneapolis (siège de la société), enfin un climat des affaires favorable (pas d’impôt sur le revenu ni sur les sociétés ni sur les logements à l’échelle de l’État). De surcroît, la municipalité et l’État ont payé des formations de 50 000 dollars par employé (le gouverneur était originaire de Pierre), la municipalité a fait don du terrain sur lequel s’élève le bâtiment qui héberge Eagle Creek, lui-même construit avec des taux d’intérêt subventionnés par l’État. L’effet chef-lieu est ici clair : proximité des décideurs, et présence d’un aéroport.

49Tout cela reste néanmoins insuffisant pour faire de Pierre une grande ville. Sa taille reste trop faible pour les investisseurs commerciaux importants pour lesquels le seuil de chalandise de 100 000 personnes n’est pas atteint (il est de 55 000 personnes) ; trop faible aussi pour les investisseurs immobiliers qui restent locaux et petits.

  • 28 La tradition américaine veut que chaque président ou gouverneur nouvellement élu remplace la haute (...)

50Le sentiment d’appartenance est lui-même imparfait : fondé sur l’idée d’une communauté homogène blanche et chrétienne, les Amérindiens en sont exclus (ils forment 10% de la population et 90% des demandes d’aide auprès de la principale église, la très « bourgeoise » First United Methodist Church). Les « jeunes créatifs » restent imparfaitement intégrés : manque de coffee culture, isolement et une population en transit (du fait de son statut de capitale et du système des dépouilles28, malgré le règne républicain ininterrompu depuis 30 ans). La Chambre de Commerce a mis en place en 2008 le Pierre Young Professionals Club pour « créer du lien », mais après un début en fanfare -200 membres– il périclita du fait du départ de sa cheville ouvrière. Les habitants eux-mêmes décrivent leur ville comme « à trois heures de partout » (Sioux Falls, Grand Rapids et Bismarck) et le taux de suicide est plus élevé que la moyenne.

51Cette étude du cas de Pierre montre la prégnance du modèle économique : les réponses et argumentaires présentés par les personnes interrogées en reprennent les catégories (créativité, insertion dans réseaux globalisés, congestion routière…) et les politiques d’aménagement ou d’investissement se réfèrent le plus souvent à des modèles extérieurs. Une enquête anthropologique sur une durée bien plus longue que celle que j’ai menée serait certainement nécessaire pour aller au-delà de ces premiers discours et rendre compte de la singularité de Pierre et de ses habitants.

Conclusion

52Les représentations comme les politiques publiques et privées menées à Pierre et Frankfort témoignent de la puissance des catégories économiques, tant données comme discours y reviennent sans cesse. Les deux municipalités prétendent réhabiliter leurs downtowns, autour de capitaux privés et de l’idée d’émuler l’urbanité européenne à Pierre et grâce à des partenariats publics privés à Frankfort (Downtown Frankfort Organization). Elles entendent aussi attirer des emplois et des habitants « créatifs » (Eagle Creek). Mais, malgré le succès réel de certaines actions de développement, leur position ne change pas dans une hiérarchie urbaine qui reste fondée sur l’économie. C’est que, même s’il permet une certaine stabilité de l’économie des capitales grâce aux quelques milliers d’emplois publics qu’il offre, l’effet chef-lieu relève avant tout de l’identité et du symbole, autour de la figure et de l’espace du capitole et de son parc, lieu public par excellence aux États-Unis, qui en comptent bien moins qu’un pays comme la France. Mais il faut ajouter que cet effet ne concerne pas toute la population, les habituels « laissés-pour-compte » de la société américaine (tels les Amérindiens du Dakota du Sud) l’étant aussi dans des lieux dans lesquels ils ne se reconnaissent pas toujours et où les élites qui y travaillent ne se préoccupent guère d’eux.

Haut de page

Bibliographie

Bell D. J.-M. (eds.), 2006, Small Cities. Urban experience beyond the metropolis, Abingdon : Routledge.

Berry B., 1991, Long-Wave Rhythms in Economic Development and Political Behavior, Baltimore, Johns Hopkins University Press.

Bromley R., 1990, Doing business in a capital city: Report of the Capital Cities Project, Albany : The University at Albany Foundation and Norstar Bank of Upstate New York.

Brugger R.-J., 1988, Maryland: A middle temperament, 1634-1980, Baltimore : The Johns Hopkins University Press.

Carroll G.-G., Meyer J.W., 1982, Capital cities in the American urban system: The impact of state expansion, American Journal of Sociology, Vol.88, pp. 565-78.

Castells, M., 201 (2e edition) The Information Age: Economy, Society and Culture Volume 1: The Rise of the Network Society, Oxford: Wiley Blackwell.

Conzen M. P. 1975, A Transport Interpretation of the Growth of Urban Regions: An American Example, Journal of Historical Geography, 1:361-82.

Conzen, M.-P. 1977, The maturing urban system in the US, 1840-1910, Annals of the Association of American Geographers, 67:88-108.

Conzen M.-P. 2001, The Impact of Industrialism and Modernity on American Cities, 1860-1930, In North America: The Historical Geography of a Changing Continent, edited by Thomas F. McIlwraith and Edward K. Muller, 333-55. Lanham: Rowman and Littlefield.

Debarbieux B., 1995, Le lieu, le territoire et trois figures de rhétorique, L’espace Géographique, n°2, pp. 97-112.

Duranton G. et D. Puga, 2005, From Sectoral to Functional Urban Specialization, Journal of Urban Economics, 57(2): 343-370.

Florida R., 2005, Cities and the Creative Class, Abingdon : Routledge.

Glaeser, E.-L. 2008, Cities, Agglomeration and Spatial Equilibrium, Oxford: Oxford University Press.

Glaeser E.-L. 1999. Urban Primacy and Politics, Discussion Paper Series n°1874, Harvard Institute of Economic Research. Cambridge: Harvard University.

Goodsell C.-T., 2001, The American statehouse: Interpreting democracy’s temples, Lawrence : The University Press of Kansas.

Harvey D., 2006, Spaces of Global Capitalism, London, Verso

Kramer Carl E. 1986. Capital on the Kentucky: A Two Hundred Year History of Frankfort and Franklin County, Frankfort: Historic Frankfort, Inc.

Lösch A., 1940, Die räumliche Ordnung der Wirtschaft, Gustav Fishcer, Jéna.

Lynch J., Meyer D.-R., 1992, Dynamics of the US system of cities, 1950 to 1980. The impact of the large corporate law firms, Urban Affairs Quarterly, vol.28, pp. 38-68.

Lemov P., 1993, Governing in the shadow of the dome, Governing, Vol. 6, p.46.

Meinig D., 1986, The Shaping of America, Vol.1, Atlantic America, 1492-1800, New Haven and London : Yale University Press.

Meinig D., 1998, The Shaping of America, Vol.3, Transcontinental America, 1850-1915, New Haven and London : Yale University Press, 457 p.

Montès C., 2004, La délimitation des États des États-Unis, entre damier et patchwork, Géocarrefour, Vol. 79, N°2, pp.115-121.

Montès C., 2013, Les petites villes aux Etats-Unis, Canada, Mexique, entre déclin, métropolisation et patrimonialisation, in Lemarchand P. (dir), L’Amérique du Nord. Un Atlas, Paris : Atlande, pp. 119-126.

Montès C., 2014, American Capitals. A Historical Geography, Chicago : The University of Chicago Press, 408 p.

Morrissey C.-T., 1981, Vermont: A bicentennial history, New York : Norton.

Neal Z.-P., 2010, From Central Bases to Network Bases: A Transition in the American Urban Hierarchy, 1900-2000, City and Community.

Ofori-Amoah B., 2007, Beyond the metropolis. Urban geography as if small cities mattered, Lanham : University Press of America.

Potter P.-B., 1994, Public archeology in Annapolis: A critical approach to history in Maryland’s ancient city, Washington, D.-C. : Smithsonian Institution Press.

Pumain D, Paulus F. et Vacchiani-Marcuzzo C., 2006, An evolutionary theory for interpreting urban scaling laws, Cybergeo: European journal of Geography, 343.

Robinson J., 2006, Ordinary cities between modernity and development, London : Routledge.

Ross C.-O., 1987, Organizational dimensions of metropolitan dominance, Prominence in the network of corporate control, 1955-1975, American Sociological Review, Vol. 52, pp. 258-267.

Sassen S., 2001 (1991), The Global City: New York, London, Tokyo, New Haven, Princeton University Press.

Scott A.-J., 2001, Global City-Regions: Trends, Theory, Policy, Oxford : Oxford University Press

Stanback T.-M., et T.-J. Noyelle. 1982. Cities in Transition: Changing Job Structures in Atlanta, Denver, Buffalo, Phoenix, Columbus (Ohio), Nashville, Charlotte, Totowa : Allanheld, Osmun and Co.

Vedder R.-K., 1997, Capital crimes: political centers as parasite economies, USA Today: The Magazine of the American Scene, vol. 126, N°2628, pp.20-22.

Haut de page

Notes

1 Partant de l’un des thèmes du colloque "Aux Frontières de l'Urbain : petites villes du monde : émergence, croissance, rôle économique et social, intégration territoriale, gouvernance" (Avignon du 22 au 24 janvier 2014)-Atelier 11 : « La fabrique des hiérarchies urbaines. Les pouvoirs publics, chef d’orchestre ? »), l’interrogation sur l’effet chef-lieu entend montrer comment un statut politique éminent conféré à une ville qui reste aujourd’hui faiblement peuplée joue (ou ne joue pas) sur son fonctionnement et son évolution de différents points de vue : morphologique, fonctionnel, symbolique…

2 http://www.lboro.ac.uk/gawc/

3 Ce chiffre correspond à un effet net de seuil dans les populations des aires urbaines des capitales.

4 «Capital crimes: political centers as parasite economies

5 «It’s a pain being a state capital. But it’s an even bigger pain not being one.»

6 Nous ne suivons pas ici les hypothèses de Brian Berry sur les cycles longs de l’évolution économique (Berry, 1991).

7 Si une ville est touchée par un de ces facteurs sans que ce dernier ait joué un rôle notable dans sa croissance démographique et économique, la réponse indiquée est « non ». Tel est le cas de Frankfort pour le rail. De même, malgré la proximité de Los Alamos (nucléaire) et la création du Santa Fe Institue en 1984 centré sur les systèmes complexes, les hautes technologies ne forment pas un cluster important (1,1% de l’emploi en 2016 selon Forbes), même si de nombreuses conférences se déroulent dans cette ville à l’économie fondée sur le tourisme culturel, outre le politique.

8 Les sources de cette figure sont multiples: les recherches de l’auteur, les données issues des différents recensements, ainsi que la littérature sur l’histoire et l’économie des villes américaine (les travaux multiples, par exemple, d’E. Glaeser (2008) ou D. Duranton et G. Puga (2005). Pour une très utile synthèse des travaux sur la question, voir Z. P. Neal (2010).

9 «The design of state buildings creates barriers within the city; the dominance of state government as an industry fragments civic leadership»

10 «A collecting point for goods intended for export by way of the Ohio and Mississippi rivers.»

11 «The community’s rich historical and architectural heritage, combined with its scenic beauty and role as capital, offers opportunities for the tourist business which still are largely untapped. Frankfort’s strategic location between Louisville and Lexington is advantageous for tourism and industrial development alike.»

12 «Frankfort is the capital of Kentucky, and as quietly dull a little town as I ever entered. It is on the river Kentucky, and as the grounds about it on every side rise in wooded hills, it is a very pretty place… Daniel Boone lies here. »

13 Explorateur américain (1734-1820)

14 «Frankfort is steeped in historical heritage, old world ambiance, and a very special brand of southern hospitality. To stroll our downtown district and visit historic homes will provide a step back in time » (CapitalVisitorInteractive.pdf, consulté à partir de visitfrankfort.com le 20 décembre 2013).

15 «A founding ritual of republican governance

16 «Consciously designed to proclaim national distinctiveness. »

17 Le capitole de Pierre, Dakota du Sud, était fier d’annoncer qu’il était ouvert 365 jours dans l’année, de 8 h à 22 h. Les heures d’ouverture ont été réduites après le 11 septembre. À Helena, le détecteur de métaux installé juste après a été retiré rapidement face à l’opposition des citoyens.

18 Du moins tant que dure la session (45 jours par an seulement à Pierre et 90 jours tous les deux ans à Helena).

19 «[b]ecause of this enormous mass exposure, the building’s familiar façade is presented for cultural absorption to a degree infinitely greater than seeing it in person could ever generate»

20 Mais moins fréquemment que la Maison Blanche, car elles sont bien plus modestes, avec quelques exceptions, comme Frankfort, où elle reproduit le Petit Trianon du château de Versailles.

21 Toutefois, il faut ajouter les restaurants et bars du centre-ville où les affaires de l’État sont discutées après la journée législative officielle.

22 «Citizens can probably know their state representative –or the representative knows where constituents work, or live, or who their children married.»

23 Le capitole de Frankfort est visité par 70 000 personnes par an environ. Les visites étant gratuites, il est difficile d’avancer des chiffres, mais comme elles sont souvent guidées, et que le ou la guide demande toujours d’où viennent les visiteurs (selon mon expérience, ayant visité 36 capitoles sur les 50), on peut procéder à des estimations. Ces touristes sont essentiellement des résidents de l’État, auxquels il faut ajouter des visiteurs d’autres États (famille de locaux, touristes culturels) et quelques rares étrangers.

24 «The Old West reappears around every corner. Ghosts of explorers, mountain men, miners, settlers … Challenging the Frontier and inviting you to do the same. On horseback, in a hot air balloon, at a casino, on the golf course, or the ski slopes. Surrounded by the rugged beauty of the High Sierra». La couverture de la brochure montre néanmoins une vieille photographie de la coupole du capitole.

25 Elle est fondée sur une enquête de terrain menée en août 2010.

26 «One of the more successful buildings from the period known as the American Renaissance, and it is certainly the grandest expression of revivalist architecture» Renaissance on the Missouri: The South Dakota capitol, 1983 exposition itinérante du Memorial Art Center de Brookings.

27 La mairesse, les responsables des services municipaux, de la Chambre de Commerce, des investisseurs locaux, un journaliste radio et une pasteure ont été interrogés dans des entretiens semi-directifs, dans leur lieu de travail et/ou lors de visites de terrain (qui permettaient une expression plus libre moins liée à la grille de questions). Tous ont été questionnés sur leur rapport au statut de capitale (professionnel et personnel), sur leur vie quotidienne, ainsi que sur l’existence ou non d’une « communauté ». En outre les premiers ont été interrogés sur les contours, influences et buts des politiques qu’ils menaient, les seconds sur leurs logiques d’investissement et les modèles/expériences éventuels qui les sous-tendaient, et les derniers sur leur diagnostic (politique, social, culturel…) et expérience de la ville. Par ailleurs, des conversations plus informelles ont été menées avec des habitants sur leur relation au statut de capitale, leur rapport à la communauté et plus généralement leur vie quotidienne, leurs aspirations.

28 La tradition américaine veut que chaque président ou gouverneur nouvellement élu remplace la haute administration de l’État par des personnes en harmonie avec sa vision de la politique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Capitales politiques et capitales économiques des États (États-Unis)
Crédits Réalisation : M.L. Trémélo - CNRS UMR EVS
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/4050/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Figure 1 : Capitales et facteurs de croissance économique
Crédits Conception : C. Montès, réalisation : M.-L. Trémélo
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/4050/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 2 : Frankfort, une petite capitale intermédiaire
Crédits Conception : C Montès, réalisation : M.-L. Trémélo
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/4050/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Montès, « Les petites capitales d’État aux États-Unis : quel effet chef-lieu ? », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 33 | 2017, mis en ligne le 28 février 2017, consulté le 29 mars 2017. URL : http://tem.revues.org/4050 ; DOI : 10.4000/tem.4050

Haut de page

Auteur

Christian Montès

Professeur des Universités
Université Lumière Lyon2
86 rue Pasteur
69007 Lyon
christian.montes@univ-lyon2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page