Navigation – Plan du site
Articles

Le développement durable : thématique nouvelle, rhétorique conventionnelle

Le discours politique en quête de réaffirmation
The Sustainable Development: New Thematic, Conventional Rhetoric. The Political Discourse in Search of Reaffirmation
Philippe Genestier et Claudine Jacquenod-Desforges
p. 7-21

Résumés

A priori, le thème du développement durable offre au personnel politique l’occasion de proclamer des discours dotés d’une forte résonance mobilisatrice, dans la mesure où ils concernent des enjeux cruciaux et planétaires. Or, l’analyse rhétorique et énonciative d’un corpus composé de 74 discours politiques sur ce thème révèle une caractéristique qui leur est commune : leurs locuteurs oscillent entre volontarisme et modestie. Ce thème du développement durable, foisonnant et autocontradictoire, les contraint à alterner posture autoritaire, scientifique et conciliatrice. De sorte que ce thème discursif s’avère à l’usage produire un effet de légitimation incertain.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette idée générale est étayée par des indices tels que le développement du « syndrome NIMBY » (Pol (...)

1Face à une crise d’autorité et d’acceptabilité sociale de l’action publique stato-centrée (F. Dubet, 2002 ; P. Rosanvallon, 2006) et à une baisse de crédibilité du discours politique indexé à l’échelle nationale1, les acteurs du champ politique semblent avoir misé pendant un temps sur la capacité de régénération symbolique que devaient leur apporter la décentralisation, d’une part, l’européanisation, d’autre part. Ces nouvelles échelles d’indexation de l’agir politique ayant apparemment produit des effets mitigés, le champ politique se trouverait dans l’obligation de renouveler les répertoires thématiques et les registres de légitimation mobilisables dans ses discours.

2Nous émettons l’hypothèse que les attentes des acteurs publics se sont tournées depuis une dizaine d’années vers une thématique nouvelle, celle du développement durable, en partie parce qu’elle est potentiellement porteuse d’une capacité à transcender les découpages géographiques et sectoriels traditionnels et aussi parce qu’elle offre l’opportunité de réarticuler un discours ambitieux.

  • 2 Signalons, à titre indicatif, que près de 500 articles contenant l’expression « développement durab (...)

3Notre propos n’est pas d’appréhender le développement durable en tant que tel, c’est-à-dire comme notion opératoire témoignant d’une tentative de réponse aux menaces, voire aux catastrophes écologiques et socioéconomiques qui s’accumulent à l’horizon. Il ne s’agit pas non plus de prendre en considération les problèmes et les enjeux agrégés par la problématique du développement durable, aussi cruciaux soient-ils, ni les convictions ou les valeurs des acteurs porteurs de cette problématique. Une multitude d’articles scientifiques2 voire journalistiques, s’y sont déjà essayés. Notre approche entend considérer le développement durable en tant que thématique de discours politique et en tant que moyen au service d’une stratégie communicationnelle des acteurs publics. Cette approche ne s’inscrit pas dans une pensée « évidentialiste » selon laquelle l’importance d’un problème suffirait pour qu’il s’impose aux consciences et qu’il s’inscrive de lui-même à l’agenda politique. Plus précisément, notre propos est d’examiner les tensions internes au cadre cognitif et discursif sous-tendant notre imaginaire politique, dans lequel s’inscrit le discours sur la durabilité. De sorte que notre approche ne relève pas de la sociologie de l’action et de la décision, notamment parce que les discours analysés ne présentent pas de variations significatives du point de vue de l’usage de l’expression « développement durable » selon l’appartenance partisane ou la position institutionnelle des locuteurs de ces discours. En effet, malgré l’alternance politique qui s’est produite lors de la période que notre étude prend en compte, des régularités énonciatives sont repérables dans l’ensemble de notre corpus, sachant que ce dernier est composé de discours ayant un fort caractère d’officialité. Notre approche relève plutôt d’une sociologie de la connaissance ou d’une histoire culturelle du temps présent.

  • 3 Nous faisons ici référence à la fois au courant anglo-saxon de la science politique portant sur la (...)

4Pour mener notre étude, nous nous référons à un courant d’analyse qui appréhende le champ politique au travers de ses récits3 et de son langage, c’est-à-dire de sa syntaxe, de son lexique et des modalités de présentation de soi par les acteurs de ce champ.

5Selon certains auteurs, sociologues ou philosophes, la conception du rôle du politique serait actuellement en cours d’évolution. Il ne s’agirait plus aujourd’hui de se projeter dans l’avenir, de progresser pour construire la société et fabriquer un monde humain dégagé des contraintes de la nature, mais de restaurer une situation qui tend à se dégrader, ou de contenir, autant que faire se peut, la dégradation. Nous serions ainsi passés d’un monde de certitudes optimistes (progressisme) à un monde d’incertitudes et de risques (U. Beck, 2003 ; G. Delannoi, 1993 ; O. Godard, 2001 ; P. Genestier et L. Wittner, 2004)  : dans les années 1960, le personnel politique, porteur d’un projet global de modernisation (P. Muller, 2003), n’éprouvait guère de doutes quant à ses capacités d’action. Il adoptait généralement une attitude volontariste, considérant que si le futur est connaissable, il est maîtrisable, et qu’il est donc moralement condamnable de ne pas prendre de mesures consistant à en faire advenir les potentialités positives et, accessoirement, à en conjurer les potentialités négatives (P.-A. Taguieff, 2006). Une telle conception du monde est devenue moins plausible aujourd’hui, compte tenu de la mondialisation des échanges économiques, de l’épuisement des ressources naturelles, de la réduction de la biodiversité, des dangers liés à l’effet de serre et au changement climatique... L’idée que l’avenir est devenu difficilement maîtrisable s’est généralisée : la durabilité ne va plus de soi. Comme le dit J.-P. Gaudin (2007), « Si le volontarisme public reste aujourd’hui tourné vers l’avenir, il a peu à peu changé de registre depuis que les certitudes sur le progrès se sont effilochées. ».

6Comment se reconfigure l’action politique, voire se redéfinit le politique lui-même, suite à l’effacement du paradigme progressiste qui les sous-tendait durant l’époque moderne ? Comment caractériser l’organisation politique et institutionnelle (c’est-à-dire l’ordre symbolique) qui se dessine aujourd’hui, correspondant à une rupture par rapport à un ordre ancien où régnait une souveraineté étatique prenant en charge l’intérêt général à l’échelle nationale en s’adossant à une vision positive crédible de l’avenir ?

7A ces questions, déstabilisantes pour les pouvoirs publics, dans la mesure où elles affectent la conception même de leur mission social-historique, une réponse, partielle, semble avoir été trouvée dans le recours à la thématique du développement durable. En effet, l’usage récurrent de cette thématique, dans nombre de discours politiques émanant d’élus (nationaux, locaux) aussi bien que d’ingénieurs publics, laisse percevoir différentes stratégies de réaffirmation de soi, en tant qu’acteurs en charge d’une mission d’envergure.

  • 4 Par « authentiquement politiques », nous entendons des discours respectant les invariants du discou (...)
  • 5 L’anthropologue P. Clastres (1974) montre à quel point la conception et l’énonciation d’un discours (...)

8Plus précisément, nous examinerons comment le recours à la thématique du développement durable constitue un moyen de réaffirmer les postures par lesquelles le personnel politique et technopolitique affichait traditionnellement son rôle sur la scène sociale, c’est-à-dire comment la thématique du développement durable permet aux acteurs politiques de tenter de réaffirmer leur légitimité et leur capacité d’agir (J. Lagroye, 1985). Ainsi, la thématique du développement durable s’avèrerait appropriée à la production de discours authentiquement politiques4 dans la mesure où elle permettrait de proclamer à nouveau l’existence d’une mission impérieuse relative au devenir collectif, prise en charge par les autorités politiques5. Elle réouvrirait ainsi la perspective d’une action publique volontariste, alors que l’influence du référentiel de marché (B. Jobert 1994) sur la scène européenne semblait l’avoir relativisée, voire invalidée.

9Notre approche est fondée sur une analyse de discours portant sur un corpus de 73 déclarations publiques de responsables gouvernementaux, administratifs et municipaux, produites au cours des années 1997-2005, cette période couvrant deux législatures et deux gouvernements d’orientation politique différente.

10Nous avons repéré, dans ce corpus, des « indicateurs posturaux » (cf chapitre 2.1) révélant les images que les différents énonciateurs donnent d’eux-mêmes.

1. Approche rhétorique

11La thématique du développement durable s’avère délicate à manier car elle positionne les acteurs publics face à une double injonction paradoxale : d’une part, les acteurs publics doivent contribuer à la poursuite du développement (économique, social) et en même temps lutter contre la dégradation de l’environnement ; d’autre part, ils doivent, dans une culture selon laquelle les problèmes cruciaux relèvent d’une action volontaire, prendre en charge politiquement ces deux objectifs difficilement conciliables, alors même que les moyens d’action dont ils disposent ne semblent pas à la hauteur des enjeux.

12Les paradoxes inhérents aux enjeux du développement durable permettent en fait de jouer sur plusieurs domaines : l’écologie, l’économie, le social, mais aussi la science et la morale, l’humanisme et le naturalisme... De la sorte, cette thématique paraît facilement appropriable par le discours politique. Sa polysémie, ses ambivalences autorisent l’adoption par les locuteurs de toute une gamme de considérations. Il semble que, dans un contexte déstabilisé, les locuteurs ne cherchent pas à crédibiliser leurs discours en se référant aux vérités propres à un unique domaine mais tentent de produire un effet de relégitimation par la variété des domaines évoqués simultanément ou successivement. En outre, dans une période de légitimité faible il est tentant de rechercher une légitimité croisée en faisant alterner, dans les discours, le mode du pathos et celui du logos, de l’émotion et de la raison, en entremêlant le normatif et le descriptif.

TYPES DE DISCOURS

NOMBRE

NOMBRE DE PAGES

NOMBRE D’OCCURRENCES

PERIODE

Discours gouvernementaux (DG)

38

393

575

2000-2005

Discours d’élus locaux (DEL)

9

367

261

1997-2005

Discours d’ingénieurs publics (DIP)

26

1671

3798

1998-2005

TOTAL

73

2431

4634

-

  • 6 Rappelons-nous que l’artificialisation du monde, permettant de s’affranchir de son état de rareté n (...)

13Le vocable « développement » dans l’expression « développement durable » présente l’avantage de sauvegarder une croyance partagée dans le progrès, telle que l’avait forgée le développementalisme (G. Rist, 2001) durant les Trente Glorieuses. Si les Trente Piteuses qui les ont suivies imposent un climat moins optimiste, la réutilisation du vocable « développement » permet de continuer a minima de s’inscrire dans un imaginaire de l’action politique orientée vers un avenir meilleur. Elle contribue également à ne pas (trop) désavouer un imaginaire concevant le monde humain comme artefact façonné sous le contrôle des pouvoirs publics6 . Le vocable « développement » comporte une connotation optimiste, infléchie immédiatement par la connotation inquiète et problématique du vocable « durable ». L’association de ces connotations autorise rhétoriquement la restauration d’un certain interventionnisme malgré l’incertitude et l’inquiétude. Cette expression qui se veut mobilisatrice, de par son autocontradiction, pourrait tout aussi bien entretenir un scepticisme ambiant qui conduirait à la frilosité, voire à la paralysie.

1.1. Caractéristiques de l’expression « développement durable » 

  • 7 Journée d’étude du laboratoire junior PRADIS, Environnement et développement durable : quelles appr (...)

14D’après N. d’Almeida7, cette expression est «  interdisciplinaire », « polyphonique », elle permet une grande « ouverture interprétative », tout en comportant, du fait de l’emploi du suffixe «  - able », un « appel à la construction de quelque chose de possible ».

15Ainsi que cela a été souvent souligné (par exemple, par M. Redclift, 2005), l’expression «  développement durable » est composée de deux termes antinomiques (opposition sémique [dynamisme] versus [statisme]). Elle est à la fois un (quasi) oxymore (ou une « alliance de mots », consistant à « rapprocher deux termes dont les significations paraissent se contredire » d’après Dupriez (1980 : 31) et un euphémisme c'est-à-dire « une expression atténuée d’une notion dont l’expression directe aurait quelque chose. de déplaisant, de choquant », selon le Petit Robert, éd. 1993) permettant de ne pas évoquer directement l’impératif écologique. De la sorte, sa contradiction interne lui apporte un potentiel sémantique suffisamment large pour pouvoir donner lieu à une grande diversité interprétative, en conférant une forme linguistique acceptable par le plus grand nombre à une notion (l’écologie, en tant que préoccupation et qu’impératif) aujourd’hui devenue problématique en ce sens qu’elle supposerait le respect de critères environnementaux exigeant de réels sacrifices en termes de consommation et de mode de vie.

16De son caractère oxymorique et euphémique découle sa plasticité, la rendant propice à l’élaboration de discours à la fois activistes et consensuels. Cette plasticité de l’expression «  développement durable » est en outre renforcée par son syncrétisme (cf. les « trois piliers » que sont les aspects économique, social et environnemental). Toutefois, il s’agit d’un syncrétisme de façade. En effet, dans notre corpus, la part des thématiques environnementales est prépondérante, si bien que l’on peut en déduire que « développement durable » renvoie principalement, bien que de manière atténuée, à une problématique écologique.

1.2. Les discours politiques sur le développement durable 

  • 8 Dans l’ensemble des citations de cet article, c’est nous qui soulignons les segments discursifs sur (...)

17Le discours politique sur le développement durable présente plusieurs caractéristiques :
- L’euphémisation n’est pas propre à l’expression « développement durable ». Elle est repérable dans la trame des discours, dans la mesure où la primauté de l’environnement est déniée dans les définitions tridimensionnelles qui sont données du développement durable. La perspective de nécessaires restrictions apparaît ainsi « diluée » parmi d’autres considérations :
« En intégrant à la fois les dimensions sociale, économique et environnementale8, la notion de – interpelle la recherche scientifique dans son organisation et dans ses objets. Cela implique de renforcer les travaux sur les interactions entre l’environnement, les organisations techniques et économiques, et les sociétés avec leurs différents systèmes humains, politiques et sociaux. » (DG 25 : 3-4)
« En premier lieu, une démarche de – est désirable car elle permet d’améliorer la qualité de l’environnement, le développement social et l’efficacité économique à diverses échelles. Si certains sont sceptiques face aux « innovations  » et au «  changement » que promet l’idée de –, on peut au moins convenir que derrière cette idée se profile une certaine vision de l’intérêt général.  » (DIP 5 : 18)
« Le concept de – tente de répondre à la nécessité d’envisager conjointement les réalités environnementales et sociales et en particulier de prendre en compte les facteurs économiques. » (DEL 9 : 57)
« Nous ne voulons pas, parce que nous proposons une sorte de sobriété énergétique, tourner le dos à l’économie » (DG 20 : 2)
« Il y a dans ces secteurs [traitement de l’eau et des déchets, transports publics...], où les entreprises françaises sont parmi les meilleures au monde, un potentiel considérable d’actions communes et de développement d’offres innovantes. » (DG 2 : 3)

18En fait, selon S. Brunel (2004), les « trois piliers » sont inconciliables, mais cette inconciliabilité est déniée dans de telles définitions.
- Le discours sur le développement durable est fréquemment hyperbolique (« catastrophes », « menaces », « fléaux », « phénomènes les plus inquiétants », « conséquences dramatiques »...) comme s’il était essentiellement destiné à alerter les consciences. On peut en effet supposer que la thématique du développement durable, de par les efforts et les renoncements qu’elle suggère, n’est pas vraiment de nature à obtenir spontanément l’adhésion des citoyens :
« Face au réchauffement du climat, à l’érosion de la biodiversité, nous réalisons que notre richesse, notre puissance, loin de nous affranchir de la nature, ont engendré des déséquilibres qui menacent la survie même de notre civilisation.  » (DG 2 :  1)
« L’amorce d’une prise de conscience quasi-universelle des risques multiples encourus par la planète Terre et par ses habitants. » (DG 25 :1)
« Nous nous découvrons (...) plus fragiles et plus menacés que nous ne l’avons jamais été depuis le début de l’aventure humaine. » (DEL 2 : 3)

19- La répétition de l’expression « développement durable », qui est scandée, peu anaphorisée, produit un effet de martèlement et donne une tonalité incantatoire aux discours :
« En quoi le – peut-il contribuer à reformuler les missions des services sur le terrain, comment le – peut-il [ au lieu de : comment peut-il ] aider à redonner du sens à l’action quotidienne de l’Equipement ? » (DIP 3 : 9)
« La nature même du concept de – et la nécessaire adaptation des réponses à apporter aux situations locales font cependant que la généralisation du – ne se fera pas... » (DIP 3 : 10)
« Les services interrogés sont parfaitement conscients que la prise en compte du – change complètement la donne dans la manière de travailler surtout dans le cadre du ministère de l’Equipement dont l’impact sur le – est très fort.  » (DIP 3 : 54)
« Premier élément, c’est notre attachement au –, à cette politique du – que nous avons élaborée progressivement... » (DG 16 : 5)
L’association des hyperboles et des répétitions contribuent à produire un effet de sloganisation (M. Tournier, 1985). Ces discours prétendent ainsi détenir une capacité mobilisatrice.

20- L’expression « développement durable » est parfois accompagnée d’autres adjectifs comportant le même suffixe « -able », proches sémantiquement ou phonétiquement.
« Les concepts de développement durable et d’avenir viable sont essentiellement culturellement marqués » (DEL 9 : 59)
« Durable / Equitable / Vivable / Viable » (DEL 2 : 5)
Les discours jouent de la proximité phonétique entre des termes à contenu temporel (durable, viable) et des termes à contenu moral (équitable, responsable) comme pour affirmer la vertu de celui qui prend en charge le long terme.

21Ainsi se crée un halo définitionnel autorisant le locuteur à afficher une orientation morale consistant à rompre avec le modernisme prométhéen, et à ne plus justifier les moyens par la fin, à ne plus faire du passé table rase. L’éthique actuelle de la préservation, de la transmission et le principe de précaution s’opposent à l’éthique antérieure selon laquelle la volonté humaine ne devait pas connaître de limites dans son projet de forger un ordre nouveau. La fonction politique qui, hier, justifiait son statut et ses prérogatives par la performance dont elle pouvait faire preuve, au service des espérances (E. Bloch, 1976), tente aujourd’hui de renouveler sa légitimité par ses capacités de préservation. Les pouvoirs publics passent de la sorte du registre de la puissance et de la clairvoyance à celui de la prévoyance (H. Jonas, 1998). L’« Etat savant  » (F. Châtelet, 1986), disposant d’une hauteur de vue qui lui était propre, pouvait lutter contre l’obscurantisme ambiant et les crispations sur le court terme. En discernant les potentialités du futur, il pouvait prétendre œuvrer à leur réalisation. Aujourd’hui, l’Etat, plus conscient des périls que véritablement savant, par un discours qui énonce la maîtrisabilité du devenir, s’efforce de ne pas laisser réduire sa mission à un rôle d’alerte face à l’insouciance des intérêts privés et à l’irresponsabilité du marché.

2. Approche énonciative : recherche d’indicateurs posturaux

22Ainsi que nous l’avons précisé en introduction, la thématique du développement durable autorise l’adoption par le locuteur de diverses postures susceptibles de produire une image de soi et de son rôle. Cette image viserait à relégitimer la parole politique et celui qui l’énonce.

2.1. Construction d’une image de soi et indicateurs posturaux 

23La construction d’une image de soi (nommée ethos par la rhétorique aristotélicienne) lors de l’énonciation discursive est destinée à « garantir le succès de l’entreprise oratoire » selon l’expression de R. Amossy (1999 : 10). C’est ainsi que, dans le cadre d’un discours politique, le candidat d’un parti pourra parler à ses électeurs en homme du peuple, en homme d’expérience, en technocrate, etc. (R. Amossy, 1999 : 17).

24L’image de soi, dans ce sens, correspond aux propriétés que se confère un énonciateur, non pas à travers ce qu’il dit de lui-même, comme l’explique D. Maingueneau (1991 : 183), mais à travers sa manière de s’exprimer, que cet énoncé soit oral ou écrit. Pour nous, ces propriétés que s’attribue un énonciateur découlent autant d’une stratégie délibérée de présentation de soi que des prescriptions sociales censées avoir été intériorisées par le locuteur pour endosser le rôle qui lui est assigné par l’institution.

  • 9 Comme le précise D. Maingueneau, dans Le Dictionnaire d’analyse du discours qu’il a codirigé avec P (...)

25Nous nous sommes intéressés à la manière dont s’expriment les locuteurs de notre corpus en recherchant ce que nous appelons des « indicateurs posturaux ». Ces indicateurs concernent aussi bien les choix terminologiques des locuteurs que l’expression d’attitudes spécifiques par la modalisation9 des contenus propositionnels de leurs énoncés : neutralité ou engagement doute ou certitude, pessimisme ou optimisme...

26Dans notre corpus, nous avons observé trois postures principales : l’autoritaire, la conciliatrice et la scientifique.

2.1.1. Posture autoritaire 

27Cette posture se traduit dans les discours par des rappels de lois et de règlements, mais aussi par des injonctions, des interdictions, des déterminations d’objectifs, l’expression d’une ambition, d’une volonté de contrôle, de domination et d’exercice d’un pouvoir, par de la persévérance...

28L’endossement de cette posture se manifeste plus précisément par des procédés énonciatifs tels que des modalités déontiques (obligation, interdiction) ; des modalités volitives (volonté, exigence, recherche de la perfection, de la globalité) ; des modalités épistémiques (certitude)  ; l’emploi de verbes d’action ; l’emploi d’évaluatifs intensificateurs.

29- Les modalités déontiques repérables dans notre corpus regroupent :
(a) pour l’expression d’obligations : les références à des textes prescriptifs et normatifs, les emplois de verbes tels que « convenir de  » conjugué à une forme impersonnelle, « falloir  », «  devoir  » ou l’évocation de l’idée de nécessité  :
« Que dit la loi en matière de prise en compte du – ? » (DIP 5 : 4)
« La loi place le – au cœur de la démarche de planification. » (DIP 14 : 3)
« La priorité accordée au – est inscrite dans le traité de Maastricht. » (DIP 14 : 1)
« La loi du 2 février 1995 [...] transcrit l’objectif de – dans l’article L.200-1 du Code rural... » (DIP 14 : 1)
« Les principes de – à respecter par les documents d’urbanisme » (DIP 14 : 3)
« Il convient de renforcer et d’adapter l’information et la formation des Préfets aux objectifs et aux nouvelles approches nécessaires au – et faire de la contribution au – un critère d’excellence reconnu et significatif » (DIP 6 : 8)
« Il faut mobiliser la créativité, les idéaux et le courage des jeunes du monde entier afin de forger un partenariat mondial, de manière à assurer un – et à garantir ... » (DIP 5 : 15)
« Il faut que nous soyons exemplaires sur le – » (DG 20 : 2)
« Tous les Etats et tous les peuples doivent coopérer à la tâche essentielle de l’élimination de la pauvreté, qui constitue une condition indispensable du –, afin de réduire... » (DIP 5 : 13)
« Le – doit conduire à renouveler l’action publique et le rôle territorial de l’Etat et instaurer une nouvelle légitimité publique. » (DIP 6 : 6)
« une grande fraction de la recherche et développement doit avoir une finalité de – » (DG 25 : 5)
« Ils devront être pris en compte dans les actions de – des Préfets » (DIP 8 : 10)
« La recherche d’un – montre que face à des nécessités majeures, les êtres et les territoires devront évoluer » (DIP 6 : 6)
« Le débat du – doit être placé dans notre pacte républicain. » (DG 20 : 1)
« le – doit se construire et se réaliser à tous les niveaux » (DEL 2 : 17)
« Le – révèle la nécessité de faire évoluer... » (DIP 6 : 7)
« le message porté haut et fort par le Président de la République lors du sommet mondial du – de Johannesbourg en septembre 2003 pour souligner l’impérieuse nécessité d’agir dès maintenant » (DG12 : 1)
(b) pour l’expression d’interdictions, l’emploi de « savoir » au conditionnel à la forme négative :
« La recherche et son organisation ne sauraient rester étrangères aux finalités et aux exigences du –. » (DIP 7 : 3)
« Et l’on comprend dès lors que le renouveau démocratique et participatif dont est porteur le – ne saurait laisser intacte la gouvernance de la recherche, et tout particulièrement la détermination de ses grandes orientations. » (DIP 7  :  3)

30- Les modalités volitives sont souvent très affirmées. Elles vont de la simple expression d’une volonté à l’exigence de perfection, d’exhaustivité :
« notre volonté commune, notre souci du «  –  »  » (DG 2 : 1)
« dans une perspective volontariste de – » (DIP 6 : 26)
« Le – appelle en second lieu un effort de recherche ad hoc pour répondre aux exigences qui lui sont propres [...] Il exige enfin un effort important d’exploration du danger en vue d’une meilleure maîtrise des risques. » (DIP 7 : 3)
« le – exige d’établir un projet » (DIP 25)
« tandis que le – invoque une exigence de maîtrise collective » (DIP 25)
« des critères de – et des exigences renforcées dans leurs politiques sectorielles » (DIP 5 : 12)
« un chantier annuel exemplaire du – » (DIP 6  :  8)
« En soumettant la réalisation de tous les projets examinés aux critères de –, les Préfets concourent à l’exemplarité de leur rôle... » (DIP 6  : 6)
« c’est l’exemplarité française en matière de – » (DEL 2 : 15)
« faire de la contribution au – un critère d’excellence reconnu et significatif » (DIP 6 : 8)
« le – doit se construire et se réaliser à tous les niveaux » (DEL 2 : 17)
« Tous les Etats et tous les peuples doivent coopérer à la tâche essentielle de l’élimination de la pauvreté, qui constitue une condition indispensable du –, afin de réduire... » (DIP 5 : 13)
« Leur caractère transversal et systémique doit permettre au contraire d’initier un examen systématique de toutes décisions prises dans les pôles en fonction de critères de – » (DIP 6 : 8)
« il nous semble préférable de renforcer l’ensemble des services de l’Etat au service du – » (DIP 6 : 8)

31- Les modalités épistémiques sont axées sur la certitude, s’exprimant notamment par l’emploi de la forme assertive et du mode indicatif  :
« Nous sommes convaincus que le – appartient à cette cause mondiale moderne » (DG 20 : 1)
Le Protocole de Kyoto est bien une réalité pour l’action publique (DG20 : 1)
« Pour répondre à cet immense défi, le Gouvernement s’est résolument engagé dans l’action à l’issue du séminaire gouvernemental sur le – du 28 novembre 2002 en arrêtant 64 mesures de court et moyen terme. » (DG 12 : 1)
« Dès la rentrée 2004, tous les écoliers, les collégiens et les lycéens bénéficieront d’une éducation à l’environnement vers un – au travers d’un enseignement spécifique inscrit dans les programmes des différentes disciplines. » (DG 12 : 4)

32Cette impression d’assurance, manifestée par les locuteurs endossant une posture autoritaire, est fréquemment renforcée par l’apport de détails censés démontrer avec quel degré de précision les actions sont planifiées et entreprises :
« En France, la notion de – a d’abord été prise en compte dans le code de l’environnement. La loi du 2 février 1995 relative au renforcement de la protection de l’environnement, transcrit l’objectif de – dans l’article L.200-1 du Code rural, devenu depuis l’article L .110-1 du Code de l’environnement qui précise que... » (DIP 14  : 1)
« La stratégie fixe des objectifs précis de diminution des émissions de gaz carbonique, des consommations d’eau et d’énergie... » (DG 12  :  2)
« Le – est explicitement présent dans la circulaire relative au fonds pour la réforme de l’Etat (FRE) adressée le 3 novembre 2003 aux ministres et aux préfets. » (DG 12 : 2)
« Agenda 21, dans son chapitre 35, insiste sur ce sujet. » (DG 25 : 5)
« L’empreinte de la France était en 1999 de 5,26 ha par habitant, soit 2,3 fois supérieure à la moyenne mondiale, et 2,8 fois supérieure au seuil de durabilité. » (DEL 2 : 8)
« Ce plan doit nous permettre de maintenir notre pays sur la trajectoire fixée par le protocole de Kyoto d’ici 2012, et même de faire mieux. il s’agit d’économiser 72 millions de tonnes de gaz à effet de serre chaque année soit 13 % de nos émissions. » (DG 6 : 4)
« Après dépôt d’un amendement gouvernemental, c’est plus de 70 M€ contre 61 M€ en 2004 qui seront affectés à la biodiversité. » (DG 6 : 5)

33- La posture autoritaire privilégie les verbes d’action :
« Il incite à passer à l’action en invitant les Etats à mettre en œuvre des stratégies ... de – » (DEL 2 : 10)
« Il a pour objectif de faire prendre conscience aux PMI des enjeux économiques liés au – et de les inciter à entreprendre des démarches offensives en la matière. » (DG 12 : 5)
« la charte d’Aalborg [...] qui les engage à réaliser un Agenda 21 local » (DEL 2 : 17)
« pour relever les défis du – » (DG 2 : 1)
« Pour répondre à cet immense défi, le Gouvernement s’est résolument engagé dans l’action... » (DG 12 : 1)
« je vous appelle à soutenir [...] et à vous mobiliser dans ce domaine » (DG 2 : 5)
Du reste, « mise en oeuvre », « action  », «  intervention » et autres vocables de sens voisin occupent une place de choix dans ce type de discours  :
« La mise en œuvre du – renvoie aux grands enjeux auxquels sont désormais confrontées les agglomérations. » (DIP 14 : 2)
« un formidable accélérateur dans la mise en œuvre du – » (DEL 2 : 5)
« Les préfets et le – : horizon, nouvel esprit d’intervention et cadre d’action. » (DIP 6 : Préambule)
« Stratégie et programme d’actions de – pour le XXIe siècle » (DEL 2 : 1)
« Le – ne prend réalité qu’au regard des actions et réalisations concrètes » (DIP 8 : 11)
Le ton se fait parfois plus offensif :
« la lutte contre le réchauffement climatique » (DG 2 : 2)
« des démarches offensives en la matière. » (DG 12 : 5)

34- Emploi d’évaluatifs intensificateurs :
« l’un des enjeux majeurs du – » (DEL 2 : 6)
« L’importance des enjeux auxquels se trouvent confrontés les pays fait des démarches de – des questions extrêmement stratégiques. » (DIP 6  : 6)
« la lutte contre le réchauffement climatique doit figurer au tout premier rang de nos priorités » (DG 2 : 2)
« un formidable accélérateur dans la mise en œuvre du – » (DEL 2 : 5)
« Pour répondre à cet immense défi, le Gouvernement s’est résolument engagé... » (DG 12  : 1)

35La posture autoritaire correspond généralement à une attitude résolument optimiste (dénégation de toute éventuelle inaction ou incapacité de la puissance publique) :
« Le Protocole de Kyoto est bien une réalité pour l’action publique : il y a des objectifs précis à prendre. Nous ne sommes plus dans le virtuel.  » (DG20 : 1)
« Il y a plus de 30 ans, finalement le scepticisme dominait. L’environnement était une idée neuve et aujourd’hui c’est une idée forte.  » (DG 16  : 1)
dans lequel la France aujourd’hui s’engage avec beaucoup de détermination. » (DG 16 : 2)
« ... et je voudrais vous dire que nous sommes très déterminés sur cette action... » (DG 16  :  5)
« Pour répondre à cet immense défi, le Gouvernement s’est résolument engagé dans l’action à l’issue du séminaire gouvernemental sur le – du 28 novembre 2002 en arrêtant 64 mesures de court et moyen terme. » (DG 12 : 1)
entreprises françaises sont parmi les meilleures du monde, un potentiel considérable d’actions communes et de développement d’offres innovantes. » (DG 2  : 3)
« Alors que l’humanité étend désormais son emprise aux limites physiques, matérielles et écologiques de la planète, le –, c’est le nouveau nom du progrès. » (DG 2 : 1)

36Cette attitude peut même devenir utopique :
« Il [le –] impose une ouverture d’esprit temporelle (penser sur le long terme, pour les générations futures) et spatiale (prendre en compte le bien-être de chacun, habitant du Sud et du Nord, régions ou quartiers voisins...  » (DEL 2  :  6)
La posture autoritaire s’appuie aussi sur la posture scientifique, que nous examinons ci-dessous.

2.1.2. Posture scientifique 

37Cette posture privilégie l’objectivité, la précision, la réflexion, l’abstraction, l’analyse. Elle fait volontiers référence à des méthodes, des domaines de connaissances...

38Les procédés énonciatifs relevant de cette posture sont les formes impersonnelles, la neutralité, la référence à des événements antérieurs, les citations, ainsi que l’emploi d’une terminologie spécifique du discours scientifique.
- Utilisation de la 3ème personne (du singulier ou du pluriel) :
« La notion de – est aujourd’hui omniprésente dans les discours scientifiques » (DIP 5 : 10)
« Le concept de – propose une vision économiste de la relation à l’environnement et du développement. » (DEL 9 : 58)
« Les questions soulevées par la recherche d’un – ... » (DIP 6 : 3)
- Références à des événements antérieurs :
« Ce concept, d’abord développé par l’Union internationale de conservation de la nature (UICN) et mis de l’avant par le rapport Brundtland en 1987, réfère avant tout à... » (DEL 9 : 57)
« En 1992, la Conférence des Nations Unies de Rio de Janeiro consacre internationalement la notion de – » (DIP 5 : 11)
« On peut notamment citer le « Tour de France des Agendas 21 locaux », un cycle de conférences grand public sur les approches territoriales du – » (DIP 5 : 21)
« Le programme URBAN II est destiné à « la régénération économique et sociale des villes et des banlieues en crise en faveur d’un – » ». (DIP 5 : 25)
« Lors d’un séminaire national, les 21 et 22 avril 2004, le Ministère de l’écologie et du – a présenté une série de critères qui pourraient préfigurer la mise en place... » (DIP 5 : 36)
« le message porté haut et fort par le Président de la République lors du sommet mondial du – de Johannesbourg en septembre 2003 pour souligner l’impérieuse nécessité d’agir dès maintenant » (DG12 : 1)
- Recours à des citations :
le – « finalité de l’humanité »... (DEL 9 : 8) Rechercher qui est cité
La définition énoncée en 1987 par Gro Harlem Brundtland [...] est aujourd’hui adoptée par tous : « un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ». (DEL 2 : 5)
Après Rio, les chercheurs ont clairement compris la nécessité de « renforcer les bases scientifiques du – » (DG 25 : 2) Rechercher...
- Terminologie scientifique, surabondance de termes et expressions tels que « notion », «  concept  », « problématique  »... Chercher + (paradigme...)
« La notion de – est aujourd’hui omniprésente dans les discours scientifiques » (DIP 5 : 10)
« Le CERTU est engagé depuis sa création sur des thématiques du –, qu’il aborde sous plusieurs angles... » (DIP 5 : 6)
« des indicateurs permettant d’élaborer l’état national et territorial du – » (DIP 6 : 7)
« Plusieurs éléments d’approche du – se sont révélés nécessaires dans notre questionnement.  » (DIP 6 : 10)
« le caractère systémique du –, sa dimension stratégique et qualitative » (DIP 6 : 10)
« La recherche d’un – fournit une grille de lecture et d’analyse des différentes situations et revalorise, notamment, des critères qualitatifs. » (DIP 6 : 10)
« Le – est doublement marqueur des dimensions globales [...] et locales. » (DIP 6 : 11)
« Par son objet même, le – est une problématique du complexe. » (DIP 7 : 5)
« c’est le terme – qui a été retenu » (DEL 9  :  58)
« Le concept de – propose une vision économiste de la relation à l’environnement et du développement. » (DEL 9 : 58)
« Le schème conceptuel du – témoigne d’un consentement à l’économisme ambiant. » (DEL 9 : 58)
« Ainsi, non seulement la notion de – est-elle conceptuellement problématique, mais elle manque d’envergure éthique et affiche un biais culturel évident. » (DEL 9 : 59)
« La problématique scientifique du – apparaît ainsi comme étant désormais celle de la dynamique des interactions multiformes impliquant les différents milieux et sociétés qui coexistent sur notre planète. » (DG 25 : 2)
« En intégrant à la fois les dimensions sociale, économique et environnementale, la notion de – interpelle la recherche scientifique dans son organisation et dans ses objets. » (DG 25 : 3)
- Cette scientificité du discours prend parfois une tournure pédagogique :
« qu’entend-on par – ? » (DEL 2 : 5)
« Le –, c’est l’histoire d’une prise de conscience mondiale. » (DEL 2 : 5)
« Ce concept, d’abord développé par l’Union internationale de conservation de la nature (UICN) et mis de l’avant par le rapport Brundtland en 1987, réfère avant tout à... » (DEL 9, 57)
« Comme dans tous les pays industrialisés, nous ne vivons pas durablement. Cela signifie que...  » (DEL 6 : 8)
D’après G. Leclerc (2005), les énoncés scientifiques seraient porteurs d’une certaine «  autorité  », en ce sens qu’ils combineraient «  légitimité discursive  », dans la mesure où ils sont institutionnalisés, et «  crédibilité intellectuelle  », car ils sont produits suivant des règles bien définies, reposant sur l’utilisation de «  sources autorisées  ». Le savoir scientifique, à partir du moment où il est établi à l’intérieur des paradigmes dominants partagés par la communauté scientifique, est considéré comme impersonnel, anonyme, fiable.

39Quand un énoncé scientifique est novateur, c’est-à-dire quand il remet en question les paradigmes existants, c’est alors le nom du chercheur qui fait foi, sa notoriété, sa crédibilité institutionnelle dans la publication, la diffusion et l’acceptation de sa « découverte ». Dans les sciences de la nature, en particulier, c’est la notoriété au sein de la communauté scientifique qui est le critère de la crédibilité scientifique.

40Ces caractéristiques apparaissent dans notre corpus : l’impersonnalité, mais aussi parfois le recours à des « autorités » au travers de citations, de références à des événements antérieurs.

41Il est dès lors aisément compréhensible que certains de nos locuteurs, adoptant une posture autoritaire, soient tentés par une énonciation de type scientifique.

2.1.3. Posture conciliatrice 

42Cette posture consiste à prendre en compte les difficultés liées au développement durable ainsi que les différences de point de vue qu’il suscite, à rechercher des solutions susceptibles de convenir au plus grand nombre, dans un esprit démocratique, collaboratif, participatif... Elle peut se traduire par de la modestie, une attitude prudente et scrupuleuse, voire sceptique...

43L’adoption de cette posture se manifeste en particulier par les procédés énonciatifs suivants  : certaines modalités aléthiques (possibilité, plausibilité, contingence) liées à l’incertitude (interrogation, modes subjonctif et conditionnel), approximations, verbes d’opinion, évaluatifs atténuateurs, euphémismes...

44- Prise en compte des difficultés inhérentes à la mise en œuvre du développement durable, nécessité d’une réflexion :
« proposer des éléments pratiques pour les décisions et arbitrages difficiles relatifs au – (situations inédites, contradictions entre les lois nationales et les lois frontalières) » (DIP 6 : 9)
« Il est difficile de concevoir un développement plus durable sans une meilleure maîtrise des risques. » (DIP 7 : 4)
« combien la recherche scientifique est un atout pour faire face aux difficiles questions du – » (DG 25 : 1)
« Le – est le fait de prendre conscience des contradictions et de proposer des solutions » (DIP 25)
« Les êtres humains sont au centre des préoccupations relatives au – » (DIP 5 : 13)
« notre volonté commune, notre souci du « – »  » (DG 2 : 1)
« des arguments et des témoignages pour comprendre l’originalité et le bien-fondé d’une démarche de – » (DIP 5 : 9)
« la réflexion sur le – et ses enjeux est en constante évolution » (DIP 5 : 9)
« Les questions soulevées par la recherche d’un – sont complexes » (DIP 6 : 3)

45- Prise en compte de la diversité des points de vue concernant le développement durable :
« sur les multiples aspects de la conduite d’une démarche de – à l’échelle d’un territoire » (DIP 5 : 9)
« Il existe fort heureusement de multiples façons d’engager une démarche de – sur un territoire. » (DIP 5 : 8)
« Donc moi, les compétences dont j’ai besoin pour que le – soit pris en compte, c’est s’ouvrir aux autres, savoir gérer la différence, savoir chercher les différences, savoir débattre, savoir remettre en cause... » (DT1)

46- Evocation d’un état d’esprit démocratique ou d’une démarche participative :
« le – étant le fruit de jeu d’acteurs et de partenariats , ces expérimentations permettraient de se placer... » (DIP 6 : 27)
« le renouveau démocratique et participatif dont est porteur le – » (DIP 7 : 3)
« Les Etats et les peuples doivent coopérer de bonne foi et dans un esprit de solidarité à l’application des principes... » – » (DIP 5 : 15)
« créer des partages d’expériences « – » entre Préfets (DIP 6 : 8)
« la coopération transfrontalière en matière de – et sa prise en compte positive » (DIP 6 : 9)
« Le – s’inscrit dans un scénario démocratique, respectant les libertés fondamentales, les équilibres des pouvoirs de notre Constitution et de notre législation. » (DIP 6 : 11)
« La participation des citoyens n’est pas une «  méthode » appliquée à un « thème » qui serait le – » (DIP 6 : 11)
« Un véritable travail de partenariat avec l’Etat a été mené, sachant que le Grand Lyon attend de l’Etat qu’il accepte de jouer avec lui le jeu du – et de l’évaluation. » (DIP 25)
« le Comité Français pour le Sommet Mondial du – a une interaction fructueuse avec la société civile. » (DG 21 : 1)
« La réalisation des objectifs du – passe par l’établissement d’un dialogue et la multiplication des échanges avec les pays en voie de développement. » (DG 25 : 5)
« Le débat du – doit être placé dans notre pacte républicain. » (DG 20 : 1)
« on a un animateur à la DGUHC dont la principale activité est d’informer tous les correspondants, de faire circuler l’information, d’essayer de faire s’échanger les expériences » (DT2)
« L’ADEME participe à la construction des politiques régionales et locales, et contribue ainsi au – des territoires. » (DIP 5 :  6)

47- Tentative d’adaptation au contexte local, recherche d’un équilibre entre les différents intérêts des protagonistes et entre les impératifs généraux et les contraintes spécifiques :
« chaque territoire détient les ingrédients d’une réponse locale à ses propres enjeux de – ! » (DIP 5 : 8)
« C’est les 3 piliers du –, c’est-à-dire un équilibre des territoires, des populations, un accès aux ressources et aux services qui doit être à peu près le même pour tout le monde, c’est un respect de l’environnement... » (DT2)
« La recherche des équilibres : vers le – » (DIP 25)
- Expression d’une attitude modeste, précautionneuse. Les certitudes sont abandonnées au profit de la conjecture, du doute, du questionnement :
« Le concept de – tente de répondre à la nécessité d’envisager ... » (DEL 9 : 57)
« ... d’essayer de faire s’échanger les expériences  » (DT2)
« Le concept de – propose une vision économiste de la relation à l’environnement et du développement. » (DEL 9 : 58)
« Mais plus qu’une personne dédiée au –, il nous semble préférable de renforcer l’ensemble des services de l’Etat » (DIP 6 : 8)
« Je pense que c’était une approche en termes de culture et de méthode » (DT2)
« propice à une évolution positive possible des politiques de – » (DIP 6 : 10)
« Un dispositif de suivi [...] pourrait être mis en place » (DIP 6 : 9)
« le – étant le fruit de jeu d’acteurs et de partenariats , ces expérimentations permettraient de se placer... » (DIP 6 : 27)
« la première expression du partage des valeurs de – consisterait à élaborer une politique publique cohérente » (DIP 25)
« Pourquoi se lancer dans une démarche territoriale de – ? » (DIP 5 : 4)
« Plusieurs éléments d’approche du – se sont révélés nécessaires dans notre questionnement.  » (DIP 6 : 10)
« Les questions soulevées par la recherche d’un – sont complexes » (DIP 6 : 3)

48D’une manière générale, les politiques publiques et celles affectant en particulier l’environnement sont confrontées à la méfiance, voire à l’hostilité des citoyens prompts à se constituer en associations de défense de leur cadre de vie. Il en découle que l’action publique descendante doit être complétée, voire remplacée par des interventions élaborées sur le terrain par des démarches participatives qui ont pour but d’impliquer et d’intéresser les habitants autant que d’obtenir leur adhésion ou, à défaut, leur neutralité.

49Dans cette perspective, la thématique du développement durable, parce qu’elle concerne au premier chef l’environnement, parce qu’elle se veut synthétique et fédératrice, apparaît comme une occasion privilégiée pour les locuteurs institutionnels d’afficher leur volonté de démocratiser leur action en étant à l’écoute des différents points de vue et en se présentant comme des animateurs du débat public.

2.2. Comment ces postures s’articulent-elles entre elles ?

50A priori, ces postures sont exclusives l’une de l’autre. Or, en ce qui concerne le développement durable, on constate qu’elles se succèdent souvent dans un même discours, voire qu’elles s’entremêlent au sein d’une même phrase. Ainsi, les postures autoritaire et conciliatrice peuvent coexister à l’intérieur d’un même énoncé, ainsi qu’en témoignent les extraits suivants :
- » doit être à peu près... » (DT2),
- » Le débat du – doit être placé dans notre pacte républicain. » (DG 20 : 1),
- » notre volonté commune, notre souci du  »  –  »  » (DG 2 : 1)
- » il nous semble préférable de renforcer l’ensemble des services de l’Etat au service du – » (DIP 6 : 8)

51Les postures peuvent s’imbriquer les unes dans les autres. Ainsi, les postures autoritaire et conciliatrice peuvent être sous-tendues par d’autres postures. Ex : la scientificité, qui peut être utilisée pour justifier aussi bien une posture autoritaire (objectivité, précision...) qu’une posture conciliatrice (réflexion, prise en compte de plusieurs points de vue...).

52Le développement durable apparaît comme une thématique autorisant le discours politique à faire « feu de tout bois », c’est-à-dire offrant aux locuteurs la possibilité de mobiliser simultanément ou successivement tous les registres d’argumentation et de justification à leur disposition.

53La notion de développement durable oscille ainsi entre un sursaut technocratique (autorité, scientificité) et l’approfondissement de démarches démocratiques (participation, concertation, jurys citoyens et forums hybrides).

3. Le « développement durable  », de multiples acceptions, une double déception

54Deux critiques pourraient être formulées à l’encontre de notre approche par les discours. D’une part, aborder un problème crucial au travers des jeux rhétoriques qu’il suscite peut paraître inadéquat mais, dans le monde social, les actions relatives à un problème ne sont rendues possibles que par la représentation qui en est donnée par les discours. D’autre part, l’expérience montre qu’un thème, quel qu’il soit, ne devient un problème politique qu’à partir du moment où il est inséré dans un récit qui le rend justiciable d’une intervention institutionnelle.

55Ajoutons que, à l’heure où la construction des récits mobilisateurs est devenue un art incertain (relativisme et scepticisme des citoyens), l’existence d’un thème pouvant être crédiblement érigé au statut de problème mobilisateur semble constituer une aubaine pour les acteurs politiques dont un des objectifs essentiels est de proclamer leur compétence, leur responsabilité et, partant, leur autorité.

  • 10 Par cette formule floue, nous voulons désigner l’aire restreinte de plausibilité culturelle et d’ac (...)

56Cependant, cette aubaine ne paraît pas si facile à exploiter, puisque notre analyse montre une oscillation entre une volonté d’alerter les consciences et de mettre en oeuvre des actions à la hauteur des enjeux proclamés et, par ailleurs, une préoccupation globale de démocratisation de l’action publique, c’est-à-dire une tendance au développement des procédures de concertation et de consultation auprès des populations concernées. On constate ainsi que le discours politique sur le développement durable, après avoir généralement détaillé les circonstances rendant nécessaire une action de préservation de l’environnement et les modalités d’organisation de cette action (développement d’une posture scientifique sur le mode pédagogique), est fréquemment amené à perdre sa vigueur initiale. Ce changement de posture nous paraît pouvoir s’expliquer de la manière suivante : si le « climat idéologique »10 amène à penser que l’efficacité de l’action top-down n’est pas garantie, les pouvoirs publics doivent se résoudre à adopter une nouvelle posture, celle de la conciliation. Etre incitatif, faire appel à la bonne volonté des citoyens, à leur sens des responsabilités, éviterait ainsi au personnel politique et techno-politique de révéler ostensiblement ses doutes face à la complexité et son impuissance face à l’ampleur du problème, tout en se parant de vertus promues aujourd’hui par les adeptes d’une conception post-régalienne de la démocratie.

57Cela est attesté sur le plan énonciatif où l’on constate, au fil des discours, une perte de conviction chez les pouvoirs publics quant à leur rôle social, ce qui s’exprime généralement par une discordance entre le mode hyperbolique présidant à la description des enjeux du développement durable et la modestie des actions évoquées en vue de sa mise en oeuvre. Cette discordance témoigne des injonctions contradictoires auxquelles sont soumis les acteurs du champ politique (agir résolument / agir réalistement) autant que de l’impératif de revalorisation de leur rôle social-historique auquel ils se sentent astreints.

58Le mélange des postures témoigne de la tentative de réaffirmer une autorité et en même temps de la prise de conscience de la difficulté à assumer cette autorité du fait de l’indécidabilité des problèmes quand ils sont posés en termes de développement durable. Comment en effet trancher entre des intérêts dont on postule à l’avance l’égale légitimité alors qu’ils relèvent de domaines incommensurables ?

59Si l’impératif écologique peut paraître irréalisable du fait des renoncements qu’il supposerait aux bienfaits matériels sur lesquels repose le pacte social des sociétés occidentales, l’expression euphémisante « développement durable » offre l’avantage de le présenter comme plus accessible et plus acceptable dans la mesure où il prétend que l’on peut associer développement et environnement, consommation et préservation, hédonisme et frugalité, distribution et restriction. Toutefois, cette association des vocables « développement » et « durable », qui proclame que l’on peut « économiser » la planète sans douleur, ne fait que diluer le problème initial. Elle repose sur une pétition de principe trouvant difficilement ses expressions concrètes, si bien que le discours sur le développement durable tergiverse entre une postulation principielle, selon une rhétorique incantatoire, et un catalogue de recommandations et de mesures mineures.

60En somme, l’expression « développement durable » constitue à la fois un thème (ce dont on parle) et un rhème (ce que l’on en dit). Le fait qu’elle désigne à la fois un problème érigé en tant que domaine d’intervention des plus importants (puisqu’un ministère lui est dévolu) et une solution (puisque la durabilité serait considérée comme atteignable moyennant une réorientation du développement) nous conduit à nous demander si le discours institutionnel sur le développement durable ne participe pas d’un travail politique inachevé de reformulation d’un grand récit.

Haut de page

Bibliographie

AMOSSY, Ruth. 1999. La notion d’ethos, de la rhétorique à l’analyse de discours. In R. Amossy (dir.), Images de soi dans le discours. La construction de l’ethos. Lausanne : Delachaux et Niestlé.

BECK, Ulrich. La société du risque, Paris, Flammarion, 2003.

BLOCH, Ernst. 1976-82-91. Le principe espérance. 3 tomes. Paris : Gallimard.

BRUNEL, Sylvie. 2004. Le développement durable, Paris : PUF.

CHARAUDEAU, Patrick, MAINGUENEAU, Dominique. 2002. Dictionnaire d’analyse du discours. Paris : Seuil.

CHATELET, François. 1986. Dictionnaire des oeuvres politiques. Paris : PUF.

CLASTRES, Pierre. 1974. La société contre l’Etat. Paris : Seuil.

CUNHA, L. Matthey (coord.) ... La ville et l’urbain  : des savoirs émergents. Lausanne : PPUR.

DELANNOI, Gil. 1993. Eloge de la prudence. Paris  : Berg.

DUBET, François. 2002. Le déclin de l’institution. Paris : Seuil.

DUPRIEZ, Bernard. 1980. Gradus, les procédés littéraires (dictionnaire). Paris : Union Générale d’Editions, coll. 10/18.

GAUDIN, Jean-Pierre. 2007. L’impatience d’être utiles : connaissance de la société et acteurs scientifiques. In Da CUNA A. et L. Matthey, La ville et l’urbain : des savoirs émergents. Lausanne : PPUR.

GENESTIER, Philippe et WITTNER, Laurette. 2004. Du progrès au risque. Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 95, pp. 83-97.

GODARD, Olivier. 2001. Le principe de précaution dans la conduite des affaires humaines. Paris  : MSH.

GODARD, Olivier. 2004. De la pluralité des ordres - Les problèmes d'environnement et de développement durable à la lumière de la théorie de la justification, Géographie, Economie, Société, vol. 6, n° 3, Juillet-Septembre, pp. 303-330.

HADAS-LEBEL, Raphaël. 1999. Rapport public 1999. L'intérêt général, Etudes et documents n° 50, Paris : La Documentation française.

JOBERT, Bruno. 1994. Le tournant néo-libéral en Europe. Paris : L’Harmattan.

JONAS, Hans. 1998. Le principe de responsabilité. Paris : Flammarion.

LAGROYE, Jacques. « La légitimation », in GRAWITZ M. ET LECA J., Traité de science politique, Paris, PUF, 1985.

LECLERC, Gérard. 2005. La crédibilité de l’énoncé scientifique contemporain : dernière figure de l’autorité ? Esprit, mars-avril 2005, p. 158-172.

MAINGUENEAU, Dominique. 1991. L’analyse du discours, introduction aux lectures de l’archive. Paris : Hachette.

Mots, 43, juin 1995.

MULLER, Pierre. 2003. Les politiques publiques. Paris : PUF.

MULLER, Pierre. et SUREL, Yves. 2000. L’analyse des politiques publiques. Paris : Montchrétien.

Politix, 42, 1998, Définir l’intérêt général.

RADAELLI, Claudio M. 2000. Logiques de pouvoirs et « récits » dans les politiques publiques de l’Union européenne. Revue française de science politique, numéro spécial « Les approches cognitives de politiques publiques », vol. 20, n° 2, pp. 255-275.

RENAUT, Alain. 2004. La fin de l’autorité. Paris : Flammarion.

REVAULT-D’ALLONNES, Myriam. 2002. Le dépérissement de la politique. Paris : Flammarion.

REVAULT-D’ALLONNES, Myriam. 2006. Le pouvoir des commencements, essai sur l’autorité. Paris : Seuil.

RIST Gilbert. 2001. Le développement, histoire d’une croyance occidentale. Paris : Presses de Sciences Po.

ROE, Emery M. 1994. Narrative Policy Analysis, Durham, Duke University Press.

ROSANVALLON, Pierre. 2006. La contre-démocratie. La politique à l’âge de la défiance. Paris Seuil.

STONE, Deborah A.1989. Causal stories and the formation of policy agendas, Political Science Quarterly, vol. 104, n° 2, pp. 281-300.

TAGUIEFF, Pierre.-André. 2006. Le Sens du progrès. Une approche historique et philosophique. Paris  : Flammarion.

TOURNIER Maurice. 1985. Texte propagandiste et cooccurrences. Hypothèses et méthodes pour l'étude de la sloganisation, Mots, n° 11, pp. 155-187.

Haut de page

Notes

1 Cette idée générale est étayée par des indices tels que le développement du « syndrome NIMBY » (Politix, 1998) ou la crise de la notion d'intérêt général (Hadal-Lebel, 1999) alors que cette notion était le fondement de l'action régalienne de l'état jacobin.

2 Signalons, à titre indicatif, que près de 500 articles contenant l’expression « développement durable » parmi les mots de leur titre étaient recensés par l’INIST au troisième trimestre 2007.

3 Nous faisons ici référence à la fois au courant anglo-saxon de la science politique portant sur la « policy narrative » (C. M. Radaelli, 2000 ; E. M. Roe, 1994 ; D. A.. Stone, 1989) et sur le courant de la science politique française dit « cognitiviste » (P. Muller et Y. Surel, 2000 ; P. Muller, 2003).

4 Par « authentiquement politiques », nous entendons des discours respectant les invariants du discours politique tels qu’ils ont été définis par C. Le Bart (1998).

5 L’anthropologue P. Clastres (1974) montre à quel point la conception et l’énonciation d’un discours sur l’identité de la communauté et sur son origine ou son avenir constituent des tâches inhérentes à l’instance du politique.

6 Rappelons-nous que l’artificialisation du monde, permettant de s’affranchir de son état de rareté naturel, comme cela a été énoncé par R. Descartes, constitue la voie qui mène à la civilisation. De J.-J. Rousseau à J.-P. Sartre, la rareté est la cause de toutes les violences humaines, cependant que la quête de l’abondance a représenté le socle philosophique et anthropologique sur lequel s’est érigé l’agir politique tant dans la tradition de l’absolutisme éclairé que dans la tradition libérale occidentale. Pour sa part, M. Foucault (2004) insiste dans son analyse de la « biopolitique » sur le passage d’une légitimité transcendantale à une légitimité politique reposant largement sur le contrôle du territoire et la mise au service des ressources naturelles pour faire vivre et croître la société.

7 Journée d’étude du laboratoire junior PRADIS, Environnement et développement durable : quelles approches en sciences sociales, ENS Lettres et Sciences humaines, Lyon, 26/10/2006

8 Dans l’ensemble des citations de cet article, c’est nous qui soulignons les segments discursifs sur lesquels un intérêt particulier doit être apporté. De même, nous transcrivons l’expression « développement durable » par un trait d’union.

9 Comme le précise D. Maingueneau, dans Le Dictionnaire d’analyse du discours qu’il a codirigé avec P. Charaudeau (Paris, Seuil, 2002 : 386), la diversité de phénomènes linguistiques à prendre en compte pour étudier ces modalités est considérable : verbes, adjectifs ou adverbes, modes et temps verbaux, gloses méta-énonciatives (« si je peux dire », « en quelque sorte »...), décalages énonciatifs (discours rapporté...), typographie (guillemets...).

10 Par cette formule floue, nous voulons désigner l’aire restreinte de plausibilité culturelle et d’acceptabilité sociale de l’autorité publique à l’époque actuelle, telle que l’analysent entre autres A. Renaut (2004) et M. Revault-d’Allonnes (2002).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Genestier et Claudine Jacquenod-Desforges, « Le développement durable : thématique nouvelle, rhétorique conventionnelle », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 4 | 2006, mis en ligne le 15 décembre 2011, consulté le 26 juin 2017. URL : http://tem.revues.org/405 ; DOI : 10.4000/tem.405

Haut de page

Auteurs

Philippe Genestier

Architecte-urbaniste
Université de Lyon
Ecole Nationale des Travaux Publics de l'Etat
CNRS, UMR 5600, Environnement, Ville, Société
3 rue Maurice Audin
69120 Vaulx en Velin
philippe.genestier@entpe.fr

Claudine Jacquenod-Desforges

Linguiste
Université de Lyon
Ecole Nationale des Travaux Publics de l'Etat
CNRS, UMR 5600, Environnement, Ville, Société
3 rue Maurice Audin
69120 Vaulx en Velin
claudine.desforges@entpe.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page