Navigation – Plan du site
Articles

Le polycentrisme de l'aire métropolitaine de Paris : rhétorique de la planification territoriale ou organisation « métapolitaine » de l'espace ?1

Urban Polycentrism in Paris Metropolitan Area: a Spatial Planning Rhetoric or a « Metapolitan » Organization of Space
Philippe Thiard et Martine Berger
p. 3-14

Résumés

Le polycentrisme qui fut longtemps la pierre angulaire de la rhétorique planificatrice en Île-de-France a acquis, quarante ans après sa conception et trente ans après sa reconnaissance officielle dans les documents régionaux d'aménagement, une consistance réelle en termes socio-économiques. Les pôles « urbains » et « ruraux » de l'espace métapolitain, tels qu'on peut les définir à partir de certains critères, ont fixé la croissance tant écomomique que démographique des vingt dernières années, malgré certaines tendances à l'étalement. En résulte toutefois une division sociale du travail et de la résidence accrue au sein de la première aire urbaine métropolitaine française.

Haut de page

Texte intégral

Introduction au polycentrisme francilien : d'une rhétorique de l'action à une interrogation scientifique

  • 1 Cet article s'inspire d'une recherche réalisée pour le Plan Urbain Construction Architecture : Mart (...)

1Le polycentrisme francilien est une affaire désormais ancienne et son introduction dans le champ de la réflexion sur l'organisation des espaces métropolitains doit beaucoup aux exercices de planification territoriale qui se sont succédés depuis le schéma directeur d'aménagement et d'urbanisme de la région parisienne (SDAURP) de 1965. Si tout le monde s'accorde à admettre que l'aménagement de la région urbaine de Paris repose depuis une quarantaine d'années sur un parti d'aménagement polycentrique, force est de reconnaître que ce constat, pour évident qu'il soit, n'en laisse pas moins planer de nombreuses zones d'ombre sur la trame même de ce polycentrisme, son contenu et sa finalité.

2En premier lieu, la notion de polycentrisme n'apparaît spécifiquement dans le discours planificateur que dans la version du schéma directeur datant de 1976, version qui officialise également le label de « ville nouvelle » et de « centre restructurateur de banlieue ». Auparavant, il ne s'agissait que de créer des centres urbains nouveaux pour répondre aux objectifs de croissance de l'agglomération parisienne, à la hausse du niveau de vie – qui entraînera des besoins de déplacements et des risques de congestion accrus, ainsi qu'une demande supplémentaire de services –, et donc de démultiplier les points d'accès des populations à la « centralité ». Ces centres nouveaux projetés dans les banlieues existantes (nouvelles préfectures) et dans les zones d'extension (futures villes nouvelles) ne donnent pas encore naissance au concept de polycentrisme, de même que la prééminence du centre principal – Paris – demeure incontestée et correspond bien à la manière, très hiérarchique, dont l'époque envisage ce qui deviendra plus tard, d'un point de vue formel, la conception polycentrique de l'aménagement (Devisme 2002), c'est-à-dire une forme limitée de déconcentration. Avec le schéma directeur de 1994, le polycentrisme se voit largement confirmé comme principe d'aménagement même si, en passant, sa définition se complexifie et se diversifie. Aux villes nouvelles et aux centres restructurateurs qui faisaient du polycentrisme une forme de partage de la centralité, s'ajoutent d'autres objets d'aménagement qui lui intiment l'ordre de poursuivre de nouveaux objectifs, tels que la compétitivité économique de la métropole, la reconstruction de la ville sur elle-même, l'ouverture du développement francilien aux régions limitrophes, etc. C'est ainsi que les « centres d'envergure européenne » viennent concrétiser le premier objectif, les « secteurs de redéveloppement économique » le second et les villes « trait-d'union » le troisième... En diluant le principe hiérarchique, caractéristique de la manifestation originelle du polycentrisme francilien, sa version de 1994, plus proliférante, répond de fait à des contraintes nouvelles, à savoir des enjeux d'aménagement plus nombreux et une multiplication des lieux d'intervention rendue nécessaire par la décentralisation administrative et les revendications politiques qui en découlent.

3En second lieu, les difficultés de lecture et d'identification consensuelle du polycentrisme francilien tiennent également pour beaucoup au caractère tardif de sa prise en compte par la recherche universitaire. Alors que la centralité « christallérienne » et ses manifestations géographico-géométriques à l'échelle régionale ont longtemps fasciné les chercheurs français (Nicolas 2002), l'arrangement polycentrique des régions urbaines et des espaces densément urbanisés n'a que peu suscité d'interrogation. De fait, les Anglo-saxons sont les premiers à avoir pensé le polycentrisme intra-urbain et à avoir déterminé les critères de sa mesure, d'abord empiriquement, puis progressivement de manière plus théorique (Leinberger & Lockwood 1986, Mac Donald 1987, 1989, Cervero 1989, Hartshorn & Muller 1989, Giuliano et Small 1991..., pour ne citer que les plus anciens travaux sur le sujet). En France, ce sont essentiellement les réflexions de Garreau sur la ville émergente – edge cities – (Garreau 1991) qui ont entraîné une première sensibilisation de la communauté scientifique au fait polycentrique en milieu métropolitain. Encore faut-il rappeler que les recherches publiées sur le sujet sont dans l'ensemble très récentes, contemporaines pour la plupart de la fin des années 1990. Par ailleurs, en dehors de l’analyse plus générale et globale conduite pour la Direction régionale de l'Équipement d'Île-de-France (Beckouche, Damette, Vire 1997), les travaux réalisés se sont focalisés sur deux aspects fondamentaux du polycentrisme : l'identification d'une hiérarchie des centres intra-métropolitains (Berroir, Mathian, St-Julien 2002, Gilli 2003) et la mesure de la diffusion au sein de l'espace urbain des services économiques dits supérieurs (Alvergne & Shearmur 1999, Guérois & Le Goix 2000, Huriot & al. 2003, Halbert 2004), en relation avec la problématique générale de la ville émergente définie avant tout comme lieu de diffusion des services économiques aux entreprises.

4En bref, les différentes approches du polycentrisme francilien dessinent une image complexe de la région fonctionnelle de la capitale française et ce faisant, malgré la rigueur des méthodes utilisées, la géographie des pôles demeure relative aux questionnements qui sous-tendent ces méthodes et aux protocoles qui en définissent le contenu méthodologique. Certaines approches ne se fondent quasiment que sur la densité : c'est le cas des indices de centralité standardisés qui peuvent être déclinés à plusieurs échelles – locale ou globale – et par secteurs d'activités (Guérois, Le Goix 2000 ; Huriot & al. 2003), des approches par lissage des densités (Gilli 2003), voire de la méthode des pics de densité – assez proche de la précédente –, dont l'application à l'Île-de-France (Berroir & al. 2003) a toutefois été pondérée par des critères de nature différente (nombre d'emplois, nombre et niveau de dépendance des communes polarisées, nombre de flux dominants). D'autres, par contre, ajoutent systématiquement à la densité des critères supplémentaires, dans le but de tenir compte de la variation du contexte – le très fort gradient de densité – et d'agréger des centres proches qui présenteraient des caractéristiques communes. Dans le premier cas sont utilisés des indicateurs tels que les indices de spécialisation économique, les ratios emploi / population active hors navettes vers Paris, les seuils d'emploi différenciés (Beckouche & al 1997). Dans le second cas sont plutôt privilégiés des indices d'interaction – aire de recouvrement des pôles, distance et liens réciproques, nature de ces liens, etc. – (Berroir & al. 2004).

5De la très grande variété d'approches du polycentrisme francilien se dégage en conséquence une géographie à géométrie variable de la première aire métropolitaine française. Loin de vouloir critiquer ce foisonnement, indispensable à la réflexion critique, nous proposons la mise en œuvre d'une mesure du polycentrisme aussi simple, empirique et englobante que possible, dans le but d'éclairer le débat sur certaines questions comme les effets de débordement – étalement de l'emploi et de l'activité économique à partir des différents centres et « sous-centres » de la région urbaine –, la segmentation socio-spatiale qui en résulte, l'existence de contrastes dynamiques entre les différentes zones polarisées et l'articulation du pavage découlant de la « multipolarisation » de l'espace aux territoires de la gouvernance politique.

1. Une méthode simple intégrant les échelles multiples de l'espace « métapolitain »

6Hors aire urbaine de Paris, les pôles et leurs aires d’influence ont été définis sur la base des pôles urbains (plus de 5000 emplois), des pôles ruraux (de 1500 à 5000 emplois) et de leur couronne périurbaine (40 % des actifs occupés travaillant dans le périmètre ainsi défini).

  • 2 Les guillemets utilisés pour désigner les pôles « urbains » et les pôles « ruraux » de l’aire urbai (...)
  • 3 Cette densité est calculée sur la base de la superficie urbanisée des territoires communaux.
  • 4 Dans leurs recherches sur le polycentrisme francilien, Sandrine Berroir, Thérèse Saint-Julien et Le (...)

7Dans l’aire urbaine de la capitale, les pôles « urbains »2 ont été déterminés comme les communes ou ensembles de communes de plus de 5000 emplois ou de plus de 25 emplois par hectare3 – ce qui correspond au seuil de densité reconnu comme pertinent par les travaux anglo-saxons –, avec dans les deux cas un taux d’emploi hors navettes vers Paris supérieur à 1 et une agrégation des communes présentant la même aire d’influence. Les pôles « ruraux » ont été quant à eux arrêtés sur la base des unités urbaines de 1500 à 5000 emplois incluses dans l’aire de la capitale et ayant un taux d’emploi hors navettes vers Paris supérieur à 1. Les aires d’influence n’ont été prises en considération que pour les pôles « urbains ». Contrairement aux travaux antérieurs4 sur le polycentrisme francilien et parce qu’il fallait déboucher sur un pavage sans recouvrement, nous avons choisi de ne retenir aucun seuil fixe d’attraction des communes polarisées. Ces dernières ont été définies sur la base d’une analyse cartographique, les aires d’influence des pôles se résumant aux deux premières classes d’une discrétisation de Jenks en cinq classes de la part de la population active communale allant travailler dans le pôle. Il en résulte un maillage révélateur d’une polarisation variable puisque l’attraction est comprise entre un seuil de 2,5 % en proche banlieue pour un pôle comme Neuilly-sur-Marne, à un seuil de 20 % en grande couronne pour le pôle de Coulommiers. Cette disparité est la traduction d’un clivage déjà proposé par F. Gilli entre un espace multipolaire, proche de Paris, où les attractions par les pôles sont limitées du fait du recoupement des zones de recrutement de main-d’œuvre et un espace polynucléaire, caractéristique de la lointaine banlieue, où le pôle a une attraction plus exclusive et donc un rôle plus structurant (Gilli 2003).

  • 5 D'après François Ascher, « Une métapole est l'ensemble des espaces dont tout ou partie des habitant (...)

8Le maillage polycentrique obtenu (figure 1), à savoir quarante-cinq entités territoriales que l’on peut désigner sous l’appellation « pôles-aires », est bien sûr relatif à la méthode utilisée et constitue un révélateur de ce que François Ascher appelle l’espace « métapolitain », par essence flou, difficile à délimiter, à décrire, à cause de son organisation composite et hétérogène5. La géographie des « pôles-aires » est toutefois emblématique de certains faits structurants que l’on peut évoquer brièvement :

  • tout d’abord l’étendue de ces « pôles-aires » est beaucoup plus importante aux franges de l’aire urbaine du fait d’un maillage moins serré ;

  • ensuite, en proche couronne surtout, les aires d’influence des pôles épousent précisément les contours des axes de communication, notamment routiers ;

  • enfin, l’influence de Paris bloque l’attraction des centres en direction du cœur de l’espace métapolitain et la rejette ainsi vers la périphérie, donnant aux « pôles-aires » l’allure de comètes.

Figure 1 : Types de pôles et d'aires de la région Île-de-France

Figure 1 : Types de pôles et d'aires de la région Île-de-France

Source et données INSEE RGP 1999

9C'est donc à partir de cette trame polycentrique que peut être envisagée une relecture de la région fonctionnelle de Paris sous plusieurs angles thématiques.

2. Polycentrisme et effets de débordement

10Le maillage fin de la région urbaine fonctionnelle de la capitale et des espaces qui la bordent permet en premier lieu d'alimenter la réflexion sur les dynamiques d'étalement et de concentration de la population et de l'emploi au sein de l'aire urbaine de Paris et sur ses marges. Alors que la problématique des franges est désormais bien identifiée (Palisse 1995) et que l'on admet, sur le plan démographique comme sur le plan économique, une double logique de desserrement global et de polarisation au sein de l'Île-de-France (DREIF 2002), un réexamen de ces problématiques à l'aune d'une représentation simple du polycentrisme est assez évocateur (tableau 1).

Tableau 1 : Dynamique comparée de l'emploi et de la population entre 1982 et 1999 dans l'aire urbaine de Paris et sur ses marges, par type d'espaces.

Tableau 1 : Dynamique comparée de l'emploi et de la population entre 1982 et 1999 dans l'aire urbaine de Paris et sur ses marges, par type d'espaces.

11Tout d'abord et fort logiquement, le desserrement de la population est sans commune mesure avec celui de l'emploi, plus modéré voire difficile à appréhender. Alors que, dans l’aire urbaine de Paris l’ensemble des pôles gagne 240 000 nouveaux habitants entre 1982 et 1999 (-51 000 pour Paris, + 270 000 pour les pôles « urbains », + 23 000 pour les pôles « ruraux »), les espaces hors pôles s’accroissent de 700 000 habitants, la progression la plus forte (+ 36 %) concernant les communes rurales de l’aire urbaine, c’est-à-dire celles qui sont plus éloignées du cœur de la métropole. On ne retrouve pas une telle dynamique d’étalement dans le reste du Bassin parisien où la population des aires n’augmente que de 145 000 habitants contre 100 000 pour celle des pôles.

12La dynamique de l’emploi est quant à elle plus polarisée et ceci à toutes les échelles. Le desserrement relatif résulte avant tout des pertes parisiennes (- 207 000 emplois), les gains des communes non pôles (aires d’influence des pôles « urbains », reste de l’unité urbaine de Paris, unités urbaines isolées et communes rurales) s’établissant à 218 000 emplois nouveaux, résultat très en deçà du dynamisme des pôles « urbains » (+ 325 000 emplois) auquel peut être ajoutée la croissance relative soutenue (+ 20 %) des pôles « ruraux » (+ 8 500 emplois). C’est cette différenciation de la dynamique entre le pôle principal, Paris, et les pôles secondaires de l’aire urbaine qui donne le plus de crédit à la thèse d’une organisation toujours plus polycentrique de l’aire métropolitaine francilienne. Ailleurs dans le Bassin parisien, la croissance de l'activité reste par contre très « monocentrée » puisque les pôles gagnent 75 000 emplois contre 13 000 pour leur zone d’influence, les espaces les moins polarisés (autres communes urbaines et communes rurales) se distinguant quant à eux par leur déclin, relatif ou absolu.

3. Polycentrisme et contrastes géographiques des dynamiques

13Une cartographie plus détaillée des variations de la population et de l’emploi des « pôles-aires » (figures 2 et 3) permet d’analyser plus précisément la différenciation géographique interne de la croissance au sein de la région urbaine. Tout d’abord, en de nombreux endroits, les pôles ont gagné bien moins de population que leur aire d’influence. C’est particulièrement le cas :

  • en seconde couronne (Cergy, Roissy, Melun, Saclay, Mantes, Fontainebleau, Lagny),

  • dans les franges externes de l’Île-de-France (Sens, Château-Thierry, Beauvais, Évreux) où la croissance est finalement bien peu polarisée,

  • en zone dense où de nombreux pôles ont décliné face à une périphérie immédiate plus dynamique (Saint-Denis, Aubervilliers, Montreuil, Orly, Versailles, Massy...).

Figure 2 : Variation 1982-1999 de la population des pôles du cœur du Bassin Parisien et de leurs aires d'influence respectives

Figure 2 : Variation 1982-1999 de la population des pôles du cœur du Bassin Parisien et de leurs aires d'influence respectives

Source INSEE RGP ¼

Figure 3 : Variation 1982-1999 de l'emploi des pôles du cœur du Bassin Parisien et de leurs aires d'influence respectives

Figure 3 : Variation 1982-1999 de l'emploi des pôles du cœur du Bassin Parisien et de leurs aires d'influence respectives

Source INSEE RGP 1/4

  • 6 Les quinze « pôles-aires » dans ce cas sont dans l'ordre croissant : Saclay, Bobigny, Roissy, Lagny (...)

14Cependant, certains pôles se sont révélés malgré tout particulièrement attractifs et ont enregistré une croissance démographique supérieure à celle de leur aire d’influence, particulièrement en villes nouvelles (Évry, Saint-Quentin, Noisy, Noisiel) et dans le périmètre d’anciens centres restructurateurs de banlieue (Nanterre-Puteaux, Créteil, etc.). De fait, malgré un desserrement important, la population ne s’est pas étalée autant qu’on l’affirme parfois : les quinze premiers « pôles-aires »6 de l’aire urbaine de Paris qui ont gagné chacun entre 15 000 et 90 000 habitants supplémentaires ont à eux seuls enregistré un gain démographique de 500 000 habitants dont 230 000 dans le périmètre des pôles. Les espaces de l’aménagement volontariste (villes nouvelles, pôles du schéma directeur régional, communes à fortes disponibilités foncières ou dotées de plans d’occupation des sols favorables...) ont été les réceptacles privilégiés de cette croissance.

  • 7 Il s'agit dans l'ordre croissant de : Lagny (+15 500), Boulogne (+15 600), Saclay (+17 900), Crétei (...)

15La maîtrise de l’étalement est encore plus perceptible lorsqu’on observe la géographie de la dynamique de l’emploi. Tout d’abord, presque tous les pôles ont une croissance supérieure à celle de leur aire d’influence à quelques exceptions près : pôles mineurs de grande couronne (Mantes, Sarcelles, Brétigny, Coulommiers), pôles en crise de proche banlieue (Saint-Denis, Aubervilliers, Clichy, Poissy...), au profil plutôt industriel. Ensuite, il apparaît que la recomposition polycentrique de l’aire urbaine s’est concentrée sur un périmètre étroit, celui de l’unité urbaine, et sur un nombre limité de pôles – une douzaine. Ensemble, ces douze « pôles-aires »7 ont accueilli 400 000 emplois dont 326 000 dans le pôle lui-même, le maximum étant atteint à Nanterre-Puteaux avec 90 000 emplois.

  • 8 Le faible impact sur le polycentrisme francilien des « secteurs de redéveloppement économique » du (...)

16Cette dynamique économique, rapportée au déclin parisien, dessine clairement le visage du polycentrisme francilien actuel dont le devenir paraît toutefois très incertain dans la mesure où les processus d’aménagement ayant conduit à son émergence arrivent à leur terme8.

17Mais le décalage important entre dynamiques démographique et économique, dont la dimension polycentrique diffère fortement, entraîne une reconfiguration des relations domicile-travail à l'origine de nouvelles formes de division sociale de l'espace métapolitain.

4. Polycentrisme, desserrement et segmentation socio-spatiale

18On s’intéressera ici à deux pôles de la périphérie francilienne qui ont connu une croissance particulièrement vigoureuse depuis le début des années 1980 : d’une part, les cinq communes de la ville nouvelle de Cergy-Pontoise qui concentrent l’essentiel des emplois du pôle (Cergy, Pontoise, Saint-Ouen-l’Aumône, Osny et Éragny), où l’offre d’emploi passe de 47 000 en 1982 à 76 000 en 1999, soit un taux de croissance de 63 %, quatre fois plus élevé que la moyenne des pôles de l’aire urbaine parisienne (hors Paris), alors que le nombre d’actifs résidents a été multiplié par 1,5, d’où une amélioration sensible du taux d’emploi, qui passe de 1,19 en 1982 à 1,32 en 1999 ; d’autre part, le pôle de Roissy, dont le nombre d’emplois a été multiplié par 2,5, pour un nombre d’actifs résidents dérisoire compte tenu de la nature des activités et des nuisances qui leur sont liées.

Tableau 2 : Distance moyenne domicile-travail (en km) parcourue par les actifs travaillant à Cergy et Roissy

Cergy

Roissy

1982

1999

1982

1999

Ensemble

9,37

12,59

16,81

23,03

Résidant en Île de France

8,4

10,28

15,37

18,06

Résidant dans le Bassin Parisien

35,5

40,65

31,7

37,45

Sources : RGP 1982 (1/4), 1999 (1/4).

Tableau 3 : Catégories socioprofessionnelles (en %) des actifs travaillant à Cergy et Roissy

Cergy

Roissy

1982

1999

1982

1999

Cadres

13,7

21,2

10,3

16,3

Prof. intermédiaires

25,3

29

21,4

27,4

Employés, pers. de service

33,1

29,2

38,9

35,2

Ouvriers

23,9

17,3

28,8

19,7

Sources : RGP 1982 (1/4), 1999 (1/4).

Tableau 4 : Distance moyenne domicile-travail (en km) parcourue par les actifs travaillant à Cergy et Roissy

Cergy

Roissy

1982

1999

1982

1999

Cadres

14,1

17,9

24,3

29,1

Prof. intermédiaires

10,9

15

16,2

22,8

Employés, pers. de service

7

10

16,9

23,5

Ouvriers

10,9

13,2

14,4

19,7

Sources : RGP 1982 (1/4), 1999 (1/4).

Tableau 5 : Part des résidents dans le Bassin parisien proche parmi les actifs travaillant à Cergy et Roissy

Cergy

Roissy

1982

1999

1982

1999

Ensemble

3,6

7,5

8,8

14,3

Cadres

3,9

5,2

15,4

13,7

Prof. intermédiaires

4,4

8

9,7

15,4

Employés, pers. de service

3,2

7

7,4

12

Ouvriers

3,1

8

7,5

17,3

Sources : RGP 1982 (1/4), 1999 (1/4).

19Ces deux pôles témoignent, chacun à leur façon, des résultats des politiques publiques de desserrement. Compte tenu de leurs positions – ils sont tous deux proches des limites de la région administrative –, une part importante des emplois y est occupée par des actifs résidant hors Île-de-France, dans le Bassin parisien proche. Ainsi, la proportion des emplois occupés par des actifs résidant dans les huit départements bordant l’Île-de-France a été multipliée par deux en deux décennies, passant, à Cergy-Pontoise, de 3,6 % en 1982 à 7,5 % en 1999, et de 8,6 % à 14,4 % à Roissy. Ceci s’est traduit par une augmentation d’un tiers des distances moyennes parcourues par les actifs pour se rendre à leur travail, équivalente à que ce que l’on peut observer, en moyenne, pour l’ensemble des pôles d’emplois franciliens. Dans ces deux pôles, l’augmentation des distances parcourues concerne à la fois les actifs franciliens et ceux qui résident dans le Bassin parisien proche.

20L’augmentation de l’offre d’emploi, résultat du desserrement intra-régional, s’est donc traduite par une extension de l’aire d’influence de ces pôles tant au sein de la région que des départements voisins du Bassin parisien. Mais on ne saurait se contenter d’une approche globale de l’ensemble des actifs. En effet, les aires de recrutement des actifs et leur évolution diffèrent sensiblement selon les groupes socioprofessionnels. Une partie de l’augmentation des distances parcourues s’explique par la montée en qualification des emplois, observable dans ces pôles périphériques comme dans le cœur de la région.

21En effet, selon un schéma classique, les distances parcourues augmentent avec la qualification des actifs, et sont plus faibles dans les professions les plus féminisées.

22La configuration des aires d’influence oppose ainsi les cadres, dont beaucoup résident à Paris (un sur dix dans le cas de Cergy-Pontoise, en 1999 comme en 1982 ; un sur cinq à Roissy, en 1982, un sur dix en 1999), mais aussi, pour Roissy, dans l’ancienne zone de ramassage d’Orly, et celle des employés et ouvriers, où les origines proches sont nettement plus importantes. Mais pour les plus aisés comme pour les catégories modestes, la part des recrutements extra-régionaux augmente sensiblement.

23La progression du recrutement extra-régional est beaucoup plus forte pour les catégories les plus modestes, que la hausse des valeurs foncières contraint à s’installer dans les départements du proche Bassin parisien, dès lors qu’ils souhaitent accéder à la propriété d’une maison individuelle. Ce qui est observable pour Cergy et Roissy se vérifie à l’échelle de l’ensemble des pôles d’emploi franciliens : parmi les actifs résidant dans les huit départements bordiers et travaillant en Île-de-France, trois sur quatre sont propriétaires de leur logement, quatre sur cinq habitent une maison individuelle, près d’un sur trois résidaient en Île-de-France au recensement précédent. En dépit d’une réduction de l’offre de maisons neuves, le flux de départ des actifs franciliens vers le Bassin parisien proche reste important, contribuant à faire des cantons riverains de l’Île-de-France une « arrière-cour » du bassin d’emploi parisien. Ceci invite donc à nuancer quelque peu les jugements sur les « bienfaits » du desserrement des emplois : il concerne en premier lieu les moins qualifiés et se traduit par un renforcement des processus ségrégatifs et du dispositif centre-périphérie.

  • 9 Cette analyse dynamique sur 1982-1999 reprend les principales catégories d'emploi définies par la g (...)

24Mais on ne peut toutefois négliger les effets induits, en particulier dans les couronnes périurbaines et multipolarisées, par la croissance des populations résidentes : une part du dynamisme de l'emploi y relève des services aux particuliers, de ce qu'on a l'habitude de qualifier, en termes de sphère d'activité, d'économie résidentielle, que ce dynamisme soit diffus ou polarisé. Au contraire, les activités métropolitaines animent la croissance des pôles les plus centraux de la région fonctionnelle parisienne, relayant ainsi la capitale dans ses fonctions de commandement (tableau 6)9.

25Tableau 6 : Taux de variation de l'emploi dû à certaines sphères et fonctions entre 1982-1999 par type de pôles et d'aires (INSEE-RGP)

5. Polycentrisme et profils économiques de croissance

  • 10 Les emplois de reproduction sociale correspondent aux sphères suivantes : services aux ménages, édu (...)

26À Paris, l'important repli de l'activité masque une certaine poursuite de l'affinage des fonctions : les services avancés atténuent le déclin de certaines activités (finances, industries), de même, mais dans une moindre mesure, que la reproduction sociale10. Les pôles « urbains » de l'aire urbaine prennent le relais de la capitale pour les emplois métropolitains, avec les taux les plus élevés de variation de l'emploi dus aux services avancés (+16 %), au secteur financier (+2,4 %) – grâce à la Défense et très secondairement à St-Quentin-en-Yvelines et Créteil –, et aux fonctions dites abstraites des entreprises (+14,5 %), loin devant dans ces différents domaines, les pôles « ruraux », les communes sous influence et plus significativement encore les pôles urbains du Bassin parisien (+ 6 % de variation de l'emploi due aux services avancés et + 3,25 % due aux fonctions abstraites par exemple). Si la dynamique relative semble la plus importante en seconde couronne (Saclay, Trappes, Noisiel, voire Roissy), encore faut-il nuancer ce constat par une prise en compte des variations absolues. Pour les services avancés, le pôle de Puteaux gagne 81 000 emplois, celui de Boulogne 31 500, loin devant Trappes, au troisième rang avec +15 000. Pour l'ensemble des fonctions abstraites, la vigueur de la ville nouvelle des Yvelines (+28 000 emplois) tient surtout aux activités de conception (+ 11 300) mais la laisse loin derrière Puteaux (+ 80 000) et tout près de Boulogne (+ 27 000 emplois), ce qui révèle d'ailleurs un creusement des écarts entre l'Est et l'Ouest de la région pour ces fonctions typiquement métropolitaines. Dans ce domaine, les effets de débordement sont de fait très limités et la construction polycentrique étriquée comme l'ont déjà montré d'autres travaux (Halbert 2004).

27A contrario, les pôles ruraux, les communes non pôles de l'aire urbaine francilienne et les autres pôles du Bassin parisien tirent surtout profit de la dynamique des emplois de reproduction sociale qui sont les moteurs de l'activité économique. Ces emplois ont une croissance plutôt diffuse en termes relatifs puisque le taux de variation dû à ce type d'activité oscille pour la période 1982-1999 entre 10,4 % pour les pôles urbains du Bassin parisien – soit un peu moins que les pôles « urbains » franciliens – et 17,3 % pour les communes non pôles de l'unité urbaine de Paris, les pôles « ruraux », les communes rurales des franges franciliennes et les aires d'influence des pôles « urbains » tournant autour de 14-15 %. Le développement économique en dehors des centres qui charpentent le polycentrisme francilien est donc bien un développement « résidentiel ».

28Enfin, un examen plus attentif du profil de croissance des douze pôles principaux de l'aire métropolitaine parisienne révèle une différenciation forte de la dynamique des sphères d'activité et des fonctions selon les pôles. Ainsi les services avancés sont l'un des principaux moteurs de l'emploi à Boulogne et Puteaux (avec la finance pour ce dernier) ; la culture-loisirs à Lagny (parcs d'attraction) et Boulogne (industrie audiovisuelle) ; les services aux ménages à Cergy, Noisiel, Trappes et Évry (avec l'éducation) ; l'industrie à Trappes et Noisiel ; la logistique à Roissy et Aulnay... Ce mouvement de recomposition sectorielle ou fonctionnelle révèle ainsi une certaine tendance à la division spatiale du système productif métropolitain francilien qui, associée au phénomène de l'étalement démographique, sous-tend la segmentation sociale en cours de formation au sein de l'espace métapolitain.

Conclusion : polycentrisme et gouvernance

29En quarante ans, le polycentrisme francilien a dépassé le stade de la rhétorique planificatrice pour devenir, malgré l’étalement, une réalité géographique et socio-économique de l’espace métapolitain. La géographie volontaire impulsée par la planification urbaine (villes nouvelles, centres restructurateurs) ainsi que les projets de ville volontaristes (Croissant d’Or des Hauts de Seine) ont accompagné ce processus. Se pose toutefois la question du devenir des dynamiques polycentriques observées dès lors que les grands projets structurants, comme les villes nouvelles, touchent à leur fin et que d’autres (secteurs de redéveloppement économique) peinent à s’affirmer. Le relais que semblent prendre les EPCI (établissements publics de coopération intercommunale) en matière d’aménagement et de développement n’a pour l’heure ni la même ampleur, ni la même portée et révèle, comme dans d’autres aires métropolitaines, une certaine fragmentation de l’espace avec 27 communautés d’agglomération et 62 communautés de communes.

  • 11 Par exemple, Plaine-Commune s’est formée autour des pôles de St-Denis et d’Aubervilliers, Plaine ce (...)

30Toutefois, la géographie des communautés d’agglomération est en bonne adéquation avec le périmètre des « pôles-aires »11 puisque six d’entre elles seulement (Val d'Yerres, Sénart Val-de-Seine, Les lacs de l'Essonne, Clichy-Montfermeil, Val et Forêt, Vallée de Montmorency) se sont formées dans les interstices du maillage polycentrique de la région. Le renforcement de ce dernier dépend donc désormais largement de la dynamique d’intercommunalité de la région métropolitaine.

Haut de page

Bibliographie

ALVERGNE C., SHEARMUR R., 1999 - Nouvelles centralités, nouvelles périphéries en Île-de-France : les changements de localisation des services supérieurs », in GOLLAIN V., SALLEZ A. (eds.), Emploi et territoires en Île-de-France : Prospectives, La Tour d'Aigue : Éditions de l'aube, pp. 203-222.

ASCHER F., 1995 - Métapolis ou l'avenir des villes, Paris : Éditions Odile Jacob, 347 p.

BECKOUCHE P., DAMETTE F., 1993 - Une grille d'analyse globale de l'emploi, Économie et Statistique, n° 270, pp. 37-50.

BECKOUCHE P., DAMETTE F., VIRE E., 1997 - Géographie économique de la Région parisienne, Direction Régionale de l'Équipement d'Île-de-France, 139 p.

BERROIR S., MATHIAN H., SAINT-JULIEN T., 2002 - Déplacements domicile-travail : vers le polycentrisme, INSEE Regards, n° 54, pp. 41-57.

BERROIR S., SAINT-JULIEN T., SANDERS L., 2003 - Spécialisation fonctionnelle et mobilité : les pôles d'emploi de l'aire urbaine de Paris, in PUMAIN D., MATTÉI M-F., Données urbaines 4, Paris : Anthropos, Collection villes, pp. 169-180.

BERROIR S., MATHIAN H., SAINT-JULIEN TH., SANDERS L., 2004 - Mobilités et polarisations : vers des métropoles polycentriques, Paris, PUCA, 145 p.

CATTAN N., SAINT-JULIEN T. 2005 - La contribution des villes nouvelles au polycentrisme francilien, Programme interministériel d'histoire et d'évaluation des villes nouvelles, 148 p.

CERVERO R., 1989 - America's suburban Centers, Boston: Unwyn Hyman, 232 p.

DEVISME L., 2002, - Le polycentrisme et ses justifications, in ALLAIN R., BAUDELLE G., GUY C., Le polycentrisme, un projet pour l'Europe, Rennes : Presses universitaires de Rennes, pp. 41-50

DREIF (Direction régionale de l'Équipement Île-de-France), 2002 - Population, emploi : évolutions longues. Éléments de suivi du SDRIF, Paris, 61 p.

GARREAU J., 1991 - Edge City: the life on the new frontier, New-York: Anchor Books

GILLI F., 2003 - Le desserrement de l'emploi dans la région urbaine de Paris 1975-1999, DREIF, 126 p.

GIULIANO G, SMALL K.A., 1991 - Subcenters in the Los Angeles Region, Regional Science and Urban Economics, n° 21, pp. 163-182.

GUÉROIS M., LE GOIX R. 2000 - La multipolarité des espaces métropolitains : Paris, Lyon, Marseille et Lille, in MATTEI M-F, PUMAIN D. Données urbaines 3, Anthropos, pp. 235-250.

HALBERT L., 2004 - Densité, desserrement, polycentrisme et transformation économique des aires métropolitaines. Interpréter la concentration des activités d'intermédiation dans la zone centrale de la région francilienne, Thèse de Doctorat, Université Paris-I, 342 p.

HARTSHORN T.A., MULLER P.O., 1989 - Suburban Downtowns and the transformation of Atlanta's Business Landscape, Urban Geography, vol. 10, n° 4, pp. 375-395

HURIOT J-M. (dir.) 2003 - Services aux entreprises et nouvelles centralités urbaines, PUCA, Ministère de l'Équipement du transport et du logement, 123 p.

LEINBERGER C.B., LOCKWOOD C., 1986 - How business is reshaping America, Atlantic Monthly, Octobre, pp. 43-51.

McDONALD J.F. 1987 - The identification of urban employment subcentres, Journal of Urban Economics, n° 21, pp. 242-258

McDONALD J.F., 1989 - Econometric studies of urban population density: a survey, Journal of Urban Economics, n° 26, pp. 361-385

McMILLEN D.P., McDONALD J.F., 1997 - A non-parametric analysis of employment density in a polycentric city », Journal of Regional Science, n° 37, pp. 591-612.

NICOLAS G. 2002, « La décentralité comme alternative à la polycentralité », in ALLAIN R., BAUDELLE G., GUY C., Le polycentrisme, un projet pour l'Europe, Rennes : Presses universitaires de Rennes, pp. 29-40

PALISSE J-P. 1995, Les franges franciliennes et le Sud-est anglais, IAURIF

Haut de page

Notes

1 Cet article s'inspire d'une recherche réalisée pour le Plan Urbain Construction Architecture : Martine Berger, Renaud Diziain, Ludovic Halbert, Marcel Rousset-Deschamps, Philippe Thiard, Effets de débordement, polarisations économiques et stratégies d’acteurs en Île-de-France et dans le Bassin parisien, Ministère de l'Equipement, avril 2006.

2 Les guillemets utilisés pour désigner les pôles « urbains » et les pôles « ruraux » de l’aire urbaine de Paris sont utilisés dans le but de distinguer, par la typographie, ce type de pôles des pôles urbains et ruraux du reste du Bassin parisien qui procèdent des définitions de l’INSEE.

3 Cette densité est calculée sur la base de la superficie urbanisée des territoires communaux.

4 Dans leurs recherches sur le polycentrisme francilien, Sandrine Berroir, Thérèse Saint-Julien et Lena Sanders identifient, pour l'aire d'influence, le seuil de 10 % de la population active communale attirée comme offrant « des résultats satisfaisants d'un point de vue empirique » (Berroir, Saint-Julien, Sanders 2003, p. 171). Ce travail, poursuivi sur les villes nouvelles, amène à considérer d'autres seuils pour mesurer l'aire d'influence de ces dernières, en l'occurrence 5 % ou 7,5 % de la population active résidente, selon qu'il s'agit de mesurer la polarisation générale ou l'attraction par CSP. De leur côté, Pierre Beckouche, Félix Damette et Emmanuel Vire retiennent plusieurs seuils : en province, 40 % d'actifs attirés par le pôle ou « noyau » pour les communes de l'Unité Urbaine Intégrée, 10 % pour les communes de l'Unité Urbaine Etendue correspondant à une seconde échelle d'influence urbaine ; en banlieue parisienne, 3 % des actifs attirés par les différents pôles économiques – sans que ce seuil soit justifié –, ce qui conduit à un chevauchement important des espaces multipolarisés.

5 D'après François Ascher, « Une métapole est l'ensemble des espaces dont tout ou partie des habitants, des activités économiques ou des territoires sont intégrés dans le fonctionnement quotidien (ordinaire) d'une métropole. Une métapole constitue généralement un seul bassin d'emploi, d'habitat, d'activités. Les espaces qui composent une métapole sont profondément hétérogènes et pas nécessairement contigus » (Ascher 1995, p. 34).

6 Les quinze « pôles-aires » dans ce cas sont dans l'ordre croissant : Saclay, Bobigny, Roissy, Lagny, Melun, Puteaux, Clichy, Créteil, Noisiel, Noisy-le Grand, Aulnay, Trappes, Evry, Cergy.

7 Il s'agit dans l'ordre croissant de : Lagny (+15 500), Boulogne (+15 600), Saclay (+17 900), Créteil (+19 300), Noisy-le-Grand (+21 200), Noisiel (+24 100), Aulnay (+26 000), Evry (+29 400), Cergy (+37 700), Roissy (+38 900), Trappes (+57 300), Puteaux (+90 800).

8 Le faible impact sur le polycentrisme francilien des « secteurs de redéveloppement économique » du SDRIF confirme pour l'heure cette impression.

9 Cette analyse dynamique sur 1982-1999 reprend les principales catégories d'emploi définies par la grille STRATES mise au point au début des années 1990 (Beckouche, Damette 1993). Les sphères d'activité correspondent à un recodage de la NAP et de la NAF qui permet une reconstitution de l'évolution sectorielle de l'emploi. Quant aux fonctions, elles ont été établies par recodage des PCS au niveau le plus détaillé.

10 Les emplois de reproduction sociale correspondent aux sphères suivantes : services aux ménages, éducation, administration publique, santé social, culture et loisirs.

11 Par exemple, Plaine-Commune s’est formée autour des pôles de St-Denis et d’Aubervilliers, Plaine centrale autour de Créteil, Val-d'Orge autour de Brétigny, Hauts Val-de-Marne autour de Chennevières, Marne et Gondoire autour de Lagny et du dernier secteur d'urbanisation de Marne-la-Vallée, Arcs de Seine et Val de Seine autour du pôle Boulogne / Issy, etc.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Types de pôles et d'aires de la région Île-de-France
Crédits Source et données INSEE RGP 1999
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/383/img-1.png
Fichier image/png, 82k
Titre Tableau 1 : Dynamique comparée de l'emploi et de la population entre 1982 et 1999 dans l'aire urbaine de Paris et sur ses marges, par type d'espaces.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/383/img-2.png
Fichier image/png, 89k
Titre Figure 2 : Variation 1982-1999 de la population des pôles du cœur du Bassin Parisien et de leurs aires d'influence respectives
Crédits Source INSEE RGP ¼
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/383/img-3.png
Fichier image/png, 134k
Titre Figure 3 : Variation 1982-1999 de l'emploi des pôles du cœur du Bassin Parisien et de leurs aires d'influence respectives
Crédits Source INSEE RGP 1/4
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/383/img-4.png
Fichier image/png, 126k
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/383/img-5.png
Fichier image/png, 177k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Thiard et Martine Berger, « Le polycentrisme de l'aire métropolitaine de Paris : rhétorique de la planification territoriale ou organisation « métapolitaine » de l'espace ? », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 2 | 2006, mis en ligne le 01 septembre 2010, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://tem.revues.org/383 ; DOI : 10.4000/tem.383

Haut de page

Auteurs

Philippe Thiard

Maître de conférences en géographie, Université Paris XII, CRÉTEIL (EA 3482)
61, avenue du Général de Gaulle
94000 Créteil
thiard@univ-paris12.fr

Martine Berger

Université Paris I, LADYSS (UMR 7533)
191, rue Saint-Jacques
75005 Paris
Martine.Berger@univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page