Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Quoique resté longtemps marginal, l’intérêt des géographes pour la littérature n'est pas un fait totalement neuf, et le panorama de cette géographie littéraire a été déjà plusieurs fois brossé (Tissier, 1992 ; Brosseau, 2009). C'est cependant le tournant culturel post-moderne qui, incitant à s’interroger sur les représentations individuelles et collectives du monde et sur les imaginaires spatiaux, a conduit la géographie humaniste, d'abord nord-américaine, à s'intéresser plus systématiquement aux récits littéraires (notamment Tuan, 1974 et 1978 ; Pocock, 1988). Mais jusqu'à ces dernières décennies, la démarche qui consiste à explorer les récits pour en extraire une lecture des sociétés est restée rare dans la géographie académique francophone, mêmes si quelques essais précurseurs avaient ouvert la voie : Armand Frémont s'appuyant sur Madame Bovary pour éclairer d'un nouveau regard la Normandie vécue (1976), Jean-Louis Tissier s'interrogeant sur la culture géographique mobilisée dans l’œuvre de Julien Gracq (1981), Yves Lacoste s'essayant à la cartographie du Rivage des Syrtes de Julien Gracq (1987) ou encore Bertrand Lévy explorant dans une approche humaniste l'espace existentiel de l'écrivain suisse d'origine allemande Hermann Hesse (1989).

2Depuis une petite quarantaine d’années, s’est donc progressivement ouvert un champ de recherches, la géographie littéraire qui tend à se développer depuis les années 1990 et entre en résonance avec l'intérêt contemporain des études littéraires qui, affectées pour leur part d'un « spatial turn » (Soja, 1989) ou « tournant géographique » (Lévy, 1999), redécouvrent l'espace dans les œuvres (Collot, 2011), s'attachent à en produire une cartographie (Moretti, 2000 et 2008; Piatti et Hurni, 2009), voire explorent l'impact des œuvres sur l'espace social (Westphal, 2007 et 2011). Attestent par exemple de l'intérêt renouvelé des géographes pour cette problématique les thèses de Marc Brosseau (1996), de Lionel Dupuy (2009), de Géraldine Molina (2010), de même que témoignent de la porosité actuelle des disciplines académiques la multiplication des manifestations scientifiques pluridisciplinaires et des publications collectives croisant les regards des géographes et des littéraires ( Chevalier, 2002 ; Lévy et Raffestin, 2004 ; Lévy, 2006 ; Rosemberg, 2007 ; Tissier, 2007 ; Bédard et Lahaie, 2008 ; Madoeuf et Cattedra, 2012 ; Dupuy et Puyo, 2014 et 2015 ; Péraldo, 2016).

3L'intérêt contemporain pour l'analyse des relations entre géographie et littérature a conduit à l'émergence d'un nouveau domaine à explorer, une géographie de la littérature, autant revendiquée par des littéraires soucieux de renouveler leurs théories et approches critiques (Moretti, 2000 et 2008 ; Westphal, 2007 et 2011 ; Piatti, 2008) que des géographes (Brosseau et Cambron, 2003 ; Molina, 2010 et 2014 ) observant la mobilisation croissante de la littérature dans une perspective d’aménagement et de développement des territoires. De fait, de la métropole au village, des acteurs de plus en plus nombreux (associations, élus, institutions patrimoniales, professionnels du livre, du tourisme, de l’architecture et de l’urbanisme …) s’emparent des œuvres, des livres et des écrivains pour construire des projets d’aménagement et de développement, à vocation culturelle, identitaire, sociale, économique. Ces initiatives prennent des formes très variées : foires du livre, festivals littéraires, invitation d'écrivains en résidence, organisation d'ateliers d'écriture patrimonialisation des maisons d'écrivains, création d’itinéraires littéraires - de la brève balade urbaine aux chemins de grande randonnée -, labellisation Cité de la Littérature de l'Unesco, etc... Ainsi, la littérature se voit-elle de plus en plus appropriée, voire instrumentalisée, dans ses aspects matériels (les livres, les maisons d’écrivain, leur bibliothèque…) comme immatériels (l’imaginaire des lieux développé dans les œuvres, les traces de l’auteur …) par des acteurs qui se sont mis à la considérer comme une ressource spécifique (Colletis et Pecqueur, 2005 ; Gumuchian et Pecqueur, 2007) pouvant contribuer à qualifier ou développer des territoires.

4Toutefois, à l'exception du tourisme littéraire, déjà bien documenté par les chercheurs anglophones (Herbert, 2001; Robinson et Andersen, 2003; Watson, 2006 et 2009), cette géographie de la littérature, qui s’intéresse aux rapports entre littérature et société, aux contextes socio-spatiaux de production et d’appropriation des faits littéraires, aux processus de « mise en littérature » des territoires, de transformation de la ressource littéraire en ressource territoriale, a été encore peu systématiquement explorée. C'est pourquoi, pour aborder cette problématique, il a été proposé aux contributeurs de ce numéro thématique de Territoire en Mouvement d'approfondir trois principaux axes de réflexion : la fabrique littéraire des territoires, le tourisme littéraire et la question de la réception socio-territoriale de la littérature, à partir de la série de questionnements suivante :

  • Quels sont des acteurs impliqués dans la fabrique littéraire des territoires ? Comment s’organisent-ils ? Quelles sont leurs représentations des lieux, leurs systèmes de valeurs ? Par qui sont conduites les procédures de valorisation des patrimoines littéraires ? Dans quels objectifs ?

  • Quels enjeux (politiques, territoriaux, identitaires, économiques) recouvre la « mise en littérature » d’un espace ? L’enjeu territorial réside-t-il principalement dans l’affirmation d’une attractivité culturelle ou dans le développement d'un tourisme littéraire ? Peut-on mesurer l'impact économique d’une opération de « mise en littérature » du territoire (en terme de ressources financières, d’emplois, de création d’activités)?

  • Certains territoires sont-ils plus enclins que d’autres à s’intéresser à la valorisation de leurs héritages littéraires ? Certains auteurs ou catégories d’écrits se prêtent-ils plus que d’autres à ce type de projets ? La valorisation de la ressource littéraire bénéficie-t-elle plus à certains types d’espaces (milieux ruraux, petites villes, métropoles) ? Pour quelles raisons ? Quels critères peuvent expliquer la réussite ou l’échec de telles initiatives ?

  • Comment se manifeste l’appropriation de la littérature par le politique, les habitants, les touristes ? Peut-on examiner de façon précise les modalités de construction des images, les mécanismes conduisant à une esthétisation des lieux ? Cette esthétisation littéraire est-elle partagée par les habitants et les visiteurs ?

5Si l'ensemble de ces questionnements traversent donc la grande majorité des articles proposés dans ce numéro, les auteurs se sont plus spécifiquement attachés à montrer d'une part, comment la littérature participe à la fabrique des territoires, à diverses échelles, selon des modalités variées et, d'autre part, à documenter la question du tourisme littéraire.

6Le premier article introductif nous plonge directement dans la mécanique concrète de mise en littérature du territoire, grâce au témoignage distancié de Karelle Ménine, auteure responsable du projet « La Phrase », développé dans le cadre de Mons 2015, qui revient ici sur l'expérience qu'elle a menée avec Ruedi Baur, graphiste, signaléticien et designer, dans le cadre du projet de Capitale européenne de la Culture de la ville de Mons, en Belgique. S'appuyant sur une histoire littéraire riche (Paul Verlaine, Émile Verhaeren, le Groupe surréaliste du Hainaut, etc.) quoique tombée dans l'oubli, Karelle Ménine et Ruedi Baur se sont employés à inscrire dans l'espace public et dans le quotidien des habitants, une phrase de dix kilomètres de long afin de réenchanter, par la mobilisation de ce patrimoine littéraire local, une ancienne ville industrielle en quête de requalification. L'entreprise a demandé à leurs réalisateurs de résoudre divers problèmes, de toutes natures, et, notamment, d'improviser une forme d'ingénierie sociale à caractère participatif : écrire sur les murs de Mons cette longue phrase les a conduits à échanger avec la population, à convaincre 450 propriétaires et « à tisser un lien inédit entre les citoyens et leur littérature ».

7Les deux articles suivants se consacrent à l'analyse de l'inscription contemporaine de la littérature dans la ville, aux nouveaux liens construits par la commande publique entre littérature, architecture et urbanisme. L'exemple des collaborations engagées à partir du milieu des années 1990 entre des écrivains du collectif l’Oulipo (l'Ouvroir de Littérature Potentielle) et des architectes offre à Géraldine Molina un excellent terrain de jeu pour développer une recherche en géographie de la littérature. Cela lui permet en premier lieu d'expliquer comment s'établissent de nouvelles chaînes de collaboration professionnelle. Elle interroge ensuite la place des aménagements littéraires dans la « fabrique esthétique de la ville », procédé qui conduit à concevoir les espaces urbains comme des lieux de spectacle, de mise en scène, au risque de ne s’adresser qu'à un certain type de public, préparé à la réception de ces œuvres et, ce faisant, à générer d'inattendues dynamiques d’exclusion. L'article met ainsi en évidence des écarts entre les ambitions initiales, les réalisations et la réception des projets, voire des paradoxes : la diffusion d'expériences qui se voulaient à l'origine alternatives, leur institutionnalisation, ne finissent-elles pas par produire un effet de banalisation ?

8Belinda Redondo a, quant à elle, choisi de comparer, au prisme des propositions artistico-littéraires, un objet d'aménagement particulier, les réseaux de tramway qui se prêtent bien par leur linéarité à la déclinaison d'une trame narrative. Après avoir présenté la variété des dispositifs observables dans plusieurs villes françaises (tramway de Brest, Mulhouse, Paris, Bordeaux, Nice), elle dégage quelques points communs dont l'omniprésence de la démarche partenariale et la volonté de construire un récit urbain, propre à chaque ville, car reposant souvent sur son patrimoine historico-littéraire ou sur la parole de ses habitants. Comme Géraldine Molina, elle questionne la volonté « d'esthétisation du paysage urbain », ici à partir de l'analyse des discours des différents acteurs impliqués dans le projet, pour montrer que derrière le souhait affiché de poétiser la ville pour ceux qui la pratiquent au quotidien, se révèlent de fortes attentes en termes de promotion du territoire.

9Autres espaces, autres enjeux. La fabrique littéraire du territoire ne s’applique pas en effet aux seuls espaces urbains et à leurs (ré)aménagements contemporains. Karine Larissa-Basset et Jean-Noël Pelen ont ainsi porté un regard pluridisciplinaire d'historienne et d'ethnologue sur la construction littéraire des Cévennes dont ils ont reconstitué les différentes étapes sur la longue durée, depuis le XVIIIe siècle jusqu'à l'obtention d'une inscription au patrimoine mondial de l'Unesco, en passant par la création du parc national. Ils ont notamment cherché à montrer comment l'identité cévenole s'est progressivement affirmée dans et par une littérature qui a explicité et revendiqué les valeurs singulières attachées à cet espace en marge, une littérature dont l'une des particularités aura été de s'ancrer dans la mémoire orale, ce qui, a posteriori, a favorisé l'extension du sentiment d'appartenance aux Cévennes, et facilité les actions de patrimonialisation du parc national. Les auteurs abordent également la question du délicat positionnement de ce parc national qui, malgré la discordance géographique, a opté pour l'appellation symbolique « Cévennes », ce qui l'a conduit à endosser de fait les tensions de cet héritage et des représentations littéraires du territoire.

10Les trois contributions suivantes se concentrent sur des problématiques de patrimonialisation associées à une mise en tourisme de la littérature. Aurore Bonniot-Mirloup et Hélène Blasquiet proposent un panorama des maisons d'écrivains françaises. L'enquête, réalisée par la Fédération nationale des maisons d'écrivain & des patrimoines littéraires en 2012 et qu'elles ont soumises à diverses méthodes d'analyse des données (Analyse des Correspondances Multiples et Classification Ascendante Hiérarchique), leur a permis de dégager quelques profils-types, le plus souvent en corrélation avec des spécificités spatiales (illustre maison d’écrivain urbaine ; jeune maison d’écrivain encore confidentielle ; maison d’écrivain rurale informative ; « vénérable » maison d’écrivain des pôles ruraux). Á partir de cette typologie, elles ont aussi cherché à identifier en quoi la maison d’un écrivain constitue une « passerelle » vers son environnement de proximité, incitant les visiteurs à partir à la découverte du territoire.

11Les articles de Bertrand Lévy et de Maria Gal viennent illustrer les relations spécifiques qui s'établissent entre un écrivain ou d'une œuvre et un territoire. Bertrand Lévy s’attache tout d'abord à décrire les relations de l'écrivain d'origine allemande Hermann Hesse à sa terre d'élection et d'inspiration, la région de Montagnola, située au-dessus du lac de Lugano, puis à quantifier l'apport du tourisme littéraire attaché à son héritage (musée, itinéraire) dans une région déjà très attractive. L’auteur rappelle que le sud du Tessin est souvent qualifié de « Côte d’Azur de la Suisse » et que ses paysages mêlant lacs et montagnes, vantés depuis longtemps, pour leur esthétique, étaient appréciés particulièrement par l'écrivain. Bertrand Lévy montre alors qu'au-delà de la dimension strictement économique du phénomène, la promotion du tourisme littéraire centré sur l'héritage d'Hermann Hesse va de pair, pour certains acteurs du territoire, avec la volonté de préserver ces paysages identitaires, de les soustraire à la spéculation immobilière et à des choix d'aménagement contraire à leur représentation idéelle du sud Tessin.

12La problématique de l'instrumentalisation de l'œuvre littéraire et des valeurs d'un écrivain se situe également au cœur de la réflexion engagée par Maria Gal. Dans cet article elle s'intéresse à la représentation du Saint-Pétersbourg de Crime et Châtiment de Dostoïevski et propose une comparaison entre les lieux du roman et la topographie du tourisme littéraire qui s'est développé autour de ce récit. Les visiteurs affluent en effet pour parcourir l'itinéraire reconstitué de son principal protagoniste. Or, souligne l'auteure, la représentation dostoïevskienne de Saint-Pétersbourg, longtemps considérée réaliste par les critiques littéraires, se révèle, quoique ressemblante, en inadéquation avec la physionomie réelle de la ville : ainsi Maria Gal peut-elle observer la confrontation concrète entre espace esthétique et espace réel. In fine, dans l'actuelle reconstruction touristique, c'est aussi l’enjeu philosophique du texte (la question du libre arbitre) qui est sacrifié au profit des enjeux économiques.

Haut de page

Bibliographie

Bédard M., Lahaie C. (dir.), 2008, dossier « Géographie et littérature», Cahiers de Géographie du Québec, 52, n°147, 150 p.

Brosseau M., 1996, Des Romans-géographes. Essai, Paris, L'Harmattan, collection « Géographie et culture », 246 p.

Brosseau M., 2009, « Literature ». in Kitchin, Rob and Thrift, Nigel (dir.) International Encyclopedia of Human Geography. Oxford, Elsevier. Volume 6, pp. 212-218.

Brosseau M., Cambron M., 2003, « Entre géographie et littérature : frontières et perspectives dialogiques », in Recherches sociographiques, vol 44, n° 3, p. 525-547

Chevalier M; (dir), 2002, La littérature dans tous ses espaces, « Mémoires et documents de géographie », CNRS, 140 p.

Colletis G., Pecqueur B., 2005, « Révélation de ressources spécifiques et coordination située », Économie et Institutions, n°6 et 7, pp. 51-74.

Collot M., (2011), « Pour une géographie littéraire », n°8, LHT, Dossier, publié le 16 mai 2011 [En ligne], URL : http://www.fabula.org/lht/8/8dossier/242-collot

Dupuy L, 2009, Géographie et imaginaire géographique dans les Voyages Extraordinaires de Jules Verne : Le Superbe Orénoque (1898), thèse de géographie, université de Pau et des Pays de l’Adour, 332 p. http://jules-verne.pagesperso-orange.fr/These_Lionel_Dupuy.pdf

Dupuy L., Puyo, J.-Y., 2014, L’imaginaire géographique. Entre géographie, langue et littérature, Presses de l’Université de Pau et des pays de l’Adour : coll. Spatialités, 427 pages

Dupuy L., Puyo J.-Y, 2015, De l’imaginaire géographique aux géographies de l’imaginaire Écritures de l’espace, Presses de l’Université de Pau et des pays de l’Adour : coll. Spatialités, 175 pages

Frémont A., 1976, La région espace vécu. Paris, Flammarion, 288 p.

Gumuchian H., Pecqueur B., 2007, La ressource territoriale, Economica, Anthropos, Paris, 248 p.

Herbert D., 2001, « Literary places, tourism and the heritage experience », Annals of Tourism Research, vol. 28, no 2, p. 312-333.

Lacoste Y., 1987, « Julien Gracq, un écrivain géographe : Le Rivage des Syrtes, un roman géopolitique », Hérodote, n°44, Janvier-mars 1987, p. 8-37.

Lévy B., 1989, Géographie humaniste et littérature : l’espace existentiel dans la vie et l'œuvre de Hermann Hesse (1877-1962), Thèse de doctorat, Ed. Le Concept moderne, Genève, 400 p.

Lévy B., Raffestin C. (dir.), 2004, Voyage en ville d'Europe: géographies et littérature, Métropolis, 318 p.

Lévy B. (dir), 2006, Géographie et littérature, numéro thématique, Le Globe. Revue genevoise de géographie, no 146, 160 p.

Lévy J., 1999, Le tournant géographique. Penser l'espace pour lire le monde, Paris, Éditions Belin, collection Mappemonde, 400 p.

Madoeuf A., Cattedra R. (dir), 2012, Lire les villes, Panoramas du monde urbain contemporain, Presses universitaires François Rabelais, Collection Villes et Territoires, Tours, 374 p.

Molina G., 2010, Les faiseurs de ville et la littérature ; lumières sur un star-system contemporain et ses discours publics. Des usages de la littérature au service de l’action des grands architectes-urbanistes, thèse de géographie et d’urbanisme, université Toulouse-le-Mirail, 969 p. [En ligne https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00536602/document]Molina G, 2014, Lorsque l’imaginaire géographique littéraire déborde les frontières du livre… et s’inscrit dans l’espace, in L. Dupuy, J.-Y. Puyo (dir.), Géographie, langue et textes littéraires : regards croisés sur l’imaginaire géographique, Presses Universitaires de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, pp. 245-258.

Moretti F., 2000, Atlas du roman européen, 1800–1900, Paris, Seuil, 235 p. [Atlante del romanzo europeo: 1800-1900, Giulio. Einaudi, Turin, 1997].

Moretti F., 2008, Graphes, cartes et arbres : Modèles abstraits pour une autre histoire de la littérature, Paris, Les Prairies ordinaires. Coll. « Penser/Croiser », 142 p. [Graphs, Maps, Trees, Londres, Verso, 2005].

Péraldo E. (dir) 2016, Literature and Geography, Cambridge Scholars Publishing, 490 p.

Piatti B., 2008, Die Geographie der Literatur. Schauplätze, Handlungsräume, Raumphantasien, Göttingen, Wallstein, 424 p.

Piatti B., Hurni L. (dir), 2009, « Mapping the ontologically unreal: counterfactual spaces in literature and cartography », Cartographic Journal, n°46, p. 333–342.

Pocock D., 1988, "Geography and Literature", in Progress in Human Geography 12 (1), 87 -102.

Robinson M., Andersen H.-C., (dir), (2003), Literature and Tourism: essays in the reading and writing of tourism, Londres, Thomson, 320 pages.

Rosemberg M. (dir), 2007, Le roman policier. Lieux et itinéraires, numéro thématique, Géographie et Cultures, no 61, 143 p.

Soja E.- W., 1989, Postmodern geographies : The reassertion of space in critical social theory, Londres/New York, Verso, Collection Haymarket Series, 276 p.

Tissier J.-L., 1981, De l’esprit géographique dans l’œuvre de Julien Gracq, L’espace géographique, volume 10, pp. 50-59.

Tissier J.-L., 1992, "Géographie et littérature" in Antoine Bailly, Robert Ferras et Denise Pumain (ed) Encyclopédie de géographie, Economica, Paris, 217-237.

Tissier J.-L. (dir), 2007, « Géographie  et  littérature», in Bulletin  de  l’Association des Géographes français, vol 84, n° 3, pp. 243-368.

Tuan Y.-F., 1974, “Space and Place: Humanistic Perspective”, in C. Board, R.J. Chorley, P. Haggett et D.R. Stoddart (dir.), Progress in Geography, Vol. 6, pp. 211-252.

Tuan Y.-F., 1978, Literature and geography: implications for geographical research, in David Ley et Marwyn S. Samuels (dir.), Humanistic geography – Prospects and problems. Chicago, Maaroufa Press, pp. 194-206.

Watson N.-J., 2006, The literary tourist. Readers and Places in Romantic and Victorian Britain, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 256 pages.

Watson N.-J., (éd.), 2009, Literary Tourism and Nineteenth-Century Culture, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 244 pages.

Westphal B., 2007, La Géocritique, Réél, Fiction, Espace, Paris, Éditions de Minuit, 278 p.

Westphal B., 2011. Le monde plausible. Espace, lieu, carte, Paris, Éditions de minuit, 254 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mauricette Fournier, « Éditorial », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 31 | 2016, mis en ligne le 03 octobre 2016, consulté le 16 août 2017. URL : http://tem.revues.org/3769

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page