Navigation – Plan du site
Articles

Le Saint-Pétersbourg de Dostoïevski : de la généralisation du mythe urbain à l’individualisation de l’espace vécu

Dostoevsky’s St. Petersburg: from Generalization of the Urban Myth to Individualization of the Lived Space
Maria Gal

Résumés

L’objectif de cet article est d’analyser le lien existant entre l’étude géographique et l’étude littéraire d’une ville. Nous1 abordons le Saint-Pétersbourg de Crime et Châtiment de Dostoïevski par trois approches combinées : celle de la critique littéraire, qui vise à analyser la structure esthétique du texte en lien avec la pensée de l’écrivain, celle de la topographie, qui s’attache à définir précisément la manière dont l’auteur situe son récit dans la ville, et celle de la géographie humaniste, qui examine la dimension vécue du lieu. Cette triple analyse nous permet de montrer que, contrairement à la conception établie d’un Saint-Pétersbourg mythique et insaisissable – conception reprise et popularisée par le tourisme littéraire –, c’est celle d’un rapport individualisé à l’espace urbain qu’élabore l’auteur.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : La ville : entre littérature et géographie

1Le recours à la littérature, chez les géographes, n’est pas nouveau. On peut le faire remonter à Strabon (Lévy, 2006 : 26). On peut ensuite suivre l’évolution, à travers les époques, de diverses approches géographiques qui, chacune à leur manière, de De Humboldt (2000 [1847-1859]), à Dardel (1990 [1952]), Tuan (1978a ; 1978b), Pocock (1981), Lévy (1997 ; 2006), Brosseau (1996 ; 2003), Zamiatine (2001 ; 2003 ; 2012), (Balla, 2014) ont accordé une place de choix à la littérature en tant qu’expression privilégiée du rapport de l’homme au monde et que figuration de l’espace vécu. Cette géographie, appelée humaniste, s’attache moins à la valeur documentaire que phénoménologique de l’œuvre littéraire ; elle cherche à saisir le lieu dans sa dimension intime, aussi bien physique que métaphysique.

2C’est ce même besoin d’intelligibilité sensible, accompagné du désir d’appréhender un espace dans son épaisseur géographique, mais aussi phénoménologique, psychologique et anthropologique qui s’est manifesté avec force au XIXe siècle face à un phénomène inédit et déstabilisant : la progressive métropolisation des capitales. Cette dernière a considérablement modifié l’organisation des grandes villes, autant sur le plan topographique qu’économique et social. Les écrivains sont les premiers à s’être attachés à rendre compte de ces métamorphoses. Les premiers aussi, à avoir conçu la complexité de la métropole en devenir, et à intégrer dans leurs textes une pluralité de dimensions autres que celle de l’intériorité : statistiques, faits divers, rapports moralisants des hygiénistes, physiologies, reportages « ethnologiques » sur les bas-fonds ; autant de discours largement diffusés dans la presse quotidienne et dans les revues spécialisées de l’époque. Balzac, Dickens, Dostoïevski, pour ne citer que ceux-ci, n’ont-ils pas fait de la sociologie urbaine avant la lettre ?

3Or, c’est justement dans cette duplicité entre les réalités sociales et l’intériorité, ou plutôt dans le ressenti subjectif des réalités sociales, que se situe le principal intérêt « interdisciplinaire » des romanciers de la ville du XIXe siècle. « Yi-Fu Tuan met l’accent sur l’approfondissement des destinées individuelles apparaissant dans le roman. La question de la place du sujet et de sa relation au monde est une des préoccupations majeures du courant humaniste, et le roman lui apporte sous cet angle des réponses prometteuses. Durant des centaines de pages, le romancier ne fait-il pas qu'expliciter le monde qu'il a créé, conçu ou reconstitué ? N'élucide-t-il pas la trame intersubjective et sociale où il a plongé ses personnages romanesques ? La profondeur de la littérature se situe justement dans sa capacité à rendre explicite l'univers du moi individuel et de l'intersubjectivité » (Lévy, 2006 : 35).

4Les écrivains-feuilletonnistes du XIXe siècle, dans leurs fresques, décrivent non pas une intériorité subjective aux prises avec le monde qui les entoure – ce qui sera plus souvent le cas le siècle suivant –, mais une pluralité de sujets, et tissent ainsi la trame complexe et polyphonique des interactions humaines au sein de la grande ville. Le rapport à l’autre s’élabore dans une tension permanente entre la volonté d’un personnage et celle des autres, entre la place qu’il pense occuper dans le champ social, celle qu’il ambitionne d’occuper, celle que les autres lui assignent ou l’imaginent occuper. Le lecteur est confronté non pas à un positionnement réel mais à une pluralité de possibles et est ainsi amené à concevoir la ville comme l’espace de l’interaction par excellence ; celui où l’on ne se situe que par rapport à autrui, où ce que l’on croit être n’est pas forcément ce qui est, où l’on se définit par ses propres choix.

5Cet espace urbain romanesque, rendu insaisissable par sa polyphonie, par les imaginaires et les fantasmagories qu’il véhicule, pose toutefois le problème de son déchiffrement. La ville littéraire devient opaque ; une « invisibilité » qu’il faut chercher à « rendre lisible » (Choné, 2012). Car, si Balzac ou Dostoïevski sont considérés comme des auteurs réalistes, tous deux développent parallèlement un discours figuré qu’il faut interpréter. Et plus largement, qu’il s’agisse de la dimension réaliste ou imaginaire, tout texte littéraire est une construction. L’espace romanesque en est une aussi : les déplacements des personnages, leur manière de parcourir la ville sont significatifs de leur rapport à l’espace urbain (Rosemberg, 2008 ; Tissier, 2007 ; Brosseau, 2006). Mais la représentation immédiate, celle des sentiments livrés par les descriptions du héros ou du narrateur, fait est elle-même partie d’une construction plus complexe, celle de l’esthétique de l’auteur. L’intention de ce dernier, sa pensée philosophique, est sous-jacente et ne se donne à lire non pas à travers l’interprétation directe de l’imaginaire du texte, mais par l’analyse de sa structure : comment sont agencées les différentes dimensions du texte entre elles, quelle est la forme poétique du texte, quelle métaphysique est à l’œuvre sous le système métaphorique ? Ce type d’analyse est le fait de la critique littéraire.

6La ville romanesque, à la croisée de l’approche géographique et de l’approche littéraire, pose un problème important, celui de la visée pragmatique. Analyse des enjeux sociaux et spatiaux de l’intersubjectivité dans le premier cas, analyse des modalités discursives dans le second. Si le géographe ne parvient pas toujours à déchiffrer les stratégies opérées par l’auteur par le truchement des voix et des constructions esthétiques, le critique littéraire, pour sa part, malgré le travail de contextualisation, ne mesure pas toujours l’importance des facteurs environnementaux : changements d’échelles et de perspectives, implications sociales, figuration et signification de l’espace public. Certaines villes littéraires, comme le Saint-Pétersbourg de Dostoïevski ou le Paris de Balzac, de par leur épaisseur sémantique et symbolique, ont acquis un statut de mythe, lequel est attesté aussi bien par la critique littéraire que par les géographes. Ces mythes, comme nous le verrons pour Dostoïevski, sont fondés. Mais ils ont tendance à s’imposer à tel point que, devenant une finalité en soi, ils empêchent d’accéder à une visée plus effective du texte ; à la pensée non fantasmée mais concrète de l’auteur sur l’interaction sociale, sur la place de l’individu au sein de la grande ville. Dans une dynamique contraire, la postérité a fait un usage pragmatique de l’œuvre : le tourisme littéraire travaille à accréditer et valoriser la création de l’auteur, et s’appuyant sur la dimension avérée du mythe, il en recense les traces concrètes, « géographiques », montrant par là le « réalisme » de l’auteur.

7L’objectif de cet article est d’attirer l’attention sur ce décalage entre deux visées pragmatiques non pas contraires, mais développées à deux niveaux différents. Celle d’un auteur qui, absorbé par la dimension sociale de la grande ville, définit dans sa correspondance sa poétique comme celle d’un « réalisme supérieur » et s’en sert pour traduire ses préoccupations. Et d’autre part, celle de l’usage pragmatique de la ville littéraire développé par le tourisme conformément à la représentation attestée d’un mythe de la ville insaisissable. Il s’agira donc de se défaire de l’idée que le discours littéraire sur la ville est un discours esthétique abstrait, sans visée concrète sur le réel, et de le réintroduire au sein des discours effectifs sur la ville, afin de voir comment il s’y intègre, s’assimile ou au contraire entre en conflit avec eux. Nous opterons pour une approche de critique littéraire et notre analyse visera à décomposer le truchement de la poétique romanesque pour en dégager la visée pragmatique. Puis nous comparerons cette visée à celle adoptée par les activités touristiques autour de la ville littéraire.

8Du point de vue de la critique littéraire, la ville est généralement considérée comme une représentation complexe, ni totalement réelle, ni totalement imaginaire : comme la transition esthétique de l’une de ces dimensions vers l’autre. Cette indétermination lui confère un intérêt particulier : à la lecture de certaines pages sur Paris, Londres, ou Saint-Pétersbourg, le lecteur est attiré par une sorte d’intimité spatiale. Puis il est déçu à la vue du lieu réel, semblable à celui du texte mais incomparablement moins dense. Il souhaite alors le comprendre, déchiffrer le sens dissimulé derrière ses symboles et sa fantasmagorie. Toutefois, l’œuvre ne travaille pas à reproduire une ville réelle, pas plus qu’à produire une ville imaginaire ; elle se développe de manière autonome dans la pensée spatiale de l’écrivain, entre les notions de réel et d’imaginaire qui lui sont propres. C’est de ces conceptions que dépend la texture de la ville littéraire. La difficulté majeure, dans l’interprétation, est de définir le lien qui unit ces deux dimensions : le sens littéral (dimension réaliste, vraisemblance historique, sociale, topographique) et le sens figuré (métaphorique, symbolique). C’est dans ce rapport que réside l’originalité de l’écrivain ; c’est là aussi que se donne à lire sa conception du monde et de l’individu.

9Certaines villes littéraires jouent si subtilement des deux registres qu’il devient difficile d’obtenir une représentation unie du phénomène. S’agit-il de pure imagination, de fantasmagorie, ou au contraire d’une vision juste des réalités sociales ? La critique littéraire intéressée par cette question a pris le parti de résoudre ce conflit par une synthèse mythique : la ville littéraire part de réalités factuelles de son temps qu’elle transfigure, par les métaphores et les symboles, en une vision mythique. Ainsi, du Paris du XIXe siècle, devenu mythe de la Modernité (Stierle, 2001), lieu propice à l’avènement du héros moderne (Caillois, 1938), ou de Saint-Pétersbourg, mythe de la cité malfaisante (Lo Gatto, 1995 [1960] ; Catteau, 1978 ; Nivat, 1988 ; Troubetzkoy, 2003). Dans cette perspective, l’écart entre sens littéral et sens figuré se trouve dialectiquement résolu. Toutefois, le danger de la conception mythique est de partir de présupposés étrangers à l’écrivain, et d’interpréter le texte a posteriori selon une logique et des conceptions divergentes.

1. Quelques éléments sur le mythe de Saint-Petersbourg

10Le Saint-Pétersbourg de Crime et Châtiment est intéressant dans la mesure où sa problématique ne cesse de se réactualiser. Le rapport entre littérature et géographie - qui relève chez cet auteur de questions esthétiques, sociales, philosophiques et métaphysiques – est indissociablement lié à la question du libre arbitre. Dans la représentation dostoïevskienne, chaque personnage développe son rapport à la ville en fonction de ses croyances, de ses pensées et de ses choix. Mais considérée dans un enchaînement de contextes historiques peu favorables à sa réception, cette dimension a été occultée au profit d’autres aspects du texte. Censurée durant la période soviétique, la question du libre arbitre a par la suite été modifiée par l’interprétation mythique de la ville, laquelle a consacré une vision canonique des lieux. Cette vision, à son tour, a été reprise et développée à des fins touristiques. Or si le mythe de Saint-Pétersbourg existe bel et bien, il ne permet pas toujours de dégager les aspects essentiels de la représentation urbaine.

  • 2 L’expression est de l’Italien Algarotti, in Lettere sulla Russia, 1759 (trad. fr. Voyages en Russie(...)

11Qu’entend-on par le mythe de Saint-Pétersbourg ? Il faut convenir que le terme n’a rien d’abusif, et que son emploi est pleinement justifié. Lotman (2002 : 213) affirma ainsi que « Saint-Pétersbourg est, à cet égard, exceptionnellement typique : l’histoire de Saint-Pétersbourg est indissociable de la mythologie pétersbourgeoise, sans que toutefois le terme de « mythologie » ne sonne ici le moins du monde comme une métaphore ». Saint-Pétersbourg, comme son nom l’indique, a été fondée par Pierre le Grand en 1703, et fut la capitale de la Russie de 1712 à 1918. Pierre le Grand avait résolu de transférer la capitale russe, alors située à Moscou, dans une nouvelle ville, tout juste construite, située au nord-ouest du pays au bord de la mer Baltique. Totalement décentrée, construite sur des marais, Saint-Pétersbourg devait être une « fenêtre sur l’Europe »2 : elle devait permettre à la Russie de s’élever au rang de puissance européenne et favoriser l’échange, d’égal à égal, avec d’autres capitales européennes. Ce qui importe dans le cadre de cet article est de comprendre pourquoi Saint-Pétersbourg est considérée comme une ville mythique. Le mythe s’est élaboré à partir de facteurs géographiques et climatologiques. Issue de nulle part, érigée dans un climat hostile, dès ses débuts, la ville a exposé les ouvriers puis les habitants à une nature peu hospitalière. Le « mythe » selon lequel la ville est construite sur des ossements est une réalité : les ordres du tsar, souhaitant que la nouvelle capitale fût construite dans les plus brefs délais, étaient extrêmement sévères. Un nombre considérable d’ouvriers a péri dans les fondations marécageuses de la ville, faute de conditions de travail acceptables. Les fouilles postérieures, nécessitées par des travaux de rénovation ou d’agrandissement, ont ratifié la légende en exhumant une grande quantité d’ossements humains des couches souterraines de la ville (Berelowitch et Medvedkova, 1996).

12Autre facteur important, les inondations. « L’eau, par les nombreux canaux, est omniprésente à Pétersbourg. Les montées des eaux de la Neva sont de plus imprévisibles, puisqu’en dehors des crues de printemps, bien connues en Russie, elles peuvent se produire en raison de la montée du niveau du golfe de Finlande, sous l’effet d’un vent dominant durable ou d’une diminution de la pression atmosphérique sous l’effet d’une dépression. Ce phénomène a frappé les imaginations ». (Marchand, 2007 : 32). En 2010, on recensait 308 inondations de la ville depuis sa fondation, la plus meurtrière étant celle de 1824, le nombre de victimes s’élevant à 500. D’où le mythe de la cité maudite engloutie par les eaux. Cette image est omniprésente dans la littérature pétersbourgeoise : de Pouchkine, à Biély ou Blok, pour ne citer que ceux-ci, l’image se développe continuellement.

13Enfin, sur le plan politique, Saint-Pétersbourg était le foyer des occidentalistes, partisans des idées européennes (notamment en ce qui concerne les révolutions sociales, économiques et politiques), opposés aux slavophiles, fidèles à la vie traditionnelle d’avant les réformes de Pierre le Grand. La fenêtre sur l’Europe souhaitée par Pierre le Grand en est réellement devenue une : elle fut le siège de groupuscules subversifs et révolutionnaires, auxquels assista Dostoïevski dans sa jeunesse. Fréquentant le cercle de Petrachevski, Dostoïevski fut arrêté en avril 1849. Il fut condamné au peloton d’exécution, grâcié in extremis par l’empereur Nicolas Ier, puis déporté au bagne d’Omsk, en Sibérie. Il y passa quatre ans, de 1850 à 1854, partageant la vie des autres bagnards. Cette épreuve aura une grande répercussion sur l’œuvre future de l’écrivain, le dotant d’une connaissance approfondie du peuple russe, ainsi que de profonds sentiments religieux.

2. La patrimonalisation du Saint-Petersbourd de Crime et Châtiment

14Crime et Châtiment, publié en 1866, est considéré comme le plus pétersbourgeois des romans dostoïevskiens, à tel point qu’il est devenu l’un des emblèmes de la ville, et a été intégré à son patrimoine culturel. Aujourd’hui, le Saint-Pétersbourg de Crime et Châtiment est valorisé, et organisé en circuits touristiques de manière à répondre à la demande du touriste-lecteur venu parfois de loin pour parcourir les itinéraires de Raskolnikov.

15Toutefois, l’accession de l’œuvre au statut de patrimoine culturel révèle parfois des surprises : contre toute attente, l’usage géographique de l’œuvre, la confrontation concrète d’un espace esthétique imaginaire à un espace réel, permet dans certaines occasions de revenir à l’interprétation déterminée par la critique littéraire et les conjectures historiques, et d’interroger le bien-fondé de leurs partis pris.

16La représentation dostoïevskienne de la ville est à la fois ordinaire et fantasmatique. Elle est constituée du petit peuple de l’ancienne capitale russe, de ses faubourgs, de ses tavernes et de ses maisons closes, de sa faune peu recommandable ; mais aussi de ses visions hallucinées, de ses mirages et de ses fantômes. Le problème est bien là : le Saint-Pétersbourg dostoïevskien est insaisissable, et l’auteur se plaît à le souligner dans le discours de ses personnages :
« Cent fois, moi, dans ce brouillard, je me suis senti venir cette songerie étrange, mais entêtante : "Et si, quand ce brouillard s’envolera en éclats, qu’il repartira vers le haut, cette ville pourrie, gluante, elle repartait avec – ne serait-elle pas capable de s’élever avec le brouillard et de disparaître comme une fumée, et s’il ne restait plus que ce qu’il y avait avant, le marécage finnois, et, au milieu, peut-être, pour faire beau, le cavalier de bronze sur son cheval au souffle de feu, poussé à bout ?" » (Dostoïevski, 1998 : pp. 259-260).

2.1. Les deux représentations de la ville : réaliste et fantastique

17Ville réelle ou imaginaire ? Écriture réaliste ou fantastique ? La question est d’autant plus difficile à déterminer que le style dostoïevskien oscille sans cesse entre le réalisme détaillé des physiologies pétersbourgeoises et le fantastique des évocations oniriques ou hypothétiques (Fanger, 1974). La critique littéraire a posé le problème de la manière suivante : chez Dostoïevski, il y a deux villes de Saint-Pétersbourg : la première est la ville vraisemblable, topographiquement exacte, dans laquelle évoluent physiquement les personnages ; elle est considérée comme représentation « réaliste ». La seconde est une entité vivante et néfaste. Elle est définie comme représentation « fantastique ». Toute la difficulté réside dans l’explication de cette coexistence : de quelle manière Dostoïevski est-il parvenu à lier deux dimensions aussi contradictoires ? La critique littéraire a résolu cette coexistence par une synthèse mythique : on considère ainsi que la ville réelle (sens littéral) est envahie par une seconde ville (sens figuré), vivante et néfaste, qui interagit sur la psychologie des personnages et détermine leurs actions (Nivat, 1988 ; Lo Gatto, 1995 [1960]). La résultante en est une ville mythique, où des forces surnaturelles agissent sur le réel, poussent les héros à la folie et au crime (Toporov, 2009). Cette double définition de la ville de Dostoïevski permet de valider chacun de ses aspects, réaliste et fantastique.

18Toutefois, l’explication donnée par la critique littéraire, si elle a été certifiée, laisse encore le lecteur sur sa faim. Si la dimension fantastique fait l’unanimité, la dimension réaliste pose davantage de problèmes. En effet, la topographie de Crime et Châtiment est la seule que Dostoïevski ait cryptée. Les rues du faubourg entourant la Place aux Foins, lieu principal de l’intrigue, ne sont mentionnées que par leur initiale. Quant au héros, Raskolnikov, il effectue la plupart de ses déplacements dans un état second ; à la limite de l’inconscience, il ne se souvient la plupart du temps ni du chemin qu’il a emprunté, ni du but qu’il poursuit. D’un autre côté, l’auteur donne des descriptions extrêmement détaillées des lieux et mesure certaines distances parcourues par le héros. Lorsqu’il est à son affaire, celui-ci compte machinalement ses pas, le nombre d’étages, et même le nombre de marches. Il en résulte un récit étrange, à la fois détaillé et précis sur le plan topographique, et miné d’ellipses.

19Les critiques se sont efforcés de décrypter cette étrange écriture. Cette démarche a été facilitée par le fait que l’architecture du quartier a très peu évolué ; à ce jour, les rues n’ont pas été modifiées : certains ponts de bois, datant de l’époque de Dostoïevski existent encore, et la plupart des bâtiments sont intacts. Toutefois, la localisation des lieux a suscité un grand nombre de polémiques : ainsi, d’après le texte, « la rue S. » où habite le héros peut aussi bien être la rue Stoliarnaïa que la rue Spasskaïa ; les indications permettant de situer les lieux l’un par rapport à l’autre sont déterminées par les déplacements des personnages. Si certaines d’entre elles concordent, d’autres sont en contradiction. Par conséquent, chaque critique développe son hypothèse, privilégiant tel ou tel passage, trouvant des justifications pour certaines inexactitudes, en réfutant d’autres. Plusieurs ouvrages de recensement des différentes versions ont été publiés (Belov, 2002 ; Tikhomirov, 2005), le dernier en 2012 (Tikhomirov, 2012).

2.2. L'attractivité touristique du Saint-Petersbourg de Dostoïevski

  • 3 http://www.dostoevskyday.ru

20Cette étrangeté du Saint-Pétersbourg dostoïevskien, sa vraisemblance et sa fantasmagorie, en ont fait l’un des principaux pôles d’attraction de la ville. Le Saint-Pétersbourg de Dostoïevski attire d’avantage de visiteurs que les monuments et palais de la ville et que le Saint-Pétersbourg de Pouchkine ou que celui de Gogol (Buckler, 2007). Pour répondre à la demande touristique, la ville de Saint-Pétersbourg, en collaboration avec le Musée Dostoïevski, a développé une infrastructure dans le but de faciliter la visite. L’office du tourisme et le musée offrent ainsi des plans situant les lieux clés du roman et retraçant l’itinéraire mythique de Raskolnikov se rendant sur les lieux du crime. On trouve des CDs et programmes audio permettant d’avoir les commentaires sur les différents lieux durant la visite. On peut également se procurer des livres, des brochures, des autocollants et des T-Shirts dostoïevskiens. Des visites guidées sont organisées et l’anniversaire de la naissance de l’écrivain donne lieu, depuis quelques années, à une fête commémorative de Dostoïevski (Den Dostoevskovo)3. Durant cette célébration, on peut voir déambuler dans le quartier de la place des Foins de grands chars, transportant un Raskolnikov doré muni de sa hache et un Dostoïevski à grande barbe. Un café nommé le « Palais de Cristal » s’est tenu un temps là où l’avait situé l’écrivain dans son roman et une enseigne isolée, falote, annonce un sexshop fantôme, souvenir d’une autre époque ou hommage tardif aux maisons closes qu’abritait le quartier à l’époque de Dostoïevski. L’adresse de Raskolnikov est indiquée par une grande stèle de granit et la cour de l’immeuble où vivait l’usurière assassinée a été définitivement fermée, suite aux plaintes des habitants contre l’afflux massif de touristes sous leurs fenêtres et dans leurs étages.

21Tout a été fait en sorte de contenter la curiosité des lecteurs, et pour leur donner la possibilité de parcourir les lieux emblématiques de Crime et Châtiment. Mais le lecteur attentif ou un peu trop imaginatif, après avoir parcouru l’itinéraire plan en main, reste déçu ; comme si quelque chose manquait à sa visite, comme si les lieux lui échappaient encore. C’est le cas du critique littéraire et historien A. Konetchniy : spécialiste de Saint-Pétersbourg, il fait de la visite de la ville de Crime et Châtiment son métier, organisant des excursions guidées dans le quartier du roman. Mais il a beau revenir aux lieux clés, les parcourir dans un sens puis dans l’autre, rien n’y fait : les lieux, dans leur ensemble, ne concordent pas, ils résistent à la logique. Ce n’est qu’en 1976 que Konetchniy co-publie un article avec X. Kumpan (1976) après avoir méthodiquement parcouru les itinéraires, texte en main. Bien que salué par Lotman, cet article, intitulé « Observations sur la topographie de Crime et Châtiment » est passé inaperçu. Et pour cause : il démontre avec une facilité déconcertante l’inadéquation des adresses de Crime et Châtiment entre elles dans l’ensemble du roman : si certaines d’entre elles correspondent lors d’un itinéraire, elles sont directement démenties par l’itinéraire suivant, et pour une adresse du texte, on trouve au moins deux lieux correspondants dans la réalité. Ces phénomènes apparaissent avec une telle récurrence dans le texte, et avec une telle précision, que Konetchniy et Kumpan concluent que ce procédé ne peut pas être arbitraire, et qu’il témoigne d’une esthétique particulière de la ville chez l’écrivain. Un tel article, alors que la topographie du roman, définie une fois pour toutes et physiquement scellée par des plaques de granit était résolue, alors que le réalisme supposé de l’auteur, loué la critique socialisante, avait établi le Dostoïevski de Crime et Châtiment comme l’écrivain des bas-fonds, un tel article ne pouvait que rapidement être mis aux oubliettes.

22Qu’ont donc découvert Konetchniy et Kumpan de si dérangeant ? Ils ont découvert que le Saint-Pétersbourg réaliste de Dostoïevski n’existe pas, et qu’il n’existe pas, non pas par la négligence de l’auteur, par un non-respect accidentel de la topographie du lieu, mais bien par une pratique délibérée visant à élaborer une topographie pervertie aussi ressemblante que possible à la topographie réelle. Cette constatation n’a été possible que par l’analyse topographique du lieu. Et surtout, par la volonté d’instaurer un lien pertinent entre la topographie réelle, la pensée philosophique de l’auteur, et sa conception esthétique de la ville.

23Il s’avère donc que l’écrivain ne concevait pas, contre toute attente, son Saint-Pétersbourg comme la réunion de deux villes différentes : la ville réaliste et la ville fantasmatique. Au contraire, Dostoïevski concevait sa ville comme une entité unique, ni réelle, ni fantastique mais démultipliée. Cette polymorphie de la ville correspond à la polyphonie des personnages découverte par Bakhtine (1998) : si cette conception est, selon le célèbre critique, à l’origine de l’esthétique dostoïevskienne, pourquoi à des personnages pluriels ne correspondrait pas une ville elle aussi plurielle ?

3. La ville esthétique et la ville touristique : deux conceptions divergentes

  • 4 http://www.mappingpetersburg.org/​site/​?page_id=120
  • 5 Cet ouvrage ainsi que son complément (Tikhomirov, 2012) ont l’avantage de donner une représentation (...)
  • 6 cf. les visites proposées par différents organismes touristiques. Sur le modèle du Musée Dostoïevsk (...)
  • 7 cf. la présentation du « Saint-Pétersbourg de Dostoïevski » du Musée Dostoïevski : http://www.md.sp (...)

24L’approche des critiques littéraires, des spécialistes de Dostoïevski en l’occurrence, est désarçonnée par celle de littéraires topographes qui ont procédé avec minutie, avec patience, à la reconstitution d’une entité fuyante. Leur but n’était pas de trouver une interprétation définitive de l’esthétique de l’écrivain, mais plutôt d’essayer de la comprendre. Cette patience, développée par une longue fréquentation du texte autant que du lieu, leur a permis de saisir avec bien plus d’acuité la teneur de la ville dostoïevskienne que ne l’ont fait les tenants de l’approche mythique. Un projet pilote lancé en 2011 par une équipe de chercheurs de l’UCL SSEES (School of Slavonic & East European Studies), intitulé « Mapping St Petersburg »4 et consistant à produire une enquête cartographique sur les lieux de Crime et Châtiment, en arrive aux mêmes résultats que Konetchniy et Kumpan ; la rubrique « Mapping Ambiguity » relève les cas dans lesquels la réalité topographique est détournée. Mais en dépit de cette preuve supplémentaire d’une esthétique délibérée, l’ambiguïté de la ville, loin de susciter une réflexion sur sa cause éthique ou sociologique, est ramenée à la conception du mythe élaboré à partir de la ville réelle, tant par la critique littéraire (Tikhomirov, 2005)5 que par les organismes touristiques6. La ville maudite et malfaisante est donc ambiguë de par sa nature mythique. L’individu y est dénaturé, coupé du rapport à autrui ; il est le jouet de forces occultes, de la « ville-fantôme » devenue « personnage principal »7. En ce sens, il n’a aucune emprise sur sa place au sein de la grande ville : ses rapports à l’espace et aux autres ne sont pas de sa responsabilité.

25Comme on est loin de la pensée dostoïevskienne ! Car l’auteur de Crime et Châtiment veut justement que nous nous interrogions sur notre rapport, actif, à la ville. Pourquoi un même lieu, le domicile de l’usurière assassinée, visité quatre fois par Raskolnikov, n’est-il jamais identique à lui-même ? C’est que Dostoïevski insiste sur l’épaisseur de la spatialité, soumise, comme l’être humain, au doute, à l’hésitation, et surtout à la pluralité. L’espace urbain est traversé de signes, positifs ou négatifs, que les personnages interprètent et utilisent en fonction de ce qu’ils sont, de leur intériorité. Par conséquent, il est nécessaire qu’une rue puisse s’agrandir démesurément, qu’une habitation puisse apparaître à deux endroits différents, et que toutes les rues puissent ramener le héros à l’endroit qu’il fuit mais qui l’attire inconsciemment.

26L’espace urbain de Dostoïevski vise à l’expansion et à l’aléatoire. Il force chaque lecteur qui voudrait parcourir les itinéraires, texte en main, à prendre conscience que ces trajets ne peuvent pas être répétés, parce qu’à chaque bifurcation (dans le laps de temps et d’espace de l’ellipse, du « trou de mémoire » des personnages), ce n’est pas une logique commune qui détermine l’itinéraire, qui établit la topographie, mais le libre arbitre de chacun. Ainsi, quand il veut se rendre au commissariat pour se dénoncer mais qu’il ne croit pas à sa culpabilité, Raskolnikov emprunte un itinéraire qui devait le mener au poste de police, mais qui l’amène contre toute attente au pont où l’on vient de repêcher une prostituée soûle qui a tenté de se suicider. Elle aussi a voulu mettre fin à une vie (la sienne), elle non plus sans vraiment savoir pourquoi. La justification du meurtre s’est produite sous les yeux de Raskolnikov, comme au hasard de sa promenade, et changeant de direction, il s’en retourne vers les tavernes de la ville. Chaque croisement peut, simultanément, mener à des lieux différents selon le jugement et la conscience des protagonistes. Chaque personnage, en fonction de lui-même, de sa nature et de ses convictions, détermine le parcours (physique et métaphysique) qui est le seul possible pour lui. Les lieux se modifient non seulement d’un personnage à l’autre, mais également pour un seul et même personnage ; parce que ses choix évoluent. La question de la liberté individuelle va si loin, chez Dostoïevski, que la topographie y est soumise.

27On imagine l’aubaine, pour la ville de Saint-Pétersbourg, de l’engouement suscité par la ville de Dostoïevski. Le Saint-Pétersbourg de Crime et Châtiment devient une ressource intéressante, et au-delà de sa signification, au-delà de ce qu’il peut avoir à dire sur le rapport de l’homme à la ville, il se révèle utile. On peut comprendre qu’un rapport à la ville telle que l’imaginait Dostoïevski ne soit pas rentable, et que le touriste, venu de loin pour voir la ville de Crime et Châtiment, soit déçu de ne pas pouvoir visualiser les lieux imaginés. Mais différentes options sont possibles. Le précurseur de ce type de visites, l’historien N. Antsiferov (1991 [1920]) avait développé en 1920 l’idée d’un parcours subtil, prudent, qui tenait compte des ambiguïtés de l’œuvre dostoïevskienne qu’il connaissait parfaitement et interprétait avec une grande justesse. Il laissait les visiteurs en proie à leurs rêveries et à leurs doutes, essayant de reproduire l’atmosphère du roman plutôt que sa factualité. Ce genre de –visites est dépassé. L’objectif, désormais, est de vendre au visiteur une perception standardisée et attestée du lieu, où la question du rapport d’une individualité à la ville n’existe plus (cf. note 4).

Conclusion

28Nous sommes à l’ère de la didactique, de la médiation culturelle, des visites interactives. Mais aussi, de l’uniformisation de la pensée. Dans un tel contexte, comment rendre justice, ou plus simplement, comment faire entendre la conception dostoïevskienne du rapport de l’homme à la ville ? Son esthétique, nous l’avons vu, vise à développer une réflexion axée sur la différenciation et sur la responsabilité de chacun. Les visites touristiques du Saint-Pétersbourg de Dostoïevski, quant à elles, visent autre chose : nous faire voir des lieux devenus mythiques, mais qui en tant que tels restent insaisissables, et ne nous apprennent rien sur notre propre rapport à la ville. Ce que nous montre Dostostoïevski, au contraire, c’est que chaque lieu ne devient emblématique qu’en fonction de nous-mêmes, et que la ville ne se dérobe, se dilate ou ne disparaît que sous l’effet de nos actes et pensées conjugués.

29L’usage des outils herméneutiques du critique littéraire, le recours à la lecture topographique du cartographe, et la mise en parallèle de plusieurs aspects de la ville écrite (l’esthétique de l’auteur et la dimension vécue du lieu) telle que la pratiquent les géographes humanistes, nous a permis de reconsidérer le Saint-Pétersbourg de Dostoïevski, non pas comme la représentation d’une ville obscure et insaisissable, mais comme celle du rapport effectif de l’homme à l’espace qu’il habite. Ainsi que le remarque Berdoulay (2014 : 16), « [c]’est un des grands apports de la littérature à la géographie que de l’avoir aidée à se rapprocher non seulement de la subjectivité humaine en général mais aussi des processus cognitifs, moraux et sociaux par lesquels le sujet individuel fait sens de son rapport au monde ».

30Raskolnikov, Svidrigaïlov, aussi bien que d’autres héros pétersbourgeois de Dostoïevski, ceux de L’Adolescent, des Carnets du sous-sol, d’Un cœur faible, des Nuits blanches, du Double, d’Humiliés et offensés, des Pauvres gens sont autant de psychologies distinctes, torturées, malades, humiliées, qui créent un certain rapport à la ville. Plutôt qu’un geste de ralliement autour d’une ville-fantôme, l’œuvre devrait nous faire réfléchir à nous-mêmes, à notre rapport aux autres au sein de la grande ville, à nos responsabilités et à nos valeurs. Non pas à un « espace sensible » indistinct qui nous entoure, mais celui que nous créons.

Haut de page

Bibliographie

Antsiferov N.-P., 1991, Ducha Peterburga ; Peterburg Dostoevskovo ; Byl i mif Peterburga, vstup. statia Lichatchev, D.-S., sost. i kommentarii Kumpan, K.-A., Konetchniy A.-M., Moskva : Kniga.

Bakhtine M., 1998, Problèmes de la poétique de Dostoïevski, Paris : Seuil.

Balla O., 2014, Prostranstvo s tchelovetcheskim litsom: ot Gerodota do brendinga territoriy: intervju s Ivanom Mitinym, Znanie – sila, n° 1, http://znaniesila.livejournal.com/65430.html.

Belov S.-V., 2002, Peterburg Dostoevskovo, Sankt-Peterburg : Aleteyia.

Berdoulay V., 2014, Préface, in L. Dupuy, J.-Y. Puyau, L’imaginaire géographique. Entre géographie, langue et littérature, Pau : Ipadour, Spatialités, vol. 1, pp. 15-17.

Berelowitch W., Medvedkova O., 1996, Histoire de Saint-Pétersbourg, Paris : Fayard.

Brosseau M., 1996, Des romans géographes, Paris : L’Harmattan, 246p.

Brosseau M., 2003, Entre géographie et littérature : frontières et perspectives dialogiques, Recherches sociographiques, vol. 44, n° 3, pp. 525-547.

Brosseau M., 2006, Los Angeles vue d’en bas : représentations de la ville dans l’œuvre de Charles Bukowski, Revue des sciences humaines, vol. 284, pp. 27-45.

Buckler J., 2007, Mapping St. Petersburg. Imperial Text and Cityshape, Princeton: Princeton University Press, 384 p.

Caillois R., 1938, Le mythe et l’homme, Paris : Gallimard, 192 p.

Catteau J., 1978, La création littéraire chez Dostoïevski, Paris : Institut d'études slaves, 615 p.

Choné A. (dir.), 2012, Villes invisibles et écritures de la modernité, Paris : Orizons, 293 p.

Dardel E., 1990, L’homme et la terre. Nature de la réalité géographique, Paris : CTHS, 201 p.

Dostoevskiy F.-M., 1972-1990, Polnoe sobranie sotchineniy v tridtsati tomakh : khudojestvennye proizvedeniia toma I-XVII : publitsistika i pisma toma XVIII-XXX, pod red. Bazanov, V.-G., Vinogradov, V.-V. [et al.], Leningrad, Izd. Nauka.

Dostoïevski F.-M., 1998, L’adolescent, trad. Markowicz, A., Arles : Actes Sud.

Fanger D., 1974, Dostoevsky and romantic realism: a study of Dostoevsky in relation to Balzac, Dickens, and Gogol, Chicago: University of Chicago Press.

Humboldt, A. de, 2000, Cosmos : essai d'une description physique du monde, préf. de Grange, J., Paris : Utz.

Konetchniy A., Kumpan X., 1976, Nabludenie nad topografii Prestuplenie i nakazanie”, Izvestiia AN SSSR, Otd. Lit. i iaz., n° 2, pp. 180-190.

Kuznetsova O., 2015, Progulki s Raskolnikovym. Gde iskat Peterburg Dostoevskovo? (Promenades avec Raskolnikov. Où chercher le Saint-Pétersbourg de Dostoïevski), Sobesednik , n° 10, http://sobesednik.ru/turizm/20150321-progulki-s-raskolnikovym-gde-iskat-peterburg-dostoevskogo , mis en ligne le 21.03.2015, consulté le 10.07.2015.

Lévy B., 2006, Géographie et littérature. Une synthèse historique, Le Globe, tome 146, pp. 25-52.

Lévy B., 1997, Géographie humaniste, géographie culturelle et littérature. Position épistémologique et méthodologique, Géographie et culture, n° 21, pp. 27-44.

Lo Gatto E., 1995, Le mythe de Saint-Pétersbourg : Histoire, légende, poésie, trad. de l’italien par Ginoux C., La Tour d’Aigues : Éd. de L’Aube.

Lotman Y.-M., 2002, Simvolika Peterburga i problemy semiotiki goroda, Istoriia i tipologiia ruskoy kulturi, Sankt-Peterburg : Iskustvo-SPB.

Marchand P., 2007, Géopolitique de la Russie. Le pouvoir, l’homme et le territoire, Paris : Ellipses, 619 p.

Nivat G., 1988, Vers la fin du mythe russe. Essais sur la culture russe de Gogol à nos jours, Lausanne : L'Âge d'homme, 415 p.

Pocock D. (ed.), 1981, Humanistic Geography and Literature, Essays on the Experience of Place, London: Croom Helm.

Rosemberg M., 2008, L’ambiguïté des relations à la ville d’un personnage de fiction, in B. Marchand, J. Salomon Cavin (dir), Ville Mal Aimée, Ville à Aimer. Actes du colloque de Cerisy 5-12 juin 2007, http://www-ohp.univ-paris1.fr, 9 p.

Stierle K., 2001, La capitale des signes. Paris et son discours, Paris : Maison des Sciences de l’Homme, 630 p.

Tikhomirov B., 2005, Lazar ! gradi von : roman F. M. Dostoevskovo Prestuplenie i nakazanie v sovremennom protchtenii ; kniga-kommentarii, Sankt-Peterburg : Serebrianyy vek.

Tikhomirov B., 2012, "... Ia zanimajus étoy taynoy, ibo khotchu byt tchelovekom" : stati i ésse o Dostoevskom, Sankt-Peterburg, Serebrianyy vek.

Tissier J.-L. (coord.), 2007, Géographie et Littérature, Bulletin de l’Association de Géographes Français, vol. 84, n° 3.

Toporov V., 2009, Peterburgskiy tekst, Moskva : Nauka.

Troubetzkoy W., 2003, Saint-Pétersbourg, mythe littéraire, Paris : PUF.

Tuan Y.-F., 1978a, Sign and Metaphor, Annals of the Association of American Geographers, n° 68, pp. 363-372.

Tuan Y.-F., 1978b, Literature and geography: Implications for geographical Research, in D. Ley, M.- W. Samuels (eds.), Humanistic Geography, Prospects and Problems, London: Croom Helm; Chicago: Maaroufa Press, pp. 194-206.

Zamiatine D.-N., 2001, Fenomenologiia geografitcheskikh obrazov, Sotsiologitcheskie issledovaniia, n° 8, pp. 12-21.

Zamiatine D.-N., 2003, Gumanitarnaia geografiia. Prostranstvo i iazyk geografitcheskikh obrazov, SPb, Aleteyia.

Zamiatine D.-N., 2012, Gumanitarnaia geografiia: osnovnye napravleniia, kategorii, metody i modeli, Kulturnaia i gumanitarnaia geografiia, tome 1, n° 1, pp. 11-26.

Sitographie :

Bestguides SPB, agence touristique, visites du Saint-Pétersbourg de Dostoïevski,

http://www.bestguides-spb.com/ru/tour-dostoevsky.html , consulté le 10.07. 2015.

Citybus agence touristique, visites du Saint-Pétersbourg de Dostoïevski,

http://gocitybus.ru/cruise/city/tematicheskaya-ekskursiya-dostoevskiy-v-peterburge.html, consulté le 10.07. 2015.

Den Dostoevskovo (fête commémorative de Dostoïevski), http://www.dostoevskyday.ru, consulté le 13. 06. 2014

Google map, page dédiée au parcours de Raskolnikov, https://www.google.com/maps/d/viewer ?mid =zCocX52TrZr8.kwJw1qT6PTdI&hl =en_US consulté le 10. 07. 2015.

Mapping Petersburg, projet pilote de cartographie littéraire de l’UCL SSEES, http://www.mappingpetersburg.org/site/?page_id=120, mis en ligne le 31.03.2011, consulté le 13. 06. 2014.

Musée Dostoïevski à Saint-Pétersbourg, http://www.md.spb.ru/dostoevsky/spb/?more, consulté le 10. 06. 2014

Tonkosti turizma, agence touristique, informations sur les visites du Saint-Pétersbourg de Dostoïevski, http://tonkosti.ru/Петербург_Достоевского, consulté le 10. 07. 2015.

Travel.ru, agence touristique, visites du Saint-Pétersbourg de Dostoïevski, http://www.rutraveller.ru/country/Russia/excursion/840 , consulté le 10.07. 2015.

Ville de Pierre le Grand, agence touristique, visites du Saint-Pétersbourg de Dostoïevski,

http://www.gradvp.ru/tainstvennyj-mir-vitrazhej, consulté le 10.07.2015.

Haut de page

Notes

1 Maria Gal est collaboratrice du projet interdisciplinaire « Géolitt » du département de géographie de l’Université de Genève

2 L’expression est de l’Italien Algarotti, in Lettere sulla Russia, 1759 (trad. fr. Voyages en Russie, 1769). Dans Le Cavalier d’airain (1833), Pouchkine l’attribue non pas à Algarotti, mais à Pierre le Grand.

3 http://www.dostoevskyday.ru

4 http://www.mappingpetersburg.org/site/?page_id=120

5 Cet ouvrage ainsi que son complément (Tikhomirov, 2012) ont l’avantage de donner une représentation très complète de la réception du roman - et plus largement de la poétique dostoïevskienne - par la critique russe actuelle.

6 cf. les visites proposées par différents organismes touristiques. Sur le modèle du Musée Dostoïevski (certains reprennent textuellement le descriptif du musée), ils présentent les adresses « attestées » du roman tout en développant parallèlement la notion de cité mythique. Bestguides SPB, http://www.bestguides-spb.com/ru/tour-dostoevsky.html; Citybus, http://gocitybus.ru/cruise/city/tematicheskaya-ekskursiya-dostoevskiy-v-peterburge.html; Tonkosti turizma, http://tonkosti.ru/Петербург_Достоевского; Travel.ru, http://www.rutraveller.ru/country/Russia/excursion/840; Ville de Pierre le Grand, http://www.gradvp.ru/tainstvennyj-mir-vitrazhej, Kuznetsova (2015). Il existe également une page Google dédiée au Saint-Pétersbourg de Raskolnikov : https://www.google.com/maps/d/viewer?mid=zCocX52TrZr8.kwJw1qT6PTdI&hl=en_US

7 cf. la présentation du « Saint-Pétersbourg de Dostoïevski » du Musée Dostoïevski : http://www.md.spb.ru/dostoevsky/spb/?more

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Gal, « Le Saint-Pétersbourg de Dostoïevski : de la généralisation du mythe urbain à l’individualisation de l’espace vécu », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 31 | 2016, mis en ligne le 30 septembre 2016, consulté le 28 juin 2017. URL : http://tem.revues.org/3755 ; DOI : 10.4000/tem.3755

Haut de page

Auteur

Maria Gal

Doctorante en littérature comparée
Université de Genève
maria.gal@unige.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page