Navigation – Plan du site
Articles

La Phrase, rupture poétique urbaine (Mons - Belgique)

Urban Poetic Writing (Mons - Belgium)
Karelle Ménine

Résumés

Tout au long de l’année 2015, La Phrase s’est faufilée de façade en façade, sur 10 km, au cœur de la ville de Mons, ville belge alors devenue Capitale européenne de la Culture. Ce projet1 consistait à écrire à la main sur les murs de la ville un long texte composé des œuvres des écrivains qui avaient vécu là, ainsi que celles de leurs contemporains – le poète français Paul Verlaine (enfermé à la prison de Mons) le flamand Émile Verhaeren, le surréaliste Fernand Dumont, Rainer Maria Rilke, André Breton, Paul Éluard... – et nourri des échanges avec les habitants. Cette performance littéraire et graphique a impacté le visage de Mons durant une année. Unique, d’envergure, La Phrase fut retirée en janvier 2016, ne laissant derrière elle que quelques passages. Elle interroge notre rapport à l’archive, à la littérature, à l’architecture, et à l’espace public.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 2 Le mot Borinage vient de « borin » désignant les ouvriers des mines. En néerlandais « boren » signi (...)

1Située dans le Hainaut, à 70 km de Bruxelles, Mons est une commune de Belgique à la fois riche (le cœur de la ville est bourgeois) et pauvre (la région qui l’entoure, le Borinage2, a été dévastée par la fermeture des mines dans les années 1960). En 2015, elle a été Capitale européenne de la Culture, ce qui constituait un enjeu de développement en soi, une étape pouvant initier la régénération en profondeur de toute une agglomération si l’on s’appuie sur les exemples réussis de Lille (Capitale européenne de la Culture en 2004) ou de Glasgow (1990).

  • 3 Graphiste, signaléticien et designer.

2Le projet développé avec Ruedi Baur3 intitulé « La Phrase » est un projet de territoire s’appuyant sur la ville de Mons et son patrimoine littéraire, foisonnant autant qu’oublié. Il appréhende le corpus littéraire local afin de le remettre à l’honneur et tenter, avec lui, de rendre à la ville son potentiel de créativité littéraire. Il a permis de composer au jour le jour une phrase en relation perméable avec les habitants et le territoire.

  • 4 Du Hainaut.

3Si la culture est assurément un atout pour le développement économique, la question à laquelle nous voudrions nous atteler ici n’est pas tant de savoir comment peut être utilisé l’héritage littéraire d’une ville en tant que moteur touristique mais comment il peut œuvrer à tisser un lien inédit entre les citoyens et leur littérature et ainsi devenir une ressource nouvelle. « La poésie doit être faite par tous, non par un », écrivait le poète hainuyer4 Achille Chavée. Ce projet tente de lui faire écho.

1. Le patrimoine littéraire : une stèle pour l’oubli ?

1.1. Les deux W et le Surréalisme à Mons

  • 5 La fête du « Doudou » est le nom populaire d’une semaine de liesse collective qui a lieu chaque ann (...)
  • 6 Sa hauteur atteint, en la commune de Vise, les 100 mètres, et le plus haut de ses terrils fait 97 m (...)

4Mons fut fondée au VIIe siècle autour d’un oratoire érigé par Waldetrude, canonisée à sa mort en 688 sous le nom de Waudru. Que cette ville soit née de la volonté d’une femme est déjà un trait particulier, qui a fait couler beaucoup d’encre. Son sol riche en charbon en fit le berceau des charbonnages européens et ses terrils, encore en combustion, sont autant de poches d’imaginaires foisonnants. Elle est aussi la ville belge qui, à l’instar de l’Espagne, du Portugal, ou de la Sicile, salue chaque année dignement le combat de Saint-Georges contre le dragon5. Mons se nourrit ainsi allègrement de ses mythes et de sa topographie6. Lorsqu’on y arrive, un panneau annonce les trois chefs-d’œuvre inscrits au Patrimoine mondial de l’Humanité par l’Unesco : les minières néolithiques de Spiennes, le Beffroi, et le Doudou. Elle est aujourd’hui le siège d’une des cinq Cours d’appel du pays et compte une population de 95 000 habitants, qui ne cesse d’augmenter depuis 2000.

5Si un territoire inspire un artiste, il le fait assurément à partir de ses particularités. Or, dans cette ville se sont entrechoqués deux des poètes les plus importants de la fin du XIXe siècle ; deux acteurs essentiels du bouillonnement des lettres françaises de cette époque ont vécu là, deux auteurs singuliers que le milieu littéraire ne cesse de redécouvrir et d’interroger. L’un, Paul Verlaine, y fut emprisonné. L’autre, Émile Verhaeren, y séjourna durant de longs étés.

  • 7 Durant la Commune, Verlaine est chef du bureau de presse de l’Hôtel de Ville de Paris, où il dépoui (...)
  • 8 « De brique rouge pale, presque rose, à l’extérieur, ce monument, ce véritable monument, est blanc (...)

6Le 10 juillet 1873, dans un hôtel bruxellois, Verlaine est ivre et tire deux balles de revolver sur son amant Rimbaud. La première entre dans le mur, la seconde le blesse au poignet gauche. Le 8 août, malgré le retrait de la plainte de Rimbaud, le poète amoureux est condamné à deux ans de prison. Il commence à purger sa peine à Bruxelles, à la suite de quoi il est transféré en Hainaut : « je restai là un mois environ et ce fut, matériellement, le moment le plus heureux de ma captivité. Et puis, en wagon cellulaire, pour… Mons. » (cité par Herlemont, 1976). La prison de Mons était alors parmi les plus modernes, construite en 1870 sur le principe de l’architecture panoptique alors en plein développement. Il y restera du 25 octobre 1873 au 16 janvier 1875. Il est accusé d’un coup de feu, mais pèse aussi sur ce jugement son homosexualité et sa participation à La Commune7. Rapidement Paul Verlaine adresse un courrier à Victor Hugo qui lui répond. Le directeur de la prison, voyant le poète français le plus connu du moment correspondre avec son détenu, s’arrange pour lui permettre d’écrire. Protégé des travaux difficiles, dans la solitude de sa cellule, Verlaine compose ainsi parmi ses plus beaux vers8. Voici donc un des plus grands poètes des lettres françaises en prison à Mons… et voici Mons qui entre ainsi, par cette histoire un rien rocambolesque, dans l’Histoire de la littérature française en inscrivant le nom de Verlaine en ses murs.

  • 9 Secteur de la vallée de la Honnelle à hauteur du bois d’Angre, au sud du Borinage. Nom donné au boi (...)

7Une dizaine d’années plus tard, s'installe à Mons le poète flamand Émile Verhaeren. Séduit par le calme de sa campagne, loin de la frénésie de Paris où il vivait, il choisit le site naturel du Caillou-qui-Bique9 de Roisin, à quelques kilomètres de la ville, pour ses retraites estivales. Il y reçoit – ou correspond avec – les grandes personnalités artistiques de l’époque dont Rainer Maria Rilke, Stefan Zweig, Rodin, Maurice Maeterlinck, Stéphane Mallarmé… Considéré également comme l’un des plus importants poètes de son temps, fortement engagé dans le débat que traversait alors le monde des lettres où l’on se déchirait sur la question du vers libre, il est un érudit incontournable. En 1893, il assiste à l’une des conférences que Verlaine donne en Belgique. Il en tire un petit texte intitulé simplement « Verlaine » qui commence ainsi : « Il nous dépasse tous de toute la hauteur de sa simplicité et de sa primitivité. » (Verhaeren, 1950 : 5) Verlaine meurt trois ans après la rédaction de ce texte, Verhaeren vingt ans plus tard. Après le Réalisme qu’ils avaient ébranlé, c’est au tour du Symbolisme d’être chahuté, par le Surréalisme cette fois. Et là encore, Mons joue un rôle clef.

8Il est un groupe étonnant que l’Histoire a étrangement oublié : le groupe Rupture, devenu peu de temps après sa création, le Groupe surréaliste du Hainaut. Ses membres étaient jeunes, ambitieux, certains issus de la classe populaire, d’autres de la bourgeoisie. Les buts du groupe étaient de

  1. « tremper des consciences révolutionnaires ;

  2. Participer à l’élaboration d’une morale prolétarienne » (Canonne, 2012 : 88).

  • 10 Ibid. p. 128.
  • 11 Dans le cadre de Mons 2015, une exposition « Verlaine, cellule 252, turbulences poétiques » retrace (...)

9Il fut fondé le 29 mars 1934 à Hainte-Saint-Paul par Achille Chavée (avocat et poète), André Lorent (bibliothécaire et poète), Albert Ludé (chimiste) et Marcel Parfondry (instituteur), puis rejoint en 1935 par André Bovy (avocat), Jean Louthe (musicien), Fernand Dumont (avocat et poète) et Marcel Havrenne (poète). En octobre de cette année-là, les huit amis montent à la Louvière une exposition Surréaliste de portée internationale. « On ne peut qu’être admiratif autant que songeur à parcourir le catalogue de l’exposition des noms des dix-sept artistes la composant, autant que la qualité des œuvres rassemblées… »10. L’exposition n’eut pas le succès espéré auprès de la presse et du grand public mais elle légitima le mouvement qui venait en effet de faire événement. Ce groupe est, dans toute l’histoire du Surréalisme, le seul mouvement né en dehors d’une capitale. C’est de nouveau un détail majeur pour Mons et sa région. Que ces hommes aient vécu là, qu’ils y aient travaillé, pensé, que leur inspiration soit née de cette terre, est un véritable atout pour cette ville. Ils ne voulaient pas de Bruxelles ou de Paris. Ils avaient l’ambition d’être de grands artistes sans rompre avec leurs racines. Ils voulaient faire de Mons un haut lieu de la littérature. Fernand Dumont avait changé son nom de Demoustier en Dumont par attachement à sa ville et d’aucuns, l’y ayant rencontré, peuvent encore témoigner de la trace de sa silhouette dans quelque café ou ruelle. Et cette empreinte surréaliste a laissé des documents importants, des collections venues enrichir la Province du Hainaut déjà riche de l'héritage de Verhaeren et de Verlaine : tableaux, correspondances, ouvrages, témoignages de ces engagements et de ces réflexions. Arrêté à Mons en 1942 par la Gestapo pour son appartenance à la franc-maçonnerie, placé en prison (encore elle…) puis déporté, Fernand Dumont mourra d’épuisement en 1945 au camp de Bergen-Belsen. Achille Chavée mourra, lui, en 1969. Une page se tourne alors et l’oubli commence son travail d’empoussièrement. La Ville aurait pu hisser le Groupe en flambeau. Mais il n’en fut rien et aujourd’hui presque plus personne ne lit Achille Chavée ou Fernand Dumont. La plupart des ouvrages sont épuisés et rares sont les Montois qui les connaissent. Les touristes qui entrent en ville ignorent tout, ou presque11, de cet abondant héritage littéraire local.

1.2. L’auteur, un produit d’appel

  • 12 Louis Guilloux, Le sang noir, Paris, Gallimard, 1935, 631 p.

10Des exemples choisis en France et en Europe illustrent ce constat. À Saint-Brieuc, en Bretagne, un sentier permet de cheminer dans les pas de l’écrivain Louis Guilloux, célèbre notamment à son époque pour son roman Le sang noir12. De sa maison, au centre-ville, de la corniche à un jardin, de panneaux en panneaux, on apprend que l’écrivain se tint là, un jour, pensif. À Prague, un « plan Kafka » permet de partir sur les traces de l’écrivain dans tous les coins de la ville. Deux villes fort différentes communiquant sur la présence en leurs murs d’un auteur de renom. Si, du côté de Saint-Brieuc, on joue la carte de la discrétion, s’attachant surtout à conserver la présence d’un grand écrivain tombé en oubli, à Prague Franz Kafka est partout : dans les cafés, les rues, les parcs, le cimetière, le musée, sur les tee-shirts, les pin’s et les sets de table. On utilise Guilloux ou Kafka afin qu’ils attirent l’attention sur la ville ou en accroissent l’attrait. Ils sont devenus un produit d’appel. De « monument », l’auteur devient ainsi un « monument historique » - pour reprendre la distinction de Quatremère de Quincy en matière d’architecture - (Riegl, 2013), c'est-à-dire quelque chose à visiter et non plus à habiter. La fonction première de l’écrivain, qui est de travailler la langue, a changé ; il a désormais une valeur marchande, dépendant soit de la qualité reconnue de son œuvre, soit de sa capacité à répondre, vivant, à des besoins socio-économiques précis. Il est devenu un « opérateur culturel » comme un autre : « une personne physique ou morale qui réalise une activité culturelle prise au sens large (création, animation, diffusion, production, etc.) » (Vincent et Wunderle, 2002 : 11).

  • 13 Villa Gillet et Les Subsistances pour Lyon, Michel Le Bris, Brigitte Morin, Christian Rolland, Maët (...)

11La plupart des auteurs d’aujourd’hui sont assimilés à cette fonction, au même titre que bien d’autres artistes. On leur offre des résidences afin de créer une dynamique nouvelle liée à leur présence sur un territoire. On invite la poésie au milieu des champs, en quelques bords de mer ; on inaugure des maisons du souvenir. Mais en posant une plaque sur un immeuble ou en érigeant une statue, on muséifie souvent un écrivain. Nous savons depuis Viollet-le-Duc que le meilleur moyen de conserver un édifice est de lui trouver un emploi. Toute la question est là. De l’emploi qu’une ville donne à un auteur (vivant ou mort) ne dépend pas seulement la survie de ses écrits, mais aussi celle d’une dynamique culturelle et citoyenne. Pour que la littérature mette en mouvement un territoire, il faut que ce territoire soit labouré par elle et non qu’elle y soit simplement poliment invitée. Il ne peut s’agir d’autre chose que d’un acte d’impolitesse et c’est d’une langue râpeuse et singulière qu’elle doit s’exprimer. Il faut pour cela un ancrage réel doté d’une forte inventivité et de participation locale. À cet égard « Le Marathon des mots » de Toulouse, le festival « Étonnants voyageurs » de Saint-Malo ou « Les Assises Internationales du roman » de Lyon ont su trouver un axe fort. Ils ne sont pas nés du jour au lendemain, mais sont le fruit du patient travail de plusieurs institutions et acteurs convaincus de leurs ressources et potentiels.13 Chacun de ces événements, en deçà de soutenir la curiosité envers la langue (ces festivals font salles pleines), participe également autant à l’économie qu’à la renommée internationale.

  • 14 En 2014 la Sacem commanda une étude à un cabinet privé afin de montrer le poids économique de la cu (...)

12La littérature représente un important marché économique avec des millions de titres vendus et des millions d’euros engagés. La culture rapporte, cela est depuis bien longtemps chiffré14. En 2004, l’écrivain et ancien ministre espagnol de la culture Jorge Semprun (2004) s’interrogeait en ces termes : « Nier l’existence du marché et nier le caractère mercantile que peut avoir l’industrie culturelle, c’est se fermer les yeux. Mais est-ce vrai de toute marchandise ? De tout marché ? ». Assurément la littérature n’est pas un produit comme un autre. Celui qui achète un livre ne devient pas le propriétaire de l’idée qu’il contient, que des milliers d’autres achètent également. À qui appartiennent les mots de Franz Kafka ? Ceux qui ont dans leur bibliothèque La Métamorphose ne possèdent concrètement que des feuilles imprimées, mais pourtant ils possèdent bien plus. L’écriture ne saurait être un objet de consommation comme un autre car elle est trop impalpable et complexe pour cela. L’utiliser comme ressource de développement ou de gains ne peut se faire que par ricochet, par bénéfice rapporté.

  • 15 Augustin Girard cité par Laurent Martin dans son article en ligne Les industries culturelles, des o (...)

13Nous savons que de l’accès aux livres et à leur contenu dépend l’accès à la culture, et donc l’activation d’une pensée et par conséquent l’accès, éclairé, à un patrimoine. On ne lira pas de la même façon Mons si on a eu connaissance des textes de Fernand Dumont. Dès lors, comment « utiliser » localement une littérature ? En 1971, Augustin Girard posait la question ainsi : « Comment donner aux industries culturelles des objectifs qui les rendent productrices de vie sociale ? » (cité par Martin, 2014)15. Il faut créer un projet inscrit dans le territoire en respect de ce qu’est la littérature elle-même, sa recherche stylistique, son contenu théorique, sa capacité de former une communauté de lecteurs. Écrire, c’est expérimenter un espace, celui de la langue, mais cette expérimentation est en lien avec une histoire (la révolution poétique que connurent les lettres françaises à la fin du XIXe siècle, portée par Mallarmé et Verlaine, est en cela à analyser en résonance avec La Commune qui revendiquait une liberté nouvelle) ; il est donc important que le territoire « utilise » sa littérature afin qu’elle lui offre une visibilité liée à elle. Un texte n’est pas une œuvre plastique ou une installation urbaine. « Un texte veut que quelqu’un l’aide à fonctionner » (Eco, 1985). Ce quelqu’un peut être l’espace public d’une ville, qui peut permettre l’établissement d’une sorte d’alliance entre les archives littéraires, les créateurs et la cité. Il faut, pour que cela réussisse, qu’il y ait une réelle nécessité. « Sans nécessité il n’y a tout simplement pas de lien », rappelait Montesquieu (cité par De Suter, 2015). Tout objet artistique imposé à un territoire resterait donc objet rapporté. Tout objet composé à partir d’un territoire, intrinsèquement allié à lui, aurait peut-être, par contre, des possibilités de développement.

  • 16 Ce fut d’abord le titre de « Ville européenne de la Culture », devenu « Capitale » en 1999 après ab (...)
  • 17 La décision d’élargir à deux villes par an fut prise en 1996 et se réalisa concrètement à partir de (...)
  • 18 Décision n°1622/2006/EC of the European Parliament and of the Council of 24 October 2006.

14Depuis le 13 juin 1985, sous l’impulsion des ministres de la Culture français et grec de l’époque, Jack Lang et Mélina Mercouri, l’Europe attribue le titre de Capitale européenne de la Culture à une ville16. Depuis 2007, avec l’élargissement de l’Union européenne, ce sont deux villes par an qui sont nommées17. Les villes sont désignées quatre ans à l’avance (après un processus en trois étapes : dossier de candidature, pré-sélection et sélection finale). Le but premier est de rapprocher les citoyens de l’Europe : « The "European Capital of Culture" event gives European cities the opportunity to present a one-year cultural programme that highlights the richness, diversity and shared characteristics of Europe's cultures »18. Il s’agit donc de considérer le territoire européen à partir du territoire de la ville. Cela permet autant à une ville de hisser la culture au plus haut tout en se hissant par la culture. L’avenir de la culture et du territoire dépend donc de la façon dont est abordé ce point. L’Union européenne engage un budget qu’elle verse à une structure indépendante, une Fondation (1,5 million d’euros, distribués sous forme d’un prix et sous condition de respect de certains critères, notamment l’organigramme financier et artistique du projet à venir), à qui il revient de trouver l’essentiel de ses financements. Cela l’oblige, des années avant l’événement, à tisser un important réseau relationnel, le plus large possible, lié aux partenaires locaux et de parler avec eux de culture. Se pose alors la question de ce que la culture peut ou non leur rapporter. Aucune banque ou entreprise investira dans un projet sans en attendre des « bénéfices » - et il faut entendre par là de la visibilité. En soutenant un projet artistique, un financeur achète essentiellement une page publicitaire. Reste qu’ainsi, la banque belge ING a par exemple entendu parler de Verhaeren, Verlaine et du Surréalisme du Hainaut au travers du projet « La Phrase » qu’elle a accepté de soutenir.

2. En corps à corps avec la ville

2.1. « La Phrase »

  • 19 Léon Losseau, notable et bibliophile, avait à sa mort en 1916 légué à la ville sa maison et sa bibl (...)
  • 20 Extrait de la plaquette de communication de la Maison Losseau.
  • 21 Prix de Littérature Charles Plisnier et le Prix biennal hainuyer des Langues régionales endogènes.

15Mons a donc été témoin, au XIXe siècle, de l’éclosion de mouvements artistiques essentiels. Les extraire des archives et les partager devait se faire intra-muros. Mais, la question de l’usage d’un patrimoine littéraire est également une question politique. Il nous fallait donc étudier la façon dont le corps politique appréhendait – et utilisait – son patrimoine littéraire. Le Collège montois (l’équivalent d’une mairie en France) n’ignore pas son passé ni son patrimoine qu’il valorise : la Maison Losseau19 (gérée par la Province), remise à jour cette année ; un nouveau Centre de littérature hainuyer qui a pour ambition de « développer une politique de valorisation de la littérature hainuyère »20 ; un parc portant le nom de Fernand Dumont, des remises de prix littéraires21, des soirées de lecture… Mais tout ceci reste à dimension locale et est insuffisant pour donner de la visibilité à la ville de Mons à l’échelle européenne. Or, il semble indispensable de permettre à la littérature de rencontrer le plus grand nombre, sans quoi elle se condamnera à des publics restreints. Ce plus grand nombre dépasse le cadre d’une ville, ou même d’un seul auteur. Afin que chacun puisse apprécier la qualité d’un poème de Fernand Dumont, de Verlaine, de Verhaeren, autant que leur importance pour Mons elle-même, il fallait donc imaginer de nouveau mode de circulation des textes. Mais comment respecter un héritage et le dynamiter ? Comment partager un corpus d’écriture à hauteur d’un territoire ? Comment imaginer travailler avec des mots sans délaisser ceux qui ne savent pas les lire ? Comment intéresser également les autres, ceux qui se moquent de ce patrimoine ? Comment rouvrir des livres qui, pour la plupart, n’existent plus ? Comment attirer l’attention – fortement sollicitée (ou épuisée) – des passants et citoyens sur des textes littéraires ? Et comment, au milieu de tout cela, agir en poète ?... Nous avons choisi de dessiner un projet non invasif faisant corps avec le quotidien de la cité et s’efforçant de créer une rencontre ordinaire entre les mots et les habitants.

16Notre travail consiste à venir écrire sur les murs de la ville, à la main, une phrase de dix kilomètres. Il consiste à retravailler la littérature en cette horizontalité qu’est l’écriture murale afin de la remettre discrètement en circulation, là où elle pourra simplement être lue. Il s’agit de rendre les poètes à la ville. La littérature a un atout : le temps ne fait pas d’elle une ruine, il ne la désagrège pas. Les textes restent. Michel Foucault (2013) le soulignait que « Le langage dépose le temps en lui-même, puisqu’il est écriture, et que, comme écriture, il va se maintenir dans le temps, et maintenir ce qu’il dit dans le temps ». La littérature est faite pour être relue, avec toujours cette part d’inconnu. Ne connaissant pas la ville, ses us et coutumes, nous avons dessiné un tracé selon notre propre perception (Figure 1).

Figure 1 : Itinéraire du projet La Phrase à travers la ville de Mons.

Figure 1 : Itinéraire du projet La Phrase à travers la ville de Mons.
  • 22 Leur soutien fut indispensable lorsqu’il fallut faire accepter ce projet au Collège.
  • 23 1,5 million d’euros pour près de 60 projets. Un vrai choix de la part des commissaires.
  • 24 Partie rédactionnelle du projet développée par Karelle Ménine.
  • 25 Partie graphique du projet développée par Ruedi Baur et son laboratoire IRB.

17Ce n’était pas la beauté d’un bâtiment qui nous retenait, mais la solitude d’une ruelle, la hauteur d’un mur, la force de certains carrefours. Nous voulions faire coulisser les mots en des endroits inattendus et que les rythmes quotidiens ou projets culturels de Mons 2015 ne parcouraient pas. Nous n’écrivons pas sur le dos de la ville, mais avec elle. Mettre les mots au mur c’est dessiner un nouvel espace littéraire, autre que la page, le livre, et travailler le corps spatial d’une ville, soit toute sa géographie. C’est écrire l’espace à partir de l’espace du langage. C’est écrire l’espace du langage – sa composition – à partir de l’espace urbain. C’est entrer dans l’espace public, dernier lieu où la poésie peut encore se salir les mains et lieu à reconquérir. Les portes, les murets, les matériaux deviennent support de l’écrit et l’écrit doit donc s’y adapter. Une fissure soulignera un mot, un interstice terminera un vers… Le processus d’écriture a commencé le 11 décembre 2014 et s'est clôturé le 11 décembre 2015. Il a bénéficié du soutien inconditionnel22 des Commissaires de Mons 2015 et a été intégré au budget des projets Littérature23. Hormis la partie rédactionnelle24 et la partie graphique25, l’équipe s’est composée d’une chargée de production, d’un assistant de production, d’un régisseur et de trois peintres en lettres. En grande partie éphémère, elle a été enlevée à partir de la mi-janvier 2016, ne laissant que des fragments. Contacter les personnes concernées a pris des mois ; insérer dans une ville une phrase de dix kilomètres, c’est devoir « convaincre » près de 450 propriétaires de façades. Ces propriétaires composent eux-mêmes cette Phrase de leurs accords et désaccords. Un habitant refuse qu’elle passe chez lui et il nous faut adapter le nombre de signes à cette absence. Un autre nous demande d’utiliser toute sa maison, et c’est une page nouvelle qui s’ouvre. La ville est littéralement notre format d’écriture, notre livre à écrire, notre mesure graphique. Nous l’évaluons, la surlignons, nous adaptons à la qualité ou vétusté de ses surfaces ainsi qu’à ses évolutions (un mur détruit deux mois avant notre arrivée sur place nous oblige à une recomposition).

18Travaillant étroitement avec les services urbanistiques et de la population de Mons, nous avons découvert qu’une ville possède des dents creuses (parcelle vide) : des maisons aux propriétaires introuvables, aux contacts erronés ou aux abonnés absents. Des maisons qui restent vides. Il nous est arrivé aussi d’entrer dans une vie, d’apprendre une maladie, une séparation. Nous ouvrions le corps d’une ville, et toute son intimité. « Êtes-vous d’accord pour nous laisser écrire quelques mots de poésie sur votre façade ? ». Les refus nous parvenaient parfois pour d’étranges raisons : peur des nuisances que causerait le passage des visiteurs venus lire cette Phrase, désintérêt total envers sa ville et son ambition d’être Capitale européenne de la Culture, refus de soutenir un projet européen ou un projet vu comme celui du parti politique en place (le Parti Socialiste), ou peur de la dégradation. Sur ce dernier point, la technique, après plusieurs mois de recherches, consiste à n’être jamais dans un geste dégradant. Un film plastique (le Mactac©), collé sur la surface, la protège. Rarement nous est posée la question : Écrire quoi ? Plus souvent : Écrire ? Pour faire quoi ?... On nous glisse parfois que la littérature « est inutile ». Philippe Jacottet (1987) répondrait que « le poète n’est nécessaire que s’il demeure profondément inutile et inutilisable ». En matière urbanistique, l’inutile serait un panneau de signalisation indiquant par exemple : « Le Ciel ». Mais serait-il vraiment inutile ? Ou autrement indispensable ? Inutile, aussi, aux yeux de ceux qui considèrent que l’argent servirait mieux à la construction d’un nouvel hôpital. Nous avons parfois eu à défendre les textes de cette dangereuse mise en opposition entre « bien de santé public » et « bien artistique ». Mais, dès lors que la discussion nous permettait de mettre en avant la force du patrimoine littéraire local, bien des oppositions tombaient. Comme si, du moment que les textes avaient pour objectif d’aider à montrer que Mons pouvait être fière d’elle, ils pouvaient alors être inscrits. Dans ces discussions-là, assurément, si nous étions venus écrire autre chose que des textes « montois », nous aurions peut-être rencontré d’autres difficultés. Il appartient sans doute à la littérature de freiner l’orientation tout utilitaire de la société, elle, qui entretient un rapport désintéressé avec la langue. Une fois le projet démarré, les réticences ont pour la plupart disparu et parfois des propriétaires, non concernés par le trajet de La Phrase, sont venus nous demander s’il était possible de passer par chez eux. Parmi les habitants qui nous proposent leur aide, il y a celles et ceux qui ont envie de rêver avec nous ou qui ont simplement envie d’épauler l’avenir de leur ville. La poésie vient le plus souvent en second plan dans les discussions mais c’est en parlant de poésie que nous avançons et il me semble que c’est dans ce pas à pas quotidien que la littérature peut dynamiser réellement un territoire, avec cette minutie. Certains arrachent La Phrase (dans certaines rues elle a totalement disparu), d’autres la photographient. Certains haussent des épaules, d’autres regrettent de n’être que locataire, lorsque le propriétaire a dit « non » et qu’ils auraient voulu dire « oui ». Au final, 72 % des réponses sont positives. 50 % des « non » ne sont pas des refus de propriétaires mais l’abandon de certaines demandes, pour trois raisons : propriétaire introuvable ; convention d’autorisation non reçue signée après plus de cinq relances ; contraintes techniques nous forçant à abandonner l’apposition de la phrase à cet endroit (Figure 2).

Figure 2 : Statistiques d’autorisation

Figure 2 : Statistiques d’autorisation

456 propriétaires ont été sollicités

19Après avoir reçu plusieurs demandes, nous avons préparé un avenant aux contrats signés afin de proposer aux propriétaires qui le souhaitaient de conserver un peu plus longtemps La Phrase sur leur façade.

20Nous avons tenté ainsi, par ce projet, de rouvrir une petite agora qui circule de ruelle en ruelle, la poésie en amitié. Incidemment, ont émergé des micro-quartiers directement liés au passage de La Phrase. Des propriétaires, des voisins, se reconnaissant comme porteurs communs d’un texte, en sont devenus les amis. À la demande de certains nous avons mis en place des apéritifs de quartier, bimestriels, où nous avons ouvert autour d’un verre une discussion sur ce projet et les auteurs qu’il parcourt, permettant aussi aux oppositions de s’exprimer – « Vos textes, on s’en fout. Mettez-les ailleurs ! » – et à nous de nous expliquer plus longuement. Certains ont ouvert leurs vieilles bibliothèques, d’autres confié des livres, des documents. Au final le corpus littéraire utilisé dans l’écriture se compose de ces trois niveaux : les textes d’auteurs, les archives (archives historiques…) et les habitants.

2.2. Ce capital, le sien

  • 26 C’est durant son séjour au Borinage, de décembre 1878 à octobre 1880, que Vincent Van Gogh renoncer (...)

21C’est étrange la façon dont Mons est perçue en dehors de Mons : l’image poussiéreuse d’une ville ancrée dans la pauvreté où les citoyens seraient restés en retard sur le monde ; cela n’a rien à voir avec à la réalité. Mais, est encore plus étrange l’image que les Montois ont d’eux-mêmes, parfois la même : des gens embourbés dans un passé minier qu’il faudrait s’excuser d’avoir vécu. Derrière la masse des terrils et la richesse minière qui fut la leur durant des années, se tiennent tous ces artistes : Verlaine, Verhaeren, Dumont, Chavée ou Van Gogh26, suffisamment pour s’enorgueillir. Ayant conscience qu’elle ne saurait faire capitale seule, Mons a dès le départ inclut le Borinage dans ses projets, y créant huit événements.

  • 27 Écrit rue d’Enghien, 51 C. Cette phrase, datée de 1893, est tirée d’une affiche placardée sur le te (...)

22Mille raisons socio-économiques séparaient invisiblement le centre-ville de sa périphérie. Mille autres séparaient les périphéries entre elles, une ville ne s’associant pas naturellement à sa ville voisine. Pour devenir capitale, Mons devait élargir son périmètre et une de ses grandes victoires est ainsi d’avoir associé les bourgmestres entre eux. Il fallait se déplacer du reste du pays vers la ville, de la « banlieue » au centre mais également du centre-ville vers la périphérie. La Phrase ne passait pas dans le Borinage, mais plusieurs extraits de textes d’archives ont fait écho à ces frontières historiques, dont celui-ci : « Entre Mons et le Borinage il y a une barrière de sang »27 et que ce bout d’histoire douloureuse soit écrit dans le quartier bourgeois a marqué les locaux, ceux qui connaissaient la portée de cet événement…

  • 28 Poétesse montoise résistante décapitée en Allemagne, aux écrits également oubliés malgré son nom of (...)

23Ce « titre » de Capitale n’est pas un titre anodin. Le fait de passer de ville provinciale à capitale est un long cheminement qui consiste avant tout à percevoir autrement son propre capital. Cela invite à regarder d’un autre œil son territoire, à bousculer ses idées reçues, ses réflexes mais aussi à se rappeler, à se relire, se relier. Mons n’est plus une ville à page blanche, elle est une ville où les écrits parlent et interpellent. Le fait que les documents de condamnation à mort de Marguerite Bervoets28 soient notés en langue originale allemande a fait réagir. Il a aussi fait se souvenir, et des personnes âgées sont venues nous raconter leur émotion de lire ses mots, eux qu’ils l’avaient connue. La Phrase a également obligé à tourner à l’infini autour de la prison, bâtiment que nul ne veut jamais vraiment remarquer ; elle a invité à s’arrêter à la bibliothèque-médiathèque, jusque-là si peu visible ; à descendre vers les quartiers les plus pauvres… Elle a tenté ainsi de bousculer à son passage la façon dont on approche certains quartiers ou bâtiments.

2.3. De la désaccélération

24La Phrase a interrogé également notre rapport au temps. Quel lien avait-elle avec le territoire ? Le lien du passant : le pas, la marche. Celui qui sort aujourd’hui de chez lui va d’un point A à un point B. Il se déplace et ne réside pas dans cet espace nomade qu’est l’espace de circulation affairée des ruelles, rues et avenues. Françoise Choay le réclame : « Il nous faut, impérativement, récupérer la réalité́, le concret, le temps. C’est cette pratique du « temps avec », avec les autres, avec soi, qu’il nous faut reconquérir, afin d’échapper à l’illusion et à l’illusoire ! »29. La Phrase avait, pour se défendre de cette vitesse qui fait que l’on peut passer à côté d’elle, deux atouts : sa forme – écriture noire sur bande blanche – et sa typographie : La Garaje. Cette typographie est extensible, on peut jouer avec elle et étendre les barres d’un E, d’un U, d’un A… à l’infini. Faisant cela, non seulement on s’adapte plus facilement aux murs et à leurs contraintes (tant de centimètres font tant de signes d’écriture) mais également on oblige au ralentissement. Celui qui passe trop vite ne saurait lire. Il doit, pour lire, modérer sa marche. Diminuant sa vitesse de passage, il découvre autre chose que La Phrase elle-même : une architecture, un détail, quelqu’un. Reconquérir le temps de la marche, pour reconquérir le temps de la lecture. Ne faire qu’une chose à la fois. Lire, et donc cheminer, voyager. Le temps agit aussi en détériorant. Certains passages peints directement sur un passage piéton ont été peu à peu effacés par les pas des habitants. Certains rebords de trottoirs également. Travail de dégradation absolument incontournable et qui a donné au caractère de l’écriture le sens de traces, à peine quelques semaines après sa naissance.

25Une ville sans écritures serait une ville muette mais selon quels codes acceptons-nous certaines écritures pour en refuser d’autres ? En son temps W. Benjamin (1988) écrivait : « L’écriture, qui avait trouvé un asile dans le livre imprimé, où elle menait sa vie indépendante, est impitoyablement traînée dans la rue par les publicités et soumise aux hétéronomies brutales du chaos économique. C’est l’apprentissage sévère de sa forme nouvelle ». La publicité, les panneaux d’indication sont de l’écrit, saturant, acceptés là où, à l’inverse, les graffitis sont systématiquement nettoyés, éternellement considérés comme dégradants. Il reste bien peu de place pour la poésie dans nos espaces publics. C’est également un enjeu contemporain, pas seulement pour l’écriture mais parce qu’en s’appropriant certains quartiers nous savons aujourd’hui que les graffeurs leur ont redonné une visibilité et donc une lisibilité qui s’est bien souvent transformée en curiosité citoyenne et architecturale nouvelle (Figure 3).

Figure 3 : Exemples de réalisation du projet La Phrase cheminant dans les rues de Mons

Figure 3 : Exemples de réalisation du projet La Phrase cheminant dans les rues de Mons

Cliché. K. Ménine, (photos 1, 3, 4 : 2015 ; photo 2 : 2014).

26En filigrane de ce travail a peu à peu surgi une question plus sournoise : où s’arrête le visage public d’une ville, et où commence son visage privé ? Pour fixer les décorations de Noël, considérées d’intérêt public, le Collège n’a pas à demander l’autorisation des propriétaires concernés par les accrochages. Venir écrire de façon éphémère de la poésie sur les façades de la ville l’exige. Pourquoi le fait d’être Capitale culturelle européenne, état d’exception, ne permettrait-il pas à l’espace public, durant une année et de façon éphémère, d’être naturellement lieu d’expression artistique ? Pourquoi nous faut-il, alors que nous ne sommes pas dans un geste dégradant, demander tant d’autorisations ? En soi, si cela avait été possible de se contenter de l’accord général de la ville, nous aurions avancé bien plus vite. Mais au final, les échanges n’auraient pas eu lieu et nous serions passés à côté de l’essentiel. Il n’empêche que le sujet reste ouvert : qui « possède » réellement la « face » d’une ville ?

Conclusion

27Tout ce que nous venons de développer ne revient pas à faire de ce projet un projet participatif, cela en fait un projet partagé. Cette longue Phrase, à un rythme de trente mètres d’écriture journalière, a tenté de (re)mettre la poésie au milieu de la vie quotidienne ; d’être ce « quelqu’un qui écrit le premier mot derrière un point de suspension long de plusieurs siècles », pour paraphraser Rilke ; et de mettre le corps d’une ville en écriture, et donc en mouvement. La « tache » de cette littérature murale sur les dix kilomètres serait de faire se rejoindre les deux entités de la ville : le corps littéraire et le corps politique. De faire que la séparation entre le politique et le poétique s’amenuise de telle sorte que le politique prenne non la poésie sous son aile – elle n’a pas besoin d’être protégée – mais se laisse surprendre par elle et s’y laisse prendre. La tâche du politique serait d’ouvrir un nouvel espace où cette poésie, et tout son chant, serait libre de continuer sa vie. Si l’ambition première est de jouer avec la littérature et d’en redécouvrir et faire redécouvrir la sustente sève, la seconde serait de faire que Mons et Poésie deviennent synonymes. Si développement il peut y avoir, il est à trouver là. Une écriture n’est pas une enluminure qui vient dorer un territoire mais un territoire peut inviter une écriture à continuer de se travailler, et en être simplement l’écrin. Une ville peut continuer à favoriser l’irruption, et faire ainsi rupture en faisant acte de liberté. Ce projet a démontré que la littérature peut assurément réorganiser une façon de se rencontrer, de faire lien, de débattre. Mise dans l’espace public, elle organise le partage de la parole poétique comme mode constitutif d’une certaine communauté. Mais ce n’est pas nous les acteurs réels de cette recomposition du commun, mais bien les habitants.

Haut de page

Bibliographie

Benjamin W., 1988, Expert-comptable assermenté in Sens Unique précédé de Enfance Berlinoise : Paris : 10/18, 190 p.

Canonne X., 2012, Le surréalisme à La Louvière, Marot : Seuil

De Suter L., 2015, Magic, une métaphysique du lien, Paris : PUF

Eco U., 1985, Lector in fabula. Paris : Le Livre de Poche

Foucault M., 2013, La grande étrangère. Paris : EHESS éditions, 222p.

Jacottet P., 1987, Une transaction secrète : lectures de poésie. Paris : Gallimard

Ménine K., 2016, La Phrase, une expérience de poésie urbaine. Paris : Gallimard/Alternatives

Herlemont, 1976, Verlaine chez nous Province du Hainaut, Bibliothèque centrale, 149p.

Riegl A., 2013, Le culte moderne des monuments. Paris : Éditions du Seuil

Semprun J., 2004, Culture toujours et plus que jamais… ! Paris : Éditions de l’Aube, 221p.

Verhaeren E., 1950, Verlaine. Liège : Imprimerie nationale des invalides

Vincent A. et Wunderle M., 2002, Les acteurs économiques de la culture, Dossiers du Crisp (Centre de recherche et d’information socio-politiques), n° 57

Haut de page

Notes

1 Cet article s’appuie sur un projet culturel intitulé « La Phrase », dans le cadre de Mons-Capitale culturelle en 2015 (Belgique), et développé par Karelle Ménine, auteure pluridisciplinaire, associée à Ruedi Baur, graphiste designer. Karelle Ménine est responsable du projet « La Phrase » développé dans le cadre de Mons 2015 et responsable artistique, avec Véra et Ruedi Baur, du projet « Voyage entre les langues » 2017 porté par Civic-City.
Karelle Ménine est fondatrice de l’A.De.Litt (Atelier des Déplacements Littéraires) et de la Fatrasproduction Ciee et lauréate 2016 de la Bourse Auteure confirmée de la ville et du canton de Genève & de la bourse de théâtre Textes en Scènes (Société suisse des auteurs).

2 Le mot Borinage vient de « borin » désignant les ouvriers des mines. En néerlandais « boren » signifie « creuser, forer ».

3 Graphiste, signaléticien et designer.

4 Du Hainaut.

5 La fête du « Doudou » est le nom populaire d’une semaine de liesse collective qui a lieu chaque année le week-end de la Trinité, reconstituant le combat dit du Lumeçon sur la Grand-Place et devant des milliers de spectateurs.

6 Sa hauteur atteint, en la commune de Vise, les 100 mètres, et le plus haut de ses terrils fait 97 mètres.

7 Durant la Commune, Verlaine est chef du bureau de presse de l’Hôtel de Ville de Paris, où il dépouille chaque matin les journaux versaillais.

8 « De brique rouge pale, presque rose, à l’extérieur, ce monument, ce véritable monument, est blanc de chaux et noir de goudron intérieurement avec des architectures sobres d’acier et de fer. J’ai exprimé l’espèce d’admiration causée en moi par la vue, ô la toute première vue de ce désormais mien “château” dans des vers qu’on a voulu trouver amusants, au livre Sagesse dont la plupart des poèmes, d’ailleurs, datent de là. ». Œuvres en prose, Bibliothèque de la Pléiade, 1972, p. 343.

9 Secteur de la vallée de la Honnelle à hauteur du bois d’Angre, au sud du Borinage. Nom donné au bois du fait d’un caillou en déséquilibre sur la roche.

10 Ibid. p. 128.

11 Dans le cadre de Mons 2015, une exposition « Verlaine, cellule 252, turbulences poétiques » retracera du 17 octobre 2015 au 24 janvier 2016, centaines de documents à l’appui, le séjour de Verlaine à la prison de Mons.

12 Louis Guilloux, Le sang noir, Paris, Gallimard, 1935, 631 p.

13 Villa Gillet et Les Subsistances pour Lyon, Michel Le Bris, Brigitte Morin, Christian Rolland, Maëtte Chantrel et Jean-Claude Izzo pour Saint-Malo et Olivier Poivre d’Arvor et Olivier Gluzman pour Toulouse.

14 En 2014 la Sacem commanda une étude à un cabinet privé afin de montrer le poids économique de la culture. Neuf filières furent passées en revue (musique, spectacle vivant, cinéma, télévision, radio, jeu vidéo, livre, presse, arts graphiques) pour un résultat pesant près de 75 milliards d’euros de chiffre d’affaire (2,8 % du PIB) et 1,2 million d'emplois (5 % de l'emploi en France).

15 Augustin Girard cité par Laurent Martin dans son article en ligne Les industries culturelles, des outils au service de la démocratisation de la culture ? Retour sur les craintes et les espoirs des années 1970-1980 http://chmcc.hypotheses.org/1265 consulté le 24 août 2015.

16 Ce fut d’abord le titre de « Ville européenne de la Culture », devenu « Capitale » en 1999 après abandon du « Mois culturel européen » mis en place en 1996.

17 La décision d’élargir à deux villes par an fut prise en 1996 et se réalisa concrètement à partir de 2007. En 2015 Pilsen est également Capitale européenne de la Culture.

18 Décision n°1622/2006/EC of the European Parliament and of the Council of 24 October 2006.

19 Léon Losseau, notable et bibliophile, avait à sa mort en 1916 légué à la ville sa maison et sa bibliothèque personnelle qui contient de nombreuses richesses (notamment en lien avec sa redécouverte de l’édition originale que l’on pensait détruite d’Une saison en enfer d’Arthur Rimbaud).

20 Extrait de la plaquette de communication de la Maison Losseau.

21 Prix de Littérature Charles Plisnier et le Prix biennal hainuyer des Langues régionales endogènes.

22 Leur soutien fut indispensable lorsqu’il fallut faire accepter ce projet au Collège.

23 1,5 million d’euros pour près de 60 projets. Un vrai choix de la part des commissaires.

24 Partie rédactionnelle du projet développée par Karelle Ménine.

25 Partie graphique du projet développée par Ruedi Baur et son laboratoire IRB.

26 C’est durant son séjour au Borinage, de décembre 1878 à octobre 1880, que Vincent Van Gogh renoncera à sa carrière d’évangéliste et décidera de devenir peintre.

27 Écrit rue d’Enghien, 51 C. Cette phrase, datée de 1893, est tirée d’une affiche placardée sur le territoire juste après que la Garde civique tira sur une foule composée de mineurs et de leurs familles, venus à Mons réclamer le droit de suffrage universel.

28 Poétesse montoise résistante décapitée en Allemagne, aux écrits également oubliés malgré son nom offert à une rue et un lycée.

29 Françoise Choay, Propos recueillis par Thierry Paquot (octobre 1994) in http://urbanisme.u-pec.fr/servlet/com.univ.collaboratif.utils.LectureFichiergw?ID_FICHIER=1259768720200&ID_FICHE=38710, consulté le 22 sept. 2015

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Itinéraire du projet La Phrase à travers la ville de Mons.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3735/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 908k
Titre Figure 2 : Statistiques d’autorisation
Légende 456 propriétaires ont été sollicités
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3735/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 3 : Exemples de réalisation du projet La Phrase cheminant dans les rues de Mons
Crédits Cliché. K. Ménine, (photos 1, 3, 4 : 2015 ; photo 2 : 2014).
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3735/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karelle Ménine, « La Phrase, rupture poétique urbaine (Mons - Belgique) », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 31 | 2016, mis en ligne le 21 septembre 2016, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://tem.revues.org/3735 ; DOI : 10.4000/tem.3735

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page