Navigation – Plan du site
Articles

Hermann Hesse et l’attractivité du Sud-Tessin

Hermann Hesse and Attractiveness Of Southern Ticino
Bertrand Lévy

Résumés

L’article met en relation un auteur, Hermann Hesse, et sa région d’adoption, le Tessin. Partant du constat que tous les musées d’écrivains se ressemblent peu ou prou par ce qu’ils exposent et ce qu’ils vendent, le texte développe, dans une perspective de géographie humaniste, l’attachement aux lieux et au paysage de l’auteur, et l’expérience géographique fondamentale qu’en retire le visiteur. Il conclut sur le rôle visionnaire de l’artiste en matière de conflits d’aménagement du territoire à venir.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : le Sud-Tessin, territoire devenu sur-attractif

1Qu’est-ce qu’un territoire attractif et comment situer l’impact de la littérature en regard de ce phénomène ? Il existe des contextes de développement territorial, au sens socio-économique du terme, très différents selon les régions au sein desquels la valorisation de lieux littéraires aura des origines et des impacts très divers. Á un bout de l’échelle se trouvent des régions en voie de dépeuplement au sein desquelles la problématique de création, d’entretien et de développement de lieux littéraires, est susceptible d’attirer de nouvelles formes de tourisme « intelligent », capable de redynamiser des parties de région considérées comme des angles morts ou des périphéries oubliées : telle semble être le cas de l’ancienne région Centre en France, telle que l’a dépeinte Mauricette Fournier (2013). Á l’autre bout de l’échelle, il existe des régions déjà sur-développées et sur-attractives sur le plan économique où la création de lieux littéraires (demeures, marquages, itinéraires…) relève plutôt de l’ordre du combat symbolique et culturel contre un ordre économique dominant et une rente foncière très forte qui rendent ardu l’aménagement de lieux a priori peu rentables. Tel est le cas du Sud-Tessin, ou Sottoceneri, ou encore appelé le Tessin des lacs, par opposition au Sopraceneri, le Tessin des montagnes. Le Sud-Tessin est riche d’appellations géographiques métaphoriques : « Côte d’Azur de la Suisse », « antichambre de l’Italie », « Nord du Sud » ou « Sud du Nord » selon le point de vue adopté. C’est une région de l’entre-deux, située sur l’axe Zurich-Milan, une zone de contact de culture latine mâtinée de culture germanique. Appartenant à la Suisse depuis 1803, auparavant lombard, le Tessin est le principal versant méditerranéen de la Suisse. Il constitue la partie essentielle de la Suisse italienne, d’autres parties étant situées dans des vallées méridionales des Grisons.

2Paysage admirable vanté par Elisée Reclus en ces termes « mon regard distrait erre sur les rives du lac de Lugano… » (Fosanelli, 2007), c’est ce que la géographie classique aurait appelé une terre de contrastes : entre lacs et montagnes, Alpes et Méditerranée, plaines marécageuses et versants forestiers, et surtout, terre empreinte d’italianité, campagne virgilienne – c’est pourquoi Hermann Hesse s’y installa dès 1919, et ce, jusqu’à sa mort, en 1962. Avec le temps, le pays va s’industrialiser. Hermann Hesse découvrit le Tessin en touriste, sur le chemin de ses premiers voyages en Italie accomplis au début du XXe siècle. Á cette époque, des colonies germanophones étaient déjà installées autour de Locarno et de Lugano. C’étaient des élites artistiques et culturelles qui provenaient de Suisse alémanique, d’Allemagne ou de Russie, qui fondèrent par exemple le Monte Verità, dans le locarnais, inaugurant un style de vie proche de la nature et libertaire qui inspirera le mouvement hippy. Terre d’inspiration artistique, connue pour ses grands architectes, de Francesco Borromini (XVIIe siècle) à Mario Botta (XXe-XXIe siècle), en passant par Domenico Trezzini (XVIIe-XVIIIe siècle) appelé par Pierre le Grand pour dessiner Saint-Pétersbourg, le Tessin a aussi accueilli une pléthore d’écrivains dont Max Frisch, installé à Berzona, Val d’Onsernone, dans le locarnais. Mario Botta propose une explication sur le fait que tant d’architectes et d’urbanistes éminents proviennent du Tessin : c’est que le paysage est très architecturé, avec des lignes verticales et horizontales, des plans successifs, des sites naturels et culturels remarquables. La peinture et la littérature d’Hermann Hesse prendront une dimension esthétique qu’elles ne possédaient pas lorsqu’il était installé en Allemagne du Sud ou en Suisse alémanique. Le Tessin va jouer pour lui le rôle que la Tunisie a joué pour August Macke, une terre lumineuse, un archétype géographique de terre du Sud, qui accentuera son sens des couleurs et son sens paysager. Hélas pour lui, le Tessin va attirer des masses de visiteurs du Nord pour les mêmes raisons, touristes qui acquirent petit à petit une résidence secondaire, et qui feront basculer l’identité du pays vers les valeurs du Nord. Nous allons retracer cette évolution territoriale qu’a formidablement saisie Hermann Hesse, avant de nous pencher sur la problématique des lieux et des maisons d’écrivain.

Photo 1 : Vue du lac de Lugano depuis la Collina d’Oro, Montagnola, en direction du Nord-Est
Photo 2 : même vue en février 2005

Photo 1 : Vue du lac de Lugano depuis la Collina d’Oro, Montagnola, en direction du Nord-Est Photo 2 : même vue en février 2005

Photo1 : Le fond de la vallée est encore cultivé et garni de terrasses. Le Monte Brè, pyramide occupant le quart supérieur gauche de l’image est encore faiblement urbanisé, de même que les rivages du lac.
Photo 2 :L’urbanisation a grignoté les versants et est devenue massive au bord du lac. L’autoroute barre la vallée et surplombe à présent la zone commerciale de Lugano Sud. Les bois ont également progressé, remplaçant

Photo 1 : Martin Hesse, sd, années 1930, © Hermann Hesse-Editionsarchiv, Volker Michels, Offenbach am Main, © Fondazione Hermann Hesse, Montagnola.
Photo 2 : Bertrand Lévy, 2.9.2005.

1. Le Tessin : de la périphérie au centre

3La colonne vertébrale du canton du Tessin est l’axe de communication du Gothard, le passage le plus court à travers les Alpes, qui revient sous le nom d’Axenstrasse dans Les Pèlerins d’Orient de Hesse (1932). Le premier tunnel ferroviaire fut inauguré en 1882, le tunnel autoroutier en 1980 et le nouveau tunnel ferroviaire, long de 57 kilomètres, le plus long du monde, a été inauguré le 1er juin 2016. Le premier tunnel désenclava le Tessin, terre d’émigration alors pauvre et permit à Lugano de devenir un petit centre commercial et touristique. L’industrie, très diversifiée, va se doubler d’une spécialisation dans les services à partir des années 1970, Lugano jouant le rôle de succursale de Zurich vis-à-vis de Milan pour le secteur bancaire et les assurances (Limouzin, 1990 : 175). D’où une sur-densification dont Hermann Hesse détectait les premiers stigmates dès les années 1920 et qui n’a fait que s’accentuer depuis lors. La spéculation immobilière y fera monter les prix de l’immobilier de luxe au niveau de ceux de Londres ou de New York. Á partir des années 1980, la croissance du secteur bancaire va propulser Lugano, ville de 70 000 habitants (140 000 pour l’agglomération), au troisième rang des centres financiers de Suisse, après Zurich et Genève, mais devant Bâle.

4Que ce territoire du Sud-Tessin soit passé au cours du XXe siècle du stade de périphérie à celui de centre, avec de grandes disparités régionales entre les hautes et basses vallées (Limouzin, 1990), s’explique aisément. Maillon essentiel de la principale transversale alpine, reliant les pays rhénans à la Méditerranée, le Tessin fait partie de la mégalopole européenne. Au Nord, la région motrice de la Suisse, la région de Zurich et le Bade Wurtemberg (Allemagne du Sud) et, au Sud, la capitale économique d’Italie et la Lombardie. Si le Tessin était jadis une terre d’émigration (vendeurs de châtaignes, ramoneurs, vignerons…), le Sud-Tessin va devenir une terre d’immigration.

1.1. La place du tourisme littéraire

5Vers 1980, le tourisme culturel est déjà développé au Tessin (expositions de peintures au Musée Cantonal des Beaux-Arts de Lugano et à la Fondation Thyssen-Bornemisza à Castagnola, Festival de cinéma de Locarno – la plus grande manifestation culturelle de Suisse –, les Semaines musicales d’Ascona, etc.) mais c’est surtout le tourisme de loisirs, littoral et lacustre qui domine. Le tourisme littéraire est confiné au Monte Verità, situé au-dessus de Locarno – Hermann Hesse y a brièvement séjourné. Cette modestie du tourisme littéraire provient de la barrière linguistique et culturelle entre Tessinois et Alémaniques : Hermann Hesse est associé par beaucoup aux Tedeschi (les « Allemands ») qui suscitent des réticences dans ce pays qui s’estime « colonisé ». Il y a aussi une certaine méconnaissance du sujet chez les autorités politiques. Dans le temps de ma recherche doctorale (Lévy, 1989) sur l’espace existentiel chez Hermann Hesse, dans les années 1980, il n’y avait quasiment rien d’exposé sauf une stèle, quelques inscriptions et un hodonyme.

6C’est le départ en 1992 de la plus grande partie de la collection d’art Thyssen-Bornemisza pour Madrid qui a alerté les autorités tessinoises sur le manque de soutien institutionnel pour la culture à Lugano et qui les a probablement incitées à répondre favorablement, après des années d’atermoiement, au projet de création d’un musée Hermann Hesse à Montagnola, inauguré en 1997, soit trente-cinq ans après la mort du poète. Ce musée accueille en moyenne de 15 000 à 25 000 visiteurs par an et est aujourd’hui responsable du choix de la destination « Lugano » pour plus de la moitié de ses visiteurs, ce qui occasionnerait environ 30 000 nuitées supplémentaires pour Lugano et environs, soit 3,3 % des nuitées hôtelières totales de Lugano (1 million de nuitées). Situé sur les hauts de la ville, accessible par la route mais par un cheminement compliqué du fait de la topographie tourmentée de la région et de nombreux sens uniques, le musée a un impact économique qui a été évalué à 7 millions de francs suisses (environ 6,5 millions d’euros) (Gasparini, 2010). Quand on connaît le fonctionnement du tourisme qui soigne particulièrement les attracteurs moteurs, c’est loin d’être négligeable ; les acteurs touristiques de Lugano et du Tessin l’ont d’ailleurs compris en intégrant récemment le musée Hermann Hesse sur leur site internet.

  • 1 Le « brand territorial », de l’anglais « brand » (= marque), est le rapprochement des méthodes de c (...)

7Les guides touristiques généralistes mentionnent rarement le musée Hermann Hesse, mais sa présence s'accentue grâce à la publication d’ouvrages destinés aux touristes littéraires dont le contenu percole dans les médias puis dans les guides. L’accent est mis autant sur les promenades et les itinéraires qui permettent de visiter la région à pas lents (Bucher, 2010 ; Hächler, 2000,) que sur le musée lui-même. Toutefois, Hermann Hesse ne fait (pas encore ?) partie du « brand territorial1 » du Tessin, et c’est tant mieux lorsqu’on connaît le degré de simplification et de réduction que subit le sujet (Baur et Thiéry, 2013). Parfois, l’une de ses aquarelles est reproduite en couverture d’une brochure touristique de la région ou d’un magasin prestigieux de Lugano ; on vend aussi des reproductions d’aquarelles sous formes de cartes postales dans la principale et très ancienne librairie-papeterie de la via Nassa où Hesse allait acheter lui-même ses plumes et ses stylos. Enfin l’hôtel de luxe Villa Principe Leopoldo, situé sur la Collina d’Oro, mentionne sur son site d’accueil internet que Hermann Hesse habitait non loin de là ; cet établissement sponsorise d’ailleurs certains des événements (lectures, concerts, expositions, projections, promenades thématiques…) qui se déroulent au musée ou aux alentours. Le musée ne fait pas partie d’un circuit touristique mais il est organisé en réseau avec les autres demeures-musées d’Hermann Hesse, celle de Calw, en Forêt-Noire (son lieu de naissance) et celle de Gaienhofen, au bord du lac de Constance.

8Le tourisme littéraire est-il réductible en termes de réseaux, de chiffres ou de promotion ? Il s’agit sans doute plus d’un capital de sympathie, une réputation culturelle prodiguée à la région qu’il engendre. L’expérience du visiteur littéraire tient souvent du pèlerinage spirituel ; il possède un sens et une profondeur existentielle inégalés. C’est souvent le couronnement de centaines d’heures de lecture, de réflexion, de joie et de tourments. Dans le cas d’Hermann Hesse, qui est considéré comme un maître d’existence, l’expérience prend une dimension très particulière : on s’approche non seulement de la demeure et des objets familiers d’un maître d’écriture, mais encore on plonge dans le territoire et le paysage qui l’ont inspiré, avec le vœu secret que ces derniers nous inspireront à notre tour. La région se double ainsi d’un nouveau sens pour le visiteur, elle devient l’objet de mille curiosités et d’une introspection personnelle. Melot (2005) a montré que la figure de l’écrivain se substitue parfois à celle du saint ; le visiteur se comporte comme un pèlerin laïc en quête de traces, de reliques, de messages spirituels ou moraux (Cohen, 2006). Certes, il existe des touristes visitant les maisons d’écrivains qui ne possèdent pas cette motivation profonde ; ce sont des touristes culturels qui désirent accroître leurs connaissances ou qui sont attirés par la beauté du site ou du paysage. Ils peuvent s’intéresser au style de vie du poète, sans connaître réellement son œuvre. C’est en fait le degré de familiarité, d’intimité avec l’œuvre et la vie de l’écrivain, qui est le gradient de la profondeur de l’expérience de la visite des lieux littéraires.

2. Hermann Hesse : un auteur territorialisé

9Hermann Hesse est un auteur territorialisé, dans le sens où sa vie au Tessin alimente son œuvre, littéraire et picturale. Le Tessin est une de ses terres d’inspiration favorite, avec l’Italie et une Inde en grande partie mythique. Pour bien comprendre le rôle que le Tessin va jouer dans sa vie comme dans son œuvre, nous disposons d’un volume, intitulé de manière apocryphe Tessin (Hesse, 2000), qui réunit ses principaux textes (essais, récits autobiographiques, nouvelles, poèmes) consacrés à la région qui deviendra son espace de vie principal durant la seconde partie de sa vie.

10Son village, Montagnola, est aujourd’hui une zone résidentielle privilégiée, située au-dessus du lac de Lugano où il reste quelques paysans et vignerons. Précédant le village, l’église baroque et le cimetière de San Abbondio où le poète repose à côté de sa dernière épouse, Ninon, sont joints par une allée de cyprès et rappellent la Toscane. Le long séjour tessinois de Hermann Hesse sera entrecoupé de voyages, le plus souvent en Italie du Nord et Centrale, parfois en Allemagne et en Suisse alémanique ; au Tessin il écrira ses principaux chefs-d’œuvre : Le Dernier été de Klingsor (1919), Siddhartha (1922), Le Loup des Steppes (1927) – écrit surtout à Bâle et Zurich –, Narcisse et Goldmund (1930), Le Jeu des Perles de Verre (1942). Il peindra aussi trois mille aquarelles, qui lui permettront de mieux gagner sa vie à partir des dévaluations en cascade du mark allemand dans les années 1920 et 1930. A l’époque, Hermann Hesse était surtout lu en Allemagne ; son succès planétaire sera posthume : son œuvre est actuellement traduite en 70 langues et vendue à 150 millions d’exemplaires. Il connaîtra sa deuxième épouse, Ruth Wenger, à Carona, village de la Collina d’Oro déjà peuplé d’artistes à l’époque. Elle est la fille de Lisa Wenger, une écrivaine suisse-alémanique pour enfants que Hesse connaissait, et de Theodor Wenger, un industriel alémanique établi à Delémont (Jura suisse), fabricant du fameux couteau suisse.

11Si l’on examine le réseau relationnel d’Hermann Hesse au Tessin, on est loin de l’ « ermite de Montagnola » que dépeint la légende. Dans sa vie quotidienne, le poète aimait, lors de ses promenades l’après-midi, partager un vino rosso avec les gens du lieu, des gens simples, paysans ou vignerons. On l’a souvent vu au Circolo sociale de Montagnola ainsi que dans divers grotti de la région. Un grotto est une modeste bâtisse rustique en pierre, situé dans un endroit ombragé, le plus souvent en bordure de forêt, doté d’une cave et qui servait de chambre froide. Ils sont aujourd’hui ouverts au public et l’on y mange de la nourriture locale. Hermann Hesse parlait l’italien qu’il avait appris lors de ses voyages en Italie qui duraient plusieurs mois. Sa vie d’autochtone n’est connue que par bribes, car les paysans du coin, ou la vieille Nina qu’il allait trouver en forêt autour d’une cafetière, ignoraient qu’il était l’un des plus grands auteurs du XXe siècle. Hermann Hesse tenait à cet anonymat qui lui permettait de vivre simplement, à l’écart des foules d’admirateurs qu’il écartait grâce au panneau situé à l’entrée du jardin de sa seconde demeure, la Casa Rossa : « Kein Besuch, bitte ! » (pas de visite, s’il vous plaît !). Le visiteur littéraire qui connaît tout cela désire aller à la rencontre de cette authenticité. Bien sûr, on peut supposer qu’il ne découvre que des traces ou d’autres choses inattendues, et ce décalage, ces allers et retours entre l’image et la réalité rendent la visite extrêmement instructive, tant sur le plan de la connaissance de l’auteur que sur celui de l’évolution du territoire. Aller à la rencontre d’un écrivain, c’est choisir un prisme à travers lequel on découvre une région.

12Le Tessin d’alors ne possédait pas l’élite culturelle qu’il possède aujourd’hui, avec ses musées, son université de la Suisse italienne (USI), sa radio-télévision où œuvrent mille personnes, son orchestre symphonique. Peut-être est-ce la raison pour laquelle Hermann Hesse ne rencontrait qu’exceptionnellement des Tessinois avec qui il pouvait nourrir des échanges intellectuels comme il les entretenait avec Romain Rolland ou André Gide qui vinrent lui rendre visite. Il cultivait également une amitié avec Charles E. Brown, l’ingénieur motoriste passionné de photographie qui fonda avec Boveri la fabrique du même nom à Baden près de Zurich. Le nom de Brown est inscrit sur une plaque commémorative apposée sur l’école du village dont il finança la construction. Parmi ses bienfaiteurs à qui il offre en retour des manuscrits, des aquarelles, des livres dédicacés, l'on compte, en autres, Georg Reinhart, industriel du coton à Winterthour, Max Wassmer, fabricant de ciment et propriétaire du château de Bremgarten près de Berne, Hans C. Bodmer de Zurich et Friedrich E. Welti, juriste à Berne (Mileck, 1978). C’est un membre de la famille Bodmer qui lui mit à disposition une maison dont il dessina les plans en 1930, la Casa Rossa. Cette dernière est hélas fermée au public et fait l’objet, dans son parc, d’un projet immobilier très contesté sur lequel nous reviendrons. Il devint l’ami intime d’Hugo Ball, habitant en contrebas, à San Abbondio, l’un des créateurs du dadaïsme. Ami aussi de l’écrivaine allemande Lisa Tetzner, maître de littérature fantastique pour la jeunesse, contrainte de fuir l’Allemagne nazie à cause de ses opinions et qui écrivit un livre à succès, Giorgio ou le petit Tessinois. C’est l’histoire vraie d’un adolescent de quatorze ans, originaire du Nord-Tessin, vendu par ses parents à un Italien qui employait ces enfants comme ramoneurs à Milan, très recherchés du fait de leur petite taille et de leur agilité. Ce livre donne une idée de la pauvreté régnant dans les hautes vallées du Tessin, au milieu du XIXe au début du XXe siècle. Ce riche tissu relationnel inspire des expositions temporaires au Musée, sur les liens entre Hermann Hesse et ses amis.

13Au Tessin, Hesse ne coupait pas le cordon ombilical avec la langue et la culture germaniques ; il se faisait par exemple envoyer des ouvrages de la Bibliothèque Centrale de Zurich. Hermann Hesse superposait au Sud-Tessin les quatre niveaux de territorialité décrits par C. Raffestin (1995, p. 96-102) : le territoire du quotidien, le territoire des échanges (économiques), le territoire de référence (culturelle), et le territoire sacré. Dans le texte qui suit, ces différents niveaux se superposent, s’entremêlent :
« Comme chaque fois au passage de Alpes, le souffle d’un climat plus chaud, les premiers sons d’une langue plus chantante, les premiers vignobles en terrasses, le spectacle des belles et nombreuses chapelles m’ont tendrement ému et ont réveillé en moi le souvenir d’un mode de vie plus doux, plus tendre, plus maternel, d’une humanité plus proche de l’enfance, plus simple plus fervente, plus joyeuse. Et il me fut de plus en plus impossible de séparer dans mes sentiments la ferveur catholique de la ferveur antique. De même que subsiste ici, indestructible dans ses formes anciennes et stables l’antique manière romaine et méditerranéenne de cultiver le sol, de construire des terrasses pour la vigne, le mûrier et l’olivier, de même subsiste encore aujourd’hui au sud des Alpes quelque chose du robuste paganisme antique avec la ferveur haute en couleur, attachée aux images, de ses cultes et croyances. Là où, à l’époque romaine, s’érigeait un temple, se dresse maintenant une église, là où jadis se trouvait une petite colonne de pierre dédiée à une divinité champêtre ou à un dieu de la forêt, se trouve aujourd’hui la statue ou la niche d’un saint. Comme de tout temps les enfants jouent devant cette niche, comme de tout temps ils la fleurissent » (Hesse, 2000 : 42).

  • 2 artistes travaillant les stucs

14C’est donc plus qu’un simple décor que Hesse apprécie au Tessin, un espace sacré, un peu à l’instar de Stefan Zweig sur le Kapuzinerberg de Salzbourg. Salzbourg a d’ailleurs ouvert un centre dédié à Stefan Zweig en 2008 ; dans les années 1990, la ville misait exclusivement sur Mozart, qui « écrasait la concurrence »… Au musée Hermann Hesse de Montagnola, on peut lire la belle écriture régulière de l’auteur du Monde d’Hier sur une lettre manuscrite destinée à Hermann Hesse ; S. Zweig composa des critiques enthousiastes sur l’œuvre de Hesse alors qu’il était encore peu connu. Sur la Collina d’Oro, Hermann Hesse ne souffre guère d’une concurrence comparable à celle de Mozart à Salzbourg. Cependant, rappelons tout de même que la Collina d’Oro est aussi connue pour être la colline des bâtisseurs, des constructeurs de villes, de palais, d’édifices publics, en Russie, en Italie, à la cour de Vienne ou de Prague (Beerli, 1958, p. 217). Lorsqu’ils rentraient au pays, fortune faite, ces maîtres architectes ou stucateurs2 bâtissaient ou décoraient une petite chapelle, construisaient une belle demeure. Citons quelques noms originaires d’ici : les Lucchesi, Berra, Lucchini, Gilardi, Furlani, Camuzzi. C’est Agostino Camuzzi, l’un des architectes de l’Hermitage de Saint-Pétersbourg sous le tsar Nicolas 1er, qui construisit la Casa Camuzzi, selon le modèle d’un pavillon de chasse baroque. Cette richesse architecturale ne fait pas pour l’instant l’objet d’une valorisation touristique, mais on la découvre en parcourant à pied les chemins favoris d’ Hermann Hesse. Certains sont fléchés et d’autres pas. Une visite sur les traces d’un écrivain déborde largement cet écrivain ; cela devient un prétexte pour apprendre à connaître les traits originaux de la région, et surtout, bien se positionner par rapport aux lieux. Sur la Collina d’Oro ont vécu d’autres écrivains, intellectuels, peintres, musiciens ; on citera uniquement quelques visiteurs illustres de Hesse venus à la Casa Camuzzi : Emmy Ball-Hennings, Max Brod, Martin Buber, T.-S. Eliot, Annette Kolb, Thomas Mann, Romain Rolland, René Schickele, Jakob Wassermann, Stefan Zweig, Hermann Burger…

Photo 3 : La Casa Camuzzi, palais baroque imitation d’un pavillon de chasse construit vers 1860, vue du jardin

Photo 3 : La Casa Camuzzi, palais baroque imitation d’un pavillon de chasse construit vers 1860, vue du jardin

Hermann Hesse occupait un appartement d’angle situé sur l’aile droite de la photo, partiellement masqué par de la végétation. Le musée est installé à l’extrême-gauche du palais, dans une tourelle reconstruite

Photo Bertrand Lévy, 2.9.2005.

Photo 4 : Une des nombreuses stations aménagées sur la promenade Hermann Hesse, au débouché de la forêt, Montagnola, près de la Casa Rossa

Photo 4 : Une des nombreuses stations aménagées sur la promenade Hermann Hesse, au débouché de la forêt, Montagnola, près de la Casa Rossa

La structure métallique, pourvue de la signature de l’auteur, soutient une table inclinée sur laquelle on peut lire des passages de l’écrivain se rapportant à la région.

Photo Bertrand Lévy, 2.9.2005.

3. L’artiste visionnaire en regard de l’aménagement du territoire

15En 1959, dans une lettre destinée à des amis, Hermann Hesse fait le point sur sa vie à Montagnola et sur l’évolution du village. Il habite alors, et ce, depuis 1931, la Casa Rossa ou Casa Bodmer, du nom du bienfaiteur qui l’a mise à sa disposition. Texte prémonitoire qui anticipe les conflits d’intérêts actuels :
« Lorsque, après une guerre mondiale et des revers du sort personnels, il y a quelque quarante ans, je vins ici à Montagnola, comme un naufragé, mais avec la volonté de combattre et de tout recommencer, Montagnola était un petit village endormi au milieu des vignobles et des forêts de châtaigniers. Et il le resta bien des années. Jusqu’à ce que notre colline en vînt à ce stade, à cette maladie que Knut Hamsun a décrite de façon si impressionnante dans Les Enfants de l’époque ou dans La Ville Segelfoss. Là où se perdait hier, sur le coteau, une sente capricieuse serpentant parmi les rangs de vigne et les haies de chèvrefeuille, on voyait aujourd’hui des camions s’arrêter sur un terrain bouleversé pour décharger leurs briques et leurs sacs de ciment, puis, un peu plus tard, au lieu des prés fleuris, des vignes et des figuiers, se dressaient des clôtures de fil de fer barbelé protégeant de petits pavillons urbains, tandis que, de la ville et de la vallée, montaient vers nous sans arrêt ces bêtes rampantes qui avaient nom : lotissements, constructions nouvelles, rues, murs, bétonneuses-mélangeuses, ivresse du développement et fièvre de la spéculation foncière, mort de la forêt, des prairies, des vignobles. (…). La grande vague nous avait atteints, nous n’étions plus un village, et notre environnement n’était plus un paysage. Nous avions eu beau, trente ans auparavant, construire notre maison dans l’endroit le plus écarté, le plus secret, la grande vague venait maintenant jusqu’à nos pieds, prairie après prairie était vendue, lotie, sur-construite et clôturée. » (Hesse, 1984, p. 274-275).

16Á cette époque, l’auteur du Loup des Steppes obtient de son mécène qu'il rachète la colline entière, tenant ainsi éloignée l’urbanisation rampante. Cinquante-quatre ans plus tard, la Collina d’Oro confirme son glissement sémantique de colline dorée par la lumière en colline dorée par l’argent. Le vaste jardin en pente de la Casa Rossa fait l’objet d’une lutte sans merci entre la famille Pavesi, les fondateurs d’une marque agro-alimentaire connue devenus propriétaire des lieux en 1968, et les opposants, qui entendent faire respecter l’esprit de Hermann Hesse sur la colline. Ceux-ci désirent faire inscrire la Casa Rossa et son parc aux Biens culturels du Tessin, comme l’est à présent la Casa Camuzzi. Au contraire, la nouvelle génération des propriétaires veut lotir le terrain - l’ancien jardin étagé de vignes et d’arbres fruitiers que cultivait Hesse - en 14 villas contemporaines de style « Legoland », nombre ramené à 9 par la Commune de Montagnola. Les opposants ont fait circuler sur leur site « Save Hermann Hesse » une pétition qui a réuni 3184 signatures au printemps 2013, dont 474 signatures proviennent de la Collina d’Oro, et 2039 du Tessin. La pétition demande que la Commune rachète le « parc Hermann Hesse » aux propriétaires. Une campagne médiatique exposée sur le site susmentionné fait rage. La Commune a évalué à plus de 5 millions de francs suisses les indemnités dues aux propriétaires en cas d’expropriation, et s’y est opposée. Toutefois, dans sa réponse négative aux pétitionnaires et datant du 22 avril 2013, la Commune de Collina d’Oro, à laquelle appartient le village de Montagnola, a conclu en reconnaissant le droit de préserver les lieux de vie du grand écrivain (sa maison n’étant pas menacée contrairement au jardin tout autour).

17On pressent le combat à venir entre les propriétaires, alliés aux pouvoirs immobiliers et de la construction qui trouvent écho auprès de politiques locaux, et les opposants, dont une partie vote dans la commune et qui ont des liens avec des associations de protection du patrimoine, notamment la STAN (la Società Ticinese per l’Arte e la Natura). Celle-ci a fait recours le 8 septembre 2014 auprès du Conseil d’État du canton du Tessin contre la décision de la Commune. Le fait que le Musée Hermann Hesse, les itinéraires balisés sur la colline, le récent café littéraire Bocca d'Oro installé dans le village, aient vivifié la commune tant sur le plan touristique que culturel est évidemment mis en avant par les pétitionnaires. Le coût symbolique et économique, en cas de rupture irrémédiable de l’harmonie du paysage, est mis en avant par les opposants ; il n’a pour l’instant pas pu être chiffré. Cette bataille prend donc appui sur le tourisme littéraire pour s’opposer à un projet d’aménagement qui dénaturerait le site. Ce n’est pas manipuler le nom de l’écrivain que d’invoquer ses valeurs. Le style architectural prévu est en effet situé aux antipodes du style vernaculaire qu’appréciait Hesse. Le Tessin, et Lugano en particulier, souffrent d’un manque de protection de villas anciennes entourées de jardins, démolies au profit de constructions sans âme. C’est un combat non seulement esthétique mais aussi identitaire, un conflit certes classique d’aménagement entre bien privé et bien public, mais qui se double ici de la mise en avant de valeurs éthiques et esthétiques chères au poète, qui fut, ne l’oublions pas, l’un des précurseurs de l’écologisme (Riordan, 2005).

18De leur côté, les promoteurs du projet immobilier et la Commune de Montagnola argumentent sur le fait que le jardin et la demeure de Hermann Hesse ont été tant modifiés ces quarante-cinq dernières années, qu’ils ne présentent plus un intérêt historique suffisant pour qu’ils soient inscrits au Patrimoine et ainsi protégés. Il est vrai que le propriétaire milanais actuel a transformé l’ancien jardin vivrier et vigneron de Hesse en un jardin de loisir peuplé d’essences rares et que la maison a subi des modernisations. Par exemple, l’entrée du jardin est gardée par deux sculptures de cariatides ceintes d’une protection électronique sophistiquée, alors que l’ancien portail de la propriété était généralement ouvert. Le chemin en terre battue qui serpentait à travers le jardin a été recouvert de tartan et ainsi de suite. Le domaine a subi une gentrification accompagnée d’une forme d’aseptisation du paysage qui marque les enclaves pour privilégiés ayant pris place sur d’anciennes terres agricoles.

Photo 5 : Photomontage du projet d’aménagement de villas contemporaines de style « Legoland », dans le parc Hermann Hesse, en contrebas de la Casa Rossa, la deuxième demeure du poète, de 1931 à 1962

Photo 5 : Photomontage du projet d’aménagement de villas contemporaines de style « Legoland », dans le parc Hermann Hesse, en contrebas de la Casa Rossa, la deuxième demeure du poète, de 1931 à 1962

Page d’accueil du site « Save Hermann Hesse » qui regroupe les opposants à ce projet. Mis en ligne le 24.9.2014. Consulté le 30.9.2014.

Photo 6 : Carte de situation des deux demeures d’Hermann Hesse à Montagnola.

Photo 6 : Carte de situation des deux demeures d’Hermann Hesse à Montagnola.

Source : Carte Nationale Suisse, 1/25 000, 1959, Swisstopo, Voyage dans le temps (domaine public)
Auteur : B. Lévy, 2015.

Conclusion

19Une région telle le Sud-Tessin doit veiller à conserver un équilibre entre l'attractivité économique et l'attrait que suscite son paysage, c'est-à-dire son attractivité géographique et culturelle. Le cas des lieux de vie d'Hermann Hesse, et la scénographie qui a été construite, sont clairement de l'ordre de l'attrait, du point de vue de la perception du visiteur, et de l'attractivité, du point de vue des organisateurs de tourisme. Le dernier épisode en date, sur le devenir de la deuxième demeure d'habitation d'Hermann Hesse et de son parc menacé, est symptomatique d'un aménagement du territoire qui privilégie le rendement économique à court terme au détriment de l'attrait paysager et culturel, représentant une attractivité économique à long terme. Le conflit d'aménagement autour de ce lieu dépasse de loin l'échelle locale, vu le rayonnement international de l'auteur. Hermann Hesse (1984, p. 275) posait lui-même la question de la disparition d'un paysage ("notre environnement n'était plus un paysage") ; à partir de quel stade d'urbanisation (en l'occurrence d'une urbanisation dissonante avec le milieu existant) une harmonie paysagère est-elle rompue ? Question fondamentale qui nous rappelle qu'un écrivain visionnaire est capable de poser des questions cruciales d'aménagement du territoire. Une maison d'écrivain et son contexte servent dans ce cas à réfléchir sur le bien commun, à son caractère durable, et à son rapport avec l'humanité.

Haut de page

Bibliographie

Baur R., Thiéry S., 2013, Face au brand territorial. Sur la misère symbolique des systèmes de représentation des collectivités territoriales, Zurich : Lars Müller Publishers, Genève, Civic City, Head, 285 p.

Beerli A., 1958, Tessin, Série La Suisse inconnue. Münsingen, TCS/ Fischer, 335 p.

Bucher, R., 2010, Mit Hermann Hesse durchs Tessin. Ein Reisebegleiter, Berlin, Insel Verlag, 291 p.

Cohen E., 2006, Religious Tourism as an Educational Experience, in Dallen J. Timothy and Daniel H. Olsen (ed.) : Tourism, Religion and Spiritual Journeys. London and New York, Routledge, pp. 78-93.

 Fosanelli I, 2007, “Mon regard distrait erre sur les rives du lac de Lugano…”. Il Ticino di Elisée Reclus, Le Globe, T : 147, Gea, n° 23, pp. 9-28.

Fournier M., 2013, Marcher dans les pas des écrivains : l'héritage littéraire comme ressource territoriale, Conférence, IV Eugeo Congress, Session 15, « Géographie et littérature : de la relecture du monde au développement des territoires », Rome, 5-7 septembre.

Gasparini S.D., 2010, The Herman Hesse museum. An important driver for cultural tourism in Canton Ticino, master thesis in International Tourism, Lugano, Université de la Suisse italienne, 120 p.

Hächler B., 2000, Das Klappern der Zoccoli. Literarische Wanderungen im Tessin, Zurich, Rotpunkt Verlag, 527 p.

Hesse H., 1932, Die Morgenlandfahrt, (Les Pèlerins d’Orient), Berlin, S. Fischer.

Hesse, H., 1984, Vierzig Jahre Montagnola, Neue Zürcher Zeitung, 26.5.1962, in H. Hesse, Gedenkblätter. Erinnerungen an Zeitgenossen, Frankfurt am Main, Suhrkamp, pp. 274-275 (texte écrit en 1959, ma traduction).

Hesse H., 2000, Tessin, traduit de l’allemand par J. Duvernet, édition et postface de V. Michels, Genève, Metropolis, 345 p.

Lévy B., 1989, Géographie humaniste et littérature : l’espace existentiel dans la vie et l’œuvre de Hermann Hesse (1877-1962), Genève, Le Concept moderne, 400 p.

Limouzin P., 1990, Le Tessin : les mutations économiques et sociales d'un canton périphérique, Annales de Géographie, vol. 99, no 552, pp. 173-179.

Melot M., 2005, Un nouveau pèlerinage : la maison d'écrivain, Médium, 4, n° 5, pp. 59-77.

Mileck J., 1978, Hermann Hesse. Life and Art, Berkeley, University of California Press.

Riordan C., 2005, Hermann Hesse and the Ecological Imagination, in I. Cornils, O. Durrani (eds.), Hermann Hesse Today, Amsterdam-New York, Rodopi, pp. 95-106.

Raffestin C., 1995, Langue et territoire. Autour de la géographie culturelle, in Walty, S., Werlen B., Kulturen und Raum : theoretische Ansätze und empirische Kulturforschung in Indonesien : Festschrift für Professor Albert Leemann. Zurich, Rüegger, pp. 87-104.

Sitographie

Musée et Fondation Hermann Hesse, Montagnola, http://www.hessemontagnola.ch/, consulté le 29.09.2014.

Musée Hermann Hesse, Calw, http://www.hermannhesse.de/fr/mus%C3%A9es/calw , consulté le 29.9.2014.

Maison Hermann Hesse, Gaienhofen, http://www.hermann-hesse-haus.de/, consulté le 29.9.2014.

Save Hermann Hesse, http://savehermannhesse.com, mis en ligne le 24.9.2014, consulté le 29.9.2014.

Hôtel Villa Principe Leopoldo, Lugano http://www.leopoldohotel.com/de/13/default.aspx , consulté le 29.9.2014.

Haut de page

Notes

1 Le « brand territorial », de l’anglais « brand » (= marque), est le rapprochement des méthodes de communication iconographiques des collectivités publiques de celles d’entreprises privées, rapprochement démontré et critiqué par Baur et Thiéry (2013).

2 artistes travaillant les stucs

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 : Vue du lac de Lugano depuis la Collina d’Oro, Montagnola, en direction du Nord-Est Photo 2 : même vue en février 2005
Légende Photo1 : Le fond de la vallée est encore cultivé et garni de terrasses. Le Monte Brè, pyramide occupant le quart supérieur gauche de l’image est encore faiblement urbanisé, de même que les rivages du lac.Photo 2 :L’urbanisation a grignoté les versants et est devenue massive au bord du lac. L’autoroute barre la vallée et surplombe à présent la zone commerciale de Lugano Sud. Les bois ont également progressé, remplaçant
Crédits Photo 1 : Martin Hesse, sd, années 1930, © Hermann Hesse-Editionsarchiv, Volker Michels, Offenbach am Main, © Fondazione Hermann Hesse, Montagnola.Photo 2 : Bertrand Lévy, 2.9.2005.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3711/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Photo 3 : La Casa Camuzzi, palais baroque imitation d’un pavillon de chasse construit vers 1860, vue du jardin
Légende Hermann Hesse occupait un appartement d’angle situé sur l’aile droite de la photo, partiellement masqué par de la végétation. Le musée est installé à l’extrême-gauche du palais, dans une tourelle reconstruite
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3711/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Photo 4 : Une des nombreuses stations aménagées sur la promenade Hermann Hesse, au débouché de la forêt, Montagnola, près de la Casa Rossa
Légende La structure métallique, pourvue de la signature de l’auteur, soutient une table inclinée sur laquelle on peut lire des passages de l’écrivain se rapportant à la région.
Crédits Photo Bertrand Lévy, 2.9.2005.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3711/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Photo 5 : Photomontage du projet d’aménagement de villas contemporaines de style « Legoland », dans le parc Hermann Hesse, en contrebas de la Casa Rossa, la deuxième demeure du poète, de 1931 à 1962
Légende Page d’accueil du site « Save Hermann Hesse » qui regroupe les opposants à ce projet. Mis en ligne le 24.9.2014. Consulté le 30.9.2014.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3711/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Photo 6 : Carte de situation des deux demeures d’Hermann Hesse à Montagnola.
Crédits Source : Carte Nationale Suisse, 1/25 000, 1959, Swisstopo, Voyage dans le temps (domaine public)Auteur : B. Lévy, 2015.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3711/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 506k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bertrand Lévy, « Hermann Hesse et l’attractivité du Sud-Tessin », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 31 | 2016, mis en ligne le 07 septembre 2016, consulté le 17 août 2017. URL : http://tem.revues.org/3711 ; DOI : 10.4000/tem.3711

Haut de page

Auteur

Bertrand Lévy

Maître d’enseignement et de recherche
Département de géographie et environnement
Uni Vogt
Université de Genève
66, bd Carl Vogt
CH-1205 Genève
bertrand.levy@unige.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page