Navigation – Plan du site
Articles

Kalymnos : un paradis de l’escalade au pays des pêcheurs d’éponges

Ou comment l’escalade et les sports de pleine nature soutiennent l’activité touristique de l’île face aux difficultés rencontrées par le modèle hélio-balnéaire.
Kalymnos : a Paradise of Rock-Climbing to the Country of Sponge Divers
Jean Scol
p. 21-41

Résumés

À Kalymnos, dans l’archipel grec du Dodécanèse, au Sud-est de la Mer Égée, le développement touristique s’est inscrit comme dans bien d’autres îles de la région depuis les années 1970, sur le modèle du traditionnel triptyque des 3S. Cependant, cette île peu accessible et souffrant d’un manque de plages, n’apparaît pas être la mieux adaptée pour répondre aux exigences du tourisme hélio-balnéaire. Elle enregistre d’ailleurs aujourd’hui un recul important de sa fréquentation touristique internationale traditionnelle. Cependant, depuis quelques années, Kalymnos fait de plus en plus parler d’elle chez les sportifs amateurs d’escalade pour lesquels l’île est devenue un haut-lieu incontournable de réputation internationale voire mondiale. Si le développement de ce sport fut tout d’abord à mettre au crédit des sportifs eux-mêmes, très vite, les autorités locales et les professionnels réalisant l’opportunité qu’offre le phénomène en matière de redéploiement touristique de l’île, s’impliquèrent dans son essor. Aujourd’hui à Kalymnos, les grimpeurs représenteraient au moins le tiers de la fréquentation touristique totale et si le tourisme sportif n’y a pas véritablement supplanté le balnéaire, il commence à lui offrir un complément sans doute indispensable à sa survie face à un marché touristique toujours plus concurrentiel et exigeant.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dodécanèse vient de dodéca = 12 et nissia = îles : en grec Δοδεκανισα (prononcer « zozécanissa ») = (...)
  • 2 Dans sa thèse de géographie consacrée au tourisme dans l’archipel (Jean Scol 1994), l’auteur recens (...)
  • 3 Les Italiens prennent le Dodécanèse aux Turcs Ottomans en 1912, et en font un département italien ( (...)
  • 4 Rhodes et Kos concentrent à elles deux 98 % de la fréquentation touristique étrangère dans l’archip (...)
  • 5 Dans les îles de l’Égée, la Chora est le chef lieu historique bâti sur les hauteurs autour d’une fo (...)
  • 6 Kalymnos est une « île – dême », c'est-à-dire que bien que comptant une dizaine de localités, l’île (...)

1Aux confins Sud-est de l’Égée, face à l’Anatolie turque, le Dodécanèse égrène son long chapelet d’îles, telles des montagnes posées sur la mer. Cet archipel qui pour les hellénistes porte un nom trompeur1, compte 18 îles habitées en permanence et plusieurs dizaines d’autres désertes2. Il fut rattaché à la Grèce en 1947 après plus de quatre siècles d’occupation d’abord ottomane (1522-1912), puis italienne3. Aujourd’hui, il constitue l’un des départements les plus prospères de Grèce et s’affiche en particulier comme le plus touristique du pays. Cette dynamique touristique - avant tout internationale bien que les touristes grecs soient de plus en plus présents - se ressent dans chacune des îles de l’archipel ; cependant c’est surtout à Rhodes et à Kos que se concentrent l’essentiel des séjours, les autres îles se contentant d’une fréquentation très marginale4. Dans ce contexte de quasi monopole, certaines îles secondaires de l’archipel, telle Karpathos aux paysages sauvages et au folklore local préservés ou Patmos dont la Chora5 et le monastère fortifié de Saint-Jean sont inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité, restent attractives. C’est aussi le cas, à leur échelle, de toutes petites îles, telles Lipsi, Arki, ou encore Psérimos..., qui, par leur côté authentique et préservé, enregistrent une fréquentation certes modeste dans l’absolu mais suffisante pour assurer, si ce n’est une certaine prospérité, au moins un complément de revenus non négligeable à une population peu nombreuse. Or, cela n’est pas ou n’est plus le cas à Kalymnos. Cette île de 111 km2 pour quelques 18 000 habitants est la quatrième du Dodécanèse par sa superficie et la troisième par sa population (Carte n° 1 : Les espaces touristiques et les potentiels de tourisme sportif de pleine nature à Kalymnos). En revanche, elle ne constitue que la cinquième destination de l’archipel alors qu’elle occupa longtemps la troisième place. Elle voit même le nombre d’arrivées décliner régulièrement et de façon notable depuis une dizaine d’années, au grand désespoir des professionnels du secteur et des autorités locales6. L’objet de cet article sera cependant moins d’analyser les raisons de ce déclin touristique, que de mettre l’accent sur l’amorce d’un possible redéploiement du tourisme par le biais des activités touristico-sportives de pleine nature. Depuis quelques années en effet, la randonnée pédestre se développe à destination des étrangers sur les dizaines de kilomètres de sentiers qui parcourent la montagne ; mais c’est surtout l’escalade qui s’impose comme le nouveau produit phare et emblématique du tourisme sportif dans une île qui se présente désormais comme le paradis des grimpeurs..... Ce mouvement ne vise pas à imposer à Kalymnos un nouveau modèle de développement touristique mais tente au moins d’apporter une forme d’alternative ou de complément à un tourisme balnéaire en crise.

1. Kalymnos une destination du tourisme balnéaire de masse ?

  • 7 Source : ONHT - Organisation Nationale Hellénique du Tourisme- (en anglais GNTO : Greek National To (...)
  • 8 Cette donnée est officieuse car depuis 1997, il ne nous a plus été possible de trouver des statisti (...)

2Comme tant d’autres îles de l’Égée (Mykonos, Santorin, Paros...) et plus particulièrement du département (Rhodes, Kos, Patmos...), Kalymnos avait cru pouvoir se faire une place dans le contexte de croissance touristique que connaissait la région dans les années 1970 et 1980. Les paysages de l’île avaient alors commencé à changer surtout sur le littoral, ou tout au moins sur sa partie bordée de plages accessibles par la route. C’est ainsi qu’une bonne partie du littoral nord-ouest de l’île, entre les localités de Kadouni et de Massouri a vu naître une véritable « agglomération touristique » prenant la forme d’une authentique riviéra balnéaire, là où jusque dans les années 1960, n’existaient que de modestes hameaux. La transformation, spectaculaire et commandée par les seuls besoins du tourisme balnéaire, connut son apogée entre 1985 et 1995. C’est ainsi que Kalymnos devint à l’aube des années 1990 la troisième destination touristique de l’archipel, enregistrant par exemple 15 473 arrivées en 1993 (contre plus de 906 000 pour Rhodes et près de 325 000 pour Kos)7. C’est à cette époque que le tourisme atteint son point d’orgue dans l’île. En effet, dans les années qui suivirent, Kalymnos commença à enregistrer une baisse régulière de sa fréquentation touristique, notamment internationale, qui aujourd’hui stagnerait officieusement8 aux environs de 8 000 arrivées ! Alors que le Dodécanèse dans sa globalité, et la presque totalité des autres îles de l’archipel, ont vu dans le même temps leur fréquentation augmenter (Tableau n° 1 ): Les arrivées de touristes dans le Dodécanèse entre 1992 et 1997).

Tableau 1 : Les arrivées de touristes dans le Dodécanèse entre 1992 et 1997

1992

1993

1994

1995

1996

1997

Rhodes

953 547

906 778

1 021 570

985 234

925 529

1 018 434

Kos

323 630

324 183

402 520

392 529

384 557

434 110

Karpathos

10 025

13 009

12 856

20 618

25 180

25 716

Patmos

9069

10 124

12 470

14 488

11 650

13 907

Kalymnos

14 315

15 473

15 734

15 735

11 806

11 411

Autres îles

10 041

8073

8803

13 416

15 930

16 021

Total

1 320 627

1 277 640

1 473 954

1 442 020

1 374 652

1 519 599

Sources : ONHT délégation de Rhodes 1995 et 1997.

2. Les causes de la crise touristique kalymniote

3L’expression locale et désormais consacrée, selon laquelle « Kalymnos voit les touristes étrangers par le trou d’un macaroni », traduit le malaise des responsables et professionnels du tourisme dans l’île. Comment expliquer la crise qui sévit aujourd’hui sur la terre des fiers pêcheurs d’éponges ? Dans le monde du tourisme, la Grèce et ses îles riment bien sûr avec le patrimoine archéologique mais aussi et peut-être surtout avec les plages, la mer et le soleil qui en font une destination recherchée sur le marché du tourisme « hélio-balnéotropique ». C’est donc essentiellement à partir de cette matière première culturelle et surtout balnéaire que s’est construit dès la fin des années 1960, le succès touristique de nombreuses régions littorales du continent ou celui de régions insulaires à l’image des Cyclades (Paros, Naxos, Santorin, Mykonos...) ou du Dodécanèse et qui s’affiche comme l’une des toutes premières destinations du pays.

  • 9 9 Longtemps restée à l’écart des flux du tourisme international, l’île de Karpathos s’est imposée c (...)
  • 10 Longtemps restée à l’écart des flux du tourisme international, l’île de Karpathos s’est imposée com (...)
  • 11 À moins de 3 heures de navigation au nord de kalymnos, Lipsi et l’ensemble des toutes petites îles (...)
  • 12 Le terme « tourisme de masse » désigne ici le grand nombre de touristes et ceci sans porter de juge (...)
  • 13 La ligne régulière A/R : le Pirée - Patmos - Léros - Kalymnos – Kos – Rhodes était jusqu’en juin 20 (...)
  • 14 En fait, un aéroport est en construction depuis plus de 10 ans à Kalymnos près de la localité d’Arg (...)

4Comme de nombreuses îles de l’archipel, Kalymnos a donc développé sa capacité d’accueil touristique en fonction du triptyque des « 3 S ». Cependant l’île ne semble plus détenir l’ensemble des attributs nécessaires au succès du tourisme balnéaire qui privilégie les îles voisines bien mieux pourvues en la matière. Ainsi, au contraire de Rhodes et de Kos qui comptent chacune plusieurs dizaines de kilomètres de plages de sable, Kalymnos n’en possède que quelques unes, jolies, mais de taille modeste ne permettant guère d’accueillir plus de quelques milliers d’estivants simultanément. Le patrimoine culturel kalymniote n’est quant à lui pas négligeable, mais il est peu valorisé et ne peut rivaliser avec la richesse des sites de Rhodes, Kos ou Patmos9. Kalymnos, bien que réputée authentique, ne jouit ni du caractère sauvage et traditionnel de Karpathos10 ni de l’aspect pittoresque et de la douce tranquillité de la petite île de Lipsi11.De plus, autre facteur particulièrement handicapant pour le développement du tourisme « de masse »12, Kalymnos souffre d’une accessibilité médiocre. Située à plus de 180 miles nautiques du Pirée il faut au moins douze heures de navigation en ferry-boat pour y débarquer au cœur de la nuit. Jusqu’en juin 2004, il existait deux liaisons quotidiennes avec le continent et vers Rhodes. Depuis la faillite de l’une des deux compagnies exploitant la ligne, la fréquence de la desserte n’est plus que de 3 à 4 liaisons hebdomadaires dans les deux sens13. L’accessibilité par voie aérienne peut être plus rapide ; mais l’absence d’aéroport sur l’île14 impose une escale sur Kos suivie d’une traversée sur un petit ferry-boat (Carte 1. les espaces touristiques et les potentiels de tourisme sportif de pleine nature à Kalymnos) pour rejoindre Kalymnos. Si celle-ci ne dure qu’une heure il faut ajouter le temps du transfert entre l’aéroport et le petit port de Mastikari sur la côte nord de Kos face à Kalymnos. Par ailleurs, cette traversée n’est assurée que deux à trois fois par jour seulement ; d’où parfois de longues heures d’attente. En tout état de cause, faute de liaison aérienne directe, Kalymnos reste largement à l’écart des grands flux du tourisme organisé. Les difficultés que rencontre la dynamique touristique à Kalymnos tiennent aussi à l’inorganisation du secteur et à l’impuissance des autorités locales pour y remédier. Selon l’adjointe municipale, en charge du tourisme, le secteur touristique kalymniote souffre d’un manque chronique de professionnalisme et de l’absence d’une véritable « culture touristique ». Le chacun pour soi règne en maître. Ainsi, pour un investisseur, il s’agira moins de créer un nouveau produit pour capter ou susciter une nouvelle clientèle que de chercher à imiter « en mieux » la concurrence pour lui prendre la sienne. Ceci explique la croissance continue de la capacité d’hébergement sur l’île alors que le nombre de touristes ne cesse de diminuer. Il existe pourtant bien à Kalymnos des associations de professionnels (Association des Hôteliers Kalymniotes, Association Restaurateurs et Patrons de Bars) mais il reste très difficile pour les autorités locales de les réunir afin d’établir un programme ou une politique de développement touristique concertée.

Carte 1 : Les espaces touristiques et les potentiels de tourisme sportif de pleine nature à Kalymnos

Carte 1 : Les espaces touristiques et les potentiels de tourisme sportif de pleine nature à Kalymnos

Source : Aris Théodoropoulos,
Conception : Jean Scol
Réalisation : Jacqueline Domont (Laboratoire HVT –USTL)

  • 15 Les statistiques officielles de l’ONHT comptent par exemple, plus d’un million de ressortissants al (...)
  • 16 En septembre 2003, une note des agences de l’EOT à l’étranger estimait que l’année se terminerait e (...)
  • 17 Dès septembre 2004, le président de l’association des voyagistes grecs (Hatta) estimait que par rap (...)

5Ce problème est récurrent en Grèce. D’une façon globale on peut affirmer que le développement du tourisme à Kalymnos subit, souvent en les amplifiant, les dysfonctionnements du modèle touristique grec. À ce constat, s’ajoute un contexte aujourd’hui moins favorable à l’essor du tourisme international en Grèce que par le passé. En effet, contrairement à certains chiffres officiels qui laisseraient penser à une croissance du nombre des arrivées15 dans le pays, celles-ci seraient depuis quelques années déjà, plutôt orientées à la baisse ou enregistreraient tout au moins une relative stagnation16. Cette situation résulterait de la perte de compétitivité du pays vis-à-vis d’autres destinations (Turquie, Croatie...) présentant des prestations comparables à la Grèce mais bien plus abordables. L’adoption de l’Euro par la Grèce en Janvier 2002 a amplifié ce phénomène, car l’inflation particulièrement forte (de l’ordre de 30 % voire 50 % !) qui en a suivie, affecte aussi le secteur touristique. Par ailleurs, la monnaie unique européenne facilite les comparaisons de tarifs pour des visiteurs qui principalement résident dans la zone Euro ; et ne permet plus de masquer la valse des étiquettes comme on le faisait jadis en dévaluant la Drachme. Enfin, en 2004, la spéculation liée à la tenue des Jeux Olympiques à Athènes a entraîné une augmentation parfois spectaculaire des tarifs, notamment dans l’hôtellerie. Or, supputant sans doute cette augmentation et surtout plus encore une surfréquentation du pays pour l’occasion, les touristes furent moins nombreux que prévus et contre toutes attentes la saison 2004 s’est apparemment révélée relativement médiocre dans tout le pays17. Dans un tel contexte, la place de Kalymnos dans le paysage touristique de la région est d’autant moins favorable, que les opérateurs qui utilisent traditionnellement l’île comme une destination « soupape » face au trop plein de fréquentation de ses puissantes voisines, ont aujourd’hui plutôt tendance à recentrer leurs activités sur Kos et Rhodes.

  • 18 Cf. Organisation Municipale des Sports de Kalymnos.

6Cependant depuis quelques années, une nouvelle forme de tourisme émerge à Kalymnos. Elle s’appuie sur la pratique des sports de pleine nature et notamment sur celle de l’escalade. Kalymnos se présente aujourd’hui comme « l’île du sport »18, peut-elle cependant compter sur cet atout pour relancer sa dynamique de développement touristique ?

3. Kalymnos : un nouveau paradis de l’escalade

7La réputation de Kalymnos en matière d’escalade tient au fait qu’à l’image de la plupart de ses consœurs égéennes, l’île est montagneuse. Ici et sans doute plus qu’ailleurs, le terme de « montagne sur la mer » s’impose tant on est surpris de l’importance et de la vigueur des reliefs. La montagne occupe la quasi-totalité de l’espace insulaire ; les altitudes atteintes (jusqu’à près de 700 m) apparaissent relativement élevées et les pentes aux fortes déclivités plongent brutalement vers la mer, donnant aux côtes un aspect austère et découpé où se succèdent péninsules, caps et golfes profonds aux berges abruptes (péninsule d’Arginonda, cap Diapori, golfes d’Arginonda, de Vathis, de Paléonissou...). Le « massif kalymniote » est formé de quatre chaînes presque parallèles plus ou moins orientées Sud-est – Nord-ouest. Celles-ci divisent l’île en trois parties principales : deux vallées fortement encaissées et un plateau.

8La chaîne qui se déploie au Nord-ouest de la localité d’Arginonda est la plus longue (environ 14 km). Elle forme une étroite péninsule se prolongeant presque jusqu’à l’île voisine de Léros et culmine à 470 m aux monts Patéla et Grios. Vers le Sud, elle rejoint la chaîne de Panaghia Kirapsili (608 m) qui forme le versant Nord de la profonde vallée du village de Vathis. La chaîne centrale, la plus élevée, atteint 698 m au Mont Profitis Ilias. Elle sépare la vallée de Vathis de celle de Pothia la principale agglomération et port de Kalymnos. Enfin au Sud de l’île, les cimes de Miroviglion (498 m), de Cassala (480 m), de Porta (310 m), d’Aghios Giorgios (244 m) et de Vothini (185 m) enserrent le plateau d’Argos. La côte Sud-Est est très largement échancrée par le débouché vers la mer des deux vallées principales. Au contraire le littoral Ouest et Nord-ouest de l’île est marqué dans sa presque continuité par des versants abrupts aux puissantes parois verticales hautes de plusieurs dizaines voire centaines de mètres. C’est d’ailleurs sur cette section du littoral kalymniote que se concentre l’essentiel des secteurs d’escalades existant aujourd’hui dans l’île.

9L’autre atout de Kalymnos aux yeux des grimpeurs réside dans la qualité de la roche calcaire qui constitue ces mêmes montagnes. D’après les spécialistes celle-ci présente des qualités exceptionnelles. Elle est un peu rugueuse mais vierge de végétation et contrairement à de nombreux spots dans le Monde, elle n’est pas encore polie par la pratique ancienne de l’escalade. La roche est donc ici particulièrement adhérente et les formes du relief, dalles, surplombs, grottes, colonnettes, stalactites... proposent une grande variété de parcours souvent très techniques. Cependant, c’est surtout la mobilisation d’une chaîne d’acteurs pour valoriser des qualités naturelles de cette « matière première » qui explique le succès de ce sport dans l’île.

  • 19 Alp. n° 168, avril 1999
  • 20 Rotpunkt. février 1999

10Les débuts de l’histoire de l’escalade à Kalymnos tiennent du hasard : celui du grimpeur italien Andréa Di Bari et de sa femme qui, en vacances dans l’île durant l’été 1996, jettent un regard curieux et averti sur les superbes falaises qui surplombent le littoral nord. Ils notent la qualité de la roche et s’y essayent. Pressentant alors un fort potentiel en la matière, ils reviennent dès le printemps suivant, à Kalymnos avec des amis. Cette fois l’objectif du séjour est l’escalade. Le petit groupe entreprend alors d’équiper les 43 premières voies dans les secteurs dits d’Archi (n° 12), de Poets (n° 31) et d’Odyssée (n° 20) (cf. carte 2 : Les secteurs d’escalade à Kalymnos en 1997). En octobre de la même année, Di Bari revient à Kalymnos accompagné d’Andréa Gallo un photographe travaillant pour la revue Alp. Il s’en suivra au printemps 1999 la publication de photographies et d’articles dans les revues allemandes Alp19 et Rotpunkt20. Dès lors, la présence des grimpeurs va s’affirmer et s’amplifier alors que très rapidement, le nom de Kalymnos s’impose dans le microcosme de l’escalade.

  • 21 Kalymnos est connue depuis l’Antiquité pour être la patrie des pécheurs d’éponges. Cette activitass (...)
  • 22 Cf. Plaquette de présentation et site Web de l’Organisation Sportive Municipale de Kalymnos (Munici (...)
  • 23 Cf. Site Web lafuma.com
  • 24 Cf. Intervention de Catherine Destivelle à Kalymnos lors du premier « Rock Climbing Festival » de K (...)
  • 25 Cf. High Moutain sports 8/2000.
  • 26 Cf. Rock&Ice 2, 3/2001.
  • 27 Cf. Vertical n° 32, 4/2003.
  • 28 Cf. Courrier International n° 777 du 22 au 28 septembre 2005 pages 66 et 67.

11L’île traditionnellement connue comme celle des « pêcheurs d’éponges »21 devient en quelques années seulement « ...un paradis de l’escalade en Égée »22 vanté par les plus grands noms de l’escalade internationale. Patrick Cabarrou, alpiniste de renommée mondiale, qualifie Kalymnos « ...d’île des chèvres sauvages, de l’accueil souriant et de la grimpe heureuse »23 ; et la célèbre grimpeuse française Catherine Destivelle affirme en 2000 que « Le destin de Kalymnos est de devenir un des sites d’escalade parmi les plus importants d’Europe »24. La presse spécialisée (Rock&Ice, Rotpunkt, Alp, Su Alto, Pareti, Grimpeur, Vertical, Alpirando, Montagne, High Moutain sports...) lui consacre régulièrement des articles et n’est pas moins dithyrambique quant aux qualités de Kalymnos en matière d’escalade. Ainsi dans la revue High Moutain sports, Kalymnos est présentée comme « Un joyau de l’escalade en mer Égée »25 alors que pour Rock&Ice « La recherche du paradis de l’escalade finit sur l’île grecque de Kalymnos »26. La revue française Vertical titrait quant à elle son numéro d’avril 2003 d’une façon toute aussi élogieuse « Kalymnos : paradis de la grimpe moderne, destination idyllique où le rêve et l’imaginaire du grimpeur prennent corps. Voyage en terre grecque, à la découverte de l’extraordinaire »27. Alors qu’en septembre 2005 l’hebdomadaire Courrier International tirait une double page sur « Les falaises de Kalymnos »28. On ne compte plus par ailleurs les pages du Web dédiées à l’escalade dans l’île et tout aussi élogieuses pour « (Kalymnos) the perfect sport climbing destination... » Rockfax.com /2005 (cf. photographies 1 et 2).

Photo 1

Photo 1

Un groupe de grimpeurs se prépare au pied de la voie « Kalenka » (5C-31.) dans le secteur d’Aghios Fotis (n° 37)

Jean Scol, 04/2005

Photo 2

Photo 2

Grimpeurs en action sur « Kalenka »

Jean Scol, 04/2005

12Pour sa part, la Municipalité kalymniote va elle aussi dès 1999, s’intéresser de près à l’essor de l’escalade. Un sport qu’elle perçoit comme une véritable opportunité pour le développement touristique de l’île, en particulier en terme d’alternative au tourisme balnéaire traditionnel qui tend à s’y dégrader.

  • 29 Programme Européen de Développement des Régions Périphériques 2000-2006 : PEP Égée du Sud – rubriqu (...)
  • 30 Aris Théodoropoulos est originaire du Péloponnèse et a joué depuis la fin des années 1980, un rôle (...)

13Elle s’implique dans son développement de façon directe et très dynamique grâce aux fonds attribués dans le cadre du Programme Européen de Développement des Régions Périphériques29. Cela se traduit dans un premier temps par une série de mesures qui visent à favoriser le développement de l’escalade en facilitant l’ouverture de nouveaux secteurs tout en assurant la valorisation de ceux déjà existants. C’est par exemple ainsi, qu’est mis à la disposition des grimpeurs du matériel nécessaire à l’équipement de nouvelles voies. Ces actions comme les suivantes, furent confiées à l’Organisme Municipal des Sports et menées en collaboration avec un guide de montagne et instructeur professionnel d’escalade, Aris Théodoropoulos30 et son assistant Thomas Mihailidis.

14Cette première période atteint son apogée lors du Rassemblement International d’Escalade organisé à Kalymnos du 2 au 8 octobre 2000 par la Municipalité et le Club Alpin Grec d’Archanes (EOS Archanes) avec l’aide de la Fédération Grecque de Montagne et d’Escalade.

15L’événement rassembla 180 grimpeurs. Parmi eux figuraient quelques grands noms de l’escalade mondiale comme la Française Catherine Destivelle ou le grimpeur allemand Gregor Jaeger..., venus de 12 pays étrangers : Royaume-Uni, France, Italie, Autriche, Allemagne, Roumanie, Slovénie, Hongrie, République Tchèque, Afrique du Sud, Israël, USA. La Grèce était quant à elle représentée par pas moins de 50 grimpeurs. Ce rassemblement connu une large couverture par médias spécialisés (revues Rotpunkt, Alp, Grimpeur, Vertical, Alpirando...). Les objectifs du rassemblement visaient à développer l’amitié et la collaboration entre les grimpeurs du Monde entier, à ouvrir de nouvelles voies d’escalades à Kalymnos, à sensibiliser la population locale à la pratique de l’escalade ou encore à améliorer la notoriété de l’île à travers celle-ci.

  • 31 Cf. Compte rendu du premier Rassemblement International d’Escalade de Kalymnos par Aris Theodoropou (...)

16Ses organisateurs le perçurent alors comme un « ...événement culturel ayant une signification profonde pour le développement d’une île comme Kalymnos »31. Pour sa part, le Maire de Kalymnos, rappela dans son discours d’ouverture, l’importance des opportunités offertes par le développement de l’escalade en matière de tourisme alternatif, de tourisme doux et durable. Il souligna ses effets positifs sur l’allongement de la saison touristique mais surtout sur l’image de marque de Kalymnos et l’opportunité offerte de se distinguer des autres îles grecques. À la suite de ce rassemblement, la municipalité kalymniote continua à œuvrer en faveur de l’escalade avec une énergie jamais démentie jusqu’à nos jours. Ainsi se poursuivit la politique de balisage des secteurs sous la forme de bornes érigées sur les bords des routes, au pied des falaises (cf. photographie n° 3).

Photo 3

Photo 3

Un exemple de bornes de balisage des secteurs d’escalade érigées par la municipalité kalymniote. Ici la borne du secteur Kasteli (n° 17), lui-même situé en contrebas de la route et non visible sur la photographie. En arrière-plan, on aperçoit la péninsule d’Arginonda et les nombreux secteurs d’escalade qui surplombent la mer entre les localités de Skalia et d’Emporio.

Nathalie Scol 08/2004

17À la fin de l’année 2003, vingt-cinq secteurs étaient déjà ainsi balisés sur les quarante-deux existants à l’époque. À terme tous devraient l’être ainsi que les nouveaux secteurs ouverts depuis cette date (environ 20 secteurs créés entre 2004 et les premiers mois de 2005) et ceux qui se créeront dans l’avenir.

  • 32 OMSK : Office Municipal des Sports de Kalymnos.

18Par ailleurs, un bureau municipal d’information sur l’escalade (rock climbing info desk) est ouvert dans la localité d’Arméos au pied des principaux secteurs. Enfin depuis août 2002 Aris Théodoropoulos et Thomas Mihailidis sont officiellement missionnés par l’OMSK32 pour superviser et promouvoir l’escalade dans l’île. Ils ont entre autres missions celles d’ouvrir de nouvelles voies, d’inspecter et entretenir les voies déjà existantes. Ainsi Kalymnos est devenue l’un des rares sites d’escalade dans le monde à bénéficier d’un encadrement quasi permanent par des guides professionnels.

19Le succès récompense les efforts consentis : entre 2000 et le printemps 2005, le nombre de secteurs est passé de 24 à plus de 50 et le nombre voies équipées de 220 à environ 650 !

20Ce sont aussi 2 000 à 3 000 grimpeurs qui fréquenteraient l’île chaque année. Alors que plus de 500 grimpeurs du monde entier ont participé du 2 au 8 octobre 2004 au second rassemblement international de l’escalade de Kalymnos. L’événement porte alors le nom de Festival de l’Escalade de Kalymnos (The Kalymnos Rock Climbing Festival). Enfin, entérinant une fréquence d’une année sur deux, une troisième édition s’est tenue du 25 au 30 octobre 2006 sous le titre de « Kalymnos Petzl Roc Trip (international climbing festival) ». Cette dernière appellation confirme le caractère international de l’événement mais surtout le partenariat entre la municipalité et un grand équipementier spécialiste des sports de montagne.

4. Un développement rapide et un potentiel presque inépuisable...

  • 33 Chaque secteur compte plusieurs voies équipées. La plupart des parois semblent être des miroirs de (...)

21Les premiers secteurs (falaises, parois)33 et voies d’escalades furent inaugurés en 1997 (3 secteurs pour 47 voies) ; depuis leur nombre n’a jamais cessé de croître. Si cette progression fut presque imperceptible entre 1997 et 1998 (+ un secteur et + une voie), c’est en revanche en moyenne plus de 7 secteurs nouveaux et plus de 97 voies nouvelles qui furent ouverts chaque année entre 1999 et 2003 (cf. tableau n° 2 : Évolution du nombre de secteurs et voies d’escalade à Kalymnos entre 1997 et 2003).

Tableau 2 : Évolution du nombre de secteurs et voies d’escalade à Kalymnos entre 1997 et 2003

Année

Nombre de secteurs créés

Nombre de voies créées

Nombre de secteurs existants

Nombre de voies existantes

En 1997

3

47

3

47

En 1998

1

1

4

48

En 1999

16

104

20

152

En 2000

4

68

24

220

En 2001

7

92

31

312

En 2002

8

114

39

426

En 2003

3

106

42

534

Total

42

534

Sources : A. Théodoropoulos 2004

22Les voies les plus ancienne furent équipées sur la côte Nord-ouest de Kalymnos (dans les secteurs Archi n° 12, Odyssey n° 20 et Poets n° 3) (cf. carte n° 2 : Les secteurs d’escalade à Kalymnos en 1997). C’est toujours dans cette région, entre les localités de Myrthies et d’Emporio, qu’est localisée la plus grande partie des secteurs (34) et voies (466) d’escalade de l’île. La plupart des sites praticables sont ici assez facilement accessibles depuis la route qui longe la côte. De plus, beaucoup d’entre eux surplombent la zone plus touristique de l’île puisque l’essentiel des structures d’hébergement et de tourisme balnéaire est localisé entre Myrthies et la localité d’Arméos. Une seconde zone d’escalade est apparue dès 1999 sur la même façade ouest de Kalymnos mais plus au sud, non loin des localités de Linaria et de Kantouni au lieu-dit Aghios Fotis (cf. photographie n° 4 et carte n° 3 : Les secteurs d’escalade à Kalymnos en 1999). Elle se situe cependant un peu à l’écart des équipements touristiques et présente une accessibilité moindre puisqu’il faut marcher 20 à 45 minutes sur un chemin étroit et escarpé pour rejoindre les 3 parois et leurs 44 voies équipées.

Photo 4

Photo 4

Le secteur d'escalade d'Aghios Fotis (n° 37), au Sud-ouest de Kalymnos. On y aperçoit très nettement les parois surplombant la chapelle et sur lesquelles sont équipées de nombreuses voies.

Jean Scol, 04/2005

Carte 2 3 4 et 5 : Les secteurs d'escalade à Kalymnos en 1997,1999, 2001 et 2003

Carte 2 3 4 et 5 : Les secteurs d'escalade à Kalymnos en 1997,1999, 2001 et 2003

Source : Aris Théodoropoulos,
Conception : Jean Scol
Réalisation : Jacqueline Domont (Laboratoire HVT –USTL)

Carte 6 : Les 42 secteurs d’escalade à Kalymnos en 2003

Carte 6 : Les 42 secteurs d’escalade à Kalymnos en 2003

Source : Aris Théodoropoulos,
Conception : Jean Scol
Réalisation : Jacqueline Domont (Laboratoire HVT –USTL)

Un exemple de secteur d’escalade secteur de Ghost Kitchen n° 6

Un exemple de secteur d’escalade secteur de Ghost Kitchen n° 6

Nathalie Scol 08/2004

  • 34 Théodoropoulos, A., 2004. A ce jour (03/ 2007) ce guide constitue la seule source fiable pour la lo (...)

23Entre 2000 et 2001, alors que les possibilités d’escalades se densifient sur la côte ouest, c’est en face de celle-ci sur la petite île de Telendos que sont ouverts 3 nouveaux secteurs (1 en 2000 et 2 en 2001) pour un total de 7 voies (cf. carte n° 4 : Les secteurs d’escalade à Kalymnos en 2001). En 2001 et 2002 c’est au tour du village de Vathis, sur la côte est de l’île, de voir arriver les grimpeurs qui équipent 4 voies dont « Come Vathis » ouverte par le célèbre alpiniste français Patrick Gabarrou. La zone la plus récente (2003) surplombe la localité de Horio (ou Hora) dans le centre de l’île. Elle compte un seul secteur « Dodoni » (n° 38) pour 13 voies ouvertes en 2002 et 2003 (cf. carte n° 5 : Les secteurs d’escalade à Kalymnos en 2003). C’est finalement un total de 42 secteurs pour 534 voies que recense le Rock climbing guide Kalymnos34 pour la fin de l’année 2003 (cf. carte n° 6 : Les 42 secteurs d’escalade à Kalymnos en 2003).

  • 35 Cf. Aris Théodoropoulos 2004.

24L’équipement des voies encouragé et facilité par la municipalité, fut réalisé par les grimpeurs eux-mêmes. La nationalité de ces « ouvreurs » confirme le caractère international de la notoriété et de la fréquentation de Kalymnos en matière d’escalade. Ainsi, des grimpeurs de 14 nationalités différentes ont ouvert ou participé à l’ouverture des 490 voies d’escalade pour lesquelles il a été possible de déterminer cette information35. Parmi celles-ci, 151 ont été ouvertes par ou avec la participation de grimpeurs suisses, 104 par des grimpeurs italiens, 86 par des grimpeurs allemands, 82 par des grimpeurs grecs (dont un nombre important par Aris Théodoropoulos et Thomas Mihailidis) et 28 par des grimpeurs français. Les autres voies ayant été ouvertes par ou avec la participation de grimpeurs belges (8 voies), israéliens (7), anglais (5), néerlandais (4), suédois (4), autrichiens (3), canadiens (3), brésiliens (3) ou chypriotes (2).

  • 36  En France, la difficulté des voies (la cotation) est signalée par un chiffre de 1 à 9 (1 = facile, (...)
  • 37 Petzl est une marque d’équipements de sports de montagne.

25Les niveaux de difficultés offerts sont très variés ; ils satisfont tant les novices que les grimpeurs les plus confirmés. Certaines voies étant même accessibles aux enfants. En 2003, les difficultés offertes par les 534 voies d’escalade kalymniotes recouvraient une série de cotations complète depuis le niveau 4a jusque au 8b36. Avec près de la moitié des voies (247) cotées de 6a/6a+ à 6c/6c+ et environ 20 % (128) de 7a/a+ à 7c/7c+, le potentiel « grimpable » de Kalymnos s’inscrivait plutôt compte tenue de l’amplitude de l’échelle utilisée, dans un niveau de difficulté moyen et moyen-supérieur alors que le nombre de voies de difficultés extrêmes restait faible (9 voies en 8a/8a+ et 8b) et pouvait peut-être décevoir les grimpeurs les plus performants. C’est la raison pour laquelle un effort important est aujourd’hui consenti afin d’ouvrir de nouvelles voies dans les catégories supérieures. Ainsi, fin septembre début octobre 2004, quelques jours seulement avant l’ouverture du second festival de l’escalade de Kalymnos, une équipe de grimpeurs français sponsorisée par la marque Petzl37 (par ailleurs sponsor officiel du festival), travailla à la réalisation du projet dit « des voies extrêmes » et ouvrit à cette occasion 19 itinéraires nouveaux d’un niveau minimal 7b mais comptant pas moins de douze voies cotées de 8a à 8c+ et 3 voies en 9a et 9a+.

26De façon plus générale, c’est un total de 40 nouvelles voies dont 25 dans 5 nouveaux secteurs qui furent ouvertes à l’occasion de ce second festival. Portant ainsi le nombre de secteurs à 47 et le nombre de voies à 574. Durant les deux années suivantes le développement de l’escalade s’est encore accéléré. C’est ainsi qu’en octobre 2006, à la veille de la troisième édition du festival ce sont près de mille itinéraires qui sont recensés dans la nouvelle édition du guide. Les sites d’escalade équipés à Kalymnos sont donc de plus en plus nombreux et sont encore amenés à se multiplier très fortement puisque l’on estime en effet à 20 000 le nombre potentiel de voies exploitables !

5. L’escalade comme outil de redéploiement touristique à kalymnos

27La municipalité kalymniote ne s’est pas trompée en pressentant le développement de l’escalade comme une chance pour son redéploiement touristique. D’ores et déjà le nombre de grimpeurs fréquentant les parois kalymniotes est estimé à au moins 2 000 ou 3 000 par an et en dehors des mois de juillet et d’août, ils sont plus nombreux dans l’île que les touristes « classiques ». L’escalade se présente donc comme une alternative au tourisme balnéaire mais aussi comme un produit capable d’attirer des touristes tout au long de l’année et particulièrement hors saison estivale. En effet, même si les voies sont praticables en été, l’orientation de la plupart des secteurs les rend assez inconfortables face aux fortes chaleurs estivales et au vent dominant. C’est pour cette raison que dans le tableau ci-dessous l’été ne recueille que 71 étoiles et enregistre l’indice de « confort de pratique » le plus faible des quatre saisons. Au contraire, avec respectivement 118 et 120 étoiles et des indices de 94 % et 95 % le printemps et l’automne apparaissent comme les deux saisons les plus favorables à la pratique de l’escalade dans l’île même si l’hiver, grâce à sa douceur, obtient des scores tout à fait respectables.

Tableau 3 : Printemps et automne sont les meilleures saisons pour pratiquer l’escalade à Kalymnos.

Saison

Nombre d’étoiles

Indice de confort de pratique 100 % = 126

Printemps

118

94 %

Eté

71

56 %

Automne

120

95 %

Hiver

88

70 %

Ce tableau est obtenu à partir du topoguide publié par Aris Théodoropoulos en 2004. Pour chaque secteur d’escalade l’auteur attribue de 0 (escalade non recommandée) à 3 étoiles (escalade fortement recommandée) pour chacune des saisons. Par exemple, pour le secteur ‘Black Forest’ (n° 9), le printemps se voit attribué 2 étoiles et l’été 0. L’automne et l’hiver recevant chacun 3 étoiles apparaissent comme les deux meilleures saisons pour pratiquer l’escalade dans ce secteur. Le tableau ci-contre fait la somme des étoiles attribuées à chacune des saisons pour l’ensemble des 42 secteurs d’escalade. 100 % (ou 126) étant le nombre maximal d’étoiles que peut en théorie obtenir chacune des saisons (3 x 42).

Sources : A. Théodoropoulos 2004

28Un nombre croissant de professionnels a parfaitement intégré cette nouvelle réalité qui leur permet de garder leurs établissements ouverts toute l’année. Ils sont aussi de plus en plus nombreux à prendre personnellement part à l’essor de l’escalade dans l’île en proposant des prestations spécifiques ou adaptées à la clientèle des grimpeurs. Alors qu’entre Massouri et Arméos, les enseignes fleurissent, désignant ces derniers comme clients privilégiés (cf. photographie n° 5).

Photo 5

Photo 5

À Massouri, le propriétaire de ces appartements privilégie la clientèle des grimpeurs.

Jean Scol, 04/2005

  • 38 Cf. Jean Scol : « Développement touristique et dynamiques démographiques en Grèce : L’exemple du dé (...)

29Des établissements hôteliers et para-hôteliers telles la pension CLIMBING HOUSE-Stéfanos Gerakios ou la pension Plati-Yalos leur accordent des tarifs préférentiels. D’autres comme l’hôtel PLAZA RESORT proposent des forfaits séjour-escalade. De nombreux bars tels le Glaros Climber-Frendly Bar situé aux pieds du secteur Poets et tenu par un Britannique (31) ou le Sail-Away-Bar se présentent comme point d’information et de rencontre pour grimpeurs (cf. photographie n° 6). À Massouri, une ressortissante allemande a ouvert un magasin d’équipements d’escalade en 2002 (cf. photographie n° 7) ; un second fut crée en 2004 par une Athénienne dans l’enceinte même du PLAZA RESORT et s’installait au printemps 2005 dans un autre local comprenant un espace bar38.

Photo 6

Photo 6

Un bar dans la localité de Massouri proposant services et tarifs spéciaux pour les grimpeurs.

Jean Scol, 04/2005

Photo 7

Photo 7

Le magasin d’articles d’escalade « Climbers-Next » est tenu par une citoyenne allemande depuis 2003 à Massouri sur la côte ouest de Kalymnos, au pied des principaux secteurs d’escalade.

Jean Scol, 04/2005

30Par ailleurs, sur Internet les propositions de forfaits comprenant transport, hébergement et escalade... mais aussi le farniente sur les plages sont de plus en plus nombreuses. Le Rock climbing guide Kalymnos souligne d’ailleurs l’aspect touristique de l’escalade et sa complémentarité avec les pratiques plus traditionnelles du Sea-Sun-Sand. Il y est ainsi fréquemment rappelé que la plupart des secteurs d’escalades surplombent la mer et que les plages sont idéales pour venir s’y reposer après une journée d’efforts à gravir les parois.

31Enfin, outre les équipementiers Petzl, Mammut et Wild Sports, on compte parmi les sponsors officiels du Kalymnos Rock Climbing 2004 : la société de location de voiliers Kalymna Yachting, l’Association des hôteliers de Kalymnos, l’Association des restaurateurs et l’Association des propriétaires de chambres à louer. Ce dernier point confirme l’intérêt croissant que commencent à porter les professionnels du tourisme kalymniotes pour le développement de l’escalade dans leur île.

6. Une forme de développement touristique alternative et durable ?

32Face au tourisme balnéaire de masse réputé nocif pour l’environnement naturel et socio- culturel, d’autres formes de tourisme tels l’écotourisme, le tourisme culturel, le tourisme d’aventure ou encore le tourisme sportif de pleine nature, s’affichent comme des modèles de développement touristique alternatif et durable. L’essor de l’escalade à Kalymnos s’inscrit-il dans cette double logique ?

33Certes, cette pratique touristico-sportive se pose comme une alternative aux traditionnelles activités hélio-balnéaires, cependant son développement, très encadré par les autorités locales et en phase de récupération commerciale, ne semble peut-être pas véritablement correspondre aux critères d’un développement alternatif au sens culturel ou altermondialiste du terme. Ainsi des grimpeurs français rencontrés en avril 2005, confirmaient le caractère exceptionnel de l’île en matière d’escalade mais regrettaient « le côté commercial de l’organisation de l’escalade à Kalymnos ». Ils déploraient par exemple l’absence de terrain de camping ainsi que l’interdiction du camping sauvage à Kalymnos qui oblige à se loger dans des structures commerciales hôtelières ou para-hôtelières peu en phase avec l’idée qu’ils se font des pratiques culturelles et économiques alternatives.

34Parallèlement, se pose aussi la question du caractère durable du développement de l’escalade. Celui-ci n’est pas à l’origine d’aménagements lourds et ne participe donc pas à l’artificialisation des paysages. L’équipement des voies est réglementé et préconise la plus grande attention au respect des lieux. Elle interdit par exemple de fixer des broches dans les stalactites ou de tailler des prises artificielles dans le rocher. La pratique de l’escalade n’est par ailleurs pas des plus polluantes ; et ses adeptes qui sont le plus souvent des amoureux de la nature sensibilisés aux problèmes de l’environnement, veillent en général à ne pas dégrader les sites. L’escalade possède d’ailleurs ici quelques vertus pédagogiques en la matière. En effet, si elle est encore peu pratiquée par la population locale, les quelques Kalymniotes qui s’y adonnent, se montrent comme les grimpeurs étrangers, très attentifs au respect du milieu naturel. Ceci est un bon exemple pour une population encore trop peu concernée par les thèses écologistes. Enfin, bien qu’en expansion, le nombre de grimpeurs reste jusqu’à présent relativement modeste et l’impact économique de cette nouvelle filière touristique profite pour le moment encore majoritairement aux acteurs locaux.

35Ces critères de durabilité ne doivent cependant pas occulter quelques craintes pour l’avenir : Les ouvertures de nouvelles voies d’escalades restent principalement concentrées dans des secteurs déjà les plus équipés et les plus fréquentés (Poets, Grande Grotta...) avec un risque de saturation évident ; l’interdiction d’utiliser des coinceurs amovibles au profit d’équipements pérennes peut nuire au caractère spontané de la grimpe et rendre les voies souvent trop faciles, trop accessibles. Les conséquences pourraient en être une augmentation exagérée du nombre de grimpeurs, ce qui entraînerait une banalisation du site et à terme une chute importante de la fréquentation comme ce fut le cas pour d’autres destinations mythiques de l’escalade aujourd’hui un peu passées de mode (Gorges du Tarn, du Verdon...). Enfin il ne faut pas non plus négliger le risque de voir ce « nouveau marché » investi par des acteurs touristiques extérieurs grecs ou étrangers (il en existe déjà quelques-uns) qui pourraient finir par marginaliser les professionnels kalymniotes.

7. Les autres sports de pleine nature à Kalymnos : la randonnée pédestre et la plongée subaquatique

Carte 7 :Les principaux itinéraires de randonnée pédestre et les sites ouverts à la plongée subaquatique de loisir à Kalymnos

Carte 7 :Les principaux itinéraires de randonnée pédestre et les sites ouverts à la plongée subaquatique de loisir à Kalymnos

Source Municipal Tourist Organisation of Kalymnos
Conception : Jean Scol
Réalisation : Jacqueline Domont ( Laboratoire HVT –USTL).

36L’escalade n’est pas le seul sport de pleine nature susceptible d’apporter un second souffle au développement touristique de Kalymnos. Les montagnes de l’île sont en effet parcourues par de très nombreux chemins muletiers et chevriers servant jadis à la circulation des personnes et des biens d’une vallée à l’autre et étant encore aujourd’hui empruntés par les bergers et de leurs troupeaux. Ces sentiers sont une opportunité intéressante pour les amateurs de randonnée pédestre. Peu difficiles, ils permettent de parcourir l’île dans tous les sens et de rejoindre des sites inaccessibles par la route. C’est ainsi, que quelques heures d’ascension mènent les marcheurs jusqu’au sommet du monts Profitis-Ilias d’où ils s’extasient du panorama remarquable offert sur l’ensemble de l’île, sur ses voisines et jusqu’aux rivages de l’Asie Mineure. D’autres itinéraires conduisent vers des criques désertes (Pézondas) ou tout au moins très peu fréquentées (Arginonda, Palionissos...) dont la fraîcheur et les eaux cristallines récompensent des efforts fournis pour leur approche. Les sentiers du mont Panagia-Kirapsili conduisent quant à eux jusqu’au monastère fortifié du même nom (cf. photographie n° 8).

Photo 8

Photo 8

Une famille de randonneurs sur le sentier qui mène au monastère fortifié de Panaghia Kirapsili. En contrebas, on aperçoit le golfe de Pézondas et sa plage qui ne sont accessibles qu’à pied ou par la mer.

Nathalie Scol, 04/2005.

37Ce potentiel en matière de randonnée est encore mal valorisé par les acteurs locaux qui ne consentent aucune action pour l’entretien des chemins ni pour le balisage des itinéraires. Cependant, les randonneurs sont de plus en plus nombreux à les emprunter et quelques voyagistes spécialisés exploitent la destination depuis déjà quelques années. C’est par exemple le cas de l’opérateur français spécialiste des trekkings et des voyages à pied Alibert qui propose des « séjours randonnée » d’une semaine à Kalymnos. Sa clientèle organisée en petits groupes y est encadrée par des guides professionnels de moyenne montagne qui se chargent aussi de baliser les chemins de façon sommaire. Les randonnées proposées démarrent à Rhina, le port du village de Vathis où les groupes sont logés en demi-pension dans l’hôtel-restaurant Galini (cf. photographie n° 9).

Photo 9

Photo 9

La vallée de Vathis : au premier plan, on aperçoit Rhina, le port du village (port de pêche qui accueille aussi de nombreux plaisanciers et des bateaux d’excursion). C’est dans ce quartier que l’on retrouve l’ensemble des établissement touristiques de Vathis, dont l’hôtel Galini (flèche) où sont hébergés les clients de l’opérateur français Alibert et qui est le point de départ des randonnées organisées par ce dernier sur les montagnes de l’île.

Nathalie Scol, 08/2004.

38Cet établissement est le seul de ce type à proposer de l’hébergement dans la localité (il existe toutefois dans le quartier quelques possibilités de location dites « chez l’habitant »). La clientèle d’Alibert n’est ici pas très nombreuse (de l’ordre de quelques dizaines de touristes par an) mais elle assure à l’hôtel un certain niveau d’occupation, notamment au printemps et en automne qui sont les deux saisons les plus favorables pour randonner dans l’île.

39La plongée subaquatique est le troisième sport de pleine nature praticable à Kalymnos. Il n’existe cependant ici qu’une seule structure proposant des plongées loisirs aux touristes séjournant dans l’île. Il s’agit d’un centre de plongée domicilié sur un caïque, le Pegassus, équipé pour accueillir une vingtaine de plongeurs. Celui-ci est immatriculé à Kalymnos où réside son équipage. Pourtant, en saison, il mouille dans le port de Kos car c’est là qu’il embarque chaque matin l’essentiel de sa clientèle. Il prend ensuite le cap de Kalymnos pour parfois y récupérer de rares clients qui séjournent dans l’île mais surtout pour y rejoindre les sites de plongées qui y sont localisés (cf. photographie n° 10).

Photo 10

Photo 10

Leçon de plongée subaquatique dans la baie de Vlichadia, offerte gratuitement aux touristes par la municipalité de Kalymnos

Jean Scol, 08/2005.

40On peut toutefois s’étonner que la plongée ne soit pas devenue l’activité touristico-sportive par excellence de Kalymnos et aussi de la faiblesse de l’offre en la matière ; car l’île est connue pour être une patrie de pécheurs d’éponges et la plongée y est une tradition, multimillénaire.

41Deux raisons justifient cet apparent paradoxe. Premièrement, les Kalymniotes ont beaucoup donné à la plongée en termes de vies et de drames humains et en conséquence, elle reste ici perçue comme une activité dangereuse synonyme de peurs et de larmes mais rarement de plaisir... Deuxièmement, le Ministère Grec de la Culture a longtemps interdit la plongée-bouteille de loisir sur la plupart des rivages de Kalymnos afin d’y protéger les nombreux sites d’archéologie sous-marine des risques de pillages.

42La situation commence toutefois à évoluer. En 2003 le Ministère autorisait la plongée sur plus de 12 miles nautiques le long de la côte Sud de l’île mais aussi vers le Nord au cap Kastélli et autour de l’îlot de Kalavros. Grâce à cette nouvelle disposition Kalymnos possède désormais la plus vaste zone ouverte à la plongée loisir dans toute la Grèce. Pour stimuler cette nouvelle offre, la municipalité organisait en septembre 2004 un premier Festival de la Plongée à Kalymnos. Un événement désormais annuel, dont la troisième édition s’est déroulée en août 2006.

43D’autres projets sont évoqués, telle la création d’un parc naturel marin accessible au plongeur entre le cap Arginonda et l’île de Télendos ou encore l’ouverture d’une école et d’un centre de plongée ouverts aux touristes plongeurs avec l’ambition de faire de Kalymnos une capitale européenne de la plongée sous marine. Malheureusement, la réalisation de ce centre ne semble plus aujourd’hui à l’ordre du jour. En effet suite à l’accumulation des retards, les financements européens (au titre du « développement du tourisme alternatif » dans le cadre du Programme Européen de Développement des Régions Périphériques « Égée du Sud ») qui avait été accordés pour la création du centre sont aujourd’hui annulés.

Conclusion

44Jusqu’à la fin des années 1990, le développement touristique à Kalymnos s’inscrivait dans la logique de la célèbre formule des 3 S mais subissait la concurrence croissante et hégémonique de ses puissantes voisines Kos et Rhodes ainsi qu’un contexte touristique globalement moins favorable que durant la précédente décennie. Cependant, l’intérêt que vont porter les grimpeurs européens sur l’île à partir de 1997, révélera le gigantesque potentiel de l’île en matière d’escalade et y sera l’amorce d’un véritable redéploiement touristique. Très rapidement ce sport de pleine nature s’y impose en nouveau produit touristique et devient le symbole d’une destination se cherchant de nouveaux débouchés et une image forte sur le marché toujours plus concurrentiel du tourisme international.

45D’ores et déjà, et alors même que les possibilités de développement de ce sport semble à peine explorées, l’escalade est à Kalymnos, en passe de devenir aussi important que le produit hélio-balnéaire. Largement financé par les fonds européens, l’essor de cette filière touristico-sportive est porté par des professionnels kalymniotes ou extérieurs de plus en plus nombreux et par les acteurs publics locaux qui cherchent à l’inscrire dans une logique développement alternatif et durable. Cependant, certaines orientations choisies ne correspondent pas tout à fait aux critères qui définissent ces deux notions et laissent planer quelques doutes pour l’avenir.

46Enfin, sans doute ne faut-il pas voir dans le choix du développement de la filière touristico-sportive à Kalymnos, l’expression d’une totale remise en cause des formes plus traditionnelles du tourisme dans les îles grecques ; pas plus qu’il ne faut y percevoir un quelconque conflit entre d’une part une forme de tourisme actif et d’une certaine manière élitiste et d’autre part des pratiques touristiques plus convenues, essentiellement motivées par la mer, le soleil, le farniente, le bronzer soit disant idiot..., et trop souvent qualifié avec une grande dose de mépris de « tourisme de masse ». Au contraire les produits de tourisme sportif au premier rang desquels, ici l’escalade et peut-être demain la randonnée et la plongée... s’inscrivent en complémentarité avec les atouts et les formes de pratiques touristiques qui ont traditionnellement assuré le succès des destinations méditerranéennes depuis les années 1960.

47D’ailleurs, consciente de la nécessité de renforcer l’offre balnéaire et bien que soutenant avec beaucoup d’énergie le développement de l’escalade, la municipalité kalymniote a entrepris au printemps 2004 de recharger en sable de nombreuses plages (Kantouni...) d’en agrandir certaines (à Télendos...) voire même d’en créer de nouvelles (Skalia...) !

Haut de page

Bibliographie

BRIGAND Louis (1991). - Les îles en Méditerranée, enjeux et perspectives, Les Fascicules du Plan Bleu, Paris, Economica, 98 p.

DEWAILLY Jean-Michel (2006) - Tourisme et Géographie, entre pérégrinité et Chaos ? Paris, L’Harmattan, Coll. Tourismes et sociétés, 221 p.

DORVILLÉ Christian - dir. (2006) - Sport en Nord, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, Coll. Sport et Sciences sociales, 212 p.

KOLODNY Emile (1974) - La population des îles de la Grèce : Essai de géographie insulaire en Méditerranée orientale, Thèse, Aix en Provence, EDISUD – CNRS, 3 tomes, 340 p. + 490 p. + 1 atlas.

PIGEASSOU Claude (2004) – Le tourisme sportif : une réalité sociale aux contours incertains. In : Sobry Claude, Le tourisme sportif, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, Coll. Sport et Sciences sociales, p. 33-66.

PNUE/PAM, (2005) - Rapport de l’atelier sur le tourisme et le développement durable en Méditerranée (Antalya, Turquie 17 – 18 Septembre 1998), Athènes, MAP Technical Reports Series n° 126, 98 p.

PNUE/PAM (1999) - Dossier sur le tourisme et le développement durable en Méditerranée, Athènes, MAP Technical Reports Series n° 159, 122 p.

SPILANIS Ioannis (1985) - Tourisme et développement régional : le cas de la Grèce, Thèse, Études Européennes et Internationales, Université des sciences sociales de Grenoble.

SPILANIS Ioannis (2003) - Tourisme et développement durable en Méditerranée : la Grèce, contribution dans le cadre du Livre blanc du Plan bleu, PNUE – PAM.

SCOL Jean (2004) – Développement touristique et dynamiques démographiques en Grèce : L’exemple du département insulaire du Dodécanèse et de ses îles, Espace, Populations, Sociétés, n° 2003-2, p. 277-290.

SCOL Jean (2001) - L’excursionnisme à Psérimos : Comment et pourquoi une toute petite île du sud-est de l’Égée est devenue un arrière-pays touristique pour les îles de Kalymnos et de Kos (Dodécanèse, Grèce)., Cybergeo : European Journal of Geography, Espace, Société, Territoire, article 182, mis en ligne le 13 décembre 2000, modifié le 03 mai 2007. URL : http://cybergeo.revues.org/index4513.html.

SCOL Jean (1994) - Les relations touristiques entre l’Europe du Nord-Ouest et l’archipel du Dodécanèse : Mise en œuvre, nature et conséquences du tourisme international sur un espace insulaire de Méditerranée Orientale, Thèse, Université de Lille I, U.F.R de Géographie et d’Aménagement, 2 tomes, 450 p.

SOBRY Claude – dir. (2004) - Le tourisme sportif, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, Coll. Sport et Sciences sociales, 384 p.

THEODOROPOULOS Aris (2004) - Rock climbing guide Kalymnos, (en anglais, grec, allemand, français et italien), Athènes, Publications de Acharnes Alpine Club, 195 p.

TSARTAS Paris (1998) - La Grèce : Du tourisme de masse au tourisme alternatif, Paris, L’harmattan, Coll. Tourismes et sociétés, 237 p.

Haut de page

Notes

1 Dodécanèse vient de dodéca = 12 et nissia = îles : en grec Δοδεκανισα (prononcer « zozécanissa ») = les « douze îles ».

2 Dans sa thèse de géographie consacrée au tourisme dans l’archipel (Jean Scol 1994), l’auteur recense plus de 300 îles, îlots et rochers insulaires dans le Dodécanèse.

3 Les Italiens prennent le Dodécanèse aux Turcs Ottomans en 1912, et en font un département italien (il possidemento del Egéo), il le restera jusqu’au rattachement officiel de l’archipel à la Grèce le 7 mars 1948 (Enossis). Cependant, dans les faits, les italiens furent remplacés dès 1943 par les troupes d’occupation allemandes et enfin par les forces alliées (britanniques) de 1944 à 1947.

4 Rhodes et Kos concentrent à elles deux 98 % de la fréquentation touristique étrangère dans l’archipel.

5 Dans les îles de l’Égée, la Chora est le chef lieu historique bâti sur les hauteurs autour d’une forteresse et relié par une route en escalier à une marine (petit port) portant souvent le nom de Skalia (l’escalier, les échelles...)

6 Kalymnos est une « île – dême », c'est-à-dire que bien que comptant une dizaine de localités, l’île ne constitue qu’une seule entité municipale dite à caractère urbain. Par ailleurs, un certain nombre d’îles et d’îlots comme Télendos, Nissiros ou Agios Kiriaki... lui sont administrativement rattachés pour constituer l’unité insulaire de Kalymnos. (cf. E. Kolodny, 1974)

7 Source : ONHT - Organisation Nationale Hellénique du Tourisme- (en anglais GNTO : Greek National Tourism Organization ; en grec EOT : Elleniko Organismo Tourismo)

8 Cette donnée est officieuse car depuis 1997, il ne nous a plus été possible de trouver des statistiques officielles (émanant de l’ONHT) concernant les arrivées touristiques à Kalymnos.

9 9 Longtemps restée à l’écart des flux du tourisme international, l’île de Karpathos s’est imposée comme la troisième destination de l’archipel depuis la fin de l’année 1990. Son succès s’explique par son caractère traditionnel et l’aspect sauvage de ses paysages.

10 Longtemps restée à l’écart des flux du tourisme international, l’île de Karpathos s’est imposée comme la troisième destination de l’archipel depuis la fin de l’année 1990. Son succès s’explique par son caractère traditionnel et l’aspect sauvage de ses paysages.

11 À moins de 3 heures de navigation au nord de kalymnos, Lipsi et l’ensemble des toutes petites îles qui forment l’archipel du même nom (en grec, on parle des « îles Lipsi ») forment un espace micronésique particulièrement protégé des excès de la modernité (il n’y a presque pas de voitures à Lipsi et encore moins à Arki !) et de ceux du tourisme (quelques centaines de touristes par an, souvent des habitués qui ne recherchent pas l’ambiance festives du tourisme balnéaire organisé).

12 Le terme « tourisme de masse » désigne ici le grand nombre de touristes et ceci sans porter de jugement de valeur. Le terme est placé entre guillemets car l’auteur se méfie d’une expression galvaudée trop souvent utilisée avec un certain dédain pour désigner une forme de tourisme réputée « pour tous » ou tout au moins pour les classes dites moyennes et populaires.

13 La ligne régulière A/R : le Pirée - Patmos - Léros - Kalymnos – Kos – Rhodes était jusqu’en juin 2004, assurée deux fois par jour par les compagnies DANE et GA. La faillite de la première laisse le monopole de la desserte de Kalymnos à la seule GA qui exploite aussi une liaison hebdomadaire entre les Cyclades et le Dodécanèse avec une escale à Kalymnos.

14 En fait, un aéroport est en construction depuis plus de 10 ans à Kalymnos près de la localité d’Argos (voir carte). Sa réalisation fut considérablement retardée par de longues interruptions du chantier liées à de graves problèmes techniques et financiers. De gigantesques travaux de nivellement ont tout d’abord été effectués pour réaliser un plateau artificiel nécessaire à l’aménagement des pistes. Celles-ci ont été macadamisées il y a plusieurs années ; mais il fallu attendre l’hiver 2004 – 2005 pour que soient entamés le chantier du terminal et les derniers travaux nécessaires au fonctionnement du site.

15 Les statistiques officielles de l’ONHT comptent par exemple, plus d’un million de ressortissants albanais dans les arrivées du tourisme international en 2003. Or il est probable que ces Albanais ne soient pas des touristes mais de véritables réfugiés ou migrants économiques ou politiques.

16 En septembre 2003, une note des agences de l’EOT à l’étranger estimait que l’année se terminerait en enregistrant une baisse de 2 à 3,5 % de la fréquentation étrangère par rapport à 2002. Une autre information publiée par le Service National de la Statistique (ESYE) relevait quant à elle une chute de 15,5 % de la fréquentation des sites et musées grecs pour la même période.

17 Dès septembre 2004, le président de l’association des voyagistes grecs (Hatta) estimait que par rapport à 2003, la fréquentation touristique dans le pays reculerait de 5 % en 2004.

18 Cf. Organisation Municipale des Sports de Kalymnos.

19 Alp. n° 168, avril 1999

20 Rotpunkt. février 1999

21 Kalymnos est connue depuis l’Antiquité pour être la patrie des pécheurs d’éponges. Cette activitassura la prospérité de l’île jusqu’à une période récente mais n’y recouvre plus guère aujourd’hui qu’un caractère presque anecdotique. Pourtant la pêche à l’éponge reste « l’image de marque » de l’île ; celle sur laquelle s’appuie encore l’essentiel de la promotion touristique de l’île.

22 Cf. Plaquette de présentation et site Web de l’Organisation Sportive Municipale de Kalymnos (Municipal Athletic Organization of Kalymnos) « Kalymnos un paradis de l’escalade en Égée » (Kalymnos a rock climbing paradise in the Eagean) Kalymnos-isl.gr / 2005)

23 Cf. Site Web lafuma.com

24 Cf. Intervention de Catherine Destivelle à Kalymnos lors du premier « Rock Climbing Festival » de Kalymnos en octobre 2000.

25 Cf. High Moutain sports 8/2000.

26 Cf. Rock&Ice 2, 3/2001.

27 Cf. Vertical n° 32, 4/2003.

28 Cf. Courrier International n° 777 du 22 au 28 septembre 2005 pages 66 et 67.

29 Programme Européen de Développement des Régions Périphériques 2000-2006 : PEP Égée du Sud – rubrique 3.5 pour le développement du tourisme alternatif

30 Aris Théodoropoulos est originaire du Péloponnèse et a joué depuis la fin des années 1980, un rôle important dans le développement des sports de montagne en Grèce. Il est l’auteur du « Guide d’escalade de Kalymnos ».

31 Cf. Compte rendu du premier Rassemblement International d’Escalade de Kalymnos par Aris Theodoropoulos.

32 OMSK : Office Municipal des Sports de Kalymnos.

33 Chaque secteur compte plusieurs voies équipées. La plupart des parois semblent être des miroirs de failles ; ce que laisse d’ailleurs supposer l’histoire tectonique agitée du secteur. On sait par exemple, qu’au 6ème siècle de notre ère un violent séisme a secoué l’île durant plusieurs jours, provocant l’effondrement et l’engloutissement sous la mer de l’isthme reliant jadis Kalymnos à ce qui devint alors l’île de Télendos.

34 Théodoropoulos, A., 2004. A ce jour (03/ 2007) ce guide constitue la seule source fiable pour la localisation des voies et leur descriptif. D’autres secteurs et de nouvelles voies sont apparus depuis la fin de l’année 2003 mais nous ne disposons pas encore des informations nécessaires pour les décrire.

35 Cf. Aris Théodoropoulos 2004.

36  En France, la difficulté des voies (la cotation) est signalée par un chiffre de 1 à 9 (1 = facile, 2 = peu difficile, 3 = assez difficile, 4 = difficile, 5 = très difficile, 6 = extrêmement difficile, 7 et 8 = abominablement difficile, 9 plus qu’abominablement difficile (sic..)) et une lettre de a à c. Par exemple, ... < 3a < 3b < 3c < 4a < ... Parfois on ajoute un + pour signifier que la voie est un peu plus difficile sans pour autant être du niveau supérieur (6b < 6b+ < 6c) ; on peut aussi donner deux cotations (5c/6a), par exemple si les prises sont difficiles à atteindre pour les petits. Dans la pratique, les cotations démarrent généralement au 4 voire 3, le 1 correspondant historiquement à la station horizontale dans l'esprit de l'inventeur de cette échelle, Welzenbach. Il existe d'autres échelles de cotation, notamment aux États-Unis, en Angleterre et en Australie.

37 Petzl est une marque d’équipements de sports de montagne.

38 Cf. Jean Scol : « Développement touristique et dynamiques démographiques en Grèce : L’exemple du département insulaire du Dodécanèse et de ses îles. », Espace, Populations, Sociétés, n° 2003-2.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Les espaces touristiques et les potentiels de tourisme sportif de pleine nature à Kalymnos
Crédits Source : Aris Théodoropoulos,Conception : Jean ScolRéalisation : Jacqueline Domont (Laboratoire HVT –USTL)
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/364/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Photo 1
Légende Un groupe de grimpeurs se prépare au pied de la voie « Kalenka » (5C-31.) dans le secteur d’Aghios Fotis (n° 37)
Crédits Jean Scol, 04/2005
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/364/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Photo 2
Légende Grimpeurs en action sur « Kalenka »
Crédits Jean Scol, 04/2005
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/364/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Photo 3
Légende Un exemple de bornes de balisage des secteurs d’escalade érigées par la municipalité kalymniote. Ici la borne du secteur Kasteli (n° 17), lui-même situé en contrebas de la route et non visible sur la photographie. En arrière-plan, on aperçoit la péninsule d’Arginonda et les nombreux secteurs d’escalade qui surplombent la mer entre les localités de Skalia et d’Emporio.
Crédits Nathalie Scol 08/2004
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/364/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Photo 4
Légende Le secteur d'escalade d'Aghios Fotis (n° 37), au Sud-ouest de Kalymnos. On y aperçoit très nettement les parois surplombant la chapelle et sur lesquelles sont équipées de nombreuses voies.
Crédits Jean Scol, 04/2005
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/364/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Carte 2 3 4 et 5 : Les secteurs d'escalade à Kalymnos en 1997,1999, 2001 et 2003
Crédits Source : Aris Théodoropoulos,Conception : Jean ScolRéalisation : Jacqueline Domont (Laboratoire HVT –USTL)
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/364/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Carte 6 : Les 42 secteurs d’escalade à Kalymnos en 2003
Crédits Source : Aris Théodoropoulos, Conception : Jean ScolRéalisation : Jacqueline Domont (Laboratoire HVT –USTL)
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/364/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Un exemple de secteur d’escalade secteur de Ghost Kitchen n° 6
Crédits Nathalie Scol 08/2004
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/364/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Photo 5
Légende À Massouri, le propriétaire de ces appartements privilégie la clientèle des grimpeurs.
Crédits Jean Scol, 04/2005
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/364/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Photo 6
Légende Un bar dans la localité de Massouri proposant services et tarifs spéciaux pour les grimpeurs.
Crédits Jean Scol, 04/2005
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/364/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Photo 7
Légende Le magasin d’articles d’escalade « Climbers-Next » est tenu par une citoyenne allemande depuis 2003 à Massouri sur la côte ouest de Kalymnos, au pied des principaux secteurs d’escalade.
Crédits Jean Scol, 04/2005
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/364/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Carte 7 :Les principaux itinéraires de randonnée pédestre et les sites ouverts à la plongée subaquatique de loisir à Kalymnos
Crédits Source Municipal Tourist Organisation of KalymnosConception : Jean ScolRéalisation : Jacqueline Domont ( Laboratoire HVT –USTL).
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/364/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Photo 8
Légende Une famille de randonneurs sur le sentier qui mène au monastère fortifié de Panaghia Kirapsili. En contrebas, on aperçoit le golfe de Pézondas et sa plage qui ne sont accessibles qu’à pied ou par la mer.
Crédits Nathalie Scol, 04/2005.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/364/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre Photo 9
Légende La vallée de Vathis : au premier plan, on aperçoit Rhina, le port du village (port de pêche qui accueille aussi de nombreux plaisanciers et des bateaux d’excursion). C’est dans ce quartier que l’on retrouve l’ensemble des établissement touristiques de Vathis, dont l’hôtel Galini (flèche) où sont hébergés les clients de l’opérateur français Alibert et qui est le point de départ des randonnées organisées par ce dernier sur les montagnes de l’île.
Crédits Nathalie Scol, 08/2004.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/364/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Photo 10
Légende Leçon de plongée subaquatique dans la baie de Vlichadia, offerte gratuitement aux touristes par la municipalité de Kalymnos
Crédits Jean Scol, 08/2005.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/364/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Scol, « Kalymnos : un paradis de l’escalade au pays des pêcheurs d’éponges », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 3 | 2006, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 30 août 2014. URL : http://tem.revues.org/364

Haut de page

Auteur

Jean Scol

Géographe
Maître de Conférences - Université de Lille 1
UFR de Géographie et d’Aménagement
Laboratoire Territoires, Villes, Environnement et Société (TVES), EA 4019
Groupe Interdisciplinaire de Recherche sur le Sport et le Tourisme (GIREST)
Jean.Scol@univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page