Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1 Union Géographique Internationale
  • 2 Rapport avril 2003 portant sur l'éducation relative à l'environnement et au développement durable. (...)

1Ce numéro thématique autour du développement durable s’inscrit dans une dynamique de recherche et vise à questionner la problématique du développement durable dans un contexte de globalisation à travers des éclairages interculturels et interdisciplinaires. Il souhaite contribuer modestement au développement d’un espace de réflexion et de discussion autour des savoirs théoriques et idéologiques dont le développement durable fait aujourd’hui l’objet, mais il vise également à faire connaître les enjeux qu’il soulève et les outils qu’il conviendrait de mettre en place aujourd’hui. Car si chacun s'accorde pour dire qu’il y a urgence à agir ou à réagir, l’observation et l’analyse rapide d’un certain nombre d’arguments récurrents relatifs aux politiques publiques qui se réclament de cette problématique (Brunel, 2007) posent toutefois la question de leur pertinence au regard des enjeux soulevés par le développement durable et de leur capacité réelle à faire évoluer en profondeur l’action publique (Scarwell et Roussel, 2006). En témoigne le recueil de contributions publiées dans la revue Historiens et Géographes, (Miossec et al., 2004) dans la perspective du congrès de l'UGI1 qui s'est tenu en août 2004. Sans chercher à taire les divergences, l'ensemble met en évidence les vertus transdisciplinaires du développement durable. De même, le colloque organisé par le ministère de l'Education nationale en décembre 2003, sur la base du rapport de Michel Hagnerelle et Gérard Bonhoure2 (2003), en vue de réfléchir à l'intégration de la question de l'environnement et du développement durable dans les enseignements de géographie fournit une parfaite illustration des enseignements d'une sociologie des sciences concernant la manière dont une notion pénètre des champs disciplinaires, s'y diffuse en s'y acclimatant au prix d'une déclinaison sémantique (Sylvain Allemand, 2004).

2La simple référence au « développement durable » a fait naître un grand nombre d’initiatives et de débats à toutes les échelles, y compris planétaires, sur les objectifs du développement, sur les responsabilités nouvelles des différents acteurs et sur les outils à préconiser, qu’ils soient politiques, économiques, juridiques ou culturels en vue de pratiques renouvelées. D’ailleurs, lorsque le nouveau gouvernement Raffarin avait baptisé son ministère chargé de la protection de l'environnement « Ministère du développement durable » (Décret du 7 mai 2002 relatif à la composition du gouvernement), et lui avait adjoint un secrétariat d'Etat chargé plus précisément de la question, un pas supplémentaire semblait avoir été franchi dans l'emploi itératif de ce vocable au contenu incertain. Cette innovation était même liée à une question d'actualité, le Sommet de la Terre de Johannesburg, et elle confirmait déjà l'impression de phénomène de mode que l'on ressent encore après plusieurs années. Le développement durable semble ainsi paré de toutes les vertus. On a voulu lire le développement durable comme une avancée, sinon un facteur de progrès, en l’associant à une série de mots « magiques » comme solidarité, meilleure efficacité des politiques publiques, équité sociale, protection des ressources naturelles, subsidiarité, gouvernance, gestion multiscalaire...

  • 3 A l’exemple du séminaire organisé à Pau du 21 au 23 novembre 2007 sur le thème : « Problèmes dans l (...)
  • 4 On peut citer par exemple parmi les principales manifestations à venir « La problématique du dévelo (...)

3L’usage trop souvent « cosmétique » du développement durable ne peut se réduire à un simple « collage » d’initiatives économiques, sociales et environnementales lesquelles prennent appui sur les chapitres de l’agenda 21 de Rio (Delchet, 2004). Un manque de regard critique fait alors apparaître cette notion comme un concept « stabilisé » – mais c’est là sans doute davantage une volonté de l’Etat que la réalité. Cette vision ne contribuerait-elle pas « à donner du développement durable une image propre et lisse, faite de culture du consensus et gommant ainsi tous les conflits d’intérêt comme les débats idéologiques  »  ? (Petit, 2007). D’ailleurs, le gouvernement lui dédie une semaine balisée et intitulée « Semaine Nationale du Développement Durable ». Mais cette « montée en puissance » apparente cache des attitudes variées et des initiatives qui ne sont pas toujours à la hauteur des défis. Comme le souligne Olivier Frérot (2007) « le développement durable ne peut « s’attraper » aisément, car il porte en lui des contradictions intrinsèques, provoque des conflits entre acteurs qui s'en réclament, et pointe en tous cas les contradictions de nos actions individuelles et collectives ». Force est de constater que le développement durable est en capacité d'alimenter une formidable dynamique de renouvellement de la réflexion et de l'action, à condition d'accepter, voire de rechercher, la remise en cause, l'exigence intellectuelle et le débat. Des séminaires3, des colloques4 entendent de plus en plus souvent participer à cette entreprise en confrontant, d’une part, les principes généraux de la durabilité et d’autre part, la réception qui en est faite, par les populations locales (de Sartre, 2007). Les contradictions et tensions que contient le développement durable constituent sa propre capacité d'innovation et de mobilisation, à condition qu'il ne devienne pas une « nouvelle idéologie dominante molle », mais qu'il s'expose à l'exigence scientifique et critique sans complaisance (Frérot, 2007).

4C’est pourquoi dans ce numéro thématique, nous entendons soulever quelques questions préliminaires qui nous semblent incontournables pour notre réflexion future. Autrement dit, nous voudrions insister sur la nécessité de consacrer une lecture renouvelée à la question du temps à l’épreuve de l’interdisciplinarité et de la durabilité. Il s’agira avant tout de soulever des interrogations qui nous apparaissent comme fondamentales. Cependant, ces dernières n’ont aucune prétention à l’exhaustivité et seront de ce fait exposées de manière assez succincte, quitte à être approfondies par la suite au cours des articles présentés dans ce numéro.

5Ainsi l’ambigüité sémantique ou la difficulté sémiologique s’aggrave dès lors qu’on tente de définir la notion, d'autant plus que le « développement durable » englobe bien plus que l'environnement et qu'apparaît une tendance à remplacer un terme par un autre sans souci de désigner des choses identiques, qui d'ailleurs ne le sont pas. Par là, on replace l’environnement dans une logique spécifiquement anthropique, alors que la notion d’environnement a une portée beaucoup plus large et concerne l’ensemble des organismes vivants et vise la biosphère.

  • 5 De ce point de vue, la constitution récente d’un ministère de l’Ecologie, du développement et de l’ (...)

6En effet, le développement durable exprime l'idée que les ressources vivantes ne doivent pas être ponctionnées à un point tel qu'elles ne puissent, à moyen ou long terme, se renouveler. Or la justification même des politiques et des législations de protection de l'environnement antérieures visait une protection plus désintéressée, sans souci de la « ressource » au sens économique du terme. Ne faudrait-il alors pas craindre que le développement durable en mettant en avant la préoccupation du développement prenne le pas sur celle de la protection ? Ou pire encore, si l'on n'y prend garde, « le droit de l'environnement risque de devenir le droit du développement durable jusqu'à ce que l'on oublie même de qualifier ce développement », comme le souligne si justement Chantale Cans (2003). Précisément, en toile de fond se dessine, au-delà de l’apparente unité que recouvre le développement durable, une autre réalité qui a ouvert la voie à une fragmentation de l’environnement, en particulier au plan institutionnel, mais peut-être aussi dans la conscience collective en raison de la façon dont le développement durable a implicitement induit à en disjoindre les différents aspects en champs socio-techniques séparés5 dans la perspective d’apporter des réponses concrètes aux questions soulevées (Charles, 2008). Le développement durable ne serait-il pas le fruit d’une rationalisation de la problématique environnementale et de son extension logique aux champs anthropiques auxquelles elle est le plus directement liée, l’économique et le social, dans le contexte d’une appréhension globale des enjeux environnementaux à l’échelle de l’ensemble des sociétés humaines ?

7Au-delà de l'approche strictement textuelle, le développement durable a fait l'objet d'appropriations multiples, aux niveaux les plus divers : politiques publiques, développement local, stratégies associatives ou industrielles. La complexité s’accentue lorsqu’on tente cette fois d’associer politique de durabilité environnementale et politique territoriale et que l’on vise une approche de « l’espace, déjà construit ou à (ré)inventer » (de Sartre, 2007). En effet, certains envisagent de réduire ce « référentiel  » à un développement durable local, autrement dit à une approche territoriale du développement durable qui accorderait une place spécifique au local impliquant de privilégier une relation de proximité géographique. Or, le point crucial soulevé par cette notion n’est-il pas l’articulation spatio-temporelle des échelles, lesquelles nécessitent d’être appréhendées dans leur complexité ? Sans aller jusqu’au risque de dérive dans le localisme, plusieurs questions demeurent en suspens : peut-on assigner le développement durable à résidence locale ? Doit-on considérer que ce qui est pertinent au niveau local le serait a fortiori par transposition aux autres échelles ? Ou encore, s’agit-il d’un aveu d’incapacité à traiter les autres échelles ? De même, y a-t-il un territoire pertinent face aux enjeux planétaires du développement durable  ? Enfin, le territoire local serait-il « une sorte de lieu réparateur des problèmes occasionnés par la mondialisation » ? Quelles analyses peut-on en faire aujourd'hui à partir de ces constats ?

8Toutes ces interrogations sont loin de ne concerner que le développement durable. Cependant, elles suggèrent des réponses plus lourdes de conséquences qu’il n’y paraît. Et pourtant, le recours à des formules incantatoires (Godard, 2002) à tendance à promouvoir, paradoxalement, un immobilisme confortable sans tenir compte des contradictions liées au développement et aux contraintes induites par sa durabilité. Sur ce point, rappelons que les Nations-Unies avaient baptisé les années soixante, la « décennie du développement » ! L’optimisme n’a toutefois pas permis aux pays en retard de rattraper les autres et aux inégalités de régresser.

9S’il y a assurément un effet de mode dans l’évocation systématique du développement durable comme guide des politiques publiques, ne perdons pas de vue que la réduction des transferts de risques et l’endiguement de la pauvreté constituent, parmi d’autres, les nouveaux enjeux du développement durable. Mais les individus ne sont pas exposés aux risques de la même façon. Certaines expositions seraient liées à des occurrences particulières. Aussi, dans quelle mesure le développement durable peut-il résoudre des situations qui se caractérisent par la diversité des positionnements des individus dans leur environnement ? Ou encore, est-il possible d’articuler grandes et petites échelles d’action, à l’exemple de la déclinaison de l’Agenda 21 en agendas 21 locaux.

10Comme si, ainsi que le souligne François Mancebo (2006), « les mêmes principes devaient fonctionner du mondial au local chacun jouant l’autre en commande de servomécanisme dans un grand mécano planétaire » (p. 242).

11Enfin, pas plus qu’elle ne restreint la réflexion au développement local, l’approche du développement durable n’envisage le futur « comme un présent amélioré, et le présent comme une cristallisation du passé ». Néanmoins, si le développement durable n’élude pas la question de la prospective, il implique d’associer des configurations globales, de suggérer des alternatives, des changements à enclencher mais sa mise en œuvre implique des réformes progressives, des phases de transition incompatibles avec l’urgence environnementale telle que la compréhension qui se développe du réchauffement climatique permet par exemple de l’appréhender. Comment concilier l’urgence environnementale, avec le long terme du développement durable ? Comment, le développement, synonyme de mouvement, peut-il être durable (Allemand, 2007) ?

12C’est pourquoi, dans ce numéro, à travers les textes sollicités, il ne s’agit pas tant de souligner les limites du développement durable ou de le discréditer que de mettre en évidence les interdépendances, le renouvellement des formes de gouvernance, des modes de pensée et de mesurer, finalement, la complexité du monde qu’il contribue à renouveler. Loin de constituer un catalogue de « bonnes » solutions clé en main, le développement durable pose autant de questions qu’il ne suggère de réponses. Ce numéro thématique nous invite à comprendre le développement durable comme un état d'esprit, nécessitant un agir éthique au quotidien de chacun d'entre nous, mais aussi de la part des institutions et des membres qui le servent. A cette fin, il propose également une bibliographie non exhaustive des principales publications sur cette thématique.

Présentation des textes 

13Philippe Genestier et Claudine Jacquenod-Desforges examinent comment le recours à la thématique du développement durable constitue un moyen de réaffirmer les postures par lesquelles le personnel politique affichait traditionnellement son rôle sur la scène sociale. Autrement dit, appréhende le développement durable en tant que «  thématique de discours politique et en tant que moyen au service d’une stratégie communicationnelle des acteurs publics  ».

14Lionel Charles s’est penché sur les ambigüités dont la notion de développement durable apparaît aujourd’hui chargée à l’aune de la question de l’environnement telle qu’on en voit les manifestations se développer, en particulier avec un problème aussi massif que le réchauffement climatique, qui a envahi depuis quelques années les médias, l’opinion et la conscience collective mondiale. L’intérêt d’aborder la question de l’environnement et du développement durable via la problématique du réchauffement climatique permet d’en faire ressortir l’ampleur et la portée des enjeux.

15Nicolas Buclet souhaite montrer que « si le développement durable appelle l’élaboration de stratégies d’action », l’obtention des résultats n’est pas à la hauteur des enjeux sans remise en cause des fondements du système. En effet, certaines variables échappent à la capacité d’action des élus territoriaux. Les grands objectifs de la Stratégie Nationale de Développement Durable ne tiennent donc pas compte de cette incapacité des territoires à agir efficacement et par cela-même occultent un certain nombre de débats et notamment « le débat entre les objectifs collectifs qu’une société souhaite se fixer (Coméliau, 2006), la nature des moyens pertinents pour atteindre ces objectifs, et l’échelle à laquelle il convient d’agir ». Faut-il subordonner les exigences du marché aux objectifs d’aménagement du territoire, tels qu’établis collectivement ?

16C’est pourquoi Bertrand Zuindeau se demande si le développement durable est soluble dans le capitalisme ? Autrement dit, selon lui, pour concilier la logique de durabilité et la logique économique capitaliste, les politiques publiques apparaitraient comme des outils indispensables. Aussi, qu’il s’agisse de la réglementation, de la taxation, des quotas transférables ou des instruments de normalisation environnementale (référentiel ISO14000, écolabels de produits) ces outils se seraient « renforcés ces dernières années, encore qu’insuffisamment pour faire face aux enjeux écologiques et sociaux ». Ces politiques viseraient à contrecarrer les effets négatifs du système capitaliste et à favoriser le développement durable.

17Christophe Beaurain s’attache à rappeler «  l’importance du rapport au temps dans la protection des ressources naturelles » lequel donne corps à une approche de ces ressources qui répondrait aux attentes des populations en faveur de l’amélioration de la qualité de vie et aux contraintes nées de l’intégration des contraintes environnementales dans les processus de production. Dans cette perspective, l’insertion des entreprises dans l’action collective en faveur du développement durable urbain constitue un enjeu essentiel dans l’émergence d’une dynamique territoriale et pour le maintien des ressources environnementales dans le temps.

18Florence Gourlay à travers l’exemple de l’agglomération de Lorient « offre le cas d’un territoire qui, confronté à l’intégration des logiques économiques et sociales globalisées, recompose son inscription au monde en intériorisant progressivement les principes du développement durable ». Décloisonner les approches, cela se fait dans les têtes et dans les organigrammes. Il faut réussir le décloisonnement du fonctionnement des organisations au titre desquelles les acteurs du territoire agissent, mais aussi les relations inter-organisation du territoire, voilà un problème posé par la mise en place du développement durable.

19La communication de Richard Laganier, Franck Chow-Toun, Yannick Prats, et Ambre Marsili nous invite à réfléchir sur la mise en œuvre des principes du développement durable et sur les différentes actions publiques à mener, « à l’échelle de la ville ou à d’autres échelles, afin de répondre aux interdépendances spatio-temporelles des différents enjeux et domaines qui constituent la ville ». A partir d’un cas empirique, les villes de Guyane, ils questionnent « la manière de territorialiser une action publique pensée à l’échelle du Nord (la France métropolitaine) dans un contexte dont les dynamiques s’apparentent en partie à celle des villes du Sud compte-tenu de défis à relever (forte croissance démographique, pauvreté, pollution et inondation en milieu urbain) ».

20Aurélie Javelle s’interroge à juste titre sur une nouvelle approche de l'arbre « présentée par les différents organismes intervenant dans cette optique comme une solution pour sauver, voire redévelopper le bocage grâce à une gestion durable ». L'avenir du bocage dans le nord de l'Ille-et-Vilaine passe-t-il par l'émergence des « haies nouvelles » ?

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie citée dans le texte :

ALLEMAND S., 2004, Doc 12, Les géographes face au développement durable in http://scienceshumaines.com/index.php ?lg =fr&id_article =4788.

ALLEMAND S., 2007, Les paradoxes du développement durable, édition Le cavalier bleu

BRUNEL S., 2007, Le développement durable, Que Sais-Je, PUF, 128 p.

CANS C., 2003, Le développement durable en droit interne : apparence du droit et droit des apparences, chronique, AJDA, 270p.

DE SARTRE A. appel à communications pour les journées d’études à l’Université de Pau et des pays de l’Adour du 21 au 23 novembre 2007.

DELCHET K., 2004, Qu’est-ce que le développement, Paris, AFNOR, collection « A savoir  », 60 p.

GODARD O., 2002, Le développement durable et les entreprises, Revue des deux mondes, N° oct.- nov. 2002, pp. 101-128.

MANCEBO F., 2006, Le développement durable, Armand Colin.

MIOSSEC A., ARNOULD P. et VEYRET Y. (dir.), dossier « Vers une géographie du développement durable », Historiens & Géographes, n° 387, juillet 2004.

PETIT O., 2007, « Delchet K., 2004 », Qu’est-ce que le développement durable ?, Paris, AFNOR, collection « A savoir », 60 p. », Développement Durable et Territoires, Lectures, http://developpementdurable.revues.org durable ?, Paris, AFNOR, collection « A savoir », 60 p. /document3337.html

SCARWELL H-J., ROUSSEL I., 2006, Les démarches locales de développement durable à travers les territoires de l'eau et de l'air, Edition du Septentrion, collection Environnement et Société, 280 p.

Bibliographie non exhaustive sur cette thématique :

ALLEMAND S., 2007, Les paradoxes du développement durable, édition Le cavalier bleu, 192 p.

AUBERTIN C. et VIVIEN F.-D. (dir), 2006, Le développement durable. Enjeux politiques, économiques et sociaux, Edition La Documentation française, 143 p.

BADDACHE F., 2006, Le développement durable face au quotidien, Edition D’organisation, collection Eyrolles pratiques, 223 p.

BAKER S., 2006, Sustainable development, Edition Routledge, collection introduction to environment, 205 p.

BALTHAZARD L.-B., 2006, Le développement durable face à la puissance publique, Edition L’Harmattan, collection Questions contemporaines, 319 p.

BOURG D., 2002, Quel avenir pour le développement durable ? , Edition le Pommier, Collection Les Petites pommes du savoir, 61 p.

BOURG D., 2006, Développement durable maintenant ou jamais, édition Gallimard, collection Decouvertes, 128 p.

BRUNEL S., 2007, Le développement durable, Que Sais-JE, PUF, 128 p.

CHARLOT-VALDIEU C., 2006, Développement durable et renouvellement urbain, Edition L’harmattan, collection Villes et Entreprises

Collectif, 2004, Les enjeux et les défis du développement durable, Edition Presses de l’Université de Laval, Collection : Sociologie Contemporaine, 382 p.

Collectif, 2004, La France et le développement durable, Edition La Documentation française, Regards sur l’actualité, n° 302, juin-juillet 2004.

Collectif, 2005, Géopolitique du développement durable, rapport Anthéisos, Edition P.U.F., Collection Major, 350 p.

Collectif, 2005, Le développement durable dans les pays de l’OCDE. Mettre au point les politiques publiques, Edition OCDE, 2204 p.

Collectif, 2006, L’état de la planète, Association l’Etat de la Planète, 277 p.

Collectif, 2006, Le Management durable. L’essentiel du développement durable appliqué aux entreprises, Edition Hermes Science Publication, collection ESCEM, 252 p.

Collectif, 2006, Le guide Pricewaterhousecoopers du développement durable, Edition D’organisation, 187 p.

COMELIAU C., 2006, La croissance ou le pro-grès – croissance, décroissance développement durable, Edition du Seuil, Collection Economie Humaine, 316 p.

D’HUMIERES P., 2005, Le développement durable. Les termes du débat, Editions D’organisation, Collection Références, 385 p.

DOLIQUE L., 2007, Risques globaux et développement durable. Fausses pistes et vraies solutions. Edition L’harmattan, Collection : L’esprit Economique, 115 p.

DUCROUX A.-M., 2002, Les nouveaux utopistes du développement durable, Edition Autrement, Collection Série Mutations, 342 p.

DUFAU J. et BLESSIG E., 2005, Les instruments du développement durable, Edition La Documentation française, Collection Documents d’Information, 370 p.

GENDRON C., 2006, Le développement durable comme compromis, Editions P.U.Q., collection Pratiques et politiques sociales et économiques, 293 p.

HEURGON E. et MARSAUD J., (dir), 2006, Le développement durable, c'est enfin du bonheur ! Edition de l’Aube, Collection Société et Territoire, 405 p.

JACQUET P., 2007, Regards sur la terre, Edition Sciences PO les Presses, Collection : Annuel du développement durable, 301 p.

JOHNSTON J. et Al., 2006, Nature’s revenge reclaiming sustainability in an age of corporate globalization, Edition Broadview Press, 330 p.

JOLLY C., 2006, L’entreprise responsable. Sociale, éthique, verte et bénéficiaire, Edition Le Félin, Collection Echéances, 120 p.

LAGARENNE C. et Le LOURD P., 2004, Indicateurs nationaux du développement durable : lesquels retenir ? , Edition La Documentation française, Collection Réponses environnement, 236 p.

LEVEQUE C., 2005, Développement durable. Avenir incertain, Edition Dunod, Collection Quai des Sciences, 231 p.

MANCEBO F., 2006, Le développement durable, Armand Colin, 320 p.

MATAGNE P., 2005, Les enjeux du développement durable, Edition L’Harmattan, 214 p.

PAQUOT T., 2007, Petit manuel pour une écologie existentielle, Bourin éditeur, 121 p.

PELT J.-M., 2007, C‘est vert et ça marche, Fayard, 315 p.

PERRIN J., 2005, Valeurs et développement durable, Edition L’Harmattan, collection L’esprit Economique, 154 p.

SCARWELL H.-J., ROUSSEL I., 2006, Les démarches locales de développement durable à travers les territoires de l'eau et de l'air, Edition du Septentrion, collection Environnement et Société, 280 p.

SMOUTS M.-C., 2005, Le développement durable. Les termes du débat, Edition Armand-Colin, Collection Compact Civis, 289 p.

SPEIRS C., 2003, Le concept de développement durable : l’exemple des villes françaises, Editons L’Harmattan, collection Inter-National, 195 p.

VEYRET Y. (dir), 2005, Le développement durable, approches plurielles, Edition Hatier, collection Initial, 287 p.

VIVIEN F.-D., 2005, Le développement soutenable, Edition La Découverte, Collection Repères, 122 p.

Haut de page

Notes

1 Union Géographique Internationale

2 Rapport avril 2003 portant sur l'éducation relative à l'environnement et au développement durable. Un état des lieux, des perspectives et des propositions pour un plan d'action.

3 A l’exemple du séminaire organisé à Pau du 21 au 23 novembre 2007 sur le thème : « Problèmes dans l’appropriation territoriale du développement durable : une modernité réinventée ? ».

4 On peut citer par exemple parmi les principales manifestations à venir « La problématique du développement durable vingt ans après : nouvelles lectures théoriques, innovations méthodologiques, et domaines d'extension Lille (Villeneuve d'Ascq) – France 20, 21 et 22 novembre 2008 ou encore, le colloque « « Instituer le développement durable. Appropriation, professionnalisation, standardisation », des 8 au 10 novembre 2007 à Lille. On peut citer aussi le congrès du Réseau International de Recherche sur les Organisations et le Développement Durable (RIODD) qui se tiendra les jeudi 5 et vendredi 6 juin 2008 à l’ESDES, Lyon sur le thème de : la Responsabilité sociale et environnementale, nouvelles formes organisationnelles. L’ambition du 3ème Congrès du RIODD est de rassembler un large éventail de travaux traitant des liens existant entre le développement des pratiques de type RSE et développement durable d’une part, l’émergence de ces nouvelles formes organisationnelles d’autre part.

5 De ce point de vue, la constitution récente d’un ministère de l’Ecologie, du développement et de l’aménagement durable (MEDAD) ne peut-elle être lue, derrière l’unité affichée, comme un signe de cette disjonction, avec la protection de la nature d’un côté et de l’autre des champs plus techniques directement concernés par le réchauffement climatique comme les transports, l’aménagement ou l’énergie ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Helga-Jane Scarwell, « Éditorial », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 4 | 2006, mis en ligne le 15 décembre 2011, consulté le 17 août 2017. URL : http://tem.revues.org/363

Haut de page

Auteur

Helga-Jane Scarwell

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page