Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Géographies d'une « destruction » des forêts dans un territoire d'herbages. Récits de crise et résilience forestière dans les campos uruguayens du XVIIIe au XXe siècle

Résumé de thèse
Pierre Gautreau

Texte intégral

1L'émergence de préoccupations environnementales durant les dernières décennies du XXe siècle est consubstantielle de l'affirmation que la terre est en danger. La popularisation du terme d'environnement dans les années 1970 est concomitante de l'idée d'une « crise » de celui-ci. Sous ce terme sont alors rangés divers phénomènes, qui touchent de près ou de loin à la nébuleuse d'objets relevant de la « nature ». Les modalités de cette crise -que l'on se place dans une perspective d'écologie « profonde », ou dans l'optique plus marquée par l'économie du développement durable- sont généralement analysées selon une grille simple ; il s'agit d'une inadéquation entre la population d'un territoire donné et des ressources, d'une perte de qualité de ces ressources, voire d'une destruction de celles-ci. Cette notion de crise constitue une clé de lecture générale, mondiale, de l'état de la planète ; elle est mobilisée comme levier pour la mise en place de politiques de développement, elle sert aux ONG écologistes à mobiliser les opinions publiques et à récolter des fonds. Cette clé de lecture par la crise, précocement dénoncée dans ses excès sous le nom de « catastrophisme », constitue depuis quelques années un nouvel objet de recherche pour les sciences sociales.

2On identifie les récits de crise environnementaux à trois caractéristiques.

  • 1 Il s'agit d'un ensemble de jugements portés par un ou plusieurs acteurs sur l'état de l'environnement, analysant cet état comme le signe d'un dysfonctionnement par rapport à un ordre « normal » des choses.

  • 2 Cet ensemble est constitué de jugements qui mobilisent des thématiques, des références et des arguments similaires et répétitifs.

  • 3 Le dysfonctionnement postulé consiste soit en une rupture brutale d'un état antérieur, soit dans le maintien durable d'un état de fait intolérable pour le tenant du récit.

3Actuellement, les récits de crise posent une série de questions scientifiques importantes. Tout d'abord, élaborés par des acteurs et pris dans un jeu social, ils constituent une des façons par lesquelles la société élabore ses représentations de l'environnement, souvent dans le cadre de tensions ou d'oppositions de vues. Bien que les recherches soient aujourd'hui centrées sur des récits actuels ou qui sont développés à l'échelle du XXe siècle, il est important de connaître les racines historiques plus anciennes de ces récits. La compréhension des enjeux sociaux les entourant, ainsi que leur genèse et leur évolution constituent donc un premier questionnement. Ensuite, ces récits défendent l'idée d'un dysfonctionnement environnemental : au chercheur, ils posent donc la question de l'évaluation des liens existants entre ce qui est postulé et les processus réellement à l'oeuvre. Ils posent donc -deuxième questionnement- le problème du lien que doit faire le chercheur entre mesure du milieu et discours tenus sur celui-ci. Enfin, les récits construisent, en contrepoint de la crise qu'ils dénoncent, une « normalité » de l'environnement qui renseigne sur ce qui constitue, à un moment donné et pour un groupe donné, un état désirable. L'identification et le sens à donner à ces « normalités » constitue le troisième questionnement.

4Ce travail de recherche élabore et propose une méthode géographique d'évaluation de ces récits de crise environnementaux, en prenant pour cadre de réflexion le territoire de l'Uruguay, en Amérique du Sud. L'espace couvert par ce pays constitue un laboratoire idéal pour approfondir les questions posées. En effet, on relève à son propos dans les archives, depuis le XVIe siècle, des récits postulant un recul des forêts : cet espace est donc propice à une approche longue durée de la genèse des récits de crise, ici de crise forestière. D'autre part, on peut également y observer une grande diversité d'acteurs : à la différence de la plupart des études antérieures sur la question, qui se focalisent sur le rôle des acteurs institutionnels (pouvoirs publics) dans la production des récits, on peut en Uruguay, appréhender des récits plus complexes et diversifiés. Enfin, on a choisi d'étudier des récits de crise forestière tenus dans un espace couvert par les herbages, les « campos » qui prolongent au nord du Río de la Plata la Pampa de Buenos-Aires. La forêt ne couvre pas plus de 4 % du territoire actuel, mais les récits observés correspondent, par leur argumentaire, à ceux qu'on peut relever dans les régions encore dominées par la forêt, telles l'Amazonie : comment expliquer cet apparent paradoxe ?

5Que cherche-t-on en fait à évaluer ? La problématique centrale consiste à comprendre le lien existant entre les énoncés identifiés comme récits de crise, et les processus biophysiques auxquels ces récits font allusion. Vu le caractère éminemment relatif des données sur lesquelles on travaille, on ne pouvait aborder cette question en terme de « vérité-erreur » des récits. La notion centrale est donc celle de la congruence du récit, qui se réfère à la distance que l'on peut mesurer entre un énoncé et les processus auxquels il fait allusion. Plus cette distance sera grande, et moins un récit sera congruent (et non pas « faux »), et vice-versa. Notre hypothèse principale était celle d'une très faible congruence de l'ensemble des récits de crise forestière identifiés sur la période d'occupation européenne de la région, du XVIe au XXe siècle, l'idée que les paysages actuels sont le fruit d'une « destruction » ou d'une « dégradation » forestière paraissant fortement exagérée. Vérifier cette hypothèse supposait d'une part qu'on possède les données nécessaires à l'évaluation de la congruence des récits, mais également qu'on puisse expliquer les raisons de cette faible congruence. La démarche mise en place procède en trois temps.

Identification des récits de crise forestière et première évaluation de leur congruence (Partie I)

6L'identification d'un récit suppose que l'on localise dans le temps, puis dans l'espace, une production d'énoncés correspondant à la définition donnée auparavant. Généralement, c'est un groupe d'acteurs bien défini qui est porteur d'un récit, même si dans certains cas, il est difficile de distinguer clairement ce groupe. En Uruguay, nous avons prospecté l'ensemble des documents actuellement accessibles traitant de questions forestières, depuis le XVIe siècle jusqu'à nos jours, mais en privilégiant la période 1700-2000 : archives historiques de Buenos-Aires et Montevideo, revues agronomiques du XIXe siècle, législation sur toute la période, production universitaire et institutionnelle (ministères) pour le XXe siècle. Nous avons de cette façon pu identifier cinq grands récits de crise, qui sont présentés de façon synthétique dans le tableau ci-dessous. Ces récits se distinguent d'abord par leur position par rapport à la crise forestière décrite : sont dits « contemporains » les récits tenus simultanément aux faits dénoncés  ; sont dits « rétrospectifs » les récits tenus à un moment donné, mais qui se réfèrent à une crise forestière ayant eu lieu dans le passé. Ils se distinguent également par l'espace concerné par leur dénonciation, de lieux très précis dans le cas de litiges entre personnes, comme au XVIIIe siècle, à l'ensemble du pays, dans le cas des récits très généraux de la fin du XIXe ou du XXe siècles.

Tableau 1 : Les récits de crise forestière identifiés : acteurs, thème, échelle et temporalité

Tableau 1 : Les récits de crise forestière identifiés : acteurs, thème, échelle et temporalité

7Dans cette première phase du travail, l'identification des récits est inséparable de la mise en évidence de stratégies sociales. L'analyse des sources met en évidence, pour chaque époque, que les tenants des récits ont un intérêt à formuler ces énoncés. Thèmes et stratégies sociales sous-jacentes aux récits évoluent ainsi, non pas de façon strictement chronologique, mais par glissements et recouvrements. Durant les XVIIIe et XIXe siècles, deux logiques sociales sont au fondement des récits de crise forestière. D'une part, les paysans aisés et les autorités dénoncent un excès de coupe de la part des charbonniers et des bûcherons, qui serait à l'origine d'une disparition des forêts : généralement, cette dénonciation a pour but non pas de protéger ces dernières, mais bien d'accaparer les revenus tirés de l'exploitation du bois. En effet, jusqu'aux années 1870, les forêts sont un bien du Commun, et toute personne y a accès  : les propriétaires des terres acceptent mal que les petites gens puissent tirer profit des forêts situées sur leurs exploitations, sans leur verser un tribut. Ils tentent alors non pas d'interdire le bûcheronnage, mais de forcer bûcherons et charbonniers à leur louer un droit de coupe. Parallèlement à cette logique d'accaparement de la ressource, une seconde logique, foncière celle-ci, devient prépondérante à la fin du XIXe siècle. Elle consiste, dans la perspective des propriétaires terriens, à faire abolir le statut public des forêts, moins pour la ressource qu'elles représentent que pour éliminer ce symbole d'un droit ancien et désormais présenté comme archaïque par des ruraux marqués par les idées « libérales ». On ne tolère plus que, dans les limites d'une propriété privée considérée comme « sacrée », subsistent encore des éléments -les forêts- auxquels tous les citoyens ont accès : le meilleur moyen d'appuyer cette logique est de démontrer que cet accès libre cause la disparition des couverts forestiers. Ces deux logiques disparaissent en 1875, avec la création du Code Rural, qui instaure la « privatisation » des forêts. À la fin XXe siècle, ce sont deux logiques nouvelles qui apparaissent. D'une part, les entreprises sylvicoles, qui étendent leurs plantations d'arbres exotiques (Eucalyptus spp. ) sur les herbages, légitiment leur stratégies d'expansion en arguant qu'elles limitent la « pression » sociale sur les forêts « autochtones », censées être trop coupées. D'autre part, les associations écologistes prétendent que les forêts reculent, s'inscrivant là aussi dans une logique mondiale de dénonciation des atteintes à l'environnement.

8Au terme de cette première partie, on peut mieux définir les récits de crise forestière de la région  : ceux-ci sont caractérisés par leur permanence, puisqu'ils sont utilisés sur trois siècles au moins. C'est leur forme générale qui perdure (argumentaire, qualificatifs utilisés), la circulation des récits entre différents acteurs, au cours du temps, étant évidente, même si c'est pour servir des logiques sociales différentes, voir opposées. La principale conclusion, par rapport à la problématique initiale, est que la congruence de ces récits doit être fortement remise en cause : la mise en évidence des logiques sociales sous-jacentes incite à penser que la crise forestière n'est pas aussi grave que ce qu'en disent les acteurs. Reste cependant à apporter les preuves de cette mise en doute.

Évaluation de la congruence énoncés-processus pour chaque récit (Partie II)

9Cette seconde partie constitue le coeur de la thèse. Pour chaque récit, on évalue sa congruence avec les processus biophysiques dénoncés, en reconstituant ces processus par diverses techniques. Mais pour que cette évaluation soit pertinente, il est nécessaire qu'elle soit adaptée au mieux à l'espace et à la période concernés par le récit, et que les thèmes du récit soient clairement définis (que veut dire « destruction » pour les acteurs du XVIIIe ?). On a appelé « congruence de second niveau » cette adaptation spatiale, temporelle et sémantique de l'évaluation du chercheur au récit qu'il analyse. La congruence de l'évaluation dépend avant tout de la richesse et de l'existence de données sur les milieux correspondant à chaque récit : en fonction de celles-ci, on a défini quatre méthodes d'évaluation, de la moins à la plus congruente. Lorsqu'on ne dispose pas, pour un récit, de données sur la forêt correspondant exactement à la période concernée par la dénonciation de crise, on peut comparer l'état de ces forêts avant et après le moment du récit (méthode de l'enjambement temporel). Lorsqu'on ne possède pas de données sur le milieu forestier extérieures au récit lui-même, on peut, par un travail de critique interne aux textes, proposer une interprétation des processus à l'oeuvre : l'analyse du sens des termes utilisés, celle de la localisation géographique des documents, permet alors une évaluation du récit (méthode de contextualisation historique). Lorsqu'on ne possède pas de données sur le milieu forestier correspondant à la période exacte du récit, mais qu'on connaît bien les processus écologiques qui y ont lieu actuellement, on peut, par la méthode de l'approche régressive, évaluer la probabilité que ces processus aient ou non eu lieu à des périodes antérieures. Enfin, et c'est la méthode la plus précise, on peut procéder par contextualisation dynamique lorsqu'on possède, pour un récit donné, des élements permettant de reconstituer la dynamique du milieu sur l'espace et la période concernés. C'est par ces méthodes que nous assumons pleinement une pratique de la biogéographie comme véritable science sociale, car la mesure des éléments du milieu est toujours appliquée à des thèmes socialement désignés par les acteurs, et non pas définie a priori par le chercheur.

10Dans le cas de l'Uruguay, comme on peut le voir avec le tableau ci-dessous, la mise en place de ces méthodes n'a pas été strictement déterminée par la chronologie, certaines périodes étant parfois mieux connues grâce à une abondance de données que d'autres plus récentes. Dans tous les cas cependant, et dans la limite des méthodes mises en place, on a pu mettre en doute fortement la congruence des récits, les processus décrits par ceux-ci ne pouvant que rarement être reconstitués par le chercheur. Ces conclusions confirmeraient alors que la « crise » forestière, au long de toute la période, est plus un thème mis au service de logiques sociales et territoriales précises, qu'un fait physiquement observable.

11Parmi toutes les évaluations menées dans cette seconde partie, et pour lesquelles on a combiné en permanence techniques écologiques et analyse historique, dans une perspective géographique grâce à l'usage systématique d'un Système d'Information Géographique, deux ont fait l'objet d'une attention particulière. Le récit de la fin du XXe siècle, selon lequel les pratiques pastorales, dans les exploitations, provoquent la « dégradation » des forêts, a été évalué par contextualisation dynamique. Dans un échantillon de 13 établissements agro-pastoraux, représentatifs de deux sous-régions des campos uruguayens, on a procédé à une analyse cartographique des dynamiques ligneuses sur la période 1966-2004 et à une analyse écologique des dynamiques actuelles de végétation. Globalement, on a pu constater que les dynamiques ligneuses sont progressives, les forêts se maintenant ou s'étendant, ce qui contredit l'idée d'une dégradation. Cette conclusion confirme à l'échelle des établissements ce que la statistique nationale signale, à savoir une extension des couverts forestiers du pays depuis les années 1950. La seconde grande évaluation a été celle du récit de la fin du XIXe siècle, selon lequel les forêts étaient alors en train de disparaître. Nous avons mis au point une technique de comparaison entre l'immense corpus -que nous avons découvert en archives- des cartes d'arpentage des années 1830-1860, et les images satellites actuelles. Cette méthode d'enjambement temporel permet également de formuler l'hypothèse d'une faible congruence de ce récit fin-XIXe : les paysages forestiers observables sur les cartes anciennes correspondent dans leurs grandes lignes aux paysages actuels.

Tableau 2 : Récits identifiés et évaluation mise en oeuvre

Tableau 2 : Récits identifiés et évaluation mise en oeuvre

Vers une compréhension du phénomène des récits : de la conflictualité aux représentations sociales de la « normalité environnementale » (Partie III)

12Cette dernière partie s'intéresse plus particulièrement à la période allant de la fin du XIXe à aujourd'hui. En effet, on ne peut comprendre la permanence des récits de crise sur cette période sans dépasser l'analyse par la seule conflictualité sociale. Une fois aboli le statut public des forêts en 1875, cette conflictualité se réduit fortement. Les récits de crise forestière sont dorénavant surtout la conséquence des représentations de l'environnement qu'élaborent des groupes qui importent, créent et diffusent des connaissances environnementales. Tout particulièrement, c'est la prégnance de références environnementales extra-territoriales, qui explique que l'on plaque en Uruguay des diagnostics élaborés pour d'autres régions, à dominante forestière  : dès la fin du XIXe, les revues agronomiques transmettent l'idée, alors en plein essor en Europe, que les ruraux sont de grands destructeurs de la forêt. C'est également l'époque où apparaît ce qui a été défini comme le « complexe du pays sous-boisé », dans un contexte où les élites du pays se réfèrent en permanence à l'Europe, et vouent un culte à l'idée de « Progrès » qu'elle symbolise à leurs yeux. Nombre d'auteurs d'articles et de chercheurs estiment que le climat du pays est « anormal » du fait de sa trop maigre couverture forestière. Les sécheresses, l'irrégularité des précipitations, les épisodes de grêle, en sont la preuve, ce qui pousse certains à proposer des seuils désirables de boisement, l'Uruguay devant couvrir 20 à 30 % de ses terres de forêts pour accéder au statut de pays « civilisé ». À la fin du XXe siècle, on observe également cette tendance à l'importation de références environnementales extra-territoriales de la part des associations écologistes. Celles-ci assument le récit mondial de destruction forestière, dans un pays très faiblement boisé, les forêts représentant pour elles le principal élément de l'environnement à protéger, alors que les herbages dominants, bien que fortement transformés par l'homme, sont à peine évoqués dans leurs programmes avant les années 2000.

13Cette troisième partie apporte à la question des récits de crise environnementale, d'abord en termes théoriques. Leur étude n'est pas complète sans l'identification des « normalités environnementales » qui servent de référence aux tenants des récits. En effet, ceux qui postulent un état anormal de l'état de l'environnement, un dysfonctionnement, le font en se référant, implicitement ou explicitement, à un état « normal », ce qui nous informe de façon très riche sur les représentations en jeu. La qualification de ces normalités est ce qui nous permet d'identifier quelles sont les dimensions socialement valorisées de l'environnement, et qui sont au fondement des représentations. On peut tout d'abord, de cette manière, mieux cerner l'évolution historique des récits : à l'époque coloniale, la normalité de référence est celle d'une coupe soigneuse des forêts. La crise que l'on dénonce alors est une crise de « déréglement », où on ne déplore pas la coupe en soi, mais ses excès au regard des normes juridiques et de la capacité de régénération forestière. À la fin du XXe siècle, la normalité de référence est beaucoup plus floue, et correspond à un pays aux forêts plus étendues et plus diverses en terme de richesse en espèces. Cette notion permet aussi de différencier les logiques d'acteurs différents, mais qui développent en apparence le même récit de crise : ainsi, à la fin du XXe, on a pu montrer que les entreprises sylvicoles qui dénoncent une crise des forêts autochtones peuvent, en critiquant l'irrationnalité des pratiques paysannes, valoriser en retour leur gestion technique et « scientifique » des milieux. Les associations écologistes, qui tiennent un récit similaire, font-elles référence à une autre normalité, celle de forêts préservées, non pas grâce à une rigueur technique accrue, mais par la mise en place d'une législation contraignant les usages.

14Enfin, l'apport de cette troisième partie se lit en termes de données et de méthode. Démythifier les récits de crise forestière est un préalable incontournable à une étude plus apaisée, donc plus rigoureuse et scientifique, des paysages de la région. On a déjà vu combien la prégnance de ce récit a conduit jusqu'à une période récente les scientifiques et les écologistes uruguayens à négliger l'étude des formations végétales dominantes, les herbages. Grâce à une relecture de la littérature disponible, notamment paléoenvironnementale, à une réinterprétation des logiques territoriales de la coupe et du bûcheronnage, et une interprétation des dynamiques de végétation actuellement à l'oeuvre dans les exploitations pastorales, un nouveau modèle de la genèse des paysages de campos est proposé. Ces paysages ne seraient pas -ce que les récits de crise suggéraient- le fruit d'un long recul forestier, mais au contraire d'un long processus, enclenché depuis environ 4000 ans, d'expansion des formations arborescentes et buissonnantes dans les interstices de l'espace et des territoires. Cette progression serait aujourd'hui encore à l'oeuvre, ainsi que le montrent les relevés écologiques actuels, et serait responsable d'un phénomène de différenciation croissante des paysages de campos, certains secteurs se boisant rapidement, tandis que d'autres connaissent une progression lente des ligneux, et que certains maintiennent la domination des herbages.

Haut de page

Annexe

Soutenance : 30.11.2006

Jury : Sous la direction de Eric Glon (géographe, Lille 1) et Laurent Simon (géographe, Paris 1). Rapporteurs : Georges Rossi (géographe, Bordeaux III) et Martine Droulers (géographe, Paris III-IHEAL). Examinateurs : Juan-Carlos Garavaglia (historien, Directeur de recherche à l'EHESS) et Michel Etienne (écologue, Directeur de Recherche à l'INRA). Président : Jean-Jacques Dubois (géographe, Professeur émérite à Lille 1).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Les récits de crise forestière identifiés : acteurs, thème, échelle et temporalité
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/361/img-1.png
Fichier image/png, 227k
Titre Tableau 2 : Récits identifiés et évaluation mise en oeuvre
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/361/img-2.png
Fichier image/png, 116k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Gautreau, « Géographies d'une « destruction » des forêts dans un territoire d'herbages. Récits de crise et résilience forestière dans les campos uruguayens du XVIIIe au XXe siècle », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 3 | 2006, mis en ligne le 23 février 2017, consulté le 27 mars 2017. URL : http://tem.revues.org/361

Haut de page

Auteur

Pierre Gautreau

Maître de Conférences à l'Université de Lille 1

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page