Navigation – Plan du site
Note

Randonnée et développement durable à la Fédération française de la randonnée pédestre : le réseau Éco-veille®

Walking and Sustainable Development to the French Walking Federation : the Eco-veille Network
Mariana Cristache
p. 67-69

Texte intégral

  • 1 Statuts 2004 de la Fédération, adoptés par l’Assemblée générale en 2004 et modifiés par l’AGE du 20 (...)

1Né en 1947, le Comité National des Sentiers de Grande Randonnée (CNSGR) devient en 1978 la Fédération française de la randonnée pédestre. Reconnue d’utilité publique en 1971, elle obtient en 1978 l’agrément du Ministère de l’environnement. Son but général est « le développement de la randonnée pédestre tant pour sa pratique sportive que pour la découverte et la sauvegarde de l’environnement, le tourisme, les loisirs »1.

  • 2 GR® - c’est un itinéraire de grande randonnée, conçu et obligatoirement homologué par la Fédération (...)

2Aujourd’hui, la Fédération française de la randonnée pédestre est ainsi structurée : un siège national (à Paris) et 120 comités départementaux et régionaux animés par des bénévoles et parfois par de jeunes employés. Leurs missions de base visent à la création, au balisage, à l’entretien et à la promotion des GR®, GRP® et PR2.

  • 3 D’après l’étude « Image des sports » réalisée pour Carat sport en 2004.

3La Fédération compte en 2005 plus de 172 000 adhérents et 2 800 clubs et associations. On estime également que 15 millions de personnes pratiquent la randonnée en dehors du milieu associatif. Une étude récente montre que cette activité est le sport préféré des Français3. Celle-ci traduit la reconnaissance de la randonnée comme activité participant au bien être de tous. Mais de cet afflux de randonneurs s’ensuit une fréquentation continue des itinéraires, d’où la nécessité d’en maîtriser les impacts. Proposer de nouveaux projets qui prennent en compte le développement durable était une nécessité. C’est la raison pour laquelle fut rédigé « l’Agenda 21 en faveur du développement durable ».

1. « Agenda 21 » et la naissance du réseau éco – veille à la fédération

4« L’agenda 21 » est un programme qui porte sur quatre grands domaines, en corrélation avec « l’Agenda 21 du Sport Français » publié en 2003 par le Comité National Olympique Sportif Français (CNOSF). Les grands domaines d’actions de l’Agenda 21 :

  • Le développement durable, une approche permanente de la Fédération ;

  • Le bien-être et la solidarité sportive au service du développement durable ;

  • Une gestion de l’espace de pratique et une organisation de l’activité de randonnée respectueuse de l’environnement ;

  • Un capital naturel et culturel à transmettre et une économie centrée sur les loisirs sportifs au service du développement durable.

5Pour traduire dans les faits ces principes, la Fédération française de la randonnée pédestre a créé le réseau Éco – veille.

6Marque déposée par la Fédération française de la randonnée pédestre à partir de cette année, Éco – veille® est une démarche qualité qui a pour but de sensibiliser et d’initier les citoyens de tous âges à la préservation des itinéraires et de leur environnement, en sollicitant leur contribution. L’objectif du projet est d’améliorer la qualité des sentiers et de leur environnement et de participer de cette façon à la création d’une meilleure qualité de vie.

7Éco – veille trouve ses origines dans le réseau Alerte démarré par le comité départemental de la randonnée pédestre et la préfecture de la Mayenne dès 1994. Celui-ci se proposait de participer à l’élimination des déchets tout en sensibilisant la population locale et les promeneurs et en les impliquant directement dans cette action. Cette opération couronnée de succès fut reprise par plusieurs comités qui ont considéré opportun de s’investir dans un tel projet.

8En novembre 2003, à l’échelle nationale, la Fédération française de la randonnée pédestre décide de reprendre le réseau Alerte et de le développer en l’élargissant vers d’autres actions qui s’inscrivent dans le cadre du développement durable. C’est ainsi que le projet Éco – veille apparaît.

2. Un réseau citoyen de sensibilisation à la protection de l’environnement

9Chaque comité de la randonnée est chargé de mettre en place ce projet sur son territoire. À terme, le réseau devrait être présent dans chaque département et chaque région, tout en sachant qu’il ne peut donner des résultats que s’il s’inscrit dans la durée. Il est nécessaire qu’un véritable réseau soit créé pour qu’un échange permanent et fructueux d’idées et d’expériences puisse se réaliser entre tous les acteurs.

10Conscients que la réalisation d’un tel projet suscite une forte implication humaine et financière, trois étapes ont été définies pour que chacun puisse s’investir à son niveau dans ce projet. L’objectif est d’atteindre la troisième étape, qui propose des actions permanentes en faveur du développement durable. Éco – veille représente donc une démarche évolutive articulée en trois phases :

  • Le démarrage, une étape préparatoire à l’adhésion au réseau : actions de création, de balisage, d’entretien des itinéraires.

  • L’étape de développement : elle est marquée par des actions ponctuelles telles les opérations de nettoyage, la participation à la semaine de développement durable, l’organisation d’une manifestation sur le thème du développement durable, l’éducation à l’environnement, le travail avec les associations d’insertion...

  • L’étape d’animation permanente : celle-ci suppose l’organisation d’actions permanentes comme la mise en place d’une fiche d’observation, la formation des employés des collectivités locales, la réalisation d’études sur l’activité de randonnée...

11La plupart des comités ont mis en place une fiche d’observation (appelée parfois fiche alerte) qui demande aux randonneurs de signaler les anomalies rencontrées sur les sentiers. Celle-ci représente l’outil le plus fréquemment réalisé par les structures locales de la Fédération. Le rôle des acteurs concernés est de résoudre les problèmes signalés.

  • 4 Cf. carte « Le réseau Éco – veille à la Fédération française de la randonnée pédestre. État d’avanc (...)

12Trente comités départementaux de la randonnée pédestre avaient initié des actions visant la qualité des sentiers avant l’année 2003. Aujourd’hui, ils en organisent d’autres et ont mis officiellement en place le réseau Éco – veille. Suite au développement du projet au siège national, deux autres comités départementaux, la Nièvre et l’Ain ont décidé de s’y investir en 2004. Enfin, treize autres comités départementaux et un comité régional développent actuellement le projet. Trois autres régions et quatre départements envisagent de s’y rallier en 2005 - 20064

13Afin de pouvoir aider les comités dans leurs démarches Éco – veille, un guide pratique est en cours de réalisation à la Fédération.

14Éco – veille représente une opération de citoyenneté, associant individuels, structures associatives et collectivités locales. Le département du Nord représente l’un des meilleurs exemples du réseau Éco – veille.

3. L’exemple du département du nord

15Dès 1999, le Comité départemental de la randonnée pédestre du Nord a instauré son réseau Éco – veille. À l’époque, une attention particulière était accordée à la surveillance du balisage et à la signalétique. Aujourd’hui, les actions réalisées dans le cadre du réseau sont beaucoup plus larges.

16L’environnement est davantage pris en compte et des actions de nettoyage et de surveillance des sentiers seront organisées dans un avenir proche en collaboration avec les deux parcs naturels régionaux du département.

17Plusieurs conventions signées avec le Conseil Général du Nord, partenaire principal du comité, permettent le balisage et l’entretien des GR® et des GR®P, certains PR® et la formation des partenaires au balisage par les bénévoles du comité. Le réseau Éco – veille fonctionne en s’appuyant sur ces conventions. Les autres partenaires (associations affiliées, le comité départemental du tourisme, les Parcs, les communautés de communes...) assurent la diffusion de la fiche « Alerte sentiers » qui a connu plusieurs évolutions au fil du temps. En fonction du type de l’anomalie signalée par les randonneurs, l’information est transmise aux partenaires concernés. Ces derniers se chargent de résoudre le problème constaté à l’autorité concernée : Conseil Général pour la signalétique, communes et au Conseil Général pour la sécurité et l’environnement, les associations locales étant chargées de résoudre les problèmes de balisage. Désormais, le travail essentiel consiste à faire connaître le réseau auprès des randonneurs. Une fiche alerte régionale est en projet.

18En s’engageant dans cette démarche, le comité départemental a souhaité apporter son soutien à la surveillance de la qualité des sentiers et de leur environnement. L’expérience du département du Nord a pu être reprise par d’autres départements.

Conclusion

19Le réseau Éco – veille représente la volonté de la Fédération de s’impliquer concrètement dans des actions qui traduisent les valeurs du développement durable. L’aspect environnemental est pour l’instant le plus pris en compte mais de plus en plus le social (et surtout le travail avec des associations d’insertion) et l’économique commencent à prendre toute leur place. L’intérêt montré par les comités de la randonnée pédestre et par leurs partenaires locaux pour le réseau dans ces deux dernières années prouve l’utilité d’un tel projet. Il permet à la fois un rapprochement des organismes ayant en charge les missions environnementales et une sensibilisation du public de tous âges à la protection de sentiers et de leur environnement.

Haut de page

Notes

1 Statuts 2004 de la Fédération, adoptés par l’Assemblée générale en 2004 et modifiés par l’AGE du 2005.

2 GR® - c’est un itinéraire de grande randonnée, conçu et obligatoirement homologué par la Fédération, et qui permet de traverser en plusieurs jours une région, un massif, voir des pays entiers. Le GR® est balisé en blanc et rouge et porte un numéro.GRP® - c’est un itinéraire conçu généralement en boucle et qui permet de faire le tour d’un pays, d’un pays d’accueil touristique, d’une vallée, d’un parc naturel, ou de tout autre territoire rendu solidaire par ses hommes, sa culture, son patrimoine. Le GRP® est conçu et obligatoirement homologué par la Fédération. Il est balisé en jaune et rouge et porte un nom.PR - c’est un itinéraire de promenade et de randonnée généralement en boucle, d’une durée assez courte (de quelques dizaines de minutes à une journée maximum). Il est généralement balisé en jaune. Les sentiers de promenade et de randonnée peuvent également proposer un thème. La Fédération labellise sous la dénomination « PR » un certain nombre de ces circuits en fonction de critères de qualité (PR® agrées). (Charte officielle du balisage de la Fédération française de la randonnée pédestre, 1995).

3 D’après l’étude « Image des sports » réalisée pour Carat sport en 2004.

4 Cf. carte « Le réseau Éco – veille à la Fédération française de la randonnée pédestre. État d’avancement en date du 20 juin 2005 ». Source : informations transmises par les comités départementaux et régionaux de la randonnée pédestre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mariana Cristache, « Randonnée et développement durable à la Fédération française de la randonnée pédestre : le réseau Éco-veille® », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 3 | 2006, mis en ligne le 01 juillet 2011, consulté le 27 juin 2017. URL : http://tem.revues.org/355 ; DOI : 10.4000/tem.355

Haut de page

Auteur

Mariana Cristache

Géographe
Doctorante - Université de Lille 1
UFR de Géographie et d’Aménagement
Laboratoire Territoires, Villes, Environnement et Société (TVES), EA 4019.
Groupe Interdisciplinaire de Recherche sur le Sport et le Tourisme (GIREST)
cristachema@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page