Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Corentin Sellin, Amérique du Nord, entre intégration et fragmentation

2014, Ellipses : Collection 50 fiches, 120 pages
Nathalie Lemarchand
Référence(s) :

Corentin Sellin, Amérique du Nord, entre intégration et fragmentation, 2014, Ellipses : Collection 50 fiches, 120 pages

Texte intégral

1Cinquante fiches pour traiter de l’Amérique du Nord obligent nécessairement à faire des choix. Dans ce petit livre, fiches de synthèses et études de cas se combinent pour traiter d’une Amérique du Nord dont Jacques Portes écrit dès la préface qu’elle est « uniquement géographique », mais « nullement présente dans les têtes ». C’est en effet désormais un classique de rappeler que le nom d’Américain a été approprié par les États-uniens alors qu’il devrait désigner l’ensemble des habitants du continent. À travers la notion d’américanité, d’autres revendiquent cette même identité continentale, renvoyant à des éléments historiques et idéologiques communs (conquête et colonisation, conflits Européens-Amérindiens, ou encore l’idéal du Nouveau Monde, etc..) mais son usage ne dépasse guère les cercles intellectuels. D’une certaine manière, le livre lui-même confirme cette confiscation, puisque bien qu’il s’agisse de traiter de l’Amérique du Nord dans ces cinquante fiches, la plus grande partie de l’ouvrage porte sur les États-Unis. Mais le livre de Corentin Sellin, ne fait pas exception, puisque c’est le cas de la plupart des ouvrages objectivant de traiter de l’Amérique du Nord. La préface elle-même de Jacques Portes est uniquement consacrée à ceux-ci. Celle-ci composée d’un premier paragraphe à parti-pris se poursuit par un résumé de l’histoire des États-Unis. Une préface donc focalisée sur un des trois espaces nord-américain avec l’inclusion de la notion économique et politique et qui manque quelque peu de recul quant à l’ensemble traité par l’ouvrage. On aurait de plus aimé un engagement un peu plus important, voire personnel de la part de Jacques Portes sur cette récapitulation objective de l’histoire des États-Unis.

2Les premières fiches d’introduction sont très utiles (au nombre de cinq), d’ordre général et au traitement chronologique qui apporte et expose des repères et un contexte dont on étudiera l’évolution de la manière suivante. Les cinquante fiches du livre sont divisées entre fiches de synthèses et cas particuliers ; avec une alternance d’études à caractère diachroniques (problématique de la désindustrialisation des États-Unis, gestion des ressources, question de l’immigration) et synchroniques (bilan de l’ALENA, le pipeline Keystone XL, la Silicon Valley, la firme Televisa). De même, on alterne, dans le contenu de ces fiches, entre spécificités des régions étudiées et études à caractère généralisant, ce qui correspond effectivement à l’intention première de l’auteur énoncée dans le titre de l’ouvrage « Entre intégration et fragmentation » et en ce sens, le pari est réussi, le sujet annoncé est traité et synthétise la connaissance sur les notions abordées.

3On pourra regretter un manque d’organisation et de construction à valeur thématique ou par notions d’approches (historique, économique, géographique) à l’intérieur même des grandes parties qui composent l’ouvrage. On notera d’ailleurs que cette structure interne en sept grandes parties est divisée dans une intention de partir d’abord d’une approche globale sur l’Amérique du Nord dans la première partie, puis par une focalisation sur les États-Unis, et enfin en quantité moindre, aux deux autres pays de l’Amérique du Nord. La multiplicité des points de vue est bénéfique dans le sens où elle nous apporte un regard élargi sur l’ensemble Nord-Américain. L’auteur ne se limite pas à une approche spécifique, et fait état de notions autant géographiques qu’historiques, politiques, économiques … De plus, malgré un déséquilibre quantitatif entre les différents pays ; sur le plan de la valeur, de la rigueur scientifique et de l’importance accordée aux deux parties de cette dichotomie interne, on ne relève aucune trace de ce que l’on pourrait appeler un « favoritisme » de traitement.

4Une des bonnes idées de l’auteur consiste à présenter quelques-unes de ces fiches sous forme de problématiques, permettant ainsi à l’ouvrage de s’inscrire dans un contexte actuel de recherche et d’interrogations concernant ces espaces, et lui évitant l’écueil de n’être qu’un simple amas de connaissances. Ce qui dans le cadre d’un livre destiné en grande partie au public étudiant, a l’avantage de les amener à réfléchir à partir des connaissances exposées et à se forger une opinion personnelle de la question évoquée.

5Les deux dernières parties de l’ouvrage sont aussi le signe d’une volonté de le démarquer du glossaire classique de connaissances, car elles permettent d’aborder des sujets d’un point de vue original ; faisant à la fois état des compétences de l’auteur, autant que de sa disposition à l’ouverture des approches et des points de vue pour traiter les sujets auxquels il s’intéresse.

6L’ouvrage compte huit cartes, réunies dans un encart couleur au milieu de l’ouvrage, mais que l’on retrouve aussi en noir et blanc dans chaque fiche dont elles illustrent le sujet. Quatre sont consacrées à l’ensemble nord-américain, la première est la carte classique de situation des grandes villes et des ensembles topographiques, la dernière traite des flux financiers et humains qui se tiennent entre cet ensemble et le bassin caribéen. Ensuite, deux cartes sont consacrées aux États-Unis, mais une pour chaque autre pays. Les cartes apportent quelques compléments utiles à la connaissance synthétique d’un sujet, mais elles auraient pu bénéficier d’un meilleur traitement, le jeu des couleurs les rend parfois peu lisibles.

7Quant aux données statistiques, elles sont nombreuses et ce sont des informations utiles pour étayer un raisonnement, démontrer une situation, cependant il manque souvent les sources de ces données chiffrées.

8Bien qu’ayant l’ambition de traiter des trois espaces composants l’Amérique du Nord, et comme on en a l’indice dans la préface, Amérique du Nord entre intégration et fragmentation, a opté pour un parti-pris à double-tranchant : placer les États-Unis en priorité face au Canada et au Mexique, ce qui en fait un excellent ouvrage de synthèse sur ce pays en particulier, mais qui dans un espace aussi restreint que cent quinze pages ne permet pas de faire état de la même richesse de traitement quant à ses partenaires et voisins du continent nord-américain. Toutefois, on notera l’ingéniosité de l’auteur à faire état de la puissance des États-Unis à travers un traitement des sujets s’y rapportant au sein même des parties consacrées aux autres espaces de l’Amérique du Nord. Bien documenté, solide dans ses connaissances, et d’une approche pédagogique certaine ; l’ouvrage de Corentin Sellin est un très bon outil à l’intention du monde étudiant, qui fait état des problématiques actuelles et de l’importance accordée aux différents éléments constituants de cet espace.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Lemarchand, « Corentin Sellin, Amérique du Nord, entre intégration et fragmentation », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 30 | 2016, mis en ligne le 26 avril 2016, consulté le 29 mai 2017. URL : http://tem.revues.org/3370

Haut de page

Auteur

Nathalie Lemarchand

Université Paris 8

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page