Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Pierre Campagne, Bernard Pecqueur, Le développement territorial. Une réponse émergente à la mondialisation

2014, éditions Charles Léopold Mayer, 267 pages
Sylvie Delmer
Référence(s) :

Pierre Campagne, Bernard Pecqueur

Le développement territorial. Une réponse émergente à la mondialisation, 2014, éditions Charles Léopold Mayer, 267 pages

Texte intégral

1Agir sur l’attractivité et le dynamisme des territoires ruraux est un objectif ancien des politiques d’aménagement du territoire, en France tout particulièrement, du fait d’un traditionnel attachement à la terre. Les espaces ruraux intermédiaires, ni trop intégrés au modèle économique dominant, ni trop profonds, font l’objet d’attention de la part des chercheurs en sciences sociales pour les qualifier, en comprendre l’évolution et proposer des stratégies de développement. Comment s’appuyer sur ce qui est spécifique au terroir, au paysage, au patrimoine, aux gens du pays pour créer les conditions favorables au développement économique et social ?

2Les travaux de F. De Ravignan, P. Roux et R. Brunet (1990) dans l’Atlas de la France verte avaient nourri les étudiants de leur nouveau regard sur la ruralité. P. Campagne (économiste - sociologue rural) et P. Pecqueur (économiste territorial) nous proposent, dans cet ouvrage, de renouveler notre vision de la ruralité et du développement économique (quittant le modèle dominant pour présenter un nouvel modèle celui du développement territorial). L’ouvrage questionne la capacité de certains espaces ruraux à ne pas subir la mondialisation mais au contraire à en jouer par la mise en place de stratégies de différenciation territoriale.

3Il s’agit ici de la synthèse d’un programme de recherche portant sur les nouvelles pratiques identifiées dans une dizaine de pays méditerranéens par 27 chercheurs et doctorants issus du laboratoire PACTE et du groupe de recherche RAFAC (Réseau Agriculture Familiale Comparée). Il est porté par deux auteurs disposant ensemble d’une double expertise opérationnelle et académique et s’appuie sur les travaux réalisés dans les pays. C’est un rapprochement conceptuel aussi, par la ruralisation de l’approche territoriale chère à B. Pecqueur et à la territorialisation de l’approche du milieu rural de P. Campagne. Le développement rural laisse place au développement territorial où les stratégies sont différentes et spécifiques.

4L’ouvrage est dense et s’organise en trois temps : présentant d’abord le glissement sémantique du concept de développement agricole à celui du développement territorial. La vision est historique revenant sur le besoin de nourrir les hommes après-guerre (la PAC), les limites de la politique agricole menée par l’État, les modes de développement portés par les populations qui y habitent. Cette partie conceptuelle revient sur le rural, le terroir, puis le territoire. Celui-ci est défini par le principe de limite (dedans/dehors), de travail conjoint des trois groupes d’acteurs (État, associations et acteurs privés). Le choix d’une nouvelle voie de développement économique s’opère, constituant une bifurcation par rapport à celle qu’empreinte la course à la compétitivité de l’activité agricole, cherchant à valoriser de ressources locales. Les ressources évoquées peuvent être multiforme allant du produit sous AOP – AOC, aux services de qualité, à la mise en valeur de l’environnement et des paysages. L’ouvrage cherche à comprendre comment l’identité et les potentialités locales peuvent être facteurs de différenciation à valoriser. La force du territoire repose sur ce qui l’individualise, le spécifie, le rend unique vis-à-vis d’autres espaces qui semblent de même nature. Le modèle n’est pas présenté comme une recette applicable à tous ces territoires mais plutôt une démarche à adopter. Les auteurs reviennent sur les trois types de territoires ruraux « difficile, intermédiaire ou favorable », en précisant que le champ d’étude se limite au territoire rural intermédiaire, c’est-à-dire le plus propice à l’application de ce modèle de développement. Pourtant, l’universalisation progressive du phénomène de territorialisation des processus de développement à d’autres territoires est envisagée. Cette stratégie de développement peut être rapprochée de modèles bien connus que sont les districts industriels et autres clusters (Beccattini, Markusen, Benko) ceux-ci s’appuyant également sur la spécialisation économique grâce à des produits de luxe ou très spécifiques portés par un réseau socio-économique soudé et innovant.

5La seconde partie fait l’objet de l’analyse du modèle de développement territorial et distingue ressource potentielle et ressource activée, mais aussi ressource générique et ressources spécifique. Les acteurs locaux peuvent ainsi activer la/les ressource(s) et la/les valoriser dans une politique de développement territoriale pour proposer un panier de biens (concept créé par A. Mollard et B. Pecqueur en 2001 qui se conjugue avec la rente de qualité territoriale). On comprend bien l’importance du développement endogène et de l’accompagnement des pouvoirs publics dans ce processus d’activation des ressources. La phase finale de ce processus est la création d’un panier de biens potentiel qui comporte des ressources agricoles (AOC – AOP), mais aussi la valorisation de paysages ou circuits culturels qui peut être activé et porter le développement territorial d’un système spatial aux limites précises mais ouvert sur les échelles du local au global.

6Le dernier volet de l’ouvrage met en débat le caractère novateur et reproductible de ce modèle de développement. Ce modèle ne s’inscrit pas en opposition du modèle dominant qu’est la mondialisation mais repose sur une combinaison nouvelle des facteurs de production, l’émergence de nouvelles ressources à valoriser et son portage par une gouvernance particulière. Ce mode de développement, pour passer au rang de modèle de développement doit pouvoir s’envisager dans d’autres territoires et particulièrement dans les zones rurales favorables, quelques exemples semblent positifs (oléiculture des Pouilles). S’il est adopté, il doit contribuer à améliorer les conditions économiques et sociales du territoire. Selon la nature du territoire, on passera de la stagnation à une dynamique plus positive (territoire rural intermédiaire) ou de la régression à la stabilisation (territoire rural difficile). Ce modèle repose sur la création du territoire par ses acteurs locaux susceptibles de porter la dynamique de développement (associations, acteurs publics, individus) par une nouvelle gouvernance.

7Cet ouvrage est dans le prolongement des travaux engagés par Pecqueur et Mollard au début des années 2000 sans avoir pris une ride. Il s’adresse à un public mixte de décideurs et professionnels du développement dans les territoires, aux étudiants avancés en sciences sociales (géographes, aménageurs, sociologues et économistes) et en marketing territorial, à tous ceux qui sont soucieux de comprendre les processus à l’œuvre dans le renouveau des campagnes. Pourtant, l’ouvrage pêche sur un point, le manque d’illustrations, de cartes et de présentations d’exemples qui donneraient à l’ensemble un caractère moins académique et pourraient faire l’objet d’usages plus diversifiés (y compris dans les supports de cours des enseignants). Les annexes viennent modérer ce reproche par la présentation des quelques cas d’étude.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Delmer, « Pierre Campagne, Bernard Pecqueur, Le développement territorial. Une réponse émergente à la mondialisation », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 31 | 2016, mis en ligne le 05 avril 2016, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://tem.revues.org/3325

Haut de page

Auteur

Sylvie Delmer

Université Lille1 Sciences et Technologies

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page