Navigation – Plan du site
Editorial

Activités marchandes et pratiques de la frontière

Nicolas Lebrun

Texte intégral

1La question de la perméabilité, de la pérennité ou de la pertinence des frontières pose nécessairement celle des modalités et des formes de l’échange transfrontalier. Cet échange peut être matérialisé par des flux de personnes, de marchandises, d’informations, qui affectent fortement le fonctionnement d’un espace dit frontalier, de part et d’autre de la limite d’État. Nous nous intéressons dans ce numéro aux répercussions et aux formes spatiales des flux de personnes ou de biens, générés par le seul facteur marchand.

2L’objectif du numéro est d’appréhender la diversité des situations dans lesquelles la proximité de la frontière affecte les paysages commerciaux, les pratiques marchandes licites ou illicites, les comportements d’achats individuels ou collectifs, les mobilités ou immobilités des consommateurs.

3Rapporté aux logiques de localisation et de fréquentation des commerces de détail, le rôle de la frontière est plus ou moins prononcé. Ainsi, des logiques commerciales éprouvées (prenant en compte l’accessibilité) se trouvent transformées par des effets de limites, au point de provoquer des comportements marchands de prime-abord illogiques (implantations doublons de part et d’autre d’une frontière, surreprésentation de certaines formes marchandes d’un côté de la frontière, etc.). De même, rapporté aux logiques frontalières, le poids de l’échange marchand est variable au regard de la nature du différentiel frontalier, de la perméabilité de la dyade.

4L’ensemble des articles permet de mieux comprendre la dimension spatiale des comportements marchands en situation de frontière. Les contributions relèvent de la géographie du commerce (Macias, 2003 ; Lebrun, 2013) et des border studies (Dorfman, 2015) pour lesquelles l’analyse du commerce en situation de frontière n’est qu’un thème parmi tant d’autres ; d’autres articles apportent les regards du sociologue, du politiste ou de l’historien pour compléter et enrichir l’analyse géographique.

5Plus précisément, les articles rassemblés dans ce numéro présentent :

  • des situations où l’effet de proximité génère des stratégies de comportement de consommateurs pour jouer sur les différentiels d’offre marchande de part et d’autre d’une frontière d’État. Il s’agit de transgresser la frontière, par la valorisation d’une forme de différentiel frontalier économique, juridique, etc. ;

  • des situations pour lesquelles le différentiel marchand génère des pratiques frontalières, pas nécessairement transgressives, qui aboutissent à une valorisation de l’espace frontalier. Il s’agit donc de générer des pratiques de régions transfrontalières. La frontière crée donc de part et d’autre des territoires-frontière ou des provinces-frontière aux caractéristiques spécifiques ;

  • des situations pour lesquelles l’effet frontière est plus discret en apparence, parce que l’activité marchande ne doit pas nécessairement son existence à la présence frontalière. Il s’agit alors de faire avec la frontière. Mais faire avec la frontière peut tout aussi bien vouloir dire développer des logiques d’effacement de celle-ci (la frontière n’a que peu d’impact sur les pratiques) que des logiques de contournement, légal ou non, de l’obstacle frontalier (le franchissement génère alors des pratiques spécifiques). Selon les acteurs, selon les échelles de réflexions, ces pratiques du « faire avec », de prime-abord antagonistes, peuvent s’avérer complémentaires.

6La transgression de la frontière

7La frontière transgressée à des fins marchandes est à la fois la plus et la moins évidente. La plus évidente parce que toute frontière, dès qu’elle devient quelque peu hermétique, est susceptible de générer des formes de contrebande. La moins évidente, parce que la transgression de la barrière, fusse-t-elle immatérielle, ne se fait pas toujours sous les formes les plus attendues.

8L’analyse des pratiques de consommation alimentaire à proximité immédiate des postes frontières israéliens, par Yoann Morvan, dévoile une image bien moins binaire du contexte israélo-palestinien que nous serions en droit de le penser. Son analyse des pratiques de la clientèle de la chaîne de supermarché Rami Lévy, nous montre que la coprésence est un équilibre fragile permis par l’opportunité marchande.

9Guillaume Poiret et Pierre-Alexandre Beylier, par leur analyse de la réserve autochtone d’Akwesasne entre Canada et Etats-Unis, révèlent que le moindre écart dans le traitement du contrôle de la frontière suffit à créer des comportements spécifiques pour mieux profiter de cette faille.

10Sophie Avarguez et Aude Harlé montrent que le traitement différencié de la prostitution en France et en Espagne aboutit à la création d’espaces de consommation sexuelle dédiés tels que celui de la Jonquera côté espagnol, fréquenté par une clientèle avant tout française. Le passage de la frontière rend légales des pratiques prohibées, et le différentiel d’offre n’existe qu’au regard du différentiel juridique.

11Générer des pratiques de régions transfrontalières

12Parfois, la mise en situation frontalière aboutit à des formes de développement économiques spécifiques, qui témoignent davantage d’une mise en valeur de la contiguïté que d’une forme quelconque de transgression. La mise en valeur de différentiels peut bien entendu s’inscrire dans des pratiques courantes de proximité frontalière. Elle peut aussi affecter plus globalement les territoires situés de part et d’autre de la frontière.

13L’analyse historique proposée par Boris Deschanel rappelle que la question du fonctionnement de l’espace frontalier repose sur un équilibre entre des enjeux politiques, économiques et militaires. Le cadre géographique retenu, le Dauphiné préindustriel, n’en est que plus pertinent parce que nous sommes ici dans une province –frontière, dans laquelle les tracés et rôles de la frontière ont considérablement fluctué.

14Edmond Sougue, dans un contexte contemporain, présente une dynamique de territorialisation à la frontière Benin-Niger, expression d’un réel effet frontière positif participant à la valorisation d’une économie locale.

15Raphäelle Chevrillon-Guibert démontre, à partir de l’analyse de pratiques circulatoires marchandes au Darfour, que la question de l’impact transfrontalier des mobilités peut être réticulaire, la profondeur de l’espace frontalier pouvant s’étendre jusqu’à des villes éloignées des tracés administratifs. Mais l’auteure révèle surtout que la frontière a eu un impact sur la structure sociale des groupes communautaires de la région d’étude, contribuant à l’émergence de pratiques marchandes distinctes de celles de la bourgeoisie marchande classique.

16Faire avec la frontière

17Il y a donc apparition de réelles formes de territoires transfrontaliers dues à la mise en exergue de différentiels marchands. Cela ne saurait cacher le fait que le passage de la ligne frontière peut aussi s’intégrer dans le cadre de pratiques de mobilités et d’échanges internationaux pour lesquels le différentiel n’est pas à l’origine des flux. D’autre part, l’existence de pratiques frontalières de proximité ne saurait faire oublier que le commerce international peut aussi se penser à d’autres échelles.

18Dans des espaces géographiques singulièrement différents (l’Afrique de l’Ouest pour Mohamadou Mountaga Diallo, le monde russo-balte pour Arnaud Serry), on peut constater que les échelles de pratiques du commerce transfrontalier sont plurielles, l’existence de flux commerciaux longue distance ne pouvant cacher des formes de commerce parallèle, souvent illégalles (contrebande, commerce à la valise, etc.), parfois très localisées, pratiquées ou non par des acteurs différents. Les deux auteurs soulignent la volatilité de ces pratiques qui témoignent tout à la fois de pratiques ancrées mais éminemment mouvantes par leurs volumes et leurs échelles.

19L’article d’Antoine Marsac est, pour sa part, révélateur de cet intérêt différencié pour la frontière selon les acteurs concernés. Les pratiques sportives du rafting et du canoë à proximité des chutes Victoria ne doivent bien entendu en rien leur présence à la proximité frontalière mais aux seules spécificités naturelles du lieu. Pourtant, l’auteur montre que la frontière joue un rôle majeur dans la répartition des acteurs locaux de la commercialisation des articles de sport liés à ce tourisme.

Haut de page

Bibliographie

Dorfman A., 2015, Smuggling: Power Networks, Moral Geographies and Norm Enforcement at Work at Southern Cone Borders, in Amilhat-Szary et Giraut (dir.), Borderities and the Politics of Contemporary Mobile Borders, Basingstoke: Palgrave Macmillan, pp. 171-187.

Lebrun N. (dir.), 2013, Commerce et discontinuités, Arras : Artois Presses Université, 282 p.

Macias M.-C., 2003, Étude géographique des mutations du commerce de détail au Mexique, le cas de la frontière nord de la ville de Tijuana : exception ou modèle précurseur ?, Thèse de doctorat en géographie, Université Paris III, 377 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Lebrun, « Activités marchandes et pratiques de la frontière », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 24 février 2016, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://tem.revues.org/3316

Haut de page

Auteur

Nicolas Lebrun

Maître de Conférences en géographie
Laboratoire Discontinuités EA 2468
Université d’Artois
nicolas.lebrun@univ-artois.frFr24/02/2016

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page