Navigation – Plan du site
Articles

Évolutions des mobilités transfrontalières liées au commerce du tourisme sportif en Afrique australe

Evolutions of cross-border mobility related to trade Sports Tourism in Southern Africa
Antoine Marsac

Résumés

À partir d’une enquête sociologique menée en Zambie, cet article analyse le rôle de la frontière dans la commercialisation des produits de tourisme sportif sur le Zambèze, fleuve séparant les deux États à la hauteur des Chutes Victoria. La commercialisation des produits d’eau vive repose sur des facteurs sociaux, parmi lesquels la mobilité des professionnels encadrant les activités. L’analyse s’appuie respectivement sur l’observation et des entretiens semi-directifs effectués auprès de trente guides employés par une compagnie, entreprise organisant le rafting et le canoë. L’ethnographie de ces travailleurs montre que leur mobilité entraîne une concurrence favorable au développement commercial des activités. En restituant les enjeux économiques, il s’agit de comprendre l’origine des disparités spatiales introduites par la mise en tourisme du fleuve. La réponse à la demande de consommation réside dans une offre qui se structure d’abord autour de la visite de parcs naturels et de safaris. Longtemps réservé à une élite, grâce à laquelle les produits de tourisme sportif ont été commercialisés, cette enquête entend donner à voir l’importance de la mobilité dans le contexte des coopérations transfrontalière. L’étude de cette trans-spatialité urbaine réaffirme le rôle de l’espace-frontière comme accélérateur de la commercialisation du tourisme en Afrique australe.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le Zambèze, à la hauteur des chutes Victoria, constitue l’une des rares frontières « naturelles » d’Afrique australe. En effet, la démarcation entre les Pays n’obéit pas, dans cette région, à un tracé arbitraire comme c’est majoritairement le cas dans de nombreux pays du continent. Le fleuve, quatrième cours d’eau africain par sa longueur, sépare le Zimbabwe et de la Zambie. Son lit sert de support pour délimiter les territoires respectifs. Longtemps confinées au sein de l’ancienne Fédération de Rhodésie administrée par des colons britanniques, ses berges représentent depuis les Indépendances, un atout pour développer commerces et services (Decraene et Châtel, 1995), en particulier depuis l’essor du tourisme et le classement du territoire parmi les « sept merveilles naturelles du Monde » en 1997. Dans cet article, notre objectif est de décrire et d’analyser les échanges liés à la spatialité particulière du fleuve-frontière, en interrogeant les mobilités de travailleurs transfrontaliers : les guides du Zambèze. Il s’agit d’une population composée de femmes et d’hommes africains, américains et européens qui accompagnent les touristes s’adonnant aux sports d’eau vive (en canoë et en rafting). Nous avons choisi de nous focaliser sur ces formes de tourisme sportif plutôt que sur les pratiques plébiscitées par les clients occidentaux (safaris…) car la tradition du séjour touristique renvoie à l’exploration du territoire. Le tourisme sportif désigne ici le fait de s’adonner à une activité physique au cours de son séjour dans une période de vacances. Nous pouvons aussi le définir comme la valorisation du « rapport aux formes de déplacement et de participation » (Gibson, 2004). Notre étude s’appuie sur un traitement qualitatif des données recueillies par observation. Des entretiens semi-directifs menés auprès de professionnels du tourisme sportif ont complété nos matériaux afin d’éclairer le sens des actions de commercialisation des produits de tourisme à vocation sportive.

2La concentration d’entreprises, les compagnies, sur la frontière nous permet d’étudier la commercialisation dans un milieu concurrentiel. Nous décrivons cet espace circonscrit des chutes Victoria entre les cités frontalières de Victoria Falls (situées en rive droite, au Zimbabwe) et de Livingstone – Maramba en langue bantoue (localisées en rive gauche du fleuve, dans la province méridionale de Zambie). Ces villes doublons distantes de dix kilomètres concentrent la majorité des travailleurs du tourisme et regroupent la totalité des hébergements de la région. Les particularités de cet espace-frontière (Hamman, 2012) résident dans une configuration marquée par une organisation héritée de l’histoire coloniale des deux nations.

Carte de situation

Carte de situation

Contexte historique

  • 1 Une première indépendance voulue par l’hégémonie politique des blancs a été prononcée en 1965 pour (...)
  • 2 Les deux nations éponymes ont d’ailleurs adopté leur dénomination en référence à la partie de leurs (...)
  • 3 Il convient de relativiser cette donnée car seule une minorité d’habitants pratique le sport(à pein (...)
  • 4 Il s’agit de deux parcs nationaux, le Mosi-oa-Tunya National Park en Zambie et le Victoria Falls Na (...)

3Si, dès le XIXe siècle, des Afrikaners se sont installés dans la région des chutes Victoria dans le but d’y établir leur principal lieu de villégiature, les deux pays ne se sont affranchis du joug du colon que respectivement en 1964 pour la Zambie1 et en 1980 pour le Zimbabwe2. Mais leurs voisins sud-africains sont demeurés les touristes étrangers les plus représentés dans la zone3. Ceux-ci recherchent surtout le dépaysement procuré par la visite des parcs naturels4. Après près d’un siècle d’occupation britannique, les transitions politiques liées aux Indépendances ont eu des conséquences importantes sur l’administration des populations locales, en particulier dans une région caractérisée par une hétérogénéité ethnique et religieuse. L’appartenance nationale remplace la conscience locale et confessionnelle (Decraene, Châtel, 1995) car le tourisme est apparu dans un mouvement de retrait des Empires coloniaux parmi les Tonga, groupe local dont sont issus les guides zambiens. Un retour par une analyse socio-historique pose ici des jalons pour comprendre les conditions de leur introduction jusqu’à leur développement dans ces pays, en s’attachant à restituer des éléments du contexte actuel et à mettre l’accent sur le fait que ces deux pays restent, à l’exception de leur capitale respective, peu urbanisés.

Problématique

  • 5 Il s’agit de populations propriétaires expulsés du Zimbabwe à partir de 2000 par le régime dirigé p (...)

4L’objectif de cet article est de comprendre le rôle des travailleurs dans les dynamiques d’essor du tourisme sportif. La circulation des guides africains spécialisés dans l’exploration du fleuve Zambèze en canoë nous invite à questionner la mobilité comme variable sociologique et géographique. Depuis le début de la commercialisation, ces guides bénéficient de visas spécifiques au sein d’un espace de travail transnational régi par des règles douanières dans un contexte de mondialisation prenant l’espace transfrontalier en tant qu’objet d’analyse (Picouet et Renard, 2007). Mais comment ce développement du tourisme sportif (Bouchet et Bouhahouala, 2009 : 6), permis par une régulation inédite des travailleurs aux frontières, a-t-il favorisé les relations commerciales au sein d’entreprises africaines spécialisées dans le tourisme ? Comment, a contrario, la présence de frontières joue-t-elle un rôle dans cette commercialisation des produits auprès des clients ? Pour y répondre, nous nous appuyons sur une approche culturelle des composantes géographiques. Cette démarche implique propose de restituer les contraintes locales du marché reposant sur des ressources territoriales (Gumuchian et Pecqueur, 2004) liées à la proximité résidentielle des guides travaillant dans les entreprises. En se penchant sur le cas de ces derniers, il s’agit de comprendre la place occupée par la mobilité dans la commercialisation des produits touristiques. Puis, il convient de revenir sur le rapport des clients au fleuve. En somme, la question est de savoir comment les règles frontalières interviennent dans ce processus de marchandisation des activités et d’en relever les conséquences. Les berges du Zambèze forment des entités géographiques à part entière du territoire. Il convient donc de prêter attention aux échanges qui se développent de part et d’autre de ces démarcations. Les compagnies, firmes spécialisées, situées près du fleuve, ont toujours œuvré en partenariat avec le secteur hôtelier. Ces entreprises offrent une large gamme d’hébergements (de l’auberge de jeunesse aux résidences destinées à une clientèle de luxe). Les propriétaires des compagnies, issus des familles de fermiers blancs5, se sont établis à la frontière. Ils habitent près du Zambèze et traversent le fleuve quotidiennement. Ils adaptent le même produit dans les deux pays. Ils sont considérés par les guides comme des promoteurs de produits standardisés (Mounet, 1994) car leur offre est réservée à une élite. Nous cherchons à questionner la mobilité de ces travailleurs dans le territoire et à décrire leurs usages de l’espace transfrontalier, nous supposons que ce phénomène serait lié à la structuration du marché de l’aventure en Afrique australe.

Méthode d’enquête

5Nous avons mené notre enquête ethnographique en 2005-2006 en Zambie auprès d’employés d’une compagnie de rafting, créée en 1997, employant trente guides et gérée par des propriétaires zimbabwéens. Il s’agit de guides locaux travailleurs transfrontaliers franchissant quotidiennement le pont des chutes Victoria pour accompagner et assurer la sécurité des clients touristes sur le fleuve.

6Une analyse de contenus des articles tirés de la presse spécialisée (Canoë-kayak Magazine), seule publication encore en parution, a été analysée. Ce corpus est traité de manière à retracer le jeu des acteurs des sports d’eau vive. Cela permet d’établir des relations entre le développement des compagnies de rafting et l’émergence d’une offre de tourisme sportif. Les résultats de ce travail appréhendent la frontière, non pas comme une séparation hermétique du territoire mais comme un espace cristallisant des enjeux économiques et d’aménagements liés à la commercialisation des produits d’aventure (mobilité, urbanisation). Nous nous appuyons sur les études menées en anthropologie urbaine par le centre de recherche Rhodes-Livingstone Institutes (Hannerz, 1983). Ces recherches pointent le rôle de l’urbanisation sur l’augmentation des mobilités en Zambie dès les années 1930. Les espaces frontaliers se développent comme de véritables périphéries urbaines.

7Si en géographie, la frontière peut être définie par ce qui délimite et sépare un pays par rapport à un autre, elle peut donner lieu à une définition élargie dans d’autres disciplines des sciences sociales. Toute définition, sans être exclusive, peut être complétée, dans le cas des fleuves et en l’occurrence, ici, du Zambèze, par la notion géographique de « précellence de l’eau qui « offre le triple avantage de la linéarité, du naturel et de la lisibilité cartographique » (Bethemont, 2011 : 121). Pour appréhender cette spécificité, il convient de réaffirmer la fonction sociale de la frontière (Raffestin, 1992) en réhabilitant sa vocation d’échange et d’accélération des mutations des sociétés. En effet, la complexité des terrains d’étude nécessite de croiser les regards disciplinaires pour renouveler cette approche. Pour la sociologie, la frontière peut être considérée comme la traduction sociale d’une délimitation spatiale. Ce penseur voit dans la frontière « non pas un fait géographique avec des conséquences sociales mais un fait social emportant des conséquences géographiques » (Hamman, 2012 : 63). Ainsi, cette articulation entre la géographie et la sociologie offre un cadre théorique susceptible de saisir les modalités de formation des espaces frontières et d’en questionner l’extrême plasticité notionnelle.

8Par ailleurs, nous nous appuyons ici sur la définition du tourisme développée par Philippe Violier qui considère ce phénomène, non plus uniquement comme le produit d’institutions le règlementant, mais comme une interaction constante entre les touristes et les lieux visités (Violier, 2011). S’appuyant sur ces réflexions consacrées au loisir, il s’agit ici, d’appréhender des intentions de récréation, donc des éléments susceptibles de renseigner les porteurs de l’offre sur les produits qu’ils pourront commercialiser auprès de leurs clients. D’où l’intérêt d’insister sur l’exploration des mobilités transfrontalières des guides et sur les formules commerciales que ceux-ci élaborent puis diffusent auprès de leurs clients de part et d’autre du fleuve-frontière.

Revue de littérature

  • 6 Paquot T., Lussault M. (dir.), Murs et frontières, Hermès, 63.

9Interroger les spécificités d’une « frontière naturelle » à la lumières des mobilités contemporaines suppose de rompre avec l’évidence d’une démarcation immuable et exempt de tout effet sur la différenciation sociales des groupes qui la franchissent. Par une critique de la « frontière naturelle », Pierre Bourdieu souligne qu’ : « il n’y a pas d’espace, dans une société hiérarchisée, qui ne soit pas hiérarchisé et qui n’exprime les hiérarchies et les distances sociales, sous une forme plus ou moins déformée et surtout masquée par l’effet de naturalisation qu’entraîne l’inscription durable des réalités sociales dans le monde naturel : des différences produites par la logique historique peuvent ainsi sembler surgies de la nature des choses ; il suffit de penser à l’idée de frontière dite naturelle » (Bourdieu, 1993). Cela pose des problèmes de composition sociale des travailleurs transfrontaliers. En d’autres termes, la matérialité spatiale cacherait des formes de domination plus ancrées6. Dans un autre registre, Michel Lussault (2012) emploie le concept de « trans-spatialités urbaines » pour exprimer la différence entre les discontinuités spatiales liées au marquage de l’espace et les effets de la mobilité. Nous pouvons y voir le signe d’une évolution qui traverse et affecte l’espace-frontière.

10Afin de caractériser le problème posé par ces déplacements quotidiens, la première partie est consacrée aux mobilités des clients avides de prestations sportives. Puis, nous présenterons l’inscription dans les différentes spatialités des travailleurs interrogés en direction des espaces frontaliers et leurs liens avec l’espace frontière. Pour exposer les résultats de l’enquête menée auprès de gérants et de guides, nous montrerons que les aménagements liés à la frontière participent de l’extension de la commercialisation des produits de tourisme sportif. Pour analyser ce phénomène, nous interrogerons enfin, la mobilité comme la conséquence de l’accroissement des échanges dans la vallée du Zambèze.

Le fleuve-frontière : un berceau du tourisme

11Présentons maintenant le terrain sur lequel nous avons mené notre enquête pour comprendre le poids économique de l’espace-frontière dans l’économie des deux États et dans celui de la région concernée. L’aire géographique que nous étudions a fait l’objet de peu de travaux en sciences sociales. Si les pays d’Afrique australe ont été étudiés très tôt par l’École de Manchester (Hannerz, 1983), leur rapport avec l’économie de service a été peu analysé. Le tourisme et le sport constituent des phénomènes pris en compte récemment par la littérature spécialisée (Banda, 2013). Cependant, les travailleurs et les règles du commerce du tourisme ont fait l’objet d’une contribution ethnographique (Marsac, 2011). Si le cadre d’analyse sociologique se borne à étudier les conditions d’exercice des pratiquants, le rôle des guides africains que nous étudions dans la commercialisation doit être rapproché des évolutions qui affectent l’espace-frontière : « La conceptualisation en termes d’espace-frontière tient compte de la matérialité de l’espace, tout en se plaçant dans une dialectique du spatial et du social, où la question des usages apparaît de première importance » (Hamman, 2012 : 62). En étudiant les interactions qui se produisent sur les berges du Zambèze entre guides et clients, nous nous focalisons sur ces usages d’une frontière naturelle. Nous sommes bien en présence d’une interface entre le « dedans » et le « dehors » qui induirait une mobilité accrue (Groupe frontière, 2004, Raphaël, 1996).

  • 7 Voir Canoë-Kayak Magazine, février-mars, 1995, p. 14.

12Dès les années 80, les sports d’aventure (rafting, canoë) se sont imposés comme des produits « phares » de l’offre des tour-opérateurs en complément des visites de parcs naturels et des safaris organisés aux confins de ces États enclavés. Si les safaris sont communément plébiscités par les pratiquants occidentaux, le séjour peut être agrémenté par du sport. Ainsi, une pratique de canoë-safari7 s’est développée autour des îles du Zambèze. Ce produit fait exception au sein du marché du tourisme d’eau vive. Au seuil des années 1990, les investisseurs ont renforcé leur politique commerciale à la faveur de l’émulation générée par les prestataires de ce secteur face à la notoriété des destinations concurrentes d’Afrique australe et de l’est (Kenya, Tanzanie, Afrique du Sud). Des sociétés commerciales de tourisme sportif, appelées compagnies, ont offert différents services. Elles se sont surtout développées depuis trois décennies en Afrique australe.

Photo 1 : Les clients s'équipent de casques et de gilets de sauvetage fournis par les guides présents sur la berge du fleuve frontière
Photo 2 : Au premier plan, sur la rive zambienne, les guides préparent leurs kayaks. Au second plan, les clients embarquent dans les rafts qui flottent sur le Zambèze et sont apprêtés par les porteurs de matériels

Photos : Antoine Marsac

13Afin de situer la mobilité dans l’ensemble des déplacements liés au tourisme, il convient de poser la question des contraintes induites par la spatialité de la frontière dans la commercialisation des produits vendus. Dès lors, la mobilité peut être abordée sous l’angle de la consommation de loisir (Seewer, 2004) et ainsi mieux la relier au problème de la commercialisation de produits dans un espace transfrontalier (Kaufmann, 2008). En outre, il faut croiser ces questions avec des considérations plus proprement politiques liées aux influences occidentales dans ce territoire. Pour l’heure, la mobilité des travailleurs du tourisme sportif est un phénomène méconnu, particulièrement dans les pays du sud. Cependant, il constitue un objet heuristique si on l’interroge à partir du prisme des transformations de l’espace marchand. L’entreprise zambienne étudiée regroupe trois types de travailleurs : journaliers aide techniques, porteurs de matériel et guides. Les deux premiers types sont des Zambiens tandis que les autres se présentent comme des professionnels originaires d’Afrique australe (Zimbabwéens…) et d’autres continents (Américains, Français…). De surcroît, seuls ces derniers sont concernés par les mobilités transfrontalières.

L’aménagement touristique de la vallée du Zambèze

14En Zambie, le lieu d’enquête, la ville de Livingstone représente la capitale économique, située à cinq kilomètres des chutes Victoria. En période touristique, cette localité double sa population qui atteint quasiment 150 000 habitants. Mais la raison saisonnière s’efface pour laisser place à une diversification de l’offre de tourisme sportif tout au long de l’année. La logique des compagnies est fondée sur une offre de découverte du milieu naturel développée par des communautés anglaise et africaine dans ce pays. L’examen des fondements de la culture sportive en Zambie relève de rapports conflictuels. L’hôtellerie commercialise des produits de luxe même si les établissements sont situés à plusieurs heures de routes des capitales respectives des deux pays (Lusaka et Harare). La dimension proprement spatiale de la territorialité joue très différemment selon les cas : la frontière est un territoire où se lit à la fois l’autorité de l’État et les découpages politico-administratifs ainsi que les supports propices à sa valence touristique.

15Le pont érigé en aval des chutes Victoria relie les deux villes éponymes. Il symbolise les débuts de la coopération transfrontalière. Le processus d’acculturation des Rhodésiens aux normes instituées par l’administration coloniale répond ainsi à la formation, à l’agencement et au réagencement des frontières, conditionnées, entre autre, par des facteurs sociaux (émancipation sociale ou nationale, dépassement de l’histoire dans ces sociétés ethnicisées). Puis, les politiques touristiques menées lors des années d’Apartheid ont eu un retentissement sur la vallée du Zambèze car elles ont instauré de forts clivages sociaux. S’il est longtemps resté apanage d’une élite « blanche », le tourisme sportif s’est diffusé par l’intermédiaire des tours-opérateurs dans ces territoires, notamment par la promotion des safaris ou d’autres produits d’aventure (4X4, saut à l’élastique…). En outre, si les règles douanières et la dictature de Robert Mugabe ont entravé les échanges commerciaux, le tourisme s’en est trouvé paradoxalement épargné, notamment grâce à l’intensification de la vente de séjours sportifs. En contribuant à l’essor de marchés internationaux, les entreprises de tourisme ont offert un important support de travail aux locaux, alternative au travail minier, en particulier pour les jeunes en proie au chômage. L’institutionnalisation du tourisme a permis de résorber une partie de la pauvreté du pays. Car, en un demi-siècle, ce territoire est devenu un haut lieu du tourisme mondial et le premier pôle commercial de Zambie.

  • 8 Un programme de contrôle du paludisme est mis en place dans la vallée du Zambèze particulièrement t (...)

16L’intrusion du tourisme sportif dans un territoire jusque-là régi par les grands secteurs économiques liés aux échanges transfrontaliers de minerais a bouleversé l’ordre local. Pour aménager le territoire, des initiatives régionales permettent aux deux pays de coopérer pour maintenir un niveau de confort pour les touristes8. L’électrification de la ligne de chemin de fer entre Bulawayo et Victoria Falls a permis de doter la vallée d’infrastructures (hébergements, commerces). Depuis les années 70, le tourisme est devenu une composante géostratégique du territoire. Le développement du parc hôtelier en témoigne. Pour protéger les rives du fleuve, les deux parcs naturels nationaux ont été créés : le Parc national de Mosi-oa-Tunya en Zambie et le Victoria Falls National Park au Zimbabwe (Roumeguere-Eberhardt, 1982). Ces espaces d’intérêt faunistique et floristique se positionnent aujourd'hui parmi les principales destinations touristiques d’Afrique australe. Depuis les années 1990, les chutes Victoria sont inscrites au patrimoine mondial de l'UNESCO. Ce territoire forme un bassin touristique transfrontalier, dont la variété des offres suscite chez le client un besoin de « se déplacer pour éprouver des sensations toujours renouvelées » (guide, 28 ans). La convergence d’une offre locale et du dynamisme des acteurs économiques entraînerait une marchandisation des sports d’eau vive (Mounet, 1994) qui se rapprocheraient d’autres divertissements récréatifs à travers lesquels les acteurs se livreraient à des expériences qui leur donneraient l’impression de participer à des « mondes nouveaux » (pratiquant, 24, ans), à un « dépaysement total » (guide, 34 ans).

17Si le tourisme génère des retombées en termes d’emplois, cela ne signifie pas que ce secteur rencontre l’adhésion de tous les groupes locaux. Ce dépaysement recherché par les touristes cache parfois des conflits d’usage et des tensions face au partage des richesses.

Le rôle des guides dans l’essor commercial du tourisme

18Les guides sont jeunes (ils ont en majorité moins de trente ans), célibataires et issus des classes populaires zimbabwéennes et zambiennes. L’essor des compagnies de rafting est promu par les artisans d’une extension de l’offre de produits touristiques. La circulation et l’expérience des migrations pendulaires des travailleurs de ce secteur en attestent. Ceux-ci ne résident pas dans le pays d’activité et opèrent des allers-retours incessants entre deux lieux, l’entreprise et le domicile, situés dans deux espaces nationaux proches mais distincts. Ces guides participent à ce mouvement lié à la commercialisation des produits de tourisme sportif en ce qu’ils sont les principaux acteurs de cette démarche. Mais dans la mesure où les produits sont le fait d’interactions entre ces professionnels et leurs clients, nous pouvons considérer que la commercialisation des produits est la résultante d’une co-production. En effet, leurs compétences s’enrichissent mutuellement, s’adaptent à la situation. Leur expertise se transfère du sauvetage de leurs clients face aux flots tumultueux vers la gestion de séjours des touristes : « on donne rendez-vous aux clients. Ils nous suivent à la frontière puis payent à cet endroit les services que nous leur proposons » (guide, 37 ans). Leur fonction ne se cantonne donc pas à organiser l’activité. Les guides se présentent alors comme une entité au centre des stratégies commerciales des firmes. Il se caractérise par un entre-soi dense : « on se connait tous » (guide, 37 ans). En effet, si ces travailleurs sont des locaux, les gérants sont étrangers.

  • 9 Au Zimbabwe, il existe une police pour touristes permettant de réguler ces problèmes.

19Mais ces professionnels entretiennent un rapport à leur nation qui demeure problématique. Car l’emploi frontalier représente 50 % des actifs dans les deux villes frontalières. Une dizaine de travailleurs zimbabwéens passent ainsi la frontière chaque jour pour travailler sur le fleuve. Le passage de la frontière doit dès lors être rapporté à l’histoire coloniale qui a produit la démarcation entre Zimbabwe et Zambie. Mais des difficultés et des conflits subsistent. Ainsi, l’accès au terrain est réglementé et les compagnies doivent mandater leurs guides afin qu’ils obtiennent l’autorisation de commercialiser les descentes du fleuve liés aux droits respectifs des riverains dans les deux pays. Cela tient au fait que l’organisation de la pratique est subordonnée au principe d’accès à l’eau du fleuve9. La propriété privée des riverains leur confère le pouvoir d’interdire aux pagayeurs d’embarquer. Les guides demeurent soumis à ces règles foncières et commerciales car leur mobilité est encadrée par les États aux frontières. Ils doivent s’acquitter d’un visa et paient des taxes.

Des mobilités transfrontalières uniquement pour les guides ?

20Les îles du cours d’eau sont considérées comme un condominium appartenant aux deux nations. Ces États ont été fondés sur le contrôle du passage d’une berge à l’autre. Les gouvernements de ces deux nations ont comme point commun de ne pas considérer le fleuve comme un obstacle ultime, mais au contraire comme un milieu de transit, à la physionomie particulière et monnayant les services destinés à garantir aux voyageurs et aux marchands le franchissement de son cours. Le cours d’eau devient une zone géographique de rupture dont on peut considérer à la fois la valeur économique et la valeur défensive. Aujourd’hui, en Afrique australe, le premier point l’emporte sur le second (Laserre et Gonon, 2008) depuis la fin de la réforme agraire.

21Cette dimension du marquage territorial doit également être rapportée à la polysémie du terme « mobilité ». L’épreuve liminaire devient essentielle, un composant élémentaire de la vie urbaine (Lussault, 2012). Le glissement sémantique opéré par le terme « frontière » désignant un enfermement dans un territoire devenant un marqueur pour caractériser les échanges entre pays limitrophes. Si le fleuve borne la démarcation nationale, il apparaît en même temps comme une ressource majeure pour les opérateurs commerciaux du tourisme (compagnies et offices d’informations touristiques) qui en ont fait leur emblème en exploitant son image. Les tour-opérateurs promeuvent ce lieu très fréquenté car la destination des chutes Victoria fait office de valeur sûre à l’effigie de sa renommée mondiale (Violier, 2011). Le développement de cette nouvelle activité récréative répond à la valorisation de la région : « c’est une demande qui se précise d’année en année » (gérant de compagnie, 40 ans).

  • 10 Selon l’index de développement, le pays est classé à la 165e place sur 177 à l’issue d’une mesure i (...)

22Cette zone transfrontalière constitue un lieu où l’économie informelle et la pauvreté10 sévissent de part et d’autre du fleuve. Le processus d’urbanisation marque cette société de tradition orale dans laquelle le passé esclavagiste demeure encore présent dans une nation qui s’ouvre au commerce. Depuis les changements induits par les apports de la commercialisation de ce loisir survenus après la décolonisation, les relations entre les clients et les Tonga, groupe dont sont issus les guides se sont intensifiés. Un retour par une analyse socio-historique pose ici des jalons pour comprendre les conditions de leur introduction jusqu’à leur développement dans ces pays, en s’attachant à restituer des éléments du contexte actuel.

Les « effets de lieux » liés au contexte politico-économique de la frontière

23Les facteurs qui ont permis l’implantation d’une même activité touristique reposent sur les hiérarchies au sein des entreprises. Les logiques de commercialisation varient et jouent de la carte du particularisme régional, selon les époques. Le contexte historique nous renseigne sur l’émergence d’une véritable politique des produits car le tourisme s’est d’abord développé au Zimbabwe pour ensuite prendre son essor en Zambie. L’offre s’est diversifiée grâce à l’ouverture à la concurrence qui a manifestement rendu la région attractive pour les clients étrangers (sur le plan des gammes d’hébergement, des transports, des parcs naturels). Le canoë s’inscrit dans le droit fil de cette réception des pratiques dans les pays où les activités impériales se sont exportées. Le sport a joué un rôle majeur lorsque ces deux pays ont été rattachés à la couronne britannique, puis après les Indépendances. Ces enjeux culturels se rejouent au sein du tourisme sportif et sont sans cesse révélés dans les tensions entre patrons de compagnies de tourisme, issus des familles de fermiers blancs zimbabwéens et les populations locales. Dans ce contexte, des liens ont pu se construire à travers l’exploration du pays par les colons et les conflits entre Afrikaners et Britanniques. Ces deux groupes se sont disputés le contrôle des échanges, assurant l’essor économiques de la région. Que ce soit à Victoria Falls ou à Livingstone, la frontière politique a donc été construite par un jeu de rivalités commerciales et est devenue avec le développement des villes doublons, une trans-spatialité urbaine dédiée au tourisme en particulier depuis la dictature de Robert Mugabe (de 1980 à nos jours).

24Aujourd’hui, les traditions anglo-saxonnes (coutumes, appropriations des sports) se perpétuent dans les pratiques touristiques. La diffusion des activités devient un révélateur des fractures des sociétés (ségrégations ethniques…). Dans ce contexte, chaque sport devient un vecteur de diffusion des idéologies impérialistes au Zimbabwe puis en Zambie. Le modèle anglo-saxon influence la structuration des clubs sportifs et des cercles des administrateurs coloniaux dans ces comptoirs britanniques. Mais des différences subsistent notamment en termes d’assise économique des deux pays : la richesse du premier est avant tout agricole tandis que celle du second est avant tout commerciale, alimentée principalement par l’extraction de minerais et de son exportation. Le tourisme est un secteur d’activités dont la prospérité est liée à la chaîne d’acteurs gérants de compagnies-guides-clients. Si la réforme agraire au Zimbabwe a condamné ces gérants à l’exil, des guides zimbabwéens continuent de franchir le Pont-frontière des Chutes Victoria afin d’assurer, tous les jours, la sécurité des touristes embarqués sur le Zambèze. Le franchissement de frontières par les travailleurs transfrontaliers du tourisme est régi par des règles d’usage qui renvoient aux normes sociales de l’élite zimbabwéenne.

25Pour autant, la mobilité n’étant pas l’exclusive des professionnels, la clientèle, se joue des frontières en utilisant toutes les ressources de la région notamment par la demande de visas doubles au Zimbabwe permettant de passer d’une berge à l’autre.

26Sur les rives du Zambèze, le localisme des Tonga se présente comme la prédominance d’un recrutement lié aux guides originaires de la région. Il est le signe d’une préférence locale dans l’organisation du tourisme mais également un révélateur des tensions entre les habitants de Livingstone et la population touristique qui s’accroît avec la modernisation des infrastructures hôtelières. L’ethnographie se déplaçant dans les communautés zambiennes, l’observation in situ a permis d’analyser les interactions entre touristes et locaux. Pour ces derniers, l’assujettissement à des choix qui ne sont pas personnels est lourdement connoté négativement. Ces Zambiens reprochent aux touristes de polluer les sites, de détériorer les rives ou encore d’exclure les pêcheurs et de favoriser la spéculation immobilière. « Le canoë et le rafting ne nous laissent plus de place pour pêcher dans les parties des berges du Zambèze les plus proches des frontières » s’insurge un habitant de Livingstone (40 ans). Les espaces du tourisme sportif deviennent des lieux où se disputent des formes d’appropriation concurrentes. Cette concurrence se perçoit lorsque les porteurs de matériel sont interpellés par les riverains à propos des nuisances générées par les véhicules transportant des clients et traversant des villages entiers. Les inégalités économiques se renforcent entre touristes et travailleurs locaux.

27Le canoë, à travers le tourisme dans les parcs naturels, se réalise dans le cadre d’activités liées à des situations de grande permissivité. Les canoéistes sont considérés par les Tonga comme des symboles du colon du fait de la pauvreté des populations exclues des profits générés par le tourisme : « Les faiblesses, c’est justement l’éloignement du fleuve par rapport à certains quartiers de la ville, qui empêche d’intégrer les Zambiens en préférant des gens qui viennent de l’extérieur et le fait que le tourisme c’est l’étalage des richesses dans un site frontalier où il y a trop de pauvres. On peut plus construire nos habitations depuis qu’ils sont là… » assène un gérant d’auberge de jeunesse (35 ans) originaire de Livingstone. De ce point de vue, les formes de tourisme se caractérisent par une mobilité accrue des travailleurs des compagnies, même si les profits générés sont d’être partagés par toutes les populations.

Une commercialisation liée aussi à la mobilité de la clientèle

  • 11 Il s’agit en fait d’un tripoint proche, car les frontières sont très voisines à Kazungula mais troi (...)

28La coopération transfrontalière des compagnies induite par la mise en tourisme des villes situées dans les lisières du Parc naturel des Chutes Victoria a indubitablement amené des clients issus des structures commerciales (tour-opérateurs, guides pour safaris…) à pratiquer le rafting. Des produits de plusieurs jours le long du Zambèze sont des formules qui nécessitent de recourir à la logistique des guides pour le camping ou l’hébergement en auberge de jeunesse. Ces clients qui s’adonnent aux activités d’eau vive en dehors des circuits des tour-opérateurs restent dans une faible proportion des Africains (en dehors des Afrikaners). Mais dans la majorité des cas, il s’agit de participants à un circuit spécialement conçu, dit « sur mesure » pour les clients européens et américains : « on accueille nos clients en fonction de la durée de leur séjour et de leur envie de descente sur le fleuve pour un, deux trois ou quatre jours. Tout dépend du visa qu’ils ont pu obtenir à la frontière » résume un guide (25 ans). D’autres services et produits périphériques leur sont proposés (4X4, saut à l’élastique, safaris…) par exemple pour prolonger leur séjour au Botswana dans les lodges du Delta de l’Okavango. Il s’agit d’un lieu de déploiements des capacités de mobilité touristique permis par la zone dite des « quatre frontières »11 (Zimbabwe, Zambie, Namibie et Botswana). La circulation des touristes obéit à des réglementations nationales différentes et de ce fait rend opaque la régulation du droit commercial. La place dévolue à la frontière se renforce car cet espace devient paradoxalement un accélérateur de la commercialisation des produits de sport d’eau vive. À la mobilité subie des travailleurs s’opposerait la mobilité choisie des touristes. C’est dans cette dernière que s’inscrit la séquence des clients en partance pour un trip en Zambie, c’est à dire un séjour de plusieurs jours sur le fleuve-frontière. Ces conditions présentent les capacités des touristes à s’affranchir d’une existence qu’ils perçoivent comme « aseptisée ». Dans le cas de l’aventure, le client compose avec la dimension du dépaysement. Les compagnies en tant qu’employeurs sont des potentiels développeurs de projets capables de travailler en lien avec les politiques publiques et leurs stratégies actuelles de recomposition des territoires. La mobilité douce, reconnue comme l’une des spécificités de cette région, fait ainsi l’objet d’une attention particulière de la part des guides qui la promeuvent : « Le Zambèze est fabuleux, impressionnant la première fois, pour nous pauvres kayakistes européens peu habitués au volume d'un fleuve africain. » dit Éric, 30 ans, guide de rivière français. Les effets de la transmission d’une culture sportive viennent exacerber ces relations sociales. Cette destination dans un pays du Sud revient à de nombreuses reprises dans les entretiens comme la référence en matière de trip pour les canoéistes français. Mais, au final, c’est toujours la culture occidentale qui domine. C’est elle qui fixe ses cadres, y compris lorsque les locaux se sont appropriés la pratique dans l’espace transfrontalier. Le canoë demeure une activité importée par des occidentaux et relativement peu diffusée dans les pays du Sud. Certes, elle renvoie à l’imaginaire des grands espaces mais elle provient de la naissance de populations dominées par la culture occidentale (on peut la qualifier d’américaine en certains points).

29Les répercussions des mobilités transfrontalières des guides sur la commercialisation renvoient au rapport de ces travailleurs à l’espace-frontière. Lors des déplacements liés au travail, le trajet débute par la traversée du Pont des chutes Victoria. Les guides sillonnent les pistes des berges du Zambèze. Ce lieu relie deux entités nationales mais il fait également figure de transition entre un espace où les clients sont mobiles et Livingstone, ville où ses habitants sont pour la plupart assignés à résidence. Le pont fabrique un univers dans lequel les mobilités pendulaires participent de la commercialisation des produits. En effet, les guides doivent démarcher les clients arrivés par le train à la gare de Victoria Falls. Le temps du déplacement inclut le passage de la frontière administrative, de sorte que l’organisation du temps de travail (nombre d’heures de travail par semaine, organisation du travail …). Le nombre de déplacements par semaine devient dès lors un indicateur précieux pour caractériser ce phénomène. Les guides du Zambèze effectuent jusqu’à six allers-retours par semaine. Leurs univers professionnels et le rapport au politique se combinent pour distendre et modifier l’espace et les frontières (Hamman, 2012 : 62). Il s’agit aussi d’un moyen d’appréhender les différentiels de mobilité, c’est-à-dire la répartition d’un « capital de mobilité » rendu possible dans l’ordinaire des échanges marchands.

30Cependant, l’opposition entre clients et locaux ne fait pas sens dans la connaissance de la vallée. Les populations zambiennes ont pu attribuer à leur tour l’étiquette d’explorateur aux canoéistes. Ils ne font que poursuivre un mouvement amorcé par des renvois aux cultures occidentales. Les guides et les tours-opérateurs usent d’une rhétorique qui repose sur l’utilisation coutumière de deux figures marquantes du paysage pour le bornage des territoires : les chutes Victoria et les berges du Zambèze. Ce marquage de la tradition évacue toute valeur patrimoniale et en même temps, il montre combien la visite Chutes Victoria est un produit d’appel pour le tourisme sportif à la frontière.

31Dans les circuits des tour-opérateurs, les entreprises commercialisent la destination sans tenir compte du caractère frontalier du fleuve. En revanche, la combinaison des offres d’activités de tourisme sportif entraîne un décloisonnement des structures de commercialisation. Les guides proposent dans les mêmes brochures des produits de randonnée, du safari et des sports d’eau vive. Dans ce contexte, Livingstone court le risque de devenir une ville étape (tout comme l’est actuellement Victoria Falls) sur la route d’autres haut-lieux touristiques (Lac Tanganyika Tanzanie, Kilimandjaro). De fait, les habitants des vallées traversées exercent une méfiance face à tout ce qui pourrait évoquer ou reproduire le processus de domination coloniale. Cette ambivalence dans la perception que les populations locales ont des activités importées par les citadins a été rappelée à l’égard du tourisme et de la production d’une certaine forme de « colonisation » de la région, induite par l’émergence et l’essor du secteur du loisir au tournant du XXIe siècle. Ce problème se situe à mi-chemin entre une vision du loisir sur laquelle des projections coloniales peuvent être opérées et un imaginaire dans lequel s’agrègent des représentations et des jugements négatifs à l’égard de la valeur économique du fleuve frontière. Il s’agit là d’un élargissement de la mise en œuvre de perspectives sur les plans sociaux et culturels.

32Les produits de sport d’eau vive commercialisés depuis plus de trois décennies délimitent désormais un espace de pratiques diversifiées. Si le système de co-production est multi-scalaire, dépassant les frontières du local, la proximité géographique de villes doublon marque la commercialisation de manière très diverse à l’échelle de la région des Chutes Victoria. La frontière ne peut dès lors plus être considérée comme un simple point de passage mais comme un territoire symbolique dans lequel toutes les ressources naturelles, doivent être mobilisées. Dès lors, avec les mobilités transfrontalières, le territoire n’est plus le réceptacle passif qu’il pouvait être durant les périodes coloniales mais un espace international favorisant le maintien de la commercialisation des produits de tourisme sportif en Afrique australe. La convergence relationnelle y est prégnante. La frontière devient dès lors un accélérateur pour la commercialisation du tourisme sportif même si cette population de professionnels reste dominée y compris dans les interactions commerciales.

Conclusion

33L’analyse des enjeux transfrontaliers liés à la mobilité des travailleurs du tourisme sportif montre que l’organisation des sports d’eau vive, mise en évidence à travers le développement des descentes commerciales, est plus complexe qu’elle n’y paraît. Cependant, la dimension économique de la mobilité transfrontalière n’explique pas à elle seule la propension des individus à se déplacer, mais ne peut être ignorée pour comprendre l’ensemble des déterminants à l’œuvre dans la commercialisation des produits d’eau vive. La globalisation culturelle a stimulé la territorialisation des activités qui s’enchevêtre autour de territoires intermédiaires. La trans-spatialité urbaine exacerbe les formes de concurrence entre entreprises. Elle réaffirme le caractère international de l’exercice des professionnels comme une composante de l’essor du tourisme. Ces travailleurs ont renforcé l’image de la destination « Chutes Victoria » en concevant des trips, séjour itinérant sur le fleuve-frontière. La proximité de la frontière demeure le déterminant lié à l’essor du commerce de tourisme sportif quelle que soit la saison. Ainsi, la mobilité est une forme d’entre-deux, un passage entre les temps sociaux que les individus cherchent à maîtriser pour développer le tourisme sous toutes ses formes. La mobilité a non seulement un coût économique, mais elle nécessite également d’évoluer dans des temps fragmentés et compressés propres à l’espace-frontière. Le cadre interprétatif simmelien interroge la frontière non plus comme une fin en soi, mais comme la marque de processus de conciliation s’imbriquant dans un rapport d’interactions permanentes entre guides et clients.

34Cependant, la précarité des guides demeure de plus en plus prégnante. Ce sont des victimes de la domination des gérants du fait des écarts de richesse. La pauvreté sévit. De ce fait, le rapport de subordination renforce la domination des blancs sur les guides. Si les Africains, dans leur majorité se caractérisent par une faible mobilité globale, les travailleurs du secteur du tourisme sportif sont fortement mobiles et se déplacent six fois par semaine hors du Zimbabwe. L’aspect économique apparaît dès lors comme une variable déterminante de la mobilité et des inégalités dans les politiques de commercialisation des produits. Ce retour d’une analyse sociologique positionne l’enjeu de cette enquête dans la reconnaissance des droits liés aux mobilités transfrontalières. Le dévoilement des usages de l’espace-frontière renvoie plus que jamais à des enjeux de valorisation d’un secteur économique florissant aux confins des deux États mais qui tendent à masquer les conditions de mobilité et de précarité des travailleurs transfrontaliers, dominé dans leur propre espace de vie. Par cette commercialisation des « packs aventure », les acteurs du tourisme sportif brisent les lignes qui définissent traditionnellement les lieux d’habitation, de travail et de distraction.

Haut de page

Bibliographie

Banda D., 2013, Sport in action in Zambia, in B. Houilihan, M. Green, Handbook of sports development, Londres : Routledge, pp. 323-336.

Bethemont J., 2011, Quand l’eau se fait frontière, in P. Picouet (dir), Le monde vu à la frontière, Paris : L’Harmathan, pp. 121-136.

Bouchet P., Bouhahouala M., 2009, Tourisme sportif : un essai de définition, Téoros, vol. 28, n° 2, pp. 3-8.

Bourdieu P. 1993, Effets de lieu, in P. Bourdieu (dir.), La misère du monde, paris : Le Seuil.

Decraene P., Chatel B. 1995, Onze leçons sur l’Afrique australe, Paris : CHEAM, 209 p.

Groupe frontière (Arbaret-schulz C., Beyer A., Piermay J.-L., Reitel B., Selimanovski C., Sohn C., Zander P.), 2004, La frontière, un objet spatial en mutation, EspacesTemps.net, Textuel, n° 29, http://espacestemps.net/document842.html. Consulté le 12 juin 2013.

Gibson H., 2004, Moving Beyond the “What is and Who” of Sport Tourism to understanding “Why”. Journal of Sport Tourism, vol. 9, n° 3, pp. 247-265.

Gumuchian H., Pecqueur B., 2004, La ressource territoriale, Paris : Economica/ Anthropos, 252 p.

Hamman P., 2012, De la frontière à l’espace-frontière, quelques propositions d’analyse sociologique, Revue des sciences sociales, n° 48, pp. 56-65.

Hannerz U., 1983, Explorer la ville, Éléments d’anthropologie urbaine, éditions américaines : 1980, traduction d’Isaac Joseph, Paris : Minuit, 432 p.

Kaufmann V., 2008, Les paradoxes de la mobilité. Lausanne : Presses polytechniques et universitaires romandes, 115 p.

Laserre F., Gonon E., 2008, Manuel de géopolitique, enjeux de pouvoir sur les territoires, Paris : Armand Colin, 368 p.

Lussault M., 2012, Trans-spatialités urbaines, Hermès, vol. 63, n° 2, pp. 67-74.

Marsac A., 2011, Relations Nord-Sud, altérité et pratiques de loisir : l’exemple du canoë en Zambie, Loisir et Société/ Society and Leisure, vol. 33, n° 1, pp. 93-111.

Mounet J.-P., 1994, Les activités commerciales d’eau vive : facteurs symboliques et investissement physique de la rivière, Revue de Géographie Alpine, vol. 82, n° 1, pp. 11-25.

Picouet P., Renard J.-P., 2007, Les frontières mondiales. Origines et dynamiques, Éditions du temps, 159 p.

Raffestin C., 1992, Autour de la fonction sociale de la frontière, Espaces et Sociétés, n° 70-71, pp. 157-164.

Raphaël F., 1996, Anthropologie de la frontière, culture de la frontière, culture-frontière, in M. Hirschorn, J.-M. Berthelot, Mobilités et ancrage, vers un nouveau mode de spatialisation, Paris, L’Harmattan, pp. 79-92.

Roumeguere-Eberhardt J., 1982, Le signe du début de Zimbabwe : facettes d'une sociologie de la connaissance, Paris, Publisud, 200 p.

Seewer U., 2004, La mobilité de loisirs : Situation actuelle, tendances et stratégies. in L. Vodoz, B. Pfister-Giauque, C. Jemelin (dir.), Les territoires de la mobilité. L’air du temps, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, pp. 183-192.

Violier P., 2011, Les lieux du monde. Approches du tourisme par l’exploitation des catalogues des tour-opérateurs, EspacesTemps.net, Travaux, http://espacestemps.net/ Consulté le 12 juin 2013.

Haut de page

Notes

1 Une première indépendance voulue par l’hégémonie politique des blancs a été prononcée en 1965 pour maintenir les intérêts économiques de la minorité blanche dans le secteur de l’extraction de minerais (Copperbelt).

2 Les deux nations éponymes ont d’ailleurs adopté leur dénomination en référence à la partie de leurs frontières jalonnée par le fleuve.

3 Il convient de relativiser cette donnée car seule une minorité d’habitants pratique le sport(à peine un tiers de la population totale du pays).

4 Il s’agit de deux parcs nationaux, le Mosi-oa-Tunya National Park en Zambie et le Victoria Falls National Park au Zimbabwe.

5 Il s’agit de populations propriétaires expulsés du Zimbabwe à partir de 2000 par le régime dirigé par Mugabe.

6 Paquot T., Lussault M. (dir.), Murs et frontières, Hermès, 63.

7 Voir Canoë-Kayak Magazine, février-mars, 1995, p. 14.

8 Un programme de contrôle du paludisme est mis en place dans la vallée du Zambèze particulièrement touchée (Banda, 2013, p. 324).

9 Au Zimbabwe, il existe une police pour touristes permettant de réguler ces problèmes.

10 Selon l’index de développement, le pays est classé à la 165e place sur 177 à l’issue d’une mesure incluant le niveau de vie, l’éducation et l’espérance de vie (Programme des Nations Unies pour le développement, 2009).

11 Il s’agit en fait d’un tripoint proche, car les frontières sont très voisines à Kazungula mais trois à trois. Ce n’est donc pas un quadripoint. La frontière entre la Zambie et le Botswana est l’une des frontières les plus courtes au monde (deux kilomètres).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte de situation
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3274/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Photo 1 : Les clients s'équipent de casques et de gilets de sauvetage fournis par les guides présents sur la berge du fleuve frontièrePhoto 2 : Au premier plan, sur la rive zambienne, les guides préparent leurs kayaks. Au second plan, les clients embarquent dans les rafts qui flottent sur le Zambèze et sont apprêtés par les porteurs de matériels
Crédits Photos : Antoine Marsac
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3274/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Marsac, « Évolutions des mobilités transfrontalières liées au commerce du tourisme sportif en Afrique australe », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 11 janvier 2016, consulté le 30 mars 2017. URL : http://tem.revues.org/3274 ; DOI : 10.4000/tem.3274

Haut de page

Auteur

Antoine Marsac

Maître de conférences
Université de BourgogneLaboratoire Socio-psychologie et Management du sport- EA 4180
Campus Universitaire de Montmuzard
BP 27 877
21 078 Dijon cedex
antoine.marsac@u-bourgogne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page