Navigation – Plan du site
Articles

Le tourisme-loisirs permet-il une réécriture de la ville ?

Beyrouth, une ville symbole d’une époque
Does the Tourism-Leisure Activity Allow a Rewriting of the City? Beirut, a City Symbol of a Time
Edith Fagnoni et Liliane Buccianti-Barakat
p. 42-59

Résumés

La problématique de la réécriture de la ville confronte vie permanente et lieux touristiques et renvoie au débat sur les pratiques spatiales, les identités des lieux et la reconquête d’un territoire. Une démarche de projet articulée entre patrimoine et modernité, reposant sur les modalités de l'habiter, s’impose. L’exemple de Beyrouth, ville symbole d’une époque, se présente comme un observatoire en gestation, support d’un questionnement sur le rôle de la touristicité face à la singularité des lieux.

Haut de page

Texte intégral

Avant-propos

1La question posée dans cet article, à savoir celle de la reconquête du centre-ville de Beyrouth associée au redémarrage touristique du Liban, est pour l’heure confrontée aux nouveaux déchirements libanais. Cet article a été rédigé début 2005 et depuis lors le contexte géopolitique du Moyen-Orient s’est dégradé et la situation politique interne de l’État du Liban connaît des moments particulièrement difficiles. L’assassinat de l’ancien premier ministre, Rafik Hariri, le 14 février 2005, a replongé le Liban dans un cycle de violences : actes terroristes, « guerre des trente-trois jours » avec Israël, conflits politiques entre les partisans et les opposants au gouvernement, couvre-feu, crise économique, crise financière aux différentes conséquences sociales.

2Le Liban est devenu emblématique d’un conflit plus large entre chiites et sunnites, qui menace toute la région. L’opposition entre ces deux confessions est désormais récurrente. C’est un facteur de plus en plus déstabilisant. Il en ressort que le Liban est au milieu d’une confrontation politique qui le dépasse largement ; il sert de champ de bataille extérieur aux intérêts des puissances régionales mais aussi à ceux des grandes puissances. La problématique de l’habiter entre populations permanentes et fréquentations touristiques fait place depuis décembre 2006 à un centre-ville investi par les jeunes partisans de l’opposition. 1200 tentes occupent les grandes places et les parkings et une ambiance idéologiquement festive anime le centre-ville de Beyrouth.

  • 1 Malgré l’instabilité politique qui a marqué l’année 2005, la société de reconstruction du centre-vi (...)

3L’instabilité politique et la perte de confiance dans le gouvernement décourage les Libanais. L’avenir est donc incertain et la dégradation de la situation économique risque de réactiver l’exode des élites, ce qui peut constituer une menace pour le développement futur. Cette situation change aujourd’hui la donne, replongeant le pays dans le marasme. Beaucoup d’axes routiers majeurs ont été détruits et 95 % de l’industrie nationale est paralysée. Les dégâts matériels sont estimés à 3 Md$ et l’impact économique du conflit est évalué entre 10 et 15 Md$. Néanmoins le centre-ville de Beyrouth, la zone hôtelière, les sites archéologiques et balnéaires, qui attirent la grande majorité des touristes, n’ont pas été touchés, et la clientèle régionale du Golfe commence à revenir. Les investissements touristiques engagés avant le conflit ne seraient pas remis en cause. Il est évident aujourd’hui que les préconisations touristiques contenues dans cet article ne peuvent assurément être mises en pratiques au cours des prochains mois. On peut néanmoins penser que dans un avenir que l’on espère proche, le calme reviendra au Liban et que ce pays pourra retrouver une situation de paix civile propice à un développement dans lequel le tourisme reprendra toute sa place. Face à cette situation, le discours tenu par la société de reconstruction du centre-ville de Beyrouth se veut encourageant ; il contraste avec l’incertitude du contexte géopolitique1.

4Le contexte géopolitique affecte de plus en plus le monde du voyage et la gestion des risques et celle des crises constituent un enjeu majeur pour le tourisme. Le Liban va se trouver une nouvelle fois confronté au problème de la relance du tourisme après la crise. Les représentations de la stabilité et de l’instabilité politique constituant une des caractéristiques fondamentales d’une destination touristique, il reviendra au Liban de regagner la confiance des touristes. Dans cette situation de post-crise, ces terrains de crise sont plus que jamais confrontés à la reconstruction et la diversification de l’image de la destination.

5Peu de villes sont de création récente, et des cités quelquefois millénaires se composent, se décomposent et se recomposent à travers le temps. Dans le cas particulier de la ville méditerranéenne, elle se présente avant tout comme la ville-capitale, c’est-à-dire la ville qui commande, mais elle est aussi, d’une part, symbole de lieu de vie pour une société urbaine brillante, et d’autre part, lieu d’échanges entre terre et mer et lieu de rencontres de civilisations. Les legs du passé et ses multiples strates spatio-temporelles se lisent au cœur de la trame urbaine. Ces vestiges représentent dans la ville des escales du temps, des lieux d’attraction et de fréquentation d’un tourisme urbain à côté desquels s’est forgée une vie permanente.

6La réécriture et par conséquent la réadaptation de certains espaces soulève des interrogations lourdes sur la reconquête et l’image d’un territoire, sur la fonctionnalité et l’identité des lieux, sur la patrimonialisation, sur le développement durable.

7Le cas de Beyrouth - une des villes les plus détruites au XXe siècle - apparaît comme un cas d’école face à ce questionnement. Dans le processus de reconstruction entamé depuis 1992 et face à Beyrouth, une ville qui a symbolisé un temps, quelle place accorder à la valeur des lieux dans le discours sur la réécriture de la ville ? Le tourisme-loisirs est-il un support de l’attractivité en quête de reconstruction à Beyrouth ? La réflexion menée à partir de la réécriture de la ville de Beyrouth s’inscrit dans l’analyse plus large des processus d’organisation de l’espace touristifié et a pour objectif de rendre compte du rôle critique du paysage touristique comme site de pouvoir et de mise en scène.

8La ville méditerranéenne a été souvent popularisée par la littérature et le cinéma, et le tourisme contribue à cette popularisation et promotion de la ville, il apparaît alors souvent comme étant la meilleure expression de la récupération de tout un capital urbain. L’image devient le plus souvent mythe. Ainsi le champ de la perception, des représentations et de l’imaginaire tient une place de plus en plus importante dans le discours sur la ville. Le tourisme assure - entre autre - la promotion et la mise en regard des villes, basée en premier lieu sur un passé historicisé et conduisant à l’analyse des hauts lieux. Si le haut lieu induit un caractère exceptionnel et est producteur d’images fortes, il est aussi réducteur au regard de la réalité de l’évolution de la ville, qui correspond à une forme sociale et spatiale de plus en plus diluée et éclatée.

9Chaque époque laisse une strate historique, patrimoniale, fonctionnelle qui marque les lieux. Si temps et espaces se trouvent au cœur de l’analyse urbaine, la ville apparaît de plus en plus en projet, en mouvement. Cet article a pour objectif de s’intéresser à la problématique de la réécriture de la ville. Dans cette perspective, le centre-ville de Beyrouth apparaît comme un exemple. En effet, Beyrouth, ville en projet, se présente comme un observatoire permettant de soulever un certain nombre de questions et surtout de s’interroger sur l’évolution de la touristicité dans le temps. Il va de soi que la dimension temps devient alors facteur d’organisation et d’aménagement. L’articulation entre lieux touristiques et vie permanente se trouve confrontée dans la dynamique urbaine.

10Le tourisme est de plus en plus perçu comme un élément de redynamisation et de restructuration de la ville. On l’intègre progressivement comme une variable importante du développement (voire redéveloppement) urbain. Si cette dimension touristique est prise en compte dans le contexte de la réécriture de l’espace beyrouthin, la stratégie adoptée n’est pas celle du tourisme urbain traditionnel avec pour préoccupation principale l’approche patrimoniale et culturelle. En effet la stratégie adoptée semble s’orienter vers un type de loisir tourné vers la consommation comme le montre la création de lieux de dépenses et de distraction (casino, centres commerciaux ou encore bars et restaurants « tendance »). Cette course en avant vers le « toujours plus » : toujours plus de luxe, toujours plus d’extravagance, toujours plus d’innovation, toujours plus dans les marques et les enseignes, est faite pour capter des clientèles à haut pouvoir d’achat, notamment du Moyen-Orient, et surtout des investisseurs potentiels. Pour ces touristes particuliers du Golfe, la stratégie d’investissement vise à présenter Beyrouth comme une alternative à une ville comme Genève ou encore Monte-Carlo, l’objectif étant pour Beyrouth de renouer avec la position de « Suisse du Moyen-Orient » qu’elle avait avant la guerre. Cette situation révèle un type de tourisme de plus en plus dominant à Beyrouth pouvant être qualifié « d’affinitaire », justifiant l’association tourisme et loisirs.

11La problématique de la recomposition urbaine est alors confrontée à la notion de permanence et par conséquent à celle de l’identité des lieux. Cette question de la pérennité renvoie à la fois à l’aspect matériel de la ville (permanence de la ville dans l'espace et dans le temps) et à l’aspect immatériel (la force des images associées à certaines villes).

1. La ville, projet de transformation

12La ville est un système complexe composé de quatre sous-systèmes principaux : un espace géographique (implantation physique de la ville sur son site), un espace sociétal (la dimension sociale et culturelle de la société locale), un espace économique (le système de production de richesse) et un espace politique (le système de décision local, la gouvernance). On citera ici les travaux de l’économiste et du sociologue Jean Fourastié (1979). Ainsi, les stratégies de mise en forme de la ville portent sur des enjeux sociaux, spatiaux, économiques, urbains, culturels, patrimoniaux. Le projet urbain est une stratégie pensée et dessinée de la ville, dont le but est d’organiser le territoire afin d’en améliorer à la fois l’usage, le fonctionnement, la dynamique économique, culturelle, touristique, et les relations sociales. Fabriquer la ville sur la ville ou sur des greffes urbaines et redonner sens à la notion d’ordonnancement urbain sont au cœur de la réflexion sur le projet urbain, qui se présente comme un cadre de pensée pour régénérer la ville au profit de ses habitants. Cette dynamique de réanimation de la ville doit permettre de redonner sens à la notion d’espace public. De la perception traditionnelle du territoire en terme d’aménagement et parallèlement en terme de paysage, s’ajoute celle du vécu, par conséquent celle de l’ambiance produite par la ville. Ainsi, chaque manifestation culturelle contribue à la promotion de la ville afin d’attirer emplois et touristes, afin de conjuguer vie permanente et vie temporaire. Cette articulation génère une transformation de l’image de la ville et s’accompagne de la dénomination plus commerciale de marketing urbain ou d’urbanisme managérial. Si le paysage demeure un assemblage d’objets dans l’espace, il est aussi un assemblage d’histoires et de pratiques et se présente comme un élément essentiel de la construction territoriale. C’est lui qui est l’approche visible du sentiment d’appartenance à un lieu. La stratégie de mise en image accompagne la réanimation de la ville mettant en relation une réalité objective et l’image esthétisée de cette réalité. C’est ainsi que se construit, voire se reconstruit l’attachement à un lieu. Selon cette perspective, la question sociale devient sous-jacente, puisque l’attachement à un lieu renvoie à la question centrale de l'habitation, au sens de « l'habiter », c’est-à-dire de la présence aux lieux. La théorisation de l’habiter - notamment à partir des travaux de Georges-Hubert de Radkowski (2002) - est de plus en plus au cœur des réflexions sur l’espace et la société. L’ « habitus » apparaît particulièrement en filigrane des recherches sur les pratiques spatiales. Cette fusion du social et du spatial dans le concept de territoire fait tout l’intérêt de l’analyse menée dans les travaux de Guy Di Meo (1998). Mais la ville offre des formes d’habitats variés renvoyant aux fonctions et aux formes d’occupation de l’espace. Cette question de l’habitat rénové, structuré, pose le débat d’un habitat au service des quartiers et par conséquent des habitants. Il semble qu’une nouvelle ère débute, l’ère du bien-être en ville, des logements confortables et accueillants, d’une mobilité contrôlée, soutenue par une politique d’animation et contribuant à l’attractivité de la ville. Il va sans dire que la relation du temps et de l’espace est alors implicite : la conjugaison des temporalités devient un élément important de prise en compte dans les actions urbaines. Des regards pluridisciplinaires enrichissent la réflexion sur la thématique des rythmes de la ville (Thierry Paquot (2001), Jean-Claude Galléty, Marie-thérèse Kolaczko (2001), Luc Gwiazdzinski (2003, 2005)). La ville se met à vivre vingt-quatre heures sur vingt-quatre. En effet, les usages d’un lieu ne sont pas les mêmes le jour et la nuit, le matin et l’après-midi, un jour de semaine ou le dimanche. Les rythmes de la ville deviennent un élément important à prendre en compte dans les stratégies de réaménagement des territoires urbains. Face à cette donne renvoyant à la création et l'évolution des espaces urbains, il devient important de se poser la question de l’articulation entre la part des formes préexistantes, des représentations et des projets, des réalités sociales et de leur répartition.

13Les pouvoirs publics gestionnaires des villes voient dans la reconquête de certaines villes, voire, à une échelle moindre de certains quartiers ou de certains terrains urbains délaissés, une réponse aux spirales négatives déclenchées par un contexte de rupture, qui a conduit (et conduit encore) à la déprise d’importants espaces. La nécessité de la réécriture et de la réadaptation de la ville apparaît comme un gage du redéveloppement et un élément constitutif d’une attractivité en reconstruction. La ville devient un projet de transformation, dont une des difficultés réside dans les stratégies à mettre en œuvre : comment trouver des éléments de continuité dans la rupture, dans la discontinuité ? Comment la ville peut-elle se refonder sur son existant et retrouver de l’attractivité ? Dans cette optique de « renouvellement urbain », les aires sous-occupées, mal occupées ou désaffectées constituent un potentiel important pour mettre en pratique cette politique d’attractivité. Réinvesties de nouvelles fonctions, réinsérées dans la dynamique urbaine, elles font l’objet de convoitises de la part des aménageurs (et des promoteurs) qui prévoient de capter une clientèle solvable. Le tourisme et les loisirs permettent-il à la ville de se réécrire ?

14De cette réflexion et ces interrogations à propos du tourisme dans la ville apparaît ici la question de la fonctionnalité touristique confrontée aux échelles urbaines, posant la question de l’adaptation du tissu urbain aux flux touristiques. Cette question est accompagnée de celle des produits touristiques urbains, des acteurs du tourisme en ville - question essentielle pour appréhender les processus et les stratégies par lesquels les partenaires touristiques, publics et privés, peuvent mettre en tourisme la ville - et enfin de celle du tourisme urbain face à l’identité du territoire. Le territoire identitaire renvoie bien évidemment au débat sur le patrimoine, lequel nourrit le plus souvent image et promotion touristiques du lieu. À l’heure de la mondialisation, la recherche d’ancrage justifie de plus en plus l’analyse de la fabrication de territoires par les populations et conduit à des territorialités propres aux différents acteurs sociaux. La vie « temporaire » se trouve alors confrontée à la vie « permanente » et la logique d’appropriation territoriale des habitants à celle des touristes. Cela pose le problème de la coexistence de plusieurs types de populations dans des lieux « ordinaires », c’est-à-dire qui n’étaient pas a priori considérés comme « touristiques » ou « attractifs » au sens classique (espaces monumentaux, grands équipements, etc) et qui deviennent de plus en plus recherchés. La question du choix de la stratégie touristique comme outil de transformation de la ville permet-elle de redonner un statut aux espaces ? Est-elle une réponse à ces territoires urbains en déprise ?

2. Les temps de la construction de la ville, support de la touristicité de Beyrouth

15La compréhension et la lecture de Beyrouth nécessitent une lecture historique. De 1861 à nos jours se dégagent plusieurs temps forts marqués par des avancées, des ruptures et des recompositions. Connue dès le IIe millénaire, Beyrouth traverse les siècles en alternant les périodes de prospérité et d'oubli.

  • 2 Bayroût al-Qadimât signifie « le vieux Beyrouth » en arabe.
  • 3 Cité in Debbas, Beyrouth notre mémoire, Paris, Ed. Henri Berger, 3e édition, 1994, p. 19.

16À la fin du XVIIIe siècle, Bayroût al-Qadimât2 est un petit bourg côtier de quelques 4000 habitants. Dans la première moitié du XIXe siècle, l'irrésistible pénétration de l'Europe industrielle va bouleverser l'ordre urbain de la ville qui s'intègrera progressivement aux nouveaux circuits de l'économie-monde. Mais c'est au cours de l'éphémère occupation égyptienne (1831-1840) qu’Ibrahim Pacha entreprit les travaux de réaménagement du port. Favorisée par l’avènement de la marine à vapeur, Beyrouth devint alors la destination des nouvelles lignes de steamers « Beyrouth est devenue par la vapeur une ville où avant peu l'on ne tardera pas à aller chercher un printemps perpétuel aux pieds du Liban comme on le faisait naguère de Nice ... » (Ch. Auberive, 1850)3.

2.1. Le temps des Tanzimat ottomans (1861-1918)

  • 4 De 1860 à 1880, les Européens investissent massivement dans l’économie de la soie (plus de 200 fila (...)
  • 5 Construction d’infrastructures et de voies de communication : le port est agrandi, une route puis u (...)

17En quelques années, la ville voit arriver des industriels4, diplomates, entrepreneurs5, hommes de lettres tels que de Nerval, Lamartine, mais aussi des aventuriers et des paysans à la recherche d’un emploi. L'attractivité du territoire beyrouthin est en marche et on dit alors de la ville qu' « elle est dotée de consulats de presque toutes les nations, d'établissements commerciaux, d'hôtels, de magasins convenablement fournis, d'une pharmacie européenne, enfin d'un casino, établissement de luxe que ne se permettent que les Échelles de premier ordre » (H. Guys, 1862).

  • 6 Pross, Jacob Blaich, Gassemann, Café d’Europe.
  • 7 Apparition des premières enseignes en 1843.

18La ville change de physionomie et de nouveaux repères font leur apparition dans les rues, à l'exemple des cafés6, ou des enseignes commerciales7 vantant les tissus français et anglais, à la fois dans le bazar intra-muros et extra-muros.

19Une modélisation ottomane fortement influencée par les législations occidentales se dessine clairement. La concentration des intérêts occidentaux va profiter essentiellement à une catégorie de négociants pour la plupart chrétiens devenus agents du commerce européen. La bourgeoisie libanaise marque la ville en s'appropriant de nouveaux espaces qu’elle territorialise en construisant sur les collines avoisinantes de somptueuses demeures qui dominent la ville intra-muros. Dynamique et affairiste, elle va entreprendre la plupart des innovations indispensables à la modernisation d'une ville (transports, éclairage, alimentation et hygiène). Ce constat est valable également pour l’introduction de loisirs importés d’Europe : clubs de lecture et de jeux, salles de théâtre et premières boîtes de nuit.

  • 8 Nouveau Sérail, jardins publics, hôtel municipal.

20Pour répondre aux nouvelles logiques et mécanismes introduits par les Occidentaux, l’empire ottoman va entreprendre de profondes réformes urbaines (Tanzimat) dans un souci d’hygiène publique, d’efficacité et d’esthétisme. L’autorité centrale ottomane décide d’exercer un contrôle plus direct sur le développement de la ville en établissant une distinction entre espace public et espace privé. En quelques années, entre 1880 et 1918, de vastes projets d’aménagement8 vont transformer le paysage urbain faisant de Beyrouth une « vitrine de la modernité ottomane » qui fera dire au Kaiser Guillaume II lors de sa visite en 1897 « (c’est le) Joyau rare de la couronne du sultan ».

21Entre la villégiature pratiquée par les grandes familles égyptiennes, syriennes, palestiniennes et la fréquentation des premiers touristes européens cultivés et aisés, animés par une émotion orientaliste, Beyrouth s’affichait déjà comme une destination en vogue.

22Cité millénaire, Beyrouth est pourtant une ville « jeune » ayant réussi le mariage entre l’art islamique et les influences venues de la méditerranée occidentale.

2.2. Le temps de la ville coloniale (1920-1943)

  • 9 Élargissement et ouverture de routes, installation d’égouts, construction d’un aéroport, ouverture (...)

23Le Mandat français cherche à effacer 400 ans de domination ottomane et veut donner à la ville une physionomie nouvelle. En réalité, il ne fait que parachever les réformes introduites par le pouvoir ottoman. L’administration mandataire va marquer la ville par un urbanisme de type colonial. « Vitrine de la France au Levant », il faut l’assainir et la doter d’infrastructures modernes9. Des constructions majeures seront entreprises à partir de 1924 : Musée national de Beyrouth, Bibliothèque nationale, Sénat, Parlement, ou encore l’avenue des Français se voulant la réplique de la Promenade des Anglais à Nice. Dans les années 1930, le vieux noyau arabe va disparaître au profit d’une centralité moderne à la française disposée autour du Parlement, siège du nouveau pouvoir politique libanais. Beyrouth se dote de « sa » place de l’Étoile (photo 1 en page suivante), d’un plan d’urbanisme radioconcentrique et de grandes artères orthogonales.

Photo 1 : Un îlot piétonnier d’urbanité traditionnelle : réhabilitation du centre-ville beyrouthin : la place de l’Étoile.

Photo 1 : Un îlot piétonnier d’urbanité traditionnelle : réhabilitation du centre-ville beyrouthin : la place de l’Étoile.

Edith Fagnoni Novembre 2004

24D’autres constructions vont transformer le paysage beyrouthin : les gares, les enseignes dans les souks traditionnels, les cimetières militaires. Les khans (caravansérails) vont être transformés en salles de théâtre ou de cinéma. La maison traditionnelle libanaise va gagner en hauteur et la couleur ocre va s’imposer dans la ville.

25Ce paysage architectural est alors valorisé par une production de brochures touristiques, de cartes postales et de guides. Déjà à l’époque, l’administration mandataire vend « touristiquement » à coup de campagnes publicitaires les États dont elle a la charge (Liban et Syrie) : dépliants, petits guides illustrés, affiches, promotions tarifaires, premier Guide Bleu sur la Syrie et la Palestine (1927). Le Guide Artaud (1932) vante la ville « Vue de la mer, Beyrouth offre un tableau ravissant comparable à celui des fameuses cités méditerranéennes », ou encore « Beyrouth est déjà fortement européanisée. Il ne faut plus y chercher l’Orient d’il y a cinquante ans mais une copie de Nice plus colorée ».

26Cependant, la réalité urbaine ne pouvait se limiter au discours touristique valorisant. En effet, la ville touristique, essentiellement limitée au centre-ville, ne rend pas compte de la ville qui se dilate, s’étale et occupe les espaces vides. Beyrouth apparaît à la fois comme une ville attractive par l’image de prospérité qu’elle offre, et comme une ville-refuge, image due à son pouvoir de coexistence confessionnelle au milieu d’un Moyen-Orient soumis aux conflits ethnico-religieux. Beyrouth accueille plusieurs groupes de réfugiés (Arméniens, Kurdes, Melkites) qui vont créer des poches de pauvreté dans des zones insalubres telles que Karm el-Zeitoun, Hay el-Syrian, situées au nord-est de la ville. Toutefois, elles ne sont pas assez vastes pour déparer le panorama du « petit Paris du Levant », dont l’image reste marquée par l’élégance de la grande bourgeoisie libanaise, les salons littéraires et la qualité de vie.

  • 10 Fournié Pierre et Riccioli Jean-Louis, La France et le Proche-Orient 1916-1946. Une chronique de la (...)

27Outre la villégiature traditionnelle entretenue par une clientèle régionale, Beyrouth devient la destination privilégiée de la « café society » de l’époque et des vedettes de la scène parisienne. Le port est desservi par de nombreuses compagnies de navigation de plaisance (les Messageries Maritimes, Fabre Line, Khedivial Mail Line ...). L’inauguration du prestigieux hôtel Saint-Georges en 1934, géré par la Société des Grands Hôtels du Levant et financé en partie par des capitaux français, s’inscrit bien dans cette vision du Mandat. Une brochure mentionnait « En descendant dans des hôtels gérés par la Société des Grands Hôtels du Levant, vous trouverez un accueil français, une cuisine française et vous encouragerez l’œuvre française dans les États sous mandat »10.

28Parallèlement, se développe la mode des plages et des bains de mer, tissant des liens nouveaux entre la mer et la population. Tout comme dans le centre-ville, les quartiers balnéaires connaissent un phénomène de mimétisme spatial que la toponymie révèle : Beyrouth dispose désormais d’une riviera libanaise sur les plages de sable fin de Ramlet el-Baida et ces plages portent les noms de « Côte d’Azur » ou encore d’« Eden Rock ».

29À la veille de l’avènement de l’indépendance, Beyrouth est une ville touristique cosmopolite, deuxième destination de la région après le Caire.

2.3. Le temps de la Suisse de l’Orient (1950-1975)

30En 1943, le Liban devient indépendant et se veut à l’avant-garde de la modernité arabe. Les équipements traduisent cette modernité : casino, hôtels de luxe, sièges de multinationales. Le secret bancaire (1956) transforme la capitale en « coffre-fort » de la rente pétrolière et les ressortissants arabes du Golfe affluent à Beyrouth. Les images-clichés sont alors les boutiques des grands couturiers, les discothèques branchées, les plages. Beyrouth est devenue la ville phare du Moyen-Orient et la rue Hamra, située à l’ouest du vieux noyau utile, s’affiche comme la « vitrine de l’Occident ». Elle a fini par supplanter le vieux centre-ville saturé. Il ne répond plus aux nouveaux critères de la fonctionnalité et de la modernité.

31Ville-destination par excellence, capitale du premier pays récepteur du Moyen-Orient au début des années 1970, Beyrouth se distinguait des autres capitales de la région par l’éventail des activités culturelles, balnéaires, ludiques ou festives, qu’elle offrait au visiteur. Mais entre temps, le patrimoine urbain arabo-ottoman disparaissait au profit d’une modernité architecturale impulsée par de jeunes architectes formés en Occident. Des pans de quartiers sont détruits sous la pression de promoteurs immobiliers. La prospérité du « miracle économique » n’a pas empêché la persistance de profondes inégalités au sein de la population libanaise, matérialisée dans le Beyrouth des années 1970 par la « ceinture de misère » (André Bourgey (1973), Jean Pharès (1977)). Plus récemment, on citera les travaux de Mona Harb (2003) portant sur la Dâhiye (banlieue) de Beyrouth.

2.4. Le temps de la fragmentation (1975-1990)

32Le centre-ville de Beyrouth, symbole de cette prospérité, sera pillé et occupé quinze années durant. Transformé en no man’s land et en zone de combats quotidiens, il va très vite constituer un vide au centre de la ville à partir duquel vont se réorganiser deux nouvelles entités confessionnelles, Beyrouth Est et Beyrouth Ouest. Le quartier d’Hamra décline également. De nouveaux centres se développent et un continuum urbain s’étale le long de la côte, donnant naissance à ce que le Conseil du Développement et de la Reconstruction (CDR) va intituler la Région Métropolitaine de Beyrouth.

33En quelques semaines, les tour-opérateurs internationaux ont effacé la destination Beyrouth de leurs programmations et des « touristes » d’un genre nouveau fréquentent les divers territoires miliciens : mercenaires, dealers, contrebandiers mais aussi associations caritatives, reporters de guerre, médecins sans frontières. Très vite, les petits ports illégaux et plus particulièrement la ville de Jounié, « capitale » du canton chrétien située au nord-est de Beyrouth, ont assuré la liaison maritime avec l’île de Chypre permettant aux Libanais d’y trouver refuge, de partir à l’étranger ou tout simplement d’ouvrir des bureaux pour continuer à travailler. Les agences de voyage libanaises ont donc poursuivi une certaine activité malgré la guerre, mais l’image de Beyrouth se résumait alors à celle d’une ville éclatée, faisant quasi quotidiennement la une des journaux et des informations.

2.5. Le temps de la reconstruction (depuis 1992)

  • 11 SOLIDERE : la SOciété LIbanaise pour le DEveloppement et la REconstruction, fondée en 1994, est une (...)

34Dès 1992, l’État entame un processus de reconstruction à l’échelle nationale mais le projet-phare demeure la reconstruction du centre-ville de Beyrouth confiée à une société privée SOLIDERE11 qui a fait le choix de détruire 85 % du patrimoine urbain bâti - (les photos 2 et 3 (immeuble en destruction de la rue de Damas, artère majeure menant du centre-ville à la corniche Pierre Gemayel au sud sud-est de la ville) témoignent de ce choix de détruire) -, de réhabiliter quelques îlots datant du mandat français et les bâtiments administratifs libanais.

Beyrouth : quelques repères dans une ville en reconstruction

Beyrouth : quelques repères dans une ville en reconstruction

Edith Fagnoni Novembre 2004

Photos 2 : Beyrouth : une ville en recomposition, destruction d’un immeuble rue de Damas

Photos 2 : Beyrouth : une ville en recomposition, destruction d’un immeuble rue de Damas

Edith Fagnoni Novembre 2004

Photos 3 : Paysage de conflits : immeuble bombardé pendant la guerre puis réoccupé sous forme de squat

Photos 3 : Paysage de conflits : immeuble bombardé pendant la guerre puis réoccupé sous forme de squat

Edith Fagnoni Novembre 2004

35Chaque congrégation religieuse s’est chargée elle-même de la restauration de son lieu de culte. Depuis 2001, le « nouveau » centre-ville de Beyrouth attire à nouveau la population libanaise et les touristes étrangers (arabes et occidentaux). SOLIDERE affirme que plus de 3 millions de personnes ont visité le noyau historique de Beyrouth en 2003. Cette attraction repose sur la réalisation d’une zone piétonne, une architecture aux façades « convenablement » restaurées (photo 4), la centaine de restaurants offrant une cuisine variée, des enseignes de luxe, (photo 5).

Photo 4 : Une forme de « disneylandisation » des façades restaurées

Photo 4 : Une forme de « disneylandisation » des façades restaurées

Edith Fagnoni Novembre 2004

Photo 5 : Un îlot piétonnier d’urbanité traditionnelle : réhabilitation du centre-ville beyrouthin : la rue Maarad, menant à la place de l’Étoile

Photo 5 : Un îlot piétonnier d’urbanité traditionnelle : réhabilitation du centre-ville beyrouthin : la rue Maarad, menant à la place de l’Étoile

Edith Fagnoni Novembre 2004

  • 12 Attentat du 14 février 2005.

36Mais le contexte géopolitique régional fragilise le redémarrage touristique libanais : seconde intifada dans les territoires palestiniens occupés par Israël, seconde guerre d’Iraq, pressions américaines sur la Syrie, attentats contre les étrangers en Arabie Saoudite, troubles au Koweit, et plus récemment les attentats successifs depuis celui de l’ancien premier ministre libanais Rafic Hariri12, qui avait alors rapidement engendré une forme libanaise d’intifada pacifique : ainsi, la place des Martyrs à Beyrouth a pu symboliquement être rebaptisée place de l’Espoir le temps de ces événements qui ont entraîné la chute du gouvernement pro-syrien. Des préjudices qui pèsent lourd sur le redémarrage touristique libanais, quoique l’image d’un peuple luttant pour sa souveraineté a fait le tour du monde et soulevé un élan de sympathie semblant se traduire par des réservations en cours.

37Si Beyrouth tend malgré tout à redevenir une ville-destination, la réflexion sur la patrimonialisation n’a pas été la priorité de SOLIDERE et pour l’heure, malgré le choix récent d’une signalétique se voulant porteuse de sens (photo 6), beaucoup d’immeubles beyrouthins demeurent confrontés à la question de la réhabilitation ou celle de la destruction (photo 7).

Photo 6 : La patrimonialisation limitée à un marqueur signalétique

Photo 6 : La patrimonialisation limitée à un marqueur signalétique

Edith Fagnoni Novembre 2004

Photo 7 : Beyrouth : une ville en recomposition. L’immeuble Barakat : les stigmates de la guerre. Pour l’heure la question entre réhabilitation ou destruction n’est pas tranchée

Photo 7 : Beyrouth : une ville en recomposition. L’immeuble Barakat : les stigmates de la guerre. Pour l’heure la question entre réhabilitation ou destruction n’est pas tranchée

Edith Fagnoni Novembre 2004

38Au visiteur de flâner dans les ruelles de la capitale pour trouver ça et là des noyaux anciens ou quelques maisons traditionnelles datant du siècle dernier.

39Que vient donc chercher le touriste au Liban ? Les centres d’intérêts varient selon l’origine du touriste. Ainsi, les ressortissants arabes sont toujours fascinés par cette ville occidentale qui parle arabe et qui leur offre surtout des divertissements interdits dans leurs pays respectifs. Le touriste occidental quant à lui, se sent à l’aise dans cette ville moderne et accueillante. De plus, la superficie réduite du territoire (10 452 km2) lui permet de gagner en moins de trois heures à partir de Beyrouth les sites prestigieux de Baalbeck, Beiteddine, Tyr, ou Tripoli, de pratiquer diverses activités sportives (mer et montagne) tout en revenant à Beyrouth pour y passer la soirée. Le trilinguisme des Libanais constitue un atout considérable facilitant la communication et les liens avec le visiteur.

40Mais quels sont les messages touristiques délivrés par Beyrouth ? La ville de Beyrouth veut-elle transmettre une mémoire du passé ? Dans Beyrouth « la neuve », pas de monuments imposants à visiter, pas de souks traditionnels, peu d'espaces verts, pas de quartiers anciens préservés ; la ville est composée de plusieurs espaces se résumant à un espace urbain animé, mettant continuellement en scène de nouveaux lieux de loisirs tels que les rues Monnot, de Verdun, ou Raouché, la Corniche, les centres commerciaux (ABC Achrafieh, BHV, City Mall à Nahr el-Mott, Metropolitan Boulevard à Sin el-Fil, ...). Ces lieux sont animés par des expositions, des festivals de quartiers, des concerts, et fréquentés par une société de consommation à outrance, éduquée, cultivée, extravertie et se voulant à l’avant-garde du progrès.

3. Le centre-ville beyrouthin, support d’un tourisme renaissant ?

41Lecture de la ville, réécriture et réanimation de la ville ou encore ville en projet, Beyrouth apparaît comme un véritable laboratoire.

42Au regard de la lecture historique de la ville de Beyrouth, il apparaît une volonté affirmée de s’afficher au cours du temps comme avant-gardiste, jouant entre nostalgie et ambiance futuriste. Selon l’analyse de Guy Burgel, Beyrouth appartient à la catégorie des villes-spectacles, c’est-à-dire la ville qui se voit, qui se regarde, qui se consomme. On assiste à une inversion des données : la ville festive supplante la ville productive. Mais cette situation renvoie à l’articulation entre patrimoine et modernité. On retrouve ainsi la question centrale posée par la modernité, celle qui se base sur « l’habiter ». La question sociale, sous-jacente à celle de l'habiter, reste donc posée. Avec la modernité et la question de l'habiter se pose la question d'un nouveau compromis renvoyant en filigrane aux questions d’équité et de durabilité. Mais face à ces préoccupations globales, il y a bien évidemment les « réalités urbaines » à prendre en compte. La diversité des réalités, des situations, fait qu'il y a différentes logiques pour chaque structure envisagée. La question de territoires soit standards soit ajustés devient centrale. Face au cas beyrouthin, le problème de maîtrise des rétroactions semble rester entier, en d’autres termes la notion d’héritage spatial demeure une interrogation dans la stratégie de réécriture de la ville.

43Malgré des stratégies politiques et des logiques économiques dominantes, les projets de mise en valeur et de sauvegarde du patrimoine tiennent une place grandissante dans les politiques urbaines. Cette approche de la ville face au processus de patrimonialisation projette le patrimoine comme une construction avant tout politique et économique, ainsi il ne faut pas s’étonner que ces processus de patrimonialisation et les politiques urbaines se résument encore souvent à des questions d’images, de vitrines touristiques et d’investissements. Dans la perspective de réinventer la ville, patrimonialisation et mise en tourisme se conjuguent selon un processus parallèle. Le patrimoine fonde la mémoire des espaces et renforce l’identité d’un territoire. Au regard de la recomposition territoriale, qui relie héritage assumé et prospective construite, la stratégie de patrimonialisation est manifestement un moyen permettant la réaffirmation symbolique des lieux. Cette réflexion renvoie en premier lieu à l’ensemble des interrogations ayant trait au processus de patrimonialisation, pouvant être résumé à la constitution de biens communs, en termes de logiques, d’objectifs, d’enjeux culturels, identitaires, politiques et idéologiques. En second lieu, cette approche permet de s’interroger sur la place qu’occupe le patrimoine et sa sauvegarde dans les plans d’aménagement urbain, elle renvoie aux modes et pratiques de gestion du patrimoine, ce qui suppose des actions de réhabilitation, de restauration, de rénovation, de mise en valeur, d’amélioration de la qualité de vie, d’aménagement intégré et d’articulation de l’intervention des différents acteurs. Enfin, le dernier niveau d’analyse pose la question de la dialectique ancien moderne : continuer le passé sous des formes nouvelles, sauvegarder l’héritage architectural et urbain sans figer la créativité ni le développement de la ville. Cette approche conforte la notion de ville durable dans la mesure où la durabilité suppose la continuité. Si cette continuité est multifacettes, elle concerne avant tout celle des morphologies et des architectures, c’est-à-dire, la capacité d’intégrer les tissus urbains du passé dans la ville d’aujourd’hui, et d’autre part, de créer un milieu urbain à échelle humaine, qui réponde aux besoins des sociétés actuelles tout en s’inspirant des principes d’organisation des cités anciennes. Dans cette perspective, le patrimoine peut devenir support du développement des territoires. La ville de Beyrouth veut-elle transmettre une mémoire du passé ? Comment redonner un souffle nouveau à Beyrouth sans pour autant nier le passé ? Le tourisme peut-il contribuer à réinventer le passé ? La stratégie de patrimonialisation a été manifestement mise à l’écart dans le cas de la recomposition territoriale du centre-ville de Beyrouth, qui semble avoir misé sur de nouveaux lieux de socialisation. Dans un contexte de réappropriation collective d’un passé et de construction commune d’un avenir, le choix de ces nouveaux lieux de socialisation, lieux de dépenses et de distraction à l’exemple des centres commerciaux, aboutissent à la réécriture d’un centre-ville atypique, de plus en plus coupé du reste de la ville.

  • 13 La ville fermée renvoie à la « gated community » américaine.
  • 14 En arabe, un souk est un marché généralement situé dans la médina. On y trouve aussi bien de l'alim (...)

44Au-delà d’une simple remise à la mode et/ou remise en images des lieux, l’intérêt de toutes politiques portant sur la recomposition territoriale est d’une part, de s’inscrire dans une certaine temporalité, ce qui nécessite d’articuler mémoire, patrimoine et projet et d’autre part, de s’appuyer sur une certaine manière de penser l’action. En d’autres termes, qui « fait » la recomposition ? Face au cas d’étude de Beyrouth, ville en projet, cette question des acteurs soulève le paradoxe de SOLIDERE, une société privée chargée de produire de l’espace public au regard d’une municipalité dessaisie et d’un État surendetté. Le centre-ville de Beyrouth apparaît de plus en plus comme une « ville fermée » ou « ville privée »13, il apparaît représentatif d’un type nouveau de développement urbain, en rupture avec la ville traditionnelle, lieu de brassage et de production de services collectifs et renvoyant à la négation même de l’espace public. Le centre a une importance toute particulière aux yeux des libanais. Comment expliquer que ce centre ne vive pas comme avant ? Les gouvernements ayant préféré faire du centre ville beyrouthin une vitrine de place financière, la privatisation, synonyme de ségrégation accrue, donne l’image d’un centre ville de plus en plus fermé sans mélange social. La destruction volontaire des souks traditionnels en est un élément d’explication14.

45Se pose ainsi la question des Beyrouthins : l’idée, l’objectif est-il de renouer prioritairement avec le passé récent, en l’occurrence celui de la Suisse du Moyen-Orient, ou de reconstituer une ville moderne inspirée de ce qu’ils ont connu en exil, notamment aux États-Unis ? Au fond, avec toutes les différences culturelles que cela suppose, le modèle ne tend-il pas aujourd’hui à devenir de plus en plus américanisé, comme il était « européen » au début du XXe siècle ? Cette approche réactive le débat sur l’articulation entre nostalgie et innovation. Mais face à la spécificité du contexte beyrouthin oscillant entre passé et modernité, une question demeure : comment transmettre une mémoire lorsque le centre a été rasé à trois reprises, lorsqu’il n’y a plus de résidents pour donner une âme à la ville et lorsqu’il n’y a pas de vie de quartier ? L’adoption d'une démarche de projet s’impose. En effet, c’est une approche plus globalisante de la politique de la ville qui doit émerger, confirmée par un développement social des quartiers, des solidarités nouvelles et dans laquelle le tourisme-loisirs serait un support de l’attractivité à Beyrouth et permettrait de consolider ou de reconstituer un « capital image », dont la signification ne pourra toutefois guère opérer que dans la durée.

46Les changements de condition de la mobilité ont entraîné une croissance spatiale des villes en général, mais aussi et surtout un redéploiement des fonctions urbaines, entraînant des caractéristiques de la nouvelle urbanité basées essentiellement sur la mobilité, le polycentrisme, le territoire « flou » et encore le temps continu (24/24). Cette approche pose le débat sur les nouveaux lieux de socialisation de la ville. Quels sont les nouveaux lieux de socialisation à Beyrouth ? Deviennent-ils - comme dans de nombreuses villes à l’échelle mondiale - les centres-commerciaux et non plus la rue, la place publique, ou le square ? Ces centres sont des propriétés privées, ils servent avant tout les intérêts marchands et non le réaménagement de la ville. L’inscription du tourisme dans la ville pose ainsi la question de l’articulation entre vie permanente et vie temporaire. Comment se présente la cohabitation entre touristes/visiteurs et résidents dans cette ville agglomérée, recomposée ?

47La question de la rénovation urbaine soulève le problème du décalage entre les stratégies et les objectifs des politiques, la perception des utilisateurs et les conséquences de ces politiques sur l'espace urbain. La dynamique de la réécriture des villes pose le problème en terme foncier renvoyant à la question de la gentrification ou de l’embourgeoisement. En ce qui concerne le centre-ville de Beyrouth, cette situation présente la caractéristique d'une volonté de la ville d'attirer les investissements. Les logements sont rénovés dans le haut de gamme, très cher, et le commerce est de haut standing. La difficulté réside dans le fait d’attirer de nouveaux habitants, en particulier des populations jeunes, les gagnants de la restructuration économique, au détriment des travailleurs de la production de masse. Une réflexion sur la mise en œuvre de transports collectifs desservant le centre-ville et les principaux pôles de l'agglomération s’impose, elle devrait permettre de lutter contre l’éparpillement urbain.

48La réécriture du centre-ville de Beyrouth semble être touchée par une certaine vulnérabilité, dépendant essentiellement de la faiblesse démographique habitante, d’une faible synergie entre les composants du centre-ville, d’un manque de « locomotive » et d’une accessibilité par transports collectifs inexistante. L’activité du tourisme-loisirs doit accompagner le projet de rénovation de la ville, mais pour l’heure elle se situe dans une dynamique émergeante. Nous sommes par conséquent au début d’un processus. Postulant que ces territoires sont porteurs d'une « métropolité » qui constitue un univers culturel nouveau à comprendre et à aménager-ménager, le cas de Beyrouth renvoie à la variable temps, qui devient une variable primordiale dans cette perspective de recomposition de la ville existante. Cette ambition de refaire la ville est une ambition ancienne. De l'Athènes antique au Berlin 2000, en passant par les projets de Le Corbusier, la ville est toujours le moyen privilégié par lequel s'exprime la grandeur d'un peuple, d'une nation. Mais la ville est aussi un espace de vie, d'échange, de sociabilité et c’est en particulier le centre-ville qui tient une place essentielle au sein du territoire urbain. Face à cette donne, la stratégie de la politique urbaine de la ville de Beyrouth est de réussir le passage d’un centre-ville ré-animé à un centre-ville ré-habité. Le centre-ville de Beyrouth a donc perdu sa fonction d’habitat (à l’exception de quelques îlots dégradés situés à proximité du port ou encore dans les derniers étages de quelques immeubles). Dans Beyrouth « la neuve », ce sont essentiellement les raisons commerciales et spéculatives qui ont guidé la politique de reconstruction de la ville ; autant dire que « l’habiter » n’a pas du tout été pris en compte, rejetant la fonction d’habitat aux limites du périmètre contrôlé par SOLIDERE. C’est en ce sens que SOLIDERE, avant tout soucieux d’attirer les investisseurs, a touristifié le centre de Beyrouth et accentué le décalage avec les besoins de la société libanaise. La prise en charge de l’espace public par les habitants eux-mêmes à Beyrouth est absente. L’approche spatiale de cette contradiction est lisible dans l’ambivalence du centre-ville reconstruit, propre, gardienné et sécurisé, sans espace vert, commerçant, animé, à forte mixité confessionnelle, mais en même temps à faible mixité sociale, car cher, artificiel et sans réelle création culturelle.

  • 15 Voir note 14. La destruction des souks traditionnels de Beyrouth a fait l’objet de nombreuses criti (...)

49Cette réappropriation d’un centre, d’un noyau utile certes ré-animé ne suffit pas. Ce centre-ville reconstruit est pour l’heure coupé du reste de la ville et est représenté pour les libanais et les visiteurs en général comme un îlot de rêve pouvant être assimilé à un voyage, sorte de « lotissement » privé de luxe et se résumant pour l’essentiel à un tourisme « affinitaire ». Les visiteurs flânent dans un îlot piétonnier d’urbanité traditionnelle (photos 1, 4 et 5 ci-avant) et se retrouvent dans ces nouveaux centres commerciaux, temples de la mise en scène de la consommation et producteurs du non-lieu identitaire. La démolition des souks traditionnels au profit de l’aménagement d’un nouvel espace soukier à tendance avant-gardiste et s’affichant déjà comme le nouveau poumon commercial du centre-ville, confirme cette donne15.

50Le centre-ville de Beyrouth apparaît pour l’heure comme un quasi musée à ciel ouvert, fréquenté certes par 3 millions de visiteurs mais comptant peu d’habitants. Mais un projet de reconstruction de ville ne peut se limiter à sa portée symbolique. La ville sur la ville est avant tout une culture du projet urbain, qui implique de s’inscrire dans un cheminement. De la ville en actes : l’urbanisme, il ne faut pas négliger la ville comme société : l’urbanité. La question des jeux d’acteurs et donc des conflits d’usage des espaces demeure posée et révèle la difficile articulation entre Mémoire, qui assure la reproduction, et projet, qui fixe des ambitions, des finalités et qui assure la production. Ainsi, afin d’éviter que ce centre ne soit visité comme un « parc de loisirs », afin de l’arracher à un destin muséal, la réécriture de la ville doit s’accompagner d’une véritable stratégie de réappropriation des lieux mettant en avant la nécessité de construire un projet collectif.

51Face au contexte géopolitique régional et face à la vulnérabilité du tourisme-loisirs dans cette zone, le cas beyrouthin apparaît pour l’heure comme une analyse en gestation, dont on ne mesure pas encore distinctement les retombées et dont on ne parvient pas à transmettre un positionnement clair. La variable temps est donc essentielle, elle agit comme une variable primordiale de la gestion des changements en cours.

Haut de page

Bibliographie

ASCHER F. (2001). - Les nouveaux principes de l’urbanisme. La fin des villes n’est pas à l’ordre du jour, La Tour d’Aigues, Ed. de l’Aube, 103 p.

BAILLY J.P., HEURGON E. (2001). - Nouveaux rythmes urbains : quels transports ? La Tour d’Aigues, Ed. de l’Aube, 221 p.

BEYHUM N. (2000). - « The crisis of urban culture : the three reconstruction plans of Beirut », Beirut Review, n° 4, 13 p.

BEYHUM N. (1991). - « Reconstruire Beyrouth. Les paris sur le possible », Études sur le Monde arabe, n° 5, Lyon, Maison de l’Orient, 426 p.

BEYHUM N., SALAM A., TABET J. (1994) – Reconstruire l’avenir, reconstruire le passé ? , Dossier de l’Urban Research Institute, Ford Foundation, Beyrouth, 331 p.

BOUINOT J. (2002). - La ville compétitive. Les clés de la nouvelle gestion urbaine, Paris, Ed. Economica, Coll. Gestion, 180 p.

BOUINOT J., BERMILS B. (1995). - La gestion stratégique des villes : entre compétition et coopération, Paris, Ed. Armand Colin, 191 p.

BOURGEY A., PHARES J. (1973.) - Les bidonvilles de l’agglomération beyrouthine, Revue de géographie de Lyon, vol. 48, n° 2, pp. 107-139.

BRUNEL S. (2006.) - La planète disneylandisée, Ed. Sciences Humaines, 276 p.

BUCCIANTI-BARAKAT L. (2004). - From residence to pub. The process of urban change in Monnot street, Beirut, Changing cities. International perspectives, Glasgow, Universities edition, pp. 235-243.

BUCCIANTI-BARAKAT L., ASSAF R. - dir. (2003). - Atlas du Liban, Beyrouth, Presses de l'Université Saint-Joseph, 106 p.

BURGEL G. (1993). - La ville aujourd’hui, Paris, Ed. Hachette, 224 p.

CAZES G., POTIER F. (1998). - Le tourisme et la ville : expériences européennes, Paris, Ed. L’Harmattan, Coll. Tourismes et Sociétés, 198 p.

CAZES G., POTIER F. (1996). - Le tourisme urbain, Paris, Ed. PUF, Coll. Que sais-je ?, n° 3191, 127 p.

CORM G., (2002). - Orient-Occident, la fracture imaginaire, Paris, Ed. La Découverte, 187 p.

DAVIE M. (2005). - De l’utilité des échelles géopolitiques au Liban, Outre-Terres, Revue française de géopolitique, n° 13, pp. 355-372.

DAVIE M. (2003) - La maison beyrouthine aux trois arcs. Une architecture bourgeoise du Levant, Beyrouth et Tours, Alba-Urbama, 461 p.

DAVIE M. (1999). - Enjeux et identités dans la genèse du patrimoine libanais, In Questions sur le patrimoine architectural et urbain du Liban, Alba-Urbama, 256 p.

DAVIE M. (1996). - Beyrouth et ses faubourgs (1840-1940). Une intégration inachevée, Les Cahiers du CERMOC, n° 15, 153 p.

DEBIE F., PIETER D., VERDEIL E. (2003). - La paix et la crise : le Liban reconstruit ?, Paris, Ed. PUF, Coll. Géographies, 284 p.

DI MEO G. (1998). - « De l’espace aux territoires : éléments pour une archéologie des concepts fondamentaux de la géographie », l’Information Géographique, n° 3, pp. 99-110

DI MEO G. (1998). - Géographie sociale et territoire, Paris, Ed. Nathan Université, Coll. Fac Géographie, 317 p.

FAGNONI E. (2006). - Un exemple de renouvellement urbain endogène. De Amnéville, cité industrielle, à Amnéville-les-Thermes, complexe récréatif et thermal ». In : Lageiste J., Rieucau J., L’empreinte du tourisme. Contribution à l’identité du fait touristique, Paris, Ed. L’ Harmattan, p. 255-287.

FAGNONI E. (2004). - Amnéville, de la cité industrielle à la cité touristique : quel devenir pour les territoires urbains en déprise ?, Mondes en développement, Revue franco-belge, Numéro : Tourisme et développement, Ed. De Boeck, Tome 32, n° 125 (série), n° 1, pp. 51-66.

FAGNONI E., AYMARD C. (2002). - Entre inertie et dynamisme touristique : le cas parisien, Téoros, UQAM, n° 1, vol. 21, Montréal, pp. 4-11.

FOURASTIE J. (1979). - Les trente glorieuses, ou la révolution invisible de 1946 à 1975, Paris, Ed. Fayard, 299 p.

GALLETY J.C., KOLACZKO M.T. - dir. (2001). - Actes séminaires, Les temps de la ville et les modes de vie. Quelles perspectives d’action ?, Lyon, Ed. du CERTU, Coll. Débats, 299 p.

GRAVARI-BARBAS M. - dir. (2005). - Habiter le patrimoine, Rennes, Ed. PU de Rennes (PUR), 618 p.

GRAVARI-BARBAS M., VIOLIER Ph. - dir (2003). - Lieux de culture et culture des lieux. Production(s) culturelle(s) locale(s) et émergence des lieux : dynamiques, acteurs, enjeux, Rennes, Ed. PU de Rennes (PUR), 301 p.

GWIAZDZINSKI L. (2003). - La ville 24 heures sur 24, La Tour d’Aigues, Ed. de l’Aube, Coll. Monde en cours, 253 p.

GWIAZDZINSKI L. (2005). - La nuit, dernière frontière de la ville, La Tour d’Aigues, Ed. de l’Aube, Coll. Monde en cours, 245 p.

MONA HARB (2003). – « La Dâhiye de Beyrouth : parcours d’une stigmatisation urbaine, consolidation d’un territoire politique », Genèses, n° 51, pp. 70-91.

INGALLINA P. (2001). - Le projet urbain, Paris, Ed. PUF, Coll. Que sais-je ?, n° 3585, 127 p.

INGALLINA P. (1994). - Urbanisme et gestion des flux touristiques. L’exemple de Florence, Les Cahiers Espace, n° 37, juin, Paris, pp. 208-215.

KASSIR S. (2003) - Histoire de Beyrouth, Paris, Ed. Fayard, 732 p.

LAGEISTE J., RIEUCAU J. - dir. (2006). - L’empreinte du tourisme. Contribution à l’identité du fait touristique, Paris, Ed. L’ Harmattan, 342 p.

LAZZAROTTi O. (2006). - Habiter. La condition géographique, Ed. Belin, Coll. Mappemonde, 287 p.

LE GOIX R. (2003). - Les gated communities aux États-Unis : morceaux de villes aux territoires à part entière ?, Thèse de Doctorat de l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UFR de Géographie, sous la direction de Thérèse Saint-Julien.

PAQUOT T. - dir. (2001). - Le quotidien urbain, Paris, Ed. La Découverte et Syros, 191 p.

PHARES J. (1977). - Une société banlieusarde dans l’agglomération de Beyrouth. Étude sociologique de certains aspects du développement suburbain, Beyrouth, Université libanaise.

POULOT D. - dir. (1998). - Patrimoine et modernité, Paris, Ed. L’Harmattan, Coll. Chemins de la mémoire, 314 p.

RADKOWSKI De G-H. (2002). - Anthropologie de l’habiter, Paris, Ed. PUF, 168 p.

RONCAYOLO M. (2002). - Lectures de villes. Formes et temps, Marseille, Ed. Parenthèses, Coll. Eupalinos, 386 p.

RONCAYOLO M. (1999). - La ville et ses territoires, Lagny, Ed. Gallimard, Coll. Folio/Essais, 285 p.

RONCAYOLO M. (1996). - Conceptions, structures matérielles, pratiques. Réflexions autour du « projet urbain » in Enquête n° 4, La ville des sciences sociales, Marseille, Ed. Parenthèses, pp. 59-68.

STOCK M. (2006). - L’hypothèse de l’habiter poly-topique : pratiquer les lieux géographiques dans les sociétés à individus mobiles , EspacesTemps.net, Textuel, 26.02.2006, http://espacestemps.net/document1853.html

STOCK M. (2005). - Les sociétés à individus mobiles : vers un nouveau mode d’habiter ?, EspacesTemps.net, Textuel, 25.05.2005, http://espacestemps.net/document1353.html

STOCK M. (2004). - « L’habiter comme pratique des lieux géographiques », EspacesTemps.net, Textuel, 18.12.2004, http://espacestemps.net/document1138.html

TABET J., GHORAYEG M., HUYBRECHTS E., VERDEIL E. (2001) - Portrait de ville : Beyrouth, Archiscopie, n° 17, Institut Français d’Architecture, 64 p.

TABET J. - dir. (2001) - Beyrouth, la brûlure des rêves, Paris, Ed. Autrement, Coll. Monde, HS n° 127, 221 p.

Haut de page

Notes

1 Malgré l’instabilité politique qui a marqué l’année 2005, la société de reconstruction du centre-ville de Beyrouth (Solidere) a annoncé un bénéfice record de 108,5 Md$, en hausse de 100 % par rapport à l’année 2004. De plus, au premier trimestre de l’année 2006 les ventes de terrains ont totalisé 1,1 Md$, « soit cinq fois plus que celles conclues en 2005 », a affirmé Nasser Chammah, Président de la société de reconstruction. Ces ventes, effectuées majoritairement à des Libanais mais aussi à des ressortissants arabes, reflètent, selon lui, « l’optimisme dans l’avenir du pays » et il ajoute que « le centre-ville de Beyrouth demeure la vitrine principale de l’investissement foncier dans la région ». Pour l’heure, de nouveaux projets immobiliers sont engagés.

2 Bayroût al-Qadimât signifie « le vieux Beyrouth » en arabe.

3 Cité in Debbas, Beyrouth notre mémoire, Paris, Ed. Henri Berger, 3e édition, 1994, p. 19.

4 De 1860 à 1880, les Européens investissent massivement dans l’économie de la soie (plus de 200 filatures mécaniques dans la montagne).

5 Construction d’infrastructures et de voies de communication : le port est agrandi, une route puis une voie ferrée relient Beyrouth à Damas ; le télégraphe et le gaz de ville installés, le tramway inauguré et les routes dallées.

6 Pross, Jacob Blaich, Gassemann, Café d’Europe.

7 Apparition des premières enseignes en 1843.

8 Nouveau Sérail, jardins publics, hôtel municipal.

9 Élargissement et ouverture de routes, installation d’égouts, construction d’un aéroport, ouverture d’écoles et d’hôpitaux, développement des infrastructures portuaires.

10 Fournié Pierre et Riccioli Jean-Louis, La France et le Proche-Orient 1916-1946. Une chronique de la présence française en Syrie et au Liban, en Palestine, au Hedjaz et en Cilicie, Paris, Ed Castermans, s.d.

11 SOLIDERE : la SOciété LIbanaise pour le DEveloppement et la REconstruction, fondée en 1994, est une société d’exploitation foncière et immobilière qui a été chargée, par l’État libanais, de reconstruire le centre-ville de Beyrouth.

12 Attentat du 14 février 2005.

13 La ville fermée renvoie à la « gated community » américaine.

Selon les travaux de Renaud Le Goix, le terme gated communities désigne des quartiers résidentiels dont l’accès est contrôlé, interdit aux non-résidents, et dans lequel l’espace public (rues, trottoirs, parcs, terrains de jeu...) est privatisé. Ce phénomène immobilier s’est développé massivement depuis les années 1970, devenant un symbole de l’éclatement social de la ville américaine. Ces quartiers représentent aujourd’hui selon les régions de 10 à 30 % des lotissements neufs aux États-Unis, et sont également présents en Amérique latine, en Afrique du Sud, mais aussi en Europe et en Asie. La fermeture physique et la sélection sociale qui président à ces projets posent des problèmes inédits aux métropoles : elles sont les manifestations d’un morcellement de la ville, en communautés homogènes et autarciques, en quête d’une indépendance politique et fiscale préjudiciable à la métropole.

14 En arabe, un souk est un marché généralement situé dans la médina. On y trouve aussi bien de l'alimentaire que de l'habillement, des bijoux, des poteries, etc. Dans les souks, la pratique courante est le marchandage, c'est-à-dire que les prix ne sont pas fixes et qu'il est possible de discuter avec le vendeur pour trouver un prix qui convienne. Les souks contiennent des boutiques, mais également des ateliers et parfois des habitations. Les souks ont occupé l'espace central dans les médinas arabo-musulmanes et ont été au centre de la dynamique urbaine. Zone de rassemblement des activités économiques, l'espace soukier a ses propres caractéristiques qui le distinguent nettement du reste de la ville. Ce patrimoine est en mutation. Il a connu des évolutions et subi des mutations à travers l'histoire, sous le poids des transformations urbaines, économiques et sociales. Voir note 15.

15 Voir note 14. La destruction des souks traditionnels de Beyrouth a fait l’objet de nombreuses critiques et polémiques, tout comme le nouveau projet des Souks de Beyrouth proposé par SOLIDERE au début des années 1990. Le démarrage du chantier avait commencé en 1996 pour être stoppé en 1998 pour six ans. Pour l’heure ce chantier a repris l’inauguration de la partie sud du projet est envisagée fin 2007. Situé exactement sur le réseau des anciens souks de Tawilé, Ayass, el-Franj, Arwane, el-Jamil, les Souks de Beyrouth est un projet extrêmement ambitieux dont le coût de construction est estimé à 120 Md$. Le projet, à terme, totalisera plus de 100 000 m2 de construction. Il comportera : une galerie marchande de 30 000 m2 avec environ 200 boutiques, un grand magasin de 15 000 m2, un hypermarché de 7 000 m2, un souk des bijoutiers de 10 000 m2, un immeuble de bureaux, un complexe de loisirs de 18 000 m2 avec 9 salles de cinéma dont un dôme imax tridimensionnel, de multiples restaurants et cafés, une cité des sciences pour les enfants, un complexe voué aux jeux électroniques et à la réalité virtuelle, des galeries d’art et un musée archéologique. Plusieurs fonctions (espaces de loisirs, grand magasin et restaurants) situées dans la partie nord du projet seront réalisées dans une seconde phase. Par ailleurs, si les Souks de Beyrouth doivent être le poumon commercial du centre-ville, SOLIDERE n’a pas caché sa volonté de faire de cet espace une attraction touristique pour l’élite locale et les ressortissants arabes. À défaut d’avoir un tourisme de masse, la société en charge de la reconstruction du centre-ville mise avec ce projet sur cette forme de tourisme « affinitaire » sélectif et commercial. Ainsi, outre la remise en cause de la définition et de l’identité de l’espace soukier traditionnel, les nouveaux « souks » de Beyrouth ne ressembleront pas à un classique centre commercial clos qui se caractérise par une superposition de galeries marchandes couvertes. Ils se présenteront comme un espace commercial et ludique compartimenté de plusieurs blocs distincts séparés par des rues marchandes parfois couvertes, des allées piétonnes, des esplanades et des espaces verts. Pour l’heure, le coût des loyers n’est pas avancé. Les prix vont toutefois être dans la continuité de ceux pratiqués aujourd’hui dans le centre-ville. Ainsi, les loyers des souks vont sans doute varier de 600 à 1000 dollars le m2 en moyenne. Sans véritable surprise, cet espace accueillera les principales enseignes internationales et locales que l’on retrouve déjà dans la majorité des galeries marchandes de Beyrouth.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 : Un îlot piétonnier d’urbanité traditionnelle : réhabilitation du centre-ville beyrouthin : la place de l’Étoile.
Crédits Edith Fagnoni Novembre 2004
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/322/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Beyrouth : quelques repères dans une ville en reconstruction
Crédits Edith Fagnoni Novembre 2004
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/322/img-2.png
Fichier image/png, 114k
Titre Photos 2 : Beyrouth : une ville en recomposition, destruction d’un immeuble rue de Damas
Crédits Edith Fagnoni Novembre 2004
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/322/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Photos 3 : Paysage de conflits : immeuble bombardé pendant la guerre puis réoccupé sous forme de squat
Crédits Edith Fagnoni Novembre 2004
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/322/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Photo 4 : Une forme de « disneylandisation » des façades restaurées
Crédits Edith Fagnoni Novembre 2004
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/322/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Photo 5 : Un îlot piétonnier d’urbanité traditionnelle : réhabilitation du centre-ville beyrouthin : la rue Maarad, menant à la place de l’Étoile
Crédits Edith Fagnoni Novembre 2004
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/322/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Photo 6 : La patrimonialisation limitée à un marqueur signalétique
Crédits Edith Fagnoni Novembre 2004
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/322/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Photo 7 : Beyrouth : une ville en recomposition. L’immeuble Barakat : les stigmates de la guerre. Pour l’heure la question entre réhabilitation ou destruction n’est pas tranchée
Crédits Edith Fagnoni Novembre 2004
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/322/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Edith Fagnoni et Liliane Buccianti-Barakat, « Le tourisme-loisirs permet-il une réécriture de la ville ? », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 3 | 2006, mis en ligne le 15 septembre 2011, consulté le 20 août 2017. URL : http://tem.revues.org/322 ; DOI : 10.4000/tem.322

Haut de page

Auteurs

Edith Fagnoni

Maître de Conférences - IUFM de Paris
Laboratoire EA M.I.T. 2373
(Mobilités, Itinéraires, Tourismes),
Université Paris 7 - Denis Diderot et Laboratoire C.R.E.T.E.I.L. EGEE 3482
(Centre de Recherche Espace Transports Environnement et Institutions Locales)
Université de Paris XII-Val de Marne
e.fagnoni@wanadoo.fr

Liliane Buccianti-Barakat

Professeur - Université Saint-Joseph de Beyrouth
Responsable de la Section Aménagement Touristique et Culturel - Département de Géographie
Lbarakat@usj.edu.lb

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page