Navigation – Plan du site
Articles

Malanville - Gaya, une dynamique de territorialisation à la frontière Benin - Niger

Malanville - Gaya, a territorialization on Benin–Niger border
Edmond Sougue

Résumés

L’article s’inscrit dans la suite de plusieurs travaux de géographes sur l’importance des facteurs marchands dans l’espace transfrontalier entre le Bénin et le Niger. Il souligne le rôle des villes comme Malanville et Gaya dans la structuration de ce commerce et dans les réseaux d’acteurs au travers de la frontière. Les mouvements de peuplement et les opportunités économiques expliquent l’urbanisation frontalière. Les mobilités quotidiennes, les flux de produits, les réseaux et les circuits économiques entre les marchés urbains et ruraux, et entre les métropoles d’États renforcent le rôle de l’espace de transit et sa fonction marchande. La démonstration va plus loin en considérant que ces pratiques spatiales transfrontalières décrivent une approche de territorialisation dans laquelle la frontière est le principal lien. Le processus territorial s’appuie sur un espace fonctionnel organisé par des lieux anciens et nouveaux, urbains et ruraux, à travers divers réseaux et flux entre ces lieux. La frontière est intensément pratiquée au quotidien et fait partie de l’identité collective du groupe socioculturel Dendi. L’espace peuplé et productif devient donc un support d’identité. Il tend à être institué comme territoire transfrontalier. Mais son exploitation et son aménagement sont influencés par les politiques nationales et régionales de transport et de migration. La polarisation du territoire se renforce ainsi sur le doublet de villes frontalières que la coordination des logiques institutionnelles territoriales doit tenir compte.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’espace transfrontalier compris entre le Bénin et le Niger fait partie des « périphéries nationales » ouest africaines où existent de grandes possibilités d’échanges commerciaux entre pays voisins. Ces périphéries nationales sont marquées également par de forte solidarité entre les populations frontalières victimes de la partition coloniale, interprétée comme l’expression du refus de cette partition (Igué, 1995 ; 57) ou celle de sa bonne utilisation par les populations (Walther, 2008). Elles impliquent donc l’existence d’un espace économique et social autonome qui se développe à proximité de deux ou plusieurs États voisins (Igué, 2006 ; 384‑385). Le dynamisme de l’économie informelle à partir de l’intensité des relations et des échanges commerciaux renforce la formation des marchés relais ou de redistribution. Ces éléments sont favorables à la naissance et au développement de villes frontalières ainsi que des localités déjà existantes. Ces villes- frontières, c’est à dire situées à proximité des frontières d’État, dont l’organisation et le fonctionnement sont influencés par cette présence (Reitel et al., 2002), prospèrent grâce au différentiel existant entre les deux États. Malanville et Gaya sont des agglomérations d’environ 50000 habitants chacune qui se sont développées sur le principal axe routier international entre le Bénin et le Niger. Villes frontalières distantes seulement de 7 km, elles fonctionnent en « villes jumelles » en centralisant un important flux entrant et sortant de mobilité et de marchandises diverses. Ce fonctionnement spatial en espace « autonome » mais connecté avec d’autres espaces et territoires institutionnels pose la problématique des dynamiques de territorialisation.

2Cet article prolonge des travaux sur l’importance du commerce transfrontalier comme pratique spatiale d’appropriation et d’aménagement d’un espace commun par un groupe social identique. Il apporte de nouveaux éléments d’analyse en interrogeant le processus de création territoriale qui ajoute une logique institutionnelle, celle de pouvoir sur l’espace. L’enjeu institutionnel conduit donc à étudier le rôle de la frontière dans la construction territoriale. L’espace commun ici décrit est un espace dans lequel la frontière est un objet spatial d’organisation et déterminant dans le processus d’appropriation et d’aménagement. Comment celle-ci, par ses effets de barrière et d’interface, permet de construire une logique de territorialisation sur un espace dont les pratiques sont marchandes avec des liens entre les lieux multi situés ? En effet, J. Igué et K. Zinzou-Klassou (2010) avancent l’idée que de véritables régions frontalières peuvent se construire à cheval sur deux ou plusieurs États. Les éléments caractéristiques de la structure de ces espaces sont les marchés frontaliers, les villes, les flux, les intenses activités de production et d’échange, les infrastructures et les équipements utilisés collectivement. L’article analyse l’usage marchand de l’espace par les acteurs et les relations entre ces pratiques qui peuvent amorcer un processus de territorialisation que les politiques publiques peuvent considérer.

3Les analyses présentées s’appuient sur des entretiens et des observations de terrain réalisés dans le cadre de travaux de recherche doctorale conduits entre 2011 et 2012. Elles portent notamment sur une soixantaine d’entretiens qualitatifs effectués en novembre 2011, février et juillet 2012 à Malanville, Guéné, Madecali, Gaya, Tanda et Tounouga. Les acteurs interviewés appartiennent à diverses catégories socio professionnelles dont des agriculteurs, des chauffeurs de taxi (auto et moto), des commerçants et des agents de collectivités territoriales et de services de l’État.

4Dans un premier temps, nous analyserons le facteur urbain et démographique qui décrit les liens historiques et commerciaux entre les acteurs et leur espace transfrontalier. Ensuite, nous mettrons en évidence les flux de mobilité et d’échange commerciaux qui entraînent un aménagement typiquement marchand de l’espace. Enfin, la troisième partie analyse le rôle de l’action publique dans la construction territoriale.

1. Le peuplement et l’appropriation sociale : les enjeux de l’interdépendance entre Malanville et Gaya

5L’espace transfrontalier compris entre le Bénin et le Niger dont les principales villes sont Malanville et Gaya est un espace « intermédiaire » au sens d’outil d’analyse proposé par C. Quéva et G. Vergnaud (2009). Ils évoquent l’idée d’espace charnière entre deux systèmes et de médiation entre acteurs, espaces et échelles. L’urbanisation frontalière et les relations sociales transfrontalières permettent de mettre en évidence ces interdépendances.

1.1. Malanville et Gaya, de petites villes motrices d’une urbanisation transfrontalière

  • 1 Les données du plan de développement local de Malanville indiquent une estimation de 48000 habitant (...)

6Malanville et Gaya sont deux petites villes frontalières aux tailles démographiques presque équivalentes (entre 50 000 et 63 000 habitants1 pour les agglomérations urbaines). Elles centralisent plusieurs relations entre elles et avec leur environnement. Chacune de ces deux petites villes polarisent un certain nombre de flux entrant et sortant et joue un rôle dans l’organisation spatiale nationale. Leur dynamique de croissance urbaine tend à les rapprocher de plus en plus et à constituer des espaces urbains frontaliers dynamiques et attractifs dans les extrémités Nord du Bénin et Sud du Niger (carte 1).

Carte 1 : Principales localités de l'espace Malanville Gaya

Carte 1 : Principales localités de l'espace Malanville Gaya

Source : retracée par l'auteur sur fond CEDEAO (CSAO/OCDE, 2005)

  • 2 Source : 4ème Recensement Générale de la Population et de l’Habitat du Bénin en 2013 (RGPH 4, Bénin (...)

7Malanville, chef-lieu de la commune du même nom est la dernière ville au nord du Bénin sur l’axe Cotonou-Niamey. La commune est essentiellement rurale avec une population de 168 0002 habitants en 2013. Son dynamisme économique est fortement lié à son marché, 2ème plus grand marché du Bénin (après Dantokpa à Cotonou) et à sa position frontalière de transit entre le Bénin et le Niger. Ces deux éléments lui donnent une attractivité tendant à accroître les facteurs d’urbanisation. La commune connaît une forte croissance urbaine, 4,55 % par an en moyenne, entre 2002 et 2013, supérieure à la moyenne nationale (3,5 % par an). Sa principale fonction dans la hiérarchie urbaine est une fonction commerciale. Le marché de Malanville centralise la plupart des productions de l’espace rural environnant et même de tout le nord et du centre du Bénin. À cause de cette attraction, des fortes migrations pendulaires relient Malanville aux autres communes et villages environnants tels que Karimama, Guéné, Madecali.

  • 3 Données du RGPH 4, Niger, 2012.

8Gaya, principale ville et chef-lieu du département du même nom, centralise les services urbains du sud du Niger frontalier avec le Bénin. La ville polarise un hinterland rural avec des fonctions administratives et commerciales. Sa situation sur l’axe principal Cotonou - Gaya, Dosso - Niamey et sa position frontalière favorisent un rôle de centre urbain de transit. Le département de Gaya comptait 261 693 habitants en 2012 avec un taux de croissance annuel de 3,4 % entre 2001 et 20123 qui se situe néanmoins dans la moyenne nationale (qui est de 3,9 %). Les relations avec les villages et autres localités, du département de Gaya dont les plus proches sont Tara, Tanda, Tounouga, Bengou, Béllo, se caractérisent par des migrations pendulaires pour les services urbains et le commerce de produits agricoles. Son marché est un marché urbain de consommation et de gros. Il permet de relayer les marchés ruraux environnants et les autres marchés régionaux. Gaya est également un lieu de transit pour accéder aux autres villes du Niamey telles que Dosso, Niamey ou Diffa. C’est également la ville de passage pour aller au Bénin ou au Nigéria.

9Malanville et Gaya sont ainsi les relais de villes plus lointaines dans l’armature urbaine des deux pays et de la région. Le premier niveau hiérarchique est occupé par les grandes villes capitales centres de consommation et émettrices des principaux flux commerciaux et de mobilité démographique comme Niamey et Cotonou. Les niveaux secondaires qui se situent dans l’axe des transports et migrations sont les villes moyennes comme Parakou et Kandi au Bénin, et Dosso au Niger. Malanville et Gaya n’arrivent qu’en dernières positions de la hiérarchie urbaine comme petites villes jouant un rôle de transition entre les marchés ruraux locaux et les grandes villes capitales. Mais, il faut bien considérer que ce modèle fonctionnel de hiérarchie urbaine ne suffit pas à rendre compte de l’organisation de l’espace marchand transfrontalier entre le Bénin et le Niger dont l’économie est caractérisée par un degré élevé d’informalité et d’opacité (Walther, 2007 ; Walther et Retaillé, 2008).

10La situation géographique de ces villes aux périphéries nationales favorise la croissance d’une activité de commerce informel et formel pratiqué sur plusieurs secteurs. Mais le domaine du commerce international de réexportation est celui qui favorise l’émergence d’une centralité urbaine en la connectant aux autres villes de l’Afrique de l’ouest. Les activités d’importation et d’exportation entrainent le développement d’activités logistiques et des infrastructures tels que les ports secs, les plateformes de chargement, les espaces de stockages et l’aménagement de zones de transit. Ces activités se développent du fait de la rupture de charge opérée une fois la frontière béninoise dépassée en direction soit des grandes villes du Niger (Dosso, Niamey) soit du Nigéria. Se développent ainsi dans ces villes frontalières, des infrastructures commerciales et urbaines et des services nécessaires à ce système commercial de transit : services bancaires et de micro finance ; services de transport, de communication et télécommunication, services de transfert d’argent. Tous ces services et activités entrainent à leur tour des emplois diversifiés avec notamment une forte présence des emplois du tertiaire (notamment les transitaires, les douaniers et autres agents des opérations de transit). La taille du marché de Malanville par exemple, et son rôle dans la redistribution des produits agricoles créent des activités de manutentions dues aux déchargements et rechargements des camions. Un noyau de véritables centres urbains de part et d’autre de la frontière se renforce donc dans cet espace. Le commerce local des produits agricoles entraine quant à lui une fonction de polarisation et de redistribution des revenus tirés de la vente des produits vers les campagnes.

  • 4 RGPH 4, 2013. Selon les mêmes sources, la population communale de Karimama est de 66675 habitants.

11En résumé, la diversification des emplois, la taille des agglomérations de Malanville et de Gaya, et leur rôle polarisant ainsi que leur place dans la hiérarchie urbaine, permettent de décrire un processus continu d’urbanisation transfrontalière. Même si les taux de croissance de la population sont plus élevés à Malanville qu’à Gaya, les positions frontalières et de transit s’ajoutent au dynamisme démographique pour expliquer un fort lien entre ces deux villes. Il faut noter d’ailleurs que Malanville, récente ville est devenue aujourd’hui une grande agglomération dépassant Karimama et Guéné pourtant plus anciens. Sa population communale avoisine celle de Kandi (estimé à 177 000 habitants en 2013)4 chef-lieu du département de l’Alibori, une des villes du nord du Bénin. Du côté du Niger, Gaya a plutôt une croissance démographique conforme à la moyenne nationale. Dès lors, on peut identifier un processus d'urbanisation de marge en cours sur ces périphéries nationales. La notion de marge employée par B. Antheaume et F. Giraut (2002) met en évidence les potentiels d'innovations qui caractérisent aussi les acteurs de cet espace « tant sur le plan des pratiques individuelles et collectives que sur celui des arrangements institutionnels ». Plusieurs types de villes émergentes de ces marges mettent en face divers enjeux d’échanges, de commerce, de logistiques et de sécurité alimentaire qui valent l’appellation de villes - marchés ou entrepôt frontaliers (Igué, 2006).

12L’analyse du peuplement de l’espace commun entre ces villes nous permettra de voir que ces liens et activités urbaines s’inscrivent dans un processus d’appropriation collective entamé bien longtemps.

1.2. Le peuplement de l’espace, formation d’une identité collective entre Malanville et Gaya

  • 5 L’article d'O. Walther (2011) détaille cette relation historique entre les Tchenga et les Songhay e (...)
  • 6 Ce qui signifie « venus par le fleuve ». Ce nom servait d’abord à indiquer les Songhay venus du nor (...)

13Le peuplement actuel de l’espace commun entre Malanville et Gaya serait issu d’une alliance entre les Songhay et les Tchenga5. Gaya est une ancienne cité initialement habitée par les Tchenga, peuple agriculteur ou par les Songhay aux traditions guerrières selon divers récits et sources recoupées par O. Walther (2011). L’origine de la composition socio culturelle actuelle Dendi est à rechercher pendant la période de décadence de l’empire Songhay de Gao à la fin XVIIe. Certains des groupes ethniques Songhay partirent de Gao capitale de l’empire, à la recherche d’espaces d’accueil ou de conquêtes. Les groupes Songhay plus conquérants aux traditions guerrières auraient été conduits par les frères Askia jusqu’aux contrés de Gaya et Karimama. Ils se seraient alliés par des moyens divers (soumission et/ou alliances) aux Tchenga vers Tara, Tanda ou Gaya pour former ce que nous appelons actuellement le groupe Dendi6, en référence à l’arrivé des Songhay par le fleuve. D’autres se seraient installés vers Karimama et Kompa sur l’autre rive du fleuve (carte 2)

Carte 2 : Principales localités de l'espace Malanville-Gaya

Carte 2 : Principales localités de l'espace Malanville-Gaya

Source : cartographie de l'auteur, fond de carte Daniel/Dalet d-maps.com

14Ces groupes sociaux ont été rejoints par d’autres peuples tels que les Djerma venant du nord du Niger dans la région de Dosso par les routes de commerce transsaharien et d’autres peuples venus du Borgou (Bariba du nord du Bénin, Gourmantché de l’est du Burkina Faso). Le Dendi compose donc le principal groupe linguistique et culturel dominant aux abords du fleuve Niger localisé en sous-groupes essentiellement à Gaya, Tanda, Tara (au Niger), Karimama, Bodjecali, Guéné (au Bénin) jusqu’aux années 1900. Ce n’est qu’en 1910 à la suite de regroupement des tatas (cases) des pêcheurs dispersés dans la vallée du fleuve Niger en un village appelé « Tassi » que la future agglomération de Malanville voit le jour. Le site situé dans la plaine du fleuve Niger était aussi un espace de pâture pour les peulhs du nord du Bénin. Ces derniers et les pécheurs furent donc les premiers occupants de Malanville que les autres groupes ethniques (Djerma-Songhay, Dendi, Haoussa) ont rejoints. Ainsi de 500 à 600 habitants dans les années 50, la population de Malanville passe à plus de 11 000 habitants au recensement de 1979 et la ville s’étend à Bodjecali (Boluvi, 2004 ; Igué 2006) grâce à l’arrivée d’une nouvelle vague de peuplement composé de travailleurs de l’administration coloniale et du petit commerce naissant. Progressivement des relations inter-ethniques se sont créées entre ces groupes à la suite d’alliance, de métissage et d’influence de l’islam.

15La principale activité économique est l’agriculture compte tenu du potentiel des terres et de la complémentarité des systèmes de productions entre le nord du Bénin, favorable à la culture de céréales ; le sud du Bénin, pour les tubercules et dérivés, et du Niger, pays d’élevage. Cette complémentarité alimentait un commerce trans-fluvial avec comme principaux produits d’échanges les produits agricoles et d’élevage (lait, tubercules, céréales). Ce commerce prend de l’ampleur avec la mise en place des bacs sur le fleuve et la construction du pont en 1958. Elle est aussi à la base de l’attraction d’autres vagues de peuplement, à partir des années 1950 jusqu’aux années 1990. Les peuples Haoussa, Yoruba du Nigéria ; Bariba, Nago du centre du Bénin et d’autres peuples du nord du Togo sont ainsi attirés par les diverses activités de commerce, d’artisanat, et les emplois de manoeuvres au marché, de logistiques dans le domaine du transport. Ceux-ci vont donner une nouvelle dynamique urbaine à Malanville mais aussi à Gaya et au commerce transfrontalier. Le libéralisme économique et le transport sur l’axe Cotonou – Niamey notamment avec la construction du chemin de fer Cotonou-Parakou et une rupture de charge à Malanville vont contribuer à cette attractivité.

16Ainsi la dynamique urbaine et cosmopolite de Malanville et de Gaya prend une ampleur considérable à partir de mouvements de recomposition du paysage socio politique, et économique. La colonisation et par conséquent l’instauration de la frontière étatique ne limitent pas la dynamique. Elle a seulement pour conséquence la création d’espaces nationaux différents ce qui contribue à créer de nouveaux facteurs d’attractivité. Ces espaces de marges continuent d’être des espaces de refuge. Les nouvelles frontières modifient le paysage social et politique notamment le jeu de pouvoir entre acteurs qui contribuera à l’émergence de certains lieux, de certains acteurs et à la disparition d’autres tels que les Tchenga (Walther, 2011). La formation des États nationaux et la création des frontières et le différentiel économique entre les deux espaces voisins deviennent source d’opportunités. L’espace se construit donc localement par une interdépendance entre anciens et nouveaux centres urbains proches tels que Tanda, Tara et Gaya au Niger ; Malanville, Bodjecali, Guéné, Karimama au Bénin. On voit se mettre en place une socialisation de l’espace à partir des migrations entre centres ruraux, et centres urbains en croissance sur les axes transfrontaliers.

1.3. La frontière créatrice d’une identité sociale collective transfrontalière

17L’analyse des entretiens effectués auprès de la population de cet espace transfrontalier montre que la représentation sociale actuelle de l’espace pour ces acteurs est d’abord une représentation de forte appartenance à un groupe social identique. De chaque côté de la frontière, on aime se désigner par « Dendi du Bénin » ou « Dendi du Niger ». Ce groupe Dendi s’approprie l’espace et ambitionne de participer à sa gestion de différentes manières. D’abord, l’expression Dendi est une expression de socialisation et d’identité collective. Ensuite, les habitants s’identifient à la frontière, car ayant toujours fait partie des jeux d’acteurs, des constructions sociales, de leur pratique de mobilité et surtout d’un enjeu en termes d’opportunité économique.

18On note que la frontière n’est jamais évoquée comme barrière, mais interface. C’est un élément de liaison entre les différents groupes sociaux présents. Elle est vécue intensément dans les pratiques et est franchie quotidiennement et plusieurs fois dans la journée par les mêmes personnes. Les raisons essentielles sont d’abord socio culturelles avant d’être commerciales et économiques et la recherche de services complémentaires. Les causes pour visite à la famille, participation à une manifestation sociale, culturelle, traditionnelle (mariage, célébrations de traditions, funérailles…) représentent plus de 60 % des raisons de déplacement. En effet, les habitants de Malanville et de Gaya sont toujours concernés par un évènement familial de part et d’autre de la frontière. Il est très courant de retrouver sur cet espace des membres d’une même famille localisés de part et d’autre notamment entre Malanville, Gaya mais aussi dans les localités comme Guéné, Karimama, Tara et Tanda. Certains acteurs interrogés n’hésitent pas à dire que les populations de Malanville et de Gaya font tous partie de la même famille. Les mariages sont par exemple célébrés de part et d’autre de la frontière et unissent les deux villes. En ce qui concerne la fréquentation des services, il s'agit notamment de services bancaires, de services sociaux (écoles, santé) et culturels pour lesquels les échanges sont fortement intégrés. Les habitants opèrent des choix entre les deux villes pour la satisfaction de leurs besoins, de leur appréhension de la qualité du service ou simplement de sa disponibilité. Les habitants fréquentent de part et d’autre les services de santé et scolarisent de part et d’autre leurs enfants car ils estiment par exemple que la qualité est meilleure de l’autre côté. Par ailleurs, des enseignants béninois ou vacataires vont dispenser des cours à Gaya. Ces interrelations contribuent à une intégration sociale des populations grâce à la proximité et aux possibilités de mobilités.

19Ainsi, les relations étroites entre les anciens lieux et les nouveaux centres urbains font partie de l’identité collective de Malanville et de Gaya. À cela s’ajoute la base linguistique commune et l’exploitation de la frontière comme opportunité économique. Ces éléments font partie aussi de l’affirmation de l’affectif, de la culture commune et de l’économie permettant une appropriation spatiale commune.

2. Les pratiques marchandes et la frontière

20La pratique commerciale détermine une forme d’aménagement informel de l’espace. Les relations commerciales entre les populations et l’utilisation des infrastructures ainsi que la participation au développement de nouveaux équipements participent à une gestion de l’espace qui détermine sa fonction. La façon d’utiliser les réseaux rend certainement compte des tentatives des acteurs d’influencer l’organisation de l’espace, son aménagement et son contrôle. Les marchés, les circuits commerciaux transfrontaliers et les mobilités spatiales participent à ce processus de production d’espace collectif socialisé qui entre dans une logique de territorialisation.

2.1. Le pouvoir organisationnel des marchés et l’ancrage spatial du commerce

  • 7 Cf. divers travaux du Partenariat pour le Développement Municipal (PDM) et du Club du Sahel sur l’a (...)

21L’analyse des pratiques marchandes des acteurs locaux a montré que les réseaux utilisés n’obéissent pas à des logiques institutionnelles connues. Les liens économiques et spatiaux entre la ville et la campagne rurale ont été à la base des modèles de conception et d’étude de l’économie locale connus sous le nom « ECOLOC7 » en Afrique de l’Ouest. Le rôle des villes dans l’organisation de l’espace et l’influence qu’elles exercent sur l’économie rurale et spécialement agro-pastorale a bien été mis en évidence par J.-M. Cour (2000). La notion de régions urbano-centrées, au sein desquelles apparaissent les principales innovations en matière de systèmes de productions et d’échanges, mais aussi de transformations des rapports sociaux, est évoquée pour montrer ces nouveaux espaces organisés par les villes, les marchés et leur zone d’influence rurale. On voit apparaître une naissance de territorialité organisée par un marché central urbain dont l’échelle correspond à celle de la zone d’influence de ce marché et des réseaux informels locaux ruraux.

22Dans notre cas, les centres urbains abritant les marchés sont Malanville et Gaya. Les zones d’influence de ces marchés doubles sont communes et s’étalent au-delà de la frontière en s’entrecroisant dans un espace de plus de 150 km de rayon. Les transactions se font dans le domaine de l’informel. Elles impliquent une relation de clientélisme qui se construit dans le temps long sur la base de la confiance, des liens de parenté ou de partenariats informels voire de solidarité. La relation commerciale se base sur des commandes verbales, de négociations et des régulations informelles des marchés. Les barrières à l’entrée et à la sortie du marché sont régulées par les commerçants organisés en association, syndicats ou groupements informels en complicité avec les agents étatiques. Le marché de l’oignon de Malanville en est l’illustration. Les producteurs de l’oignon du Niger n’ont pas accès au marché de Malanville avant l’écoulement des stocks des producteurs béninois. Ceci permet de gérer l’écoulement des produits et des circuits de commercialisation. Le pouvoir organisationnel des marchés est donc lié à leur fonctionnement, leur emprise spatiale et les relations commerciales et mécanismes informels de gestion qu’ils induisent entre les acteurs.

23La typologie des marchés et des flux entre eux permet de déterminer leur structuration spatiale et les noeuds de l’espace transfrontalier marchand. De manière générale, deux types de marchés frontaliers se distinguent. Les marchés de collecte et / ou d’approvisionnement sont localisés dans les zones rurales de production excédentaire au nord du Bénin et au Sud du Niger. Les principaux lieux de ces marchés sont Madecali, Guéné, Karimama, Bodjekali dans l’alentour de Malanville ; Tara, Tanda, Tounouga, Bengou dans l’alentour de Gaya. Ces marchés locaux organisent la collecte et approvisionnent les marchés urbains ainsi que les circuits transfrontaliers de commercialisation. Le deuxième type est représenté par les marchés de transit ou de redistribution qui sont ceux de Malanville et de Gaya. Ce sont des marchés frontaliers où transitent des produits provenant des localités ou des villages situés dans l’espace d’influence. Les produits ne sont pas destinés exclusivement à la consommation directe mais à être reconditionnés parfois et dirigés vers d’autres marchés de gros ou de consommation. Le marché de Malanville est celui qui a une forte emprise spatiale. C’est à la fois un centre de regroupement et de stockage de produits pour l’intérieur du Bénin d’une part, de transit et de redistribution vers d’autres circuits de commercialisation dans un espace plus grand d’autre part. C’est aussi un comptoir d’importation et de réexportation vers le Niger et le Nigéria de divers produits manufacturiers (Boluvi, 2004). L’espace marchand transfrontalier organise de ce fait différents types de commerces (Stary, 1997) : le commerce traditionnel transfrontalier, frontalier, le commerce de transfert et de réexportation.

2.2. Les circuits commerciaux et la fonction marchande de l’espace

  • 8 Selon une estimation faite lors des séjours de terrain les jours d’animation du marché en juillet 2 (...)

24Le marché de Malanville est le 2ème marché international du Bénin après Dantokpa (Cotonou) en termes de population, de nationalités des agents économiques et de quantités d’échange. Il est spécialisé dans les produits agricoles. Sa position frontalière fait qu’il est accessible aux populations des pays voisins comme le Niger, le Nigéria mais aussi aux populations du Burkina Faso et du Mali. Certains s’approvisionnent en produits agricoles et d’autres y transitent pour accéder aux marchés côtiers tels que ceux de Cotonou et Lomé. Le marché organise ainsi plusieurs circuits de commerce qui vont de l’espace de proximité à un espace beaucoup plus large contenant plusieurs pays. À cet effet, il anime surtout un commerce traditionnel transfrontalier qui s’inscrit dans les anciens courants d’échanges précoloniaux entre les pays côtiers et les pays du Sahel tout en unissant les deux régions frontalières dans des échanges de produits vivriers. Les jours d’animation, du jeudi au dimanche, plus d’une centaine8 de chargements de camions sont effectués dans ce marché vers des destinations diverses essentiellement étrangères (Niger, Burkina Faso, Mali). Les principaux produits sont les céréales m, riz, sorgho, oignons, ail), les tubercules et dérivés (gari, tapioca), sans oublier la kola, et autres produits agricoles (arachides, légumes) (Photo 1). Les habitants des villages environnants convergent aussi vers la ville pour écouler leur production essentiellement agricole en utilisant plusieurs moyens de transport dont charrettes, vélos, marche à pieds, pirogue, moto, camionnettes.

Photo 1 : Chargement de camions au marché de Malanville

Photo 1 : Chargement de camions au marché de Malanville

Source : photographie de l'auteur, 2012.

25Les importants flux du marché de Malanville, son importance économique et la structuration des échanges transfrontaliers entre le Bénin, le Niger et le Nigéria ont été analysés par divers travaux dont ceux de J. Igué (LARES, 1996 - 2003, L'écho des frontières), du Club du Sahel et de l'Afrique de l'Ouest (Chroniques frontalières, WABI/ CSAO-OCDE, 2005-2006) et O. Walther (2008). En effet, en termes de structuration des échanges régionaux et de transit, Malanville entretient des relations étroites avec les marchés intérieurs du Bénin comme Azovè, Glazoué et Parakou et les grands marchés urbains comme Dantokpa à Cotonou. Il est intéressant de noter que certains produits emblématiques locaux s’insèrent dans ces grands circuits internationaux d’échange. Il s’agit notamment de l’oignon qui est la production locale spécifique à l’espace transfrontalier (produit dans la commune de Malanville et dans la région de Dosso). Celle-ci confère à l’espace une spécificité productive qui le fait entrer dans les échanges locaux et internationaux. L’espace devient productif et exploité à cet effet. Il dispose également d’un marché qui permet de le relier à des espaces de consommation et d’échange.

26Quant au marché de Gaya, il se comporte presqu’exclusivement comme un marché de transit dans l’espace transfrontalier. Il sert quelque fois de relai au marché de Malanville pour la réexportation. Les principaux produits proviennent du Nigéria ou du Bénin et sont à destination du Niger ou du Nigéria, en fonction de leur nature et des lieux de consommation. Les produits manufacturiers et les friperies importés sont à destination des villes intérieures du Niger. Ils font partie aussi des produits de réexportation vers le Nigéria et d’autres pays sahéliens comme le Burkina et le Mali. Le marché de Gaya est semblable à celui de Malanville à partir de son fonctionnement en centre – périphéries rayonnant sur un espace rural intérieur au Niger. Cependant, il permet d’alimenter surtout un commerce de transfert s’appuyant sur le passage des produits agricoles d’exportation destinés aux marchés régionaux et un commerce de réexportation vers des États comme le Nigéria. La fonction urbaine de Gaya permet de jouer ce rôle de pôle économique commercial notamment les jours d’animation de marchés avec des flux quotidiens vers les villages voisins. Mais son envergure spatiale est moindre comparée à celui de Malanville. Les plus importants chargements de produits en direction de Gaya concernent les produits d’habillement (friperies et autres textiles provenant de l’Europe, de l’Asie et des États Unis d’Amérique via le port de Cotonou), des produits manufacturiers ainsi que du riz et autres produits industriels alimentaires importés. Ils sont entreposés dans des magasins pour être réexportés. On trouve aussi à Gaya, outre les produits agricoles de faibles quantités provenant des espaces ruraux, des produits manufacturiers (pièces de voiture, de moto, appareils électroménagers et électroniques, parfumeries) provenant du Bénin ou du Nigéria.

  • 9 Selon estimation en 2012 et d’après la mairie de Gaya.

27Au-delà de la place de marché qui centralise ce commerce, c’est tout l’espace urbain qui s’identifie comme une ville – marché, notamment à travers la dissémination d’espaces marchands, de boutiques et de magasins de stockage dans la ville. On dénombre plus de 2009 magasins de stockage (cf. photos 2) de produits de réexportation à Gaya. L’espace urbain est informellement aménagé comme un espace marchand grâce à ces nombreux magasins qui développement des emplois de gardiennage et de manutention. La ville assure ainsi une fonction de transit et d’entrepôt qui détermine les pratiques spatiales des populations. Les marchés urbains et ruraux fonctionnent comme des éléments d’un seul système territorial transfrontalier. Ils déterminent donc le maillage, les nœuds et les réseaux qui produisent le système territorial (Raffestin et al., 1980 ; 134‑137). Les circuits commerciaux qui décrivent ce maillage remettent en cause l’idée de frontière - barrière en articulant différentes échelles spatiales.

Photo 2 : Magasin de stockage de friperies à Gaya

Photo 2 : Magasin de stockage de friperies à Gaya

Source : photographie de l'auteur, 2012.

2.3. Les pratiques spatiales et l’intégration des échelles

28Les liens entre ces marchés locaux ruraux et les marchés urbains déterminent une première échelle d’organisation spatiale marchande autours de chaque ville qui nous amène à poser l’idée d’un processus de territorialisation par le bas. En effet, les acteurs se reconnaissent dans cet ensemble de lieux car ils le parcourent pour leur activité commerciale. Ils s’y identifient car ce sont ces relations qui les lient à leur terre de vie et qui fondent leur identité sociale et culturelle Dendi. À ce niveau, ce sont les produits locaux issus de l’agriculture, de l’élevage, de la pêche et de l’artisanat qui sont concernés. L’échelle nationale et internationale plus large emprunte des circuits longs et inscrit l’espace local dans un espace régional voire mondial. Les produits concernés sont les produits manufacturiers ou d’importation en transit entre les grandes villes capitales.

29Cette imbrication d’échelle met en évidence des rapports sociaux et économiques entre les acteurs du système commercial. Malanville et Gaya constituent avec Camba (au Nigéria) un marché unique (Walther et Retaillé, 2008) reposant sur un espace central urbain transfrontalier. Les marchés du doublet de villes Malanville – Gaya se trouvent par conséquent, dans une configuration de « marchés jumeaux » régulièrement animés par les acteurs commerciaux des villages et villes voisins. On voit se mettre en place une organisation spatiale qui se défini par les pratiques des acteurs transfrontaliers reliant les différents objets géographiques de l’espace. En effet, les représentations mentales des acteurs interrogés sur leur territoire lors de notre étude de terrain comprennent trois principaux objets. La ville (espace habité) représente le lieu de vie et l’habitat. Le marché représente un lieu d’activité économique et sociale par l’achat ou la vente. La frontière représente aussi bien l’appartenance à une nation que l’appartenance à un groupe social transfrontalier. Le processus d’appropriation implique par conséquent, une spatialisation multi scalaire dans lequel la frontière participe aux échanges et à l’urbanisation. L’intégration de ces échelles passe par le développement d’un couloir économique de forte mobilité qui traduit un désencastrement territorial des modes de vie faisant émerger une nouvelle forme de territorialité s’affranchissant des frontières historiques (Jaillet, 2009).

30L’espace Malanville – Gaya s’interprète dans ce système comme un espace de rupture de charge des flux de marchandises sur les deux routes de commerce : la route Nord – sud (Niger- Benin) et la route Ouest – est (Niger- Bénin et Nord Nigéria). L’analyse du circuit formé par les lieux parcourus des transporteurs locaux de marchandises illustre ce positionnement de Malanville dans les échanges régionaux. C’est le point central de départ et d’arrivée des camions transporteurs des marchandises. Ces derniers séjournent du jeudi soir au samedi pendant le temps d’animation du marché. Les chargements sont effectués en produits agricoles à destination du Niger. Du samedi au dimanche, ils sont acheminés au Niger à partir du trajet Malanville – Gaya – Dosso - Niamey ou Tahoua. Le dimanche soir, le camion retourne à Malanville à vide ou avec d’autres chargements (bétails ou autres produits tels que l’oignon du Niger selon les saisons). Du lundi au jeudi, le camion effectue un aller – retour de Malanville vers des villes du sud Bénin (Cotonou ou Lokossa) où il achemine des oignons principalement. Il s’approvisionne au retour, en produits agricoles sur quelques grands marchés des villes du centre tels que Ketou, Bohicon ou Parakou. Les principaux produits transportés sont les tubercules et dérivés transformés (gari, tapioca) ou des agrumes. Ces chargements sont regroupés au marché de Malanville le jeudi soir et d’autres camions venus des pays sahéliens et du Nigéria attendent de charger vers ces destinations. Le cycle recommence ainsi pour les transporteurs locaux tandis que les autres transporteurs majoritairement nigériens, nigérians, ghanéens ou maliens effectuent principalement le trajet Malanville–Gaya - Dosso - Niamey, Malanville – Gaya - Camba au Nigéria ou vers d’autres villes importantes comme Ouagadougou, Bamako, Ndjamena.

31La ville de Gaya organise aussi de façon similaire de tels circuits avec notamment des déchargements de cargaisons à Gaya et rechargement vers le Nigéria. L’espace rempli parfaitement sa fonction de couloir économique de transit. Des trafics illicites notamment de produits pétroliers provenant du Nigéria, des activités parallèles de démarchage, et des activités secondaires de services aux personnes telles que la restauration, les services de transport et le petit commerce font partie aussi de ces flux transfrontaliers alimentant le couloir économique. Les réseaux informels s’en trouvent renforcés et ancrés dans l’espace transfrontalier avec une forme de flexibilité des itinéraires commerciaux et de dynamisme du commerce informel. L’espace devient par conséquent un espace de mobilité et de circulation (Walther, 2008) qui appellent à des aménagements conséquents.

3. La territorialisation : l’espace institutionnel et l’action publique

  • 10 Estimation de l’UEMOA en février 2010 (Cf. UEMOA, Février 2010, Études techniques détaillées des tr (...)

32Les principales infrastructures remarquables du territoire sont essentiellement celles de transport, de contrôle des flux migratoires et de douane ainsi que les équipements marchands. À côté de cela, des aménagements privés se développent pour les besoins des activités économiques. En effet, les formalités douanières et de passage aux postes frontières nécessitent un aménagement adéquat en termes de circulation, de stationnement et des services complémentaires de contrôles douaniers. D’autant plus que le trafic journalier de part et d’autre est estimé en 2010 à 184 véhicules (poids lourds) de transport de marchandises et à une dizaine d’autocars de transport de personnes10. Mais faute d’aménagements suffisants pour gérer l’importance de ce trafic, de nombreux parcs de stationnement plus ou moins construits voire des stationnements « anarchiques » dans les deux villes pour gros porteurs se sont créés. Nous nous intéressons ici à la logique institutionnelle de gestion de l’espace.

3.1. L’intégration régionale par les infrastructures de transport

33L’importance du trafic et le souci de le fluidifier ainsi que de faciliter les contrôles des flux et les formalités administratives aux douanes font partie des objectifs majeurs ayant conduit à la construction du Poste de Contrôles Juxtaposés (PCJ) de douane à Malanville. Cet équipement entre dans le cadre du programme de facilitation du transit routier inter-États de l’Union économique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) entamé depuis 2005 et, de la politique de libre circulation et libre échange de la Communauté des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Le poste de contrôles juxtaposés est une infrastructure régionale utilisée mutuellement par les services de douane et de sécurité frontalière des deux pays voisins. La construction de cette infrastructure a plusieurs portées dans notre analyse.

34D’abord, c’est un exemple de mutualisation de services et d’infrastructures transfrontalières permettant une coopération entre les acteurs locaux et les agents des États. Les services mutuels offre aussi la possibilité d’une utilisation commune par les populations de part et d’autre sans entrave frontalière ni barrière. Ce rapprochement peut favoriser encore plus le sentiment d’appartenance à un espace commun et le besoin de contribuer plus à son développement. Ensuite, elle témoigne de l’emprise des politiques publiques régionales sur un espace local transfrontalier. L’échelle transfrontalière apparaît ainsi comme une échelle d’articulation des niveaux de gouvernance notamment en permettant une coordination des politiques régionales, nationales et locales. On peut affirmer ici que l’espace local subit une influence régionale. C’est un espace d’intégration c’est à dire qu’il permet d’analyser et d’évaluer l’application des politiques régionales d’intégration économique entre les États de l’Afrique de l’ouest à travers les deux organismes qui sont l’UEMOA et la CEDEAO. Il s’inscrit dans un processus de territorialisation avec des projets d’équipements communs, utilisés mutuellement. Déjà la construction du pont sur le fleuve Niger avait facilité la circulation et renforcé la proximité entre les villes. La construction du poste de douane ne fait que renforcer ce rôle intégrateur et unificateur des dynamiques territoriales communes.

35Enfin, la construction du bâtiment abritant des services de pays différents occasionne une nouvelle façon de percevoir l’espace par les populations grâce aux nouveaux aménagements induits dans la ville de Malanville. Le choix du site sur l’axe routier principal sans détour a occasionné le déplacement du marché de Malanville. La reconstruction d’un nouveau marché par la ville et l’attribution de nouvelles places aux commerçants réaménage la ville et revitalise un jeu socio-économique d’acteurs impliquant la collectivité locale, les habitants, les commerçants et l’État. Le marché et les nouveaux aménagements de la ville avec la prévision des espaces de circulations, de stationnement permettent ainsi à la ville de faire valoir son pouvoir institutionnel sur l’espace. Cette influence de l’action publique sur l’espace local met en évidence une complexité territoriale (Picouet et Renard, 2007 : 43) dans laquelle les échelles spatiales sont articulées avec une pluralité des acteurs et de leurs représentations ainsi qu’une pluralité des temporalités de recompositions.

36Pour les acteurs locaux, l’espace est exploité comme un espace d’opportunités économiques qui se superpose à leur espace social de vie. La représentation de l’espace est donc rapidement assimilée à la représentation de la frontière en termes d’accès à une ressource spécifique territoriale qui est la présence de la frontière (Sohn, 2012). La cause principale est l’existence du différentiel de prix, des opportunités de services aux voyageurs et transporteurs et d’emplois dans le domaine du transit et du transport. Ces secteurs de l’économie du transport sont particulièrement importants dans les espaces frontaliers situés sur les grands axes de transport comme les corridors entre pays côtiers et enclavés. Ainsi l’attraction des espaces frontaliers sur les espaces voisins influe en retour sur le processus d’urbanisation.

37L’ensemble de ces problématiques spatiales peut être synthétisé par la figure ci-dessous. (cf. figure 1). On montre ainsi des espaces d’échanges où la frontière ouverte permet de créer un fort lien entre le doublet villes frontalières. Quatre logiques d’échanges sont présentés : mobilité quotidienne, commerce transfrontalier, couloir économique, transit. Elles représentent à des degrés divers, l’importance des mobilités et des liens entre les deux espaces tout en montrant les fonctions marchandes de l’espace commun. L’espace apparaît comme fortement intégré. Il pose néanmoins plusieurs questions de politique d’aménagement du territoire. En effet, chaque État est autonome dans l’aménagement de son territoire national qui s’arrête aux frontières alors que l’efficacité des politiques territoriales dépend des logiques d’interdépendance.

Figure 1 : Mouvement de part et d'autre de la frontière et lien entre les deux espaces d'échanges

Figure 1 : Mouvement de part et d'autre de la frontière et lien entre les deux espaces d'échanges

Source : chorème adapté de Brunet (1990) - espaces de rupture et d'échanges

3.2. L’action publique et la coordination transfrontalière

38La territorialisation est un processus politique d’appropriation spatiale dont les principaux leviers reposent sur : l’identité d’un groupe social, l’existence de frontières définissant les limites du territoire et du pouvoir qui contrôle ce territoire. Elle implique donc l’existence d’un pouvoir défini sur cet espace. Dans le cas de notre espace transfrontalier, la frontière est détermine à priori les limites du pouvoir national sur ces espaces. Mais nous avons vu que l’exercice de ce pouvoir national et local sur ces espaces périphériques est fortement ébranlé par les arrangements informels entre les populations locales, par les forts échanges transfrontaliers sur ces espaces et par la forte mobilité entre populations frontalières. La notion de limite apparaît moins évidente tandis que la frontière – interface avec des effets de synapses (Brunet et al., 1998) est plus réelle par rapport aux représentations et aux pratiques des acteurs. En effet, les échanges transfrontaliers sont d’autant plus importants qu’ils passent par l’intermédiaire de réseaux ethniques bien souvent antérieurs au tracé de frontières ayant séparé les populations apparentées (Pourtier et al., 2010 : 98‑99).

  • 11 Cf. République du Bénin, Programme National de Gestion Intégrée des Espaces Frontaliers du Bénin (P (...)
  • 12 Cf. République du Bénin, Projet d’Agenda Spatial du Bénin, 2013.

39Le processus de territorialisation transfrontalière mis en évidence repose d’abord sur des pratiques spatiales des populations. Il ne peut être complétement aboutie compte tenu des dynamiques sans cesse renouvelées. Mais toute territorialisation implique une institutionnalisation de l’espace et un pouvoir. L’exercice du pouvoir passe, dans le meilleur des cas, par un projet territorial négocié entre les acteurs privés et publics territoriaux. Ce projet du territoire doit s’inscrire dans une interdépendance entre politique locale, nationale et régionale volontariste. Dans l’espace Malanville–Gaya, il n’existe pas de projet territorial transfrontalier. Cependant les enjeux transfrontaliers sont pris en compte par des politiques frontalières en construction. En effet, une politique de développement des espaces frontaliers du Bénin a été adoptée en 201211. Le programme de développement qui en découle s’accorde avec les orientations du projet de schéma national d’aménagement12 sur l’option de renforcement de la solidarité et de la complémentarité avec les pays voisins. Il met l’accent sur l’équipement des espaces frontaliers (y compris la construction des marchés), la promotion de la coopération transfrontalière et le développement des zones et villes transfrontalières partagées avec les pays limitrophes. Sa mise en œuvre entrainerait donc un renforcement de la territorialisation par les fonctions marchandes.

40La politique nationale frontalière s’articule également avec la politique d’intégration régionale en cours à l’UEMOA et à la CEDEAO qui propose également le renforcement des infrastructures permettant des échanges et la coopération transfrontalière. Mais en l’absence d’une politique nationale frontalière au Niger, il est difficile de faire valoir un pouvoir institutionnel sur l’espace transfrontalier Malanville –Gaya. Ce sont les mécanismes d’articulation entre ces politiques nationales et leur prise en compte dans les stratégies locales de planification qui auraient pu favoriser une gouvernance transfrontalière. En effet, le besoin de coordination locale est réel. Les initiatives de coopération entre les acteurs privés telles que celle entre les associations de conducteurs de taxi – moto de Malanville, de Gaya et de Camba (Nigéria) en témoignent. Mais elles manquent d’encadrement et de soutien approprié pour les traduire en projet territorial transfrontalier. Le processus de territorialisation transfrontalière est fondamentalement multi scalaire et permet d’envisager des politiques publiques articulées à différents niveaux de gouvernance qui laissent une place importante aux processus de négociations, de coopération entre populations locales, élus locaux et États.

Conclusion

41L’analyse des pratiques des populations a montré que celles-ci sont organisées autour des activités marchandes qui elles-mêmes sont largement influencées par la proximité frontalière et par l’utilisation des différentiels économiques et environnementaux entre les espaces frontaliers voisins. Le rôle des places de marchés dans les principales villes et leurs relations avec les espaces ruraux est apparu comme un rôle d’organisateur de l’espace selon un modèle de centre- périphéries. Dans ce modèle le centre est composé par un doublet de villes frontalières jumelles entretenant de forts liens. La frontière y joue son rôle d’interface. Elle crée le lien spatial et l’identité collective des populations de l’espace transfrontalier. Elle permet aussi de montrer un enjeu multi scalaire en impliquant une multiplicité d’acteurs. Cette analyse permet d’affirmer par conséquent, que cet espace s’inscrit dans une forme de territorialisation transfrontalière complexe même s’il est trop tôt de parler de territoire transfrontalier. En réalité, il n’existe pas encore de mécanismes de coordination territoriale qui impliquent les acteurs publics dans la mise en œuvre d’un projet transfrontalier territorial. Mais tous les facteurs de territorialisation sont présents.

42Les logiques institutionnelles favorisant l’émergence d’un pouvoir unique permettant de conduire un projet territorial se présentent comme un défi pour les acteurs publics. Pourtant, les thèmes de la frontière et de la coopération transfrontalière font aujourd’hui l’objet de plusieurs projets et programmes de développement. L’interrogation qui en découle est la capacité des acteurs publics à formaliser les dynamiques informelles et à transformer la fonction marchande en véritable stratégie transfrontalière de développement. Les pays frontières ou espaces de développement partagé ne seront des espaces institutionnels d’intégration et de développement que si des mécanismes de coordination territoriale sont institués et appliqués par-delà les frontières en tenant compte des organisations spatiales décrites dans ce texte. C’est l’enjeu majeur pour les politiques frontalières qui restent actuellement légitimes et efficaces qu’à l’intérieur des frontières nationales. Des tentatives sont en cours. Il faut signaler que les politiques territoriales nationales n’ont pas encore totalement intégré la problématique des limites internes (intercommunalité par exemple) avant de s’ouvrir à la problématique de coopération transfrontalière.

Haut de page

Bibliographie

Antheaume B., Giraut F., 2002, Les marges au cœur de l’innovation territoriale : Regards croisés sur les confis administratifs (Afrique du Sud, France, Maroc, Niger, Togo…), Historiens & géographes, 379, pp. 133‑152.

Boluvi G.-M., 2004, Malanville – Gaya, Comptoir commercial et couloir de spéculations. (Pays frontière de l’informel), CSAO/OCDE, (WABI, 2004), 30 p.

Brunet R., Ferras R., Théry H., 1998, Les mots de la géographie, Dictionnaire critique, Édition : 3ème édition revue et augmentée, Montpellier ; Paris, La Documentation Française, 518 p.

Cour J.-M., 2000, Gérer l’économie localement en Afrique de l’ouest : le programme ECOLOC, Annales de la recherche urbaine, 86, pp. 26–28.

Igué O.-J., 1995, Le territoire et l’État en Afrique : Les dimensions spatiales du développement, Paris, Karthala Editions, 282 p.

Igué O.-J., 2006, L’Afrique de l’Ouest entre espace, pouvoir et société : Une géographie de l’incertitude, Paris, éd. Karthala, Hommes et sociétés, 555 p.

Igué O.-J., Zinsou-Klassou K., 2010, Frontières, espaces de développement partagé, Paris, Karthala Editions, 218 p.

Jaillet, M.-C., 2009, Contre le territoire, la « bonne distance » in M. Vanier, Territoires, territorialité, territorialisation. Controverses et perspectives. Actes des entretiens de la Cité des territoires, Grenoble, 7 et 8 juin 2007, « Territoires, territorialité, territorialisation... et après ? », Rennes, Presses Universitaires de Rennes, (Espace et territoires), pp. 115-121.

LARES, 1996-2003, L’écho des frontières. Bulletin régional de suivi des échanges transfrontaliers. Numéros consultés : n° 5 à 12 (1996- 1998) et n° 23 et 27 (2003)

Picouet P., Renard J.-P., 2007, Les frontières mondiales : origines et dynamiques, Nantes, éd. du Temps, 159 - VIII p. de pl. p.

Pourtier R., Borne D., Scheibling J., 2010, Afriques noires, Paris, Hachette, 286 p.

Quéva C., Vergnaud G, 2009, Du territoire à « l'intermédiarité » : essai de réflexions croisées sur les constructions territoriales locales en Allemagne, en France et en Espagne, in M. Vanier, Territoires, territorialité, territorialisation. Controverses et perspectives. Actes des entretiens de la Cité des territoires, Grenoble, 7 et 8 juin 2007, « Territoires, territorialité, territorialisation... et après ? », Rennes, Presses Universitaires de Rennes, Espace et territoires, pp. 141-150.

Raffestin C., Brunet R., Kobler C., 1980, Pour une géographie du pouvoir, Paris, Librairies techniques, (Géographie économique et sociale, 13), X-249-4 f. de pl. p.

Reitel B., Zander P., Piermay J-L., Renard J-P., 2002, Villes et frontières, Economica, Anthropos, collection Villes, Paris, 275 p.

Sohn C., 2012, La frontière comme ressource dans l’espace urbain globalisé. Une contribution à l’hypothèse de la métropole transfrontalière, CEPS/INSTEAD, coll. Working Papers, n° 2012-25, pp. 40.

Stary B., 1997, Réseaux marchands et territoires étatiques en Afrique de l’Ouest, in J Bonnemaison, L. Cambrésy et L. Quinty-Bourgeois, éds. Le territoire, lien ou frontière ? : identités, conflits ethniques, enjeux et recompositions territoriales. Paris : ORSTOM, 10 p.

Walther O., 2007, Villes-frontières et réseaux informels sahéliens (Gaya-Malanville-Kamba), Geographica Helvetica, 1 (7), Jg. 62 Heft 1, pp. 33‑42.

Walther O., 2008, Affaires de Patrons : Villes et commerce transfrontalier au Sahel, Peter Lang, 510 p.

Walther O., 2011, Sons of the Soil and Conquerors : The Historical Construction of the Dendi Border Region (West Africa), CEPS/INSTEAD Working Paper, 20, pp. 28.

Walther O., Retaillé D., 2008, Le modèle sahélien de la circulation, de la mobilité et de l’incertitude spatiale, Autrepart, n° 47, 3, pp. 109‑124.

Haut de page

Notes

1 Les données du plan de développement local de Malanville indiquent une estimation de 48000 habitants en 2009 pour l’arrondissement de Malanville qui regroupe l’aire urbaine. La commune urbaine de Gaya compte 63 815 habitants en 2012 selon le 4ème Recensement Générale de la Population et de l’Habitat du Niger (RGPH 4, 2012).

2 Source : 4ème Recensement Générale de la Population et de l’Habitat du Bénin en 2013 (RGPH 4, Bénin 2013).

3 Données du RGPH 4, Niger, 2012.

4 RGPH 4, 2013. Selon les mêmes sources, la population communale de Karimama est de 66675 habitants.

5 L’article d'O. Walther (2011) détaille cette relation historique entre les Tchenga et les Songhay et les enjeux de pouvoirs socio- culturels et politiques actuels dans la région de Gaya.

6 Ce qui signifie « venus par le fleuve ». Ce nom servait d’abord à indiquer les Songhay venus du nord par le courant du fleuve Niger. Il indique par la suite les ressortissants Songhay, Djerma et Tchenga présents dans l’espace.

7 Cf. divers travaux du Partenariat pour le Développement Municipal (PDM) et du Club du Sahel sur l’approche Ecoloc. Par exemple, Club du Sahel et PDM, 2001, Gérer l’économie localement en Afrique. Evaluation et prospective de l’Economie locale. Manuel ECOLOC Tome 1 Synthèse – 64 p ou F. Yatta, 2006, Villes et développement économiques en Afrique – Paris : Economica 313 p.

8 Selon une estimation faite lors des séjours de terrain les jours d’animation du marché en juillet 2012.

9 Selon estimation en 2012 et d’après la mairie de Gaya.

10 Estimation de l’UEMOA en février 2010 (Cf. UEMOA, Février 2010, Études techniques détaillées des travaux de constructions du poste de contrôles juxtaposés de Malanville au Bénin, Rapport d’avant-projet détaillé. 107 pages).

11 Cf. République du Bénin, Programme National de Gestion Intégrée des Espaces Frontaliers du Bénin (PNGIEF), 2013.

12 Cf. République du Bénin, Projet d’Agenda Spatial du Bénin, 2013.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Principales localités de l'espace Malanville Gaya
Crédits Source : retracée par l'auteur sur fond CEDEAO (CSAO/OCDE, 2005)
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3216/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Carte 2 : Principales localités de l'espace Malanville-Gaya
Crédits Source : cartographie de l'auteur, fond de carte Daniel/Dalet d-maps.com
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3216/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Photo 1 : Chargement de camions au marché de Malanville
Crédits Source : photographie de l'auteur, 2012.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3216/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Photo 2 : Magasin de stockage de friperies à Gaya
Crédits Source : photographie de l'auteur, 2012.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3216/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Figure 1 : Mouvement de part et d'autre de la frontière et lien entre les deux espaces d'échanges
Crédits Source : chorème adapté de Brunet (1990) - espaces de rupture et d'échanges
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3216/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 351k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Edmond Sougue, « Malanville - Gaya, une dynamique de territorialisation à la frontière Benin - Niger », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 28 octobre 2016, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://tem.revues.org/3216 ; DOI : 10.4000/tem.3216

Haut de page

Auteur

Edmond Sougue

Doctorant au LISST-CIEU
Université de Toulouse Jean Jaurès
5 allée Antonio-Machado
31058 TOULOUSE Cedex 9
edsoug@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page