Navigation – Plan du site
Varia

L'urbanisme en question

Éclairage réflexif à partir des stages de Master de l'Université de Strasbourg (1994-2012)
Urban Planning in Question: a Mirror Approach through the Analysis of Master’s Internship Dissertations at the University of Strasbourg (1994-2012)
Dominique Badariotti, Laure Pairet, Jean-Paul Villette, Bernard Woehl et Alexis Conesa

Résumés

Cet article analyse les thématiques et pratiques actuelles de l’urbanisme, telles qu’elles apparaissent au travers des sujets de stages des étudiants en Master de l’Université de Strasbourg, dont on a collationné et étudié les énoncés depuis une vingtaine d’année. On y observe un net glissement qui part de thèmes à dominante plutôt économique, pour aller vers des thèmes valorisant le transport et la mobilité. Cependant, les fondements mêmes de la discipline ne semblent pas bouleversés, puisqu’on observe que la double dimension opérationnelle et d’étude restent des points clefs dans la discipline, confirmant que l’urbanisme demeure dans son essence une discipline de l’action, au-delà de l’évolution de ses points d’intérêt.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Vigano P., 2013, La ville est une ressource renouvelable, interview pour le journal le Moniteur, Le (...)

1« Le métier d’urbaniste est délicat car il touche à la politique, à l’économie, au pouvoir » nous dit Paola Vigano1, grand prix de l’urbanisme 2013. Il est en effet connu que l’urbanisme s’appuie sur de nombreux savoirs au risque de s’y égarer : l’architecture, la géographie, la sociologie, l’économie, l’histoire, la philosophie, les sciences juridiques ou politiques, les sciences de l’environnement, voire la topographie, l’ingénierie civile ou encore les sciences de la santé. Hiérarchisant et filtrant cette liste, D. Martouzet (2002) considère que le noyau dur des disciplines à la base de l’urbanisme (à l’exception des sciences de l’ingénieur), tel qu'il est actuellement constitué, se compose par ordre d'occurrence dans les études et les ouvrages d'aménagement-urbanisme : d'abord de l'économie, de la sociologie, et de la géographie, puis dans un second temps du droit, de l’histoire, de l'écologie et des sciences de la vie, et enfin, de l'architecture.

2Par ailleurs, l’urbanisme est également une discipline en débat. Certes, son invention est récente - elle date de la fin du XIXe siècle (Cerdà, 1867 ; Sitte, 1889) - mais son jeune âge ne préjuge en rien de son extension, puisqu’il a fallu en ce XXe siècle construire des villes de plus en plus grandes et de plus en plus nombreuses tout en reconditionnant les quartiers existants (Giovannonni, 1931). C’est donc une invention récente et très utilisée, mais qui est apparue alors que la plupart des disciplines scientifiques étaient déjà établies sur des champs plus ou moins précis : le débat sur l’urbanisme débute là ...

3L’urbanisme serait une « discipline indisciplinée », comme l’évoquait Daniel Pinson (2004), dans la mesure où il ne référence pas strictement ses emprunts. La chose semble être plus complexe que cela. Pour prolonger ce débat sur le métier d’urbaniste, il peut être judicieux de se livrer à un exercice réflexif, et tenter de voir ce que l’urbanisme dit de lui-même non à travers ses penseurs et ses fondateurs (Le Corbusier, 1963 ; Choay, 1965), mais à travers ses actes. L’idée est cette fois ci de se focaliser non pas sur des grands urbanistes, leurs grandes réalisations, ou des séminaires et réseaux les regroupant, comme le réseau RAMAU (2001), mais du quotidien, des pratiques et des questions d’urbanisme qui se posent concrètement à de jeunes urbanistes et aménageurs en herbe.

4En effet, que pourrait-on apprendre sur la discipline, et sur son éventuelle évolution, à partir de ses propres pratiques, représentées par les sujets de stages professionnels proposés par les employeurs et organismes aménageurs ?

5L’analyse de sujets de stages en aménagement et en urbanisme, issus des formations universitaires et libellés par la profession, est une piste qui semble intéressante pour appréhender une autre réalité de la discipline et de son expression, livrée par des étudiant(e)s et non par des auteurs confirmés.

1. Présentation du lot de données et de la méthodologie

6L’objectif est ici double : il s’agit d’une part, de présenter le lot de données et, d’autre part, de fixer quelques jalons méthodologiques, qui permettront à la fois de mieux faire comprendre cette expérience, et de définir un cadre pour la renouveler dans d’autres universités ou établissement de façon à élargir l’échantillon, consolider et mettre en débat nos résultats.

1.1. 450 stages professionnels en aménagement et en urbanisme

7Le lot de données que nous proposons d’analyser est composé de 450 sujets de stages en aménagement et en urbanisme, réalisés auprès de différents employeurs par les étudiants du Master 1ère année Aménagement Urbanisme et Développement des Territoires (AUDT) de l’Université de Strasbourg entre 1994 et 2012. Cette formation est, dans son principe et de très longue date, de nature pluridisciplinaire, puisqu’elle a été créée en 1982 par un collectif de géographes, de sociologues et de juristes, et des représentants de ces disciplines continuent à intervenir dans le diplôme. Nous précisons qu’il s’agit d’une formation qui n’a pas souhaité à l’époque rejoindre l’Association de Promotion de l’Enseignement et de la Recherche en Aménagement et Urbanisme2 (APERAU) - ce qu’elle vient de faire récemment, la formation ayant été accréditée par l’APERAU et l’Office Professionnel de Qualification des Urbanistes3 (OPQU) en 2013. Cette formation se veut, hier comme aujourd’hui, généraliste dans les domaines de l’urbanisme, de l’aménagement et du développement territorial dans sa première année. Comme pour toutes les formations en urbanisme, le stage professionnel (d’une durée de 4 mois) est un élément essentiel de la formation en ce qu’il permet aux étudiants de se frotter à un terrain, et aux nombreux acteurs de l’urbanisme et de l’aménagement (à commencer par leurs employeurs …) à travers cette expérience. Les stagiaires sont de préférence orientés vers le grand Est, un annuaire des stages réalisés et des organismes d’accueil est d’ailleurs à leur disposition, sans aucune autre consigne quant au choix de la structure, qui reste le choix exclusif de l’étudiant et qui peut bien évidemment s’effectuer en dehors des structures déjà référencées.

8Il est important de noter que les sujets, qui sont analysés, sont des sujets de stage formulés par l’organisme d’accueil. Nous analysons donc bien ici une expression brute de thématiques d’urbanisme ou d’aménagement, formulée par le monde professionnel. C’est ce qui explique aussi que l’échantillon retenu ait été arrêté en 2012 : en effet, au-delà de 2012 - à savoir à partir de l’intégration du diplôme dans les formations accréditées par l’APERAU - les rapports rendus par les étudiants ont pris la forme de « mémoires de stage », avec une formulation du titre contrôlée par l’Université et non plus uniquement par l’organisme d’accueil, ce qui changeait la portée de l’analyse.

9Les individus analysés sont décrits par les variables suivantes : l’intitulé complet du stage, l’année du stage, le sexe du stagiaire, l’organisme d’accueil, le lieu d’exercice du stage, ainsi qu’une classification thématique des stages (en thème 1 - majeur, et thème 2 - mineur le cas échéant) qui a été réalisée par les encadrants de l’année du stage, ce qui correspond donc à une interprétation contextuelle de la thématique et est susceptible d’évolution au cours de la période. Le tableau de la figure 1 montre un extrait du fichier analysé reprenant toutes les variables utilisées hormis le thème 2, et l’intitulé complet du sujet du stage.

Figure 1 : Tableau des variables associées aux 450 sujets de stage

Année

Sexe

Organisme d’accueil

Lieu

Thème 1

1994

Mme

Agence d’Urbanisme

COLMAR

URBANISME PLANIFICATION

1994

Mme

Chambre Consulaire

STRASBOURG

ECONOMIE DEVELOPPEMENT

1994

Mme

Direction régionale

STRASBOURG

ENVIRONNEMENT PLANIFICATION

1994

M

Département

COLMAR

ENVIRONNEMENT DECHETS

2012

M

Département 67

STRASBOURG

URBANISME

2012

Mme

Chambre de commerce

STRASBOURG

TRANSPORT

10Mentionnons aussi que certaines modalités faiblement représentées, mais à la signification proche, ont été regroupées dans le cadre des variables « Lieu » et « Organisme d’accueil ». Par exemple, on a regroupé sous une même modalité intitulée « Commune » les modalités « Hôtel de ville », « Ville », « Mairie » et « Commune » ; de même, nous avons regroupé sous le terme générique « Bureau d’études » l’ensemble des noms renvoyant aux différents bureaux d’étude privés concernés, etc. Précisons aussi que l’introduction d’une gratification obligatoire pour les stages de plus de 2 mois – ce qui est le cas dans cette formation - à compter de 2009 peut introduire un biais dans l’étude, même si nous pensons que ce biais est faible car il ne concerne que l’extrême fin de la période et que ces stages étaient souvent déjà gratifiés avant la mise en œuvre de la loi n° 2009-1437 du 24 novembre 2009 relative à l’orientation et à la formation professionnelle tout au long de la vie, qui a introduit l’obligation de verser une gratification pour tout stage excédent la durée de 2 mois.

1.2. Une méthode d’analyse en deux étapes

11Dans la mesure où notre population est décrite par des variables hétérogènes qui ne se traitent pas avec les mêmes outils, à savoir les variables présentées sur la figure 1 auxquelles s’ajoutent le verbatim des intitulés complets des sujets de stages, nous proposons de faire une analyse en deux temps.

12Il s’agit en premier lieu d’analyser les variables de la figure 1 en utilisant des ressources d’analyse très usuelles, pour mettre en valeur les conditions et caractéristiques des stages (thème, employeur, lieu, etc.), et voir si des dominantes s’en dégagent ou si celles-ci ont évolué dans le temps. Nous ferons cette analyse en effectuant dans un premier temps des tris à plat des variables qualitatives, avant de faire une analyse multivariée qui permettra d’associer des modalités entre elles, ou des périodes à des modalités.

13Le second niveau concerne l’analyse textuelle des intitulés des stages. L’objectif est de voir si des motifs, ou lemmes, particuliers émergent et / ou se détachent au cours du temps de ce verbatim. Par ailleurs, on essayera également d‘effectuer une analyse multivariée factorielle de tous les lemmes répertoriés auprès des 450 sujets, ce qui permettra de voir si des dimensions latentes de l’urbanisme se manifestent au travers de la variété des intitulés des sujets.

2. Contexte et caractéristiques générales des sujets de stage

14L’analyse de la population selon des tris à plat sur chaque variable, hormis l’intitulé du sujet, donne quelques enseignements généraux, mais intéressants.

  • 4 Le Moniteur, 2014, Les urbanistes qualifiés organisent leurs premières assises, Le Moniteur, 28 aou (...)

15En premier lieu, les tris à plat montrent que la répartition par sexe est très équilibrée. En effet, on compte 48 % de femmes et 52 % d’hommes dans l’échantillon, pour une variable qui est souvent beaucoup plus contrastée dans le domaine socio-professionnel. De fait, si nous prenons comme référence le sexe des grands prix de l’urbanisme sur la période analysée, à savoir depuis qu’ils sont décernés (1998), nous obtenons 100 % d’hommes – la première femme, Paola Vigano, n’ayant été primée qu’en 2013, soit au-delà de notre période de référence ! Mais si nous reprenons une statistique de l’OPQU, sans doute plus représentative de la représentation par sexe dans la profession dans son ensemble, on se trouve très proche de la norme puisque l’OQU dénombre 55 % d’hommes qualifiés et 45 % de femmes4 .

16La distribution des années de stage est relativement égale au fil du temps. Cette homogénéité traduit un intérêt constant pour ce diplôme au fil des ans, puisqu’il n’y a pas de « trou d’air » dans les recrutements ; l’absence de pics s’expliquant par le fait que les effectifs admis au diplôme étaient contingentés. Cette homogénéité va nous permettre de créer une nouvelle variable, que nous appellerons « Période », et qui va regrouper les stages selon quatre périodes sensiblement du même volume, à savoir 1994-1999 (123 sujets) ; 2000-2004 (115 sujets) ; 2005 -2008 (116 sujets) ; et 2009-2012 (96 sujets). Cette nouvelle variable nous servira ultérieurement comme variable illustrative dans les analyses, ce qui nous permettra d’identifier des évolutions le cas échéant.

2.1. Une grande variété d’organismes d’accueil dominés par les collectivités locales et les bureaux d’études

17En première lecture, les organismes d’accueil présentent une très grande diversité avec 28 types d’organismes d’accueil différents répertoriés, et cela malgré le regroupement des organismes d’accueil selon des modalités plus générales (Tableau 2) comme nous l’avons expliqué supra.

Figure 2 : type d’organisme d’accueil des stages (effectifs)

Figure 2 : type d’organisme d’accueil des stages (effectifs)

18Néanmoins, si nous opérons à un regroupement supplémentaire de ces organismes par grand type selon leur rôle dans l’aménagement, nous obtenons une hiérarchie très nette, qui fait la part belle aux collectivités locales et aux organismes assimilés (communautés de communes, syndicats mixtes, etc.) avec 184 stages effectués dans ces structures. Viennent ensuite les bureaux d’études privés ou para-publics, avec 130 stages. L’État, et ses structures déconcentrées, arrive loin derrière avec 50 stages à peine. Puis nous relevons les organismes gestionnaires de l’aménagement (parcs naturels, office d’HLM, ...) qui cumulent 33 stages, les stages restants étant dispersés entre plusieurs autres types d’organismes difficiles à regrouper (chambres consulaires, association de quartier, Université, ...).

19Plusieurs enseignements peuvent être tirés de cette observation. Tout d’abord, on constate que la dimension locale (communale ou para-communale, et départementale) des organismes employeurs est forte, au détriment de la dimension nationale représentée par l’État : ceci peut bien évidemment être mis en relation avec la décentralisation et les lois Defferre (1982 -1983), qui ont permuté les rôles, reléguant l’État et ses services déconcentrés au second plan en portant la lumière sur les collectivités locales en matière d’urbanisme et d’aménagement. La présence importante de structures intercommunales est également notable : on peut la rapprocher de la mise en œuvre de la loi Chevènement (1999) sur la simplification de la coopération intercommunale, loi qui a été un succès et qui a progressivement permis de transposer le débat de l’urbanisme et de l’aménagement du niveau communal à un niveau intercommunal, pour les intercommunalités qui ont souhaité franchir ce pas, ce qui n’est pas le cas de toutes. Il convient de nuancer le propos en précisant que toutes les intercommunalités n’ont pas les mêmes compétences en matière d’urbanisme, même si leur montée en puissance est bien réelle.

2.2. Un stage au plus près !

20L’analyse du lieu de stage montre un très fort tropisme à privilégier, la proximité au détriment d’autres espaces. En effet, parmi les trois principales villes alsaciennes, c’est Strasbourg et la Communauté urbaine de Strasbourg (CUS) qui est choisie de très loin en tête. La même logique est d’ailleurs à l’œuvre à d’autres échelles : le Bas-Rhin est préféré au Haut-Rhin, la Lorraine aux autres régions de France, et l’Allemagne à l’Europe, qui elle-même est préférée à l’Afrique (figure 3)

21Certes, ce favoritisme marqué pour le local, et notamment pour Strasbourg, est un effet induit par le fait que les principaux employeurs des stagiaires ont leur siège à Strasbourg : la Ville de Strasbourg, l’administration de la CUS, mais aussi le Conseil général du Bas Rhin (67), la Région Alsace, ainsi que les services déconcentrés de l’État.

Figure 3 : Les lieux de stage (effectifs)

Figure 3 : Les lieux de stage (effectifs)

22Mais cette forte concentration des lieux de stages autour de Strasbourg, du Bas-Rhin, et de façon plus générale dans le Grand-Est (426 stages sur 450) s’explique aussi par la politique spécifique de suivi des stages qui a été mise en place au sein du Master. En effet, un suivi personnalisé de chaque stagiaire est réalisé par un enseignant, avec au moins un déplacement dans la structure d’accueil, ce qui a amené l’équipe pédagogique à restreindre le champ spatial des stages, sauf exception.

23Enfin, la très forte concentration dans la CUS et dans les grandes métropoles alsaciennes s’explique aussi par les contraintes que font peser ces stages sur les étudiants eux-mêmes, du point de vue du logement, voire de l’accessibilité par transport en commun pour ceux qui ne disposent pas encore de leur permis et d’un véhicule individuel. Les lieux accessibles sans changer de logement sont systématiquement privilégiés, au détriment des autres qui correspondent alors souvent à des opportunités familiales ou personnelles, de nature à résoudre le problème du logement et de l’accessibilité.

24Il y a donc plusieurs biais (concentration des organismes à Strasbourg, politique du diplôme et contraintes personnelles) qui expliquent cette concentration particulièrement marquée des stages.

2.3. L’urbanisme avant tout !

25Les thèmes des stages, rappelons-le, ont été codifiés au fil de l’eau, ce qui peut affecter leur cohérence tout au long de la période. Mais il demeure malgré tout intéressant de voir quels sont les thèmes majeurs qui ressortent de l’échantillon (Figure 4).

26On constate que le thème urbanisme » se démarque très nettement de tous les autres thèmes, représentant à lui seul presque 30 % des thèmes des stages. Viennent ensuite une série de quatre thèmes, dont l’importance est forte et représente entre 10 et 15 % : « environnement » (15 %), « habitat et logement » (15 %), « transport et mobilité » (12 %) et « développement » (10 %).

27Par ailleurs, d’autres thèmes, bien que moins représentés, sont également pertinents car ils en appellent à des aspects importants de l’urbanisme et/ou du développement territorial, comme « aménagement » (4 %), « planification » (4 %), « économie » (3 %) « tourisme » (2 %), « architecture » (2 %), « foncier » (1 %) … Certaines disciplines sous-jacentes, ou constitutives de l’urbanisme apparaissent ici nettement.

Figure 4 : Les thèmes des stages (effectifs)

Figure 4 : Les thèmes des stages (effectifs)

28Enfin, certains thèmes tranchent par leur apparente incongruité, comme l’étonnant « agriculture ». Certes, les effectifs sont très faibles, mais ils surprennent par leur originalité et ce même si la question de l’agriculture est bien dans le champ de l’aménagement et de l’urbanisme, comme le pensait déjà Jane Jacobs (1969) qui considérait que c’était les villes qui avaient « inventé » l’agriculture et non l’inverse. Au-delà de ce clin d’œil, il convient de remarquer que cette question redevient d’actualité avec la thématique émergente des quartiers durables et de leurs potagers urbains dans de nombreuses villes, mais aussi avec toutes les réflexions et expériences sur l’agriculture urbaine.

29L’urbanisme et les grandes thématiques sous-jacentes sortent donc nettement du lot lorsque l’on analyse les données sous l’angle de la variable thème 1. Mais qu’en est-il si on entreprend une analyse transversale associant les cinq variables retenues, à savoir sexe, organismes d’accueil, lieux, et thèmes 1 et 2 ?

2.4. Une nette évolution des thématiques d’urbanisme en 20 ans …

30Nous avons entrepris une analyse multivariée des données dites « actives » (Escoffier et Pagès, 1998) afin de mettre en évidence d’éventuelles associations particulières de modalités et de voir si la période du stage, représentée en 4 modalités et introduite en variable dite « illustrative » (Lebart et al., 1997), s’inscrivait de façon significative dans le graphique des axes factoriels (Figure 5).

31Nous insistons sur le fait que cette analyse multivariée n’a pas pour objectif principal de résumer le nuage de points - certes composé de 450 individus mais de seulement 5 variables - de l’échantillon traité en extrayant des axes factoriels : il s’agit bien davantage de représenter dans un même graphique l’ensemble des modalités et de voir quelles associations apparaissent entre ces modalités.

32Par ailleurs, ce graphique permet également d’y représenter la variable illustrative (période du stage) ce qui autorisera, le cas échéant, la matérialisation d’une évolution. Nous rappelons qu’une variable illustrative (ou variable de contrôle selon les terminologies utilisées) est une variable qui est inactivée pour le calcul des axes factoriels, mais néanmoins représentée dans le graphique final, ce qui permet d’analyser son positionnement. La méthode utilisée est une Analyse Factorielle des Correspondances Multiples (AFCM), réalisée avec le logiciel SPAD (Sapporta, 2006 ; Morineau, 1991).

33Nous passons très rapidement sur l’interprétation des axes factoriels, qui n’a pas grand intérêt compte tenu du faible nombre de variables (5) initialement présentées au modèle. Les deux axes qui apparaissent sur le graphique de la figure 5 (axe 1 horizontal et axe 2 vertical) correspondent respectivement à :

  • un axe 1 opposant les thématiques économiques et liées au développement à des thématiques typo-morpho-mobiles comme « l’architecture », le « logement » ou les « transports » en négatif ;

  • un axe 2 opposant des thématiques locales (« quartiers », « transports ») ou environnementales (« rejets »), à des thématiques plus gestionnaires, comme la « gouvernance » et les « services ».

Figure 5 : Aperçu du premier plan de l’Analyse factorielle des correspondances multiples (AFCM)

Figure 5 : Aperçu du premier plan de l’Analyse factorielle des correspondances multiples (AFCM)

34L’élément majeur qui apparaît sur ce graphique est le positionnement de la période, qui est représentée par une ligne brisée cohérente et orientée, qui traverse tout le plan factoriel. Nous insistons sur le caractère particulièrement remarquable de ce positionnement : non seulement la période apparaît comme réellement contrastée, au sein des modalités représentant les stages puisqu’elle traverse l’ensemble du graphique, de droite à gauche et de haut en bas ; mais la dynamique qu’elle traduit est parfaitement cohérente, puisque ce déploiement suit rigoureusement l’ordre de succession des périodes, et respecte donc la chronologie réelle des stages.

35C’est donc bien une évolution que nous avons mis en évidence, qui part de thématiques associées aux années 1994-1999 (quartiers, déchets, environnement, rejets) et 2000-2004 (socio-culturel, agglomération) ; pour aller vers les thématiques actuelles de 2005-2008 (urbanisme) et de 2009-2012 (architecture, logement, transport, mobilité). Fait notable : le développement durable, thème obsédant de l’aménagement et de l’urbanisme introduit par la loi Voynet en 1999, n’apparait pas comme discriminant puisqu’il est au centre du graphique, de même que le sexe qui est pourtant une catégorie habituellement très clivante.

36Le glissement thématique, en 20 ans de pratique, est donc très net. Il traduit une évolution des questionnements des organismes embauchant les stagiaires, qui passent de préoccupations plutôt environnementales ou socio-culturelles en début de période, à des préoccupations davantage urbanistiques et morpho-mobiles en fin de période.

2.5. … qui se retrouve dans la typologie des stages

37Une Classification Ascendante Hiérarchique (CAH) des individus, réalisée à partir des coordonnées des modalités sur les axes factoriels, permet d’aller plus loin en définissant des classes, ou clusters, qui regroupent des individus dont les caractères sont proches, alors qu’ils se distinguent de ceux des classes environnantes. On parlera de classes intra-homogènes et extra-hétérogènes. La classification hiérarchique génère un dendrogramme caractéristique que nous « coupons » à 4 classes (Figure 6), ce qui nous donne la typologie suivante, commentée ci-dessous et représentée sur le plan factoriel en figure 7.

38Le premier cluster « vert » comprend 63 individus et se distingue par une forte surreprésentation des thématiques « transport » et « mobilité » en lien avec « l’urbanisme » et « l’architecture ». Les organismes d’accueil caractéristiques sont des bureaux d’études privés, et la période récente (2009-2012) y est fortement surreprésentée ;

39Le deuxième cluster « rouge » comprend 252 individus et se caractérise surtout par le terrain strasbourgeois avec une certaine prévalence des thèmes « urbanisme », « planification » et « habitat », les employeurs étant principalement les conseils généraux et les agences d’urbanisme. L’année 2005 se démarque particulièrement dans ce cluster ;

40Le troisième cluster « gris » comprend 98 individus et ne s’assimile à aucune période en particulier. Ce cluster est marqué par l’importance des thèmes à connotation prospective et gestionnaire « développement local », « services », « aménagement » et par la prévalence du Bas-Rhin (hors CUS) comme lieu de stage. Ce sont principalement des agences de développement, des communautés de communes et des parcs naturels, qui développent ces sujets de stages ;

41Enfin le dernier cluster « bleu » comprend 37 individus et se rapporte au tout début de la période d’observation, à savoir les années 1994-1999, où les thèmes « économiques » et liés au « développement » étaient dominants. Les employeurs principaux sont les chambres consulaires : chambre de commerce, des métiers ou de l’agriculture.

Figure 6 : Le dendrogramme de la Classification Ascendante Hiérarchique (CAH), avec la coupure en quatre clusters représentés par quatre couleurs

Figure 6 : Le dendrogramme de la Classification Ascendante Hiérarchique (CAH), avec la coupure en quatre clusters représentés par quatre couleurs

42Deux périodes, « vertes » et « bleues », très marquées par des thématiques particulières, se démarquent nettement au sein des quatre clusters : la période verte, à savoir la plus récente, est dominée par les questions morpho-mobiles ; et la période bleue, la plus ancienne, est plutôt dominée par les questions économiques. Les deux clusters restants ne correspondent à aucune période en particulier, mais se différencient surtout par des lieux préférentiels d’exercice (Strasbourg en « rouge », et le Bas Rhin en « gris »), et par des thématiques liées à ces espaces : urbanisme et planification dans le premier cas, et développement local dans le second.

43Il est remarquable de constater que cette classification, malgré tous les biais supportés par l’échantillon, fait ressortir assez nettement deux dimensions fondamentales dans lesquelles s’inscrit l’urbanisme, mais aussi la société, à savoir le temps et l’espace. On observe aussi que les thématiques environnementales, pourtant si présentes dans le domaine – et le débat - actuel de l’aménagement et de l’urbanisme, n’apparaissent pas ici.

Figure 7 : Position des quatre clusters dans le premier plan factoriel.

Figure 7 : Position des quatre clusters dans le premier plan factoriel.

3. Analyse des verbatim des sujets des stages

44L’analyse textuelle est faite en deux temps : dans un premier temps, on effectue une analyse textuelle afin de caractériser les sujets et leur vocabulaire. Dans un second temps on cherche à identifier des spécificités par période.

3.1. Régularité des mots et spécialité des concepts

45L’analyse textuelle des sujets montre une grande variété de mots, puisque 26 % des mots sont distincts (soit 1443 des 5464 mots utilisés dans les 450 sujets). Le vocabulaire utilisé offre donc une palette étendue, garantissant de ce fait la possibilité de bien spécifier les choses …

46Pourtant, lorsque l’on reprend les expressions les plus fréquentes qui apparaissent dans les sujets des stages, nous trouvons des expressions récurrentes qui reviennent assez régulièrement dans les sujets (Figure 8). Ces expressions récurrentes montrent des éléments de vocabulaire que l’on retrouve dans plusieurs sujets. Ils font référence soit à des lieux ou des espaces (Saverne, Bas-Rhin, milieu rural, Vosges, …) qui ont été étudiés dans plusieurs sujets, soit à des éléments d’étude (mise en œuvre, état des lieux, mise en place, prise en compte,…) qui reviennent régulièrement, soit enfin à des concepts de l’urbanisme (plan départemental, développement local, développement durable, renouvellement urbain) qui sont présents dans différents stages.

Figure 8 : Les expressions les plus courantes dans les sujets (effectifs)

Figure 8 : Les expressions les plus courantes dans les sujets (effectifs)

47La dimension « passe-partout » de ces expressions est évidente : elle est telle que l’on pourrait presque en abstraire un sujet de stage type et cohérent. Réutilisation d’expressions courantes en urbanisme, répétition des thèmes : signe de normativité ou simple façon de s’exprimer, spécifique à la profession ? La question est ouverte Cette standardisation des expressions utilisées est une observation marquante, qu’il conviendrait de creuser en élargissant l’échantillon pour voir si la même logique et les mêmes mots surgissent ailleurs.

3.1.1. Des sujets de plus en plus longs …

48Autre élément, on constate que les sujets de stage ont une formulation de plus en plus longue au fil des ans. Ainsi on observe que les intitulés des sujets de stages se rallongent systématiquement au cours de la période d’observation, puisqu’on passe en moyenne de 11,6 mots par sujet en début de période, à 19,2 mots en fin de période, soit près du double (figure.9) !

49Ainsi, les 2 sujets les plus courts sont :

  • Année 1996 no43 : Le moulin Janin ;

  • Année 1996 no 53 : Les entrées de villes.

50Et les 2 sujets les plus longs sont :

  • Année 2012 no 429 : La problématique Mobilité-Achat autour des lieux d‘activités commerciales. Comment évoluent les pratiques liées à l’acte d’achat sur des territoires conçus avec le développement de l’automobile ? Cas étudié : La ville nouvelle de Villeneuve d’Ascq (59) ;

  • Année 2012 no 430 : Concertation, conception, suivi : le maître d’œuvre dans l’avancement des projets. L’intégration de mode de transport dans un espace urbanisé. L’implantation d’un mode de transport novateur afin de lier le périurbain à l’urbain. Création d’une « ville de 150 ha » dans la ville.

3.1.2. … et de plus en plus spécialisés

51L’augmentation du nombre de mots (formes) s’accompagne d’une spécialisation croissante des mots utilisés, puisque les formes distinctes au sein de ces mots sont également de plus en plus nombreuses (figure 9). Les formes distinctes représentent le nombre total de mots utilisés dans les énoncés sans compter les mots redondants entre plusieurs énoncés : elles traduisent ainsi un vocabulaire plus spécialisé que les formes, les mots redondants étant souvent de simples articles ou conjonctions. On compte en effet 4,5 formes distinctes en moyenne par sujet pour la première période pour aboutir à 7,6 formes pour la dernière période, avec une croissance qui se fait progressivement et avec constance au fil du temps. Il ne s’agit donc pas d’une simple croissance de taille des sujets par multiplication d’articles ou d’éléments répétitifs, mais bien d’une augmentation par ajout de termes ciblés et spécifiques.

Figure 9 : Nombre moyen de formes et de formes distinctes par sujet et par période

Figure 9 : Nombre moyen de formes et de formes distinctes par sujet et par période

52On constate de ce fait une tendance à une « technicisation » croissante dans les intitulés des sujets, de plus en plus précisément ciblés. Ce gain de précision peut être interprété positivement, dans la mesure où les missions d’études présentent des énoncés beaucoup plus rigoureux, avec des attendus précisément formulés et qui facilitent le contrôle de la production. Mais on peut aussi le voir négativement comme une forme de bridage de la pensée et du travail d’étude, qui éprouvera certainement quelques difficultés à s’évader du cadre strict ainsi préétabli (Graeber, 2013).

3.2. Spécificités par période

53L’analyse textuelle permet d’identifier des formes qui apparaissent exclusivement à certaines périodes, ou qui y sont fortement sur-représentées. On parlera respectivement de formes caractéristiques, exclusives ou spécifiques. Ces formes s’appuient sur l’identification d’item lexicaux, ou lemmes ou lexies, qui se définissent par une suite de caractères formant une unité sémantique : en général un lemme est un mot, mais cela peut aussi parfois être un ensemble de mots.

54Si la fréquence de citation du lemme observé dans la partie est supérieure à la valeur attendue, selon la distribution théorique de la loi hypergéométrique, et si la probabilité d'apparition est inférieure ou égale au seuil fixé pour le test d’adéquation, alors le lemme est une spécificité positive ou caractéristique. Quelques exemples : « AGGLOMERATION » apparaît 6 fois dans l’ensemble dont 4 fois dans la période 1994-1999, avec une probabilité de 2 %, est caractéristique de cette période ; « DÉCENTRALISATION » apparaît exclusivement dans la période 2000-2004, avec une probabilité de 5 %, est caractéristique de cette période. Le niveau de spécificité est inversement fonction de la probabilité ; « DURABLE » apparaît 10 fois dans la période 2005-2009, 15 fois sur l’ensemble avec une probabilité de 0,2 %, est caractéristique pour cette période, et plus spécifique que « CONSEIL » qui apparaît 4 fois dans cette période et uniquement dans cette période, avec une probabilité de 2 %, bien que « CONSEIL » soit exclusif de cette période.

3.2.1. Un vocabulaire non anodin, spécifique à chaque période …

55L’analyse des lemmes croisés avec la période permet de mettre en évidence des spécificités pour chaque période. Nous n’avons retenu ici que les lemmes qui étaient exclusivement (à 100 %) ou spécifiquement (à plus de 66 %) présents dans une période ou un ensemble de périodes. La figure 10 représente ces résultats, organisés de façon à regrouper les fréquences importantes pour chaque lemme et chaque période. On voit apparaître une structuration identifiable qui permet de constater que les périodes se démarquent nettement les unes des autres sur cette base, ce qui tend à démontrer que les thèmes clefs de stages se déplacent bien au cours du temps.

Figure 10 : Tableau de contingence des lemmes exclusifs ou spécifiques à certaines périodes

Figure 10 : Tableau de contingence des lemmes exclusifs ou spécifiques à certaines périodes

56Commençons par un petit commentaire des données du tableau de la figure 10, en essayant de relever les caractéristiques de chaque période.

57La première période 1994-1999 met en avant les outils d’urbanisme de l’époque (« POS », « révision », « rapport ») qui disparaitront par la suite du fait des réformes de ces instruments, ce qui explique leur exclusivité sur cette période.

58La période 2000-2004 est plutôt locale avec des exclusivités comme « sols », « forêts », « subdivision », et une spécifité comme « décentralisation ». Les lieux cités sont très spécifiques et locaux (« Erstein », « Bischenberg ») et dénotent d’un tropisme particulier de choix de lieu de stage pendant ces années.

59La période 2005-2008 se distingue par la mise en avant de thèmes évoquant la gouvernance (le « conseil », « l’accompagnement ») et la durabilité. On note en effet l’apparition de préoccupations liées au « durable » et au « climat », thèmes qui ont commencé à diffuser beaucoup plus largement dans le milieu de l’urbanisme à cette époque, après avoir émergé une dizaine d’année auparavant.

60La période 2009-2012 évoque à nouveau des lieux particuliers : en l’occurrence, il s’agit de « Berlin », lieu de stage exclusivement représenté sur cette période. La question de la « rénovation » semble également ressurgir à ce moment et constitue une spécificité de cette dernière période. Le type d’organisme employeur ne se distingue pas ici, ceci nous confortant dans l’idée que l’introduction des stages payants en 2009 n’a pas introduit de biais important dans l’étude.

61Si on élargit un peu la perspective, on constate que les lemmes évoquant « l’eau », le « patrimoine », voire le « développement », apparaissent surtout dans les premières périodes, à une époque où les Agences d’urbanisme ont redéfini leur missions pour y intégrer cette dernière dimension. Parallèlement, les dernières périodes sont davantage marquées par des questions liées aux « outils » aux « pratiques » ou aux « aides », mais elles se caractérisent aussi par la montée en force des thèmes concernant la « mobilité ».

62Enfin, certains lemmes présents dans la première période réapparaissent dans les dernières périodes, après un passage à vide. Plusieurs d’entre eux concernent les questions de « l’environnement », de « l’agriculture » et du « rural ». Mais d’autres concernent des thèmes fondamentaux de l’urbanisme comme les mots « projet »ou « aménagement ».

63A travers ces évolutions, on constate que le vocabulaire spécifique, voire exclusif, qui s’attache aux différentes périodes est loin d’être anodin, puisque d’une part, certaines dimension fondamentales de l’urbanisme y transparaissent, et que d’autre part, des évolutions de l’urbanisme, connues par ailleurs comme les modifications de réglementation ou l’apparition de nouveaux concepts et champs d’investigation, y laissent une trace tangible.

64Qu’en est-il à présent si nous cherchons à synthétiser ces informations à l’aide d’une analyse factorielle des unités lemmatisées ?

3.2.2. … qui véhicule néanmoins les dimensions essentielles de l’urbanisme

65Au-delà de la mise en évidence de l’évolution des thématiques de l’urbanisme, qui apparaît assez nettement au travers des analyses menées, une des questions que l’on peut se poser porte sur les impacts de cette évolution sur l’expression fondamentale de la discipline. En d’autres termes, les changements observés au niveau des thèmes ont-ils profondément transformé le positionnement de la discipline, ou au contraire ne s’agit-il que d’une modification de surface, sans impact réel sur ce qui fait la spécificité de l’urbanisme ?

66Pour répondre à cette question, nous proposons d’entreprendre une analyse factorielle des lemmes répertoriés dans les sujets de stage, afin de voir si des tendances communes s’expriment malgré tout au-delà des changements visibles période par période. Cette analyse factorielle va tenter d’extraire les dimensions fondamentales de l’urbanisme, telles qu’elles transparaissent au travers de l’expression de 450 sujets de stages, et à l’aide des 6896 mots employés au total pour formuler ces sujets.

67L’analyse factorielle des sujets de stages et de leurs lemmes donne des résultats à la fois étonnants et convaincants. Ils sont étonnants car elle permet d’identifier assez nettement une organisation tout à fait pertinente selon deux axes, presque de même poids (respectivement 36 % et 33 %), et qui individualisent deux aspects fondamentaux des sujets de stage : à savoir l’évaluation et la réalisation (figure 11). Elle est convaincante en raison du pourcentage de variance total pris en compte : en effet, les deux premiers facteurs expliquent à eux-seuls près de 72 % de la variance totale du nuage, répartis presque à égalité entre les deux dimensions évoquées. Nous ne nous attendions pas à un résultat aussi net, compte tenu des variations des sujets et de leur évolution au cours du temps.

68Pour commenter le résultat de cette analyse factorielle, on identifie d’une part un axe horizontal, que nous avons nommé « évaluer » puisqu’il relève essentiellement de la sphère décisionnelle et du conseil ; et un second axe vertical que nous avons nommé « réaliser », puisqu’il correspond à une activité de gestion opérationnelle.

69L’axe « évaluer » rassemble des lemmes correspondant aux activités « d’évaluation », de « traitement », de « méthodologie » et d’appréciation de la « faisabilité », en positif, caractérisant la période 1994-1999. Ceux-ci s’opposent au « suivi », au « devenir » notamment dans le domaine de la « mobilité » ou de la « qualité », et ce pour les périodes les plus récentes, 2009-2012, mais aussi 2005-2008. Nous sommes donc clairement sur un axe qui se caractérise par l’étude, en amont (diagnostic) ou en aval (bilan, évaluation) du processus d’urbanisme, et qui est de l’ordre du spéculatif, de l’analytique, du discursif.

70L’axe « réaliser » quant à lui se caractérise par des activités « d’action », de « restructuration », recherchant des « déterminants » et que l’on trouve davantage dans la période 2000-2004. Ceci s’oppose à la période 2005-2008, ou l’on parlera davantage de « programme », de « charte », de « réalisation », « d’impact ». D’évidence, cet axe évoque bien plus des actions concrètes d’urbanisme, programmées ou engagées, et correspond donc à une dimension plus opérationnelle ou opérative de l’urbanisme.

Figure 11 : Carte factorielle des unités statistiques lemmatisées

Figure 11 : Carte factorielle des unités statistiques lemmatisées

Conclusion

71Finalement, l’analyse des stages en aménagement et en urbanisme du Master AUDT de l’Université de Strasbourg de 1994 à 2012, et de leurs énoncés, permet de mettre en évidence trois aspects fondamentaux.

72Tout d’abord, l’analyse statistique des thèmes des sujets de stage, associée à l’analyse textuelle de leurs énoncés, montre une évolution nette des thèmes et l’apparition de lemmes spécifiques à certaines périodes, au cours des 18 ans d’observation. Cette évolution véhicule plusieurs choses : une évolution des procédures et des outils, liée à l’évolution des textes cadrant l’urbanisme ; mais aussi une évolution des thématiques porteuses, des questions d’interprétation de l’urbanisme, qui se modifient au cours du temps, passant de préoccupations plutôt économiques et liées au développement, à des questions concernant davantage l’environnement et la mobilité.

73Pour autant, observe-t-on un bouleversement profond de la discipline, au travers de cette évolution sensible des thèmes ? Disons-le tout net : ce bouleversement n’est nullement évident, puisque lorsque l’on recherche les dimensions fondamentales exprimées par l’ensemble des sujets de stages, on retombe sur une segmentation dialogique au fond assez classique de la discipline, mettant en évidence son caractère de science ou discipline appliquée. L’opératif ou opérationnel renvoie à l’action, à la réalisation ; et le spéculatif ou analytique, ou encore discursif, renvoie à l’étude et au discours ; ces deux aspects, complémentaires, apparaissent ainsi comme les deux premiers et principaux axes structurants les intitulés des sujets d’aménagement et d’urbanisme traités ces 20 dernières années par les étudiants de Strasbourg.

74Cette distinction est intéressante car elle renvoie au discours sur notre discipline. En effet, on a très souvent parlé de l’urbanisme comme d’une science, ou d’une discipline, de l’action sur la ville et les territoires (Merlin, 1991). D’où la présence fondamentale d’une conception amont - spéculative et discursive – qui s’oppose à la réalisation aval – opérative et concrète - dans le discours des urbanistes-aménageurs. Il est révélateur de voir apparaître avec netteté cette dialogie fondamentale au terme de l’analyse réalisée. Comme toute dialogie, cette opposition complexe n’est ni réductible ni invalidante : l’opératif relaie le spéculatif, la prospective prépare à l’action, tandis que l’évaluation ex-post suit la réalisation.

75Dernier enseignement, tiré de cette analyse, et sur lequel il conviendrait de s’interroger davantage : l’allongement significatif des énoncés de stages, et la technicisation accrue de sujets de stage au long de la période. La régularité que l’on observe dans ce mouvement d’allongement et de technicisation laisse à penser que nous avons affaire là, à un processus, une vague de fond, peut être une mutation, qui touche la profession. Ce processus est inquiétant car il peut traduire une volonté de contrôle croissant de la thématique même de l’urbanisme, ce qui peut à échéance conduire à une aliénation et une prolétarisation de l’urbanisme, qui pourrait se vider de sa généralité et de sa liberté d’action et de pensée, en se réduisant à une pensée certes pointue, mais trop focale - ou pour le dire autrement plus assez englobante et systémique.

76Il conviendrait de multiplier les études de ce genre, en les appliquant à d’autres diplômes en urbanisme et en aménagement pour voir si nos conclusions et nos craintes, qui tirent leur substance d’une observation essentiellement locale, sont vraiment fondées.

Haut de page

Bibliographie

Choay F., 1965, L'urbanisme, utopies et réalités, une anthologie, Paris, Seuil, 348 p.

Escoffier B., Pagès J., 1998, Analyses factorielles simples et multiples, Paris, Dunod, 284 p.

Graeber D., 2013, On the phenomena of bullshit jobs, Strikes! magazine, 13 août 2013, pp. 10-12.

Jacobs J., 1969, The Economy of cities, New York, Random House, 268 p.

Lebart L., Morineau A., Piron M., 1997, Statistique Exploratoire Multidimensionnelle (Ouvrage référence de SPAD), Paris, Dunod, 439 p.

Le Corbusier, 1963, Manière de penser l'urbanisme, Paris, Gonthier, 201 p.

Martouzet D., 2002, Normativité et interdisciplinarité en Aménagement-urbanisme, RERU, 4, pp. 619-642

Merlin P., 1991, L’urbanisme, Paris, PUF, QSJ, n° 187, 127 p.

Morineau A., 1991, SPAD.N - Logiciel Pour l’Analyse Statistique des Données, Revue MODULAD, n° 6, pp. 27-60.

Pinson D., 2004, Urban planning: an « undisciplined » discipline? Futures, n° 36, pp. 503-513

RAMAU, 2001, Interprofessionalité et action collective, Éditions de la Villette, Cahiers ramau N° 2, 266 pp. 

Sapporta G., 2006, Probabilités, analyse des données et statistiques. Paris, Éditions Technip, 622 p.

Sitte C., 1889, L’art de bâtir les villes, Paris, le Seuil, 1996, 188 p.

Haut de page

Notes

1 Vigano P., 2013, La ville est une ressource renouvelable, interview pour le journal le Moniteur, Le Moniteur, 13 déc. 2013

2 http://www.aperau.org/

3 http://www.opqu.org/

4 Le Moniteur, 2014, Les urbanistes qualifiés organisent leurs premières assises, Le Moniteur, 28 aout 2014

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 2 : type d’organisme d’accueil des stages (effectifs)
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3192/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 3 : Les lieux de stage (effectifs)
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3192/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 4 : Les thèmes des stages (effectifs)
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3192/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 5 : Aperçu du premier plan de l’Analyse factorielle des correspondances multiples (AFCM)
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3192/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 6 : Le dendrogramme de la Classification Ascendante Hiérarchique (CAH), avec la coupure en quatre clusters représentés par quatre couleurs
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3192/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 7 : Position des quatre clusters dans le premier plan factoriel.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3192/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 8 : Les expressions les plus courantes dans les sujets (effectifs)
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3192/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 9 : Nombre moyen de formes et de formes distinctes par sujet et par période
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3192/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 10 : Tableau de contingence des lemmes exclusifs ou spécifiques à certaines périodes
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3192/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Figure 11 : Carte factorielle des unités statistiques lemmatisées
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3192/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Badariotti, Laure Pairet, Jean-Paul Villette, Bernard Woehl et Alexis Conesa, « L'urbanisme en question », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 27-28 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://tem.revues.org/3192 ; DOI : 10.4000/tem.3192

Haut de page

Auteurs

Alexis Conesa

Maître de Conférences
Université de Strasbourg
Faculté de Géographie et d’Aménagement
3 Rue de l'Argonne
67000 Strasbourg
alexis.conesa@live-cnrs.unistra.fr

Articles du même auteur

Dominique Badariotti

Professeur
Université de Strasbourg
Faculté de Géographie et d’Aménagement
3 Rue de l'Argonne
67000 Strasbourg
dominique.badariotti@live-cnrs.unistra.fr

Laure Pairet

Maître de Conférences
Université Picardie Jules Verne
Institut d’Administration des Entreprises
Pôle universitaire cathédrale
10, Placette Lafleur
BP 2716
80027 Amiens Cedex 1
laure.pairet@u-picardie.fr

Jean-Paul Villette

Maître de Conférences
Université de Strasbourg
Faculté des Sciences Économiques
61 Avenue de la Forêt Noire
67000 Strasbourg
villette@unistra.fr

Bernard Woehl

Maître de Conférences
Université de Strasbourg
Faculté des Sciences Sociales
Bâtiment Le Patio
22 rue René Descartes
bernard.woehl@unistra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page