Navigation – Plan du site
Articles

La ville de Djibouti entre intégration aux enjeux mondiaux et fragmentation urbaine

The city of Djibouti, between globalization and urban fragmentation
Moustapha Nour Ayeh

Résumés

La ville de Djibouti, créée ex nihilo en 1887, a toujours été un point de jonction entre l'Afrique, en particulier les hautes terres enclavées de la région, et le monde. L’enclavement de l’Éthiopie suite à l'indépendance de l’Érythrée en 1991, la montée de l'islamisme et la désintégration de la Somalie, ainsi que la montée en puissance des bases militaires occidentales, ont contribué à l’affirmation de la ville sur la scène régionale. Cette affirmation a permis une redynamisation de l’économie urbaine, avec un taux de croissance moyen dans la décennie 2000-2010 de 5 % par an et des prévisions à 6 % par an pour la décennie en cours. Les investissements étrangers, qui se concentrent surtout dans le secteur des transports, commencent à remodeler la physionomie de la ville. Le paradoxe est que ces performances, du moins macroéconomiques, ne s’accompagnent pas d’une d’un apaisement des rapports sociaux, en grande partie à cause d’une mauvaise gouvernance. La paupérisation du plus grand nombre et la violence diffuse sont en effet de plus en plus prégnantes dans la ville de Djibouti, officiellement forte de 475 000 habitants.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Vicomte auvergnat, retenu par l’histoire comme fondateur de la ville de Djibouti.
  • 2 « Djibouti : Afrique vivante » Reportage spécial, revue missionnaire catholique. N°23. 1967

1C’est autour de son port que s’est développée Djibouti, une ville atypique dans le contexte régional puisqu’elle fut créée ex nihilo par cette forme de mondialisation que fut le mouvement colonial du XIXe siècle. La présence française remonte pourtant à plus de deux décennies avant sa création. Lorsque la France acheta Obock à un sultan local en 1862, cette implantation ne suscita que l’incompréhension du rival anglais qui considérait le lieu d’un intérêt dérisoire tant d’un point de vue maritime qu’économique. La France délaissa d’ailleurs cette possession pendant vingt ans, malgré le percement du canal de Suez et la revalorisation stratégique de la région, jusqu’à ce qu’elle prenne conscience des conséquences néfastes de sa dépendance vis-à-vis des Anglais à Aden, seul point d’appui de toutes les marines occidentales en route pour l’Asie. Les prédictions anglaises à propos de la médiocrité du site d’Obock se réalisèrent vite et c’est sur le site de Djibouti que se reporta l’attention française. « La légende rapporte que lorsqu’il visita la première fois l’emplacement de Djibouti, il [Léonce Lagarde1] n’y trouva qu’un chacal en train de mourir de faim sous un épineux rabougri2 ». Cette ville improbable fut qualifiée tour à tour et parfois simultanément de confetti de l’empire colonial français, de débouché naturel de l’empire d’Éthiopie et de verrou de la mer Rouge.

2Djibouti survécut au départ de l’administration française en 1977 tout en permettant au pays qui dépendait de ses maigres ressources de n’être plus contesté par ses voisins, du moins officiellement. On évoque même au détour de l’actualité, dans les pages économiques ou géostratégiques (Styan, 2013), l’émergence du nœud économique de Djibouti en Afrique de l’Est. La ville est en effet entraînée par le mouvement d’ouverture à marche forcée des économies mondiales. Mais s’il est indéniable que le destin de Djibouti est lié à la mondialisation, la ville doit mécaniquement subir les conséquences du triomphe du modèle néolibéral, fondement idéologique de la mondialisation. Cette ouverture des économies est souvent imposée de l’extérieur par les bailleurs de fonds (FMI, Banque mondiale, créanciers publiques ou privés) pour ses vertus supposées sur les pays et les villes (augmentation de la concurrence, assainissement des finances publiques, affermissement de la croissance par exemple). Mais ce processus est aussi décrié comme accompagnant ou même instaurant de nouvelles inégalités, favorisant l’explosion d’une pauvreté insoutenable dont les bidonvilles ne sont que la partie visible. Le mécanisme de cette dérive inégalitaire prend racine dans l’affaiblissement des États et, pour le cas de l’Afrique, dans leur retrait pur et simple. La traduction de ces inégalités sur le plan social et sur le plan spatial, au sein des villes, est une accentuation de la fragmentation urbaine, un processus qui transforme une ville cohérente en plusieurs cités aux trajectoires fortement dissemblables, au point de devenir antagonistes (Jaglin 2001, Navez-Bouchanine 2002).

3Née d’une forme de mondialisation (l’expansion coloniale), la ville de Djibouti peut être vue par conséquent comme un laboratoire d’étude des liens existant ou supposés exister entre villes et mondialisation. Une étude de son mode d’insertion dans le mouvement de globalisation qui a saisi la planète à la suite du triomphe du néo-libéralisme anglo-saxon est donc nécessaire pour dégager les particularités djiboutiennes. Il faut par d’ailleurs se questionner sur l’intérêt que les capitaux internationaux et les flux mondialisés peuvent trouver dans cette ville, et finalement se demander dans quelle mesure l’exposition au monde de cette ville portuaire amène comme ailleurs à une décomposition/recomposition des structures sociales et du tissu urbain, par l’explosion des inégalités. La ville, dans son processus de modernisation, gère-t-elle ou accentue-t-elle ce risque inhérent à l’évolution contemporaine de l’économie mondiale ?

1. Une intégration de plus en plus poussée aux flux mondialisés (2002-2013)

  • 3 La ville concentre 60 % de la population du pays, pays à qui elle a donné son nom.

4Durant la décennie 1990, on s'interrogeait sur une faillite pure et simple de la ville et donc du pays3. Cette situation arrivait après trois décennies d’atonie économique, à la suite de la crise de Suez et de l’annexion de l’Érythrée par l’Éthiopie, ce qui supprimait le mythe fondateur de la ville de Djibouti comme débouché naturel de l’empire d’Abyssinie. La crise économique, sociale et même identitaire qui a étranglé Djibouti est à l’origine de la guerre civile du début des années 1990. Cette guerre, que les Djiboutiens ont toujours du mal à évoquer sereinement, a plongé le pays et sa capitale dans une décennie noire (1991-1999). La décennie suivante (2000-2010) est étrangement bien différente. Le changement d’ambiance est radical et un vent d’optimisme souffle désormais, alimenté par les annonces répétées par le gouvernement de futurs grands travaux. On pourrait penser que Djibouti a changé de cap, de structure économique et en fin de compte de destinée. Mais qu’en est-il réellement ?

1.1. Un nœud de communication performant aux services des puissants

5La ville de Djibouti demeure avant tout un centre logistique de plus en plus incontournable dans cette partie du continent. Le développement de ses activités portuaires à un rythme accéléré depuis dix ans, permettant l’émergence de Djibouti comme hub portuaire de premier plan en Afrique de l’Est, a été permis par la conjonction de deux facteurs favorables et concomitants : la situation géopolitique de la Corne de l’Afrique, découlant de la guerre Éthiopie-Érythrée (1998-2000), et la prise de contrôle, en 2000, du port international par Dubaï Port World (DPW).

1.1.1. Un contexte géopolitique favorable : l’enclavement de l’Éthiopie et la balkanisation de la Somalie

6Deux événements, d’une importance géopolitique de premier ordre pour la région, deviennent pour la ville deux chances inespérées : l’enclavement de l’Éthiopie à la suite de l’indépendance de l’Érythrée et la balkanisation de la Somalie.

7Dans les années 60, l’Éthiopie a commencé à utiliser les ports d’Erythrée, pays qu’elle venait d’annexer, abandonnant ainsi son débouché historique qu’était la ville de Djibouti. La guerre d’indépendance menée par les maquisards érythréens de 1962 à 1991 contre l’occupation éthiopienne n’a en rien changé cette situation. Le retrait hors de la région de l’URSS et de ses alliés du pacte de Varsovie, deux entités qui portaient à bout de bras le régime marxiste d’Addis-Abeba depuis 1974, a livré l’Éthiopie aux diverses rebellions. La rébellion érythréenne, l’une des principales, profita de l’effondrement du pouvoir central pour proclamer sa victoire et la restauration de l’Érythrée dans les frontières de la colonie italienne d'Érythrée, privant de ce fait l'Éthiopie d’un littoral et la replaçant dans son enclavement historique (Figure 1). C’est donc l’indépendance de l’Érythrée en 1993 qui offrit une chance à la ville de Djibouti. La guerre entre les deux voisins en 1998y fut vécue comme une bénédiction car, du jour au lendemain, la longue frontière éthio-érythréenne devint totalement infranchissable et l’est restée jusqu’à ce jour.

8Lorsque l’Éthiopie perdit sans accès à la mer, elle ne put compter sur le principal pays maritime de la région : la Somalie (Figure 1). Ce pays est en effet livré aux chefs de guerre et aux milices claniques depuis la chute de la dictature du général Siad-Barré en janvier 1991. La guerre par procuration que mènent l’Éthiopie et l’Érythrée sur le sol somalien (chacune soutenant un clan différent) et l’arrivée de djihadistes étrangers ont fini par produire une crise humanitaire désastreuse. La façade maritime somalienne est donc difficilement utilisable, sauf pour les pirates et autres contrebandiers.

Figure 1 : Enjeux portuaires et pétroliers en Afrique de l'Est

Figure 1 : Enjeux portuaires et pétroliers en Afrique de l'Est

Cartographie : Nour Ayeh 2014.

9Ces tensions régionales, dont Djibouti reste une spectatrice sous protection française, renforcent la ville-État. L’Ethiopie, qui est le principal pays de la région en termes économiques et démographiques, en est complètement dépendante. Pourtant, l’ex-empire d’Abyssinie a pu obtenir de Djibouti un accord lui garantissant l'accès à la mer sans restrictions. Paradoxalement, dans ce partenariat d’obligés, la République de Djibouti se trouve plutôt en position de dépendance devant le géant éthiopien qui absorbe 80 % du trafic portuaire, au point que le ministre éthiopien des Affaires Étrangères, en défendant le projet de fourniture d’eau à Djibouti devant le parlement éthiopien, a pu affirmer que « Djibouti n’est pas simplement un pays voisin, c’est notre pays4 », sans que cela provoque de remous dans les rues de Djibouti. Cette orientation des flux éthiopiens vers Djibouti-ville a coïncidé avec un développement assez soutenu de l’économie du grand voisin. L'afflux de marchandises éthiopiennes a rapidement saturé le vieux port autonome (Photo 1), situé au nord de la ville, obligeant les autorités portuaires, à rechercher des investisseurs étrangers pour construire un nouveau port.

1.1.2. Capitaux et contrôle de Dubaï

10Au moment où Djibouti était à la recherche d’investisseurs de rang mondial tout en obtenant l’exclusivité du commerce extérieur éthiopien, « Dubaï (…) voulait une tête de pont en Afrique où elle pourrait y exporter ses services dans le management des ports [et] des zones franches5 ». En 2000, les deux parties conclurent un accord de coopération. La principale clause de cet accord de partenariat était la prise de contrôle (sous forme de concession) du port international de Djibouti, par Dubaï Port World (DPW), pour 20 ans.

11Les investissements de DPW ont été colossaux à l’échelle de la ville et même du pays. Quelque 700 M$ ont été investis pour moderniser les infrastructures ou les créer ex nihilo. Mais la mise à niveau du port de Djibouti, situé au bout de la presqu’île, ne suffit pas à absorber un trafic éthiopien en croissance. Les autorités portuaires (autrement dit Dubaï) perçoivent la ville comme un obstacle coûteux du fait de la congestion qu’elle entraîne. D’où l’idée d’affranchir le port de la ville par la création d’un complexe portuaire à Doraleh (à 12 km de Djibouti). C’est ce complexe qui a absorbé l’essentiel des investissements consentis par Dubaï. La dialectique liant dans le même destin les deux entités (la ville et son port) n’est pourtant pas effacée ; le port de Doraleh est en passe de structurer un nouveau pôle urbain complémentaire de l’ancienne ville, bien à l’ouest de l’agglomération.

  • 6 Source containerization international yearbook, 2012, CNUCED 2012

12Aujourd’hui, les ports traitent plus de 11 millions de tonnes de marchandises et visent les 20 millions de tonnes à moyen terme. Les deux terminaux à conteneurs se classent, en termes de flux de boites, à la troisième place en Afrique subsaharienne (juste derrière les ports de Durban et du Cap6). Cette métamorphose, bien visible dans le paysage urbain, a accentué l'écart entre les ports de Djibouti et ceux des pays voisins. Ce changement ne concerne pas uniquement l’espace portuaire, c’est toute la ville qui est gagnée par l’onde de choc venue du port (Photo 2). On peut dire que c’est par l’intermédiaire de Dubaï que la ville de Djibouti a accédé à une nouvelle phase de la mondialisation.

Photo 1 : Le terminal à conteneur de l'ancien port de Djibouti

Photo 1 : Le terminal à conteneur de l'ancien port de Djibouti

Photo : P.Villecroix, 2005.

13Les investissements de Dubaï ont attiré d’autres investisseurs, soudain conscients de l’importance que prenait Djibouti-ville. Ainsi, le 29 décembre 2012, « China Merchants Holdings, un conglomérat basé à Hongkong, a paraphé un accord pour prendre 23,5 % de participations au capital de la nouvelle société Port de Djibouti SA (PDSA) pour 185 millions $7 », faisant de cette holding un autre partenaire stratégique qui n’a pas tardé à se montrer actif dans les nouveaux projets en cours, dans le but de mieux assoir sa présence récente. À terme, tout le golfe de Tadjourah du nord au sud sera parsemé d'installations portuaires. Le coût total de ces grands travaux avoisinent les 5,8 milliards de $ (soit 5 fois le PIB pays en 2014du pays).

14L’intérêt, tout récent donc, des investisseurs étrangers pour la ville de Djibouti est souvent mis au crédit de la stabilité dont jouit cette ville. Le fondement de cette stabilité a été sans doute l’importance des bases militaires occidentales présentes dans cette ville.

Photo 2 : transformation urbaine et expansion du secteur financier

Photo 2 : transformation urbaine et expansion du secteur financier

1 : tour n° 1 business center - 2 : siège de la Salaam Bank - 3 : siège de la Saba bank

Photo : Nour Ayeh, 22 novembre 2014.

1.2. Une ville caserne

  • 8 Bernard Giraudeau, 2009, Cher Amour, Paris : Editions Métailié, p214-215

15De son caractère de ville-garnison, la ville de Djibouti a tiré une image sulfureuse. Toutes les représentations que l’on peut avoir d’une ville militaire et portuaire, avec ses espaces en marge, sa culture et ses milieux interlopes sous une chaleur de plombs, sont accolées à Djibouti. Cette ambiance transpire des écrits des voyageurs et écrivains, comme Bernard Giraudeau dont le premier souvenir une fois débarqué ici est « une pute dans un petit bordel sordide » qu’il compare à « une chanteuse d’opéra en tournée dans les bordels d’Afrique8 ».

16Cette image, qui n’est plus vraiment d’Épinal, trouve sa source dans la présence française à Djibouti, qui fut d’abord militaire. Une bonne partie de la ville était d’ailleurs une emprise militaire française (quartiers du Héron, de Boulaos et de l’Aviation, figure 2), qui s’est réduit d’année en année. Aujourd’hui, la France entretient à Djibouti quelques 1 900 hommes9 (contre 4 300 en 1978) établit seulement dans deux quartiers (Héron et Aéroport). En visite à Djibouti les 26 et 27 juillet 2015, le ministre français de la Défense J.-Y. Le Drian a annoncé une nouvelle réduction des forces françaises stationnées à Djibouti. A l’horizon 2017, il ne restera que 1 300 militaires français basés dans cette ville. Elle restera tout de même son principal point d’appui stratégique en Afrique. Le coût de cette base pour la France est difficile à évaluer et se situerait à 1 G FF, soit 150 M€ (Boucheron, 2000 : 63) à l’État français. Cette lourde présence française a eu un effet géopolitique considérable. Elle a sanctuarisé Djibouti, lui permettant d’échapper au chaos de la Corne de l’Afrique alors même que la ville se trouve à moins de 30 km de la frontière somalienne et à 70 km de celle de l’Éthiopie. Pourtant, la présence française décline régulièrement depuis l’indépendance, le dernier épisode de cette érosion étant le départ de la Légion étrangère, transférée dans les Émirats arabes unis en 2011.La décrue continue des troupes françaises a souvent fait souffler des vents de panique sur la ville depuis 1977.

17Mais cette décrue est maintenant largement compensée par l’arrivée d’autres acteurs, et particulièrement des Américains. En 2001, les États-Unis choisissent en effet Djibouti, plus proche du Moyen-Orient que le Kenya et mieux disposée à l’égard de l’occident que l’Érythrée, pour implanter leur seule base militaire sur le continent africain. Sans transférer l’Africacom qui demeure en Allemagne, les États-Unis stationnent environ 2 70010 hommes (sans compter tous les contractuels civils américains) qui ont pour mission officielle de contrer les activités des islamistes au Yémen, où opère Al-Qaeda péninsule arabique, et en Somalie, où le mouvement islamiste a été complètement cannibalisé par les djihadistes internationaux au détriment des nationalistes. Cette base prend en charge aussi la surveillance de toute l’Afrique centrale et de l’est ainsi qu’une partie du Moyen-Orient. Le Japon, en envoyant « 700 hommes, deux frégates et deux avions de reconnaissance P3C Orion11 » à Djibouti ville, devient en 2010 la troisième nation à y entretenir une base militaire étrangère. L’Italie a entamé des négociations pour construire la sienne près de l’aéroport de la ville. Plusieurs sources (dont bruxelles2) laissent penser que ces négociations sont largement entamées et devraient être couronnées de succès. Les Allemands et les Espagnols, sans chercher une présence permanente sur le sol de la ville, l’utilisent quand même comme point d’appui pour leurs marines déployées dans l’océan Indien, toujours officiellement, dans le cadre de l’opération Atalante de lutte contre la piraterie de l’Union européenne. Les marines russes, chinoises, indiennes et iraniennes utilisent aussi les facilités portuaires. L’annonce en mai dernier, par le gouvernement de Djibouti, de négociation avec Pékin pour l’établissement au nord du pays d’une base chinoise (certaines sources avancent au moins 10 000 militaires chinois12), a encore tourné les projecteurs sur Djibouti. Cette annonce a d’ailleurs suscité des inquiétudes de la part des partenaires occidentaux de Djibouti, surtout les États-Unis13.

  • 14 Hermant G., 2014, monétiser la présence étrangère : le jeu dangereux de Djibouti, Médiapart 16 octo (...)
  • 15 Restaurant « La Chaumière », place du 27 juin.

18La ville est donc aujourd’hui en passe de devenir le point de jonction des intérêts des grandes puissances, ce qui lui permet d'affirmer son rôle au détriment de la ville d'Aden (qui jouait ce rôle depuis le XIXe siècle). Néanmoins, cette concentration n'est pas sans risques pour la ville14. Devenue l’outil primordial de lutte contre les islamistes de la région, comme les Shebabs somaliens, elle est aussi la cible de ces mêmes islamistes. L’attentat du 24 mai 2014, qui visait un restaurant15 fréquenté par les Occidentaux et qui a fait trois morts (dont un expatrié turc) et une vingtaine de blessés (français, néerlandais et espagnols), a mis en évidence ce nouveau risque encouru par la ville.

1.3. D’énormes retombées financières mal reparties

  • 16 20 millions $, voir article ci-dessus.

19Cette présence militaire étrangère se traduit par de substantielles retombées financières. Les trois pays déjà installés versent environ 30 M$ chacun de frais de location. Plus de 100 M$, et peut-être 120 M$ si les négociations aboutissent avec l’Italie, sont donc directement versés dans les caisses de l'État, et non dans celles de la mairie. Aux loyers des bases s’ajoute l’aide publique au développement que les locataires apportent à Djibouti. Par exemple, l’aide japonaise a été multipliée par 1016depuis que ce pays a installé une base militaire à Djibouti.

  • 17 Direction nationale de la statistique, RGPH 2009.

20Par ailleurs, ces bases dynamisent les activités portuaires et aéroportuaires. Elles adressent aussi régulièrement des commandes de biens et services aux commerçants locaux, tout en étant désormais les secondes pourvoyeuses d’emplois pour la ville, après l’État. En effet, de nombreux de Djiboutiens y travaillent directement et beaucoup d’autres en dépendent indirectement, ce qui n’est pas rien dans un pays où l’on compte 56 814 travailleurs pour 87 91617 chômeurs déclarés.

  • 18 La Somalie n’est pas classée.
  • 19 Transparency international fournit un indice composite sur la perception de la corruption.

21La ville de Djibouti est donc intégrée aux enjeux du monde contemporain, au point que le modèle de développement envisagé par les dirigeants djiboutiens pour la ville est celui d’un Dubaï africain. Mais dans la réalité, la composante mondialisée de l’économie djiboutienne paraît déconnectée du reste de la ville dont l’économie peu productive présente une faible valeur ajoutée. Pour preuve, le rapport « Doing Business » de 2012 qui opère un classement des économies mondiales à partir de dix paramètres et met Djibouti au 171e rang sur 185 économies classées. Dans la région, il n’y a que l’Érythrée qui soit encore plus mal classée18. Ce sont surtout des paramètres comme la facilité à créer une entreprise (185e rang), à obtenir un crédit (180e rang) et à protéger l’investisseur (181e rang) qui pénalisent le pays. De toute évidence, les phénomènes de corruption, de plus en plus massifs et décomplexés, participent à ce mauvais climat des affaires. Pour une petite ville, apparemment facile à gérer, il est ainsi particulièrement difficile de faire appliquer la loi. L’indice de Transparency International19, fait de Djibouti un territoire très corrompu avec un indice de 36/100qui indique une faiblesse de l’État et de ses institutions qui peinent à faire appliquer la loi.

  • 20 Journal officiel de l’Union européenne, 27 novembre 2009, RÈGLEMENT (CE) No 1144/2009 de la commiss (...)
  • 21 Air France a mis en place en octobre 2013 un vol hebdomadaire entre Paris et Djibouti.
  • 22 Moustapha Hassan Adene (2011), rapport sur l’impact des transports sur le commerce et le tourisme, (...)

22Cette absence de culture de performance des structures étatiques peut parfois porter atteinte au fondement même de l’économie rentière de la ville : le secteur des transports. Si le transport par mer est une vraie réussite, le transport aérien est dans une situation d’échec. Depuis 2009, Djibouti est placée sur la liste noire de l’aviation civile européenne. Les autorités bruxelloises notent que « les autorités compétentes de Djibouti n'ont pas démontré être en mesure d'assumer leurs responsabilités en matière de surveillance de la sécurité des transporteurs aériens certifiés à Djibouti20 ». Conséquence immédiate, tous les transporteurs avec un certificat de transporteur aérien (CTA) de Djibouti sont interdits de vol en Europe. Cette interdiction s’applique d’abord à Daallo Airlines (dont le gouvernement est actionnaire, à côté d’une société dubaïote) : il n'y a plus aucun vol direct entre Djibouti et l'Europe21alors que, jusqu’en 2009, Daallo Airlines desservait Paris et Londres deux fois par semaine. Du point de vue du transport aérien, la ville s’est donc enclavée elle-même et l’aéroport ne survit qu’avec l’activité militaire qui représente 60 % de son trafic22.

23L’intérêt des puissances occidentales pour la ville lui permet d’être accrochée aux enjeux géopolitiques mondiaux et d’en tirer de substantielles ressources. Il est donc exact que la ville de Djibouti a assuré sa survie depuis 12 ans et permis le développement économique du pays. Et pourtant, cette rupture stratégique et économique s’est faite sans une révolution de la structure économique de la ville. Le développement économique passe toujours par le renforcement de ses deux fonctions fondatrices, à savoir la place commerciale et la forteresse militaire. À cet égard, Djibouti mute sans changer vraiment de cap, se contentant d’une rente certes conséquente, mais n’ayant pas d’effet d’entraînement sur l’ensemble de l’économie. Mais qu’en est-il de la structure sociale ?

2. Malaise social et violence urbaine : le résultat d'une décomposition urbaine ?

2.1. Une ville historiquement ségréguée

  • 23 Formés de madrépores, d’ancien récifs coralliens.

24La production urbaine s’est inscrite à Djibouti dans une double exclusion. L’installation de la ville européenne sur des plateaux madréporiques23 a suscité la constitution de zones indigènes en contrebas, juridiquement légales. En effet, le deuxième traité de 1917 entre les Somalis et les Français scelle le devenir du territoire urbain. Le 31 août de cette année-là, les Somalis acceptèrent de revoir, à la demande de la France, le traité de 1885. « La phrase ‘donnent leurs pays à la France pour qu’elle le protège contre toute puissance étrangère’ était remplacée par ‘faire cession en toute propriété au gouvernement français des côtes, havres, rades, îles et territoires occupés de temps immémorial par les tribus issa ’ » (Laudouze, 1989 : 37). Les populations locales devenaient désormais étrangères à Djibouti, juridiquement du moins. Elles « se trouvèrent complètement dépossédées » (Laudouze, 1989 : 37).

  • 24 Brochure « centenaire de la ville de Djibouti : 1887-1987 » commission du centenaire. Dépôt légal n (...)

25Les lois de 1925 instaurent ensuite les bases légales de l’exclusion des Africains hors de la ville. Considérant qu’ils sont de passage en ville, ces lois leur dénient toute possibilité de construire en matériau durable et donc de s’enraciner. Cette « législation de 1925 n’a pu prendre en compte la prospérité locale des quartiers indigènes. Les constructions favorisaient par contre la poursuite des concessions provisoires obligeant l’édification de bâtisses légères24 ». D’un autre côté, ce bidonville devant occuper le moins d’espace possible, la surface des logements a été réduite au minimum, et les espaces communs, les aménités, comme les espaces verts, les places publique, sont inexistants. Cela n’a pas empêché de nouveaux migrants de venir s’installer dans les zones déjà dominées par leur ethnie. Cette dynamique migratoire de Djibouti qui nourrit la ville africaine ou la ville basse en créant des quartiers à base ethnique ou clanique, sème les germes de conflits futurs entre autochtones.

  • 25 Chiffre fourni par Gil José, op cit.

26Cette trajectoire non planifiée de Djibouti met d’ailleurs l'administration coloniale dans l'embarras dès les années 1960. Lors de la rédaction du premier schéma d’aménagement de la ville, M. Bernard Gothier, membre de l’Assemblée représentative du Territoire, conseillait de « transporter ce village [africain] ailleurs (…) et réserver le centre de la ville aux activités commerciales » (Gil, 1976 : 47). La tâche était colossale, cette ville indigène abritant près de 14 00025 logements précaires. Presque rien ne fut fait, ni déguerpissement ni restructuration des quartiers précaires ; seule une ceinture de lotissements pour la classe moyenne embryonnaire fut bâtie autour de la ville indigène, dans une tentative dérisoire de la contenir et, par la même occasion, de la cacher.

  • 26 Une partie des indépendantistes somalis étaient acquis au pansomalisme. Idéologie qui voulait regro (...)
  • 27 Conférence Imbert-Viers, « construction des territoires et des identités : Djibouti 1939-2004 », un (...)

27Au moment où la politique urbaine était au cantonnement de la ville africaine, a émergé le second facteur d’exclusion. La cause en est la construction d’un barrage au sud de la ville, près de l’oued d’Ambouli, dans le but de protéger la ville de l’invasion des Somalis acquis à l'idée d’indépendance26. Ce barrage « illégal », pour reprendre le terme de M. Imbert-Viers27, à cause de l’absence de toute loi l’encadrant, a eu pour effet l'apparition au sud de l’oued du premier vrai bidonville de Djibouti, un quartier de la ville construit sans encadrement politique ou administratif : c'est la naissance du quartier de Balbala, le quartier des exclus du système colonial.

28À ce stade, dans une perspective historique, nous sommes face à une dynamique de ségrégation bien perceptible dans la morphologie urbaine, plutôt qu’à un processus de fragmentation urbaine. La question est de savoir pourquoi les différentes autorités ne sont pas données les moyens de stopper cette dynamique historique.

2.2. Trajectoires divergentes des quartiers : de la ségrégation à la fragmentation ?

29Le changement d’administration et le fait que la ville ne dépende plus d’une métropole lointaine et négligente à son égard n'ont en rien changé les deux tendances lourdes à l’œuvre dans cette ville : le contexte économique difficile des quarante dernières années et une pression démographique sans précédente.

2.2.1. Un contexte économique longtemps difficile

  • 28 SDAU de 1962.
  • 29 Perspectives économiques en Afrique 2012 13 | © BAfD, OCDE, PNUD, CEA.
  • 30 En ne tenant compte que les habitants de nationalité djiboutienne.
  • 31 Perspectives économiques en Afrique 2012 13 | © BAfD, OCDE, PNUD, CEA.

30La ville s'est développée dans une phase caractérisée par des « déséconomies urbaines », pour reprendre l’expression de Henri (2006), dans le sens où la croissance urbaine s'est produite dans une période d'atonie voire de récession économique. Les indicateurs économiques, qui n'étaient pas très bons dès les années 1950-1960, se sont dégradés régulièrement. Dans les années 196028, la ville pouvait offrir un emploi pour 4 personnes, aujourd’hui les « 37 837 emplois salariés (…) recensés dont 30 % (…) issus de la fonction publique29 » doivent satisfaire 350 00030 habitants de la ville (soit 1 emploi pour 9,4) ; en intégrant les emplois informels, le ratio passe à 1 emploi pour 5 habitants. Cette dégradation est largement due à la massification du chômage. Quoique l’on ne sache pas exactement le niveau du chômage, tous les experts s’accordent à dire que la ville en souffre gravement. Au moins 200 000 personnes sont à la recherche d'un emploi, soit « 54 % de la population active en 201031 ». Le taux dépasserait les 60 % pour les jeunes de moins de 25 ans, et 80 % dans les quartiers périphériques.

  • 32 SDAU de Djibouti, 2014, p. 4.

31L’autre plaie de la ville demeure la croissance démographique soutenue. De 40 000 habitants en 1960, la population a dépassé le cap de 300 000 habitants dans les années 1990, alors que le schéma d’aménagement urbain de 1962 en prévoyait sept fois moins. La croissance démographique a été spectaculaire après 1977. A l’indépendance, en supprimant le barrage d’Ambouli, le nouvel État a levé de fait des restrictions pesant sur les déplacements de population. Cela a permis qu’une population étrangère nombreuse et quasi misérable (fuyant les guerres et les famines en Somalie ou en Éthiopie) s’installe en ville et particulièrement dans le quartier de Balbala, renforçant son statut de zone pour exclus. Aujourd’hui, la ville approche le demi-million d’habitants. Ce dynamisme démographique ne se dément pas, et pour les quinze prochaines années (2015-2030), la ville s’attend à accueillir plus de 21 00032habitants supplémentaires par an.

2.2.2. Retrait du gouvernement et affirmation du modèle libéral !

  • 33 Cas du quartier spontané « Buldhuqo », au sud du marché à bétail, le 22, novembre 2013.

32La crise économique, aggravée par la guerre de 1991-1994, a obligé le pays à accepter un programme d'ajustement structurel dès 1995. Pour la ville, ce programme se traduit par la confirmation du retrait de la puissance publique et l'application de l'idéologie de la banque mondiale, axée sur le concept de « la ville libérale » (Cluzet 2007). La politique d’ajustement structurel offre le cadre pour officialiser le retrait de l’État de la gestion urbaine, qui ne suivait d’ailleurs plus de politique urbaine définie depuis la guerre de 1991 et même depuis 1982 avec le premier schéma d’aménagement urbain. Légalement seul gestionnaire de la ville, l’État djiboutien est en effet resté totalement inactif dans la pratique, mises à part deux tentatives assez vaines (ceinturer les bidonvilles par un lotissement pour les classes moyennes et procéder à des destructions sporadiques de quartiers spontanés lorsque les occupations illégales devenaient trop criantes33). Ces tentatives ne sont pas parvenues à réduire l’habitat précaire et ne font paradoxalement qu’augmenter l’emprise spatiale de ce dernier, justement en raison de la pénurie de logements. L’extension de la ville illégale n’est donc qu’une soupape de sécurité pour le court terme, les habitants pauvres arrivant à s’enraciner en ville.

33Le rôle de l’État est crucial dans la gestion urbaine, de la construction des quartiers, l’entretien des infrastructures à la collecte des déchets. Son désengagement consacré par l’ajustement structurel a renforcé les forces centrifuges. Il (l’État) accepte l’idée qu’il faut juste accompagner les quartiers précaires pour améliorer la survie. Cet accompagnement se traduit par la mise en place de la voirie, de l’électricité et de quelques bâtiments publics (marché, commissariat) sur des crédits consentis par la Banque mondiale (inspiratrice du modèle), mais aussi de la France. Ce type de gestion est appliqué par exemple au quartier de PK12 (figure 2), (Ficatier et Briand, 2007).

34Sur le plan de la gouvernance, la politique de décentralisation mise en place à partir de 2002 pour une meilleure efficacité des services publics et donc un meilleur développement, reste pour l’instant très timide et largement inopérante. La ville de Djibouti, à qui l'on a octroyé un statut spécial puisqu’elle n’est pas capitale régionale (contrairement aux autres villes), est découpée en 2005 en trois communes (Balbala, Boulaos et Ras Dika) placées sous l’autorité du maire de l’agglomération. Les compétences transférées à ces communes demeurent très limitées et ces dernières n’ont pas les moyens de fonctionner et de gérer leur territoire, faute d’avoir un budget spécifique et le maire l’agglomération reste cantonné à un rôle honorifique. Par conséquent, « la décentralisation est un rendez-vous manqué avec l’histoire » (Said Chiré, 2012 : 116).

2.3. L’augmentation des inégalités

35La traduction de cet environnement économique difficile, qui se nourrit de l’absence d’une politique urbaine cohérente, est le renforcement des inégalités entre les citoyens et entre les quartiers.

2.3.1. Inégalités entre les quartiers : la fragmentation spatiale en œuvre

  • 34 Soit environ 280 €
  • 35 La Nation, n° 164, 13/11/2008

36L’érosion constante du pouvoir d’achat et la réduction, voire la disparition de la protection sociale (à la suite d’un plan d’ajustement structurel draconien imposé par le FMI dans les années 90), conjuguées au fait que« le revenu des bases militaires et des autres aides est siphonné par une élite » (Bereketeab, 2013 : 2 ), ont fait littéralement exploser les inégalités sociales. Dans sa thèse sur Le problème urbain de Djibouti, José Gil (1976) chiffrait les revenus disponibles dans les différents quartiers de la ville. La ville européenne, la plus riche, pouvait se prévaloir d’un revenu moyen mensuel par ménage d’un peu plus de 50 000 francs34, tandis que le quartier indigène le plus démuni ne pouvait espérer que 22 000 francs. L’écart de revenu entre les zones riches (c’est-à-dire européennes) et les zones pauvres était de 1 à 2. Une vingtaine d’années après l’indépendance, un écart de 1 à 3 s’observe entre les bidonvilles de Balbala et les anciens quartiers de la ville indigène. Le fossé entre les quartiers les plus pauvres et les quartiers les plus riches s’est donc creusé et il n'est pas étonnant que « 279 000 citadins de la capitale [soient] en position de vulnérabilité alimentaire35 ».

37Plusieurs quartiers fonctionnent comme l’antithèse de Balbala et des taudis centraux. Sur les marges nord de la ville, les quartiers laissés vacants par les Français (Héron, Serpent, Marabout...), sont investis par l’élite africaine issue de la ville basse. Une fois les résidences de la ville européenne totalement accaparées, les lotissements de plus en plus haut de gamme, à caractère souvent spéculatif colonisent la partie est de la ville en suivant le bord de mer (Boulaos, Gabode, Haramouss), dans une tentative de tourner ostensiblement le dos aux collines de l’ouest de l’agglomération gangrénée par la pauvreté.

Photo 3 : Quartier déshérité, Balbala secteur T3

Photo 3 : Quartier déshérité, Balbala secteur T3

Photo : Nour Ayeh, 2009.

38Cet antagonisme entre les quartiers est renforcé par la qualité des services publics qui leur sont fournis. Ces services dépendent d’entreprises parapubliques et doivent donc servir équitablement l’ensemble de l’agglomération et devaient être l’outil pour mettre plus de cohérence dans la ville. Il n’en est rien. Par exemple, l’alimentation en eau est la prérogative d’une seule régie (ONEAD). Si la fourniture en eau demeure aléatoire, y compris pour les logements raccordés au réseau, elle n’est pas aléatoire d’une manière uniforme pour l’ensemble de l’agglomération. On voit là comment une entreprise publique peut contribuer à renforcer les inégalités entre les quartiers. D’après les données recueillies par le Dr Rayaleh (Rayaleh, 2005), Balbala reçoit moins d’eau que Djibouti avec quasiment la même population. Dans les quartiers pauvres, la « disponibilité moyenne d’eau par habitant est comprise entre 40 et 50 litres par jour » (Rayaleh, 2005 : 319). L’eau n’est disponible que deux à trois heures par jour, à partir de 3 heures du matin (pour la régie des eaux, c’est une manière de gérer la pénurie d’eau), alors même que les populations de cette zone n’ont pas les moyens d’investir dans des systèmes de stockage. À Djibouti en revanche, cette disponibilité « se situe entre 110 et 124 litres d’eau par jour » (Rayaleh, 2005 : 319).Cette régie unique pour l'ensemble de la ville n'a pas été en mesure de dépasser la ségrégation entre les classes sociales et donc les quartiers, et sert d'abord soumise à l’intérêt d’une élite. Cette logique est la logique dominante.

39Au cours des cinquante dernières années, il n’y pas eu une paupérisation uniforme de l’espace urbain djiboutien. Au contraire, les inégalités des années 1960 ont été accentuées au point d'être de plus en plus intenables, comme si l'intégration à marche forcée de la ville dans l'économie globalisée ne parvenait pas à enrayer les tendances à l’exclusion qui s’y sont enracinées dès le début du XXe siècle. Si dans la ville africaine les tensions étaient d’abord ethniques XXe siècle, d’autres formes de conflits s’y rajoutent désormais.

2.3.2. Crise urbaine et nouvelle forme de conflictualité

40Un facteur contribue au renforcement de la ségrégation entre les quartiers et au passage progressif d’une compétition entre clans, toujours d’actualité, pour le contrôle du territoire à une opposition entre classes. Ce facteur est le modèle d’organisation politique et étatique choisi par les hommes politiques djiboutiens à l’indépendance. Ce modèle a en effet privilégié la transposition des structures claniques dans le champ du politique. Cette transposition, faite au nom de la stabilité à la suite d’un pacte tacite, puisque ne figurant dans aucun texte, permettait de légitimer les structures politiques. Si la répartition des sièges au parlement (qui n’a d’ailleurs constitutionnellement que peu de prérogatives) est officiellement basée sur un découpage géographique du pays, chaque région ou commune élisant son représentant, c’est davantage une répartition clanique qui est en œuvre dans les faits. Chaque branche de chaque clan choisit son député à l'assemblée. Ce dernier est obligatoirement affilié au parti au pouvoir (Rassemblement populaire pour le progrès) qui se réserve d’ailleurs le droit de conseiller amicalement chaque clan sur son choix. Dans la même logique, les membres du gouvernement (où siège l’essentiel du pouvoir selon la constitution), sont choisis selon leur profil ethnique ou clanique. Ce système informel de gouvernance n’a pas voulu se réformer au cours des quarante dernières années, malgré le développement de la ville. D’un autre côté, cette cooptation des élus parmi divers clans a eu un effet important qui entraîne une nouvelle dynamique sociale : la constitution d’une classe d’élus, dissociée des populations qu’elle représentait à l’origine. C’est spatialement que cette divergence est la plus palpable (figure 2).

Figure 2 : Agglomération de Djibouti en 2013

Figure 2 : Agglomération de Djibouti en 2013

Source : Nour Ayeh, 2010, p. 14.

41La désignation de représentants issus des divers clans et habitant dans les quartiers riches de la ville, a généré des espaces beaucoup moins homogènes que ceux de la ville africaine sur le plan clanique. Même si la sociologie de ces quartiers n’a pas fait l’objet d’études fines, il est possible de constater qu’ils sont plus hétérogènes que les anciens quartiers fondés sur des bases claniques parce qu’ils regroupent les élites issues de tous les clans. Apparus pour la première fois à la fin des années 2000, des quartiers ressemblants aux « gated communities » étatsuniennes dans leur besoin de se retrancher derrière des barrières et de vivre dans l’entre-soi, matérialisent des cassures urbaines qui ne cessent de s’élargir. Le quartier de Haramouss, coupé du reste de la ville par un barrage, et dans une moindre mesure le quartier d’Algamil aux salines, peuvent être analysés comme les premières tentatives de sécession urbaine, semant les ferments d’une crise de classes née au sein même de la population africaine.

  • 36 Mouvement pour le développement et la liberté, les principaux animateurs étaient trois religieux d’ (...)

42Cette situation de forte tension, dans laquelle se débat la ville, n’est pas fondée sur des tensions claniques et encore moins religieuses, quoique la création du parti « MODEL36 », non autorisé et d’inspiration islamique, soit utilisée par les autorités pour faire passer cette crise urbaine en une crise islamiste. Notre hypothèse qu’elle est un conflit de classes, entre quartiers segmentés, tend à être validée par deux observations : le comportement électoral des quartiers et l’émergence d’une violence urbaine protéiforme et bien sélective.

3. Les indices de la fragmentation sociale de la ville

3.1. Le comportement électoral des quartiers

  • 37 Les élections législatives de 2013 avaient la même tendance ce qui explique que le pouvoir refuse d (...)

43Cette validation vient de l'analyse des résultats (quoique parcellaires) des élections communales de 2010. Ces élections, qui ont atteint un rare degré de transparence dans la mesure où les enjeux étaient dérisoires et que les vrais partis d'opposition l'ont boycotté, apportent des enseignements intéressants. Le parti au pouvoir a été défait dans tous les quartiers centraux ainsi que dans ceux de Balbala (mais pas dans les beaux quartiers du nord), par un groupement issu de la société civile, totalement inconnu, sans programme et assez amateur sur la scène politique, mais autorisé à se présenter pour donner une caution démocratique aux élections. La carte électorale qui se dégage recoupe plus la carte de la pauvreté et des inégalités37 que la carte ethnique. En effet, les différents quartiers qui ont sanctionné la classe dirigeante sont plutôt mono-ethniques, dans la mesure où chaque quartier est dominé par un clan, et pourtant ils ont fait un choix similaire (le rejet d’une équipe où pourtant leur clan était représenté). D’où l’idée qu’ils ont eu un comportement de classes davantage qu’un réflexe clanique.

44C’est une évolution qui pourrait être vue comme une complexification des comportements urbains. Pourtant, cette mutation n’a pas été vue ni intégrée par la classe dirigeante, qui s’acharne à maintenir des identités claniques pour mieux conforter sa position dominante. Les pouvoirs publics refusent de renoncer à leur modèle de gouvernance et continuent à transcrire dans les archives de nationalité les clans et sous-clans de chaque individu, gommant la citoyenneté et l’individualité au profit du clan (en violation de la constitution qui ne reconnaît pourtant que des citoyens égaux).

3.2. La violence urbaine symptôme de la fragmentation sociale

45Un autre indice du passage d’une fragmentation spatiale à une fragmentation sociale, c’est l’émergence et le développement d’une violence affectant d’une manière différenciée les quartiers de la ville.

3.2.1. La violence contre les populations

46La première forme de violence, c’est celle que ressentent les populations et qui découle de leur environnement urbain, plus ou moins dévasté. L’indigence des équipements publics est à la base de la difficulté à vivre dans ces quartiers et exerce une forme de violence sur les habitants. Cette indigence des infrastructures urbaines se remarque y compris dans les lotissements dits intégrés (Barwaqo, figure 2), même si le package proposé aux clients par les promoteurs incluait en principe ces équipements. C’est le cas à Hodane (figure 2), quartier dont les logements étaient en location-vente. Une taxe de 7 % est ajoutée au crédit à payer chaque mois par le locataire, et elle devait couvrir initialement la voirie et des réseaux divers. Au bout de 7 ans, cette taxe a rapporté au promoteur immobilier (une société publique) plus de 1 million de dollars. Et pourtant, pas un centimètre de rue n’a été aménagé. Les habitants des bas quartiers sont donc obligés d’évoluer dans un environnement sous-équipé et anxiogène qui a longtemps nuit à l’harmonie du groupe et à l’intégrité des individus.

3.2.2. Les exclus tentés par la violence

  • 38 Interview à la télé nationale, 29 octobre 2011.
  • 39 Voir le mémoire de Master 2 de Radwan Issa, 2013, Violence urbaine à Djibouti, Université du Mans.
  • 40 Ensemble des lois codifiant le droit et devoir d’un musulman.

47La réponse des quartiers à cette violence d’en haut suscite plus d’inquiétudes encore que la dynamique inégalitaire qui a happé la ville. Elle peut en effet remettre en cause le devenir de la cité et se situe à deux niveaux. La première réponse peut être assimilée à une violence horizontale (celle du pauvre contre le pauvre). Cette violence s’est aggravée depuis les années 1990. En effet, les laissés-pour-compte ne se limitent plus aux incivilités et commencent désormais à s’organiser et à se structurer pour capter par la force les maigres ressources encore disponibles. Ce sont surtout des jeunes, déscolarisés, échappant au contrôle du clan, qui tentent de se structurer en bandes et qui s’enracinent dans le territoire du quartier. Souvent âgés de moins de 30 ans, ils exercent une violence contre les habitants des territoires qu'ils se sont accaparés, habitants qui préfèrent se taire, se soumettre ou même tacitement soutenir leur bande. Cela a fait dire au ministre de la Justice que « l’État doit assumer sa responsabilité si les parents ont démissionné38 ». Dans les territoires qu’elles dominent, ces bandes produisent une contre-culture par l’adoption de leurs propres codes dans une langue hybride (une sorte de franco-somali).Une simple étude des noms choisis par ces bandes est assez instructive de ce monde. Sur dix-neuf39 bandes recensées dans les bas quartiers seulement six se sont donné un nom tiré du vocabulaire local (exemple, Chabaco), cinq se labellisent avec un nom arabo-islamique (du type hisbul-islam, al-shabab), huit ont un nom occidental et plutôt anglo-saxon (exemple GX-Boy, SK8-Mafia). Le choix des noms n’est pas anodin. Les bandes ont tendance à privilégier les noms qui sont associés à la violence d’une manière ou d’une autre. Cette forme de violence horizontale, se nourrit aussi des traditions pastorales qui, au nom de la paix inter clanique sacralisée dans le droit coutumier, rendent collective la responsabilité des actes répréhensibles individuels. En effet, la logique de ce droit ne repose point sur la responsabilité individuelle, dans la mesure où l’individu n’existe pas en tant que tel, mais dans un ensemble plus large, une communauté chargée de l’empêcher de commettre un délit tout en jouant le rôle d’assurance ultime. Lorsqu’un crime est commis, c’est tout un groupe qui indemnise donc le groupe victime. Quoique cette forme de justice soit de plus en plus concurrencée par la charia40, il se maintient, encouragé par l’État qui se sait dans l'incapacité d’assurer normalement une justice moderne. Cette situation, qui offre une forme d’impunité au délinquant, n’est pas étrangère à l’augmentation de la violence de tous contre tous.

3.2.3. Violence du bas vers le haut

48Les vexations générées par la violence d’en haut (corruption institutionnelle, pénuries diverses) et les inégalités entre Djiboutiens ont fait le lit des frustrations qui agitent les quartiers pauvres. Après la phase d’intensification de la violence horizontale, et malgré la répression judiciaire, un début de mouvement insurrectionnel commence à gagner désormais les bidonvilles. L’intensité et le niveau de la violence ont donc augmenté et changé de nature. D’une violence horizontale d’une bande contre une autre ou contre les habitants, la ville s’est orientée presque subrepticement vers une révolte latente de ces bidonvilles contre les institutions.

  • 41 L’auteur a été témoin d’une de ces scènes sur le pont d’Italie ce 18 février 2011.

49Les émeutes du 18 février 2011 marquent sans doute un tournant de ce point de vue, ou elles ont du moins révélé l’antagonisme profond entre les quartiers. Parties d’une manifestation politique réclamant davantage de droits dans le sillage des printemps arabes, les émeutes animées par des jeunes ont essayé de prendre possession de la rue, ou plutôt des rues. Le mouvement insurrectionnel a rapidement gagné tous les taudis centraux et Balbala (figure 2). Durant toute une nuit, les manifestants ont tenu tête aux forces de l’ordre dans une forme de guérilla urbaine, certes peu structurée (et c’est peut-être ce qui a permis à la ville d’échapper au chaos généralisé). Certains jeunes cagoulés ont détruit des voitures 4x4, symboles de la société d’en haut, aux cris de : « c’est notre argent41 ». Durant trois jours, les affrontements ont continué dans ces mêmes quartiers entre les bandes de jeunes et la police épaulée par la gendarmerie. Pour la première fois, les émeutes ont fait des victimes (au moins trois morts, dont un policier, et des dizaines de blessés ont été à déplorer). Aucun quartier aisé n’a été touché par ce mouvement. La cassure entre les deux villes a été dramatiquement palpable, la fragmentation spatiale a révélé une fragmentation sociale. 

Conclusion

50La ville de Djibouti a permis de consolider l’indépendance de la petite République coincée dans une zone géopolitiquement très instable. Tout compte fait, les mutations qu’elle connaît confortent les tendances en germe dès sa création. Le port s'est fortement développé et émerge comme le centre logistique indiscutable de la région. Forte de ses succès économiques des dix dernières années, la ville rêve – et le pays avec – de se muer en nœud incontournable de tous les flux est-africains et de transformer ce succès en moteur de sa propre attractivité. C’était d’ailleurs déjà le souhait de la France lorsqu’elle y installa un port franc avec une monnaie liée au dollar. La ville exploite donc des avantages historiques, ce qui explique qu’en dépit des transformations qu’elle a subies (parfaitement lisibles dans les paysages urbains), elle ne s’est pas franchement libérée des fonctions qui l’ont fait naître, il y a plus d’un siècle. Seuls les acteurs se sont diversifiés, consolidant la position de Djibouti.

51Autre permanence, une petite part de l’économie est intégrée à la mondialisation économico-financière symbolisée par les pétrodollars arabes, le commerce international éthiopien, mais aussi les intérêts chinois et occidentaux. Mais cette économie mondialisée n’a d’impact réel que sur une infime partie de la population : la classe dirigeante. La majorité a en effet longtemps formé une catégorie en marge des transformations urbaines actuelles, tout en essayant de s’agripper à la première (c’est-à-dire la partie mondialisée de l’économie) pour sa survie. Les frustrations vives, engendrées par l’aggravation des inégalités et les espoirs enterrés, président à la normalisation de la violence à tous les niveaux. Cette violence peut être vue comme le « résultat de la contradiction entre innovation et marginalisation » pour reprendre l'expression de D. Apter (1986 : 188).La ville demeure de plus en plus divisée. Cela a généré des comportements déviants (niveau de corruption inadmissible, violences protéiformes), au point que l’on peut craindre une remise en cause des progrès économiques enregistrés par la ville. Djibouti est donc l’archétype d’une ville dont l’intégration rapide à la mondialisation entraîne un délitement du tissu urbain, mais aussi du tissu social. Mais il est injuste de faire porter toute la responsabilité de ce délitement sur cette mondialisation, la mauvaise gouvernance, liée à une organisation sociale en clans se partageant les maigres ressources disponibles, étant à l’origine de la fragilité de l’État et par ricochet de la ville.

52L’agglomération de Djibouti semble être aujourd’hui à la croisée des chemins et deux scénarios peuvent être envisagés. Dans le premier scénario, les pays qui ont des intérêts à Djibouti (France, États-Unis et Éthiopie) forcent au maintien d’une certaine stabilité : de cette manière, le statu quo permet à la ville d’engager la rénovation de sa structure économique et surtout de sa compétitivité au niveau international, parallèlement à la diversification des acteurs en lien avec le renforcement de ses activités portuaires (il s’agit d’une hypothèse optimiste).Un autre scénario plus sombre est possible : l’ouverture de la ville se mue en une opportunité ratée et Djibouti s’enfonce dans une crise majeure, à cause de la permanence de structures sociales pour l’instant rigides et recroquevillées sur des positions conservatrices, et d’une gouvernance défaillante accompagnant cette dérive sociale. Il n’est pas facile de prévoir, à long terme, la tendance qui l’emportera.

Haut de page

Bibliographie

Apter D., 1986, Marginalisation et primordialisme, Études Polémologiques, n° 37, pp. 183-190.

Bereketeab R., 2013, Dangerous Deadlock in Djibouti, the Nordic Institute, Uppsala, 3p.

Cluzet A., Ville libérale, ville durable ? Répondre à l'urgence environnementale, Paris : Éditions de l'Aube, 2007, 190 p.

Boucheron J.-M.., 2000, Rapport d’information sur les forces françaises stationnées à Djibouti, Paris : Commission des finances, de l’économie et du plan de l’AN, 67 p.

Ficatier Y et Briand C., 2007, Projet urbain dans les quartiers défavorisés du PK12 de Djibouti, Évaluation rétrospective, AFD, Paris, 43 p.

Gil J., 1976, Les problèmes urbains à Djibouti, Thèse de doctorat en géographie, Université Bordeaux III, 119 p.

Henry E., 2006, La mégapole contre la ville, ou le dualisme réhabilité, Cahier Voltaire, Octobre 2006, consulté 5 novembre 2015, http://aitec.reseau-ipam.org/spip.php?article75.

Jaglin S., 2001, « Villes disloquées ? Ségrégations et fragmentation urbaine en Afrique australe », Annales de géographie, n° 619, pp 243-265.

Laudouze A., 1989, Djibouti : nation carrefour, Paris : Khartala, 246 p.

Navez-Bouchanine F., 2002, la fragmentation urbaine en question : des villes entre fragmentation spatiale et fragmentation sociale, Paris : L’Harmattan, 411 p.

Nour Ayeh M., 2010, Production et dysfonctionnement de l’espace urbain de Djibouti : Une approche théorique et méthodologique au service de l’aménagement, Thèse de doctorat en géographie, Université de Franche-Comté, 313 p.

Rayaleh H.-O., 2005, Une pénurie d’eau gérée par l’inégalité : le cas de la ville de Djibouti, Géocarrefour, vol. 80/4, pp 319-323.

Said Chire A. (dir), 2012, Djibouti contemporain, Paris : Karthala, 360 p.

Styan D, 2013, Djibouti: Changing Influence in the Horn’s Strategic Hub, chathamhouse.org, 20 p.

Haut de page

Notes

1 Vicomte auvergnat, retenu par l’histoire comme fondateur de la ville de Djibouti.

2 « Djibouti : Afrique vivante » Reportage spécial, revue missionnaire catholique. N°23. 1967

3 La ville concentre 60 % de la population du pays, pays à qui elle a donné son nom.

4 http://www.thereporterethiopia.com/index.php/news-headlines/item/2215-house-unanimously-endorses-djibouti-water-grant-bill

5 http://www.huffingtonpost.com/ethan-chorin/health-care-in-djibouti_b_3751929.html

6 Source containerization international yearbook, 2012, CNUCED 2012

7 Lettre de l’Océan Indien, n°1347 du 04/01/2013, LOI, http://www.africaintelligence.fr/

8 Bernard Giraudeau, 2009, Cher Amour, Paris : Editions Métailié, p214-215

9 www.defense.gouv.fr/ema/forces-prepositionnees/djibouti/dossier/les-forces-francaises-stationnees-a-djibouti

10 http://www.bruxelles2.eu/2012/12/26/une-base-deux-bases-des-bases/ consulté le 24 août 2015.

11 Le premier ministre nippon en visite à Djibouti | Jeuneafrique.com, 04/09/2013 à 18h:48 par Cherif Ouazan.

12 http://mg.co.za/article/2015-07-30-us-frets-over-its-sole-base-in-africa, consulté le 24 août 2015.

13 http://allafrica.com/stories/201508102173.html, consulté le 24 août 2015.

14 Hermant G., 2014, monétiser la présence étrangère : le jeu dangereux de Djibouti, Médiapart 16 octobre.

15 Restaurant « La Chaumière », place du 27 juin.

16 20 millions $, voir article ci-dessus.

17 Direction nationale de la statistique, RGPH 2009.

18 La Somalie n’est pas classée.

19 Transparency international fournit un indice composite sur la perception de la corruption.

20 Journal officiel de l’Union européenne, 27 novembre 2009, RÈGLEMENT (CE) No 1144/2009 de la commission.

21 Air France a mis en place en octobre 2013 un vol hebdomadaire entre Paris et Djibouti.

22 Moustapha Hassan Adene (2011), rapport sur l’impact des transports sur le commerce et le tourisme, ministère de l’Équipement et des Transports, p 38.

23 Formés de madrépores, d’ancien récifs coralliens.

24 Brochure « centenaire de la ville de Djibouti : 1887-1987 » commission du centenaire. Dépôt légal n°66, novembre 1987.

25 Chiffre fourni par Gil José, op cit.

26 Une partie des indépendantistes somalis étaient acquis au pansomalisme. Idéologie qui voulait regrouper tous les Somalis éparpillés par les frontières coloniales, dans un seul État-nation.

27 Conférence Imbert-Viers, « construction des territoires et des identités : Djibouti 1939-2004 », université de Djibouti, 21 octobre 2014.

28 SDAU de 1962.

29 Perspectives économiques en Afrique 2012 13 | © BAfD, OCDE, PNUD, CEA.

30 En ne tenant compte que les habitants de nationalité djiboutienne.

31 Perspectives économiques en Afrique 2012 13 | © BAfD, OCDE, PNUD, CEA.

32 SDAU de Djibouti, 2014, p. 4.

33 Cas du quartier spontané « Buldhuqo », au sud du marché à bétail, le 22, novembre 2013.

34 Soit environ 280 €

35 La Nation, n° 164, 13/11/2008

36 Mouvement pour le développement et la liberté, les principaux animateurs étaient trois religieux d’obédience frères musulmans.

37 Les élections législatives de 2013 avaient la même tendance ce qui explique que le pouvoir refuse de publier dans les détails, tout en se proclamant vainqueur.

38 Interview à la télé nationale, 29 octobre 2011.

39 Voir le mémoire de Master 2 de Radwan Issa, 2013, Violence urbaine à Djibouti, Université du Mans.

40 Ensemble des lois codifiant le droit et devoir d’un musulman.

41 L’auteur a été témoin d’une de ces scènes sur le pont d’Italie ce 18 février 2011.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Enjeux portuaires et pétroliers en Afrique de l'Est
Crédits Cartographie : Nour Ayeh 2014.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3183/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Photo 1 : Le terminal à conteneur de l'ancien port de Djibouti
Crédits Photo : P.Villecroix, 2005.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3183/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Photo 2 : transformation urbaine et expansion du secteur financier
Légende 1 : tour n° 1 business center - 2 : siège de la Salaam Bank - 3 : siège de la Saba bank
Crédits Photo : Nour Ayeh, 22 novembre 2014.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3183/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Photo 3 : Quartier déshérité, Balbala secteur T3
Crédits Photo : Nour Ayeh, 2009.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3183/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 2 : Agglomération de Djibouti en 2013
Crédits Source : Nour Ayeh, 2010, p. 14.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3183/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Moustapha Nour Ayeh, « La ville de Djibouti entre intégration aux enjeux mondiaux et fragmentation urbaine », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 27-28 | 2015, mis en ligne le 28 octobre 2016, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://tem.revues.org/3183 ; DOI : 10.4000/tem.3183

Haut de page

Auteur

Moustapha Nour Ayeh

Maître de conférences
Université de Djibouti
Boulevard Clémenceau, B 1904
Djibouti
moustapha.nourayeh@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page