Navigation – Plan du site
Varia

L’ingénierie spatiale à l’épreuve des jeux d’acteurs : dynamiques des territoires de pré-collecte des déchets à Ouagadougou (Burkina Faso)

Spatial engineering under test of actors’ games: territorial dynamics of waste pre-collection in Ouagadougou (Burkina Faso)
Issa Sory et Abdramane Soura

Résumés

Le système de collecte des déchets à Ouagadougou, capitale du Burkina Faso, a toujours été centralisé de l’indépendance du pays en 1960 à la mise en œuvre du Schéma Directeur de Gestion des Déchets (SDGD). Cette centralité l’était par le mécanisme institutionnel d’offre du service (la régie) ainsi qu’à travers les territoires urbains desservis, le centre-ville. En 2005, les autorités municipales ont entrepris une ingénierie spatiale consistant à la formation de territoires de pré-collecte des déchets dans le cadre de l’application du SDGD. Cette réforme s’accompagne de la construction d’infrastructures de collecte et la réorganisation des pré-collecteurs en vue de la privatisation de la filière.
L’objectif de cet article est d’analyser le processus de reconfiguration de ces territoires de pré-collecte et les dynamiques à l’œuvre à la lumière des jeux des acteurs. Les données cartographiques et des enquêtes qualitatives informent que, d’une part, la constitution des territoires de pré-collecte a conduit à la relocalisation et/ou l’encasernement des acteurs et, d’autre part, les jeux des pré-collecteurs formels et informels participent à la remise en cause de l’ingénierie spatiale dans la filière des déchets à Ouagadougou.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Les données utilisées dans cet article ont été collectées dans le cadre d’une thèse sur « Ouaga la (...)

1Le Burkina Faso compte environ seize millions d’habitants dont un quart vit en milieu urbain. La moitié de cette population urbaine vit à Ouagadougou, une des capitales africaines qui croît le plus rapidement (INSD, 2009). Sa population est passée de 441 514 habitants en 1985 à 709 736 en 1996 et 1 500 000 en 2006, soit un taux de croissance de 7,6 % entre les deux derniers recensements (Soura, 2009). Cette croissance démographique rapide va de pair avec l’augmentation de la production des déchets solides ménagers et assimilés, estimée à 500 000 tonnes par an1. Pourtant, tout comme les autres capitales africaines, seulement la moitié de ces déchets est évacuée hors de la ville (Chalot, 2004 ; Sory, 2013).

Figure 1 : Structuration du tissu urbain de Ouagadougou

Figure 1 : Structuration du tissu urbain de Ouagadougou

Réalisation : Sory I., 2015 - Source : IGB (BNDT), 2002 ; Boyer, 2010.

2Au milieu des années 1990, la Banque Mondiale a préconisé pour des pays Ouest africains des projets globaux d’assainissement du cadre urbain : l’Urban Environmental Sanitation Project au Ghana et le Projet d’Amélioration des Conditions de Vie Urbaine (PACVU) au Burkina Faso (Quénot, 2007 ; Mas, 2009). Pour le Burkina Faso, et précisément sa capitale Ouagadougou, le PACVU a permis l’élaboration du Schéma Directeur de Gestion des Déchets (SDGD) pour les villes de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso. L’une des particularités du système de gestion des déchets, issu du SDGD, est la très forte segmentation de la filière en pré-collecte, collecte et élimination (par enfouissement). La réorganisation de la filière est construite autour du concept de « quartier propre » qui implique une ingénierie spatiale, c’est-à-dire « la création d'espaces ad hoc, indépendants ou non des territoires institutionnels existants, qui a pour objectif affiché de délimiter le périmètre de l'action pour en localiser à la fois les conditions et les résultantes » (Dubresson et Jaglin, 2002 : 338). Le territoire urbain a été découpé en douze territoires de pré-collecte attribués aux groupements d’intérêt économique et aux petites et moyennes entreprises à travers un appel d’offres. Cet appel d’offres a eu lieu en 2003. En 2005, les résultats de l’appel d’offres ont été connus et les nouveaux acteurs ont débuté la pré-collecte en mai 2007 et ce, pour cinq ans. Le SDGD souligne que les concessionnaires des territoires de pré-collecte ont la garantie d’être les seuls acteurs dans les limites de leur territoire. En retour, ils sont placés au cœur du financement de la filière. Ils sont ainsi chargés de collecter la redevance auprès de leurs abonnés pour le financement de toute la filière ; à savoir la collecte et l’enfouissement. Aussi, la salubrité du territoire de pré-collecte relève de leur responsabilité. Cette forme de partage des tâches et des responsabilités, avec ses exigences sur le plan administratif pour répondre aux critères de l’appel d’offres, apparait pour les pré-collecteurs préexistants à la réforme comme une forme d’exclusion de la filière (Florin, 2010).

3Cet article met en lumière les raisons de l’application du Schéma Directeur de Gestion des Déchets et montre les effets de la réforme sur l’organisation des acteurs de la gestion des déchets à Ouagadougou. L’article analyse également les dynamiques territoriales – conséquence des logiques des pré-collecteurs – qui participent à la fin de l’ingénierie spatiale.

1. D’une gestion centralisée à l’uniformisation des territoires de pré-collecte

1.1. Les raisons d’une réforme

4Depuis l’indépendance du pays en 1960, la filière des déchets a connu une alternance entre une gestion privée et publique sans que le service ne fasse véritablement l’objet de politiques spécifiques formulées. Ce n’est que pendant la période de la révolution sankariste (1983-1987) que la problématique de l’assainissement urbain (incluant gestion des eaux usées, des déchets solides, etc.) a été introduite dans le débat public.

5Le service des voiries, créé en 1953 et rattaché à la mairie de Ouagadougou, avait notamment pour mission de gérer les déchets de la ville de Ouagadougou. Le manque de ressources financières pour offrir le service a conduit les autorités à le concéder en 1974 à l’entreprise privée burkinabée Nakoulma, qui ne fonctionnera que quelques années. En 1979, du fait de l’insuffisance du matériel de travail, du faible taux de recouvrement de la taxe de balayage et du laxisme dans la gestion du personnel et du matériel, cette entreprise a abandonné l’activité (Bayili, 2001). Elle a été reprise par le Service des voiries de la mairie de Ouagadougou. Le Fonds national d’assainissement et d’entretien, créé en 1977 pour le financement et l’organisation de la filière, n’a connu aucune mise en œuvre. A partir de 1983, les discours révolutionnaires autour de l’assainissement de l’environnement urbain ne se sont pas traduits par des actes concrets en faveur de la structuration de la filière des déchets. Le service des voiries qui était chargé de la collecte de ces déchets était dépourvu de ressources financières, matérielles et humaines suffisantes pour offrir le service aux citadins. Pourtant, outre la gestion des déchets solides, il devait gérer les espaces et places publics, les panneaux publicitaires et la vidange des fosses septiques des équipements publics. Pour ces missions, ce service disposait seulement de 45 agents et 14 véhicules en 1985 (Jaglin, 1991). L’échec du service des voiries, souligné par les autorités à sa liquidation, n’a pas non plus inspiré une politique permettant une meilleure réorganisation de la filière. En 1986, il a été décidé de la création des Services d’Entretien, de Nettoyage et d’Embellissement (SENE). Ces SENE étaient regroupés au sein de la Direction Nationale des Services d’Entretien, de Nettoyage et d’Embellissement (DINASENE) qui, elle-même, était placée sous la double tutelle du ministère de l’environnement et du tourisme et du ministère des ressources financières. Ces réformes qui devaient permettre de faire correspondre l’environnement urbain avec les transformations institutionnelles en cours n’ont pas influencé qualitativement et quantitativement l’équipement des SENE. En effet, à Ouagadougou, deux camions multi-bennes sur les six ainsi que deux des trois bennes étaient en panne en 1988 ; il en était de même pour les camions vidangeurs. Les SENE ne disposaient plus de camion-citerne ni de camion-tracteur en bon état. Si la création des SENE a semblé être une révolution, leurs activités n’ont pas apporté d’amélioration à la filière des déchets. Les SENE sont demeurés longtemps comme des coquilles vides sans subventions comme le souligne S. Jaglin (1991 : 354) : « créés dans la précipitation et laissés en état de lévitation, sans aide financière ni matérielle, pendant plus d’un an, ces services n’avaient de fondement que comme support à propagande ». En 1988, les SENE ont été transformés en Office National des Services d’Entretien, de Nettoyage et d’Embellissement (ONASENE) avec des structures administratives dont :

  • la direction de la prévention des pollutions et des nuisances ;

  • la direction de l’éducation pour la santé et l’assainissement ;

  • la direction du contrôle des maladies transmissibles.

6En tant qu’établissement public à caractère administratif, l’ONASENE avait le monopole de l’assainissement des villes du Burkina Faso.

  • 2 Le CEGECI avait pour rôle la perception des loyers des habitations en cours de location-vente et de (...)

7Les inégalités spatiales en matière de gestion des déchets, identifiées pendant l’exercice du service des voiries, n’ont fait que se renforcer avec les SENE et l’ONASENE. Ainsi, les activités de l’ONASENE se limitaient aux territoires des couches sociales aisées (Rotonde, Petit Paris, Zone du Bois), aux zones administratives et commerciales de la ville. Pour pallier ces insuffisances du service public, le secteur privé s’est peu à peu développé. Le Centre de Gestion des Cités (CEGECI)2, créé depuis 1987 pour gérer les cités révolutionnaires, s’attachera ainsi les services de ces sociétés privées. Les quartiers non viabilisés et/ou non lotis sont restés le théâtre de pratiques populaires. La répartition des bacs à ordures et des acteurs de la collecte des déchets met en évidence les contrastes qui existaient entre centre et périphérie (figures 2 et 3).

Figure 2 : Répartition spatiale des bacs à ordures et des décharges contrôlées de Ouagadougou en 1987

Figure 2 : Répartition spatiale des bacs à ordures et des décharges contrôlées de Ouagadougou en 1987

Réalisation : Sory I., 2015 - Source : Décharge contrôlée et bac à ordure (Jaglin, 1995a) ; Fond de carte (IGB, 2002).

Figure 3 : Les secteurs d’intervention des acteurs publics et des entreprises en 1992

Figure 3 : Les secteurs d’intervention des acteurs publics et des entreprises en 1992

Réalisation : Sory I., 2015 - Source : Comparoé et Kaboré, 1998 ; IGB (BNDT), 2012.

  • 3 Du point de vue administratif, Ouagadougou est divisée en secteurs depuis 1983. Les secteurs sont r (...)

8Plus de 90 % des bacs à ordures étaient localisés dans les quartiers centraux, c’est-à-dire l’arrondissement de Baskuy (figure 2) ; tandis que les quartiers périphériques où les bacs à ordures étaient insuffisants, accueillaient les quatre grands dépotoirs – appelées « décharges contrôlées » – qui servaient de lieux de dépôt des déchets collectés. Il s’agissait de décharges localisées à la périphérie de la ville sans aménagement. Concernant les acteurs, pendant que plusieurs pré-collecteurs intervenaient dans l’arrondissement de Baskuy et dans des secteurs3 péricentraux (secteurs 13 et 14), aucun acteur ne pré-collectait les déchets dans les onze secteurs périphériques (figure 3). Ainsi, la filière était caractérisée par une inorganisation des territoires de pré-collecte, avec des acteurs intervenant dans plusieurs secteurs à la fois. Les circuits effectués par les pré-collecteurs pouvant alors être très longs. L’activité était, par conséquent, peu rentable. De plus, aucun acteur n’était responsable de la salubrité d’un secteur spécifique.

9L’application du Schéma Directeur de Gestion des Déchets, à partir de 2005, a pour objectif une meilleure structuration de la filière à travers la répartition rationnelle des pré-collecteurs sur toute l’étendue du territoire urbain.

1.2. L’ingénierie spatiale pour responsabiliser les acteurs sur les territoires de pré-collecte

  • 4 Il s’agit des pré-collecteurs privés structurés ou non : pré-collecteurs organisés en association o (...)

10Avec la multiplication des acteurs privés de la pré-collecte4 (à partir de 1990), du fait entre autres de la défaillance de l’ONASENE, puis sa liquidation en 1996, la ville de Ouagadougou comptait onze associations et quinze entreprises de pré-collecte en 2000. Ces associations et entreprises étaient organisées au sein de deux structures : la CAVAD (Coordination des Associations pour l'assainissement et la Valorisation des Déchets) et la CEGED (Coordination des Entreprises privées de GEstion des Déchets). Cependant, un certain nombre d'acteurs de la pré-collecte, plus ou moins structurés, n'étaient pas membres de ces organisations professionnelles.

11L’organisation des pré-collecteurs, dans le cadre du SDGD, a été construite autour du concept de « quartier propre », défini comme la maîtrise du territoire urbain par les acteurs de la gestion des déchets. « La présence de plus d’un pré-collecteur de déchets sur le même territoire n’est pas compatible avec un tel concept de quartier propre, à cause de la dilution des responsabilités […] Il est reconnu que l’implantation du concept se fera efficacement s’il y a octroi de contrats imposant la responsabilité du ramassage complet des déchets, avec l’assurance de l’exclusivité d’un territoire donné » (DESSAU-SOPRIN, 2000 :61). La mise en œuvre du concept de « quartier propre » nécessitait que la ville soit subdivisée en territoires de pré-collecte (Figure 4).

Figure 4 : Territoires de pré-collecte et centres de collecte des déchets à Ouagadougou

Figure 4 : Territoires de pré-collecte et centres de collecte des déchets à Ouagadougou

Réalisation : Sory I., 2015 - Source GB (BNDT), 2002, relevé de terrain 2008.

12Ces territoires devaient répondre à deux exigences : être économiquement rentables pour les acteurs et leur nombre devait être peu élevé pour faciliter le contrôle par la municipalité. Ces deux exigences étaient en contradiction avec la petite « taille commerciale » des acteurs préexistants (surtout les associations). De plus, le statut d’association – organisation à but non lucratif – ne répondait pas aux objectifs de privatisation de la filière développés dans le schéma. Tous les acteurs devaient se restructurer pour être en phase avec ces nouvelles attentes. Ainsi, les entreprises et les associations – surtout celles appartenant aux regroupements professionnels (CAVAD et CEGED) – se sont réorganisées afin de pouvoir postuler à l’appel d’offres de concession des territoires de pré-collecte qui a eu lieu en 2003. De cette réorganisation, sont nés des groupements d’entreprises issus du regroupement de plusieurs entreprises ; tandis que d’autres ont postulé seules à l’appel d’offres. Quant aux associations, elles se sont structurées en Groupements d’Intérêt Economiques (GIE). Les résultats de cet appel d’offres ont été publiés en 2005 et les contrats de concession ont été signés deux années plus tard (Cf. Encadré 1)

13La ville a été ainsi subdivisée en douze territoires de pré-collecte (Cf. figure 4). Cinq de ces territoires ont été concédés à quatre GIE constitués (le GIE Clean environnement a bénéficié de deux territoires) ; tandis que les entreprises et groupements d’entreprises sont adjudicataires des sept autres territoires. Ces pré-collecteurs doivent veiller à la propreté de leur territoire et à la collecte de la redevance auprès des citadins pour le financement de toute la filière. A travers les contrats de concession, ils ont le monopole de la pré-collecte à l’intérieur des limites de leur territoire respectif.

Encadré 1 : Les grandes étapes des réformes de la filière des déchets à Ouagadougou

1953-1974 : Gestion en régie par le Service des voiries de la commune
1974-1979 : Gestion de la filière par l'entreprise privée Nacoulma
1979-1986 : Gestion en régie par le Service des voiries de la commune
1986-1988 : Gestion en régie par les Services d'Entretien, de Nettoyage et d'Embellissement (SENE)

1988-1996 : Gestion par l'Office National des Services d'Entretien, de Nettoyage et d'Embellissement (ONASENE)

Á partir de 1990 : Prolifération d'acteurs privés dans la filière des déchets
2000 : Élaboration du Schéma Directeur de Gestion des Déchets (SDGD)
2003 : Lancement de l'appel d'offres pour la concession des territoires de pré-collecte
2005 : Publication des résultats de l'appel d'offres
2007 : Signature des contrats de concession entre les pré-collecteurs retenus et la direction de la propreté de la mairie de Ouagadougou.

14Actuellement, la pré-collecte des déchets à Ouagadougou se fait par le porte-à-porte en vue de les acheminer dans les centres de collecte, interface entre la pré-collecte et la collecte. La mairie et l’Entreprise Burkinabé des Travaux d’Équipements (EBTE) – une entreprise concessionnaire de deux des cinq arrondissements de la ville de Ouagadougou – s’occupent du transport des bacs à ordures de ces centres de collecte au centre de traitement et de valorisation des déchets.

15Il a été prévu, dans le SDGD, que tout le fonctionnement des différentes étapes de la nouvelle filière des déchets serait financé directement par la population selon le principe du pollueur payeur. La redevance mensuelle retenue s’élève à 1 000 FCFA. Cette dernière, collectée directement par les pré-collecteurs auprès des citadins, se compose de deux grandes rubriques :

  • la rubrique des frais de la pré-collecte retenus par les pré-collecteurs pour le renouvellement du matériel de pré-collecte et les bénéfices des pré-collecteurs e

  • celle des frais à payer à la mairie pour la construction et l’entretien des centres de collecte, le transport des déchets au CTVD, leur traitement et leur enfouissement.

2. Le redéploiement des pré-collecteurs : entre encasernement, relocalisation et dynamique territoriale

16La constitution des territoires de pré-collecte et leur attribution aux concessionnaires (PME et GIE) ont entrainé une reconfiguration des zones d’intervention des pré-collecteurs de la filière des déchets à Ouagadougou. Cette réforme a conduit à l’encasernement et/ou à la relocalisation des acteurs formels. Le redéploiement de ceux-ci sur leur territoire permet de distinguer différentes formes de maîtrise de l’espace urbain.

2.1. L’encasernement des entreprises

17Le découpage de la ville en territoires de pré-collecte est synonyme de circonscription des zones d’influence des concessionnaires de cette étape de la filière des déchets. A défaut d’outrepasser les principes du SDGD, tous les adjudicataires n’ont plus le droit de pré-collecter les déchets au-delà des limites de leur territoire. Néanmoins, la délimitation des territoires a plus « affecté » les grandes entreprises qui desservaient un nombre important de secteurs. Par exemple, l’entreprise ECONFA (Entreprise de COllecte, de recyclage d’Ordures et de Nettoyage du FAso) pré-collectait les déchets dans 24 des 30 secteurs de la ville. Avec l’appel d’offres, cette entreprise et deux autres (ETE et SEPROSEC) ont postulé pour deux territoires (zones 4 et 7) comprenant cinq secteurs (10, 11, 12, 28 et 29). Finalement, l’entreprise ECONFA n’intervient que dans la zone 4 (secteurs 10, 11 et 12) tandis que l’Entreprise Travaux Embellissement (ETE) est implantée dans les secteurs 28 et 29 ; l’entreprise SEPROSEC ayant décidé de se désengager de la pré-collecte domiciliaire. De ce fait, l’entreprise ECONFA est passée de 24 à 3 secteurs de pré-collecte. En ne pré-collectant que dans les secteurs 28 et 29, l’entreprise ETE a dû se retirer du secteur 30. Il en est de même pour l’entreprise CGMED qui a vu le nombre de « ses » secteurs passer de 11 à 8 bien qu’étant adjudicataire de trois territoires pré-collecte. La constitution des territoires de pré-collecte apparait pour ces acteurs comme des restrictions spatiales aboutissant à leur encasernement (figure 5).

Figure 5 : L’encasernement des entreprises CGMED et ECONFA

Figure 5 : L’encasernement des entreprises CGMED et ECONFA

Réalisation : Sory I., 2015 - Source : IGB (BNDT), 2002.

  • 5 Entretien avec M. Tapsoba Roger, responsable de l’entreprise ECONFA, février 2010.

18Les objectifs visés par l’encasernement des adjudicataires, à travers la délimitation des territoires de pré-collecte, se heurtent à des difficultés sur le terrain. Pour M. Tapsoba, responsable de l’entreprise ECONFA, le découpage de la ville en territoires de pré-collecte signifie pour les acteurs, qui étaient « éparpillés », un recentrage sur leur territoire. « Évidemment, cela a causé plein de problèmes parce que si ta base n’était pas là où on t’a concédé, il faut nécessairement se redéployer5 ».

19Ces concessionnaires de la pré-collecte ont été obligés de restreindre leurs territoires. Ils ont dû abandonner leurs clients des secteurs ne relevant plus de leur zone d’intervention, tandis que dans les nouveaux territoires où ils doivent désormais exercer, il y avait déjà d’autres acteurs qui sont devenus, avec l’application du SDGD, des informels. Ces derniers, contrairement aux acteurs formels, n’ont aucune obligation liée à la délimitation des territoires de pré-collecte.

2.2. La relocalisation des associations membres de GIE

20Les conditions de l’appel d’offres de concession des territoires de pré-collecte ont conduit à la relocalisation de certains acteurs de leur « base ». Cette relocalisation concerne l’association Lagm-Yam qui pré-collectait dans le quartier Wogodogo du secteur 10. Elle a été obligée de constituer le GIE Clean Environnement avec trois autres associations et de postuler pour deux territoires : zone 8 (secteurs 18 et 19) et zone 9 (secteurs 16 et 17). Sur ces territoires, l’association Lagm-Yam pré-collecte les déchets du secteur 18.

21De la même façon, le GIE/ANGE’CO – composé des associations ASARED (Association pour la salubrité et le recyclage des déchets) et Nabonswendé – a dû abandonner des clients pour correspondre aux limites de son nouveau territoire. Avant le SDGD, l’association ASARED intervenait dans les secteurs 27 et 28 ; tandis que l’association Nabonswendé était basée au secteur 25. Le territoire de pré-collecte délimité dans cette partie de la ville et qui a été concédé à ce GIE regroupe les secteurs 13, 26 et 27 (zone 10). Pendant que l’association ASARED perd ses clients du secteur 28, l’association Nabonswenndé doit quitter son unique secteur de « base », le secteur 25. Les deux associations du GIE ont dû se « redéployer » dans deux secteurs dans lesquels elles n’avaient aucun client (figure 6).

Figure 6 : La relocalisation du GIE/ ANGE’CO et l’association Lagm-Yam

Figure 6 : La relocalisation du GIE/ ANGE’CO et l’association Lagm-Yam

Réalisation : Sory I., 2015 - Source : IGB (BNDT), 2002.

  • 6 Entretien avec Mme Zongo, responsable du GIE/ANGE’CO, février 2010.

22Comme l’encasernement des concessionnaires des territoires de pré-collecte, la relocalisation a désorganisé des acteurs qui se sont retrouvés sur de nouveaux territoires d’activité. Mme Zongo, responsable du GIE ANGE’CO, souligne que « quand le GIE a eu la zone 10, on a dit à chacun de se ranger dans sa zone. Donc on était obligé de quitter le secteur 28 où on avait plus de 200 abonnés6 ». Se retrouvant sur de nouveaux territoires, les nouveaux acteurs ont été contraints de sensibiliser les populations pour développer une nouvelle clientèle. Dans ce contexte, bien qu’étant adjudicataire des territoires de pré-collecte, les acteurs formels sont sur les mêmes bases que les acteurs informels constitués après l’appel d’offres et défavorisés par rapport à ceux qui exerçaient préalablement au Schéma Directeur de Gestion des Déchets. Ainsi, avec le SDGD, des acteurs formels ont été transformés en nouveaux acteurs dans leurs territoires de pré-collecte où ils doivent faire face à la concurrence des acteurs informels.

23Le redéploiement de ces nouveaux acteurs dans les territoires de pré-collecte permet de cerner des sous-territoires constitués à l’intérieur des territoires de pré-collecte.

2.3. Processus de formation des territoires et des sous-territoires de pré-collecte

24Le découpage de l’espace urbain en des territoires de pré-collecte et leur concession aux acteurs formels (PME et GIE) devaient permettre de constituer des territoires d’activité suffisamment vastes afin qu’elles soient économiquement rentables. Cette exigence a nécessité le regroupement des associations en GIE pour, à la fois, opérer une mutation de statut conforme au marché et constituer des organisations de grande taille capables de couvrir les territoires.

25Le redéploiement des PME et GIE a abouti à l’émiettement de certains territoires en sous-territoires à l’intérieur desquels exercent des organisations autonomes. Ceux concédés aux GIE sont les plus subdivisés. A l’intérieur de ces territoires, les déchets des sous-territoires – correspondant souvent aux limites de secteur – sont pré-collectés par les associations (zones 8, 9, 10 et 12). Les associations du GIE/SDS (zone 5) ont fusionné. Si l’implantation des PME dans leurs territoires ne s’est pas accompagnée de constitution de sous-territoires, il s’est en revanche opéré une redéfinition des territoires de pré-collecte de chaque entreprise.

26Ainsi, l’entreprise CGMED pré-collecte avec SENDES et ECMM dans la zone 3, avec seulement SENDES dans la zone 2 et seule dans la zone 6. Si l’entreprise SENDES est présente dans deux territoires de pré-collecte (zones 2 et 3), elle n’intervient que dans les trois secteurs (6, 7 et 9). L’entreprise ECMM, quant à elle, n’est cantonnée que dans le secteur 8. Après le désengagement de l’entreprise SEPROSEC de la pré-collecte domiciliaire, l’entreprise ECONFA pré-collecte dans la zone 4 ; tandis que l’entreprise ETE s’occupe de la zone 7. Excepté dans la zone 5, les territoires de pré-collecte des GIE se déclinent donc surtout sous forme de sous-territoires (figure 7).

Figure 7 : Redéploiement des concessionnaires dans les territoires de pré-collecte des déchets

Figure 7 : Redéploiement des concessionnaires dans les territoires de pré-collecte des déchets

27L’installation des concessionnaires sur leurs espaces de pré-collecte permet d’identifier des territoires dans lesquels exercent des associations fusionnées au sein de GIE (zone 5), des territoires à l’intérieur desquels une ou plusieurs entreprises exercent leurs activités (zones 1, 2, 3, 4, 6, 7 et 11) et des territoires subdivisés en sous-territoires (zones 8, 9, 10 et 12). Chacune de ces formes d’organisation des territoires de pré-collecte présente des avantages et des inconvénients en termes de maîtrise de l’espace urbain.

28La fusion d’associations au sein d’un même GIE permet au groupement de correspondre véritablement à son statut d’entreprise ; les objectifs du GIE devant devenir ceux de tous les membres. Sur le territoire, la pré-collecte peut être mieux organisée notamment à travers le renouvellement du matériel de travail. En effet, en se rassemblant et en unissant les ressources financières du GIE, les bénéfices permettent de dégager plus d’argents pour les investissements. Cependant, la seule expérience de fusion des associations a abouti à des conflits de leadership entre les responsables des différentes associations ; une des associations a même quitté le groupement et s’est constituée en acteur informel (cf. infra).

  • 7 Pour les pré-collecteurs des déchets à Ouagadougou, le « déménagement » consiste à transférer les d (...)

29La présence de plusieurs entreprises sur les mêmes territoires, tout en conservant leur autonomie, ne permet pas de faire une réelle différence entre la pré-collecte issue de l’appel d’offres et celle antérieure au schéma. Intervenant dans les mêmes secteurs, il est difficile de maîtriser les différents territoires de pré-collecte. L’avantage que présente cette forme d’organisation est qu’elle permet aux concessionnaires de territoires de se contrôler ; chaque pré-collecteur ayant moins de marges de manœuvre pour effectuer le « déménagement7 » (Sory et Tallet, 2012). La constitution de sous-territoires permet aux GIE de mieux quadriller l’espace en vue de le maîtriser. Toutefois, cela ne leur permet pas de rassembler les ressources financières pour réaliser des investissements ; chaque association fonctionnant de façon autonome. En réalité, la formation des GIE a d’abord répondu à l’exigence de l’appel d’offres et sert maintenant à les représenter lors des réunions officielles sans pour autant que cela se traduise par une existence réelle pour la pré-collecte. Dans les sous-territoires, les associations se substituent aux GIE, ce qui les amène à souvent adopter des comportements contraires aux prescriptions du SDGD : la pré-collecte des déchets au-delà des territoires de leur GIE et la production de décharges à travers le « déménagement ».

30La délimitation des territoires de pré-collecte qui a conduit à l’encasernement et/ou à la relocalisation des acteurs formels et les processus divers de formation de ces territoires et de sous-territoires ne sont pas les seules sources de difficultés de maîtrise des territoires de pré-collecte des acteurs officiels de cette étape de la filière des déchets à Ouagadougou. Dans les réformes de la filière, les effets de la circonscription des territoires apparaissent comme des facteurs limitant dès lors que les autorités municipales, pour des raisons diverses, ont été obligées d’admettre – quoique tacitement – l’existence des acteurs informels.

3. Des dynamiques territoriales à la fin de l’ingénierie spatiale

  • 8 Des contrats de sous-traitance entre concessionnaires de territoires et certaines associations ont (...)
  • 9 Entretien avec M. Danien Nikièma, responsable de l’entreprise CGEMED, février 2010.

31Avec la concession des territoires, la pré-collecte des déchets est censée être effectuée par les adjudicataires. Ils constituent avec les sous-traitants8, les pré-collecteurs formels de la filière. « Il y a des associations qui sont constituées en informel avec lesquelles on fait une certaine forme de sous-traitance, donc qui ne sont plus des informels9 ». Par contre, des associations de pré-collecte ou des pré-collecteurs individuels qui ne sont pas concessionnaires de territoires et qui n’ont pas signé de contrats de sous-traitance constituent des acteurs informels de la filière. La multiplication de ces acteurs informels rend complexe leur caractérisation. Mas et Vogler (2006) identifient plusieurs types d’informels : des « associations structurées », des « groupements non structurés » et des « charretiers individuels ». Cette distinction est fondée, entre autres, sur le statut juridique des différentes organisations de pré-collecte, leur taille et le nombre de leurs abonnés. L’observation des pratiques des acteurs informels permet de ne retenir que leurs stratégies dans la filière comme variable pertinente pour leur classification. Ces stratégies permettent de distinguer deux types d’informels : les informels permanents et les informels occasionnels.

32Parmi les informels permanents se trouvent des associations – qui n’ont pas pu postuler à l’appel d’offres ou qui se sont constituées après cet appel – et des pré-collecteurs individuels qui, eux aussi, sont soit intervenus avant l’application du SDGD, soit se sont intéressés à cette activité après l’appel d’offres. La caractéristique commune aux pré-collecteurs informels permanents est que la pré-collecte constitue leur activité principale ; ils ont, comme les acteurs formels, des abonnés (clients). Ils déploient des stratégies basées sur la réduction de la redevance pour concurrencer les acteurs formels.

  • 10 Entretien avec M. Sabo Souleymane, responsable du Service Nettoyage et Collecte des Déchets de la D (...)

33« Par exemple, il arrive que les adjudicateurs enlèvent [pré-collectent] les déchets à 1000 FCFA et un informel peut venir se pointer devant la porte, il dit ok moi le GIE [Groupement d’Intérêt Economique] vient prendre les déchets à 1000 FCFA mais moi, je vais faire ça à 300 FCFA. Mais le chef de ménage, il est assis chez lui, il dit d’accord, il n’y a pas de problème et le marché est conclu. Il court-circuite le GIE en question dans sa propre zone. C’est comme ça ils font les informels10 ».

34Cette pratique, de la part de ce type d’acteur informel, n’est pas ponctuelle ; elle est permanente. Elle participe de la stratégie de recherche de clients et de leur fidélisation. Les contrats passés avec ces clients sont généralement des contrats verbaux. Comme les acteurs formels, ils sont rémunérés mensuellement à 500 FCFA pour un « enlèvement » par semaine. La conséquence immédiate de cette stratégie offensive des acteurs informels permanents est la baisse de la redevance et du nombre des clients des acteurs formels.

  • 11 Selon le SDGD, les Ouagalais étaient disposés à payer mensuellement une redevance de plus de 1 000  (...)

35Les informels permanents se développent et s’insèrent dans la filière grâce à leur souplesse et au manque d’information et de sensibilisation des citadins qui, dans un tel contexte, préfèrent le « mieux disant ». Les estimations ambitieuses de la redevance prévues dans le SDGD11 se confrontent à la réalité du terrain ; les acteurs formels sont obligés de réduire leur redevance du fait de la concurrence des informels permanents. En plus de ces informels permanents « identifiables », d’autres types d’informels s’adonnent à la pré-collecte de façon occasionnelle.

  • 12 Interview avec Madame Zongo, responsable du GIE/ANGE’CO, février 2010

36Comme leur nom l’indique, les pré-collecteurs occasionnels interviennent de façon sporadique dans la filière. La pré-collecte constitue, pour eux, une activité secondaire. Ils utilisent plusieurs types de moyens de transport pour le ramassage des ordures. Des vendeurs de sable, par exemple, peuvent, après avoir livré leur marchandise chez le client, passer de cour en cour pour proposer leurs services pour d’autres activités dont la pré-collecte des déchets. Pour ces acteurs, la pré-collecte constitue une activité de substitution. Ceux qui n’ont pas ces moyens de transport adaptés se « débrouillent » par tous les moyens pour exercer cette activité ; « il y a même d’autres qui ont des pousse-pousse d’eau pour ramasser, d’autres ramassent dans des sacs sur des vélos, il y a donc du tout12 ».

37Les pré-collecteurs informels occasionnels adoptent des stratégies encore plus flexibles que celles des informels permanents. En effet, étant prêt à exercer « tout type » d’activités, ils sont rémunérés par service rendu. Cette rémunération peut être en argent ou en nature (la nourriture par exemple). La grande différence avec les informels permanents est que les informels occasionnels n’ont pas de clients ; ils ne procèdent pas par des abonnements.

38Si la présence des informels occasionnels influe peu sur le nombre de clients des autres types d’acteurs (informels permanents et formels), elle encourage des Ouagalais à ne pas s’abonner. Tout en exerçant ponctuellement la pré-collecte, les informels occasionnels participent ainsi à désorganiser la filière.

  • 13 Entretien avec Mme Bouda Léocadie, CREPA, février 2010.
  • 14 Entretien avec Madame Zongo, responsable du GIE/ANGE’CO, février 2010.

39Par leur nombre et la fluctuation de leur statut, il est quasi impossible de dénombrer les pré-collecteurs informels. Ils « dérangent » considérablement les concessionnaires des territoires de pré-collecte. L’émiettement de ces acteurs informels – il existe rarement de liens entre eux – et le caractère éphémère des informels occasionnels ne doivent pas voiler la taille et le niveau d’organisation de certaines associations informelles. En effet, l’association SOS Paspanga, qui intervient dans la majorité des secteurs de l’arrondissement de Baskuy, « est mieux organisée que certaines entreprises de pré-collecte13 ». Leur part dans la pré-collecte « dépasse même [celle de] ceux qui ont eu le marché14 ». La persistance des acteurs informels dans la filière participe à la remise en cause des territoires issus de l’ingénierie spatiale.

40La présence des pré-collecteurs informels dans les territoires a entrainé une recomposition de ces territoires. Les concessionnaires des territoires de pré-collecte ont procédé à la formation de sous-territoires pour atténuer la concurrence des acteurs informels. Selon les objectifs et conditions de leur constitution, ces sous-territoires sont soit relégués, soit sous-traités, soit issus de processus de morcellement.

  • 15 Il est prévu que les sept associations sous-traitantes du secteur 30 paient entre 10 à 20% de leurs (...)

41Les sous-territoires relégués sont le produit des arrangements entre pré-collecteurs formels et informels. Ils sont délimités pour des acteurs informels qui le souhaitent. Ces sous territoires ont pour objectif de circonscrire la concurrence des acteurs informels. Les bénéficiaires des sous-territoires ne paient pas de redevance à l’adjudicataire du territoire de pré-collecte. Pourtant, cette entente tacite permet aux acteurs informels d’avoir les mêmes droits que les acteurs formels à l’intérieur des limites des sous-territoires relégués. Sur cet aspect, les sous territoires relégués s’apparentent aux sous territoires sous-traités. Cependant, la sous-traitance nécessite un contrat formel et l’association sous-traitante est tenue de payer une certaine somme15 au concessionnaire du territoire de pré-collecte. Dans la réalité, la sous-traitance consiste à cantonner les associations signataires dans les limites des sous-territoires qui, de ce fait, sont des territoires de relégation. M. Nikiéma, responsable de l’entreprise CGMED, qualifie la sous-traitance comme un accord gagnant-gagnant entre acteurs formels et informels :

  • 16 Entretien avec Damien Nikiéma, responsable de l’entreprise CGMED, février 2010.

42« Les associations paient un certain pourcentage. Elles paient entre 10 et 20 % de leurs abonnés. Mais disons que ça c’est une entente pour permettre à tout le monde de s’en sortir parce que je ne vais pas vérifier sur le terrain. Je leur demande combien d’abonnés elles ont et elles me le disent. Quand quelqu’un te dit qu’il a 20 abonnés, tu fais avec. L’objectif ici est de pouvoir intégrer les gens et permettre que nous puissions travailler en synergie parce que moins il y a d’acteurs sur le terrain mieux le message arrive à passer et le travail est plus organisé16 ».

43Des sous-territoires sous-traités apparaissent, dans ce contexte, comme des sous-territoires de relégation. Pour les acteurs formels, même si les associations sous-traitantes ne paient pas la redevance, l’important est d’obtenir qu’elles ne pré-collectent pas au-delà des sous-territoires qui font l’objet de sous-traitance.

44En plus des dynamiques des territoires, du fait des arrangements entre associations informelles et pré-collecteurs formels, des territoires comme la zone 5 ont fait l’objet de morcellement. Les associations constitutives du GIE de ce territoire ont décidé de se partager les différents quartiers de leur territoire formant ainsi des sous-territoires morcelés. Dans la Zone 11, pour diverses raisons, l’entreprise pré-collectrice a abandonné l’activité faisant de ce territoire le no-man’s land de la ville où tous les types d’acteurs (formels et informels) interviennent.

45Le respect des limites des sous territoires par les associations reléguées ou sous-traitantes est rare. Elles pré-collectent généralement au-delà de ces sous territoires issus des différents arrangements. La logique de rentabilité qui anime ces associations rend inefficace les stratégies d’atténuation de la concurrence. Le morcellement du territoire de la zone 5 n’a pas permis de contenir les associations dissidentes dans les limites des sous territoires constitués.

46Les pratiques de débordement ne concernent pas que les sous territoires. Elles ne sont non plus le seul fait des associations reléguées ou sous-traitantes. Les concessionnaires des territoires de pré-collecte interviennent aussi au-delà des limites de leur zone d’influence. Par exemple, l’entreprise CGMED, pré-collecte des déchets dans les zones 5 et 10 (respectivement au secteur 13 et à Ouaga 2000) ; tandis que l’association Lagm-Yam n’a pas cessé d’intervenir dans le secteur 10. M. Tapsoba, responsable de l’entreprise ECONFA, souligne que pour « compenser le manque à gagner » occasionné par la concurrence des pré-collecteurs informels, tous les acteurs se soucient peu des limites des territoires. La persistance des acteurs informels et le non respect des limites des territoires de pré-collecte par des associations reléguées ou sous-traitantes font que le découpage de la ville n’a plus qu’une existence théorique. Actuellement, le respect des territoires de pré-collecte par les acteurs formels n’est pas forcément guidé par le souci de cohérence avec le SDGD mais bien par la disponibilité de clients sur le territoire. Les jeux des différents acteurs (formels et informels) participent ainsi à la remise en cause de l’objectif de responsabilisation à travers la création des territoires de pré-collecte. Le débordement des sous-territoires par les associations reléguées et sous-traitantes, la transgression des limites des territoires par les concessionnaires des territoires de pré-collecte et la persistance des autres pré-collecteurs informels (permanents et occasionnels) marque la fin de l’ingénierie spatiale mise en œuvre dans le cadre de l’application du SDGD, le retour à la situation de départ.

Conclusion

47La reconfiguration des territoires de pré-collecte ou la fin de l’ingénierie spatiale à Ouagadougou n’est pas le fait de pressions ouvertes de la part des pré-collecteurs informels (permanents et occasionnels) comme les zabbalîn au Caire (Florin, 2010). Celle-ci s’est opérée grâce au fort ancrage local de ces associations et à la désorganisation des « bases » des organisations (GIE et PME) concessionnaires des territoires de pré-collecte. La relocalisation ou l’encasernement de ces organisations a été un handicap face aux associations informelles qui, elles, n’ont connu aucune restriction spatiale dans la pratique. A l’intérieur des sous-territoires et territoires, les stratégies développées par les pré-collecteurs informels participent à davantage fragiliser l’influence des pré-collecteurs formels.

48A la veille du prochain appel d’offres (initialement prévu pour 2012 mais toujours en attente), la remise en cause des territoires de pré-collecte, supports de responsabilisation des acteurs de la première étape de la filière met à jour le débat sur l’adaptation du SDGD au contexte de Ouagadougou. Il convient de s’interroger sur la validité des recommandations du SDGD concernant la constitution des territoires de pré-collecte : territoire économiquement rentable et nombre peu élevé. Au contraire, l’augmentation du nombre de territoires pourrait contribuer à l’atteinte de l’efficacité à travers la responsabilisation d’un grand nombre d’associations. Aussi, l’incorporation de nouvelles associations, résultat de la flexibilité des GIE, constitue un moyen d’atténuation de la concurrence. De la coordination des différentes associations membres des GIE et la gouvernance de cette multiplicité d’acteurs dépendra la qualité du service de collecte des déchets à Ouagadougou.

Haut de page

Bibliographie

Bayili P. P., 2001, Gestion et valorisation des déchets solides dans les villes africaines : contribution à la définition d’un plan de gestion, in K. Wyss, Gestion par leurs occupants d’environnements urbains défavorisés au sahel, CSRS, pp. 72-85.

Chalot F., 2004, De l'amont vers l'aval : l'émergence d'une véritable filière de gestion des déchets adaptée aux villes africaines, in C. Le Jallé, C. Baehrel et F. Adegnika (coord.), Gestion durable des déchets et de l'assainissement urbain, pS-Eau et PDM, pp : 45-69.

Dessau-Soprin, 2000, Schéma directeur de gestion des déchets dans la ville de Ouagadougou, 415 p.

Dubresson A., Jaglin S., 2002, La gouvernance urbaine en Afrique subsaharienne : pour une géographie de la régulation, in F. Bart, J. Bonvallot, R. Pourtier, Regards sur l'Afrique, Historiens et Géographes, pp. 67-75.

Florin B., 2010, Réforme de la gestion des déchets et reconfigurations des territoires professionnels des chiffonniers du Caire, Géocarrefour, vol. 85, n° 2, pp. 109-118.

INSD (Institut National de la Statistique et de la Démographie), 2009, Thème 16 : projections démographiques 2007-2050, INSD, 108 p.

Jaglin S., 1991, Pouvoirs urbains et gestion partagée : équipements et services de proximité dans les périphéries, Thèse de doctorat, Institut Français d'urbanisme, Université Paris VIII, 1169 p.

Mas S., 2009, Ce que les fonctionnaires municipaux font aux réformes : la mise en œuvre de politiques de gestion des déchets financées par la Banque mondiale au Burkina Faso et au Ghana, Pyramides, [consulté le 28 juillet 2013], pyramides.

Mas S., Vogler C., 2006, Les déchets solides dans la ville de Ouagadougou : État des lieux de la gestion. État des lieux de la valorisation, rapport de stage, CREPA, 122 p.

Quenot H., 2007, Construction du champ politique local et politiques de propreté à Accra et Ouagadougou, in L. Fourchard (dir.), Gouverner les villes d'Afrique. État, gouvernement local et acteurs privés, Karthala, pp. 69-88.

Sory I.., Tallet B., 2012, Des choix d’aménagement urbain porteurs d’inégalités sociales et environnementales : La gestion des déchets solides à Ouagadougou (Burkina Faso), Flux, n° 89/90, pp. 79-89.

Sory I., 2013, « Ouaga la belle ! » Gestion des déchets solides à Ouagadougou : enjeux politiques, jeux d’acteurs et inégalités environnementales, Thèse de doctorat en Géographie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 355 p.

Soura B.-A, 2009, Analyse de la mortalité et de la santé des enfants à Ouagadougou : inégalités spatiales, effets individuels et effets contextuels, Presse Universitaire de Louvain, 279 p.

Haut de page

Notes

1 Les données utilisées dans cet article ont été collectées dans le cadre d’une thèse sur « Ouaga la belle ! Gestion des déchets solides à Ouagadougou : enjeux politiques, jeux d’acteurs et inégalités environnementales ». Celle-ci a été soutenue le 21 février 2013 à Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

2 Le CEGECI avait pour rôle la perception des loyers des habitations en cours de location-vente et des Habitations à Loyer Modéré, l’entretien des habitations des cités à sa charge et la signature de contrats de prestation de service avec les entreprises privées de collecte des déchets. Ce centre a été épaulé dans ces actions par la Société Nationale des Terrains Urbains (SONATUR) à partir de 1997.

3 Du point de vue administratif, Ouagadougou est divisée en secteurs depuis 1983. Les secteurs sont regroupés en arrondissements dirigés chacun par un maire. L’ensemble des arrondissements forment la commune de Ouagadougou dirigé par un maire central. Les secteurs et les arrondissements qui étaient respectivement au nombre de 30 et 5, ont subi un nouveau découpage en 2012 et sont désormais au nombre de 55 et 12.

4 Il s’agit des pré-collecteurs privés structurés ou non : pré-collecteurs organisés en association ou non et Petites et Moyennes Entreprises (PME)

5 Entretien avec M. Tapsoba Roger, responsable de l’entreprise ECONFA, février 2010.

6 Entretien avec Mme Zongo, responsable du GIE/ANGE’CO, février 2010.

7 Pour les pré-collecteurs des déchets à Ouagadougou, le « déménagement » consiste à transférer les déchets des sources de production vers les espaces vacants de la ville.

8 Des contrats de sous-traitance entre concessionnaires de territoires et certaines associations ont permis à ces dernières d’intégrer la filière.

9 Entretien avec M. Danien Nikièma, responsable de l’entreprise CGEMED, février 2010.

10 Entretien avec M. Sabo Souleymane, responsable du Service Nettoyage et Collecte des Déchets de la Direction de la Propreté, décembre 2009

11 Selon le SDGD, les Ouagalais étaient disposés à payer mensuellement une redevance de plus de 1 000 FCFA.

12 Interview avec Madame Zongo, responsable du GIE/ANGE’CO, février 2010

13 Entretien avec Mme Bouda Léocadie, CREPA, février 2010.

14 Entretien avec Madame Zongo, responsable du GIE/ANGE’CO, février 2010.

15 Il est prévu que les sept associations sous-traitantes du secteur 30 paient entre 10 à 20% de leurs recettes à l’entreprise CGMED. Quant-aux autres associations sous-traitantes de la ville, tandis que les autres sous-traitants de la ville doivent payer chacun mensuellement 25 000 FCFA aux concessionnaires des territoires

16 Entretien avec Damien Nikiéma, responsable de l’entreprise CGMED, février 2010.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Structuration du tissu urbain de Ouagadougou
Crédits Réalisation : Sory I., 2015 - Source : IGB (BNDT), 2002 ; Boyer, 2010.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3168/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Figure 2 : Répartition spatiale des bacs à ordures et des décharges contrôlées de Ouagadougou en 1987
Crédits Réalisation : Sory I., 2015 - Source : Décharge contrôlée et bac à ordure (Jaglin, 1995a) ; Fond de carte (IGB, 2002).
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3168/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 3 : Les secteurs d’intervention des acteurs publics et des entreprises en 1992
Crédits Réalisation : Sory I., 2015 - Source : Comparoé et Kaboré, 1998 ; IGB (BNDT), 2012.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3168/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Figure 4 : Territoires de pré-collecte et centres de collecte des déchets à Ouagadougou
Crédits Réalisation : Sory I., 2015 - Source GB (BNDT), 2002, relevé de terrain 2008.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3168/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Figure 5 : L’encasernement des entreprises CGMED et ECONFA
Crédits Réalisation : Sory I., 2015 - Source : IGB (BNDT), 2002.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3168/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Figure 6 : La relocalisation du GIE/ ANGE’CO et l’association Lagm-Yam
Crédits Réalisation : Sory I., 2015 - Source : IGB (BNDT), 2002.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3168/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre Figure 7 : Redéploiement des concessionnaires dans les territoires de pré-collecte des déchets
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3168/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Issa Sory et Abdramane Soura, « L’ingénierie spatiale à l’épreuve des jeux d’acteurs : dynamiques des territoires de pré-collecte des déchets à Ouagadougou (Burkina Faso) », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 27-28 | 2015, mis en ligne le 08 juin 2016, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://tem.revues.org/3168 ; DOI : 10.4000/tem.3168

Haut de page

Auteurs

Issa Sory

Enseignant-chercheur
Département de Géographie
Université de Koudougou
Burkina Faso
soryssa@yahoo.fr

Abdramane Soura

Enseignant-chercheur
Institut Supérieur des Sciences de la Population
Université de Ouagadougou
Burkina Faso
bassiahi@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page