Navigation – Plan du site
Articles

De la production sociale de la ville à la production de vulnérabilités, l’exemple de la ville de Djibouti

From the social production of the city to the production of vulnerabilities, the example of the city of Djibouti
Amina Said Chiré

Résumés

L’article analyse la façon dont le développement de la ville de Djibouti génère des facteurs de vulnérabilité sociale pour une part importante de ses habitants. Pour atteindre cet objectif, il teste la pertinence d’une approche dimensionnelle pour appréhender les processus sociaux, politiques et économiques par lesquels la production de la ville génère l’apparition de facteurs de vulnérabilité. Les principaux postulats défendus reposent d’une part, sur le rôle des inégalités socio-spatiales qui caractérisent la ville dans la construction de facteurs de vulnérabilité aux risques naturels et anthropiques. D’autre part, ils reposent sur les raisons profondes qui font de l’exclusion et de la marginalisation des uns les conditions de la réduction de la vulnérabilité des autres, et en particulier l’acteur étatique. Dans ce sens, les héritages en matière de politique urbaine et économique sont questionnés pour rechercher les déterminants sociaux et spatiaux de la construction de facteurs de vulnérabilité. Les résultats atteints semblent aller au-delà de cette contribution : les inégalités socio-spatiales sont bien à l’origine de la construction de facteurs de vulnérabilité sociale à Djibouti pour les plus pauvres mais également pour l’acteur étatique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Généralement définie comme l’incapacité d’un système à faire face à un choc quel qu’il soit, la vul (...)
  • 2 Expression empruntée à Martinais et al. (2006)

1Cet article se propose d’analyser la façon dont la production de la ville de Djibouti génère l’apparition de facteurs de vulnérabilité sociale1 (Veyret et Réghezza, 2006). La mise en évidence de ces facteurs n’est pas l’unique objectif. L’ambition est plus grande, car elle vise également la mise au jour des processus par lesquels ceux-ci se construisent et se reproduisent. Pour appréhender cette véritable « fabrique »2 de facteurs de vulnérabilité, nous retenons comme clé de lecture privilégiée les problèmes d’insertion urbaine des migrants qui y affluent massivement et qui figurent parmi les catégories sociales les plus marginalisées. Les vulnérabilités qui caractérisent le développement de la ville peuvent être lues à travers les conditions de leur accès au sol et aux services urbains. Pour ce faire, nous proposons de tester la pertinence d’une approche dimensionnelle. Cette démarche repose sur le principe que l’espace est une production sociale et procède du décodage des rapports que les hommes nouent entre eux via ceux qu’ils nouent avec l’espace pour en appréhender « les formes » et « organisations géographiques » qui en découlent (Di Méo, 2011). En effet, analyser la manière dont le développement de la ville produit des facteurs de vulnérabilité sociale revient à questionner les rapports sociaux via ceux que les sociétés établissent avec leur espace. Dans la mesure où l’on peut considérer les vulnérabilités sociales comme la traduction d’inégalités, la géographie sociale peut en permettre une lecture pertinente et audacieuse, car l’étude des inégalités est bien au cœur de son engagement intellectuel. Elle est également au centre des recherches sur la vulnérabilité qui s’intéressent de plus en plus aux conditions de survenue des risques et par conséquent aux inégalités qu’elles sont susceptibles de traduire.

2Pour mener à bien notre analyse, nous construirons notre démonstration autour de trois parties. Nous décrirons d’abord les inégalités socio-spatiales qui caractérisent aujourd’hui la ville de Djibouti. Nous postulons qu’elles sont à l’origine de la production de facteurs de vulnérabilité aux risques naturels et anthropiques. Nous nous attacherons ensuite à l’examen simultané des processus sociaux, politiques et économiques, de leur construction dans le temps et dans l’espace. Dans ce sens, nous questionnerons les héritages laissés par la colonisation française, ainsi que la politique menée depuis l’indépendance. Concomitamment, nous mobiliserons les concepts d’espace, d’action et d’acteur. Utilisé dans le sens de « produit social » d’un point de vue « matériel » comme d’un point de vue « symbolique » (Di Méo, 2011), conformément à l’approche retenue, le concept d’espace sera convoqué pour appréhender le fonctionnement de la « fabrique » de facteurs de vulnérabilité. Par ailleurs l’action par laquelle l’espace est produit ne peut s’envisager sans acteur et sans territoire d’action. Si nous définissons l’action comme « l’activité publique par excellence » (Séchet, 2006), cet élément « agissant » (Di Méo, 2011) qu’est l’acteur sera mobilisé pour appréhender la production sociale de l’espace urbain. Nous distinguerons à cette occasion les acteurs individuels et des acteurs collectifs qui peuvent, ou non, disposer d’une légitimité institutionnelle. Nous terminerons notre analyse par une réflexion sur le concept de vulnérabilité sociale. La construction de la vulnérabilité sociale que nous définissons de façon classique comme « la propension d’un individu ou groupe social à subir un risque quel qu’il soit » (D’Ercole, 1994) ne concerne pas seulement les exclus et les marginalisés. Nous postulons qu’elle est partagée par toute la communauté urbaine voire nationale. La production de facteurs de vulnérabilité sera appréhendée suivant une méthode analytique, à la fois qualitative et quantitative. Notre approche sera qualitative lorsqu’il s’agira d’explorer les processus de construction de la vulnérabilité sociale. Dans ce sens, des données primaires issues d’observations de terrains seront mobilisées. Notre approche sera quantitative lorsqu’il s’agira de mesurer précisément les inégalités socio-spatiales et les facteurs de vulnérabilité qui en résultent. Dans ce cas, notre démonstration s’appuiera essentiellement sur des indicateurs statistiques empruntés à « l’Enquête Djiboutienne auprès des Ménages » ou EDAM n° 3 (DISED ,2012), une enquête nationale reconduite régulièrement. Ces indicateurs sont les différents taux d’accès au foncier, au logement, aux services urbains de base (eau, électricité, assainissement et drainage, ramassage des ordures), à l’emploi, etc.

1. La ville de Djibouti, un espace fortement inégalitaire

3Pour appréhender la façon dont le développement de la ville génère des facteurs de vulnérabilité sociale pour le plus grand nombre de ses habitants, nous proposons de partir de sa situation actuelle. La description des différents types d’inégalités qui caractérisent aujourd’hui cet espace est nécessaire à la reconstitution, dans une deuxième partie, des processus par lesquels ces exclusions favorisent ou pas l’apparition de facteurs de vulnérabilité.

  • 3 Depuis la mise en place de la décentralisation en 2006, la République de Djibouti est divisée en si (...)

4Petit pays d’Afrique de l’est, la République de Djibouti compte, d’après le dernier recensement général de la population et de l’habitat conduit par la DISED (2009), 818 159 habitants répartis sur une superficie de 23 200 km². Au recensement de 1983, le pays ne comptait que 279 900 habitants. En l’espace de 26 ans, sa population a presque triplé. L’appréhension de l’espace djiboutien peut ainsi commencer par le rappel de quelques caractéristiques majeures. La République de Djibouti, pays fortement urbanisé avec un taux de 80 %, se situe dans un ensemble est-africain où le nombre des citadins est parmi le plus faible du continent. Son territoire se caractérise également par un déséquilibre démographique et territorial. Hypertrophiée, sa capitale Djibouti-ville qui domine le réseau urbain national fait face un véritable désert dans le reste de l’État. D’après le recensement de 2009, la ville regroupe à elle seule près de 58 % des habitants du pays. Sa région3 en concentre 68 % sur 2 % du territoire, soit 556 348 habitants. L’agglomération accueille ainsi chaque année 15 000 à 20 000 nouveaux habitants. Comme nous allons le voir plus loin, cette concentration démographique est synonyme de pauvreté et d’insuffisances à tous les niveaux : emplois, logements, terrains à bâtir, réseaux et services urbains, équipements publics, etc (DHU, 2012).

Carte 1 : Situation de la ville de Djibouti

Carte 1 : Situation de la ville de Djibouti

Source : DISED-Carte établie par Amina Saïd Chiré, 2015.

  • 4 Madréporique : constitué à partir de coraux morts.
  • 5 Administrativement, cet arrondissement est rattaché au premier arrondissement.

5Etalée sur une superficie totale de 5 850 hectares, l’agglomération de Djibouti-ville se compose de six arrondissements répartis sur trois sites distincts : les quatre plateaux madréporiques4 originaux, la plaine alluviale, les collines de Balbala. L’arrondissement 0 (commune de Ras Dika), appelé également centre, est situé sur les plateaux madréporiques5. Composé de bâtiments accueillant l’essentiel des administrations et des activités économiques du pays, il regroupe 1,2 % de la population de la ville. Les arrondissements 1, 2, et 3 (commune de Boulaos), localisés dans la plaine alluviale de l’oued Ambouli, en accueillent 38,7 %, (arrondissement 1 : 9,9 % ; arrondissement 2 : 21 % ; arrondissement 3 : 7,8 %). Les arrondissements 4 et 5, situés sur les collines de Balbala (commune de Balbala), sur la rive ouest de l’oued Ambouli, abritent quant à eux 60,2 % des habitants (arrondissement 4 : 33,5 % ; arrondissement 5 : 26,7 %) selon « l’Enquête Djiboutienne auprès des Ménages » n° 3 DISED, 2012).

Carte 2 : Les différents secteurs urbains

Carte 2 : Les différents secteurs urbains

Source : DISED-Carte établie par Amina Saïd Chiré, 2015.

  • 6 68,8 % de la population ont accès à un système sanitaire amélioré.
  • 7 Mortalité infantile de 67‰ pour le pays entier.

6La forte croissance de la population de la ville s’est acompagnée du développement d’un espace urbain inégalitaire dans lequel on distingue des espaces intégrés et prospères et des espaces sous-intégrés voire marginalisés. La marge, qui traduit l’idée de bordure mais aussi de celle de mise à l’écart, doit d’abord son existence aux politiques, aux représentations sociales qui les sous-tendent et aux relations de pouvoir qui en découlent. Les pouvoirs publics produisent ainsi des règles et des normes qui créent la marginalité (Sierra et Tadié, 2008). C’est le cas dans la ville de Djibouti où à ce jour de nombreux secteurs urbains densément peuplés ne présentent pas les caractéristiques physiques et sociales d’un milieu urbain. Ces territoires sont essentiellement regroupés dans la commune de Balbala. Tout en accueillant la majorité de la population (60,2 %), ils enregistrent depuis leur apparition dans les années 1960 de grands retards en termes d’équipements urbains et d’infrastructures. Les exclusions que supportent leurs habitants se manifestent à travers des taux élevés d’habitat précaire, un faible accès aux services publics de base (eau, électricité, assainissement et drainage6, ramassage des ordures), des indicateurs de santé préoccupants7, des niveaux d’instruction encore faibles comme détaillé dans les tableaux qui suivent (tableaux 1, 2 et 3). Ces inégalités socio-spatiales, que l’on peut considérer comme les marqueurs sociaux de la situation de marginalité de ces espaces, prédisposent les citadins à subir un certain nombre de risques d’origine naturelle ou anthropique.

Tableau 1 : Les caractéristiques physiques et sociales de la commune de Balbala

Secteur
urbain

Population

Electri-
fication

Accès au réseau d’eau

Accès à l’assainis-
sement en réseau

Accès à l’assainis-
sement individuel ou
latrines

Accès au ramassage des ordures

Arrondissement 4

33,5 %

45,6 %

20 %

0 %

20 %

23,4 %

Arrondissement 5

26,7 %

54,6 %

20 %

0 %

20 %

31,9 %

Total ou Moyenne de Balbala

60,2 %

50,1 %

20 %

0 %

20 %

26,65 %

Total ou Moyenne de la ville

100 %

66,5 %

32,2 %

20,7 %

Nd*

38,2 %

*Nd : non disponible

Source : Tableau reconstitué par nos soins à partir des données de l’EDAM n° 3

7Concernant l’accès à l’électricité, la faible couverture électrique de la commune de Balbala contraint ses habitants à recourir à d’autres sources d’énergie telles que le pétrole lampant utilisé par « 24,7 % des habitants de la ville » (DISED, 2012). Tout comme la faiblesse de leur taux de raccordement au réseau d’eau potable les contraint à recourir aux services de revendeurs d’eau dont les prestations sont beaucoup plus coûteuses. Mais les inégalités les plus fortes concernent l’accès au sol urbain (tableau 2).

Tableau 2 : La sécurité foncière

  • 8 Ménages occupant des logements construits sans aucune autorisation foncière et donc en situation ir (...)

Secteur urbain

Ménages propriétaires

Ménages en concession provisoire

Ménages sans statut foncier8

Autre

Arrondissement 4

14,8 %

Nd

23,9 %

Nd

Arrondissement 5

15,7 %

Nd

Nd

Nd

Balbala

15,25

Nd

Nd

Nd

Plateaux

41,2 %

Nd

Nd

Nd

Plaine alluviale

50,1 %

Nd

Nd

Nd

Moyenne de la ville

24,3 %

30,2 %

10 %

35,6 %

Source : Tableau reconstitué par nos soins à partir des données de l’EDAM n° 3.

8Comme le montrent les indicateurs statistiques relevés dans le tableau n° 2, les arrondissements 4 et 5 comptent peu de ménages propriétaires de leur logement. Le 4ème arrondissement compte même une part importante de ménages sans statut foncier en comparaison aux autres secteurs urbains. L’insécurité foncière que traduit cette situation contraint les habitants à vivre dans des logements précaires, et souvent étriqués comme indiqué dans le tableau 3.

Tableau 3 : La précarité de l’habitat

Secteur urbain

Habitat en dur (murs en ciment, pierre ou brique, toit de tuile ou de béton, sols en ciment ou recouvert de carrelage ou de planche)

Habitat intermédiaire (toit en tôle ondulée et murs en ciment ou en bois et tôle, sols en ciment ou recouvert de carrelage)

Habitat précaire (murs en tôle et bois, paille ou matériaux de récupération, toit en tôle ondulée et sol en terre ou recouvert de ciment)

Arrondissement 4

5 %

Nd

Nd

Arrondissement 5

5 %

Nd

Nd

Total ou Moyenne de Balbala

5 %

Nd

Nd

Moyenne de la ville

10 %

58,1 %

31,7 %

Plateaux

50 %

Nd

4,7 %

Plaine alluviale

16 %

Nd

16,5 %

Source : Tableau reconstitué par nos soins à partir des données de l’EDAM n° 3.

Carte 3 : Les différents secteurs urbains

Carte 3 : Les différents secteurs urbains

Source : Urbaplan 2012. Carte établie par Amina Saïd Chiré, 2015.

9Les inégalités relevées dans les tableaux ci-dessus peuvent être source de facteurs de vulnérabilité puisqu’elles exposent les habitants des quartiers périphériques aux risques qui touchent régulièrement la ville. Le risque résultant de l’addition aléa et vulnérabilité, la précarité du logement les prédispose par exemple à subir le risque d’incendie, d’autant plus que 60,6 % des ménages de la ville utilisent le pétrole lampant pour la cuisine d’après les enquêtes de la DISED (2012). Parmi les facteurs de vulnérabilité au risque d’incendie, on peut également évoquer les défaillances électriques à l’origine plus de 50 % des incendies constatés dans la ville (cf. Protection Civile citée par Omar Ali, 2011). Ces défaillances sont à relier à des problèmes de fraude électrique qui prennent leur source dans la faible électrification de certains secteurs urbains. La précarité du logement peut également représenter un facteur de vulnérabilité au risque d’inondation qui est loin d’être anodin (tableau 4). En effet, entre 1977 et 2004, la ville de Djibouti a connu huit grandes inondations qui ont causé des dégâts économiques et humains importants selon B. Omar Ali (2011). Les quartiers les plus exposés à ce risque restent ceux de la plaine alluviale et ceux de Balbala situés en bordure de l’oued Ambouli.

Tableau 4 : L'historique des inondations survenues entre 1977 et 2008

Aléa

Année

Nombre total des décès

Nombre des personnes affectées

Dommage

estimé en millions de dollars

Inondation

1977

Nd

91 000

Nd

Inondation

1978

Nd

106 000

2500

Inondation

1981

25

102 000

Nd

Inondation

1989

10

150 300

Nd

Inondation

1993

0

20 000

1100

Inondation

1994

145

120 000

Nd

Inondation

2001

0

95 000

Nd

Inondation

2004

230

115 000

1600

Source : (Rapport National, Gestion des risques et des catastrophes : http://www.unisdr.org/​2005/​mdgsdrr/​national-reports/​Djibouti-report.pdf)

  • 9 Secrétariat d’État à la Solidarité Nationale.

10La précarité du logement allant de pair avec son étroitesse, la promiscuité qui en découle prédispose les citadins au risque sanitaire d’infection par le Bacille de Koch, comme leur exclusion du réseau d’assainissement et du ramassage des ordures constitue un facteur de vulnérabilité au risque d’infection par le Choléra ou le paludisme (tableau 5). La tuberculose est une maladie très courante dans le pays qui présente, avec un taux d’infection de 121/100 000, l’une des prévalences les plus élevées au monde. Elle constitue un problème de santé majeur avec des « taux estimés à 620 pour l'incidence, à 897 pour la prévalence et à 76 pour la mortalité, pour 100 000 habitants » en 2010 (SESN9, 2013). Transmis toute l'année, le paludisme est également épidémique et touche tous les groupes d'âge.

11L’insécurité foncière, quant à elle, peut représenter un facteur de vulnérabilité au risque d’expulsion de la parcelle occupée (Faye, 2014).Dans les secteurs périphériques, des déguerpissements sont régulièrement entrepris par les pouvoirs publics pour démanteler les poches d’habitat spontané, dégager les espaces réservés à la voirie ou autres équipements publics et redorer l’image de la ville. L’insécurité foncière et la précarité résidentielle peuvent donc être considérées comme des facteurs de vulnérabilité sociale (Groupe Huit-Sedes, 1983).

Tableau 5 : les risques sanitaires

Infection

Prévalence

Incidence

Mortalité

Bacille de Koch

121/100 000

897/100 000

620/100 000

76/100 000

Paludisme

Nd

640/100 000

Nd

Nd

Source : Tableau reconstitué par nos soins à partir des données de « l’Évaluation globale de l’Initiative nationale de développement social », 2013.

  • 10 Exclusion dans le sens de non-admission, de rejet.

12Les inégalités socio-spatiales qui caractérisent la ville de Djibouti et les exclusions10 dont elles sont la traduction expliquent bien la propension de nombre de ses habitants à subir des risques divers. Á ce titre, elles déterminent leur vulnérabilité sociale.

13Pour entrer dans la fabrique de ces inégalités et dans celle des facteurs de vulnérabilité sociale qu’elles engendrent, il est nécessaire de questionner les héritages en matière de politique urbaine en revenant sur le contexte de la naissance et du développement de la ville, et en analysant les rapports sociaux entretenus par les différents groupes tout au long de sa production. La ville dont nous souhaitons étudier les modes d’émergence est d’abord une « construction sociale autant matérielle que symbolique » (Di Méo, 2011). L’hypothèse que nous tenterons de vérifier dans la deuxième partie est que les principes inégalitaires qui ont marqué sa fondation, puis son développement, ont porté en germe les facteurs de vulnérabilité sociale que l’on constate aujourd’hui au niveau de l’habitat comme au niveau de l’accès aux services urbains de base. Nous postulons également que ces derniers sont entretenus par les conditions du fonctionnement économique du pays.

2. Les héritages

14Pour interroger les héritages en matière de politique urbaine, nous proposons de revenir sur le contexte de la production de la ville et sur les rapports sociaux dont il est le fruit suivant une approche diachronique. Nous proposons de questionner les stratégies d’action des acteurs territorialisés qui ont façonné cet espace au fil du temps.

2.1. Le contexte colonial de la production de la ville

15Dans cette région de l’Afrique de l’est où les habitants vivent de l’élevage et pratiquent une transhumance limitée entre la côte et les montagnes de l’intérieur (Saïd Chiré, 2012), la colonisation impose un acteur institutionnel nouveau, l’administration française. En 1892, le gouvernement français ordonne la création ex nihilo d’une ville sur la rive sud du Golfe de Tadjourah et la construction d’un port en eaux profondes (Oberlé et Hugot, 1985). Cette fondation obéit, bien évidemment, à des considérations géo-stratégiques liées aux besoins propres de la France : atteindre plus rapidement et plus aisément les marchés éthiopiens (Dubois, 1997). Dans cet espace nouvellement conquis, la puissance coloniale s’approprie par loi « tout terrain vacant et sans maître », c’est-à-dire quasiment tout le territoire. Sur le site de Djibouti-ville, elle planifie et produit, selon un plan en damier et des normes urbanistiques très strictes, une ville européenne sur les quatre plateaux madréporiques, situés au nord-est du site retenu, pour accueillir les services et le personnel administratifs (majoritairement européens). Ces quartiers, situés en hauteur et donc à l’abri des crues de l’oued Ambouli, bénéficient du tout à l’égout et sont connectés aux différents réseaux urbains. Ils sont placés sous le régime foncier de la cession, garantie d’une sécurité foncière solide (Groupe Huit-Sedes, 1983).

  • 11 Les quartiers indigènes étant considérés comme provisoires, ils recevaient un numéro en lieu et pla (...)

16Á partir des années 1940, la France autorise les indigènes candidats à la vie urbaine à s’installer dans la plaine alluviale inondable de l’oued Ambouli en leur distribuant des lots de terrain à bâtir et en leur accordant des concessions provisoires. Toutefois, elle leur interdit d’y construire des logements en dur en attendant les travaux de remblaiement qui n’auront d’ailleurs jamais lieu. Á cette occasion, « le gouvernement colonial français instaure un régime d’occupation provisoire afin de prévenir l’installation permanente des Djiboutiens dans la capitale » (Banque Mondiale, 2014). Les quartiers africains, ainsi produits, sont au nombre de trois (Quartiers 1, 2, 3)11. Dans les années 50, leur chiffre monte à cinq. Les années 60 et 70 voient apparaître quatre nouveaux quartiers, les quartiers 6, 7, Djebel et Ambouli. Suivant plus ou moins le plan en damier et les normes urbanistiques imposées (alignement, hauteur limitée à RDC+1), les habitants y produisent des logements en matériaux légers (tôle ondulée et planches de bois). Leur situation foncière et résidentielle reste précaire jusqu’à ce jour. Les habitants y vivent majoritairement sous le régime foncier de la concession provisoire. Parallèlement, l’administration coloniale créé quelques cités planifiées et en dur pour ses agents indigènes considérés comme solvables (Cités du Stade, d’Einguela 1 et 2, d’Arhiba et du Progrès). Les principes inégalitaires qui guident la production de la ville dès sa fondation posent ainsi, d’un point de vue politique et juridique, la première pierre des inégalités socio-spatiales qui existent encore aujourd’hui entre les habitants de ses différents secteurs (Plateaux, plaine alluviale, Balbala).

Carte 4 : L'évolution de l'étalement urbain entre 1960 et 1998

Carte 4 : L'évolution de l'étalement urbain entre 1960 et 1998

Source : DISED-Carte établie par Amina Saïd Chiré, 2015.

17Á partir des années 1960, la capitale connaît plusieurs vagues migratoires, dont la plus importante est celle déclenchée par la guerre de l’Ogaden (en 1977, elle oppose la Somalie à l’Éthiopie), et donc une phase de grande expansion spatiale. Ce surplus démographique est absorbé par les quartiers périphériques apparus spontanément aux portes de la ville, sur les collines de Balbala. En arguant des risques divers qui menaçaient selon elle à très court terme la ville et plus particulièrement les quartiers indigènes, l’administration avait pris des mesures draconiennes contre les migrants qui y affluaient. Elle avait tout simplement barricadé la ville derrière des fils de fer barbelé et des champs de mines, et installé un barrage militaire filtrant à son entrée. Parallèlement, elle avait ordonné l’élaboration d’un premier « P.D.U. (Plan Directeur d’Urbanisme » (Groupe Huit-Sedes, 1983).

18L’urbanisme inégalitaire ou le modèle de la ville binaire, opposant la ville européenne à la ville indigène selon F. Dumasy, (2011), qui guide la production de la ville pendant la période coloniale, peut être interprété de deux façons. D’une part, il traduit les rapports sociaux entretenus par les différents types d’acteurs en présence. Il porte ainsi l’empreinte des relations existant entre le colonisateur et les colonisés, des rapports sociaux forcément asymétriques. Les rapports de domination que l’administration coloniale française veut établir avec ses nouveaux sujets se jouent déjà dans la dimension spatiale des politiques publiques d’aménagement et de gestion de l’espace urbain qu’elle met en place. Ils prennent le visage d’inégalités socio-spatiales diverses : ségrégation socio-spatiale (espaces favorables réservés aux Européens, Africains relégués dans des espaces moins favorables, voire à risques), sécurité foncière garantie pour les uns et précarité foncière et résidentielle imposée aux autres. D’autre part, il laisse transparaître une problématique du risque dont les corollaires sont la mise à l’écart et le contrôle de ceux qui sont supposés en être porteurs : les sujets coloniaux supposés être porteurs de risques sanitaires (choléra, etc.) et sécuritaires (révoltes, violences, etc.). Les acteurs dominants ont le droit et le devoir de produire une ville de qualité respectant toutes les normes urbanistiques pour prévenir un maximum de risques et montrer par la même occasion leur supériorité culturelle à travers leur hygiénisme et leur style de vie. Les dominés ne sont autorisés à produire qu’une ville provisoire respectant un minimum de normes : le plan en damier, susceptible de prévenir un minimum de risques : celui de l’incendie en particulier. Cette politique urbaine inégalitaire traduit bien évidemment une domination politique, mais ne traduit-elle que cela ?

19Ces rapports sociaux particuliers exprimés à travers le rapport à l’espace de la ville, loin de décourager les candidats à la vie urbaine, les poussent à s’adapter aux contraintes imposées. Djibouti-ville continue donc de croître pour passer de 135 000 habitants en 1976 à 175 000 en 1978. Les migrants, tenus à l’écart de la ville, produisent à ses portes des logements en matériaux de récupération dans des quartiers spontanés. Ils donnent naissance à une troisième ville, celle de Balbala, dont les caractéristiques physiques et sociales ont davantage à voir avec le milieu nomade dont ils sont issus qu’avec la ville toute proche de Djibouti (logements précaires, absence de voirie, de services et d’équipements urbains, etc.). L’espace urbain ainsi produit porte la marque de l’exclusion de ses habitants de l’accès légal au sol urbain jusque dans son nom « Balbala », une déformation du terme français « barbelé ».

20Á Djibouti, les relations sociales établies dès la fondation de la ville entre les différents acteurs engagés dans sa production, l’action publique menée à travers l’aménagement et la gestion inégalitaire de cet espace, posent les bases des exclusions et des marginalités que supporte une part importante de sa population. Elles représentent bien les processus sociaux et politiques de la construction de la vulnérabilité sociale que l’on y constate jusqu’à ce jour.

2.2. Le contexte étatique du développement de la ville

  • 12 La production de la ville génère l’apparition de facteurs de vulnérabilité sociale via l’assignatio (...)
  • 13 Rapports à l’espace urbain (Lussault, 1996).
  • 14 Jusqu’en 1977, des pièces d’identité sont demandées aux habitants de Balbala tout comme à toute per (...)

21En 1977, l’indépendance nationale est proclamée dans ce contexte spatio-temporel marqué par de profondes inégalités socio-spatiales entre les habitants des différents secteurs de la capitale. Mais, cette nouvelle donne politique ne met pas fin à leur construction. Les processus à travers lesquels elles sont produites par et dans l’espace12 sont reconduits de fait par la politique menée par l’État indépendant. En effet, ce dernier continue à distribuer des lots de terrain à bâtir dans la plaine alluviale et à accorder des concessions provisoires aux citadins de longue date, tout en leur interdisant d’y construire en dur. Aux migrants, il continue à dénier le droit à une citadinité13 (Lussault, 1996) en les cantonnant à la périphérie de la ville, sur les collines de Balbala14 (Saïd Chiré, 2012). Cet espace, régi socialement par la coutume (celle des Somali-Issa très majoritaires), et organisé économiquement autour d’un caravansérail et d’un marché aux bestiaux, n’est intégré au périmètre urbain de la ville de Djibouti qu’à partir de 1983. Par conséquent, jusqu’ à cette date, ses liens avec l’univers nomade dont sont issus ses habitants demeurent très forts (Groupe Huit-Sedes, 1983). Pour ses fonctionnaires, l’État poursuit la politique clientéliste de construction de logements en dur cédés sous la forme de location-vente. Ces principes politiques d’aménagement, de production et de gestion de l’espace urbain contribuent au renforcement voire à l’accentuation des inégalités socio-spatiales décrites plus haut. La « fabrique » continue donc à fonctionner pleinement avec l’extension du régime d’occupation provisoire aux quartiers périphériques de Balbala.

22Á partir de 1983, l’État djiboutien est invité par la Banque mondiale à réduire la vulnérabilité de ses citoyens en œuvrant dans le sens d’une sécurisation foncière plus large. Entre 1983 et 1998, les quartiers spontanés de la périphérie commencent donc à être régularisés, de nouveaux secteurs sont mêmes viabilisés sommairement et des lots de terrain distribués pour continuer à accueillir le croît démographique de la ville. Ces opérations de sécurisation foncière n’ont pas les effets escomptés, car elles s’accompagnent de pratiques clientélistes qui font que les parcelles sont souvent attribuées aux plus offrants, c’est-à-dire à des citadins issus des quartiers de la plaine alluviale, agents et clients de l’État. Les migrants ne sont pas en mesure de rivaliser avec eux car, majoritairement analphabètes, ils sont exclus des circuits de l’économie officielle dont l’État est le plus grand acteur (tableau 6). La proportion d’analphabètes s’élève à 44,5 % (Hommes : 33 % ; Femmes : 54,6 %) à Djibouti-ville contre 68,5 % (Hommes 58,3 % ; Femmes 78 %) dans le reste du pays. 40 % de la population adulte (de plus de quinze ans) n’a jamais fréquenté l’école à Djibouti-ville d’après l’EDAM n° 3. Le contexte urbain, loin de répondre aux attentes des migrants semble aggraver leur pauvreté. Ils y rencontrent un chômage aussi élevé qu’endémique. Actuellement, le taux de chômage de la ville tourne autour de 59,5 %. Il est en forte progression par rapport au niveau de 1996 (44,1 %) et touche plus particulièrement les plus pauvres (DHU, 2012). Il détermine donc leur grande pauvreté monétaire (tableau 6 et cartes 5 a et b).

Carte 5 a : Pauvreté extrême de Djibouti-ville

Carte 5 a : Pauvreté extrême de Djibouti-ville

Source: DISED, septembre 2012 - EDAM3-IS – 2012.

Carte 5 b : Pauvreté relative de Djibouti-ville

Carte 5 b : Pauvreté relative de Djibouti-ville

Source: DISED, septembre 2012 - EDAM3-IS – 2012.

23Depuis 2001, les indicateurs économiques de la République de Djibouti se sont beaucoup améliorés. L’économie nationale, qui reste une économie de rente dominée par le secteur tertiaire (transports, communication, commerce, tourisme, etc.) avec 76 % du PIB et 60 % de la population active, connaît un taux de croissance de 5 % et ce depuis 2007 grâce au développement des activités portuaires, aux télécommunications, au développement des infrastructures sur financement extérieur et aux flux d’investissements directs étrangers (IDE). Mais cette forte croissance économique ne profite pas aux couches les plus pauvres, car elle est portée par des secteurs qui créent peu d’emplois ou des emplois qualifiés. Parallèlement, la main d’œuvre restant sous-qualifiée, il existe une inadéquation entre les types d’emplois crées et les qualifications présentées par les demandeurs d’emploi.

Tableau 6 : La répartition des actifs entre les différents secteurs économiques

Secteur économique

Proportion d’actifs

Administrations publiques

41 %

Commerce

13,1 %

Administrations privées

12 %

Bâtiment et Travaux publics

5,4 %

Transports et télécommunications

5,8 %

Emplois domestiques

6,7 %

Agriculture/ élevage/sylviculture

2,7 %

Total

100 %

Source : Tableau reconstitué par nos soins à partir des données de l’EDAM n° 3

24Les dysfonctionnements qui caractérisent la dimension économique de la société djiboutienne contribuent ainsi à la reproduction des inégalités socio-spatiales constatées plus haut et entrent dans les processus de construction de facteurs de vulnérabilité sociale. D’après l’étude « Profil de la pauvreté en République de Djibouti » ou EDAM n° 3 (DISED, 2012), la majorité des pauvres recensés réside dans les quartiers périphériques de la ville. « Les arrondissements 4 et 5 qui représentent 60,2 % de la population totale de la ville contribuent à eux seuls pour 51,1 % de la pauvreté extrême globale et 47,1 % de la pauvreté relative des individus. Pour la pauvreté des ménages, les 4ème et 5ème arrondissements comptent à eux seuls pour 41,6 % dans la pauvreté globale et pour 45,7 % dans la pauvreté extrême ».

25L’agglomération de Djibouti-ville concentrant l’essentiel de la population du pays (68 %), contribue à hauteur de 53,5 % dans l’extrême pauvreté et 68,1 % dans la pauvreté relative, d’autant plus qu’elle connaît une urbanisation de pauvreté. La pauvreté monétaire des ménages fait partie intégrante des processus par lesquels la production de la ville génère des facteurs de vulnérabilité sociale. En effet, la précarité du logement est en partie liée à des facteurs socio-économiques. 75 % des ménages occupant une habitation précaire font partie des 40 % de citadins les plus pauvres d’après la Banque Mondiale, (2014 : 30). La précarité foncière est également en partie liée au niveau de vie. Pour l’autre partie, elle dépend du quartier d’habitation. Seuls 20 % des ménages les plus pauvres bénéficient d’une concession provisoire. 30 % à 40 % des ménages aux niveaux de vie intermédiaire en sont détenteurs. La précarité de l’habitat est très fortement liée à l’informalité foncière : pour les logements sans statut foncier, les résultats de l’EDAM n° 3 montrent que la qualité des logements est faible et concerne 82 % toujours selon la Banque Mondiale, (2014). L’accès aux services urbains de base dépend certes du quartier d’habitation et du statut foncier. Il dépend également de la situation financière des ménages, car le raccordement à ces services est coûteux à Djibouti.

26L’action politique, quelle qu’elle soit, pose les bases de la vulnérabilité sociale d’une partie des habitants de la ville en générant de très nombreuses inégalités socio-spatiales, et le contexte économique de son fonctionnement la consolide et l’entretient. Mais il y a un retour à opérer pour saisir le sens profond de la construction de cette vulnérabilité, un sens à rechercher non plus du côté de l’action, mais du côté des représentations qui lui donnent du contenu. Pour ces raisons, nous proposons de questionner la notion de vulnérabilité.

3. Les vulnérabilités sociales

27Le concept de vulnérabilité est pertinent car il permet d’appréhender les deux faces de la réalité urbaine. En effet, il permet d’analyser la situation de ceux qui sont fragilisés. Mais il offre également la possibilité d’interroger le cadre de vie qui les vulnérabilise et plus particulièrement les raisons pour lesquelles ils le sont. Penser la construction sociale de la vulnérabilité revient donc à questionner celle du risque. En considérant le risque dans le sens de E. Martinais et al.(2011) comme une construction sociale associant faits de représentation de l’aléa et logiques d’action susceptibles d’en atténuer les effets, nous pouvons comprendre le sens de l’action politique qui conduit à la production d’un espace fortement inégalitaire à Djibouti.

28L’hypothèse est qu’à Djibouti comme dans ses autres colonies, l’État français a produit une ville inégalitaire composé de deux villes, voire trois, pour tenter de réduire sa propre vulnérabilité. En effet, en s’appropriant les espaces les plus favorables à l’implantation humaine, n’a-t-il pas surtout tenté de réduire sa vulnérabilité aux risques naturels (l’inondation dans le cas djiboutien) ? En se réservant les espaces favorables d’un point de vue physique et en y implantant une ville respectant toutes les normes urbanistiques en vigueur, l’État colonial n’a-t-il pas tenté de réduire sa vulnérabilité aux risques sanitaires ? De la relégation de ses sujets coloniaux dans les espaces les moins favorables et de leur maintien à distance, n’a-t-il pas fait les conditions de la réduction de sa vulnérabilité d’un point de vue politique (affirmation de sa domination, réduction de son exposition aux risques de contestation de sa légitimité et de son autorité) et sécuritaire (risques de révoltes) ? Toutes ces tentatives ont conduit à l’augmentation des inégalités socio-spatiales entre les habitants, et finalement à la survenue du risque politique tant redouté : la remise en cause de la légitimité de l’acteur français et la fin de l’ère coloniale. Au final, par les actions entreprises pour tenter de réduire sa propre vulnérabilité, l’État colonial n’a-t-il pas fait que l’accroître ?

  • 15 Dans le cadre de la préparation d’un dossier d’habilitation à diriger des recherches, nous avons me (...)
  • 16 Depuis cette date, les répressions succèdent aux contestations. Trois des principaux leaders du mou (...)
  • 17 Á Djibouti comme ailleurs, l’urbanisation a eu un impact indéniable sur le changement social. Elle (...)
  • 18 La liminalité correspond à la situation d’un individu séparé de son groupe social d’origine et n’ay (...)
  • 19 Le mouvement des Frères musulmans, introduit à Djibouti au début des années 1980 par des Frères mus (...)
  • 20 L’ONG AL-BIRRI a été créée en avril 1994 pendant la guerre civile. Depuis cette date, cette structu (...)

29L’hypothèse avancée plus haut est également valable pour l’État indépendant qui a usé des mêmes procédés pour tenter de réduire sa propre vulnérabilité. En effet, n’a-t-il pas fait de l’exclusion des migrants la condition du maintien de son train de vie ? N’a-t-il pas continué à alimenter la fabrique de vulnérabilités en étendant la précarité foncière et résidentielle à la commune de Balbala d’une part, et en concentrant ses efforts dans le développement de secteurs économiques peu créateurs d’emplois de l’autre ? L’acteur étatique ne se montre pas pressé de mettre en place une véritable stratégie pour lutter contre les exclusions, pratiquant la redistribution de la rente issue des ports ou des bases militaires louées aux puissances occidentales dans un cadre clientéliste de plus en plus restreint. Ce n’est qu’en 2012, sur invitation de la Banque Mondiale, que le gouvernement a promulgué une stratégie de lutte contre la pauvreté avec la mise en place de filets sociaux de sécurité. En agissant de cette façon, l’État indépendant n’a-t-il fait qu’augmenter sa vulnérabilité ? Apporter un début de réponse à cette interrogation nous oblige à dépasser le seul cadre de cette contribution pour faire appel aux résultats d’une recherche que nous conduisons actuellement sur « les réseaux et territoires de l’islam politique en République de Djibouti »15. En tentant de réduire sa propre vulnérabilité surtout d’un point de vue économique, l’acteur étatique a contribué à la construction de celle d’une part importante de ses citoyens. Incidemment, il a bâti la sienne. En effet, sa légitimité est aujourd’hui menacée par l’émergence d’un islam politique suffisamment fort et outillé pour prétendre à l’exercice du pouvoir. Les dernières élections législatives organisées le 22 février 2013 ont plongé le pays dans une crise politique profonde qui dure jusqu’à ce jour et qui a été déclenchée par le refus de la coalition de l’opposition (Union pour le Salut National) de reconnaître les résultats publiés par le Ministère de l’Intérieur16. L’islam politique est né dans ces territoires marginalisés que sont les quartiers périphériques. En effet, exclus de tout et confrontés à la défaillance des réseaux familiaux et claniques en milieu urbain17, les migrants se sont investis dans de nouveaux types de réseaux sociaux et spatiaux parmi lesquels les réseaux religieux sont ceux qui offrent le meilleur encadrement à même de pallier à la perte des repères sociaux évoquée plus haut. Les nouveaux citadins en situation de liminalité18 ont été les plus à même d’être séduits par ces nouveaux modes d’encadrement susceptibles de redonner du sens à leur vie. Leur adhésion à des réseaux religieux a été également facilitée par la scolarisation de leurs enfants dans des écoles arabophones faute de papiers en règle ou encore en raison du dépassement de l’âge requis dans les établissements publics dont la langue d’enseignement est le français. Parallèlement, les Frères musulmans, mouvement islamique le plus influent localement, se sont mis au chevet de la société pour pallier à l’absence d’un État incapable de lutter efficacement contre sa pauvreté grandissante, un État touché par une corruption aussi diffuse qu’étendue (Omar Abdillahi A., 2014 ; Oumar Kerdon I., 2014). Ils ont ainsi pris part à la lutte contre toutes les formes de vulnérabilité en participant pêle-mêle à l’assistance aux sinistrés et réfugiés climatiques, à l’aide aux handicapés et aux orphelins et à leur éducation, à la lutte contre la pauvreté, l’analphabétisme ou encore contre les mutilations génitales féminines19. Aujourd’hui, les Frères musulmans jouissent d’une grande popularité qui leur permet d’agir enfin à découvert20. Ils sont donc fin prêts pour passer à l’étape suivante : la conquête du pouvoir politique. Après la tentative avortée de création d’un parti politique (MoDeL, MOuvement pour le DEveloppement et la Liberté), les Frères musulmans ont intégré en février 2013 la coalition de l’opposition Union pour le Salut National (USN) qui a participé aux dernières élections législatives, dont elle refuse de reconnaître les résultats. Au final, le plus vulnérable n’est pas forcément celui que l’on croit.

  • 21 Ces migrants arrivent d’Éthiopie (75%) et de Somalie (25%) (UNHCR, 2012).

30Les inégalités socio-spatiales décrites plus haut ont également produit des tensions qui pèsent sur la communauté urbaine dans son ensemble comme le montrent le trafic de migrants irréguliers et les violences urbaines qui s’y déroulent. Actuellement, la ville de Djibouti est le théâtre d’un trafic de migrants irréguliers21 entre la Corne de l’Afrique et la péninsule Arabique. En 2012, 107 000 personnes ont ainsi débarqué sur le littoral Yémen, après avoir majoritairement séjourné dans les marges de la ville et traversé le territoire national entre les mains de réseaux de trafiquants pour atteindre le port d’Obock, principal lieu d’embarquement. Les jeunes issus des quartiers périphériques forment les petites mains de ce trafic. Parallèlement, on assiste à la montée d’une violence urbaine qui touche toute la ville et dont les acteurs sont essentiellement des jeunes déscolarisés et sans emploi, âgés de 15 à 25 ans, également issus des quartiers populaires.

Conclusion

31L’analyse des processus par lesquels la production de la ville de Djibouti génère des facteurs de vulnérabilité sociale montre bien le rôle des logiques institutionnelles depuis la création de la ville. Mais au terme de cette réflexion, nous ne pouvons manquer de nous interroger sur la pertinence du choix de la notion de vulnérabilité et sur celle de la posture adoptée pour l’appréhender. Un premier élément de réponse est de considérer que cette approche sociale n’est pas nouvelle, et qu’elle doit sa pertinence à la distance qu’elle permet d’établir avec les enjeux et leur endommagement potentiel en remettant l’homme au cœur des explications. Un second élément est d’invoquer la fécondité de cette notion et la possibilité qu’elle offre de questionner le sens profond de l’action qui vulnérabilise. C’est le refus de limiter les processus de construction de la vulnérabilité aux seuls déterminants sociaux, politiques et économiques et de regarder du côté des représentations et des pratiques pour comprendre les raisons pour lesquels un acteur étatique contribue à la construction de la vulnérabilité de ceux qu’il est pourtant censé protéger. Cette perspective nous ramène encore une fois à la géographie sociale, mais par une autre porte, celle du constructivisme. En effet, elle laisse entrevoir que les logiques d’action qui guident la politique de la ville conjuguent bien l’expression d’une autorité et la construction sociale d’un risque dont il faut anticiper les effets pour tenter de les atténuer. Mais cela nécessite une analyse détaillée laquelle dépasse le cadre de cette contribution.

Haut de page

Bibliographie

Banque mondiale, 2014, Diagnostic du secteur de l’habitat à Djibouti, 135p.

D’Ercole R., 1994, Les vulnérabilités des sociétés et des espaces urbanisés : concepts, typologie, modes d’analyse, Revue de Géographie Alpine, n° 4, pp. 87-96

Di Méo G., 2011, Géographie sociale, quel retour du sujet et de l’acteur, in I. Dumont. (dir), Pour une géographie sociale, regards croisés France-Italie, Caen : Presses Universitaires de Caen, pp. 27-43

Direction de l’Habitat et de l’Urbanisme, 2012, Stratégie nationale de développement urbain, Djibouti : Ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de l’Environnement, 218 p.

Direction de la Statistique et des Etudes Démographiques, 2012, Profil de la pauvreté en République de Djibouti, Djibouti : Ministère de l’Economie et des Finances, chargé de l’Industrie et de la Planification, 44 p.

Direction de la Statistique et des Études Démographiques, 2009, Recensement général de la population et de l’habitat, Djibouti : Ministère de l’Economie et des Finances, chargé de l’Industrie et de la Planification.

Dubois C., 1997, Djibouti 1888-1967 : héritage ou frustration, Paris : l'Harmattan, 431 p.

Dumasy F., 2011, Au milieu et à part. Prestige et centralité à Tripoli de Lybie pendant la colonisation italienne, 1911-1943, in I. Backouche, F. Ripoll, S. Tissot et V. Veschambre (dir), 2011, La dimension spatiale des inégalités, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, pp. 209-232

Faye M.-M., 2014, Cadre de gestion environnementale et sociale, Djibouti : Secrétariat D’État à la Solidarité Nationale, 77 p.

Groupe Huit-Sedes, 1983, Djibouti, projet de développement urbain, Djibouti : Présidence de la République-Ministère des Travaux Publics, de l'urbanisme et du Logement, p. 343

Lussault M., 1996, La citadinité pour une approche problématique ; Coll. Sciences de la ville de Tours n° 13 et Fascicule de Recherches d’URBAMA, n° 29, pp. 33-48

Martinais E., Morel-Journel C., Duchêne F., 2011, La construction sociale du risque environnemental : un objet géographique, in R. Séchet et V. Veschambre, 2006, Penser et faire la géographie sociale, contribution à une épistémologie de la géographie sociale, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, pp. 172-186

Oberlé P., Hugot P., 1985, Histoire de Djibouti. Des origines à la République, Paris : Présence Africaine, 346p.

Omar Abdillahi A., 2014, La dimension politique de l’islam à Djibouti, note n° 1, Observatoire des Enjeux Politiques et Sécuritaires dans la Corne de l’Afrique, 16p.

Omar Ali B., 2011, Les risques urbains dans la ville de Djibouti, Montpellier : Université Montpellier 3, Mémoire de fin de stage de Master 2, 99p.

Oumar Kerdon I., 2014, Sphère publique religieuse à Djibouti, le cas des quartiers périphériques de Balbala, Rennes : Université Rennes 2, Mémoire de Master 2,130p.

Saïd Chiré A., 2012, Le nomade et la ville à Djibouti. Stratégies d’insertion urbaine et production de territoire, Paris : Karthala, 264p.

SESN, 2013, Évaluation globale de l’initiative nationale de développement social, Djibouti : SESN, 165p.

Sierra A., Tadié J., 2008, La ville face à ses marges, Autrepart, numéro 45 consulté en ligne le 13 mars 2015, http://www.autrepart.ird.fr/editos/editos/edito45.htm

Veyret Y., Réghezza M., 2006, Vulnérabilité et risques. L’approche récente de la vulnérabilité, Responsabilité et environnement, n° 43, pp. 9-13

Haut de page

Notes

1 Généralement définie comme l’incapacité d’un système à faire face à un choc quel qu’il soit, la vulnérabilité est qualifiée de sociale lorsque l’on parle de systèmes humains.

2 Expression empruntée à Martinais et al. (2006)

3 Depuis la mise en place de la décentralisation en 2006, la République de Djibouti est divisée en six régions dont celle de la capitale.

4 Madréporique : constitué à partir de coraux morts.

5 Administrativement, cet arrondissement est rattaché au premier arrondissement.

6 68,8 % de la population ont accès à un système sanitaire amélioré.

7 Mortalité infantile de 67‰ pour le pays entier.

8 Ménages occupant des logements construits sans aucune autorisation foncière et donc en situation irrégulière.

9 Secrétariat d’État à la Solidarité Nationale.

10 Exclusion dans le sens de non-admission, de rejet.

11 Les quartiers indigènes étant considérés comme provisoires, ils recevaient un numéro en lieu et place de nom.

12 La production de la ville génère l’apparition de facteurs de vulnérabilité sociale via l’assignation d’espaces distincts aux différentes composantes de sa population, et dans l’espace via les caractéristiques de certains de ces espaces.

13 Rapports à l’espace urbain (Lussault, 1996).

14 Jusqu’en 1977, des pièces d’identité sont demandées aux habitants de Balbala tout comme à toute personne souhaitant entrer dans la ville. Jusqu’en 1983, les secteurs de Balbala se voient refuser toute reconnaissance et donc toute existence légale, les pouvoirs espérant de cette façon le découragement des migrants rassemblés là et leur retour à la vie nomade. (Saïd Chiré, 2012).

15 Dans le cadre de la préparation d’un dossier d’habilitation à diriger des recherches, nous avons mené en août 2014 des travaux de recherches sur les conditions de l’émergence d’un islam politique en République de Djibouti en travaillant sur ses réseaux et territoires. Ces travaux ont également donné lieu à la rédaction d’un article soumis à une revue de géographie.

16 Depuis cette date, les répressions succèdent aux contestations. Trois des principaux leaders du mouvement des Frères musulmans : cAbdurahmaan Suleymaan Bachiir, cAbdurahmaan Barkhat God et Giireh Maydal, ont été condamnés à 16 mois de prison ferme le 25 février 2013. Ils ont purgé depuis leur peine.

17 Á Djibouti comme ailleurs, l’urbanisation a eu un impact indéniable sur le changement social. Elle s’est accompagnée d’une perte de repères et d’un délitement des liens traditionnels régis par le sang donc d’une certaine individuation. Nous en voulons pour preuve le fait que la ville de Djibouti et ses logements étriqués ont mis fin à la co-résidence familiale qui est de mise en milieu nomade. Désormais en ville, la norme sociale et résidentielle devient la famille nucléaire. Affranchis de l’autorité omniprésente du patriarche et donc de la tradition et de ses obligations, nombreux sont aujourd’hui les citadins qui, lassés des sollicitations familiales toujours plus nombreuses, refusent d’assumer leurs responsabilités vis-à-vis de leur communauté (famille, clan, etc.) en accueillant et en assistant ses membres. En ce sens, le milieu urbain peut être considéré comme le creuset de nouveaux comportements sociaux. Dans un autre sens, il augmente les contacts propres à favoriser les changements sociaux.

18 La liminalité correspond à la situation d’un individu séparé de son groupe social d’origine et n’ayant pas encore intégré un autre groupe. Il s’agit d’une étape transitionnelle.

19 Le mouvement des Frères musulmans, introduit à Djibouti au début des années 1980 par des Frères musulmans somaliens officiant en qualité d’enseignants au sein de l’Institut éducatif saoudien crée en 1978, est resté une organisation secrète jusqu’en 1994, date à laquelle il a été formalisé et ce de façon incidente, par l’entremise de la création d’une association caritative surnommée Al Birri Charitable.

20 L’ONG AL-BIRRI a été créée en avril 1994 pendant la guerre civile. Depuis cette date, cette structure a pris part à toutes les batailles sociales : 21-11-1994 : Inondation de la ville de Djibouti - Assistance remarquable de l'association aux sinistrés ; 1994 : Début du programme "Habillons orphelins" ; Juin 1995: Début des cours de soutien d'été ; 1996 : Augmentation du nombre des adhérents suite à une forte campagne ; mars 1997 : Participation à la journée "Hôpital propre" réhabiliter la morgue ; 1997 : Ouverture du centre culturel Al-Biri ; 1998 : Lancement du programme "Octroi de barques aux pécheurs" ; Février 2002 : Début des travaux du siège ; 2004 : Réception d'un important don ; 2008 : Ouverture de l'école Al-Biri : www.ong-albiri.dj
Liste non exhaustive des partenaires régionaux et internationaux avec qui l’ONG Al Birri coopère pour réaliser ses différents projets : Niveau national : ministères, Institutions étatiques et parapubliques, Union Nationale des Femmes Djiboutiennes dirigée par la 1ère Dame, autres ONG nationales, Associations de quartiers de la capitale, Associations des régions de l'intérieur. Niveau régional et International : Intergovernmental Authority on Development, PERSGA, ISLAH, SHARIQA, Croissant rouge de Djibouti, Union de la Jeunesse musulmane, Croissant Rouge (United Arabic Emirates), AGUFUND, International Islamic Charity Organisation (IICO), African Secours Relief, Milli Gorus, Insani Yardim Vakfim (Turquie), Secours islamique de France (SIF), Service de Coopération et d'action culturelle (MAE-France), ING ARAHMA, PNUD, UNICEF, PAM, HC pour le droit de l'Homme, Ambassade des États-Unis d'Amérique, Human Concern International, Banque Islamique. Cf. : www.ong-albiri.org

21 Ces migrants arrivent d’Éthiopie (75%) et de Somalie (25%) (UNHCR, 2012).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Situation de la ville de Djibouti
Crédits Source : DISED-Carte établie par Amina Saïd Chiré, 2015.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3157/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Carte 2 : Les différents secteurs urbains
Crédits Source : DISED-Carte établie par Amina Saïd Chiré, 2015.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3157/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Carte 3 : Les différents secteurs urbains
Crédits Source : Urbaplan 2012. Carte établie par Amina Saïd Chiré, 2015.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3157/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Carte 4 : L'évolution de l'étalement urbain entre 1960 et 1998
Crédits Source : DISED-Carte établie par Amina Saïd Chiré, 2015.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3157/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Carte 5 a : Pauvreté extrême de Djibouti-ville
Crédits Source: DISED, septembre 2012 - EDAM3-IS – 2012.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3157/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Carte 5 b : Pauvreté relative de Djibouti-ville
Crédits Source: DISED, septembre 2012 - EDAM3-IS – 2012.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3157/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amina Said Chiré, « De la production sociale de la ville à la production de vulnérabilités, l’exemple de la ville de Djibouti », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 27-28 | 2015, mis en ligne le 06 novembre 2015, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://tem.revues.org/3157 ; DOI : 10.4000/tem.3157

Haut de page

Auteur

Amina Said Chiré

Maître de Conférences
Université de Djibouti
Djibouti
Chercheur associée au LADYSS-Université de Paris VIII Vincennes Saint-Denis
amina.said@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page