Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Barbara Evrard, La côte, un terrain de jeu ? De l’utilitaire au récréatif

2014, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, Coll. « Espace et Territoires », 300 pages
Valérie Morel
Référence(s) :

Barbara Evrard, La côte, un terrain de jeu ? De l’utilitaire au récréatif. 2014, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, Coll. « Espace et Territoires », 300 pages

Texte intégral

1Vécus et appropriés par des usagers qui les pratiquent au quotidien ou occasionnellement, les côtes françaises sont des territoires en mouvement. Les dynamiques et les formes de changements d’usages qui participent au renouvellent du territoire interrogent les processus de médiation territoriale en œuvre sur le littoral.

2L’auteure propose une lecture des mutations actuelles de la Côte d’Albâtre en démontrant que les sports de nature participent pleinement aux constructions territoriales. Les sports de nature ne sont pas des activités annexes à la fabrication du littoral ; au contraire, ils participent à un mode d’habiter le territoire et à un ensemble de représentations. Depuis une dizaine d’années, le développement des sports de nature sur les littoraux traduit certes un « désir de rivage » mais cache aussi d’importantes disparités d’appropriation et de représentation dans l’espace.

3L’ouvrage de Barbara Evrard, La côte, un terrain de jeu ?, propose de façon stimulante une lecture renouvelée de la territorialisation de la côte par les activités de sport de nature. L’analyse du sous-titre, De l’utilitaire au récréatif, permet de rendre compte qu’un changement de paradigme en termes d’usages s’est opéré sur les côtes au cours du XXe siècle. Le premier terme « utilitaire », témoigne de la matérialité de la côte, notamment de sa fonction d’abri propice à l’installation d’un port ou encore d’espace de production de matières premières. Ensuite, « récréatif » atteste d’un vécu nouveau de la côte reposant sur la pratique des loisirs. En déplaçant la focale De l’utilitaire au récréatif, l’auteure déroule toutes les échelles spatiales de l’action, de l’échelle nationale à l’échelle locale, et révèle toute la complexité des jeux d’acteurs et des enjeux de l’aménagement de la côte.

4La réflexion s’organise en quatre parties. La première partie permet de cadrer l’étude en présentant non seulement la Côte d’Albâtre et aussi en révélant la diversité des acteurs en jeu, les logiques d’aménagement et les pratiques de nature. Cette première partie révèle tout l’intérêt et la subtilité de l’analyse croisée. Puis, une deuxième partie développe la méthodologie d’analyse construite. Cette partie témoigne non seulement de la nécessaire rigueur méthodologique, de l’intérêt d’un regard interdisciplinaire entre géographie et sociologie pour la compréhension de la complexité territoriale et présente aussi le bien-fondé d’une analyse croissant données quantitatives et données qualitatives. Une typologie des pratiques des sports de nature sur la Côte d’Albâtre présentées dans la troisième partie permet de révéler des réalités littorales différentes. Il n’y a pas une réalité de la Côte d’Albâtre mais des réalités. Cette hétérogénéité des pratiques sur la côte s’accompagne d’appropriations paysagères et de représentations différentes en lien étroit avec les expériences vécues. Enfin, une quatrième partie est une mise en perspective de la construction territoriale croisant littoral-sports de nature. Elle permet de comprendre comment les sports de nature entrent en synergie dans les constructions territoriales, comment les pratiques sur littoral révèlent les diversités sociales, comment la construction territoriale dépend de la qualité de sa gouvernance, de facteurs humains, de facteurs socioéconomiques ou encore culturels et institutionnels. La côte émerge comme territoire fragmenté.

5La côte, terrain de jeu ? invite les acteurs territoriaux à penser (ou repenser) les territoires littoraux à l’aune des sports de nature en les considérant comme leviers pour un renouvellement territorial. Compte tenu des différentes entrées, l’ouvrage, très exhaustif, intéressera un public qui dépasse le cercle des géographes et pourra être utilisé aussi bien dans le cadre de l’enseignement que de l’action territoriale publique, ou par les élus locaux et le grand public puisque, au fond, la question du renouvellement territorial des littoraux est l’affaire d’un grand nombre d’acteurs.

6Pratiqués ou délaissés, en développement ou en déclin, les territoires littoraux sont pluriels. Donner à lire cette pluralité à partir d’une analyse des sports de nature en explicitant la complexité des jeux d’acteurs et les méthodes de la géographie, tout en apportant des informations précises à ceux qui veulent aller plus loin, tels sont les objectifs de cet ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Morel, « Barbara Evrard, La côte, un terrain de jeu ? De l’utilitaire au récréatif », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 30 | 2016, mis en ligne le 05 novembre 2015, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://tem.revues.org/3138

Haut de page

Auteur

Valérie Morel

Université d’Artois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page