Navigation – Plan du site
Articles

La place de l'eucalyptus à Addis-Abeba

Conflits d'images dans une capitale en mutation
The Place of Eucalyptus in Addis Ababa: Conflicts in a Changing Capital
Delphine Ayerbe

Résumés

Addis-Abeba est le théâtre de profondes reconfigurations qui offrent un visage nouveau à la capitale éthiopienne. Les infrastructures sont développées. L'habitat individuel laisse place à davantage de logements collectifs et des immeubles de verre émergent, signifiant la volonté des décideurs urbains de redessiner une ville moderne. Ces mutations vont de pair avec la quête d’affirmation du positionnement de la ville sur la scène internationale. Une attention particulière est portée à l’environnement urbain. Les espaces verts - qui à Addis-Abeba sont spécialement des espaces boisés d'eucalyptus, fruits d'intenses reboisements - sont intégrés aux nouveaux projets urbains. Une dualité prend forme quant à la mise en valeur de ces zones, entre rejet de l'objet (eucalyptus) et valorisation de l'image d'une ville verte véhiculée grâce aux plantations. Les enquêtes de terrain - entretiens qualitatifs auprès des acteurs institutionnels ou associatifs, des acteurs de la filière bois - complétées par l’étude des représentations des projets urbains - documents officiels, affiches, discours, journaux - nous ont permis de cerner cet apparent paradoxe. Ainsi, par l’approche environnementale, nous tentons d’éclairer le rapport ville projetée / ville vécue de cette capitale en mutation. Nous montrons ainsi que les décideurs politiques cherchent à notifier leur assimilation des discours globaux afin d'appuyer le positionnement de la capitale dans le tableau des villes mondiales. Et ce mécanisme repose sur une utilisation subtile de l'existant.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Junte militaire au pouvoir de 1974 (chute d’Hailé Sélassié) à 1991 (instauration de la République f (...)

1Depuis une vingtaine d'années, Addis-Abeba sort d'un certain immobilisme auquel l'avait contrainte le régime coercitif du Derg1. Ces changements politiques, qui signent une entrée dans le capitalisme et l'ouverture aux échanges, ont des impacts directs dans l'organisation de la structure urbaine. Les modifications de l’espace additien sont nombreuses et confèrent à la ville un visage redessiné. Des chantiers (routes, logements etc) parsèment de part en part l'espace urbain qui se pare d'attributs nouveaux.

2Les décideurs publics font le pari d'entraîner Addis-Abeba dans une ère de changement, porteuse de modernité, afin de rompre avec l'image stéréotypée, souvent négative de la ville. Ils tendent aussi à soigner « l'enveloppe » de la ville, et apportent une attention particulière à son environnement urbain. La capitale éthiopienne présente la spécificité d'être plongée dans un « bouquet d'eucalyptus » (Gascon, 1989), résultat des plantations urbaines et péri-urbaines qui permettent d'alimenter la ville en ressources boisées. Aujourd'hui, ces zones plantées constituent des points de tension pour les aménageurs. Dans cette ville grandissante, elles sont bien sûr soumises aux pressions de l'avancée du bâti, mais elles cristallisent également des préoccupations dont l'analyse nous renseigne en partie sur les choix faits en termes de politique urbaine. Nous proposons donc un focus sur cet objet spécifique du « mobilier » urbain qu'est l'eucalyptus pour compléter une lecture des mutations urbaines actuelles. Par les images que ces plantations véhiculent, par les pratiques populaires qu'elles traduisent, elles deviennent des espaces de compréhension des enjeux actuels portés par la municipalité. Nous nous demanderons comment l'objet urbain eucalyptus est intégré à la palette des décideurs publics pour préciser les mutations qu'ils impulsent et surtout les intégrer à un cadre plus large, défini par des standards internationaux.

3L'analyse des discours et des pratiques qui encadrent leur valorisation par les acteurs urbains est un moyen de penser et d'illustrer la contradiction qui se joue aujourd'hui sur le terrain additien entre ville projetée et ville vécue. Cette étude s’appuie sur un travail de terrain conduit de février à septembre 2009 et récemment actualisé, dans le cadre d’une recherche doctorale en partenariat avec l’Institut de Recherche pour le Développement. Les résultats ici présentés sont issus de l’observation fine des mutations urbaines en cours dans la capitale éthiopienne durant ces années, mais aussi de la constitution d’un corpus de discours issu de la presse ainsi que d’une campagne d’entretiens conduite auprès des autorités urbaines, des milieux associatifs et des acteurs de la filière eucalyptus. En outre, le propos repose sur l’analyse de différents documents d’urbanisme, notamment le dernier schéma directeur de la ville.

4Pour saisir ces nouvelles orientations de politique urbaine nous dépeindrons globalement les changements actuels qui cherchent à moderniser l’espace additien en interrogeant les nouvelles donnes environnementales qu’ils portent. Puis nous reviendrons sur l’ambiguïté de la place accordée aux espaces plantés dans ces reconfigurations urbaines.

1. Addis-Abeba en quête de modernité

1.1. Placer Addis-Abeba sur la carte des villes qui comptent

1.1.1. L’ouverture d’une capitale africaine

  • 2 Selon le Central Statistical Agency : 1 423 110 habitants en 1984 - 2 048 588 habitants en 1994 - 3 (...)
  • 3 80 % environ de la population est rurale.

5Addis-Abeba compte actuellement plus de trois millions d’habitants. Elle a gagné en population surtout ces vingt dernières années2. Cette augmentation de population est en partie due à la chute du Derg en 1991, qui entravait l’exode rural en contraignant les populations à demeurer dans les villages (Tamru, 2008). L’attrait pour les villes a surtout bénéficié à Addis-Abeba. Capitale macrocéphale de ce pays très largement rural3 de plus de 80 millions d’habitants, elle domine l’armature urbaine. Les villes secondaires sont nettement moins importantes démographiquement : la seconde ville du pays, Dire Dawa, compte un peu plus de 380 000 habitants.

6Si sa prédominance dans l’espace national est claire, Addis-Abeba abrite aussi un nombre important de délégations internationales qui lui valent un statut particulier sur la scène africaine. Le siège de l’Union Africaine y est implanté depuis 1963 ; en conséquence les ambassades du monde entier se sont installées dans la ville. Ces représentations internationales donnent espoir au gouvernement éthiopien de positionner Addis-Abeba en capitale diplomatique de premier ordre et d’assoir son statut de « capitale de l'Afrique ». Il cherche à consolider son positionnement sur le devant de la scène mondiale par ce registre politique, espérant impulser dans la continuité une dynamique économique qui pour l'heure est encore très faible.

  • 4 Addis Abeba a été fondée en 1887 par l’Empereur Ménélik.
  • 5 City Development Plan 2001 – 2010, Executive summary, Addis Ababa in action: Progress Through Partn (...)

7Pour autant l’Éthiopie connaît une croissance forte. L’ouverture au capitalisme montre ses effets à Addis-Abeba où la ville se modèle par l’essor d’une économie de marché dans la plupart des domaines, et par les réalisations multiples des promoteurs immobiliers. Cette jeune capitale4 est le théâtre d'une refonte de son armature urbaine et d’une requalification de l’existant. Les chantiers en cours sont le résultat d’une politique municipale cadrée, qui répond à un nouveau plan d’aménagement validé en 2001 par les décideurs urbains5. Les mutations enclenchées par la municipalité pour redessiner le paysage concernent le périmètre urbain et périurbain dans son ensemble. Le gouvernement municipal cherche à moderniser la ville pour en faire la vitrine du pays, qui tente d’amorcer une dynamique de changements. Les choix d’aménagement sont dictés par la municipalité, mais ils expriment surtout des volontés étatiques car les services de la Mairie sont intimement liés aux exigences du pouvoir fédéral. La structure pyramidale et la hiérarchisation des entités gouvernementales ne laissent que peu de place aux initiatives locales des décideurs urbains. À tous niveaux le « poids de l’État » (Gallais, 1989) s’exprime ; il convient donc de ne pas perdre de vue que le vent de modernité qui souffle sur Addis-Abeba est le résultat de volontés gouvernementales étatiques servant des intérêts autant nationaux que locaux.

  • 6 Calendrier éthiopien.

8Ces mutations s’inscrivent dans un discours porté par les autorités, qui prône la « Renaissance Éthiopienne ». Ce positionnement a été formulé avec précision lors du passage au nouveau Millénium, en 20076. Les consultations des archives de journaux d’informations en langue anglaise (The Ethiopian Herald et Fortune des années 2005 à 2010) montrent que cette promotion – qui s’apparente à une propagande – du renouveau éthiopien est récurrente, spécialement en 2007 bien sûr, sous la forme d’éditos ou de pages de publicité appelant la population à participer aux évènements organisés par les autorités dans l’esprit de la renaissance éthiopienne. Le discours officiel se répand avec force aussi à la télévision, dans des encarts publicitaires. Et de grands chantiers, comme le barrage du Nil dénommé « Barrage de la Renaissance », en deviennent des symboles.

1.1.2. La ville projetée se veut moderne

9Le projet urbain tel qu’il est vanté par les décideurs s’inscrit dans une quête de standards internationaux, associés à l’image d’une ville moderne. La verticalité est un symbole fort : « Réponse à la croissance urbaine mais, plus encore, symbole de richesse et de pouvoir, le gratte-ciel est un outil marketing qui, par l’image qu’il projette, continue d’incarner la ville moderne. » (Bayou, 2013). À Addis-Abeba, si l’édification de gratte-ciels figure essentiellement dans les documents de planification pour l’instant, la volonté de « verticaliser » la ville est présente. Les immeubles de verre remplacent progressivement les îlots de maisonnettes décrépites (photo 1). La ville projetée est faite de hauteur, de buildings et de grandes voies de communications.

Photo 1: Les immeubles percent dans les quartiers populaires (Vue du quartier de Kazanchis, Addis-Abeba)

Photo 1: Les immeubles percent dans les quartiers populaires (Vue du quartier de Kazanchis, Addis-Abeba)

Cliché : Delphine Ayerbe, août 2013.

Photo 2 : Affiche de promoteur immobilier (Churchill Road, Addis-Abeba)

Photo 2 : Affiche de promoteur immobilier (Churchill Road, Addis-Abeba)

Cliché : Delphine Ayerbe, février 2008.

10Les images stéréotypées de la ville « rêvée » se déploient sur les grands panneaux publicitaires des promoteurs immobiliers (photo 2) qui parsèment l’espace urbain, dans les magazines de presse, ou encore à la télévision. Partout, la force de l’image cherche à convaincre l’habitant ou le visiteur du futur visage de la ville. Et cette image reprend inlassablement les mêmes codes. L’observation que nous avons pu mener dans la ville des panneaux publicitaires, ou le dépouillement de magazines de presse, nous renvoie toujours ce contenu lisse et remodelé de l’espace urbain. Les immeubles du centre-ville à venir, doivent côtoyer les résidences pavillonnaires périphériques, le tout sous un couvert arboré dense. La villa type « américaine » doit ainsi abriter en périphérie le nouveau citadin aux revenus confortables. Les quartiers plus centraux doivent remplacer les constructions « horizontales » et se parer d’immeubles toujours plus hauts, toujours plus luxueux. Bien sûr les classes moyennes ne sont pas oubliées puisque les logements collectifs sont construits à un rythme effréné et majoritairement sous commande gouvernementale. Les habitants pauvres auront en revanche probablement bien du mal à conserver un espace dans cette ville projetée. Nous retrouvons dans ces présentations de l’espace urbain en devenir la diffusion de « lieux génériques » identifiés par Jacques Lévy (Lévy, 1997). « Ce type de transformation urbaine (…) correspond à la récupération par le Sud d’un paysage associé à la notion de modernité. » (Hebert, 2004).

11Si les orientations sont présentées et cartographiées dans le schéma directeur, elles prennent un relief nouveau au regard des images et des discours véhiculés par les promoteurs, la presse ou le gouvernement dans la ville. Ces représentations s’apparentent, à notre sens, davantage à un « projet urbain » édicté par les décideurs urbains : « L’usage de l’expression “ projet” à la place de plan correspond à la volonté d’avoir une approche globale de l’action politique (au sens large : action qui vise à transformer) sur la ville ou le territoire. » (Hellequin et al., 2006). Si cette terminologie n’apparaît pas dans les documents officiels, les mutations en cours s’inscrivent dans cette dynamique. Et pour diffuser ces décisions planificatrices, les autorités ont créé des instituts spécifiques pour chaque secteur : « Land Development and Management Authority » pour la gestion foncière, « Cleaning Beautification and Parks Development », pour les espaces verts, ou encore « Housing Agency » pour le logement etc. (Meskerem, 2008). Ainsi, les acteurs en présence se multiplient. Pour autant nous pouvons reprendre la remarque de G. Pinson à propos des villes européennes : « S’ils sont un facteur de pluralisation de la fabrique des politiques urbaines et de recomposition d’une capacité d’action collective urbaine, les projets ne contribuent pas pour autant à une démocratisation des dispositifs de gouvernance urbaine. » (Pinson, 2006). La hiérarchisation reste extrêmement forte dans le contexte éthiopien.

  • 7 Claire Cochemé, Addis Abeba, 2014.

12Les autorités municipales et fédérales cherchent, à travers cette modernisation, à travailler l’image de la capitale éthiopienne pour tenter de l’insérer dans le concert des villes mondiales, et surtout renforcer son positionnement sur le continent. Cette campagne est révélatrice du développement d’un marketing urbain de la part des décideurs, c’est à dire leur volonté de « promouvoir l’image de la ville. » (Rosemberg-Lasorne, 1997). Le positionnement diplomatique de premier plan d’Addis-Abeba lui permet de rivaliser sur la scène mondiale avec ses plus importantes concurrentes africaines, Nairobi notamment. Que ce soit pour les congrès internationaux, ou encore le développement du tourisme, la revalorisation de la capitale apparaît comme un point incontournable des politiques publiques. Comme nous le faisait remarquer, au cours d’un entretien, une interprète qui travaille auprès de l’Union Africaine7, les autorités ont bien conscience d’un contexte relativement favorable à Addis-Abeba (menace terroriste moins affirmée que chez certains voisins, etc.). Elles cherchent à faire fructifier une image positive de la ville, et la promotion que nous en avons observée va dans ce sens. Les réalisations de cette ville projetée sont ainsi à l’œuvre.

1.2. Reconfigurations urbaines et réalisations en cours

1.2.1. De la ville horizontale à la ville verticale

  • 8 Depuis la nationalisation des terres en 1975.

13Si le foncier reste propriété étatique8, l’ouverture au capitalisme a favorisé le développement d’un « bâti économique ». Les nouveaux immeubles offrent un visage très différent à la ville (photo 3). Même si certains restent en phase de construction prolongée (difficulté à financer les travaux, variation des cours des matériaux), donnant à la ville une certaine impression d’inachevé, ce type de constructions envahit l’espace urbain.

Photo 3 : Nouveaux immeubles commerciaux(Churchill Road, Addis-Abeba)

Photo 3 : Nouveaux immeubles commerciaux(Churchill Road, Addis-Abeba)

Cliché : Delphine Ayerbe, août 2013.

14Ces immeubles constituent un bâti économique car ils sont très largement dédiés à recevoir commerces et bureaux. Un CBD est prévu par le plan d’aménagement. Le modèle nord-américain est une référence du projet urbain actuel, pour des raisons symboliques (il représente la ville moderne dans son aboutissement) mais aussi pragmatiques (les connexions avec l’Amérique du Nord sont fortes). En effet, lors de la chute d’Hailé Sélassié, nombreux sont les membres de la noblesse impériale qui ont émigré aux États-Unis. Depuis quelques années, une partie de cette diaspora revient, cherchant à investir dans son pays d’origine. Un moyen répandu d’investissement est la construction d’immeubles, dont la location d’espaces aux fonctionnalités diverses constitue une rente pour les classes aisées. Un membre de la diaspora à nouveau établi dans la capitale, nous expliquait s’être inspiré d’un immeuble de Boston, dont l’architecture l’avait frappé, pour édifier le sien à Addis-Abeba. Ainsi, certains modèles urbanistiques se glissent subtilement dans l’espace additien.

1.2.2. L’amélioration des infrastructures

15Les infrastructures constituent un pan essentiel des mutations actuelles. Le chantier le plus important en cours est la construction de lignes de tramway, qui permettront de relier la capitale du Nord au Sud et d'Est en Ouest. Sous l’égide de constructeurs et financiers chinois, ces axes ont pour but de fluidifier la circulation urbaine. La mise en route, prévue au printemps 2015, semble quelque peu ambitieuse au vu des réalisations actuelles.

16Les routes sont également améliorées. Le chantier majeur avait été lancé il y a plus de quinze ans avec la construction d'un grand boulevard périphérique, le Ring Road. Les premiers tronçons de ce boulevard périphérique avaient été inaugurés en 1998 et cet ouvrage signait, comme l'a montré Clémence Hebert dans ses recherches, « un projet urbain au cœur de l'entreprise de modernisation de la ville » (Hebert, 2004). Les axes secondaires n'échappent pas aux tentatives d'amélioration et sont de plus en plus souvent goudronnés. L’artère qui permet de relier la ville à l'aéroport a complètement changé de visage en quelques années : routes élargies, transformation en voies rapides, édifications de ponts, le tout encadré par de hauts immeubles. Cet axe structurant est particulièrement soigné car il est emprunté par tous les visiteurs. Dans la continuité de l’aéroport, lui-même complètement rénové il y a quelques années par des fonds de la Banque Mondiale, les premières perceptions de la capitale sont valorisées.

1.2.3. L’habitat : un accroissement du logement collectif

  • 9 Murs montés grâce à un mélange de bois et de terre.
  • 10 Entretien auprès d’un fonctionnaire du Service de l’Urbanisme – Municipalité d’Addis Abeba - 2009.

17L'habitat est lui aussi intégré à ces grands projets de renouveau urbain. Les logements collectifs remplacent peu à peu les anciennes maisons populaires individuelles. Les bâtisses en chicka9 sont progressivement démolies et sur les décombres poussent un peu partout des condominiums. Les quartiers sinueux de ces habitats anciens laissent place à des aires d'habitations rectilignes, agencées et standardisées. Les habitants ont parfois la chance d'être relogés dans ces nouveaux immeubles, signe pour eux d'un bond dans la modernité (eau, électricité), ou sont amenés à se déplacer plus loin, en périphérie. Nous assistons au cœur de la ville, dans ses points nodaux, au rejet massif de ces quartiers populaires, parfois assimilés à du bidonville par les grandes agences onusiennes. Ces habitations sont massivement rasées. Et la municipalité ne délivre plus, depuis quelques années, de permis de construire pour des maisons qui ne seraient pas en ciment10. Les trous béants auxquels des démolitions laissent place sont masqués par des longs cheminements de clôture de tôle ondulée. Les autorités prennent soin de cacher ces vides urbains derrière des barrières soigneusement peintes en vert et jaune. Ce défilé de franges colorées jette un voile sur le chantier urbain à l’œuvre.

18Dans ce souci de travail sur l’image de la ville, un élément de l’espace urbain est soumis à discussion. Addis-Abeba est en effet plongée au cœur d’une forêt d’eucalyptus qui lui confère une certaine spécificité. Mais ce tableau est actuellement au centre d’interrogations qui confrontent des approches de l'environnement urbain divergentes. L’étude des choix de valorisation de ces espaces nous éclaire un peu plus sur les projets de modernisation actuels, et sur les orientations vers lesquelles tendent les autorités.

2. La place de la forêt urbaine dans la nouvelle image d’Addis-Abeba : témoin d’un passé à effacer ou support de la promotion d’une « ville durable » ?

2.1. Une prise en compte croissante de l’environnement urbain

2.1.1 Addis-Abeba face aux exigences internationales

19L'environnement urbain est un des piliers des reconfigurations projetées. Toujours en quête d’affirmer un positionnement international pour la ville, les décideurs ne peuvent faire l’économie d’une prise en compte croissante des questions environnementales. De plus en plus les villes mondiales doivent être « durables » et cette déclinaison n’a pas échappé aux acteurs additiens. Le concept de « ville durable », lié à celui de « développement durable », énoncé dans la lignée du sommet de Rio en 1992 (Theys et Emelianoff, 2001 ; Emelianoff, 2007) renvoie à une normalisation internationalisée de l’espace urbain. Si pour les villes du Sud ces exigences peuvent s’avérer contradictoires (Couret et al., 2011), la quête d’une projection que ce concept impose est recherchée pour un positionnement à échelle mondiale. Là encore, Addis-Abeba n’échappe pas à son statut de capitale diplomatique. Les représentations internationales, onusiennes notamment, joue un rôle de vecteur dans l’expression de ces nouvelles problématiques sur le terrain. Dans un principe de construction « descendant » du modèle de « ville durable » (Couret et al., 2011), la sur-représentation d’instances internationales influe, par le sommet, sur la mise en pratique de ces recommandations globales.

2.1.2. Les vecteurs de la promotion d’Addis-Abeba comme une ville verte

20Ce discours global sur l’environnement imprègne doucement les politiques urbaines qui tendent de plus en plus à mettre en exergue certains atouts dont dispose la ville. Si Addis-Abeba peut ainsi se prévaloir de la qualité de son environnement urbain (comparé à de nombreuses capitales du Sud), notamment grâce à ses forêts urbaines, elle dispose aussi d’une certaine mixité sociale (Duroyaume, 2009) qui ajoute une image positive à la ville. Pour autant, il ne faudrait pas être trop présomptueux sur ces caractéristiques. Comme le souligne Y. Veyret et R. Le Goix (2011), une « ville durable doit non seulement disposer d'un environnement de qualité, mais devrait aussi éliminer pauvreté et inégalités socio-spatiales ». Le tableau est ainsi loin d’être complet.

  • 11 Le descriptif du projet apparaît dans la rubrique Ecocity du site internet de la Municipalité : www (...)
  • 12 Clean and Green Addis Ababa Society.

21Pour autant, quelques projets ont été mis en place par les décideurs urbains pour tenter de valoriser cette approche « durable » participant de la construction d’une ville « vitrine, verte, historique, écogérée, connectée, participative » (Metzger et Couret, 2002). La municipalité s'est ainsi engagée depuis une dizaine d'années dans la mise en place sur le terrain des prérogatives mondialisées établies par les Agendas 21. Cette démarche, surtout symbolique, souligne tout de même les projections nouvelles des autorités en terme de développement urbain. Dans le même esprit, un projet Addis Ecocity a été lancé en 200711 et s'applique à l'échelle de dix quartiers différents dans la ville. En outre, la Mairie héberge une association qui œuvre pour une ville propre et verte12. Cette organisation est à l'origine par exemple de grandes campagnes de reboisement sur les collines qui dominent la ville, à laquelle la société civile est appelée à participer auprès d'acteurs urbains plus institutionnels. Ces tentatives sont bien sûr balbutiantes, mais sont bien le signe témoignant d’une appropriation locale d’injonctions globales pour tendre vers une approche « durable » de la ville.

22En termes de marketing urbain, la place du vert reste dominante dans le modèle de ville projetée. La forêt est notamment mise en scène pour promouvoir la capitale. De nombreux spots télévisuels survolent cette ville « verte », les encarts publicitaires et touristiques n'omettent jamais de colorier d'un vert soutenu, presque fluorescent, les contours de la ville. Pour le 125ème anniversaire de la naissance d'Addis-Abeba, une image éditée par la municipalité et diffusée dans les services publics comportait trois strates pour représenter la ville : quelques grands immeubles étaient entièrement colorés de vert ; l'architecture urbaine était surplombée d'un immense ciel bleu, lui-même dominé par les rayons du soleil jaune vif. Ces déclinaisons stéréotypées nous montrent que le marketing de la ville utilise cet élément, cette touche de vert pour valoriser l'aménagement de l'espace autour des arbres. La forêt est utilisée comme un symbole de la durabilité souhaitée pour les villes de demain.

23La figure de la forêt urbaine occupe ainsi une place de premier ordre dans ce processus de valorisation d’Addis-Abeba comme une ville verte. Or, cette forêt qui englobe Addis-Abeba est aujourd’hui au centre de préoccupations nouvelles de la part des aménageurs urbains. Composée quasi-exclusivement d’eucalyptus, essence aujourd’hui controversée, elle fait aussi l’objet de débats houleux. Et les discussions qui entourent ces zones nous renseignent sur des approches plus larges des politiques urbaines actuelles car : « l’espace vert ne saurait toutefois être envisagé comme un simple élément de nature. Il répond le plus souvent à une volonté d’aménagement de la ville qui illustre à la fois une conception urbaine et une représentation spécifique de la nature. » (Arnould et Simon, 2007).

2.2. La valorisation d’une certaine forêt urbaine

2.2.1. Entre promotion et rejet, la place paradoxale de l’eucalyptus dans les projets urbains

24Introduit en Éthiopie à la fin du XIXème siècle pour pallier les lourdes pénuries en bois qui compromettaient l'établissement de la toute jeune capitale Addis-Abeba, l’eucalyptus a historiquement connu un vif succès auprès des autorités et des populations locales. Les plantations ont été massivement développées sur le territoire urbain, puis périurbain, représentant aujourd’hui 8 000 ha de plantations, fournissant aux populations locales le bois de chauffe et de construction nécessaire (Ayerbe, 2014). Les arbres recouvrent largement les espaces périphériques par de grandes plantations mais sont aussi présents dans les interstices urbains (bordures de rues, jardins particuliers, parcs et pourtours des églises). Mais la place de l’arbre est discutée par les aménageurs qui, à l’instar d’autres capitales africaines, s’interrogent sur son intégration dans la ville de demain (Haeringer, 1980).

Carte 1 : Plantations d’eucalyptus à Addis-Abeba

Carte 1 : Plantations d’eucalyptus à Addis-Abeba

Source : Image Spot 2007 - Service Cartographie – IRD - © Delphine Ayerbe - 2014.

  • 13 5 ans en moyenne pour obtenir une taille adulte.
  • 14 Fond de mémoires de Master sur le thème, à l’Université d’Addis-Abeba et au Wondo Genet College of (...)

25Aujourd’hui la prédominance de ces zones boisées est contestée par les effets écologiquement néfastes de l’eucalyptus. Le débat se nourrit tout d’abord de considérations environnementales globales qui ont tendance à condamner la diffusion de cette espèce plantée intensivement dans de nombreux pays (Brésil, Inde...), dans le cadre de grandes plantations commerciales. Sur le plan écologique, la croissance rapide de ces arbres13 en fait de puissants consommateurs d'eau. L'intensification des plantations peut alors conduire à un assèchement irrégulier des zones plantées, et provoquer l’érosion de certaines parcelles. Ainsi, la société civile, une partie des autorités et de nombreuses associations condamnent cette exploitation (Ayerbe, 2014). Cependant, cette condamnation des méfaits des plantations mérite d’être nuancée. Les modes de mise en valeur sont fort différents des immenses exploitations brésiliennes par exemple. Concernant la régénération des sols, le développement d’autres cultures à immédiate proximité des plantations, les études menées localement14 soulignent avant tout la nécessité d’une sélection fine des zones plantées et d’une gestion équilibrée de ces espaces (Davidson, 1989 ; Pohjoven, 1989). Il nous semble que ce débat est davantage nourri par des discours et des injonctions globales relativement consensuelles, que de données écologiques locales.

  • 15 Notamment par des campagnes de distribution de graines gratuites aux habitants.

26Au delà des considérations écologiques, le rejet de l’eucalyptus revêt, selon nous, une dimension symbolique qui repose sur la perception locale de ces arbres. Ces plantations sont le témoin d’une page de son histoire que la ville souhaite tourner. L'eucalyptus reste la ressource qui a historiquement favorisé l'implantation de la capitale. Cette espèce est marquée par une connotation passéiste que ne semble plus en adéquation avec le bond vers la modernité que la municipalité cherche à promouvoir. De plus ces ressources boisées omniprésentes dans l’espace urbain renseignent sur des usages perçus comme encore trop ruraux de la population additienne. La ville moderne ne doit plus être celle des maisons de terre et bois, ne doit plus être celle où « brûlent les foyers dont l'odeur âcre d'eucalyptus stagne pendant les matins "bleus" d'Addis-Abäba » (Gascon, 1989). Ces pratiques ne sont pas appelées à perdurer dans l'Addis-Abeba marquée par ces immeubles de verre qui émergent. D’autant qu’ils reposent sur des activités que les autorités voudraient voir décliner. Le bois de chauffe par exemple est essentiellement collecté par des femmes qui chaque jour le transportent des hauteurs de la capitale vers les marchés centraux. Ces processions de femmes, chargées de fagots de plusieurs dizaines de kilos sur le dos, ne rappellent que trop violemment la réalité de la pauvreté du pays. Ces images passéistes que véhiculent ces plantations ne sont plus au goût des décideurs urbains qui, s'ils valorisent l'image du vert, ont un positionnement ambigu face à l'expansion des plantations d'eucalyptus. Dès lors, l'arbre des prémices urbains, l'arbre de Ménélik - puisque l'empereur a, le premier, organisé la diffusion de l'espèce sur les hauts plateaux éthiopiens15 - ne semble plus être en bonne place dans la ville de demain. Nous voyons émerger une forme de contradiction dans les discours, entre promotion d’une forêt urbaine qui correspond à l’image standardisée d’une ville durable et volonté d’une réduction des plantations d’eucalyptus.

2.2.2. Une valorisation sélective du « vert » dans la ville

27Ce positionnement est en réalité spécifique aux eucalyptus. Dans le cadre de la mise en avant d’un argumentaire environnemental et « vert », si les autorités vont dans le sens des injonctions visant à réduire la place d’un eucalyptus jugé invasif et destructeur, elles valorisent en revanche le développement d’un autre type de forêt. Ainsi, différents projets sont mis en place pour aller dans le sens du discours officiel sur la protection de l’environnement. Ces actions sont principalement portées par l’association Ethiopian Heritage Trust, active depuis 1995 et soutenue par les autorités. Elle organise notamment des campagnes de réintroduction d’espèces indigènes. Ses membres ont alors permis le reboisement de plusieurs zones, notamment sur les collines au Nord de la capitale, où un parc de 1 300 ha doit être en partie dévolu à la réintroduction de genévriers notamment. Un peu plus à l'ouest un grand jardin botanique (Parc de Gulele - 700 ha), lieu de diversité écologique est en création et ce projet est piloté par la municipalité. Ces espaces « protégés » doivent aussi se muer en sites récréatifs pour permettre aux additiens de profiter des hauteurs boisées de la ville. Une amorce de changement de fonctionnalités s'opère dans ces espaces qui, de zones productives, tendent à devenir des lieux de détente, avec notamment l’aménagement de sites de réception en extérieur pour des mariages ou fêtes les jours fériés. Mais ces réalisations sont encore sommaires et ces pratiques limitées ; il domine dans la capitale un maintien des pratiques populaires du bois.

2.3. L’inertie des pratiques populaires

2.3.1. Des ressources boisées toujours utiles

  • 16 Plus de 50 entretiens – 2009.

28Malgré ces nouvelles fonctions promotionnelles et récréatives, la forêt urbaine reste avant tout un espace productif et utile à Addis-Abeba. Les usages traditionnels du bois se maintiennent, même dans ce contexte de mutations urbaines rapides. Les fréquentes coupures d’électricité par exemple, ou encore l’élaboration des plats traditionnels appellent au maintien des disponibilités en ressources boisées. L’eucalyptus demeure, dans les pratiques quotidiennes des habitants, une alternative populaire répandue, au succès non démenti. Nous assistons en outre à une diversification des usages qui encouragent d’autant plus son exploitation. Les perches d'eucalyptus sont toujours vendues avec succès dans la ville. Si ces matériaux servent de moins en moins aux constructions de maisons (à l’exception de l’habitat informel), ils constituent un élément des chantiers actuels. En effet, les échafaudages des immeubles, des ponts en construction sont faits de bois d'eucalyptus. Quelques rares compagnies de grande ampleur utilisent des échafaudages en métal. Le commerce du bois bénéficie du dynamisme actuel et l'eucalyptus, par une requalification de son usage, reste un outil de l'urbanisation en cours. La croissance du nombre de vendeurs de bois dans la ville reflète cette tendance. Les entretiens conduits auprès des vendeurs16 attestent de l’attrait de cette activité pour des catégories très populaires. Une grande partie des personnes interrogées avait débuté leur activité depuis moins de dix ans, souhaitant bénéficier du boom de la construction à Addis-Abeba. De plus, nombreux de ces vendeurs étaient récemment installés en périphérie, zones de mutations importantes aujourd’hui.

2.3.2. L’eucalyptus au service de tous

  • 17 Oromia Regional National Government, Finfinnee Forest Development and Marketing Enterprise, 2005, F (...)

29Ainsi, à l’inverse de ce que nous pourrions imaginer, la ville qui émerge est encore dépendante de l’eucalyptus, par des pratiques populaires assez éloignées des discours officiels. Le rejet de cet arbre est inadapté aux réalités locales, car l’espèce, bien que décriée, est aussi présentée comme le second « or vert » du pays après le café. Les autorités elles-mêmes reconnaissent l’ambivalence de leur positionnement. Qu’elles soient fédérales ou municipales, elles ont toutes un intérêt direct dans la gestion des plantations périphériques. En effet, les zones plantées dans les frontières Nord de la ville sont réparties entre l’EPA et Finfinnee Forest Development and Marketing Enterprise (entreprise étatique). Les entretiens réalisés avec le responsable des plantations de chacun des organismes ont permis de mesurer la rentabilité de ces exploitations, notamment à travers l’étude du rapport de gestion de Finfinnee Forest Development and Marketing Enterprise17. Si l’EPA est plus attentive aux questions de protection de l’environnement, la structure ne peut se défaire totalement de l’exploitation de l’arbre. Les acteurs de ces filières étaient les premiers à utiliser le terme « d’or vert » pour qualifier cette essence. Il existe donc un hiatus entre les discours officiels et promotionnels et la réalité économique derrière la présence des eucalyptus.

  • 18 15 entretiens qualitatifs auprès de paysans ayant une ferme en zone péri-urbaine – 2009.
  • 19 Au cours de ventes aux enchères organisées par les associations paysannes.

30Cette ressource revêt également une importance notable à plus fine échelle. Les entretiens auprès de petits exploitants, en périphérie de la ville18, ont révélé que l’arbre était assimilé à une réserve potentielle de liquidité. Face à un imprévu, un événement familial à organiser ou autre, la vente du bois des quelques eucalyptus plantés autour des parcelles céréalières permettaient une rentrée d’argent relativement aisée19. Ainsi, le terme de « cash crop » souvent utilisé par les acteurs institutionnels ou associatifs pour qualifier cet arbre, semble particulièrement bien définir la perception qu’en ont les paysans enquêtés. Loin des pratiques quotidiennes des habitants, le discours de rejet des plantations d’eucalyptus signale des racines plus globales du propos, qu’une réelle insertion locale des arguments.

Conclusion

31Le discours consensuel porté par les décideurs urbains et basé sur les nouvelles préoccupations environnementales reflète le jeu subtil qui s'opère en matière de gestion de l'environnement. Dans un contexte de mutation et d'élan vers la modernité, le discours politique qui encadre la mise en valeur des zones plantées nous renseigne sur des tentatives d'intégration d'une lecture globale des enjeux environnementaux. Ce maniement des préceptes globaux permet aux décideurs urbains de consolider leur positionnement sur la scène internationale. C'est aussi une façon d'appuyer un certain consensus pour les aménagements urbains actuels. Le discours environnementaliste reste peu lisible dans les pratiques ce qui démontre qu'il s'adresse surtout à des acteurs extérieurs : organismes internationaux, associations de protection de l'environnement ou encore investisseurs étrangers. Ce discours consensuel semble avoir pour objectif de construire une image dynamique et moderne de la ville pour attirer la bienveillance de ces acteurs.

32La subtilité des décideurs réside dans l'utilisation et la valorisation d'un existant dénué de son sens pour le conformer aux schémas internationaux. Le paradoxe entre le rejet de l'eucalyptus et la valorisation de la forêt urbaine signe le maniement des symboles dans le discours politique. L’image idéalisée, sur papier glacé, de cette ville repose donc sur un paradoxe. À travers les espaces plantés nous relevons une utilisation fine de l’existant, dont les fonctionnalités sont détournées (ou du moins occultées) pour le faire correspondre aux standards recherchés. Le rejet de l'exploitation des eucalyptus apparaît finalement comme un élément de rhétorique, et est relativement imperceptible dans les pratiques - excepté pour une minorité d'acteurs mobilisés dont nous reconnaissons parfaitement le dynamisme. La capitale semble aujourd’hui dans une phase de transition où la modernité qui émerge côtoie des pratiques populaires plus traditionnelles. L'analyse de deux modèles présentés comme opposés (ville vécue et ville projetée) - à travers le prisme des espaces plantés - fait émerger une interdépendance qui annihile cette apparente dualité. Les décideurs urbains montrent qu'ils savent tirer profit des pratiques populaires pour prendre part au discours globalisé sur l’environnement urbain.

Haut de page

Bibliographie

Arnould P., Simon L. (dir.) 2007, Géographie de l’environnement, Paris, Belin, 303p.

Ayerbe D., 2014, Encadrement des plantations d'eucalyptus à Addis Abeba : vers une confrontation des discours environnementaux et des pratiques populaires, EchoGéo. Mis en ligne le 01 décembre 2014. URL : http://echogeo.revues.org/13936.

Bayou C., 2013, La ville debout : le gratte-ciel au XXIe siècle, Questions internationales, Les villes mondiales, n° 60, pp. 30-41.

Couret D., Oualet A., Tamru B., 2011, L'introuvable ville durable, in N. Mathieu et Y. Guermond, La ville durable, du politique au scientifique, Paris, Editions Quæ « Indisciplines », pp. 47-56.

Davidson J., 1989, The Eucalypt Dilemma, Arguments for and against Eucalypt Planting , Ethiopia, Seminar notes series n° 1, Forestry Research Center, Addis Ababa.

Duroyaume P., 2009, Social mix facing urban changes in Addis Ababa, Construction Ahead, n° 15, pp. 42-49.

Emelianoff, 2007, La ville durable, l’hypothèse d’un tournant urbanistique en Europe, L’information géographique, Volume 71, pp 48-65.

Gallais J., 1989, Une géographie politique de l’Éthiopie. Le poids de l’État, Paris, Economica, Liberté sans frontières, 205p.

Gascon A., 1989, Les « bastides » d’Éthiopie. Les villes fortes de Menilek dans le sud de l’Éthiopie et l’urbanisation contemporaine in Tropiques, lieux et liens : florilège offert à Paul Pelissier et Gilles Sautter, Paris, ORSTOM, p. 435-444.

Haeringer P., 1980, L’arbre dans la ville. Lecture sociale en quatre tableaux du couvert végétal dans la ville africaine, Cahiers de l’ORSTOM, Sciences Humaines, volume XVII, numéros 3-4, pp 289-308.

Hebert C., 2004, Addis Abeba, ville moderne ? La mixité sociale à l'épreuve de la modernisation, Mémoire de Master de géographie, Université Lyon-2 Lumière, École Normale Supérieure, 255 p.

Hellequin A.-P., Lemarchand N., Paris D., 2006, Système métropolitain et logique de projet : une approche de la question urbaine en géographie et aménagement, Territoire en Mouvement, 1, pp. 34-44.

Lévy J., 1997, Penser la ville : un impératif sous toutes les latitudes, Cahiers d'Études sur la Méditerranée Orientale et le monde Turco-Iranien, mis en ligne le 28 février 2005, consulté le 08 janvier 2013. URL : http://cemoti.revues.org/1458.

Meskerem S., 2008, La place accordée à l'existant dans la mise en pratique de modèles d'urbanisme : le cas d'Addis-Abeba (Éthiopie), Thèse de doctorat en géographie, Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne, 309 p.

Metzger P., Couret D., 2002, La ville durable côté Sud : entre utopies et pratiques in J.-Y. Martin (dir.) Développement durable. Doctrines, pratiques, évolutions. IRD Éditions, Objectifs Suds, pp. 161-181.

Pinson G., 2006, Projets de ville et gouvernance urbaine, Pluralisation des espaces politiques et recomposition d'une capacité d'action collective dans les villes européennes, Revue française de science politique, Volume 56, numéro 4, pp. 619-651.

Pohjoven V., 1989, Establishment of Fuelwood Plantations in Ethiopia, University of Joensuu, Faculty of Forestry, Finland, Paavo Pelkonen, 388 p.

Rosemberg-Lasorne M., 1997, Marketing urbain et projet de ville : parole et représentations géographiques des acteurs, Cybergeo : European Journal of Geography, Aménagement, Urbanisme, document 32, mis en ligne le 23 octobre 1997, consulté le 31 mars 2012, URL : http://cybergeo.revues.org/1977.

Tamru B., 2008, Villes et territoires en Éthiopie, Dossier d’Habilitation à Diriger des Recherches, Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne, 436 p.

Theys J., Emelianoff C., 2001, Les contradictions de la ville durable, Le débat, numéro 113, Gallimard, pp 122-135.

Veyret Y, Le Goix R., 2011, Atlas des villes durables. Écologie, urbanisme, Sociétés : l'Europe est-elle un modèle ? Paris, éditions Autrement, 87 p.

Haut de page

Notes

1 Junte militaire au pouvoir de 1974 (chute d’Hailé Sélassié) à 1991 (instauration de la République fédérale d’Éthiopie).

2 Selon le Central Statistical Agency : 1 423 110 habitants en 1984 - 2 048 588 habitants en 1994 - 3 041 002 habitants en 2011 pour la région d'Addis Abeba.

3 80 % environ de la population est rurale.

4 Addis Abeba a été fondée en 1887 par l’Empereur Ménélik.

5 City Development Plan 2001 – 2010, Executive summary, Addis Ababa in action: Progress Through Partnership, Addis Ababa.

6 Calendrier éthiopien.

7 Claire Cochemé, Addis Abeba, 2014.

8 Depuis la nationalisation des terres en 1975.

9 Murs montés grâce à un mélange de bois et de terre.

10 Entretien auprès d’un fonctionnaire du Service de l’Urbanisme – Municipalité d’Addis Abeba - 2009.

11 Le descriptif du projet apparaît dans la rubrique Ecocity du site internet de la Municipalité : www.addisababacity.gov.et

12 Clean and Green Addis Ababa Society.

13 5 ans en moyenne pour obtenir une taille adulte.

14 Fond de mémoires de Master sur le thème, à l’Université d’Addis-Abeba et au Wondo Genet College of Forestry, par exemple : Kidane Woldu, Natural regeneration of Juniperus procera (Hotcht.) in Eucalyptus globulus (Labill.) Plantation At Entoto Mountain, central Ethiopia, Ethiopian MSc in Foretsry Programme Thesis works, Report No. 1999 : 43.

15 Notamment par des campagnes de distribution de graines gratuites aux habitants.

16 Plus de 50 entretiens – 2009.

17 Oromia Regional National Government, Finfinnee Forest Development and Marketing Enterprise, 2005, Forest Resources Development and Utilization Management Plan, for the Period of July 2005 – June 2011, Addis Ababa.

18 15 entretiens qualitatifs auprès de paysans ayant une ferme en zone péri-urbaine – 2009.

19 Au cours de ventes aux enchères organisées par les associations paysannes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1: Les immeubles percent dans les quartiers populaires (Vue du quartier de Kazanchis, Addis-Abeba)
Crédits Cliché : Delphine Ayerbe, août 2013.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3132/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Photo 2 : Affiche de promoteur immobilier (Churchill Road, Addis-Abeba)
Crédits Cliché : Delphine Ayerbe, février 2008.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3132/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Photo 3 : Nouveaux immeubles commerciaux(Churchill Road, Addis-Abeba)
Crédits Cliché : Delphine Ayerbe, août 2013.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3132/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Carte 1 : Plantations d’eucalyptus à Addis-Abeba
Crédits Source : Image Spot 2007 - Service Cartographie – IRD - © Delphine Ayerbe - 2014.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3132/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Ayerbe, « La place de l'eucalyptus à Addis-Abeba », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 27-28 | 2015, mis en ligne le 28 octobre 2016, consulté le 28 mai 2017. URL : http://tem.revues.org/3132 ; DOI : 10.4000/tem.3132

Haut de page

Auteur

Delphine Ayerbe

Doctorante en géographie
Université Paris 1 - UMR PRODIG 8586
2 rue Valette
75005 PARIS
delphineayerbe@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page