Navigation – Plan du site
Articles

Les nouveaux territoires urbains d’Afrique de l’Est

New Urban Territories in East Africa
Dominique Harre, Hervé Gazel et François Moriconi-Ebrard

Résumés

L’urbanisation est récente et très rapide dans les neuf pays traités dans cet article (Burundi, Djibouti, Érythrée, Éthiopie, Kenya, Ouganda, Rwanda, Somalie, Tanzanie). De plus, un remarquable mouvement d’urbanisation se produit dans les zones de peuplement historiquement denses, et désormais très denses, qui peut prendre la forme de larges aires urbanisées associées à des métropoles (Nairobi, Dar es Salam, Bujumbura) ou des agglomérations secondaires (Jinja, Bukoba, Mtwara), elles-mêmes en croissance continue, voire des conurbations de dimension régionale (Western et Nyanza, Kenya). Ces évolutions modifient la vision classique des processus d’urbanisation sur le continent.
Sans mesure statistique faisant sens, ces nouveaux territoires urbanisés resteraient inintelligibles. L’article propose une approche inédite en Afrique, celle de l’agglomération - propre au projet de recherche e-Geopolis - qui mesure l’étalement urbain à toutes les échelles géographiques et permet de repérer les lieux de peuplement en croissance spatiale et démographique, indépendamment des données officielles. Ainsi, est-il possible d’estimer l’ampleur spatiale de l’« urbanisation généralisée » en cours autour de Bujumbura, de Kisii ou de Kisumu. Il est également indispensable de bien comprendre les morphologies et le statut territorial de ces espaces pour tenter des hypothèses sur les dynamiques à l’œuvre. Les formes complexes observées, marquées par une triple hétérogénéité (morphologique, économique, territoriale), suggèrent une forte atomisation des territoires urbains en formation, incluant des espaces agricoles marchands et, contrairement aux projets politiques en cours, des espaces urbanisés sans développement. Toutefois, il est difficile de poser des diagnostics précis qui permettraient de rendre compte de l’importance respective des dynamiques d’urbanisation in situ, qui semblent caractériser une grande partie du mouvement d’urbanisation des campagnes, et celles liées à la métropolisation.

Haut de page

Texte intégral

1L’Afrique de l’Est est la partie du monde la moins urbanisée. Le semis des villes est lâche, on n’y trouve aucune métropole de plus de 5 millions d’habitants et, en dépit de la rapidité du mouvement d’urbanisation observé au cours du dernier demi-siècle, de vastes régions ressemblent encore à des quasi-déserts urbains. Les taux d’urbanisation de l’Éthiopie, du Burundi et de l’Ouganda étaient inférieurs à 15 % en 2010. Si l’on exclut la cité-État de Djibouti, le Kenya est le seul pays ayant un taux d’urbanisation (45 % en 2010) comparable à celui observé dans les pays les plus urbanisés du continent.

2Les évolutions récentes qui s’y produisent sont donc passionnantes d’autant qu’elles questionnent la vision classique des dynamiques d’urbanisation sur le continent africain. En effet, si sans surprise, la croissance des centres urbains existants se poursuit, l’urbanisation progresse également par la formation de vastes territoires agglomérés dans des zones de peuplement historiquement denses où la pression démographique continue d’être très soutenue. Ces territoires émergent à plusieurs échelles géographiques : petites agglomérations linéaires dépourvues de centre originel (Burundi, Rwanda) ; larges aires urbaines associées à des métropoles (Nairobi, Dar es Salaam, Bujumbura) ou des agglomérations secondaires (Jinja, Bukoba, Mtwara) ; ainsi que deux vastes conurbations Western et Nyanza, en plein essor dans le Sud-Ouest du Kenya.

  • 1 Gazel, Harre, Moriconi-Ebrard (2010). Dans la suite du texte: « Rapport Africapolis II ». L’étude, (...)
  • 2 Une agglomération e-Geopolis se définit comme un espace bâti ne présentant pas de discontinuité sup (...)
  • 3 L’urbanisation in-situ résulte de processus endogènes, de dynamiques locales, notamment d’une densi (...)

3Ces territoires ont été repérés en 2010 par le programme e-Geopolis dans une étude sur les dynamiques de l’urbanisation en Afrique1. La première partie mobilise les données et conclusions de cette étude pour situer le contexte démographique régional et montrer combien l’urbanisation est récente et rapide dans cette partie du continent. La deuxième partie propose une méthode de décryptage des nouveaux territoires urbanisés en trois volets : mesure statistique, morphologie et statut politico-administratif. En effet, quasiment invisibles dans les statistiques nationales et dépourvus d’existence administrative ou politique, ces territoires et les formes d’agglomération urbaine2 qui y sont associées ne sont pas immédiatement intelligibles. Enfin, la troisième partie aborde la question de la nature de ce remarquable mouvement d’urbanisation, où les dynamiques in situ3 semblent aussi agissantes que la métropolisation.

1. Une croissance urbaine soudaine (1960-2010)

  • 4 Sauf autrement mentionnées, la description de la croissance urbaine dans les 9 pays et les données (...)
  • 5 Les taux d’urbanisation et la population urbaine correspondent à la population vivant dans les aggl (...)

4Les neuf pays4 présentés ici, Burundi, Djibouti, Eritrea, Ethiopia, Kenya, Uganda, Rwanda, Somalia, and Tanzania, forment un ensemble géographique continu dont la population était estimée à 210 millions d’habitants en 2010. Le taux d’urbanisation moyen reste faible, 23 % en 2010, alors que l’Afrique de l’Ouest exhibe un taux d’urbanisation de 48 %5. La plus grosse métropole, Nairobi, ne devrait franchir le seuil des 5 millions d’habitants qu’à la fin des années 2010 et la population de trois capitales nationales, Djibouti-Ville, Kigali et Bujumbura, reste inférieure à 1 million d’habitants. Il n’empêche, le processus d’urbanisation parti de très bas au 20e siècle continue de s’affirmer. Il se produit dans un environnement particulier à cette région du monde, caractérisée par la présence de deux grands foyers de peuplement et d’une croissance démographique particulièrement forte.

1.1. Un espace régional en profonde évolution

5Il n’est pas exagéré d’affirmer que cette partie de l’Afrique enregistre actuellement la croissance urbaine la plus rapide du monde. Les faibles taux observés au tout début du processus d’urbanisation contemporain expliquent en partie la vigueur du rythme depuis les années 1960.

6La population urbaine a crû deux fois plus rapidement que la population totale, à un rythme de 6.30 % par an en moyenne entre 1960 et 2010, supérieur à celui observé en Afrique de l’Ouest (5.52 %). Forte dans les années 1960 (+7 % /an moyenne), la croissance urbaine ralentit dans les années 1980-1990 avant un nouveau bond en avant au cours des années 2000, essentiellement attribuable à la formation des zones d’urbanisation in situ. Environ le tiers des 48 millions d’urbains estimés en 2010 étaient kenyans et un tiers vivait dans une capitale/métropole.

7La croissance urbaine a été très largement entretenue par la croissance démographique, l’une des plus fortes au monde. La moyenne annuelle s’établit à 2.8 % entre 1960 et 2010, avec un « pic » de 3.3 % dans les années 1970 et un ralentissement sensible au cours de la dernière décennie (2.3 %) mais seulement significatif en Tanzanie, Rwanda et Somalie (où les estimations de population sont aléatoires). L’influence de la pression démographique est primordiale, d’une part parce que la croissance des grandes métropoles est essentiellement tirée par leur accroissement naturel, d’autre part parce que ce sont dans les zones les plus densément peuplées, et jusqu’à présent les moins urbanisées, que se produit la croissance urbaine la plus forte. Cette double caractéristique recoupe grosso modo la formation de deux types de foyers d’urbanisation : un ensemble de métropoles qui se sont épanouies depuis le milieu du XXe siècle ; les foyers récents où se façonnent des formes complexes et inédites d’urbanisation in situ.

8Les réseaux urbains sont aussi parmi les plus récents de la planète car les villes et les cultures urbaines historiques, ainsi que les anciens réseaux basés sur le commerce à longue distance ont quasiment disparu, de même que nombre de cités anciennes. De plus, l’urbanisation actuelle est le résultat de dynamiques nationales, la fin de la période coloniale britannique ayant mis un frein aux processus économiques régionaux entre le Kenya, l’Ouganda, Zanzibar et la Tanzanie.

  • 6 Bien que le camp de réfugiés de Daddab, non inclus dans la liste des agglomérations de l’étude Afri (...)

9En 1950, seulement une trentaine d’agglomérations de plus de 10 000 habitants parsemait cet immense espace de plus 3.7 millions de km2. Elles étaient douze fois plus nombreuses en 2010. Les semis nationaux restent toutefois relativement lâches, sauf en Somalie, Éthiopie et Tanzanie, et parfois spatialement déséquilibrés avec des zones encore quasiment dépourvues d’agglomérations urbaines comme le nord du Kenya6 ou le nord-est de l’Ouganda. Régionalement, le semis urbain est ainsi dominé par l’archipel constitué de cinq métropoles ayant statut de capitales nationales (Addis Abeba, Nairobi, Dar es Salam, Mogadisho, Asmara) et d’un port, celui de Mombasa, au total près de 13 millions d’habitants.

10Les agglomérations continuent toutefois d’émerger selon une tendance d’ailleurs peu surprenante dans un contexte d’urbanisation si récent. Le nombre de nouvelles agglomérations devrait avoisiner 220 entre 2000 et 2020, soit un volume de plus de 3 millions de personnes représentant 8 % de la croissance urbaine. Cette dynamique explique en partie le rôle durable des centres urbains de moins de 100 000 habitants en 2010, qui forment la colonne vertébrale des réseaux de l’Éthiopie et de la Tanzanie et qui ont un rôle régional crucial dans le système urbain géographiquement fragmenté du Kenya (Rift Valley, Eastern, North Eastern).

11L’évolution des indicateurs de base (Tableau 1) montre des différences parfois fortes entre les processus d’urbanisation nationaux. L’espace géographique formé par ces neuf pays est en effet très hétérogène du point de vue des milieux naturels, des formes de peuplement, des histoires politiques (notamment la taille des territoires politiques) et économiques.

Tableau 1 : Indicateurs de l’urbanisation par pays, 1960 – 2010

PAYS

Pop. totale 2010 1000 hab.

Taux d’urbanisation

Nombre agglomérations

Taille de la capitale(en milliers d' hab.).

Croissance urbaine 1960-2010

1960

2010

1960

2010

1960

2010

Burundi

8 315

0.93

9.79

1

12

49

596

5.7%

Djibouti

853

92.73

87.61

1

4

37.4

702. 4

6.1%

Érythrée

4 404

11.53

24.26

5

15

123. 5

616

3.7%

Éthiopie

78 160

2.68

12.88

10

215

475. 7

2 960

5.5%

Kenya

37 731

4.57

45.27

11

117

295

4 436

7.1%

Ouganda

31 196

0.82

14.06

4

85

135

1 732

6.4%

Rwanda

8 261

1.19

22.89

0

17

6

863.5

8.6%

Somalie

7 576

6.33

29.96

6

35

57

1 020

5.3%

Tanzanie

37 487

2.49

26.02

13

130

160

3 066

6.5%

Ensemble

214 000

4.20

23.00

51

630

-

-

6.30%

Notes :
- Population totale et Taille de la capitale : les estimations de population sont basées sur les résultats des recensements de population (RGPH) publiés depuis 1950. Les plus récents datent de, respectivement, par pays : 2008 (provisoire), 2009 (provisoire), 1984, 2007 (provisoire), 2009 (provisoire), 2002, 2002, 1975, 2002.
- Croissance urbaine : taux annuel moyen. Rwanda (1970-2010).

Source : Rapport Africapolis II 2010.

1.2. Le rural-sprawl des nouveaux territoires agglomérés

12Un des résultats les plus intéressants et inédits de l’étude Africapolis II concerne la formation de zones en cours d’agglomération là où, sous une pression démographique intense, l’habitat rural dispersé produit un mitage généralisé des campagnes.

  • 7 Le foyer de peuplement éthiopien, qui compte 55,5 millions de personnes, ne doit pas être confondu (...)
  • 8 Rapport Africapolis II, pp. 58 et suivantes, deuxième Partie, « Le peuplement de l’Afrique oriental (...)

13Ce processus d’extension du bâti correspond à une densification des campagnes sans précédent en cours dans les deux grands foyers de peuplement de l’Afrique de l’Est : le foyer éthiopien7 et celui de la région des Grands Lacs (Tanzanie, Burundi, Rwanda, Ouganda et Kenya, plus le nord de la République Démocratique du Congo). Ces foyers contrastent très fortement avec les régions essentiellement désertiques et peu peuplées, situées à l’est du Rift, qui forment la Somalie, Djibouti, le nord du Kenya et le sud de l’Éthiopie. Les deux foyers sont des régions de Hautes Terres, enclavées, agricoles, restées longtemps à l’écart des grands axes de communication et de commerce à effet urbanisant, colonisées plus tardivement que les régions basses ou côtières, et dont les centres urbains sont très récents pour la plupart. Avec le foyer nigérian-camerounais, ils présentent le plus fort potentiel d’urbanisation du continent car leur masse démographique est considérable, les densités rurales sont très élevées et les taux d’urbanisation encore faibles, alors que la croissance démographique reste soutenue8. Quatre grands processus de formation des nouveaux territoires urbanisés, selon des échelles géographiques variables, y ont été repérés par l’analyse des images satellites :

14T1 : Dans les zones très densément peuplées du nord du Rwanda, du Burundi (région de Cibitoké) et du nord-ouest de la Tanzanie (District de Kigoma) se développent des agglomérations extensives linéaires en dehors de tout centre existant tandis que sur les Hauts Plateaux d’Éthiopie et en Tanzanie (Région de Mtwara), c’est surtout la coalescence des hameaux qui favorise l’émergence de nombreuses agglomérations autour des centres secondaires.

Figure 1 : Émergence d'agglomérations extensives (Burundi)-T1

Figure 1 : Émergence d'agglomérations extensives (Burundi)-T1

Au Burundi, de nombreuses agglomérations émergent dans les zones où la pression démographique devient intense et où l’habitat est quasi-totalement dispersé. Parce qu’elles prennent souvent la forme de « villages-rues », comme Buganda (15 000 habitants estimés en 2005) ces agglomérations ont tendance à s’interconnecter très rapidement les unes aux autres pour éventuellement former dans un futur proche de vastes aires agglomérées.

Source : e-Geopolis, 2009; carte D. Harre

  • 9 Une grosse agglomération se forme le long du lac Tanganyika, englobant Goma en République Démocrati (...)

15T2 : Au Burundi, en Tanzanie, en Ouganda (Jinja) ou au Rwanda (Gisenyi9), la superficie des villes secondaires augmente progressivement sur des espaces agricoles formant des périphéries nouvelles qui, morphologiquement, se distinguent nettement des périphéries résidentielles ou industrielles. Á Arusha, seconde ville de Tanzanie, l’inclusion de ces périphéries lâches mais agglomérées fait doubler le chiffre officiel de sa population. Au Burundi, toutes les agglomérations secondaires croissent sur ce modèle.

Figure 2 : Extension des villes secondaires (Kigoma-Tanzanie)-T2

Figure 2 : Extension des villes secondaires (Kigoma-Tanzanie)-T2

Au nord-ouest de la Tanzanie près de la frontière avec le Burundi, les processus T1 et T2 se conjuguent pour former un ensemble aggloméré encore lâche qui pourrait dans le futur former une seule entité avec Kigoma, principal port sur le lac Tanganyika (140 000 habitants estimés en 2005). La périphérie de l’agglomération de Kigoma s’étale en direction du nord pour rejoindre une bande formée d’une dizaine d’agglomérations émergentes dans le District de Kigoma rural. Dans ce district, les densités rurales pouvaient atteindre 250 habitants au km2 dans certains wards.

Sources : Rapport Africapolis II, Fiche Pays Tanzanie, 2010 ; e-Geopolis 2009 – Carte D. Harre.

16T3 : Un phénomène semblable s’observe aux périphéries des aires métropolitaines (Nairobi, Addis Abeba, Dar es Salam). Il ne s’agit pas uniquement d’étalement urbain classique par front issu de migration courtes / longues et de relocalisation depuis le centre des grandes villes mais de coalescence avec des campagnes dont le bâti se densifie fortement.

Figure 3 : Étalement des périphéries des aires métropolitaines, Nairobi (Kénya)-T3

Figure 3 : Étalement des périphéries des aires métropolitaines, Nairobi (Kénya)-T3

La tache urbaine de Nairobi définie par e-Geopolis montre que l’agglomération s’étale sur plusieurs fronts extrêmement contrastés, représentatifs de l’hétérogénéité des formes du peuplement local, des variations des conditions naturelles ou de la diversité des règles qui conditionnent les structures agraires, l’accès à la terre ou les règles de construction. Par ailleurs, deux phénomènes, le mitage de zones rurales denses et la linéarisation se combinent, donnant des formes et des contours extrêmement complexes

Sources : Rapport Africapolis II, 2010, p.123, e-Geopolis 2015 – Carte D. Harre.

  • 10 En dépit de l’élargissement de son emprise spatiale jusqu’à l’absorption des centres secondaires de (...)

17T4 : Dans leurs expressions les plus complexes, les nouveaux territoires urbains sont formés par coalescence de centres régionaux et/ou villes secondaires reliés par des zones d’habitat sur-densifié dans des zones essentiellement agricoles. Les densités, qui peuvent avoisiner 800-1000 habitants/km2, sont donc très supérieures aux densités rurales moyennes. Dans l’ouest du Kenya10, deux conurbations d’échelle régionale, baptisées Western et Nyanza dans l’étude Africapolis II, forment des ensembles complexes tant par leur morphologie que leur contenu institutionnel. Elles contribuent fortement au mouvement de littoralisation du Lac Victoria dans une zone de peuplement historiquement dense.

Figure 4 : Formation de conurbations, Western (Kénya)-T4

Figure 4 : Formation de conurbations, Western (Kénya)-T4

Á la fin des années 2000, la Western Conurbation du Kenya s’étalait sur plus de 4200 km2 au nord du Lac Victoria et de la ville de Kisumu. La carte proposée ici illustre bien l’absence de visibilité des nouveaux territoires urbanisés dans les mesures nationales puisque les Enumerations Areas du recensement de population de 1999 officiellement sous statut urbain ne constituaient qu’une petite partie de la tache urbaine définie par e-Geopolis. Le reste de la conurbation s’étalait déjà sur un très grand nombre d’Enumerations Areas sous statut rural et très densément peuplées. Ainsi, seulement 15 à 20 % de la population totale de la conurbation, estimée à 4 millions en 2010, résidait dans l’un des centres urbains de plus de 50 000 habitants absorbés par l’expansion des zones agglomérées. Avec 330 000 habitants estimés en 2010, Kisumu était le seul centre urbain de stature régionale.

Sources : Rapport Africapolis II, 2010, Fiche Pays Kenya, e-Geopolis et Gis data base, international Livestock Research Institute – Carte D. Harre.

18Dans la suite du texte, T1, T2, T3 et T4 font référence à ces quatre processus de formation des nouveaux territoires urbanisés.

19Encore marginale, la part de la population urbaine issue de la densification de l’habitat dans les campagnes est en train de s’accroitre rapidement. Il est ainsi probable que les taux d’urbanisation fassent un bond en avant dans les pays ou régions jusqu’à présent les moins urbanisées, selon un processus un peu comparable à ce qui s’est passé en Belgique, c'est-à-dire que de vastes zones s’urbanisent brusquement. Il est donc indispensable de mieux comprendre les spécificités des quatre processus identifiés plus haut.

2. Décryptage : mesure statistique, morphologie et contenu institutionnel

20Les territoires émergeant de l’urbanisation des campagnes restent peu lisibles. Avant toute tentative d’analyse des formes d’urbanisation qu’ils représentent (Partie III), il importe d’en détailler les contours et les contenus. Pour cela, la seconde partie propose une méthode de description en trois volets : mesure statistique, observation des morphologies et statut politico-administratif.

2.1. La mesure statistique

21En l’absence de reconnaissance territoriale officielle, et donc de statistiques produites par les institutions nationales des pays concernés, connaître la taille démographique des nouveaux territoires agglomérés n’est pas immédiate. C’est ici que l’approche statistico-morphologique propre au programme de recherche e-Geopolis se montre particulièrement performante : en effet, elle mesure l’étalement urbain à toutes les échelles géographiques et repère les lieux de peuplement en croissance spatiale et démographique, indépendamment des données officielles.

22Les territoires agglomérés ont été considérés comme des agglomérations urbaines dès lors qu’ils remplissent les conditions de la définition e-Geopolis (note 2), d’où la terminologie « territoires urbanisés ». Le Tableau 2 donne les superficies et les populations estimées des exemples les plus significatifs.

Tableau 2 : Mesure des nouveaux territoires urbains en 2010

Agglomération

Type

Superficie

Population

Densité moyenne

Mugina, Burundi

1

4.8 km2

24 000

5 000

Buganda, Burundi

1

4.5km2

19 000

4 200

Nyalikungu, Tanzanie

1

6.2km2

20 500

3 300

Buwenge, Ouganda

1

7.5 km2

18 000

2 400

Jinja, Ouganda

2

120 km2

147 000

1 220

Arusha

2

194 km2

727 500

3 750

Nairobi, Kenya

3

1 022 km2

4 436 000

3 340

Bujumbura, Burundi

3

76 km2

596 000

7 840

Kampala, Ouganda

3

560 km2

1 732 000

3 090

Western Conurbation, Kenya

4

4 250 km2

3 930 000

924

Nyanza Conurbation Kenya

4

3 028 km2

2 280 000

753

Source : Rapport Africapolis II 2010.

23Ce tableau amène deux remarques :

  • Les dimensions spatiales et démographiques de certains des nouveaux territoires urbains attirent l’attention. Ainsi, les grandes conurbations kenyanes bousculent les hiérarchies urbaines nationale et régionale. Western Conurbation, avec ses 4 millions d’habitants estimés en 2010, est devenue la seconde agglomération du Kenya et de l’ensemble des neuf pays. Nyanza Conurbation est classée 5ème, juste derrière Addis Abeba. En 2020, la population projetée de Western Conurbation dans ses limites géographiques actuelles dépassera 5 millions d’habitants, soit un million de plus que Dar es Salam à la même date. Aux échelles inférieures de taille, la dizaine d’agglomérations extensives (T1) en phase d’agglomération par linéarisation qui ont émergé entre la frontière du Burundi et Kigoma pourrait dans le futur former une seule entité (figure 1). Rappelons que ces agglomérations ne sont pas reconnues dans les catégories nationales officielles.

  • Les densités moyennes sont bien sûr inférieures à celles des métropoles et la plupart des agglomérations centres : la densité de l’agglomération d’Arusha était inférieure à 4 000 habitants/km2 en 2010 et celle de Kampala atteignait juste 3 000 habitants/km2. Toutefois, des ruptures de densité parfois fortes, bien plus qu’un continuum, caractérisent les agglomérations de type T2, T3 et T4, même si la densité remonte généralement autour des anciens centres urbains. Nairobi, en dépit de l’extension de ses périphéries sur les campagnes sur-densifiées, a ainsi une densité moyenne supérieure à celle des conurbations Western et Nyanza en raison de la taille du centre historique. Mais, dans tous les cas de figure, les variabilités fortes des rythmes et des formes physiques de l’urbanisation à l’intérieur des espaces agglomérés rendent les approches de l’urbain par la densité peu opérantes. Et bien que le caractère « urbain » de ces nouveaux territoires soit encore discutable au moment de la formation de l’agglomération, la croissance démographique ne peut entraîner qu’une densification toujours plus grande et un caractère toujours plus « urbain » comme le montre une présentation – même sommaire – des processus morphologiques.

2.2. Morphologies : structures d’habitat et coalescence

24Les processus morphologiques sont en effet essentiels à saisir dans leur diversité. En Afrique de l’Est, les dynamiques physiques d’agglomération combinent trois mouvements : étalement urbain en nappes par front aggloméré propre aux périphéries des centres urbains existants et à la croissance des bourgs et localités existants ; linéarisation le long des voies de communication, des fonds de vallée ou des sommets des interfluves (produisant des agglomérations en rhizomes et en « toile d’araignée ») ; densification du bâti donnant lieu à la formation d’agglomérations de peuplement dépourvues de « centre ». Dans les deux grands foyers de population (foyer éthiopien et Grands Lacs), la linéarisation et la densification du bâti semblent être aujourd’hui les processus les plus actifs. Les distances sont courtes, moins de 100 mètres en moyenne entre les bâtiments et la vitesse d’agglomération peut-être particulièrement rapide dans les zones d’habitat dispersé sur-densifié. Les modes d’occupation au sol (trames) se distinguent nettement de ceux des centres et de leurs périphéries, provoquant des ruptures morphologiques bien visibles sur les images satellites.

  • 11 Observations de terrain, D. Harre, 2013.

25Ce sont les structures de l’habitat qui expliquent l’ampleur potentielle de ces phénomènes. Ces régions se caractérisent par la dispersion de leur peuplement, la rareté des bourgs centraux ainsi que de fortes densités démographiques sur des zones très étendues. La dispersion est totale (Burundi et Rwanda) ou régionale/locale (Éthiopie, Érythrée, Kenya, Tanzanie et Ouganda). Dans ces régions d’altitude (collines, hauts plateaux), les parcelles agricoles et les enclos à bestiaux font partie intégrante de l’ensemble d’habitation de la famille, construit sous forme concentrique ou rectangulaire. Au Burundi, la diffusion spatiale totale du bâti provoque une spectaculaire linéarisation le long des rares routes du pays (Cochet, 2001). Les premiers arrivés dans ces régions s’étaient installés sur les plats de collines et chaque génération suivante, selon les modes de succession en vigueur, a créé une nouvelle unité sur des parcelles nouvelles situées à l’écart des précédentes. La dispersion des hommes de même lignage fut d’ailleurs encouragée par les dirigeants des royaumes anciens (Cochet, 2001). Au Rwanda, l’habitat dispersé initialement limité aux crêtes de collines s’est densifié au point que les habitations forment des linéaments proches évoquant les zones pavillonnaires et c’est sur ce type de configuration qu’émergent les nouvelles agglomérations (Rapport Africapolis II, Fiche Pays Rwanda, 2010). L’observation des images satellites montre que dans une grande partie des Hauts Plateaux éthiopiens l’habitat s’agrège en hameaux, De taille variable, ces unités familiales clôturées (pierre, yucca ou simples haies de branchages) peuvent réunir plusieurs foyers nucléaires. Les jardins et champs cultivés, enclos à bestiaux et aires de battage sont situés à l’intérieur de la clôture. Les modalités de création de nouvelles unités, relativement flexibles, sont liées au désir et/ ou l’accès aux ressources nécessaires pour fonder une nouvelle exploitation11.

26Dans les formes de peuplement totalement dispersées ou en hameaux, la linéarisation ne n’observe donc pas uniquement le long des routes et des chemins, mais aussi sur les crêtes des interfluves, des fonds de vallée, voire le long des cours d’eau. Á force de se densifier, les constructions finissent par atteindre une distance critique, de sorte qu'on voit se développer des zones d’habitat dispersé en lanières qui, par rattachement progressif, parviennent à dépasser le seuil de 10 000 habitants. Ces agglomérations n’ont pas de centre initial, administratif ou économique. Les trading-centers forment une exception intéressante : au Kenya, Burundi, Ouganda et en Éthiopie, ces petites localités qui, historiquement, ont polarisé le commerce par la tenue de marchés hebdomadaires sans polariser le peuplement, tendent à se muer en agglomérations rues (leur présence et évolution montrent d’ailleurs que l’échange ne conduit pas nécessairement à la formation de l’urbain.) Celles-ci se déploient pour la plupart en réticule, le long des voies d’accès.

27Bien que les systèmes agraires aient pendant longtemps limité le regroupement des habitations et des terres agricoles, à partir d’un certain seuil de densification, de création de nouvelles exploitations, ils constituent un milieu favorable à l’urbanisation, d’autant que les deux phénomènes - diffusion dans les espaces sous pression démographique intense et linéarisation prononcée- se combinent sur le terrain. Á la différence des unités de peuplement dans les régions d’habitat de type groupé, les agglomérations extensives et leurs avatars peuvent avoir des superficies immédiatement étendues, donc un potentiel fort de coalescence avec les localités et agglomérations urbaines proches. Même si les formes en nébuleuse qui caractérisent les types T2, T3 et T4 décrits plus haut laissent encore des espaces non agglomérés ou en voie d’agglomération, ceux-ci se remplissent inexorablement, mécaniquement, au fil du temps. L’association « forte natalité » et « linéarisation/mitage » est un cocktail explosif dont il convient de prendre la mesure.

28Les rythmes de coalescence restent toutefois imprévisibles. Dans la définition e-Geopolis, ils sont tautologiquement définis par le rythme d’occupation de l’espace bâti : c’est-à-dire essentiellement liés aux variations et à la croissance de l’activité économique, aux taux de dépendance démographique et la capacité des générations atteignant l’âge adulte de créer de nouveaux foyers d’habitation et de nouvelles exploitations agricoles. La linéarisation a d’autre part certainement bénéficié des effets de la croissance économique des années 2000 sur les activités non-agricoles typiques des agglomérations-rues spontanées (commerce de détail et de collecte des produits agricoles, restauration, réparations de véhicules, services liés au transport des voyageurs, vente de carburant).

2.3. Les statuts politico-administratifs

29En dépit des reclassements successifs opérés par les administrations nationales, la plupart des agglomérations urbaines, notamment les métropoles, sont constituées d’un centre sous statut urbain et de périphéries sous statut rural. Ainsi, toutes les grandes agglomérations tanzaniennes couvrent de 2 à 60 wards sous statut urbain, mixte ou rural. Une mise en discussion diachronique des critères nationaux en usage pour définir l’urbain aide à saisir les enjeux de l’hétérogénéité territoriale des nouveaux territoires urbanisés, notamment au regard des politiques publiques qui ont tendance à faire fi des espaces concrets, c’est-à-dire ceux vécus par les habitants, pour promouvoir une nouvelle modernité.

30Dans les neufs pays d’Afrique de l’Est, ces critères sont de type administratif (chefs-lieux), avec parfois l’ajout d’un critère fonctionnel bien que, de plus en plus, l’urbain soit assimilé aux collectivités territoriales issues de la décentralisation (communes urbaines, municipalities, town councils). Les découpages territoriaux nationaux ayant leur histoire et objectifs propres, c’est la comparaison qui a du sens, qui révèle à quel point ces approches peuvent masquer les processus d’urbanisation et les recompositions des systèmes de peuplement qui en résultent. Les approches administratives ont fréquemment évolué au cours du temps, soit par changement de catégorie administrative, soit par redéfinition des limites géographiques des entités classées urbaines.

31Le cas du Kenya est exemplaire puisque la liste des centres urbains change d’un recensement de population à l’autre, interdisant toute tentative d’évaluation de la croissance urbaine sur la base des statistiques nationales. En Ouganda, certaines villes ont été reclassées rurales entre les recensements de 1991 et 2001. En Tanzanie, une grande partie des localities urbaines de 1978 ne se retrouvent pas comme telles dans les données de 2002 car c’est la plus petite unité territoriale du recensement de population (Enumeration Area), classée urbaine ou rurale, qui sert de base au classement de l’urbain. Les extensions territoriales des centres urbains officiels ne reflètent pas toujours une extension du bâti mais enregistrent souvent une expansion des limites légales du territoire de la « ville ». Ceci explique la croissance forte dans les statistiques de certains centres urbains.

Tableau 3 : Approches nationales de l’urbain en usage dans les pays d’Afrique de l’Est

Pays

Définitions

Burundi

liste de 16 villes qui sont de fait les chefs-lieux

Djibouti

localités de plus de 1 500 habitants

Érythrée

actuellement inconnue. Avant l’indépendance : voir Ethiopie

Éthiopie

chefs-lieux des divisions administratives + localités avec population non agricole

Kenya

municipalities, town councils, plus liste additionnelle « other towns »

Ouganda

municipalities et town councils

Rwanda

chefs-lieux des provinces, plus Nyanza, Ruhango, et Rwamagana

Somalie

« Villes » (administratives) telles que définies lors du recensement de 1975

Tanzanie

Wards classés urbains et « Urban parts » des wards mixtes

Source : Africapolis II 2010 Rapport Général, p. 25.

32Les nouveaux territoires urbains d’Afrique de l’Est sont largement constitués d’entités territoriales sous statut rural dans les nomenclatures nationales. Plusieurs cas de figure se présentent selon la complexité morphologique de l’agglomération. Les agglomérations extensives (T1) sont fréquemment constituées d’une ou plusieurs entités classées rurales. Les périphéries des villes secondaires (T2) et des métropoles (T3) intègrent parfois un grand nombre d’entités « rurales » : Arusha s’étale ainsi sur une vingtaine de mixed et rural wards. Les plus étendues (T3 et T4) incorporent, outre des entités territoriales classés rurales, plusieurs entités urbaines sous des statuts différents (Municipality, Town councils et Other towns au Kenya ; Municipality et Town council en Ouganda ; Urban wards et Urban parts en Tanzanie). Au Kenya, à la fin des années 2000, les deux conurbations avaient absorbé 18 agglomérations urbaines existantes, dont 8 Municipalities, 9 Town Councils et 2 Other Towns dont la population estimée en 2000 variait de 332 000 habitants (Kisumu) à 10 000 habitants (Butere). Pourtant, à notre connaissance, ils ne font pas l’objet de tentatives d’appréhension statistique ou politique de la part des pays concernés comme a pu le faire l’étalement urbain en Europe ou aux États-Unis.

Figure 5 : Tache urbaine et découpage administratif, Arusha (Tanzanie)

Figure 5 : Tache urbaine et découpage administratif, Arusha (Tanzanie)

L’expansion spatiale de l’agglomération d’Arusha présente une forte discordance avec les catégories du découpage administratif tanzanien de 2002. En effet, si la tache urbaine de 2009 telle que définie par e-Geopolis englobe bien des wards sous statut  urbain, elle s’étale surtout sur des wards sous statuts mixtes et rural. La différence de date ne suffit pas à expliquer cette discordance.

Source : Africapolis Rapport Général, p. 29, e Geopolis 2015 – carte D. Harre

33Cette seconde partie éclaire comment les coalescences devraient se poursuivre et les campagnes sur-densifiées constituer une large portion physique des agglomérations urbaines en raison de la démographie (fortes densités et croissance soutenue de la population) combinée aux structures dispersées du peuplement. La densification des campagnes, lorsqu’elle se produit aux périphéries des grands centres urbains, fait naitre des nébuleuses et des conurbations dont le caractère très composite, morphologiquement et institutionnellement, questionne sur la nature des dynamiques d’urbanisation.

3. Métropolisation et urbanisation in situ

34La densification des campagnes naît de dynamiques socio-économiques qui ne relèvent guère de projets politiques ni de schémas d’aménagement du territoire, si ce n’est la constitution des réseaux de routes qui, en faisant un très grand pas en avant dans toute cette partie du continent, a considérablement favorisé la linéarisation. Dans quelle mesure les campagnes urbanisées ajoutent-t-elles du « chaos », participent-elles à la recomposition des territoires, ou bien ne correspondent-elles qu’à de simples coalescences morphologiques devraient constituer aujourd’hui des interrogations fondamentales tant au chercheur qu’au développeur.

35En particulier, la question se pose de l’influence des métropoles et des grandes villes. Ceci en dépit du caractère récent et soudain de la croissance urbaine, des faibles taux d’urbanisation et de la position modeste des pays est-africains dans la mondialisation. Ou bien, au contraire, l’urbanisation des campagnes remet-elle au-devant de la scène les espaces ruraux, agricoles et leurs évolutions (institutions, économies, organisation spatiale), ferments d’une réelle urbanisation in situ ? Á cette question ambitieuse – et essentielle en raison des conséquences sur la croissance économique et les formes appropriées de gouvernance, cette troisième partie ne fera que jeter des hypothèses parce que beaucoup d’éléments d’information manquent encore pour faire des diagnostics.

3.1. Saisir l’influence des métropoles et des centres urbains

36Si les multiples formes de fragmentation dont souffrent les grandes métropoles africaines sont aujourd’hui bien étudiées, notamment celles qui se creusent entre les centres et les vastes bidonvilles, par contre, les recompositions en cours dans les périphéries restent encore peu étudiées. Pourtant, il est fort probable qu’elles soient issues de dynamiques économiques et spatiales différenciées pouvant donner lieu à des sous-espaces distinctifs. Des modèles conçus dans des contextes différents aident à cadrer la réflexion.

  • 12 En dehors des MUR, le reste du territoire comprend le rural dense, qu’il ne définit pas, et les fro (...)

37Les spécialistes de l’Asie ont été les premiers à insister sur la nécessité de comprendre les structures spatiales internes des Mega Urban Regions (McGee, 2009). Dans une étude pionnière sur l’Indonésie, McGee distinguait trois types d’espace constituant les MUR : les villes, le périurbain et le desakota ou« village-ville »12, sortes de corridors situés entre les grandes villes et leurs périphéries et pouvant inclure des petits centres urbains. Le desakota est un espace intermédiaire (transitional space) qui se distingue du périurbain par l’importance des zones de petite agriculture, la diversité des types d’utilisation du foncier et l’augmentation des activités non agricoles. Cet espace de forte densité démographique est intégré à l’aire métropolitaine par l’expansion d’activités que McGee qualifie d’urbaines, issues notamment de l’expansion d’aires industrielles et de la forte mobilité des populations vers les grandes villes. Plus tard, constatant la poursuite de l’étalement urbain et le « déplacement » des desakotas, McGee mesura la taille d’un certain nombre de MUR en utilisant une définition fonctionnelle basée sur les flux de biens, de personnes, de capital et d’information. Il serait bien entendu tout à fait pertinent d’appliquer cette double démarche aux nouveaux territoires urbains est-africains. Tout ceci nécessite toutefois un appareil statistique et informatif sur les activités et les flux difficile à mobiliser et à standardiser à l’échelle locale dans les pays d’Afrique de l’Est. Une chose est sure, les moyens de transport disponibles aujourd’hui suggèrent une forte mobilité des populations, issue de migrations pendulaires ou bien de l’étalement résidentiel. Mais à quelle échelle ?

38Il reste que des configurations assez proches de celles révélées par McGee : métropoles et centres secondaires, avec leurs périphéries et leurs espaces intermédiaires pourraient qualifier les grandes nébuleuses et conurbations est-africaines. Leur relative fragmentation spatiale est envisageable dans la mesure où ce sont les flux (migrations courtes, emploi non agricole, usage des services publics) entre les centres urbains et leur hinterland agricole qui sont les plus denses. Dans cette hypothèse, les centres urbains constitueraient un archipel hiérarchisé, de par leur rôle administratif et commercial, loin des campagnes urbanisées « en océan ». Les chefs-lieux administratifs demeurent centraux car ils servent de têtes de pont aux réseaux de transport longue distance et sont les premiers pourvoyeurs de services et d’emploi non agricole. L’effet « chef-lieu » a notamment été souligné par B. Calas (2007) dans le cas du Kenya : les effets des reclassements administratifs, notamment sur les équipements et services, de nombreux bourgs promus au statut de centre urbains autour de Nairobi auraient créé autant de nouveaux satellites eux-mêmes devenant centres locaux, suscitant des migrations pendulaires et le mitage résidentiel des campagnes environnantes.

39D’autres modèles utiles à l’analyse des structures internes des ensembles agglomérés peuvent être mobilisés. Ainsi, on peut tenter de situer les formes de densification des campagnes d’après la gradation de l’urbanité proposée J. Levy (1994) selon une « combinatoire simple » de deux variables : densité et diversité, donnant lieu à un ensemble de géotypes. Tout comme celle de McGee (2009), l’approche de Levy a l’intérêt de donner de la lisibilité à des espaces à la fois en formation et en mutation insérés dans un continuum, non reconnus par les statistiques nationales ni par les catégories en vigueur. Elle offre aussi la possibilité de distinguer entre localisation physique des géotypes par rapport aux centres (qui ont de fortes densité/diversité) et localisation sur l’échelle de la variable densité/ diversité (Lussault, 2013). Ce qui permet de rendre compte des campagnes très denses qui s’agglomèrent dans les interstices proches des centres ou d’envisager l’émergence de nouveaux centres portés par l’agriculture au sein des campagnes densifiées (voir plus loin).

40Dans une grande partie des nouveaux territoires urbains, les densités démographiques sont très inférieures à celle des métropoles et des centres urbains tout en étant fortes. Les services publics sont également peu denses parfois minimaux. Les activités économiques dominées par l’agriculture, avec peu d’industrie, sont donc plus faiblement diversifiées tout comme la composante sociale. Ces espaces pourraient s’apparenter aux espaces de l’« infra-urbain », géotype forgé pour représenter des territoires en transition, situés aux franges des espaces habités, « prenant en compte… les situations d’urbanité minimale » (Levy, 1994 : 288). Mais si, pour certains pays, les données sur la densité humaine sont publiées à une échelle assez fine, cela n’est pas le cas des activités économiques qui permettraient de proposer une cartographie des géotypes.

  • 13 Voir par exemple J.L. Chaléard Ed (2014), où les auteurs observent aux franges des métropoles d’Asi (...)

41Enfin, ces deux approches reposent en partie sur la mesure de la diversité, qui s’avère un aspect essentiel de la complexité et la variété des processus d’évolution des « zones de croissance rapide localisées en dehors des frontières métropolitaines » (Fanchette, 2014  p. 300). Partout dans le monde, celles-ci sont en effet le lieu de recompositions et d’innovations multiples, dont la connaissance est essentielle à la compréhension des dynamiques de croissance économique et des changements sociaux13. Il n’est pas exclu notamment que les campagnes est-africaines produisent de « l’urbain » dans les modes de consommation et les valeurs, selon des évolutions vues ailleurs (Harre, 2011, sur l’Égypte). On pense, par exemple, aux nouveaux types d’habitat qui caractérisent nombre de petites localités-rues de l’Éthiopie des Hauts-Plateaux, qui empruntent beaucoup au modèle urbain par l’allure des habitations, l’absence de parcelles agricoles ou le développement de petits lotissements. Ou encore à l’évolution mentionnée plus haut des trading-centers du Kenya et de l’Ouganda. Toutefois, les économies locales restent très peu documentées, notamment pour ce qui est des bassins d’emploi et des migrations pendulaires, ou encore de la progression des activités non agricoles et des modes de consommation.

  • 14 Ceci n’est pas spécifique à l’Afrique ; voir les travaux de B. Grosjean (2010) sur la Belgique.

42Pour envisager ces innovations et recompositions, il est important de garder à l’esprit qu’une large part de la sur-densification des campagnes est-africaines résulte de la poursuite de modes d’occupation de l’espace anciens14. Ceux-ci reposent essentiellement sur l’agriculture car, contrairement à l’Asie, il y a peu d’industries en Afrique de l’Est et celles-ci restent proches des grands centres urbains. L’agriculture - qu’il ne faut pas assimiler au rural- suscite des interrogations particulières quant à sa capacité à stimuler et accompagner un mouvement d’urbanisation in situ, c’est-à-dire issu de dynamiques locales.

3.2. « Multi-spatialité » des espaces agricoles

43L’importance géographique et économique des espaces agricoles dans les nouveaux territoires urbains est-africains pourrait en faire un géotype à part entière. L’insertion de l’agricole dans l’urbain est banal, y compris en Europe. Mais, comme on l’a vu plus haut, l’agriculture n’est pas résiduelle sur les collines du Rwanda ou du Burundi, où elle est intégrée à l’habitat et, par conséquent, aux agglomérations extensives linéaires qui se sont formées le long des hauts de versants. En Éthiopie, la configuration en grappes de hameaux très rapprochés est typique des zones de développement agricole. C’est bien la pratique de l’agriculture comme forme de production développée qui, tout en conservant le principe de l’habitat espacé, génère les processus d’agglomération. C’est aussi le cas des conurbations du Kenya : Une partie non négligeable du territoire de la Conurbation ouest (Tongaren, Bungoma) est ainsi formée par des zones de lotissement agricole dans une grande région d’agriculture commerciale (thé, café, sucre, produits laitiers). B. Calas (2007) le soulignait, au début des années 2000 : les fortes densités rurales et l’urbanisation sont associées à l’agriculture commerciale au Kenya, en Ouganda et en Tanzanie. En Tanzanie, entre Arusha et Taveta, « l’intensité des relations et des accumulations démographiques conduit à la constitution d’un véritable axe agro-métropolitain » (Calas, 2007 :24).

44On pourrait ainsi passer d’une urbanisation à caractère peu industriel et sans développement dans le péri-urbain bidonvillisé des métropoles à un processus endogène né des dynamiques locales s’appuyant sur les marchés agricoles locaux. L’agriculture jouerait ainsi un rôle assez semblable à celui de la cottage-industrie, comme les villages de métiers d’artisanat au Vietnam (Fanchette, 2014) au Vietnam, ou encore à celui des industries à l’origine du grand mouvement d’urbanisation in situ des campagnes chinoises (Yu Zhu, 2004). Nul doute que les nouveaux territoires urbanisés est-africains sont en évolution constante, loin de l’idée définitivement obsolète de l’immobilisme des campagnes. Dans le cas des campagnes vietnamiennes, S. Fanchette (2014) suggère que l’urbanisation in situ résulterait de la capacité des villages de métiers à capter une partie de la croissance démographique dans un contexte de densification très élevée. Il semble alors intéressant de se demander dans quelle mesure les campagnes est-africaines sur-densifiées et leurs espaces agricoles pourraient devenir « centraux », en d’autres termes si la densification correspond à un appauvrissement généralisé ou une poursuite de l’intensification des espaces. 

45Les enquêtes de terrain indispensables pour approfondir cette question sont encore trop rares. Celles consultées pour la rédaction de cet article tendent à suggérer que les systèmes agraires ont fortement accru leur intensivité. Au Kenya, sur les Hauts Plateaux Gusii, où la dispersion de l’habitat est totale, là où se développe aujourd’hui la conurbation de Nyanza, l’agriculture est devenue dans les années 1980 de plus en plus intensive dans un contexte de croissance endogène qui ne s’observait pas dans les zones de centres urbains planifiés, la diversification des cultures et des activités, notamment informelles, palliant le manque de terres (Golaz, 2009). Des tendances semblables ont été observées au Burundi ou en Éthiopie où les agriculteurs ont réussi à intensifier fortement les systèmes agraires afin de s’adapter à la densification démographique et la réduction de la taille des exploitations (Cochet, 2001, Planel, 2008).

46Aussi « structurante » qu’elle puisse être, l’agriculture ne semble pas pouvoir caractériser à elle-seule l’urbanisation in situ des campagnes densifiées. Sa survie comme activité principale peut d’ailleurs être questionnée lorsque les cultures sont réparties autour de l’habitat sur des surfaces individuelles réduites parfois à quelques ares (Burundi, Éthiopie, Rwanda). Et des travaux ont mis en évidence la marchandisation généralisée ou « de-agrianisation » (Bryceson, 1997) de nombreuses exploitations agricoles, accompagnant une pluriactivité qui pourrait avoir une grande importance sur la diversification des activités économiques. Une pluriactivité qui s’exerce aussi bien à l’échelle de la famille qu’à celle de l’individu. Comme l’observe également Calas (2007 :27), « Il ne s’agit plus … de métropolisation mais de la constitution d’une urbanité enracinée dans la campagne et articulée par les stratégies de poly-activités propres à minimiser les risques et à valoriser les potentialités de la famille élargie. » Et la pluriactivité peut s’associer à une « multi-spatialité » comme le décrit bien G. Brient (2005) dans une étude sur Moshi en Tanzanie, où la mobilité et la pluriactivité des familles crée un espace de circulation qui englobe la ville et les villages/ champs voisins. Les fortes densités de population ne permettent pas de rupture morphologique claire entre périphérie et « rural ».

47Reste donc à savoir comment évoluent les systèmes agricoles des campagnes urbanisées. En dépit d’un regain d’intérêt pour le rural, très peu de données détaillées et locales ont été produites récemment qui pourraient éclairer à la fois les tendances à la diversification et les liens au marché. Les résultats de l’étude RuralStruct Kenya de la Banque Mondiale (Kirimi et al., 2010) - conçue pour évaluer l’impact des politiques de libéralisation dans le secteur agricole et qui a porté sur 904 ménages des districts de Nakuru North, Bungoma et Nyanda, situés à proximité des centres urbains de la Conurbation ouest- confirment une diversification relative des secteurs d’activité. En effet, si tous les ménages pratiquent l’agriculture, 30 % d’entre eux exercent leur activité principale dans d’autres secteurs : services, essentiellement dans les centres urbains proches (22 %), industries agro-alimentaires (3 %), commerce (1 %), construction (3 %) et autres (3 %). De plus, la moitié du revenu moyen est apportée par les activités hors exploitation agricole. Les cultures, notamment maraîchères, sont fortement commercialisées. Mais l’étude observe aussi de fortes différentiations entre les trois districts : dans les niveaux du revenu moyen (1 à 3) ; dans le potentiel de connectivité (dans le district de Nyanda, les poches de pauvreté s’expliquent par un potentiel bas dû à l’absence de routes et une agriculture de subsistance dominante) ; ou dans les raisons de la diversification qui ressort surtout de stratégies de survie dans les poches de pauvreté.

48Les formes urbaines complexes observées, marquées par une triple hétérogénéité (morphologique, économique, administrative), suggèrent donc une atomisation des territoires urbains en formation, où les espaces agricoles apparaissent eux-mêmes très diversifiés. Un constat qui incite à porter l’analyse à plusieurs échelles d’observation, à distinguer ce qui ressort du développement local et du développement global (McGee, 2009) pour en appréhender les potentiels.

3.3. Reconnaissance institutionnelle du rural

49Une prise en compte nécessaire des espaces urbanisés à prédominance agricole dans des politiques d’aménagement du territoire et les orientations de gouvernance semble aller à l’encontre des pratiques actuelles et des représentations sociales et politiques de ces espaces.

50D’une part, dans tous pays, le « rural » s’oppose à l’urbain dans les découpages territoriaux et le comptage des populations, le rural étant, par défaut, constitué de toutes les entités non classées « urbaines ». Ceci laisse de côté de nombreuses agglomérations morphologiques sous statut rural partiel ou total. En Tanzanie, 33 agglomérations classées « villages », situées dans des wards ruraux, totalisaient une population de 470 000 personnes en 2002, auxquelles il faudrait ajouter la centaine de « villages » de 7 000 à 10 000 habitants et leur million de résidents qui franchiront le seuil des 10 000 habitants en 2010. Le cas du Rwanda où la mesure officielle de l’urbain s’éloigne de la morphologie urbaine est significatif : dans un pays caractérisé par une dispersion totale de l’habitat, l’approche administrative choisie par l’Etat ne peut en aucun cas appréhender les effets d’agglomération dus à la densification de l’habitat ; initialement limité aux crêtes de collines, celui-ci s’est densifié au point que les habitations forment des linéaments distants en moyenne de 135 mètres, risquant une urbanisation généralisée – et non voulue – du territoire. On pourrait prendre d’autres exemples parmi les autres pays d’Afrique de l’Est.

51D’autre part, les processus d’urbanisation observés relancent les débats sur le caractère contre-productif des formes de peuplement dispersé en dépit de l’intensification observée des systèmes de production. Il est vrai que dans les campagnes sur-densifiées d’Afrique de L’Est l’on semble toucher les limites d’une contradiction malthusienne entre la « tradition », les manières parfois anciennes d’occuper l’espace, d’un groupe et la capacité d’un territoire à encaisser l’accroissement démographique continu de ce groupe. Á un certain moment, la question peut donc se poser du choix entre le maintien des manières de faire, en l’occurrence, de l’habitat dispersé, qui impliquerait une remise en cause des comportements démographiques, ou bien une croissance démographique qui implique une remise en cause du mode d’habiter.

52L’habitat dispersé a d’ailleurs été combattu, considéré comme un obstacle à la mise en œuvre des politiques d’aménagement, d’infrastructures et de distribution de services, incompatible avec le développement économique et surtout la modernité (Village Act de 1975 en Tanzanie, Paysannats agricoles Burundi et au Rwanda, Programmes de réinstallation des réfugiés au Burundi). Les administrations coloniales l’opposaient au « village », jugé plus propice aux synergies économiques ou, plus simplement, à l’implantation des grandes exploitations et des zones de lotissement agricoles. Elles déplaceront ainsi massivement les populations dans la région des Grands Lacs. Les formes de peuplement groupé continuent d’ailleurs d’être privilégiées par les autorités. Ainsi au Rwanda, une nouvelle forme de villagisation a été très activement promue par le Programme Imidugudu après 1994, dans un objectif de reconstruction et de réinstallation des populations réfugiées. Les habitants des Hauts Plateaux d’Éthiopie déplacés vers le sud-est du pays plus faiblement peuplé sont installés dans des villages centres où ont été concentrés équipements et services.

53Ceci pourrait expliquer l’absence de politiques d’aménagement des espaces denses, bien que les institutions attachées aux collectivités territoriales issues des politiques de décentralisation pourraient offrir des perspectives nouvelles à l’échelon local : Districts et Autorités urbaines au Rwanda, town councils en Ouganda, municipalities du Kenya dont une grande partie des territoires n’est pas urbanisé. L’analyse des espaces de gouvernance appropriés et des « milieux d’appartenance » (Klein et al., 2003) dépasse largement le cadre de cet article. Mais, quelle que soit la réponse théorique à la question « Les deux grandes conurbations du Kenya ou la périphérie de Kampala sont-elles vraiment urbaines ? », les fortes densités démographiques et la présence de multiples petits centres vont nécessiter un niveau de services, d’équipements et d’infrastructures qui relèvent de l’urbain. La prépondérance de l’agriculture sur ces terres agglomérées ne réfute pas cette nécessité. Les politiques de développement, pour être durables, devront donc être attentives à ces jeux d’échelles.

Conclusion

54Le mouvement d’urbanisation observé à toutes les échelles géographiques est particulièrement actif dans les campagnes en voie de sur-densification et les nombreuses régions où l’habitat dispersé domine. Partout, des espaces urbanisés issus de processus de coalescences multiples s’étalent en absorbant les campagnes, toujours plus vastes, toujours plus éloignées des centres, anciens ou récents. Croissance des localités et des bourgs ruraux, développement du bâti dans les zones d’habitat dispersé dense et linéarisation devraient donc caractériser la poursuite de l’urbanisation à toutes les échelles d’observation. Ces processus ont chacun des implications différentes sur les taux d’urbanisation, les formes de l’urbanisation et les besoins en développement.

55Un décryptage des formes complexes d’agglomération qui en résultent suggère fortement que les dynamiques à l’œuvre dans ce mouvement d’urbanisation différent de celles du dernier tiers du XXe siècle, qui ont surtout produit des agglomérations « centres » et leurs périphéries immédiates. On a fait l’hypothèse ici qu’une urbanisation in situ née de la densification des campagnes pourrait correspondre à une croissance endogène très largement générée par l’intensification de l’agriculture. Il ne s’agirait pas du tout ici de la « fin du rural », d’une emprise des banlieues sur les zones agricoles, mais de l’évolution d’un rural déjà diversifié et peut-être recomposé.

56Toutefois, il reste encore beaucoup à faire pour saisir l’ampleur des phénomènes et proposer des orientations appropriées pour l’aménagement du territoire et la gouvernance. En particulier, l’ampleur de la métropolisation, de l’inclusion des campagnes urbanisées dans les espaces métropolitains reste une inconnue. Les rares études détaillées disponibles suggèrent aussi que les dynamiques socio-économiques locales sont très diverses dans le périmètre des espaces agglomérés, et qu’un certain nombre de zones infra-urbaines disposent d’un potentiel réduit de diversification, de croissance et de connectivité.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Brient G., 2005, Mobilités, usages de la ville et mixité en pays chagga, pentes sud du Kilimandjaro Tanzanie, Cahiers d’Afrique de L’Est, IFRA, No 27, 7 p.

Bryceson D., 1997, De-Agrarianisation in Sub-Saharan Africa: Acknowledging the Inevitable, in Bryceson D. and Jamal V, (eds), Farewell to Farms, Aldershot : Ashgate, pp. 3-20.

Calas B., 2007, Dynamiques métropolitaines d’Afrique orientale, Les Cahiers d’Outre-Mer, No 237, pp. 3-22

Cochet, 2001, Crises et révolutions agricoles au Burundi, Paris : INA PG/ Karthala, 486 p.

Fanchette S., 2014, Les deltas du fleuve Rouge et du Nil : Conditions pour une densification élevée du peuplement, Mémoire de synthèse, Habilitation à Diriger des Recherches, Paris : Institut Géopolitique, Paris 8, 345 p. - http://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/divers14-06/010062131.pdf

Gazel H., Harre D., Moriconi-Ebrard F., 2010, Africapolis II. L’urbanisation en Afrique Centrale et Orientale, Rapport Général, Paris + 19 Fiches Pays : Agence Française de Développement (AFD) / e-Geopolis, 154 p. Disponible sur demande auprès des auteurs.

Golaz V., 2009, Pression démographique et changement social au Kenya. Vivre en pays gusii à la fin du XXème siècle, Paris-Nairobi : Karthala- IFRA, 291 p.

Grosjean B., 2010, Urbanisation sans urbanisme. Une histoire de la « ville diffuse », Bruxelles : Editions Mardaga, Collection Architecture, Ville et Paysage", 352p.

Harre D., 2011, Métamorphoses des campagnes et des modes de vie ruraux, in Ireton F. et Battesti V. Dir., L’Égypte au présent, Inventaire d’une société avant révolution, Paris : Actes Sud, Sindbad, pp. 225-237

Kirimi L., Mathenge M., Olwande J., Gamba P., Onyuma S., Lagat J., 2010, Globalization and Structural Change in Rural Economies, RuralStruc Program Phase II, Egerton University: Tegemeo Institute, 167 p.

Klein J-L., Tardif Caro, Lévesque Benoit, 2003, Les milieux d’appartenance au Québec – Une perspective méthodologique, in Lasserre F. et Lechaume A. (Dir), Le territoire pensé, Québec : Presses de l’Université du Québec, Chapitre 13.

Levy J., 1994, Sur la dimension géographique de la fonction politique, Paris : Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, pp. 319-325

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Lussault M., 2013, l’urbain s’étale, Esprit, vol. 3−4, avril-mai, pp. 131-140
DOI : 10.3917/espri.1303.0131

McGee T., 2009, The Spatiality of Urbanization: The Policy Challenges of Mega-Urban and Desakota Regions of Southeast Asia, United Nations University – Institute of Advanced Studies, Working Paper No. 161, 38 p.

Moriconi-Ebrard F., 1993, Geopolis, Pour comparer les villes du monde, Paris : Anthropos, Collection Villes, 246 p.

Planel S., 2008, La chute d’un Eden éthiopien : le Wolaita, une campagne en recomposition, Marseille : IRD (Á Travers Champs), 430 p.

Sirven Pierre, 1984, La sous-urbanisation et les villes du Rwanda et du Burundi, Édition l’Harmattan, Paris, 786p.

Tamru B., 2013, Villes et territoires en Éthiopie, Paris : L’Harmattan, 439 p.

UN HABITAT, 2014, The State of African Cities Report, http://unhabitat.org/books/state-of-african-cities-2014-re-imagining-sustainable-urban-transitions/

Zhu, Y., 2004, Changing urbanization processes and in situ rural–urban transformation: reflections on China’s settlement definitions’, in Champion A. and Hugo G.J. (Eds), New Forms of Urbanization : Beyond the Urban-Rural Dichotomy, Aldershot : Ashgae, pp. 207- 228

Haut de page

Notes

1 Gazel, Harre, Moriconi-Ebrard (2010). Dans la suite du texte: « Rapport Africapolis II ». L’étude, financée par l’Agence Française de Développement, avait pour objets d’identifier, localiser et mesurer statistiquement les agglomérations urbaines (voir définition note 2) dans les pays d’Afrique Orientale et Centrale, et de proposer une analyse des dynamiques urbaines.
Le programme e-Geopolis a pour objectif de mettre à jour les connaissances sur l’urbanisation du monde et les dynamiques de répartition de la population mondiale de 1800 à nos jours (Moriconi-Ebrard 1993). Le corpus de données statistiques produit jusqu’ici retraçe l’évolution de 50 000 agglomérations urbaines en Europe, Afrique et Moyen-Orient.

2 Une agglomération e-Geopolis se définit comme un espace bâti ne présentant pas de discontinuité supérieure à 200 m. Elle est urbaine lorsque la population correspondante atteint 10 000 habitants. Les superficies bâties sont repérées grâce aux images satellites et la géolocalisation des lieux de population à l’échelle la plus fine possible. La population est évaluée sur la base des recensements de population nationaux (Africapolis II Rapport Général, Partie I). Dans la suite du texte, le terme « agglomération » fait référence à cette définition.

3 L’urbanisation in-situ résulte de processus endogènes, de dynamiques locales, notamment d’une densification de la population avec peu de mouvements migratoires. Elle est notamment à l’origine de l’émergence de nombreux centres urbains. Voir par exemple Fanchette, 2014, pp.247 et suivantes, Zhu, Y., 2004, Champion and Hugo, Ed., 2004.

4 Sauf autrement mentionnées, la description de la croissance urbaine dans les 9 pays et les données chiffrées présentées dans cette partie sont issues de l’étude Africapolis II. Sur l’urbanisation en Afrique de l’Est, le lecteur peut également consulter B. Calas (2007), B. Tamru (2013), Sirven Pierre (1984), UN HABITAT (2014), Part 4 The State of Eastern African Cities, pp. 144-187.

5 Les taux d’urbanisation et la population urbaine correspondent à la population vivant dans les agglomérations urbaines telles que définies par e-Geopolis (voir note 2).

6 Bien que le camp de réfugiés de Daddab, non inclus dans la liste des agglomérations de l’étude Africapolis II, ait acquis un statut sous-régional avec son demi- million de résidents.

7 Le foyer de peuplement éthiopien, qui compte 55,5 millions de personnes, ne doit pas être confondu avec le pays Ethiopie : il ne comprend pas les territoires très peu peuplés situés au sud et au sud-est du pays alors qu’il se prolonge sur le territoire actuel de l’Erythrée. Voir Rapport Africapolis II, p.58 et suivantes pour une description. Un foyer de peuplement est une région géographique qui se distingue par des densités démographiques élevées à l’échelle du continent ou de la planète.

8 Rapport Africapolis II, pp. 58 et suivantes, deuxième Partie, « Le peuplement de l’Afrique orientale »

9 Une grosse agglomération se forme le long du lac Tanganyika, englobant Goma en République Démocratique du Congo, dans une zone très perturbée par les déplacements forcés de population après 1994.

10 En dépit de l’élargissement de son emprise spatiale jusqu’à l’absorption des centres secondaires de Ruiru et Jija, Nairobi n’est pas considéré ici comme une conurbation car elle dispose d’un véritable centre (Rapport Africapolis II).

11 Observations de terrain, D. Harre, 2013.

12 En dehors des MUR, le reste du territoire comprend le rural dense, qu’il ne définit pas, et les frontières peu peuplées. Dans la même veine, des desakota satisfaisant aux critères de McGee ont été identifiés dans l’Etat du Kerala, formant une bande nord-sud large de 30km au-delà des zones périurbaines (M. Pauchet, S. Oliveau, UMR ESPACE - www.univ-provence.fr/umrespace).

13 Voir par exemple J.L. Chaléard Ed (2014), où les auteurs observent aux franges des métropoles d’Asie, d’Amérique Latine et d’Afrique des espaces mixtes qui conservent des usages agricoles intensifs au lieu de disparaître complètement mais où l’agriculture se transforme, devient plus intensive et plus innovante. Des centralités secondaires surgissent bien que les centres des métropoles restent pourvoyeurs d’emplois et de services laissant des interrogations sur les liens avec les périphéries recomposées.

14 Ceci n’est pas spécifique à l’Afrique ; voir les travaux de B. Grosjean (2010) sur la Belgique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Émergence d'agglomérations extensives (Burundi)-T1
Légende Au Burundi, de nombreuses agglomérations émergent dans les zones où la pression démographique devient intense et où l’habitat est quasi-totalement dispersé. Parce qu’elles prennent souvent la forme de « villages-rues », comme Buganda (15 000 habitants estimés en 2005) ces agglomérations ont tendance à s’interconnecter très rapidement les unes aux autres pour éventuellement former dans un futur proche de vastes aires agglomérées.
Crédits Source : e-Geopolis, 2009; carte D. Harre
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3100/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 2 : Extension des villes secondaires (Kigoma-Tanzanie)-T2
Légende Au nord-ouest de la Tanzanie près de la frontière avec le Burundi, les processus T1 et T2 se conjuguent pour former un ensemble aggloméré encore lâche qui pourrait dans le futur former une seule entité avec Kigoma, principal port sur le lac Tanganyika (140 000 habitants estimés en 2005). La périphérie de l’agglomération de Kigoma s’étale en direction du nord pour rejoindre une bande formée d’une dizaine d’agglomérations émergentes dans le District de Kigoma rural. Dans ce district, les densités rurales pouvaient atteindre 250 habitants au km2 dans certains wards.
Crédits Sources : Rapport Africapolis II, Fiche Pays Tanzanie, 2010 ; e-Geopolis 2009 – Carte D. Harre.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3100/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 3 : Étalement des périphéries des aires métropolitaines, Nairobi (Kénya)-T3
Légende La tache urbaine de Nairobi définie par e-Geopolis montre que l’agglomération s’étale sur plusieurs fronts extrêmement contrastés, représentatifs de l’hétérogénéité des formes du peuplement local, des variations des conditions naturelles ou de la diversité des règles qui conditionnent les structures agraires, l’accès à la terre ou les règles de construction. Par ailleurs, deux phénomènes, le mitage de zones rurales denses et la linéarisation se combinent, donnant des formes et des contours extrêmement complexes
Crédits Sources : Rapport Africapolis II, 2010, p.123, e-Geopolis 2015 – Carte D. Harre.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3100/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 4 : Formation de conurbations, Western (Kénya)-T4
Légende Á la fin des années 2000, la Western Conurbation du Kenya s’étalait sur plus de 4200 km2 au nord du Lac Victoria et de la ville de Kisumu. La carte proposée ici illustre bien l’absence de visibilité des nouveaux territoires urbanisés dans les mesures nationales puisque les Enumerations Areas du recensement de population de 1999 officiellement sous statut urbain ne constituaient qu’une petite partie de la tache urbaine définie par e-Geopolis. Le reste de la conurbation s’étalait déjà sur un très grand nombre d’Enumerations Areas sous statut rural et très densément peuplées. Ainsi, seulement 15 à 20 % de la population totale de la conurbation, estimée à 4 millions en 2010, résidait dans l’un des centres urbains de plus de 50 000 habitants absorbés par l’expansion des zones agglomérées. Avec 330 000 habitants estimés en 2010, Kisumu était le seul centre urbain de stature régionale.
Crédits Sources : Rapport Africapolis II, 2010, Fiche Pays Kenya, e-Geopolis et Gis data base, international Livestock Research Institute – Carte D. Harre.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3100/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 5 : Tache urbaine et découpage administratif, Arusha (Tanzanie)
Légende L’expansion spatiale de l’agglomération d’Arusha présente une forte discordance avec les catégories du découpage administratif tanzanien de 2002. En effet, si la tache urbaine de 2009 telle que définie par e-Geopolis englobe bien des wards sous statut  urbain, elle s’étale surtout sur des wards sous statuts mixtes et rural. La différence de date ne suffit pas à expliquer cette discordance.
Crédits Source : Africapolis Rapport Général, p. 29, e Geopolis 2015 – carte D. Harre
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3100/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 663k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Harre, Hervé Gazel et François Moriconi-Ebrard, « Les nouveaux territoires urbains d’Afrique de l’Est », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 27-28 | 2015, mis en ligne le 13 octobre 2015, consulté le 01 juillet 2016. URL : http://tem.revues.org/3100

Haut de page

Auteurs

Dominique Harre

Consultante, socio-économiste
Addis Abeba
Éthiopie
dharre@gladespring20.us

Hervé Gazel

Maître de Conférences
Université Lyon III
4Bis Rue de l'Université
69007 Lyon
herve.gazel@univ-lyon3.fr

François Moriconi-Ebrard

Directeur de Recherche
CNRS- UMR 7300 ESPACE
Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse
74 Rue Louis Pasteur
84000 Avignon
France
fme@noos.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page