Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Cécile Cuny, Changement urbain et démocratie participative à Berlin. Ethnographie du grand ensemble de Marzahn

2014, Éditions EMSH, coll. CIERA Dialogiques, 332 pages
Maryvonne Prévot
Référence(s) :

Cécile Cuny, Changement urbain et démocratie participative à Berlin. Ethographie du grand ensemble de Marzahn, 2014, Éditions EMSH, coll. CIERA Dialogiques, 332 pages

Texte intégral

1C’est une plongée ethnographique, sociologique et politique passionnante à laquelle nous invite cet ouvrage. Une plongée dans un paradoxe : celui de Marzhan, le plus grand ensemble jamais construit en Europe (p. 10), sous l’impulsion d’Erich Honecker après son accession au pouvoir en 1971. D’une localisation résidentielle privilégiée et représentant alors l’horizon indépassable des trajectoires résidentielles à l’échelle de Berlin-Est et même de la RDA, Marzhan est aujourd’hui non seulement situé en périphérie géographique mais aussi symbolique de la capitale allemande : de quartiers habités par des gens « politiquement conformes » pendant la période socialiste (la catégorie de population dite de l’Intelligenz), Marzhan mêle aujourd’hui des « asociaux » perçus comme tels pour les Berlinois de l’Est de l’époque et un « repaire de nazis » et de Russes. Et pourtant, il n’intéressait plus les chercheurs –sociologues notamment - versés dans l’étude de la pauvreté et du déclin industriel, qui lui ont préféré les petites villes en crise jusqu’à ce que Cécile Cuny, de père allemand, décide de s’y installer/immerger pendant deux années à compter de février 2005. L’ambition de cet ouvrage est de rendre compte de la manière dont un espace urbain, autrefois central pour et par le projet social et politique du régime socialiste, se trouve aujourd’hui en situation de relégation à la périphérie du nouveau système socioéconomique post-réunification.

2La singularité revendiquée de cet ouvrage tient à la combinaison entre ethnographie urbaine et ethnographie politique. La description du changement social et urbain à Marzahn s’accompagne en effet d’un examen minutieux du rapport à la politique et des formes d’engagement des personnes que l’auteure a accompagnées dans leurs pratiques quotidiennes.

3La seconde spécificité réside dans le recours à l’image, et plus particulièrement la photographie considérée par l’auteure qui possédait une expérience antérieure de photographe professionnelle comme bien davantage qu’une méthode d’observation. En lui réservant dans la mise en page de l’ouvrage une place avant le texte, à l’entame de l’ouvrage et de chaque chapitre, elle engage les lecteurs à considérer ces images pour elles-mêmes « dans la mesure où elles constituent une autre manière, plus sensible et moins intellectualisée, d’appréhender l’objet du livre » (p.13). L’auteure invite à considérer les différents cahiers photographiques comme autant de sas permettant au lecteur de plonger dans le texte et d’éprouver/tester par cette lecture ses intuitions et ses émotions premières ressenties au travers des photographies. Á ces photographies s’ajoutent bon nombre de cartographies, de tableaux statistiques et d’encadrés explicatifs soignés qui ajoutent à l’intérêt et à la précision du propos sur le contexte allemand et berlinois.

4Par ailleurs l’auteure assume sa filiation/formation reçue au sein du Centre de sociologie urbaine (CSU) fondé par Chombard de Lauwe tout en se gardant, par la comparaison implicite, du risque de plaquer sur Marzhan des problématiques françaises. Par ce travail, elle contribue aux débats contemporains sur le devenir de la forme urbaine des grands ensembles en Europe, à l’heure où les programmes d’interventions lourdes visant à la restructurer se multiplient.

5Á plusieurs reprises ainsi, la référence à l’enquête majeure de Chamboredon et Lemaire de 1970 est reprise en exemple parce qu'elle conserve aux yeux de l’auteure toute son actualité (entame du chapitre 6 par exemple), en particulier leur thèse centrale, selon laquelle la proximité spatiale accroît la distance sociale, c’est-à-dire que la cohabitation entre les groupes habituellement ségrégués géographiquement dans la ville exacerbe les stratégies de distinction sociales.

  • 1 Selon la loi fédérale relative aux déportés et aux demandeurs d’asile du 19 mai 1953, les personnes (...)

6La première partie de l’ouvrage porte sur les effets socio-spatiaux de la transition post-socialiste à Marzhan et examine de manière chronologique les relations entre les transformations physiques de cet espace et ses dynamiques de peuplement depuis la période socialiste jusqu’aux années 2000. La deuxième partie analyse les effets des transformations sociales et urbaines sur les usages et les représentations des habitants du grand ensemble de Marzahn en distinguant, pour ce faire, trois groupes sociaux, à savoir l’ancienne Intelligenz déclassée, les familles populaires et les Aussiedler1, dont les pratiques et les représentations sont d’abord étudiées séparément avant d’être appréhendées sous l’angle de leur cohabitation socio-spatiale. Enfin, la troisième partie, intitulée « Participation et rapport ordinaire à la politique » relate et met en perspective les apports et les limites des expériences participatives mises en place à Marzahn en étudiant successivement la manière dont elles ont été conçues par les pouvoirs publics, appropriées par les habitants et instrumentalisées tant par les administrations et les élus que par les associations locales.

7En effet, ce n’est pas tant la sociogenèse de cette marginalité urbaine en elle-même qui est l’objet central de cette étude mais en quoi cette dernière constitue le nœud de sa problématique à savoir l’histoire d’un rendez-vous manqué entre ce qu’on appelle communément en France, « la démocratie participative » et les habitants de Marzhan. Malgré la radicalité de cette expérience contemporaine du changement social et urbain, malgré un foisonnement des dispositifs mis en place à la fin des années 1990, malgré une tradition ancienne d’urbanisme participatif à Berlin, malgré des habitants politisés et à la recherche d’alternatives à l’engagement partisan et associatif traditionnel, l’auteure conclut à la faiblesse de la mobilisation politique sur laquelle cette expérience a débouché. L’intérêt majeur de ce livre dépasse largement le cas de Marzhan en ce qu’il révèle à propos des expériences contemporaines de participation institutionnalisée. L’auteure propose que cette recherche et d’autre programme d’ethnographie interprétative soient relayés par un programme « d’ethnographie publique », qualificatif employé par Michael Burawoy (2009) qui désigne un style d’enquête qui repose sur la collaboration entre chercheurs et enquêtés et dont la visée est à la fois réflexive et transformative. L’enjeu serait d’associer étroitement les chercheurs à l’élaboration de dispositifs participatifs ad hoc, dans le cadre de contrats de recherche-action et de ne pas limiter la participation à une technique reproductible à l’envi. En ce sens, l’auteure conclut en disant que son enquête doit aussi se lire comme une prise de position contre une certaine forme de professionnalisation et de mise en instrument de la participation comme énième technique de gouvernement échappant aux citoyens et à leurs concepteurs. Par sa qualité, ce travail prend toute sa place aux très nombreuses initiatives et publications fédérées et relayées en France par le GIS-Participation depuis plusieurs années maintenant.

Haut de page

Notes

1 Selon la loi fédérale relative aux déportés et aux demandeurs d’asile du 19 mai 1953, les personnes de nationalité allemande ou considérées comme appartenant au peuple allemand et leurs descendants qui résidaient avant le 8 mai 1945 sur les territoires d’Europe de l’Est de l’ancien Empire allemand, à Dantzig, en Estonie, Lituanie, URSS, Pologne, Tchécoslovaquie, Hongrie, Roumanie, Bulgarie, Yougoslavie, Albanie ou Chine et qui ont entrepris des démarches pour rentrer en Allemagne avant le 31 mars 1992.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maryvonne Prévot, « Cécile Cuny, Changement urbain et démocratie participative à Berlin. Ethnographie du grand ensemble de Marzahn », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 31 | 2016, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 30 mars 2017. URL : http://tem.revues.org/3093

Haut de page

Auteur

Maryvonne Prévot

Université des Sciences et Technologies de Lille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page