Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Lionel Dupuy et Jean-Yves Puyo, L’imaginaire géographique. Entre géographie, langue et littérature

2014, Presses de l’Université de Pau et des pays de l’Adour : coll. Spatialités, 427 pages
Yves Boquet
Référence(s) :

Lionel Dupuy et Jean-Yves Puyo (dir.), L’imaginaire géographique. Entre géographie, langue et littérature, 2014, Presses de l’Université de Pau et des pays de l’Adour : coll. Spatialités, 427 pages

Texte intégral

1La géographie, science des relations spatiales entre les hommes et leurs environnements, a depuis des années exploré, y compris à l’occasion du FIG 2015 à Saint Dié, les représentations de l’espace et des lieux. Dans cet ouvrage, fruit de rencontres franco-espagnoles, les auteurs se penchent sur les lieux imaginés par les écrivains de différentes cultures, même si la majorité des références sont « occidentales » et se limitent à des œuvres des deux derniers siècles.

2Comme l’indiquent les coordinateurs dans le chapitre introductif, la littérature est riche en espaces imaginaires, que ce soient des îles, dont l’essence même se prête bien à la construction d’utopies politiques, mais aussi des tracés fantastiques de cours d’eau et de montagnes, voire des cartes allégoriques (la fameuse Carte du Tendre).

3M. Letourneaux établit un contraste de départ entre géographies réelles et géographies romanesques dans les romans d’aventure géographique, où l’imaginaire cartographique (G. Palsky) peut s’exprimer dans une opposition entre lecture scientifique et lecture poétique. Les îles et les mythes qui les accompagnent (O. Labussière) sont un thème fréquent, avec la critique de la modernité par l’artifice du bon sauvage et de la simplicité. La découverte progressive de l’Amérique du Sud (E. Libourel) en est une variante, entre réalité qui se dévoile et fictions qui persistent (Eldorado), la saga romancée de la conquête du milieu servant parfois de prélude à la construction d’une identité nationale comme au Venezuela (J. Rebotier) ou en Ethiopie (V. Delpech). En des lieux moins exotiques, Frédéric Mistral développe aussi toute une géopoétique littéraire de la Provence (J.Y. Casanova) tandis que Louis-Ferdinad Céline passe d’une géographie traumatique à une géographie imaginaire (S. Munsch).

4Jules Verne ne pouvait bien sûr être ignoré. L. Dupuy, fin connaisseur de l’oeuvre du romancier nantais-amiénois, évoque l’imaginaire polaire et volcanique des Voyages Extraordinaires et la recherche d’une géographie des « points suprêmes » propres à stimuler l’imagination. Si la majorité des personnages de ces romans sont des hommes, A.M. Gimenez s’intéresse (en espagnol) à la place des femmes dans le « Tour du Monde en 80 jours ». M. Cadena, examine quant à elle le regard vernien sur Palma de Majorque dans « Clovis Dardentor », tandis que R. Harsan propose une relecture roumaine et transylvaine du « Chateau des Carpathes », analyse complétée par M. Harsan dans son étude du mythe de Dracula chez Bram Stoker.

5J. Tort-Donanda, s’appuyant entre autres sur des oeuvres d’auteurs catalans (Pla, Maragall) et espagnols (Machado) propose une épistémologie du fait littéraire, entre mémoire et géographie. Mémoire entretenue par le développement de parcours littéraires qui inscrivent la fiction de l’écrivain dans le cadre concret de l’espace réel (G. Molina).

6S’attaquant à un monument de la littérature russe, M. Gal dévoile la représentation de l’espace pétersbourgeois dans « Crime et Châtiment » de Dostoïevski. À une échelle bien différente, J. Domingues de Almeida analyse l’imaginaire de la médiévale Lotharingie chez deux auteurs contemporains (Michel Louyot et Jean-Claude Pirotte). Autre région française, la Bretagne, par ses paysages d’eau, de forêt, de landes, est au cœur de l’œuvre de Philippe Le Guillou, comme le montre N. Caradec. Brest, détruite lors de la seconde guerre mondiale, est réinventée sous la plume d’auteurs contemporains (M. Candelier-Cabon et S. Gaudin), alors que Marseille semble inspirer les auteurs de romans noirs (C. Ziolko). La modernité introduite à Rio de Janeiro par le tramway nourrit l’imaginaire géographique de Machado de Assis (A. Carvalho Silva).

7La ville est donc objet de nombreux textes, mais le paysage non-urbain est aussi imaginé, comme par Julio Llamazares, dont A.E. Cuervo examine le lien entre vision paysagère et espace géographique. Comme les îles, les montagnes, idéalisées par les écrivains, jouent un rôle particulier, entre autres comme espaces de critique sociale (M. Fournier) et de regard attendri sur les particularités locales dans les romans « régionalistes » comme « Gaspard des Montagnes » (L. Ménadier, M. Guitton et J.B. Grison) ou chez Joseph de Pesquidoux (R. Sourp).

8Les espaces se mêlent chez A. Arkotxa, du pays basque au Grand Nord canadien (K. Dolharé-Çaldumbide). Dans la dernière contribution, M. Rosemberg, examinant « Texaco » de Patrick Chamoiseau, montre la complexité des imaginaires en Martinique.

9Cette collection d’articles, parfois fort érudits et/ou lourds de jargon d’analyse littéraire, ouvre des fenêtres intéressantes sur une autre façon de voir la géographie. Les exemples sont de valeur inégale, et on regrettera que les littératures nord-américaines et asiatiques aient été largement occultées, ainsi que des œuvres un peu plus anciennes, comme celles de Swift. Mais peut-être cela pourra-t-il faire l’objet d’autres publications ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Boquet, « Lionel Dupuy et Jean-Yves Puyo, L’imaginaire géographique. Entre géographie, langue et littérature », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 31 | 2016, mis en ligne le 09 juillet 2015, consulté le 30 mars 2017. URL : http://tem.revues.org/3086

Haut de page

Auteur

Yves Boquet

Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page