Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Paul Claval, Le Brésil entre exotisme et modernité, idées reçues sur un nouveau grand

2014, Le cavalier Bleu : collection Idées reçues, 199 pages
Frédéric Dumont
Référence(s) :

Paul Claval, Le Brésil entre exotisme et modernité, idées reçues sur un nouveau grand

2014, Le cavalier Bleu : collection Idées reçues, 199 pages

Texte intégral

1L’auteur est un bon connaisseur du Brésil, il le parcourt depuis longtemps. Avec ce nouveau livre Paul Claval joue, dans un texte au ton vif et attachant, avec des idées reçues à propos de cet immense pays en révélant la part de vérité que contiennent ces idées mais aussi ce qu’elles occultent. C’est un ouvrage structuré comme un manuel classique de géographie en quatre grandes parties (« La fabrication du Brésil » ; « Une culture profondément originale « ; « Problèmes du temps présent » et « Quel rôle et quels enjeux pour le XXIème siècle ») et en cela il sera utile aux étudiants. Mais c’est surtout une démonstration érudite de complexité, bien plus qu’un échange de balle entre une idée reçue et une autre plus développée, plus construite. L’idée n’est pas forcément fausse quand elle est reçue, il faut la décaper pour en voir l’éclat et la combiner avec un savoir plus scientifique. Paul Claval est brillant à ce jeu, parce qu’il a le talent du conteur et que son livre fourmille d’anecdotes personnelles savamment utilisées, parce qu’il aime ce pays qu’il a beaucoup arpenté et qu’il a vu changer, c’est l’avantage du nombre des années. Le lecteur devient vite compagnon de voyage à qui Paul Claval indique ce qu’il y a d’aimable sur la route et raconte avec chaleur les paysages et l’histoire, l’ouvrage est aussi un bon guide touristique.

2Pour un aperçu du contenu on peut parcourir, dans l’ordre de l’auteur, quelques des idées qui toujours s’étirent entre exotisme et modernité : « Le Brésil est un pays tropical » : c’est une évidence, pas seulement à cause de sa géographie physique mais aussi parce qu’à la suite de la révolution intellectuelle qui prend place dans les années 1920 et 1930, tout y devient tropical. « Le Brésil est un pays neuf », oui, mais c’est une question d’échelle, à l’échelle du temps historique, celle du demi-millénaire, le Brésil est une construction neuve mais dans le domaine agricole par exemple Paul Claval explique que le Brésil n’est plus un pays neuf. « Feijoada, café et caïpirinha : l’alimentation brésilienne est monotone », mais on salive à l’évocation de la feijoada et on dégusterait bien une « dangereuse » caïpirihna avec l’auteur. « Les brésiliens sont accueillants et chaleureux », le brésil est une gigantesque entreprise d’épaulement mutuel, où l’on ne peut vivre sans amitiés, sans soutiens. « Le brésil est le pays du carnaval », s’amuser est une chose si sérieuse que l’on consacre des mois à s’y préparer. « C’est le pays du football » , ce jeu a été plus que jamais en 2014 un enjeu politique. « Le brésilien est artiste dans l'âme » : les monuments, l’architecture, la sculpture, la musique en témoignent, comme le font plus encore, écrit l’auteur, les gestes et les rythmes de la vie de tous les jours, le port des jeunes femmes, le balancement de leur démarche, une certaine élégance, le goût de la danse, le sens du rythme et la prodigieuse inventivité populaire qui se manifeste lors des grandes fêtes. « Le Brésil est un pays catholique », c’est la foi qui unit depuis toujours la population, le catholicisme brésilien est une religion populaire, c’est une religion du donnant-donnant qui fonctionne comme une caisse d’épargne, on demande au Seigneur, à la vierge, à un saint en promettant en retour des offrandes et un pèlerinage. Le Brésil reste aujourd’hui la plus grande nation catholique du monde mais le catholicisme recule, c’est peut-être explique P. Claval, parce qu’il a été trop intimement associé à la conscience nationale brésilienne. « Au Brésil le domaine religieux reste traditionnel » mais le besoin de nouvelles formes d’expériences s’affirme et pour y satisfaire évangélistes et catholiques s’affrontent. Les nouveaux cultes prospèrent là où la société change vite - dans toutes les zones urbanisées, dans le Sud-Est et le Sud, sur les fronts pionniers. « C’est le pays du candomblé », mais on voit désormais apparaître des tensions entre les cultes d’origine africaine (dont le candomblé, ou l’umbanda) et les fidèles de certaines églises néo-pentecotistes à l’évangélisme offensif. « Le Brésil est le pays de l’insécurité », la faveur des grands immeubles, la verticalisation vient en partie de l’insécurité, idem pour l'engouement pour les condominios fechados, ces lotissements sécurisés. Mais il existe d’autres formes d’insécurité, « On ne parviendra pas à se défaire des favelas, des sans-toit, des sans-terre », le problème des sans-terre et des sans-toit traduit l’existence d’une société à deux vitesses, avec un secteur modernisé, efficace, d’une part, et de l’autre des populations qui aspirent à une vie décente, indépendante, dans un système où la compétition économique serait moins dure. « Le Brésil est un pays émergent », la transformation sociale essentielle du Brésil durant la dernière génération c’est l’émergence d’une classe moyenne et, affirme l’auteur, ceux qui considèrent encore les brésiliens avec une certaine condescendance ont tort. Le pays n’a plus besoin de nous pour entrer dans le futur ! « Le Brésil est un pays moderne », même si la modernisation n’a pas touché toute la population du pays ; la masse de ceux qui sont restés à l’écart demeure considérable. L’Amazonie et le Nordeste souffrent toujours de pauvreté, la prolifération des favelas montre que partout, les laissés pour compte sont nombreux. Le problème de la faim et de la malnutrition, qui a considérablement diminué depuis l’arrivée de Lula, n’est pas dû aux insuffisances de la production nationale, c’est un problème de répartition des revenus.

3Au final, pour Paul Claval, « Le Brésil c’est à la fois un ensemble de milieux à la prodigieuse biodiversité, une mosaïque ethnique unie par une forte culture et un grand pays. », la (trop) petite bibliographie qu’il propose en fin permet, sous des formes diverses, d’approfondir ces questions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Dumont, « Paul Claval, Le Brésil entre exotisme et modernité, idées reçues sur un nouveau grand », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 31 | 2016, mis en ligne le 05 juin 2015, consulté le 22 mai 2017. URL : http://tem.revues.org/3072

Haut de page

Auteur

Frédéric Dumont

Université Lille1 Sciences et Technologies

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page