Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Aliette Delamarre, Claude Lacour, Muriel Thoin, 50 ans d’aménagement du territoire

2013, Paris : La Documentation française, 201 pages
Pierre Zembri
Référence(s) :

50 ans d’aménagement du territoire, 2013, Paris : La

Documentation française, 201 pages

Texte intégral

1La DATAR a fêté ses cinquante ans en 2013, juste avant d’être fondue dans un nouvel ensemble l’associant à l’ex-délégation interministérielle à la ville et à l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances, sous l’appellation de Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET). Ce petit ouvrage de synthèse, publié dans une collection intitulée… Territoires en mouvement, tente de dresser le bilan d’une action qui a nettement évolué au cours du temps. La DATAR de 2013 n’avait plus grand chose à voir avec celle de 1963. Bien qu’étant toujours une « administration de mission » rattachée directement au Premier Ministre, elle ne menait plus de grands programmes d’aménagement avec l’idée que l’État stratège allait façonner le territoire, multiplier les activités industrielles et développer des métropoles destinées à contre-balancer l’hypertrophie parisienne. Les fortes personnalités des débuts (pensons à Olivier Guichard ou à Jérôme Monod) ont en outre cédé la place à des personnages moins charismatiques. Il paraissait donc logique de rendre compte de ces évolutions, tout en les replaçant dans leur contexte.

2L’ouvrage est organisé en deux parties inégales. La première (pages 7 à 22) essaie de déterminer les grands principes des politiques suivies (répartition, redistribution, création, réparation, compensation, etc.) après avoir tenté de définir le domaine de l’aménagement du territoire. La multiplicité des définitions (qui s’assortit de l’impossibilité d’opérer une traduction efficace du terme en langues étrangères) démontre le caractère multiple (et évolutif) du concept. On regrettera qu’il n’y ait pas une chronologie plus précise de ces principes qui ne se sont jamais appliqués simultanément. La création et l’ordonnancement ont précédé la réparation et la compensation, la fin des Trente glorieuses constituant une rupture ainsi qu’une remise en cause sans précédent du modèle d’origine.

3La seconde partie (pages 23 à 160) détaille quatre grandes phases des politiques d’aménagement. Les années 1950 et 1960 sont celles des grandes ambitions. Le progrès technique rend (en principe) tout possible, l’industrie reste encore à développer et à distribuer sur le territoire, l’urbanisation bat son plein et peut être canalisée au moins partiellement. Enfin, la régionalisation ouvre des perspectives de modernisation de l’action publique. Les programmes qui en résultent sont donc de grande ampleur, et sont au cœur des politiques de l’Etat. Les auteurs opèrent un tri entre ceux qui peuvent être considérés comme légitimes sur le long terme, et ceux qui n’ont pas produit les effets attendus. Les années 1970 et l’essentiel des années 1980 sont marquées par une incertitude croissante du fait de l’affaiblissement des instruments privilégiés dans la période précédente (l’industrialisation notamment), de la décentralisation qui relativise le rôle de l’État et de la montée en puissance de l’échelon européen. Lutter contre les effets des crises devient la priorité et la réaction l’emporte sur l’action, avec des moyens réduits. Une redistribution des cartes s’opère entre les territoires, au bénéfice des façades occidentales et méridionales. Enfin, la montée en puissance des technologies de l’information et de la communication laisse entrevoir des possibilités de développement qui ne reposent pas sur l’accès aux matières premières ou sur les concentrations urbaines. PME, Villes moyennes et technopoles se retrouvent en première ligne. La décennie 1990 voit la mondialisation s’imposer progressivement et l’impératif de compétitivité des territoires monter en puissance, avec son cortège d’exigences : connexion aux réseaux, augmentation des vitesses, fonctionnement en archipel, etc. La doctrine de l’État s’adapte non sans à-coups : deux lois d’orientation (1995 et 1999) sont nécessaires pour la redéfinir. L’approche par les services (censés répondre à des besoins) tente de s’imposer aux politiques d’offre menées auparavant à coups de schémas sectoriels. Le local demeure une priorité, avec la valorisation des pays et des systèmes productifs locaux. Dans la dernière période, que les auteurs voient débuter en 2002, l’impératif de compétitivité se conjugue désormais avec celui du développement durable. La crise financière initiée en 2007 par celle des subprimes impose une réflexion sur les missions des collectivités publiques ainsi qu’un redimensionnement des moyens qui leur sont alloués, alors même que le tissu industriel se délite et que certains territoires souffrent de leur faible productivité et de la faiblesse de leur participation aux grands flux commerciaux. La politique d’aménagement se focalise donc sur la promotion de l’innovation, la recherche d’une meilleure accessibilité et d’une plus grande attractivité globale. Clusters et autres pôles de compétitivité matérialisent cette nouvelle orientation. La cohésion territoriale devient un enjeu majeur, tant à l’échelle nationale qu’à celle de l’Union européenne.

4La conclusion s’interroge sur le devenir des politiques d’aménagement, à partir des réflexions menées entre 2012 et 2013. Si les enjeux sont bien cernés, les moyens et la volonté politique semblent en retrait. Seul le chantier des Métropoles semble être mené avec un minimum de constance depuis 2010 : ces acteurs territoriaux renforcés deviendront des partenaires éminents de l’État aménageur, au même titre que les régions redécoupées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Zembri, « Aliette Delamarre, Claude Lacour, Muriel Thoin, 50 ans d’aménagement du territoire », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 31 | 2016, mis en ligne le 05 juin 2015, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://tem.revues.org/3068

Haut de page

Auteur

Pierre Zembri

Université Paris Est Marne-la-Vallée

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page