Navigation – Plan du site
Articles

« Consommer » à la frontière : usages et perceptions en territoire catalan

Consuming” at the border: practices and perceptions in Catalonia
Sophie Avarguez et Aude Harlé

Résumés

Sur la base d’une enquête compréhensive par observations et entretiens semi-directifs, cet article étudie les perceptions et usages de la consommation dans la zone transfrontalière, en s’appuyant sur le discours des jeunes des Pyrénées-Orientales. Les jeunes ont une conception spécifique du territoire qui engendre des formes de consommation particulières. Le développement de la prostitution en périphérie de la ville de la Jonquera apparaît comme le prolongement de ces formes de consommation.
Dans cet article, les pratiques et les perceptions des jeunes consommateurs frontaliers seront présentées. Une figure idéale typique du jeune consommateur frontalier ressort de ces entretiens et met en évidence un usage spécifique de ces lieux : il s’agit d’une consommation ritualisée et codifiée qui consiste à acheter (remplir ou se remplir), des produits ciblés, dans des magasins perçus à bas prix (l’abondance et le discount), dans une temporalité limitée (l’aller-retour), avec toujours le souhait de rentabiliser le déplacement. Une forme spécifique de consommation dans cette zone frontalière est mise au centre de l’analyse : l’activité prostitutionnelle au sein des puticlubs, véritables hyper-marchés du sexe. Sur la base des discours recueillis, nous montrerons, d’une part que l’activité prostitutionnelle revêt les mêmes caractéristiques que les biens de consommation et/ou de services courants, et d’autre part que les logiques de consommation, dans leurs dimensions subjectives, sont également similaires.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Cet article présente les résultats d’une recherche sociologique menée en 2012 sur le territoire catalan transfrontalier qui englobe le département des Pyrénées-Orientales et la comarque de Gérone

Carte 1 : Frontière espagnole et eurocorridor méditerranéen

Cartographie : Marie-Anne Lefèvre

2Ce sont les activités commerciales et de services de la ville de la Jonquera qui sont au cœur de notre réflexion et, plus précisément, les perceptions que l’on a et les usages que l’on fait de ce territoire. Tout en restant une zone de passage marquée tour à tour par la continuité/discontinuité, les perceptions et usages de cette frontière diffèrent selon que l’on est du côté nord ou du côté sud de celle-ci.

  • 1 Nous avons fait le choix de nous intéresser uniquement à la zone urbaine de la Jonquera et non pas (...)

3La Jonquera, commune de 3191 habitant(e)s au 31/12/2012 est découpée en trois zones : le centre-ville, la Jonquera du haut (la zone correspondant à l’ancienne douane) et la Jonquera du bas (la zone du polygone et du Mas Morato)1. Cette ville se caractérise essentiellement par son activité commerciale dense et de masse en périphérie.

4L’attractivité commerciale est centrale et l’économie locale de la Jonquera s’est toujours construite et pensée sur les effets-frontière et plus précisément sur les spécificités d’une zone frontalière, d’une zone de l’entre-deux marquée par les limites de la souveraineté nationale, l’asymétrie législative et par les flux importants de personnes et de biens. Dans cette configuration, les commerces de la Jonquera apparaissent comme un pôle attractif pour la clientèle de Catalogne nord (du département des Pyrénées-Orientales) et du reste de la France.

  • 2 Mission Opérationnelle Transfrontalière, Universitat de Girona, Livre Blanc de l’Eurodistrict, pour (...)

5Comme sur d’autres frontières, les formes des échanges frontaliers sont nombreuses sur ce territoire. Le Livre Blanc de l’Eurodistrict2 (2008) fait la distinction entre quatre types de flux : les flux touristiques, les flux de loisirs ou d’achats, les flux de travailleurs transfrontaliers ainsi que les flux internationaux ; mais il n’existe pas à ce jour d’étude permettant de mieux comprendre, qualitativement et quantitativement, ces mêmes flux. Qui plus est, cette catégorisation semble ne pas laisser de place à l’appréhension de flux mixtes. Pourtant, les observations menées sur ce territoire ont permis de mettre en évidence l’existence d’un flux hybride important, de type « tourisme commercial ».

  • 3 Mission Opérationnelle Transfrontalière, Universitat de Girona, Livre Blanc de l’Eurodistrict, pour (...)

6L’étude réalisée en 2004 par la Chambre de Commerce et d’Industrie des Pyrénées-Orientales abonde déjà en ce sens et montre que « la Catalogne sud capte notamment 6,7 millions d’euros de chiffre d’affaires pour les produits alimentaires pour les habitants de l’aire urbaine de Perpignan (soit 3 % de leurs dépenses dans ce domaine et 27 millions d’euros pour les produits non alimentaires (soit 8 %). Les lieux de destination sont essentiellement la Jonquera (dont Els límits), Figueres et la côte de l’Empordà pour les roussillonnais, même si aucune étude précise portant sur les lieux de consommation n’a encore été réalisée3 ».

7L’idée qu’un effet-frontière serait à l’origine du développement de l’activité commerciale de la ville de la Jonquera mérite d’être précisée. Le détour par l’histoire socio-économique est sur ce point éclairant. Ce sont bien les spécificités de la zone frontalière, d’un point de vue géographique d’abord et législatif ensuite, qui ont nourri l’économie locale. Nous retiendrons deux périodes liées à la construction européenne, relatives à l’histoire récente de cette frontière : celle qui a précédé la levée de la frontière et celle qui lui a succédé. Avant 1992, l’économie locale reposait en grande partie sur l’activité douanière et transitaire. L’ouverture de la frontière, avec l’échéance du 1er janvier 1993, a fait progressivement péricliter ces activités qui reposaient uniquement sur les différentes normes et règlementations en vigueur dans chaque pays. Cependant, le couloir de passage frontalier demeure tout autant que les différentiels de prix entre les deux pays. Aussi la disparition des activités douanières et transitaires ont été compensées par l’aménagement d’aires de services à destination des conducteurs de poids lourds, le développement des structures d’hôtellerie-restauration ainsi que par la mise en commercialisation de cette zone. Il s’agit là d’une stratégie à l’échelle locale ; celle de mettre en oeuvre un ensemble d’activités qui reposent sur l’effet-frontière, c’est-à-dire sur la situation géographique particulière de la Jonquera. Cette stratégie a été d’abord impulsée par la municipalité de la Jonquera, et ensuite suivie et appuyée à différents échelons : d’abord par le gouvernement de Catalogne puis par Madrid.

8L’entretien avec l’ancien maire de la ville (en poste de 1999 à 2011, mais adjoint au maire dès 1991) est sur ce point éclairant ; il souligne, tout en le présentant comme un atout, le caractère hors-norme et disproportionné de la mise en commercialisation de sa ville puisqu’on comptabilise à ce jour environ 400 commerces, 46 restaurants, 16 stations-service, 16 supermarchés ainsi que trois polygones commerciaux (le mas Morato, le polygone des Oliveres, le polygone de Vilella). Á ceci s’ajoute l’ouverture plus récente, le 16 mai 2013, d’un centre commercial de 12000 m2, désigné comme étant « le plus grand outlet transfrontalier » par l’un des entrepreneurs locaux, M. Escudero, qui détient déjà de nombreux commerces et supermarchés sur cette zone.

9Extrait de l’entretien avec l’ancien maire de la ville (en poste de 1999 à 2011, mais adjoint au maire dès 1991) est sur ce point significatif  :
« Avant à la Jonquera, c’était une économie basée uniquement sur la Douane. Il y avait 80 agences de douanes. Plus de 1000 personnes travaillaient à la douane, dans les agences douanières. Et à partir de 1993, on les a fermées presque toutes. [...] On a continué à s’appuyer sur le passage. On ne s’arrête plus par obligation, mais on s’arrête pour manger, pour faire l’essence, pour tout ça. [...] Il y a des millions de personnes qui nous visitent, qui viennent ici à la Jonquera. Et à partir de cette décision de changer l’activité économique de la Jonquera, qu’est-ce que ça nous a apporté ? Ça nous a apporté que maintenant nous avons 16 ou 17 grandes surfaces, de plus de 1000 m2 de surface commerciale. Il y a 14 ou 15 postes d’essence. Il y a 6 bureaux de tabac. Alors un petit village de 3000 habitants, normalement avec un bureau de tabac ça suffit, alors qu’ici il y en a 6. Il y a beaucoup de parfumeries. De grandes surfaces de parfumerie dédiées aux Français exclusivement. Et il y a plus de 300 petits commerces dans le village. Ici, il y a 4 restaurants de... buffets « libres » qui font 1500 à 2000 couverts chaque jour. Chaque restaurant ! Et ensuite, il y a aussi 46 petits restaurants : 46 petits restaurants en plus de ces 4 grandes surfaces de restauration ! Il y a beaucoup d’hôtels aussi. Il y a 7 ou 8 hôtels 3 étoiles. [...] S’il n’y avait pas la frontière, ces activitésś ne seraient pas possibles. C’est pour ça qu’on a changé totalement l’activité économique de la ville. [...] Et maintenant ils font le grand bâtiment du groupe Escudero qu’on va ouvrir l’année... fin de l’année prochaine. Il va y avoir plus de 100 boutiques et 300 personnes qui vont pouvoir y travailler..[...]. L’économie de la comarque reste encore bonne grâce aux gens de sud de France. Oui, oui. »

10Cet extrait d’entretien montre également la spécificité de ces activités commerciales et de services déployées en périphérie du centre-ville : elles sont dédiées aux « autres », aux « gens de passage », aux « touristes », aux « français » ou encore aux « voisins de l’autre côté de la frontière ». Aussi, un découpage binaire de la ville structure la pratique des lieux : les zones commerciales en périphérie sont dédiées aux allochtones tandis que le centre historique de la ville est principalement le lieu des autochtones, de l’entre soi. En effet, les observations et les entretiens menés sur ce territoire montrent que les habitant(e)s de la Jonquera dénigrent la zone commerciale : ils ne s’y rendent ni pour faire leurs courses (ou très rarement), ni pour se restaurer. Leurs pratiques de consommation ont lieu dans le centre-ville - ce sont les petits commerces de proximité qui sont privilégiés - ou dans les grandes surfaces des villes voisines telle que Figueras. Trois raisons sont invoquées : d’abord, les prix qui apparaissent pourtant attractifs pour les Français sont, de leur point de vue, pas aussi intéressants que cela. Ensuite, les produits en vente dans la zone périphérique sont majoritairement conditionnés en grand volume et ne répondent pas aux besoins d’une consommation journalière. Plus largement, il s’agirait pour la plupart de produits « typiquement pour les Français ». Dans ce contexte, malgré la proximité avec les lieux d’approvisionnement, l’effet d’aubaine reste inopérant puisque ces types d’achats apparaissent inadaptés à un usage quotidien.

  • 4 Une partie des entretiens semi-directifs ont été effectués et analysés par deux étudiantes de Maste (...)
  • 5 Pour reprendre les propos de Stéphane Beaud et Florence Weber « les entretiens approfondis ne visen (...)

11Sur un plan méthodologique, notre analyse s’appuie sur une recherche compréhensive et une démarche inductive qui valorise l’empirie et qui vise plus la significativité que la représentativité. Elle s’appuie sur une enquête de type ethnographique (par observations directes) qui a été complétée par des entretiens semi-directifs auprès des habitant(e)s de la ville de la Jonquera, des jeunes des Pyrénées-Orientales ainsi que des deux animatrices du Planning Familial de Perpignan (environ 70 entretiens semi-directifs ont été menés au total)4. La population étudiée se compose donc d’un ensemble d’acteurs concernés, à des degrés divers, par le phénomène prostitutionnel dit de la Jonquera. Les jeunes hommes et les jeunes femmes interrogés (40) ont entre 17 et 35 ans ; certains sont lycéens ou étudiants, d’autres actifs de milieux sociaux divers. Nous avons veillé à respecter une diversité géographique (Perpignan et les villes périphériques, Vallespir-Albères, Aspres, côte vermeille, côte salanquaise, Vallée de la Têt, etc.)5. À travers le prisme de l’expérience vécue d’un territoire, nous interrogerons l’articulation entre effets-frontières et formes de consommation.

12Dans un premier temps nous présenterons les pratiques spécifiques des consommateurs ainsi que leurs perceptions du territoire frontalier. Dans un second temps, nous interrogerons une forme marchande atypique, l’activité prostitutionnelle au sein des puticlubs, véritables hyper-marchés du sexe mise en mots et parfois en actes par les jeunes interviewé(e)s. Sur la base des discours recueillis et des ethnographies menées nous montrerons, d’une part que l’activité prostitutionnelle revêt les mêmes caractéristiques que les biens de consommation et/ou de services courants et, d’autre part que les logiques de consommation, dans leurs dimensions subjectives, sont également similaires.

1. La consommation rituelle dans la « zone » transfrontalière : « être nulle part »

13Si la frontière est une réalité géographique, historique et politique nous nous intéressons ici à la dimension éprouvée et aux représentations des jeunes des Pyrénées-Orientales vis-à-vis de cette frontière. Pour ces derniers, le passage de la frontière est associé à trois activités : faire ses courses dans les commerces de la zone frontalière, faire la fête en Espagne et aller dans les « clubs » dits de la Jonquera. Plus subjectivement encore, ce territoire est souvent déprécié : il est un lieu de transit où ils n’aimeraient pas vivre, un « ailleurs » qui favorise ou justifie les transgressions et les excès.

14En ce qui concerne la consommation, on note, dans le discours des jeunes, une « géographie restreinte » puisque les pratiques qui s’y déploient s’inscrivent dans le territoire limité du Perthus et de la Jonquera, le plus souvent réduits à leur dimension marchande et désignés sous les termes « zone frontalière » ou « zone de la frontière ».

15Les jeunes interrogé(e)s décrivent la zone frontalière comme la zone du consumérisme rapide, facile et pas cher. Il s’agit d’une consommation en famille ou en groupes, à la recherche de l’effet d’aubaine : passer la frontière pour aller consommer est un rituel qui rythme la vie des catalans du nord. Pour B. Heilbrunn (2011) s’appuyant sur les travaux de M. Segalen (2005 : 21) : « De façon générale, le rituel peut se comprendre comme un ensemble d’actes formalisés, expressifs, porteurs d’une dimension symbolique. Il est caractérisé par une configuration spatio-temporelle spécifique, par le recours à une série d’objets, par des systèmes de comportements et de langages spécifiques, par des signes emblématiques dont le sens codé constitue l’un des biens communs d’un groupe ». La fréquence de ces déplacements est variée, mais toujours citée de manière précise pour chaque interviewé(e) : certains vont dans la zone frontalière toutes les deux semaines, d’autres quatre fois dans l’année, etc. Quelques jeunes la présentent même comme la sortie familiale dominicale, et ce depuis leur plus jeune âge. L’aspect « ritualisé » ressort sous différents aspects, notamment le caractère de sortie répétitif et codifié : ils font le même parcours, se garent à peu près aux mêmes endroits, vont dans les mêmes magasins pour y faire les mêmes achats, avec les mêmes personnes (parents, ami(e)s, en couple..), les mêmes jours (plutôt le week-end ou lors des vacances scolaires) sur des créneaux horaires et une temporalité (la durée passée sur les lieux) récurrents (tantôt le matin, tantôt l’après-midi, etc.).

16Cette consommation ritualisée concerne d’abord les produits ciblés par les jeunes eux-mêmes : les cigarettes, l’alcool et l’essence. Ces trois produits phares ressortent des discours recueillis et sont mentionnés dans cette citation d’un jeune habitant des Pyrénées-Orientales :
« Oui, j’y vais régulièrement c’est quelque chose d’habituel… pour aller chercher des cigarettes, chercher l’alcool, pour les apéros, pour faire le plein de la voiture ».

17Les jeunes viennent acheter des produits qui marquent socialement l’entrée dans « le monde des grands », des achats vécus comme transgressifs :
« Ici on ne nous prend pas la tête pour savoir si on a 18 ans ». Le passage de la frontière marque ainsi le franchissement des interdictions ou des barrières sociales liées à l’âge, le jeune a le sentiment réel ou supposé de « franchir les frontières légales ».

18À cet inventaire s’ajoutent aussi parfois les produits d’hygiène et de beauté (maquillage, parfums) et, lorsqu’ils font référence aux pratiques de consommation de leurs parents ou de leurs grands-parents, ils associent aussi la consommation de produits alimentaires « traditionnels » catalans et /ou espagnols et la fréquentation des restaurants de buffets « à volonté ». Ces produits qu’affectionnent les jeunes ont un dénominateur commun : ils sont consommés en volume, tant dans la quantité achetée (différentes unités d’un même produit) que dans le conditionnement.
« Vous avez vu le Ricard ? Chez nous, on ne trouve que des bouteilles d’un litre »
« Ici le whisky c’est par 5 litres ! »
s’amuse un jeune qui parle aussi de la taille des bouteilles de gel douche ou shampoing qui sont sans commune mesure avec les offres habituelles. Pour les bonbons, les boîtes sont qualifiées « d’énormes ». Le volume des contenants est donc aussi un élément du dépaysement, de l’autre consommation et constitutif du « plaisir d’acheter à la frontière ».

19Ces achats en volume s’inscrivent dans une offre marchande large et diversifiée dont l’ampleur prend toute sa signification avec le nombre conséquent de supermercats / hypermercats implantés dans cette zone :
« Dans les – supermercats -, il y a des étages entiers pour l’alcool et le tabac. On a le choix, et c’est un vrai plaisir de voir tant de produits exposés. Il y a des supermercats sur tous les trottoirs on ne voit que ça sur les trottoirs ! ».

20L’expression employée précédemment par un autre jeune à propos des seuls carburants « faire le plein de la voiture » trouve son prolongement dans les autres formes de consommation : on y fait aussi « le plein d’alcool », « le plein de tabac », etc. Si les motivations réelles des achats transfrontaliers sont beaucoup plus diversifiées et complexes, leur justification est souvent la même :
« C’est sûr qu’en ayant l’Espagne à côté, on en profite, c’est moins cher ».

21Acheter en Espagne s’inscrit dans une volonté de profiter de l’aubaine, ne pas passer à côté d’un « bon plan », que l’on partage avec ses ami(e)s ou en famille. Pourtant, quand on tente de leur faire comparer le prix payé avec le prix dans les magasins français, les clients, sauf pour le tabac, sont dans l’incapacité de donner une réalité chiffrée. On achète parce que l’on pense que c’est moins cher, parce que les présentations, les publicités, mais surtout le bouche-à-oreille et les transmissions générationnelles disent que c’est le lieu des bonnes affaires :
« Depuis tout petit, je sais que les cigarettes, l’essence et le tabac s’achètent en Espagne »
précise un jeune. Dans tous nos entretiens, un seul interviewé doute :
« Bah, je dirais que c’est un attrape touristes, c’est comme toutes les villes frontalières, voilà, c’est commercial ! ».

22Ces formes de consommation s’exercent dans une temporalité spécifique : les comportements d’achats s’inscrivent dans une rationalité régie par la volonté de rentabiliser au maximum le temps passé sur place. Aussi, la frontière est un lieu de passage et non de séjour.
« Moi j’y vais avec ma copine, on y va tous les deux le week-end souvent, ou alors en pleine semaine, mon travail m’amène à y aller je fais un crochet d’un quart d’heure, j’achète les cartouches de cigarettes, une bouteille d’alcool, je fais le plein de la voiture et je rentre » .

23Les phrases du type « moi je n’y resterais pas toute une journée » ou « il n’y a rien d’autre à faire là-bas » sont récurrentes dans les discours et montrent que cet espace ne peut être pensé dans un registre autre que celui de la consommation : il s’agit bien de passer, d’acheter puis de repartir, on y fait « un aller-retour ».

  • 6 Dans les entretiens, le discount va de pair avec l’abondance et est associé au principe de bas prix (...)

24Une figure idéale typique du jeune consommateur frontalier ressort de ces entretiens et met en évidence un usage spécifique de ces lieux : il s’agit d’une consommation ritualisée et codifiée qui consiste à acheter (remplir ou se remplir), des produits ciblés, dans des magasins perçus à bas prix (l’abondance et le discount6), dans une temporalité limitée (l’aller-retour), avec toujours le souhait de rentabiliser le déplacement. Ces jeunes consommateurs ont tous la même représentation des autres consommateurs qui arpentent cette zone (« les beaufs », « les retraités », « les touristes du nord », etc.), autant de consommateurs « ordinaires » qui, au travers des qualificatifs mobilisés, sont dépréciés, voire méprisés. La dépréciation et le mépris s’illustrent d’abord à travers un jugement esthétique « le manque de goût » puis un jugement de valeur « le manque de personnalité ». Le manque de goût renvoie au fait que les consommateurs de la zone sont perçus comme achetant « tout et n’importe quoi », notamment les contrefaçons. Le manque de personnalité prend son sens à travers l’expression maintes fois utilisée « tous des moutons » qui renvoie à l’idée de mimétisme dans les pratiques du lieu et de consommation. Ces deux jugements sont renforcés dans une société qui valorise d’une part l’authenticité, l’autonomie et la créativité (Boltanski, Chiapello, 1999) et d’autre part la figure d’un individu dans la quête d’un soi affranchi des contraintes sociales (Aubert, 2004 ; De Gaulejac, 2009 ; Erhenberg, 1991). Paradoxalement, les jeunes ne s’incluent pas dans cette dévalorisation alors qu’ils s’inscrivent aussi, à travers leurs discours et leurs pratiques dans ce même usage consumériste de la zone frontalière, de telle sorte que la logique de distinction se limite aux discours et ne transparaît aucunement dans les pratiques.

25Les propos des jeunes tendent à priver la Jonquera de son statut de ville et du même coup, ils lui ôtent sa valeur de territoire organisé, si on considère la ville comme étant aujourd’hui l’unité territoriale de base dans une société urbanisée.
« Je trouve que c’est pas trop une ville, c’est une ville frontalière, il y a des camions, des stations-service, c’est pas un endroit pour trop y rester. Il y a juste une grande avenue piétonne ».

26Elle est qualifiée de « ville frontière », c'est-à-dire qu’elle est aussi amputée d’une réelle appartenance à sa région, à son pays ou à sa nation. Elle ne mérite vraiment que le nom de « zone » à la délimitation floue, sans réelle identité, dépourvue de charge symbolique. Cette perception de la Jonquera comme « non-ville » renvoie à l’opposition ville /urbain définie par J.-M. Stébé et H. Marchal (2009 : 12) : « Le mot ‘’ville’’ est intéressant dans la mesure où il recouvre des dimensions à la fois institutionnelles, sociales, matérielles, affectives et symboliques qu’aucun autre terme ne semble en mesure de réunir. Dans ce sens, la ville est plus que l’urbain étant donné qu’elle renvoie à une certaine manière de vivre ensemble dans un territoire circonscrit doté d’une identité (…) L’urbain aurait en effet pour caractéristiques de lisser les aspérités de la vie en ville et de réduire ainsi la charge symbolique et identitaire de l’espace à travers l’implantation banalisée, récurrente et sans relief, des mêmes chaines d’hôtels, de boutiques et de fast-food ». La ville de la Jonquera est donc réduite à sa périphérie commerciale, de telle sorte que la ville au sens premier, apparaît chez les jeunes interviewé(e)s comme un impensé.

27Damian exprime très bien cette vision réductrice :
« La Jonquera et tout ça, ça fait vraiment zone…, zone d’achat, zone de … ? Presque comme dans les aéroports, les … ? Ce qu’on appelle, heu… ? Les duty free, voilà, c’est plus comme ça, jusqu’à la Jonquera (…) Une zone de transit, commerciale. Les gens y vont, j’ai l’impression que les gens y vont uniquement pour ça ».

28Ainsi, pour les jeunes interviewé(e)s, la Jonquera est qualifiée comme n’étant ni une ville, ni un village, comme étant localisée ni en France, ni en Espagne ; trois d’entre eux ont même le sentiment d’être « nulle part ».

2. Dans la « zone » transfrontalière : la prostitution comme prolongement du modèle consumériste

  • 7 En effet, sur cette frontière, du point vue des habitant(e)s de ce territoire, les clients tout com (...)
  • 8 Ce sont les jeunes catalans qui sont au centre de notre analyse, pour autant, nos observations sur (...)

29Située dans la zone frontalière, la prostitution à la Jonquera s’inscrit dans les flux frontaliers décrits précédemment. Dans ce paysage, deux types d’activité prostitutionnelle cohabitent : la prostitution de rue et la prostitution en club (il existe deux clubs sur la commune de la Jonquera, mais quatre clubs au total sur cette zone). Que ce soit la prostitution de rue ou celle dans les puticlubs, elles concernent dans la grande majorité des femmes migrantes7 (roumaines, bulgares, nigérianes, etc.), plutôt jeunes (la tranche d’âge 18-30 ans). Les français frontaliers sont les principaux clients comme ils sont les principaux clients des biens de consommation courante tels que l’alcool, les cigarettes, l’essence, etc8.

30Lorsqu’au cours des entretiens auprès des jeunes, la question de l’activité prostitutionnelle dans la zone frontalière a été abordée, seule la prostitution en club a suscité leur intérêt : elle est euphémisée et banalisée. Aussi, ils n’emploient peu ou pas le terme de « prostituées » ou de « putes », mais le terme de « filles de clubs ».

2.1. Effets frontières et prostitution : passages et transgressions

  • 9 Il est intéressant de souligner les fluctuations dans l’usage et les passages transgressifs de la f (...)

31Les entretiens nous ont permis de faire le lien entre les perceptions de la zone frontière et la consommation prostitutionnelle9. Même si la frontière est aujourd’hui franchissable du fait de l’absence de barrières douanières, une frontière mentale et subjective demeure. La prostitution s’y organise autour des « passages », de l’absence d’enracinement et du consumérisme qui structurent, qualifient et délimitent cette zone.

32Le champ lexical du discours des jeunes sur la fréquentation des clubs est particulièrement révélateur de l’effet frontière et des autres désinhibiteurs qui favorisent le passage à l’acte. Presque tous mettent l’accent sur le dépaysement, le changement, celui-ci s’appliquant aux lieux, mais aussi aux personnes et à soi-même.

  • 10 L’asymétrie législative entre France et Espagne en matière de prostitution agit comme moteur d’attr (...)

33Par les expressions « ici c’est pas pareil », « chez moi je l’aurais pas fait », les jeunes pointent à la fois le volet législatif (ils font référence au cadre légal encadrant l’activité prostitutionnelle au sein des clubs notamment)10 et le volet moral : il y aurait en effet une absence de jugement moral sur la prostitution puisque « là-bas », « c’est permis » ou c’est « visible », « organisé », « officiel » dit même un jeune. Le terme « différent » revient souvent pour expliquer le schème de pensée et le passage à l’acte, à travers notamment la différence de lieu, d’ambiance et donc de comportement : « pour le faire fallait tout quoi, la frontière et puis tout ça quoi ».

  • 11 Nous avons interviewé les deux animatrices qui recueillent au quotidien la parole des jeunes du dép (...)

34Les deux animatrices du Planning Familial 6611, soulignent à quel point la spécificité frontalière est déterminante dans les discours et les comportements des jeunes des Pyrénées-Orientales. Ce sont les seuls, avec dans une moindre mesure ceux de la frontière belge, qui parlent sans tabou de prostitution et qui associent, lors des interventions ou entretiens au Planning, la sexualité à la question de la prostitution au même titre que les questions liées à la contraception ou aux infections sexuellement transmissibles.

35Le discours à propos du phénomène prostitutionnel est ambivalent. D’une part, la proximité avec la frontière favorise d’abord la connaissance du phénomène voire le passage à l’acte et libère, quel que soit le sexe et l’âge, la parole sur ces questions : le phénomène prostitutionnel en ressort banalisé :
« là-bas y en a partout, c’est facile ».

36D’autre part, le passage de la frontière situe les clubs dans un « ailleurs » (de l’autre côté) à l’image de ces quelques extraits d’entretien :
« C’est l’étranger, les autres ne savent pas si on veut dire c’qu’on fait » ;
« les filles sont pas d’chez nous, alors on va pas demain les voir dans la rue quoi, elles vont pas dire devant ta mère –tiens, toi, j’t’ai vu hier, quoi » et ce jeune ajoute : « C’est pas comme ma soeur quoi, les filles là-bas elles sont là pour ça, quoi, elles sont comme ça elles ! Ça peut le faire quoi ».

  • 12 Si l’idée d’anonymat est forte dans les discours, dans la réalité, de par nos observations, elle pe (...)
  • 13 Beaucoup de jeunes ont précisé qu’ils ne peuvent pas s’imaginer fréquenter seul les clubs de prosti (...)
  • 14 Il faut aussi préciser que ce discours des jeunes de la Jonquera rejoint celui des autres habitant( (...)

37Ces propos couvrent quatre éléments complémentaires de l’effet frontière qui favorisent la fréquentation des clubs par les jeunes des Pyrénées-Orientales : l’anonymat relatif12, l’effet de groupe et ses adjuvants13, la curiosité de l’ailleurs et enfin la distinction entre « les siens » (les sœurs, les membres de sa famille..) et « les autres ». Des jeunes garçons et filles, habitant la ville de la Jonquera ont aussi été interviewé(e)s dans cette enquête. Ils ont dressé un portrait complètement différent de la perception des clubs de prostitution dans leur propre ville par rapport au portrait brossé par les jeunes français. Ils n’ont pas le même ressenti. Ils ne sont attirés par les clubs ni par curiosité ni pour consommer14.

38L’effet-frontière inclut aussi toutes les connotations et les présupposés du mot « étranger ». Malgré la construction européenne et sa dynamique due aux nombreuses relations Nord/Sud à travers notamment les projets de coopération transfrontalière, à la Jonquera, les jeunes français(e)s se considèrent à l’étranger et sont avec des étrangers. Ici, l’étranger c’est celui qui ne s’intéresse pas à ce que je fais, c’est aussi celui qui m’est indifférent. L’éventuel jugement de l’étranger est sans valeur, car il n’appartient pas à notre communauté de vie :
« En Espagne je m’en fous qu’il dit –il a été aux putes-, qu’est-ce que ça peut m’faire, j’en ai rien faire d’eux, je vais pas les voir demain » souligne un jeune qui vit en couple et ne voudrait pas « faire ça » en France ».

39Cette indifférence à l’autre, à son avis, à son regard est un élément déterminant dans l’acte de consommation de la prostitution. Beaucoup soulignent que les « filles » (de clubs) ou les « putes » (du bord de route) sont différentes de leurs sœurs, de leurs mères, de leurs petites amies ; elles sont qualifiées « d’étrangères », qui « ne sont pas de chez nous » et ne « sont pas comme nous ». Plusieurs jeunes précisent que cela leur a permis de passer de l’intérêt pour la prostitution à la consommation effective. M. Darley (2007 : 277) souligne ce même ressenti à la frontière germano-tchèque : « Le recours à la prostitution transfrontalière comporte en effet également une dimension plus subjective, souvent inhérente au tourisme sexuel et sur laquelle nous reviendrons, qui consiste à construire les autres cultures, en l’occurrence les cultures dites - est européennes -, comme –différentes- au regard des pratiques et des mœurs sexuelles » (Bishop et Robinson, 1998 p. 114) (…) Ces dernières (les prostituées tchèques) sont généralement dépeintes sous les traits de victimes (….) , voire -d’étrangères- aux mœurs dissolues et prêtes à tout pour gagner de l’argent ».

40À la Jonquera, les français vont « rencontrer » des « filles d’ailleurs », ni des françaises, ni des catalanes, ni des espagnoles. Le fait qu’elles ne parlent pas la même langue favorise le passage à l’acte et, au même moment, l’exclusion du genre humain (puisqu’elles ne participent pas ou peu aux échanges verbaux avec le client). C. Fabre et E. Fassin (2003 : 186-187) ont étudié la relation entre le langage et la domination. E. Fassin précise, à propos de l’arrivée permanente des filles de l’Est et du Sud : « Qu’est-ce qui rend désirables ces jeunes femmes réduites en « esclavage » ? N’est-ce pas précisément leur condition dominée, leur soumission quasi absolue ? On peut se demander si ce n’est pas, justement, parce qu’elles n’ont aucun droit ou presque, - même pas le droit à la parole, certaines ne connaissent pas trois mots de français – que ces femmes sont convoitées ? ». À l’opposé, il précise « En s’affranchissant des proxénètes, les Françaises ont ainsi conquis une autonomie qui les rend moins désirables pour qui prétend dominer sans partage ». Les prostituées de la Jonquera qui ne revendiquent aucun droit et qui ont très peu le droit à la parole, n’apparaissent-elles pas, en ce sens comme plus soumises et désirables ?

  • 15 Dans la revue de Girona, il est précisé que Capmany, commune de 600 habitants perçoit 30000 euros p (...)

41De ce fait, pour les espagnols et les catalans habitant ce territoire, ce phénomène concerne les « autres » et s’apparente à du tourisme sexuel. Ce sont les étrangers qui en sont acteurs principalement (aussi bien les clients que les prostituées) et donc responsables. Pourtant, le phénomène prostitutionnel participe pleinement à l’économie de la région et favorise dans ce sens l’acceptation sociale de ces clubs15.

2.2. La prostitution en club : une consommation comme les autres ?

42« Consommer » est la finalité du franchissement de la frontière catalane, comme cela est souligné par M. Darley (2007) à propos de la frontière germano-tchèque. Cette chercheure qui a étudié cette frontière rejoint ici l’animatrice du Planning Familial des Pyrénées-Orientales qui constate : 

43« Ce qui très étonnant, c’est qu’ils en parlent très facilement, comme si c’était aller « à la prostitution » (elle fait référence au fait qu’on va à la prostitution comme on irait dans n’importe quel autre commerce) comme si c’était une consommation à la Jonquera. On va faire ses courses qui sont moins chères, et bien voilà, on a rajouté à la consommation courante de produits, je ne sais pas moi, parfum moins cher, alcool moins cher, on a rajouté la marchandisation de la femme. »

44Le langage des jeunes renvoie souvent à cette notion d’objet de consommation : « belle occase », « une affaire à ne pas laisser passer », « beau produit », « une belle caisse », « bon rapport qualité-prix ». L’expression la plus couramment utilisée est d’ailleurs : « consommer une fille » à propos du service sexuel tarifé dans les clubs ou bien encore pour Malik : « tu payes et tu l’as.. ». Le vocabulaire est le même que pour les autres formes d’achats de produits vendus à la Jonquera et nous retrouvons ici les caractéristiques du discount, de l’abondance et de la fugacité : « Il y a du choix », « c’est pas cher comparé à la France », « c’est vite fait un aller- retour et hop »… Cette consommation est présentée comme étant à la portée de tous :
« C’est la facilité, c’est le fait, ouais, de se taper une jolie fille. Qu’il y ait de l’argent ou pas, en plus, enfin, …, cinquante euros, on peut plus ou moins facilement l’avoir »

45Nous avons souligné dans la première partie le plaisir des jeunes devant les étalages achalandés d’une diversité de produits tels que les cigarettes et l’alcool. Ce ressenti est le même quand ils décrivent les prostituées des clubs, en mettant en avant le nombre « impressionnant de filles » ; ils tirent une satisfaction de cette « offre » qui là aussi est massive et diversifiée, produisant chez certain(e)s une forme de fascination.

46Marco :
« Y avait, je sais pas, quoi, 100 filles quoi, c’est énorme, quoi, toutes là pour nous, qui attendent … »

47Magalie : « Dans le Dallas, qui est le plus proche, elles sont 200 filles et je pensais pas qu’on pouvait, qu’il pouvait y avoir autant de filles dans un même club ».

48Comme pour un autre type de consommation on sélectionne « le produit ». Les jeunes insistent sur les différences de physiques des « filles » : « brune », « blonde », « gros seins », « petit cul » « grosses fesses », etc. Dans leurs descriptions, les corps sont parcellisés et morcelés et les différences ethniques sont souvent précisées (roumaines, bulgares, africaines). Les jeunes font ainsi ressortir l’idée que « dans les clubs il y en a forcément pour tous les goûts ». La possibilité de choix du client devant le nombre et la diversité des femmes prostituées est assimilée dans les discours à la fois à un plaisir (le sentiment de puissance de « toutes les avoir », de « les posséder », pour reprendre le vocabulaire des jeunes) et à un pouvoir qui prend racine dans une affirmation de soi : c’est le client qui décide. F. Héritier (2007 : 35) dit ainsi, à propos de la prostitution : « Elle offre, dans des lieux qui lui sont adaptés, un étalage et un choix où chacun peut, selon l’expression consacrée, faire son marché ou son tri. Pour beaucoup de clients interrogés, l’essentiel du plaisir escompté est très exactement celui-là : aller de l’une à l’autre, regarder, flairer, choisir, savoir que toute cette chair disponible et offerte l’est pour soi. [...] Fantasme ou réalité, peu importe. Ce qui compte vraiment est l’idée de toute puissance virtuelle qui est là en chaque homme et qu’il peut à tout moment exercer sur des corps offerts à son usage ».

49Cette offre est complétée par un ensemble de prestations, et Marco souligne : « Elles proposent beaucoup de choses ». Les jeunes parlent de la qualité des différents établissements et comparent la « marchandise » des bords de route à celle des clubs, et celle des clubs entre eux. Ils soulignent les avantages des clubs : de « bonnes conditions d’hygiène », des « filles » présentées comme étant « belles » et « en bonne santé ». C’est surtout l’hygiène et la propreté des lieux qui sont mises en avant : « le lit est propre », « les draps sont changés à chaque passage », il y a « un paquet de produits d’hygiène remis à l’entrée », il y a « une salle de bains pour se laver avant de consommer ».

50Marchandise abondante, de bonne qualité, belle et saine, « les filles » sont présentées comme des produits et les services sexuels qui en découlent sont considérés comme une transaction commerciale banale.

51Zoé, 27 ans explique : 
 « Quand j’en discute, c’est souvent avec la gent masculine, mais bizarrement. Ils racontent, t’es en bas et tu montes tu consommes, les filles elles viennent te voir et y a des négociations, tu montes, tu ne montes pas. »

52Cette négociation, ce choix de monter ou non comme celui d’acheter ou de ne pas acheter en fonction du rapport prestations/prix est très important pour marquer la liberté de choix du consommateur et sa supériorité supposée. Dans cet environnement marchand, les formes de consommation de biens et de services cohabitent et se nourrissent les unes des autres. M. Darley (2007 : 277), à propos de la frontière germano-tchèque, va dans ce sens : « On remarque aussi, dans les zones frontalières, une forme de commercialisation accrue des services érotiques précédant ou accompagnant l’acte sexuel lui-même, tels les shows ou danses suggestives ». Nos observations réalisées dans la ville de la Jonquera montrent que de nombreux commerces dédient une petite partie de leurs rayons (dans les magasins type bazar, de vêtements, de chaussures, les drogueries voire même les librairies..) à la vente de produits érotiques.

  • 16 Cette expression est détournée d’une expression populaire bien plus ancienne « Per carnaval tot s’h (...)

53La citation récurrente des habitant(e)s de la Jonquera à propos de leur ville : « a la frontera tot s’hi val »16 prend ici tout son sens. Les normes « classiques » de distinction des produits tendent à se dissoudre. Le mélange des genres et des repères est ainsi rendu possible : tout se vaut et tout se vend. Si les commerces traditionnels peuvent avoir un rayon érotique sans forcément de lien avec l’enseigne principale de leur magasin, dans les puticlubs aussi, certaines associations peuvent surprendre. Un jeune fréquentant le club du Dallas mentionne l’intérêt de pouvoir trouver du hallal dans ce même lieu (le club a en effet une annexe qui propose des sandwichs de ce type), là aussi « tout se vaut tout se vend ». De même, au niveau architectural, une église romane a été récupérée et utilisée comme partie d’un puticlub au Gran Madam’s.

54Les clubs parviennent à créer des univers de consommation spécifique que le concept d’hétérotopie emprunté à M. Foucault (2009) nous permet de caractériser. Pour les jeunes garçons des Pyrénées-Orientales, la pornographie représente l’utopie d’un plaisir sans limites, mais aussi d’une affirmation de soi. La fréquentation des clubs de prostitution représente l’hétérotopie c'est-à-dire la concrétisation de l’utopie, son incarnation, son inscription dans un territoire et dans un temps déterminé, la possibilité de passer du fantasme à l’acte via la consommation dans des lieux « hypercommercialisés » tels que les puticlubs. Julien précise cette idée :
« Moi, je pense, c’est le côté… c’est l’effet pornographie internet, je pense qui fait ça. Je pense, ils ont une image de la sexualité où ils ont conscience que c’est une sexualité qui est déformée. Ils se disent, on ne peut pas forcer nécessairement quelqu’un à faire comme nous on veut, par contre, si on paye, à partir du moment où tu payes, tu fais ce que tu veux. Et je pense que ça va dans cette logique-là. Donc ils se disent, voilà on va payer et on pourra faire comme on le voit dans les films porno ».

55Un certain nombre de jeunes interviewé(e)s sont lucides sur le caractère artificiel de la pornographie : ils sont conscients de l’existence d’une autre « réalité » des pratiques sexuelles. C’est sur ce décalage entre la réalité de leur vie sexuelle et l’imaginaire pornographique véhiculé à travers différents supports de communication que les clubs ont pris place. Dans ces lieux, les jeunes catalans passent de l’imaginaire pornographique, du fantasme à un monde concret, pour le dire autrement de l’utopie pornographique à l’hétérotopie prostitutionnelle.

Conclusion

56Pour conclure, nous soulignerons d’abord que c’est la perception spécifique du territoire frontalier par les jeunes interviewé(e)s qui détermine les pratiques des lieux et de consommation. Les jeunes font état de deux découpages :

57Ils distinguent d’abord « la frontière » historique comme une barrière, une séparation entre deux pays, la France et l’Espagne (l’unité catalane étant très peu énoncée). Cette frontière marque symboliquement un « chez nous » (la France) et « un ailleurs » (l’Espagne). Apparaît alors une vision homogène, voire stéréotypée de cette altérité. Les jeunes qui franchissent la frontière éprouvent un sentiment « d’être à l’étranger » ou « ailleurs ».

58Les jeunes distinguent ensuite une « zone » transfrontalière qui est ni vraiment l’Espagne ni vraiment la France, un entre-deux. À la différence de la frontière pour laquelle les jeunes marquent une limite physique précise (les anciens postes de douane encore visibles), cette « marge » est plus floue et varie du Perthus à la Jonquera au gré des transformations économiques et urbanistiques.

59Plus subjectivement encore, elle est considérée comme un « non-lieu » au sens de M. Augé (1992 : 100) ; il définit les non-lieux par opposition au sens socio-anthropologique d’un lieu classique, aussi nous dit-il que « si un lieu peut se définir comme identitaire, relationnel et historique, un espace qui ne peut se définir ni comme identitaire, ni comme historique définira un non-lieu ». Cette zone est pour les jeunes à part : elle n’est ni l’Espagne, ni la France, mais une zone qui s’apparente davantage, du fait de l’empreinte commerciale, à un duty-free.

60Cependant, « si la ville s’urbanise et se standardise pour produire ici et là des lieux dépourvus de sens (…) il reste qu’elle conserve son épaisseur symbolique avec ses bars, ses marchés, ses parcs et ses lieux de concert… Les ‘’non–lieux’’ dont parle Marc Augé (1992), tels que les gares, les aéroports ou encore les hubs, se trouvent ainsi relativisés par les lieux-dits de la ville » (Stebé, Marchal, 2009 : 12-13). Dans le cas de la Jonquera, on constate que les lieux de la ville (cafés, musée, marchés, petits commerces, jardin public, école, etc.) ne permettent pas de contrebalancer ces « non-lieux » comme dans d’autres villes urbanisées.

61Les habitant(es) n’ont de cesse de souligner l’existence de lieux de convivialité et de sociabilité comme le café « la Societat ». Ils mettent aussi en relief la présence d’associations et leur implication au sein de celles-ci, l’existence des fêtes du village, du Musée de l’exil, du centre culturel Cal Laporta et du Parc Natural de l’Albera. Autant de pôles culturels se situant aux antipodes de l’image d’une ville réduite à sa dimension commerciale, qui font difficilement le contrepoids avec les aspects négatifs du vécu sur ce territoire et qui peinent à restaurer l’image de la ville.

62Les habitant(e)s déplorent tout autant les usages que les représentations réductrices des français(e)s frontaliers à propos de leur ville : celle-ci est réduite à un lieu d’approvisionnement où aujourd’hui hypermercats et puticlubs se côtoient. Les discours recueillis sont pétris de contradictions entre la critique virulente de ces lieux de consommation massive et l’apport économique qu’ils engendrent et qui, en temps de crise, est plus que jamais nécessaire. Les clubs de prostitution cristallisent d’autant plus l’ambivalence de ces discours.

63C’est dans ce contexte que les puticlubs font partie intégrante des usages et des perceptions de cette « marge transfrontalière » : ces clubs « revalorisent » les bordels ou maisons closes traditionnels devenant par là même des lieux branchés et festifs pour la jeunesse des Pyrénées-Orientales et au-delà. Dans l’ensemble des discours recueillis, les propos dénonçant les puticlubs sont marginaux : la charge critique est portée quasi exclusivement sur la prostitution de rue, comme si seule cette dernière pouvait être associée au proxénétisme et à la traite des femmes. C’est la dichotomie entre prostitution de rue (vue comme forcée) et prostitution en club (vue comme libre, indépendante, sécurisée) qui contribue à alimenter la banalisation du phénomène.

  • 17 Pour ne citer que quelques exemples, des flyers sont distribués dans la ville de Perpignan avant ou (...)

64Les observations menées sur le terrain, les discours des jeunes des Pyrénées-Orientales interviewé(e)s ainsi que les publicités pour ces établissements17 dessinent un imaginaire attractif et « glamour ». Ce dernier s’inspire des références des univers « vegassien » et pornographique américains notamment. Pour autant ces références sont réappropriées et intégrées dans le paysage spécifique de la zone commerciale de la Jonquera comme le souligne M.-E. Chessel (2012 : 49) : « Si les États-Unis sont cités et utilisés dans le domaine de la consommation, ils n’offrent pas un modèle repris tel quel. Au contraire, l’exemple américain est constamment réapproprié. (…) Mieux, l’appropriation sélective d’éléments américains - qui ne représentent pas l’Amérique  mais des morceaux d’Amérique sélectionnés par tel ou tel acteur – ne débouche sur une innovation que si elle prend appui sur des demandes ou des recherches propres au pays. Ce qui compte est moins ce qui a été approprié que ce que cela a permis de faire changer. Malgré leurs divergences, vendeurs et critiques construisent ainsi une culture européenne de la consommation marquée par différentes représentations de l’Amérique ».

65Les images véhiculées par les clubs de prostitution de masse sont intériorisées dans les discours recueillis. Elles prennent appui sur les noms des clubs (Dallas, Paradise, Moonnight, etc.), les couleurs et les enseignes lumineuses rose et or, les néons en forme de palmier, et les normes esthétiques des corps de femmes représentées. Le caractère artificiel et industriel des clubs renforce l’impression d’un « parc d’attractions » pour adultes à destination exclusive des hommes hétérosexuels. C. Perraton (2004 : 11) a construit le terme « d’hétérotopie disneyenne ». Son analyse nous permet de mettre en lumière ce que l’on pourrait nommer « l’effet parc prostitutionnel ». Le parallèle entre les ressorts du parc thématique et ceux des clubs de prostitution est éloquent, si on considère le parc thématique comme « un dispositif spatial de pouvoir et de communication visant à faire du visiteur un objet intégré dans un mécanisme et une rhétorique d’objectivation » qui « détermine les relations de pouvoir à l’intérieur desquelles les individus sont intégrés et pris en charge » (Perraton, 2004 :11). Dans les puticlubs, la prise en charge du client est également totale et se fait dans les moindres détails de l’accueil à la remise du kit d’hygiène via un dispositif spatial et de communication bien rôdé. Si les prostituées sont présentées comme des objets de consommation, le client est quant à lui transformé en « objet intégré » par la « rhétorique d’objectivation », privé de libre arbitre par l’engrenage bien huilé de la mécanique du lieu. Plus largement, les discours recueillis sur la consommation dans ce territoire soulignent les contradictions d’un individu qui revendique l’autonomie du sujet, l’affirmation de soi et la suprématie de la liberté individuelle, mais qui au même moment se trouve happé par des injonctions normatives diffuses et non perceptibles.

Haut de page

Bibliographie

Aubert N., (dir.), 2004, L’individu hypermoderne, Paris, Erès, 319 p.

Auge M., 1992, Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité ?, Paris, Seuil, 149 p.

Avarguez S. (dir.), Harlé A., Jacquez L., De Fisser Y., 2013, Du visible à l’invisible : prostitution et effets-frontière. Vécus, usages sociaux et représentations dans l’espace catalan transfrontalier, Baixas, Balzac éditions, 287p.

Beaud S., Weber F., 2003, Guide de l’enquête de terrain. Produire et analyser des données ethnographiques, Paris, La Découverte, 357p.

Boltanski L., Chiapello E., 1999, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 843 p.

Chessel M.-E., 2012, Histoire de la consommation, Paris, La Découverte, 126 p.

Darley M., 2007, La prostitution en clubs dans les régions frontalières de la République Tchèque, Revue française de sociologie, avril-juin 2007, pp. 273-306.

Erhenberg A., 1991, Le culte de la performance, Paris, Calmann-Levy, 323 p.

Fabre C., Fassin E., 2003, Liberté, égalité, sexualités : actualité politique des questions sexuelles : entretiens, Paris, Belfond, 368 p.

Fisser (de) Y., 2012, De la construction d’une identité du genre. Le phénomène prostitutionnel à la Jonquera éprouvé par de jeunes frontaliers, Mémoire de master 1 Recherche Etudes Européennes et Internationales, sous la direction de Harle Aude, ICRESS, Université de Perpignan Via Domitia, 86 p.

Foucault M., 2009, Le corps utopique, les hétérotopies, Paris, Nouvelles éditions Lignes, 61p.

Gaulejac (de) V., 2009, Qui est je ?, Paris, Seuil, 218 p.

Heilbrunn B., 2011, La consommation et ses sociologies, Paris, Armand Colin, 125 p.

Héritier F., 2007, Modèle dominant et usage du corps des femmes, in Le corps, le sens, Seuil, Paris, pp. 15-86

Mission Operationnelle Transfrontaliere, Universitat de Girona, 2008, Livre Blanc de l’Eurodistrict, pour un avenir transfrontalier/llibre blanc per a un futur transfronterer.

Perraton Charles, 2004, L’hétérotopie disneyenne in Un monde merveilleux : dispositifs, hétéromorphies et représentations, Cahiers du Gerse, n° 6, Université du Québec, Montréal, pp. 2-11.

Segalen M., 2005, Rites et rituels contemporains, Paris, Armand Colin, 125 p.

Stebe J.-M., Marchal H. (dir.), 2009, Traité sur la ville, Paris, PUF, 785 p.

Haut de page

Notes

1 Nous avons fait le choix de nous intéresser uniquement à la zone urbaine de la Jonquera et non pas à celle du Perthus aussi appellée Els límits (située à environ 5 km, qui dépend pourtant de la ville de la Jonquera). Initialement, ces deux zones se distinguaient par leurs activités économiques, quasi exclusivement commerciales pour le Perthus et majoritairement douanière pour la Jonquera, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui : l’activité commerciale apparaît comme un dénominateur commun.

2 Mission Opérationnelle Transfrontalière, Universitat de Girona, Livre Blanc de l’Eurodistrict, pour un avenir transfrontalier/llibre blanc per a un futur transfronterer, 2008, p.28.

3 Mission Opérationnelle Transfrontalière, Universitat de Girona, Livre Blanc de l’Eurodistrict, pour un avenir transfrontalier/llibre blanc per a un futur transfronterer , 2008, p.63.

4 Une partie des entretiens semi-directifs ont été effectués et analysés par deux étudiantes de Master 1 et 2 Recherche Etudes Européennes et Internationales de l’UPVD, Yoshée de Fisser et Eva Léglise. Se référer à FISSER (de) Yoshée, 2012, « De la construction d’une identité du genre. Le phénomène prostitutionnel à la Jonquera éprouvé par de jeunes frontaliers », Mémoire de master 1 Recherche Etudes Européennes et Internationales, sous la direction de Harle Aude, ICRESS, Université de Perpignan Via Domitia, 86 p.

5 Pour reprendre les propos de Stéphane Beaud et Florence Weber « les entretiens approfondis ne visent pas à produire des données quantifiées et n’ont donc pas besoin d’être nombreux. Ils n’ont pas pour vocation d’être “représentatifs” (…) Or, la logique de l’enquête ethnographique vous conduit à faire des choix, à nouer des alliances qui vous rapprocheront de certains et vous couperont d’autres » in Stéphane Beaud, Florence Weber, 2003, Guide de l’enquête de terrain. Produire et analyser des données ethnographiques, La Découverte, Paris, p.177-178

6 Dans les entretiens, le discount va de pair avec l’abondance et est associé au principe de bas prix stable en dehors de soldes ou promotions ponctuelles et fluctuantes.

7 En effet, sur cette frontière, du point vue des habitant(e)s de ce territoire, les clients tout comme les prostituées sont très majoritairement non autochtones facilitant ainsi la mise à distance du phénomène. Si les habitants de la Jonquera ne fréquentent pas les puticlubs de cette zone, cela ne signifie pas pour autant qu’ils ne se rendent pas dans d’autres établissements espagnols.

8 Ce sont les jeunes catalans qui sont au centre de notre analyse, pour autant, nos observations sur ce terrain montrent la présence de jeunes français issus du Grand Sud de la France (Languedoc-Roussillon, Midi Pyrénées, Provence, Alpes Côte d’Azur) voire de la région Lyonnaise et au-delà. Des jeunes lyonnais ou parisiens rencontrés sur les parkings des clubs mettent en avant la réputation de la « Jonquera » pour ces puticlubs dans leur ville d’appartenance.

9 Il est intéressant de souligner les fluctuations dans l’usage et les passages transgressifs de la frontière, au gré de l’histoire. A titre d’exemple, dans les années 1970, durant la période franquiste, le cinéma pornographique était interdit côté espagnol entrainant des flux importants d’espagnols vers l’un des cinémas emblématiques de la ville de Perpignan. Cf. http://www.lindependant.fr/2011/11/06/le-castillet-cent-ans-de-cinema-et-pas-une-ride,80920.php

10 L’asymétrie législative entre France et Espagne en matière de prostitution agit comme moteur d’attractivité. La France met en place le régime dit du nouvel abolitionnisme avec une prostitution de rue non interdite et une interdiction des maisons closes (article 225.10 du Code Pénal), tandis que l’Espagne se situerait davantage dans un régime abolitionniste dans la mesure où prostitution de rue et prostitution « entre les murs » que ce soit au sein des night-clubs, dans les appartements, les hôtels, etc. ne sont ni interdites, ni règlementées par l’État. Il existe une tolérance de l’État en la matière ; il n’intervient pas dans ce domaine. Seule l’exploitation sexuelle c’est-à-dire le proxénétisme est pénalisé. La prostitution est dite alegal c’est-à-dire relevant d’une pratique réelle mais ne pouvant s’inscrire dans un cadre juridique, à la différence de l’Allemagne ou des Pays-Bas. Sur ces questions législatives, se référer à AVARGUEZ Sophie (dir.) et al., 2013.

11 Nous avons interviewé les deux animatrices qui recueillent au quotidien la parole des jeunes du département sur la sexualité. Grace à l’implantation des Planning Familiaux dans de nombreux départements elles peuvent échanger avec d’autres animatrices sur les discours et les spécificités locales.

12 Si l’idée d’anonymat est forte dans les discours, dans la réalité, de par nos observations, elle peut être aisément relativisée. Compte tenu de la prédominance des clients français et tout particulièrement des Pyrénées-Orientales, les chances ou plutôt les sérieux risques d’y rencontrer un voisin, un cousin, une relation ne sont pas négligeables.

13 Beaucoup de jeunes ont précisé qu’ils ne peuvent pas s’imaginer fréquenter seul les clubs de prostitution. C’est le fait d’y aller en groupe qui inscrit tout un chacun dans une communauté de pratiques : « Je suis rentré, honnêtement (dans les clubs), après je suis déjà monté (…) C’était surtout les amis, sur le moment, y aller on se dit on y va, et ma foi on y a été(…) On était au Paradise, on était quatre, on est arrivés dans la boîte et on a bu un verre tranquillement, et là, c’est les filles qui viennent directement. »

14 Il faut aussi préciser que ce discours des jeunes de la Jonquera rejoint celui des autres habitant(e)s de cette ville qui ne s’imaginent pas fréquenter les restaurants de buffets à volonté ou faire leurs courses dans les hypermarchés de la zone préférant se rendre à Figueras (ville proche).

15 Dans la revue de Girona, il est précisé que Capmany, commune de 600 habitants perçoit 30000 euros par an via la « taxa prostibul » : pour chacune des chambres, le propriétaire du club El Gran Madam’s paie 600 euros à la mairie en plus des impôts prélevés au même titre que les autres types de commerces. Il en va de même pour la commune d’Agullana qui perçoit 60 000 euros par an, avec la présence du club le Lady Dallas doté de 60 chambres. Dans ce même article, est précisé que la mairie de La Jonquera a par ailleurs fait le choix d’augmenter le coût de la licence d’exploitation et celui lié au prélèvement des ordures ; celui-ci est calculé par chambre et est passé de 56 euros pour une chambre d’hôtel lambda à 80 euros pour les chambres de puticlubs (bordels). La différence de tarifs est justifiée par la fréquence d’utilisation de la chambre in « Revista de Girona », n° 263 de décembre 2010, p. 84-85. Dans, cette même revue, on apprend en p. 93 que la presse de Girona a obtenu un bénéfice annuel de 600 000 euros avec les petites annonces qui proposent des services sexuels plus ou moins explicitement.

16 Cette expression est détournée d’une expression populaire bien plus ancienne « Per carnaval tot s’hi val » soulignant une des spécificités de cette fête au cours de laquelle tout était permis, où les limites pouvaient être franchies.

17 Pour ne citer que quelques exemples, des flyers sont distribués dans la ville de Perpignan avant ou après les matchs de rugby de l’équipe locale, des publicités sont diffusées dans des annuaires locaux répertoriant les lieux festifs, des panneaux publicitaires sont visibles le long des routes des Pyrénées-Orientales, des annonces sont faites sur les ondes radios à destination des jeunes. Certains jeunes ont également mentionné la présence d’une voiture type limousine circulant dans les rues de la ville de Perpignan à l’effigie d’un de ces clubs.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Cartographie : Marie-Anne Lefèvre
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/3047/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Avarguez et Aude Harlé, « « Consommer » à la frontière : usages et perceptions en territoire catalan », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 25 juin 2015, consulté le 30 mars 2017. URL : http://tem.revues.org/3047 ; DOI : 10.4000/tem.3047

Haut de page

Auteurs

Sophie Avarguez

Maitresse de conférences
Université de Perpignan Via Domitia
Département de sociologie
52 avenue Paul Alduy 66860 Perpignan Cedex 9
sophie.avarguez@univ-perp.fr

Aude Harlé

Maitresse de conférences
Université de Perpignan Via Domitia
Département de sociologie
52 avenue Paul Alduy 66860 Perpignan Cedex 9
audeharle@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page